Édition du
27 March 2017

Sur les chemins d’une (nouvelle) déconfiture

Equipe nationalePar K.Seddiki

A présent que les clameurs d’une victoire étriquée mais au combien symbolique face à l’ogre égyptien se sont légèrement atténuées,il convient,à mon humble avis,de tirer les leçons et d’ouvrir les yeux pour éviter de vivre des moments douloureux,qui sont,à Dieu ne plaise,terriblement prévisibles.
Je précise tout de suite que mon propos ici vise uniquement le devenir de notre foot ball à travers l’EN et qu’il n’est nullement dans mes intentions de blesser, ni surtout de porter atteinte à l’honneur ou à la dignité de qui que ce soit. Il me faut évidement citer des noms, puisqu’ils font partie de l’actualité et parfois font l’actualité.

Il m’est impossible de me taire en voyant ou en entendant des contres vérités étalées dans et à la une des journaux, sans compter les émissions de télévision qui – et cela est très porteur de lendemains qui déchantent – toutes à la gloire de gens qui devraient se la jouer plutôt discrètement.
Quand on a été incapable de marquer à domicile plus d’un but à une Zambie en vacances et surtout se montrer défaillant dan tous les compartiments face à une équipe ruandaise sortie ce jour là d’un néant dans lequel elle s’est vite ensevelie,non sans avoir donné des angoisses aux algériens tout au long des deux matchs,il serait pour le moins incongru de parler de battre la Slovénie et les USA pour enfin claironner que l’Angleterre peut être surprise,malgré son palmarès.
Ainsi, ce n’est pas la modestie qui étouffera nos compatriotes, qui devraient pourtant regarder de prés cette EN. La victoire tirée par les cheveux face à l’Egypte ( qui a donné beaucoup de joies aux algériens) ne doit pas,mais alors pas du tout,être utilisée comme une panacée. .
Essayez de revoir calmement les séquences du match. Vous verrez que cette victoire est surtout celle des algériens (manipulés un peu trop) qui se sont déplacés en masse à Khartoum d’une part, celle de Chaouchi qui a été étincelant de sang froid et de classe (sa chance aussi de déboulonner Gaouaoui), mais surtout par les ratages incommensurables des égyptiens. Ces derniers ont monopolisé le ballon la plupart du temps, sans pouvoir effectuer le dernier geste salvateur. Le but d’Antar Yahia leur a également fait mal sur le plan psychologique, comme d’ailleurs au match aller, durant lequel ils se sont montrés trop confiants. C’est, en fin de compte, une défaite égyptienne d’abord. Mais les joueurs algériens doivent en être fiers, à juste titre.

La récupération de cette victoire par le pouvoir, alors qu’il était persuadé du contraire, ainsi que son comportement douteux au Caire après le caillassage du bus des joueurs- entraînant des réactions incroyables des responsables algériens sur place- soulève bien des questionnements. N’eut été la présence du journaliste de Canal+ (dont le nom devrait au moins être sur le fronton d’une salle de rédaction), la qualification de l’équipe algérienne aurait été perdue, comme ses devancières.
Il convient de s’interroger sur la cacophonie des divers responsables algériens. Ainsi, Djiar,l’actuel ministre des sports- auxquels il ne connaît strictement rien- déclare toute honte bue qu’il s’agit de gestes inconsidérés et mineurs de quelques énergumènes n’ayant rien à voir avec le peuple égyptien ( ?!!) alors que le sang des joueurs algériens dégoulinait encore sur leur visage. Hadjar, le baathiste notoire, affirme – les yeux embués par l’alcool qu’il essaie maladroitement de cacher en mâchant de la gomme sucrée à l’égyptienne- qu’il ne s’est rien passé de grave. Même la jeune fille dénudée en public s’est vue contredite, comme s’il était présent, en affirmant que c’est juste son khimar qui lui a été arraché ! Aurait-il dit la même chose s’il s’était agi de sa propre fille ?

Tout cela était bien coordonné et le but était de fermer, comme à l’accoutumée, les yeux sur le comportement des égyptiens, qui, eux, étaient persuadés d’aller en coupe du monde. Ce n’est pas ces incultes algériens qui vont les empêcher ou leur barrer la route.
Mais, si les cervelles de ces responsables sont demeurées à l’âge de pierre, les choses ont évoluées et l’Internet est entrée en action en permettant aux autres acteurs de dire la vérité. Cette vérité n’honore point nos dirigeants ! Ils étaient partants pour une élimination en douceur. Le comportement scandaleux des égyptiens a fait le reste. Le monde entier a découvert le visage ensanglanté des joueurs. Le pouvoir algérien risquait de chanceler à nouveau !
Les services psychologiques du régime algérien sont alors entrés en action et d’une déroute du pouvoir quasi certaine, ils en ont fait une opération à leur gloire, en récupérant toute l’opération à leur profit.
L’’histoire retiendra le comportement de ces hommes du pouvoir qui ont fait – encore une fois – coulé le sang algérien, mais cette fois en Egypte. De Bouteflika à Raouraoua, en passant par le sinistre Hadjar et le cabotin Djiar,les algériens finiront par découvrir comment ils ont été floués,certains blessés et handicapés à vie. Ils sont tenus de demander à comprendre pourquoi la réglementation internationale n’a pas été appliquée par la FIFA, alors que des morts sont évoqués par des chanteurs algériens qui ont fait le déplacement à Oum « El Khorti ». Pourquoi, ce qui semble clair comme l’eau de roche, devient, subitement, difficile à accomplir quand il s’agit d’algériens. Ils poseront la question suivante : Comment des pays sont sanctionnés au quart de tour,pour des faits moins graves,alors que la Fédération égyptienne de foot ball continue de jouir de tous ses droits et son équipe va prendre part à la CAN.
C’est la FIFA qui vient au secours du régime égyptien avec la bénédiction de l’Algérie. Quant au sang versé par les algériens, il sera, comme à l’accoutumé, oublié très vite, la coupe du monde approche à grands pas : Saadane et Raouraoua se chargeront de maintenir le suspense, avec l’aide de Zaher, (l’égyptien qui dit une chose et son contraire), en cas de besoin. Les dirigeants des clubs algériens seront aussi de la partie, si le besoin s’en faisait sentir. On inventera d’autres péripéties, comme celles du sponsoring, voir des matchs reportés, etc.
Entre temps, l’argent coule à flots ! Des sommes faramineuses sont octroyées aux joueurs,alors que les jeunes algériens attendent patiemment qu’on daigne leur trouver un emploi,que l’on construise des centres de formation,que l’on construise de vrais stades de foot ball avec toutes les commodités . Non, ce n’est pas cela qu’il faut, vous ne connaissez rien au problème ! Il faut tout de même que Raouraoua et ses compagnons –déjà riches à crésus, continent de s’enrichir et qui dit mieux qu’un joueur professionnel pour cela ?

