Édition du
24 July 2017

Mr le "Ministre" ne savait pas !!

Le ministre du Travail ignore le cas de cette jeune femme
Meryem Mahdi admise en urgence à l’hôpital Mustapha Pacha
El Watan, 3 janvier 2010
En grève de la faim depuis 23 jours pour dénoncer un licenciement abusif, Meryem Mahdi est en danger.

Son état de santé s’est gravement détérioré. Elle risque la mort. Mais, cela n’inquiète guerre les autorités. Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, n’est même pas au courant de la situation de cette Algérienne qui ne veut que reprendre son droit, après son licenciement par l’entreprise britannique, British Gas. Interrogé en marge de sa visite effectuée hier dans le centre de diagnostic, de soins et de dépistage précoce d’Alger, le ministre s’est montré étonné. Il a donné l’impression qu’il n’a pas du tout entendu parler de cette femme, dont le cas a été évoqué à plusieurs reprises par la presse nationale. « Elle doit saisir l’inspection du travail », déclare-t-il après des explications qui lui ont été fournies par des journalistes. Le ministre ignore encore que l’affaire a été traitée par l’inspection du travail qui a établi un PV de non-conciliation entre les deux parties (la direction de British Gas et Meryem Mahdi).

Admise, jeudi dernier, à l’hôpital Zmirli Salim, d’Alger, la jeune femme a été transférée, vendredi soir, à l’hôpital Mustapha Pacha. « Elle est dans un état comateux. Elle souffre également d’une chute de la tension artérielle, d’hypoglycémie, de perte de poids jusqu’à 40%, de troubles de l’appareil urinaire, de difficultés respiratoires et de fatigue extrême due à l’anémie », explique le Snapap dans un communiqué rendu public, hier. Devant cette situation, le comité des femmes du Snapap, qui prend en charge la jeune femme depuis son licenciement, a saisi l’ambassade de la Grande-Bretagne en Algérie. Ce comité, explique-t-on dans ce communiqué, demande « une intervention et une assistance à personne en danger ». « Nous tenons pour responsable, en cas de décès de Meryem Mahdi, la direction générale de British Gas ainsi que les autorités algériennes », lance le syndicat.

Par M. M.


Nombre de lectures : 1120
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • batni
    3 janvier 2010 at 22 h 38 min - Reply

    On tombe des nues, mais ce ministre ne lit-il pas les journaux?. Ce ministère n’a-t-il pas de service qui s’occupe de la revue de la presse?. Mais c’est vrai
    tout leurs temps est pris par les vrais  »affaires ».
    Mon dieu que doit-on attendre de ses gens qui ne vivent pas parmi leurs peuples.




    0
  • l.leila
    3 janvier 2010 at 23 h 20 min - Reply

    @ batni:Mr le Ministre n’a pas menti. L’Algérie  » rouuuuuule » toute seule !




    0
  • Koulou
    4 janvier 2010 at 1 h 31 min - Reply

    Dorénavant on va l’appeler Mr. le Ministre du Travail et des Affaires Personnelles comme ça il n’y aurait plus de confusion pour tout le monde.Pensez-vous nos ministres savent ce qui se passe en Algérie et bien détrompez-vous.Ils ne savent rien de rien.Par contre si vous leur demander qu’est ce qu’il se passe en Europe et en Israel(C’est de làbas qu’ils reçoivent leurs feuilles de route),ils vous le diront illico presto.Allez à l’aéroport d’Alger et vous trouverez leurs familles entrain de faire la queue pour s’embarquer vers l’Europe pour y magaziner et faire leurs emplettes quotidiennes.L’Algérie est devenue leurs résidences personnelles,ils s’en servent et profitent comme bon leur semble,le reste(peuple) s’est du bétail qu’ils manipulent au gré de leur convénience.




    0
  • Amrouche
    4 janvier 2010 at 14 h 09 min - Reply

    Un ministre a un service de presse (communication) dont le rôle est de lire toute la presse d’influence et de faire un résumé de tout ce qui a été dit, filmé ou écrit sur des sujets de la compétence du ministre.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique