Édition du
27 July 2017

Paroles d'un mahgour

SM_01-tifl« Moi, j’habite au quartier des 400 Logements que nous appelons «Salombi» par nostalgie. Car nous sommes tous issus du quartier d’El Madania. Ils nous ont délogés en 1980 pour construire Maqam Echahid, et ils nous ont mis dans des baraquements provisoires. Ma famille est arrivée ici en 1982 alors que j’avais 40 jours. 27 ans après, je suis toujours là, à végéter dans une cabane pourrie où l’on reçoit toutes les eaux de pluie sur la tête », raconte un jeune en colère, avant de lancer cet avertissement : « La prochaine émeute, ça sera nous. Barakat ! », avant que son acolyte renchérisse :  » Ils nous ont bernés avec le feuilleton de l’équipe nationale. Maintenant, la fête est terminée ! « 

In El Watan 23 décembre 2009 article : Emeutes aux Eucalyptus (Alger)


Nombre de lectures : 1213
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Ammisaid
    25 décembre 2009 at 3 h 41 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Rien ne pourra me délivrer de ma misère hormis la mort. Ma misère est comme le feu de l’enfer, elle détruit tout ce qui rentre dans ses poches, ses coffres et son ventre et puis, elle hurle, elle crie et elle dit: »
    je veux encore. Je veux toutes les richesses de cette terre.
    Celles qui se trouvent dans son désert, ses villes, ses montagnes, ses plaines et sa mer.
    Je n’ai pas fait la guerre.
    Je suis venu de l’autre côté des frontières. Je veux finir l’oeuvre que mes maîtres n’avaient pas pu finir.
    Je veux tout prendre et ne rien offrir.
    Je veux me servir et vous asservir.
    Je suis la vraie misère.
    Je suis la misère du coeur qui ne croit pas en son seigneur
    Je suis la misère qui sème la mort et la terreur sans regrets, ni remords.
    Je suis la misère: qui détruit la fraternité des frères et des soeurs
    Qui efface des mémoires votre mémoire votre solidarité légendaire
    Qui induit le savant, l’érudit et le sage en erreur
    Et rend le coeur du riche pauvre en lui suggérant d’acquérir ce qui n’est ni utile, ni nécessaire
    Je suis la misère:
    Qui brille d’une lumière artificielle pour couvrir ma laideur de ma noirceur,
    Qui aime la noblesse et les honneurs
    Qui haït la beauté intellectuelle vraie, juste et pure
    Et, qui jouit en castrant les rêves et les désirs des innocents qui me croient quand je mendie ou quand je pleure.
    Je suis la misère
    Qui aime la luxure, l’argent, les perles, les émeraudes, les topazes et l’or
    Qui aime faire le mal pour faire peur, pour dominer et asservir ceux qui contestent ma puissance et qui veulent partager mon pouvoir
    Et, qui lâchent sans réfléchir, sans hésiter et sans regrets ses policiers, ses gendarmes et ses militaires pour réprimer toute révolte, d’une façon, violente et barbare.
    Je suis la misère
    Qui nourrit les puissances étrangères pour leur plaire
    Qui utilise ses enfants comme de la chair à canon à toutes les haches, tous les couteaux, toutes les baïonnettes et tous les tirs
    Et, qui aime la vie et ses plaisirs d’un amour très, très fort
    Je suis la misère
    Qui déteste les penseurs, les artistes, les intellectuels et les acteurs, surtout, s’ils sont du côté de la vérité, de la justice et de la liberté
    Je suis la misère
    Je ne suis ni arabe, ni berbère
    Je ne suis ni de l’ouest, ni de l’est, ni du sud, ni du nord
    Je suis la reine de l’univers qui dirige les ignorants qui croient ce que je leur suggère
    Je suis la misère qui a enfanté toutes les misères, il faut m’emprisonner, me détruire, m’interdire de prendre le pouvoir quelque soit ma race, ma religion, ma langue et ma couleur et m’imposer la vérité claire pour que je puisse cesser de nuire.
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • Koulou
    26 décembre 2009 at 1 h 23 min - Reply

    Bien le bonjour à vous Mr. Ammisaid, Vous avez su par votre intelligence cerné tous les aspects de la misére che l’homme et en particulier chez nous en Algérie. Seulement il vous reste à définir cette misére par un dessin ou caricature.
    Je me rappelle du temps ou j’était à l’école le prof nous avait demandé de représenter la misére chez l’homme. Tous le monde avait représenté un homme chétif,squeletique rien que la peau sur les os et j’en passe sauf un éléve qui a pu décrire la vraie misére sur le visage de l’homme. Il avait représenter un homme squelettique assis en califourchant avec une araignée qui tissait sa toile entre ses fesses et ça c’était la représenttion typique de la misére chez l’être humain.Saviez vous aussi que seul La misére et la patience ont été créee en solitaire c’est à dire qu’ils n’ont pas de concubins; dans la langue litéraire bien sûre.
    Bien le bonjour à tout le monde du quotidien d’Algérie




    0
  • Congrès du Changement Démocratique