On arrive à notre grand Saadane à présent. Pour être un « Rabah » c’en est un ! Il sort par la porte, il revient aussitôt par la fenêtre. Rien ne vaut Saadane pour tous ces marchés juteux. Du foot ball, il en connaît les rudiments, appris ici et là et accessoirement à l’ISTS, d’ou il est sorti avec un doctorat en sports (doctorat algérien, m’a rappelé un ami), qui lui ont étouffé toute moralité. De l’argent ! Engranger au maximum !!
Là ou le bat blesse, c’est qu’il n’hésite pas à s’octroyer les sacrifices des autres pour en faire des succès pour sa personne : Ainsi, vous l’entendrez gaiement affirmer qu’il a qualifié l’Algérie au mondial de 82, alors qu’il n’était que préparateur physique et tout le travail technique était l’œuvre de Maouche et de Rogov. Durant l’épopée de Dijon, notre Rabah national était chargé par Mahiedine Khalef de la préparation physique des joueurs et n’a à aucun moment pris part à une quelconque séance tactique.
En 1986, alors que des algériens luttaient au prix de leur vie pour arracher un peu de liberté, le régime affolé, décide de défaire une équipe magnifique en nommant un certain Issaad à la tête de la FAF. Le 1er objectif de ce dernier est de dégommer Khalef du poste de sélectionneur national en intronisant Saadane qui –déjà- avait entamé les démarches à la radio –chaîne III,avec comme chef d’orchestre Chadli Boufaroi à l’accent bien parisien mais aux connaissances sportives quasi limitées. Qu’à cela ne tienne,il se chargera de faire monter la côte de Saadane à fond la caisse. Ceux, comme moi, ont vécu la période, se rappelleront sans doute comment cet énergumène menait à la baguette ses collègues journalistes .Je me souviens d’une scène cocasse : Un journaliste commentant un match opposant la JSK à l’USMSétif, pour le compte de la coupe d’Algérie attirait l’attention des auditeurs sur les « erreurs » de l’arbitre central qui validait des buts hors jeu : savez –vous comment Chadli sermonnait le pauvre reporter ? Comment pouvez-vous dire que ce des buts hors-jeu ?!!! Le journaliste doit en rigoler à ce jour.
Une autre œuvre de ce « spécialiste » en dégommage des compétences : Guy Roux voulait recruter Saib Moussa et Chadli ne ratait pas l’occasion de montrer sa belle voix (pour une silhouette toute fluette) : à la question de Guy Roux sur les qualités de Saib,ce dernier a commencé à ronronner :Saib est un grand joueur,il fera certainement une grande carrière à l’AJ Auxerre etc.. Ce que tout le monde savait, y compris bien entendu le technicien français, qui profitant d’une extinction de voix de ce dernier,lui demande soudain :en demi tournant ?du coup Chadli Boufaroi perd sa superbe voix : demi-tour nant ?! Décidemment, ce Guy Roux n’est pas dupe.
Une autre fois, des journalistes français intervenaient à la radio pour parler du foot algérien et des défauts de la préparation Chadli Boufaroi (plus nationaliste que lui tu meurs !) affirme tout de go au journaliste qui voulait s’informer de l’état de l’EN,que ce n’est pas le moment de parler de cela. Alors son interlocuteur lui posa la question : Quand dons sera possible de parler de l’équipe algérienne ? Chadli Boufaroi ne s’attendait pas cette réplique car ne sachant que répondre, préféra user d’un subterfuge pour arrêter la discussion.
Enfin, je ne pourrais pas passer sous silence la façon, dont lui, simple journaliste au demeurant, s’est arrogé le droit de désigner –dans sa propre voiture- Kermali entraîneur national,en kidnappant ce denier ,en plein centre d’Alger,avec la bénédiction de Khezar, le président de la FAF,après la démission surprise de Kamel Lemoui,lassé de recevoir des bâtons dans les roues à chaque tournant…
Le rappel de ces péripéties pour attirer l’attention sur les égarements qui ont suivi la qualification de l’Algérie. Certes, le mérite est grand et personne n’osera le contester. Mais il faut rappeler les erreurs commises auparavant pour ne pas les renouveler maintenant. Or, force est de reconnaître que Saadane et Raouraoua persistent dans leurs attitudes « suicidaires ».
Comment expliquer ce tapage autour du joueur Lacen et certains autres ?Le président de la FAF se déplace avec l’entraîneur en Italie avec dans les mains un passeport algérien à ce joueur qui,à 25 ans passés,ne s’est jamais inquiété de sa nationalité .Les autres joueurs ne peuvent pas se taire,eux qui ont bataillé durement,parfois au mépris de leur vie, pour qualifier l’EN,pour se voir aujourd’hui,menacés par quelqu’un qui ne s’est même pas manifesté directement.
D’autres joueurs, soucieux de briller pour rehausser- voire se montrer seulement- leur valeur en profitant de la coupe du monde,se farcissent les unes des journaux dans l’espoir de se faire convoquer par Saadane. Celui-ci n’hésitera pas à le faire et il nous l’a déjà montré .Rappelez-vous l’épisode Bel kebla ! Un joueur français de parents « algériens » bénéficie tout d’un coup d’un montage journaliste important et se retrouve au devant de la scène médiatique. Deux jours après Bel kebla figure dans la liste des joueurs devant jouer la coupe d’Afrique en Egypte !!.
Saadane est en train de refaire (sur injonction de qui ?) le même parcours !Il faut dire attention. Des erreurs sont déjà commises et il suffit de jeter un œil sur la liste des joueurs retenus .Comment expliquer que des joueurs au palmarès insignifiant soient dans l’EN ? A Quel ordre a-t-il obéi pour convoquer des joueurs ne méritant même pas de jouer en DII algérienne ? Je me dois d’insister sur un point crucial : l’Algérie possède de très bons joueurs, mais n’a pas d’équipe au sens étymologique du terme ! L’Egypte, elle, a une équipe. Les techniciens l’ont compris.

