Édition du
22 July 2017

Sénatoriales à Oran : Corruption et magouilles à ciel ouvert

Corruption 2Algérie-focus

«Je serai élu Sénateur, parce que je suis ‘Sahb Echkara’ (un homme riche)». Ce sont les termes (sic) que Tayeb Mehiaoui, élu Sénateur pour la wilaya d’Oran, a lancé devant des élus locaux et des journalistes pour répondre aux critiques de ses opposants. Cet affairiste oranais, connu pour être le Concessionnaire de la marque automobile Peugeot, n’a eu aucun scrupule à exhiber ses muscles et son argent pour faire taire tous ceux qui croient que les Sénatoriales sont une affaire de partis politiques. Non elles ne le sont pas et ce qui est arrivé à Oran mardi le confirme on peut plus clairement.

On n’est plus, en effet, dans la corruption mais dans son affirmation comme moyen de pression sociale, même lorsqu’il s’agit d’accéder à une
institution populaire. Cette mascarade ne s’arrête pas là. Ceux qui ont suivi les Sénatoriales à Oran rapportent aussi que Mehiaoui a clairement avoué qu’il a soudoyé les élus locaux. Selon lui, ce n’étaient que des «cadeaux de Achoura».

Pour accéder au Conseil de la Nation, Tayeb Mehiaoui s’est montré particulièrement généreux, offrant la somme de 50.000 dinars à chaque élu qui votera pour lui avec la promesse de rallonge en cas de succès. M. Mehiaoui, propriétaire du journal «El Ouma Al Arabia», dont les employés sont sans salaires depuis plusieurs mois, n’a pas lésiné dans les moyens pour devenir Sénateur.

Pis encore, cet affairiste a carrément giflé Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN, en se présentant aux Sénatoriales comme candidat libre. En effet, Tayeb Mehiaoui avait perdu les Primaires au FLN face à l’actuel P/APW d’Oran. Abdelaziz Belkhadem lui avait intimé de se retiré, mais en vain. Le candidat FLN s’est retrouvé donc relié en seconde position avec 80 voix, tandis que Mehiaoui en a eu 98. Un scandale de plus et une attitude malsaine qui ne se cache plus mais s’affirme en public. Scandaleux!

Nina A. pour Algérie-Focus


Nombre de lectures : 2240
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Résigné
    30 décembre 2009 at 15 h 28 min - Reply

    En autant qu’il reste dans la limite des 10% de tchipa fixée par fakhamatouhou, ce sénateur n’a rien à se reprocher. Il ne se cache même pas.




    0
  • Tweets that mention Le Quotidien d’Algérie » Sénatoriales à Oran : Corruption et magouilles à ciel ouvert — Topsy.com
    30 décembre 2009 at 15 h 51 min - Reply

    […] This post was mentioned on Twitter by Averroes, Appel 19 Mars 2009. Appel 19 Mars 2009 said: Algerie: Senateurs & deputes les Bouffons du roi faineant Bouteflika : http://bit.ly/7WeSK0 […]




    0
  • MTM
    30 décembre 2009 at 20 h 45 min - Reply

    Il y a quelques semaines, un groupe de journalistes algériens, dont Mustapha Benfodil (*), a lancé sur Facebook à l’adresse des Algériens, une initiative fort intéressante. Cette initiative peut être inscrite dans la lutte pour l’Etat de droit et pour le changement politique tant désiré. Il s’agit de décerner le prix Fawzi (au nom du légendaire ex-responsable de la communication avec la presse du DRS) au meilleur journaliste algérien à qui revient l’honneur de faire le plus grand zèle dans la défense de nos dictateurs politiques ou militaires. En somme, il faut choisir le meilleur journaliste flagorneur.

    Seuls les internautes fidèles au site LQA (E-mails faisant foi) peuvent élire ce journaliste parmi une liste proposée par l’administration du site et/ou complétée par les internautes. L’initiative peut être synchronisée avec celle de Facebook si elle a été mise en application. Si elle n’a pas eu lieu, qu’on la prenne nous-mêmes.