Par ailleurs, avez-vous remarqué le manque criant de coaching de Saadane lors des éliminatoires ? Des remplacements hasardeux et manquant terriblement de discernement ! Saadane laisse Zaoui sur le bang et incorpore Laifaoui inexpérimenté : résultat des courses : le joueur « prend » un petit pont dés son entrée sur le terrain et son placement permet au joueur égyptien d’effecteur un centre qui se transforme en 2ème but.
Que dire de Bezzaz ? L’entraîneur le fait jouer arrière droit ! Heureusement que le match se terminait. Ceci pour dire que les systèmes tactiques sont étrangers à Saadane, qui souffre d’un déficit énorme en la matière. Le flair que tout entraîneur doit développer semble lui échapper aussi.
Avez-vous relevé avec quel détachement il regarde ses joueurs sur le terrain ? C’est à croire que ce n’est pas lui le coach, tellement il semble éloigné de ce qui se passe sur le terrain. On voit l’entraîneur adverse suivre pas à pas –de la ligne de touche- ses joueurs pour les maintenir sous pression et leur rappeler les consignes, notre Saadane national lui, est tranquillement assis, admirant la nature !
Une précision s’impose : On cite souvent le match face à la Tunisie gagné par nos capés à Tunis même sur un score très large :Saadane venait de prendre l’équipe en mains et il est écrit que tactiquement et techniquement les joueurs retiennent les schémas qui leur ont été inculqués auparavant pour les matchs suivants avant d’assimiler celle que prône le nouvel entraîneur. Il suffit de savoir que quelques jours avant ce match, c’était Khalef l’entraîneur…
Des joueurs n’ont plus leur place dans cette équipe .On doit leur rendre hommage pour le travail (très rémunéré tout de même) effectué jusqu présent, mais les matchs de la coupe du monde exigent d’éviter de faire du social pour je ne sais quel motif. Je m’excuse à l’avance auprès d’eux, mais des joueurs comme Raho,Laifaoui,Bouazza,Saifi,Zemmamouche( au fait sa venue à Khartoum ?)Bezzaz, pour ne citer que ceux-la, n’ont pas leur place et sont facilement remplaçables par des joueurs du cru, autrement plus compétitifs….Quant à Belhadj,il faudrait peut-être songer à lui confier une autre tâche,car il oublie souvent de revenir après avoir effectué une course fantastique,ouvrant ainsi le chemin à son vis-à-vis.( Rappelez –vous le but égyptien).

Encore une fois,je ne voudrais pas blesser qui que ce soit et mon vœu est d’attirer l’attention avant une catastrophe qui s’annonce en pointillé à l’horizon !


Nombre de lectures : 1888
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • BRAHIM
    23 décembre 2009 at 12 h 13 min - Reply

    Je ne suis pas un expert en football, mais l’approche que vous avancez me parait très solide et bien argumentée. Il y a une seule chose que je peux confirmer dans ce que vous avancez (aux autres d’apportaient les contradictions à vos arguments s’ils en ont): çà va peut être faire mal aux algériens mais l’Egypte était plus solide tactiquement et techniquement que l’équipe algérienne au cours du match de qualification. C’est la détermination psychologique et le mental de notre équipe qui a effacé cette supériorité pour permettre la victoire. Mais vous avez raison de lever la sonnette d’alarme car ce mental là on ne peut l’avoir tout le temps. Certains matchs de l’équipe d’Egypte que j’ai pu voir ont montré la qualité athlétique et technique de l’ensemble des joueurs et évidemment un fond de jeu très net. Les égyptiens sont capables de faire circuler le ballon sans problème et mettre le danger devant les buts des équipes adverses à chaque attaque. Tous les compartiments de l’équipe se tiennent. C’est le signe d’une équipe solide. C’est l’apanage des grandes équipes même si les tirs ne font pas nécessairement toujours mouche. Ce n’est pas le cas de l’équipe algérienne qui ne le fait pas aussi facilement. Mais tout de même sur l’ensemble des matchs de qualification je pense que l’Algérie mérite la qualification. Une qualification se joue en effet sur plusieurs matchs heureusement. Quand aux questions « hors football » qui entourent l’équipe nationale, vous avez raison de mettre en garde Saadane et les autres « responsables ». ATTENTION, il ne faut pas gâcher l’affaire. Dernier point, je tiens à dire aux algériens que la victoire de notre équipe a , pour moi, été gâché lors du défilé au retour des joueurs par le portrait injustifié de Bouteflika sur le bus à étage de l’équipe nationale. J’étais dégouté à mort. Je me suis dis finalement que se soit l’Egypte, la Tunisie, le Maroc, la Syrie, la Lybie etc… etc … ou « nous autres », on ne changera jamais. Le culte de la personnalité et la récupération politique de la victoire m’ont fait gerbé, c’est le mot. Cà enlève tout le charme de la victoire. Maintenant qu’une cérémonie d’accueil, de remerciements et de récompenses des joueurs soit organisé par le Président ou les politiques, quoi de plus normal évidemment ! Mais comme cela a été fait, çà me fout les boules comme dirait l’autre.




    0
  • Adel
    23 décembre 2009 at 13 h 44 min - Reply

    @BRAHIM

    J’ai regardé en passant l’ENTV après la victoire de l’EN. J’ai constaté que la population, tout en exprimant sa joie de façon très nette, n’a à aucun moment fait mention ni de Bouteflika, ni d’aucun autre personnage ou parti politique.

    Par contre, les reporters et commentateurs de l’ENTV ne cessaient de nous rappeler que Boutef avait affrété des avions pour emmener les supporters algériens à Khartoum, etc. On voyait clairement qu’ils avaient reçu des instructions dans ce sens. De même, je pense que les portraits de Boutef avaient été placés par les officiels. Tout cela est dans la logique du pouvoir et c’est le fait qu’il n’eût pas tenté de récupérer la liesse populaire qui m’aurait paru suspect.

    C’est rassurant. Le peuple algérien n’est pas aussi naïf et suiviste que le pouvoir semble le croire.




    0
  • nadir
    23 décembre 2009 at 16 h 17 min - Reply

    normal venant d’un système totalitaire , tous les moyens sont bon pour perdurer, ce qui me désolé c’est le niveau des algériens , vraiment on ‘a la mémoires courte mais vraiment courte , du jour au lendemain on ‘a oublier que ce système a clochardiser le pays .




    0
  • Tweets that mention Le Quotidien d’Algérie » Sur les chemins d’une (nouvelle) déconfiture — Topsy.com
    23 décembre 2009 at 18 h 34 min - Reply

    […] This post was mentioned on Twitter by Averroes, Appel 19 Mars 2009. Appel 19 Mars 2009 said: Les verts prennent une volée de bois vert http://bit.ly/68JsFt […]




    0
  • Mohamed
    24 décembre 2009 at 6 h 07 min - Reply

    Je suis en grande partie d’accord avec ce que vous écrivez notamment en ce qui concerne le manque de solidité de l’EN et du manque de cohésion tactique. Mais je ne puis souscrire à l’idée selon laquelle vous semblez enlever le crédit à M. Rabah Saadane dans la qualification de l’EN. Il reconnaît lui-même ces défaillances et, comme vous d’ailleurs, il tempère l’enthousiasme général qui a emporté toute l’Algérie après la victoire sur l’Egypte. Vous avez oublié Mansouri pour compléter le groupe qui doit quitter cette équipe car il n’a pas le niveau requis pour jouer en EN. Je trouve également que vous exagérez lorsque vous affirmez que des joueurs évoluant en Europe n’ont même pas le niveau de DII algérienne. Parce que personne n’osera croire à cette assertion qui me paraît absurde. Notre championnat actuel est tellement ridicule que je puisse affirmer sans risque de me tromper que les matchs de quartier qu’on organisait jadis étaient d’un niveau plus relevé!