    Dans le même ordre d’idée, un prix de palmes d’or de la corruption (à qui il faut choisir le nom du politicien le plus corrompu). On peut aussi choisir, le meilleur sénateur-beggar, le meilleur juge de nuit, etc.

    Bonne année à toutes et à tous.

    * : http://www.algerie-focus.com/2009/11/03/bezzef-trois-questions-a-mustapha-benfodil/




    0
  • Ammisaid
    30 décembre 2009 at 23 h 07 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Le seul remède à la misère du coeur est un arrêt cardiaque brutal et définitif.
    L’argent, le prestige, la sécurité, la gloire, la luxure, la santé…ne sont que ses flateurs, ses serviteurs, ses profiteurs, ses stimulateurs, ses youyou…
    Nos députés, nos sénateurs, nos ministres, nos généraux, nos administrateurs corrompus et corrupteurs, nos riches d’une heure et d’une simple signature…sont devenus des exemples caricaturales de cette misère froide, sec et avare.
    La honte a déserté, totalement, leurs coeurs, « Harragate » de peur de devenir complice de ses ignares (djouhala)qui plus ils sont riches, plus ils se comportent comme des petits orphelins que la bonté et la générosité refusent de voir.
    Le peuple les voit, le monde les voit et le seigneur les voit mais eux, ils font comme si de rien n’était.
    Ils mangent la chair de leurs frères et de leurs soeurs et ils crient : – Oh ! Que c’est tendre !
    – Oh! Que c’est délicieux !
    – Oh ! Que c’est appétissant !
    Ils ont mangé notre histoire, nos valeurs ancestrales, nos hommes que nous aimions d’un amour sincère, le présent et l’avenir des millions de nos chers et toutes les richesses que recèlent notre terre et ils sont convaincus de bien agir.
    Un ventre dans le cou, plusieurs ventres dans le ventre et des dizaines d’autres ventres éparpillés sur tout le corps n’arrivent pas à satisfaire leurs faims de misère.
    La souffrance du peuple est ressentie par la pierre, par l’air, par l’arbre et par tout l’univers et eux continuent sans regrets, ni remords à lui enlever tout espoir, même très lointain, d’un jour meilleur.
    Regardez dans le rétroviseur et observez le sort qui a été réservé à tous ses hommes qui se croyaient puissants, invincibles, à jamais riches et immortels.
    Réveillez-vous, vous êtes entrain de servir le recruteur des flammes de l’enfer et vous ne pourrez rien emmener sous terre.
    Opposez-vous à vos désirs vils et pervers, le mal est un moyen de jouissance éphémère, il ne vous défendra pas, lorsque la colère du peuple criera justice ou vengeance très, très fort.
    Levez-vous et partez ailleurs si vous ne pouvez pas guérir cette main qui vole les pauvres, qui tue les innocents, qui magnifie oeuvres malfaisantes et qui usurpe celles de vos frères humbles, courageux et sincères.
    Si ne vous pouvez pas faire taire cette langue qui à force de mentir, de manger l’illicite et de boire l’alcool ne sait plus dire pardon mon seigneur pour l mal que j’ai fait à mes frères et à mes soeurs à qui je n’ai pas cessé de promettre le bonheur, la prospérité, une vraie justice et un travail digne pour m’élire.
    La vieillesse est la dernière occasion pour purifier vos coeurs et pour renoncer à ce qui l’alourdira et à ce qui rendra votre tombe étroite après la mort, alors, montrez-vous une fois, dans vos vies dignes, de ceux qui s’étaient sacrifiés à l’époque où vous aviez peur, en laissant tranquille ce peuple qui a tant et tant souffert.
    Salutations fraternelles à toutes et à tous




    0
  • thirga
    31 décembre 2009 at 7 h 02 min - Reply

    Chassez le naturel, il revient au galop, dit-on. Pourquoi s’étonner d’un gigolo pareil? Sauf à croire qu’un Sénat de guignols puisse faire sérieux. Et depuis quand le sont-ils. Une bande de voleurs qui veulent se la jouer aux aristocrates. Même le sobriquet de parvenus ne leur sied point. Souvenez-vous de Saadani, une danseuse de foires, la foraine, devenu président du PARLEMENT. Quand son parrain Boutef 1er l’a fait intronisé, il paraissait mal dans sa peau, visage déformé, ridé, face aux caméras tellement il regrettait le temps des foires où il prenait plaisir à se faire dorloter, habillée en danseuse …




    0
  • jnsplu
    31 décembre 2009 at 8 h 37 min - Reply

    @MTM.

    Je me suis habitué à tes sages écrits, que je lis souvent avec délectation. Permets moi cependant cette fois ci de ne pas partager avec toi cette idée à laquelle il me semble que tu n’a pas réfléchi comme à ton habitude. Porter des jugements de valeur négatifs sur les gens sur internet, je trouve cela un peu osé sur le plan éthique. Je suis sur que tu en conviendra, par contre on pourrait porter des jusgements positifs sur les meilleurs journalistes, juges, sénateurs, hommes politiques, personnalités, etc…pour dire qu’ils oeuvrent à l’édification de l’Algérie libre et démocratique.
    Fraternellement.




    0
  • MTM
    31 décembre 2009 at 13 h 55 min - Reply

    @jnsplu

    D’abord, c’est un vrai plaisir de discuter avec vous, même si nous nous ne tombons pas d’accord sur un ou plusieurs points.

    Cela étant précisé, je comprends votre logique concernant le prix Fawzi, cependant on n’est pas à l’école où l’on fait des pressions contre des élèves en comparant les résultats des uns avec ceux des autres. On se trouve dans une situation politique nationale désespérante où les acteurs le plus en vue, tirent, à qui mieux mieux, le pays vers le bas. Ce sont des acteurs responsables de ce qu’ils font et sont comptables devant le peuple et l’histoire.
    Il n’y a pas de moyen pour les mettre au pilori. La force est avec eux, et ils sont intouchables. Le peuple se trouve démuni et sans armes pour lutter contre eux. A défaut de moyens de rétorsion légaux, nous n’allons pas nous offusquer pour un petit dard comme le prix du meilleur flagorneur. L’un des objectifs de ce jeu est de réveiller les somnolents et de lancer, même temps, un avertissement à ceux, les nominés, qui sont en bonne voie d’obtenir le titre. L’élection n’est pas un jugement de valeur ; quand vous voyez un « homme du droit » comme Ksentini remplir avec grand zèle la tâche d’effacer la mémoire des disparus et de celles des victimes de la décennie rouge, et quand vous l’entendez claironner à tue-tête que l’Algérie est un pays démocratique, ce qui augmente notre désarroi, je suis certain que ce genre d’élection n’est ni un jugement de valeur ni contraire à l’étique. Mais une position de rejet total à sa politique anesthésiante et de grand valet des généraux et de Bouteflika.

    Nous avons tous des opinions sur les hommes politiques et les militaires. Des opinions que nous exprimons ici sur le site et sur d’autres. La proposition se veut seulement une autre façon d’exprimer ces opinions négatives sur telle ou telle personnalité. Si vous considérez que ce petit jeu comme contraire à l’étique, il faut alors s’abstenir d’émettre des opinions négatives sur n’importe qui.

    Sur un autre plan, nous faisons avec ce que nous disposons. On ne peut pas élire le meilleur journaliste ou le meilleur homme politique de l’année dans un pays qui n’en possède pas encore. Ils sont tous sous les bottes de Tagarins. Les plus courageux d’entre eux qui se comptent sur les doigts de la main, se taisent, ferment les yeux sur les injustices et ne s’expriment qu’une fois tous les 5 ans. Alors…On a pas un choix varié comme dans le camp opposé…

    En outre, le monde observe et juge durement chaque année la situation des pays sur une question donnée comme la liberté de la presse ou les progrès réalisés dans un domaine donné. Plusieurs organisations et pays, sans état d’âme, attribuent à l’Algérie des positions peu flatteuses, ou humiliantes, dans plusieurs secteurs. Ces classements sont des indicateurs pour les gouvernements et pour les peuples et une invitation au changement dans le bon sens. Je ne crois pas que c’est un classement contraire à l’étique…

    Qu’en pensez-vous ?

    Bien a vous




    0
  • jnsplu
    2 janvier 2010 at 20 h 10 min - Reply

    @MTM.

    1-La différence de vues ne débouche pas nécessairement sur la mésentente. Meme des frères siamois peuvent avoir des vues divergentes. C’est dans la nature de la pensée humaine de ne pas etre parfaite et c’est cette imperfection qui est à l’origine des différences d’interprétation d’un meme phénomène par chaque personne. C’est une question d’angle de vue. Lorsqu’on comprend ça, comme cela ressort de tes écrits, on se remet en cause constamment, ce que tu fais et qui confère une humilité respectable à tes écrits.

    2-Le tutoiement est une règle consacrée sur le net et c’est pour cette raison que je te tutoie, n’y vois pas une marque d’irrespect. Comme tu vois je continue à le faire et t’invite à en faire autant.

    3-Ta réponse est plus explicite que ton premier post et je vois que l’idée est vendable, si toutes les garanties comme tu le fais à propos de Ksentini, sont réunies.
    En somme tu m’a convaincu. Merci de ta réponse.
    Amicalement.




    0
  • MTM
    3 janvier 2010 at 15 h 03 min - Reply

    @jnsplu

    Je ne suis pas contre le tutoiement, avec des internautes respectueux comme toi. Je n’ai simplement pas fait attention à cet aspect dans tes messages. Cependant, par nature, j’opte pour le vouvoiement, car on ne sait pas sur qui on tombe. Il y a ceux pour qui le tutoiement rime avec le manque d’éducation et tient à une relation distancée et il y a ceux pour qui il est synonyme de familiarités donnant droit aux impertinences. Alors pour respecter les uns et pour tenir en respect les autres, il faut savoir jongler entre les deux…

    A propos du prix du meilleur flagorneur, le jour même où j’ai fait ma proposition, le dernier jour de l’année écoulée, un journaliste (Zouhir Mebarki) de l’Expression s’est surpassé dans la vénération pour Bouteflika. Dans sa chronique exclusivement pro Bouteflika et pro généraux-mangeurs qu’il confond allègrement avec « armée », il vient de considérer Bouteflika comme « un homme hors du commun », qu’aucun autre algérien n’arrive à sa cheville…

    Je ne sais pas si les journalistes du Moujahid en ont fait autant de fayotage que cette vieille baderne. Même si je sais qu’un autre grand platventriste (Djamel Ould Abbas) a dit qu’en Algérie nous n’avons que Dieu et Bouteflika, je choisirai volontiers le journaliste pour le titre du flagorneur qui ne peut être accordé qu’à ceux qui sont dotés d’un minimum d’instruction…




    0
  • jnsplu
    3 janvier 2010 at 16 h 26 min - Reply

    @MTM.

    Tout royaume à sa cour et toute cour à ses medadha ou meddahine la faute incombe à celui qui accepte de se faire reluire, beaucoup plus qu’au flagorneur.

    L’Emir Abdelkader pour le citer allah yarhmou avait vertement rabroué quelqu’un qui lui passait la brosse. Ce qu’il y a de bien en moi lui dit il, tout le monde le sait, dis moi mes tares afin que je me corrige.

    Un proverbe arabe dit « Les peuples suivent la religion de leurs rois ».

    Donc je peux à la limite comprendre les journalistes, c’est le système où ils se débattent qui veut ça et les gens ne sont pas égaux devant l’adversité, certains ont plus d’endurance que d’autres, certains peuvent subir plus que d’autres sans fléchir….




    0
  • Congrès du Changement Démocratique