    0
  • mourad
    25 décembre 2009 at 22 h 53 min - Reply

    je ne suis pas du tout d’accord avec vous,concernant l’entraineur khalef,car en 82 lors du match Algérie Chili,il a sacrifié kouissi et a mis Larbes son ould bled (JET)à sa place alors le flanc gauche est devenu boulevard Barbes pour Yanez ailier droit Chilien,et c’est de là que Cerbah à encaissé les 2 buts qui ont éleminés notre E.N. Une question est ce que Khalef a entrainé une équipe faible ?Jamais.




    0
  • MAKACHOU MINHA
    27 décembre 2009 at 5 h 56 min - Reply

    Je sais que mon commentaire risque de faire grincer bien des dents mais, je me jette a l’eau. Saadane est un gagne-petit et sa tactique favorite est le 3-5-2. Il a tellement peur de perdre, de peur de se faire insulter, qu’il n’osera jamais changer de tactique. Meme dans les moments les plus penibles pour son equipe et pour nous’ supporters, il persiste a jouer de la meme facon. Il a ose faire jouer Matmour arriere droit, et meghni en milieu recuperateur-destructeur alors que Mourad est un artiste ne, capable de faire tourner en bourique n’importe quel defenseur. Il maintient au poste d’arriere gauche Belhadj, qui a montre ses limites comme defenseur, alors qu’il a un Babouche, veritable defenseur, sur et dur sur l’homme et capable d’aider son attaque. Belhadj par contre est un excellent joueur de couloir, tres porte sur l’attaque mais Saadane ne veut pas attaquer. il veut juste defendre. Il prefere compter sur la baraka de Saifi (c’est lui qui l’a dit) et il le fait jouer seul en pointe au Caire et il laisse sur le banc un Ghezal, plus jeune et plus puissant que Saifi, qui, faut-il le rappeler, n’a jamais ete un avant centre. En 86 il nous a sorit l’altitude et aujourd’hui l’humidite. Ces deux phenomenes sont une realite (l’Argentine a perdu 6 a 1 et le Bresil 2 a 1 recemment a La paz (le point le plus eleve au monde) en eliminatoires de la coupe du monde). Mais notre Saadane national dis une chose et fait son contraire, il va se preparer dans le sud de la France ou il fait entre 5 et 10 degres a cette periode de l’annee. Toutes les equipes Africaines se preparent en Afrique sauf l’Angola qui n’a pas besoin de s’acclimater (au portugal) et le Mozambique je crois tjrs au Portugal. Saadane a dit qu’on s’est qualifie grace au coeur des joueurs et a beaucoup de chance. Notre salut n’est venu que du carton qu’a recu Gaouaoui au Caire. Tout les connaisseurs savaient que Chaouchi etait meilleur que Gaouaoui (c’est lui qui l’a degomme de la JSK) sauf Saadane.
    Il prefere convoque des pros qui ne jouent pas ou tres peu dans leurs clubs, plutot que de convoquer des locaux de loin meilleurs. C’est plus facile de diriger des joueurs remplacants, ils ne trouveront jamais a redire, ils se la ferment et ils touchent des montants faramineux. Par contre un Meftah, un Achiou, un Hadj Aissa, un Ziaya sont des joueurs de caracteres, il faut les eliminer. Il les prive de la selection et des primes juste pour avoir la paix.
    J’aimerais bien que Saadane nous dise que font, les Bezaz, Bouazza, Mansouri, Ghiles et Djebbour (sans club pendant plus de 4 mois) en equipe nationale? Ziaya n’a ete appele que grace a la vox populi qui n’a pas cesse de se poser la question sur son absence en E.N. Il y a qlq jours Saadane disait sur le buteur qu’il etait pret a convoquer n’importe quel Algerien, meme s’il etait chretien et avant hier Julien Faubert annoncait qu’il avait ete contacte par la FAF pour porter les couleurs de l’Algerie. Saadane nous preparait a le recevoir. Il y a qlq jours aussi Saadane a annonce la designation de Laroum et Ikhlef au poste de superviseurs. Depuis quand un superviseur ne fait pas partie du staff technique? Pourquoi pas un entraineur adjoint monsieur Saadane? Dites nous pourquoi vous ne prenez pas un entraineur adjoint?
    Vous donnez l’impression d’avoir peur. Seriez vous en train de preparer une debacle a Luanda pour vous faire ejecter avant Johannesburg? Si oui, partez maintenant et laissez la place a d’autres.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique