Édition du
21 July 2017

Après la « normalisation » de l’Irak et de l’Afghanistan : Le tour du Yémen

Chems Eddine CHITOUR
Le Grand Soir

12 janvier 2010

« Quand les riches se font la guerre ce sont les pauvres qui meurent »
Jean Paul Sartre

Que se passe t-il au Yémen dont on dit que c’est la nouvelle poudrière qui va faire exploser la marmite du Moyen Orient ? Petit pays de 20,9 millions avec une superficie de 527970 km2, un taux d’alphabétisation de 47,7 % , il est composé de Musulmans sunnites (55 %), et de musulmans chiites (42 %). Les autres habitants sont chrétiens, hindouistes, juifs. C’est une République islamique. Sa principale ressource est le pétrole. Son PNB-PPA par habitant (à parité de pouvoir d’achat) (en dollars) est de 751. Sa consommation d’énergie est de 184 kilogramme-pétrole par habitant. On voit que c’est un pays sous développé qui n’a rien d’exceptionnel. Ce qui fait son intérêt c’est d’abord sa position géographique sur le flanc sud de l’Arabie Saoudite , il a une vue directe sur le détroit de Bab el Mandeb, il est placé sur les routes du commerce international notamment pétrolier et sur la zone de « piraterie » dit-on somalienne.

C’est ensuite la découverte du pétrole qui ne peut laisser indifférent ceux qui en ont besoin. C’est enfin le régime, un régime despotique : Ali Abdallah Saleh au pouvoir depuis trente ans et qui a pu éliminer tous ces adversaires et qui, comme tout homme, doit passer la main ; d’où une lutte sourde pour la succession d’autant plus féroce que le Yémen est le seul pays musulman où la proportion Sunnite Chiite est du même ordre. Ce qui explique en partie l’état de guerre civile depuis plus de 10 ans entre le gouvernement central (sunnite) aidé par l’Arabie Saoudite et les Houtistes (chiite) du Nord (zone frontière avec justement l’Arabie Saoudite) aidés, dit-on, par l’Iran, le Satan actuel de l’Occident…

Une autre complication est venue, dit-on dans la presse mainstream, avec l’irruption d’Al Qaida qui après l’Irak, le Pakistan, l’Afghanistan, et même, dit-on, l’AQMI du Maghreb, ouvre un « succursale » au Yémen. Il faut donc – au nom de la lutte contre le terrorisme international – le combattre. Le Yémen, troisième front de la lutte contre le terrorisme écrit le New York Times. Les questions se multiplient aux Etats-Unis après l’attentat manqué, le 25 décembre, du jeune Nigérian Umar Farouk Adulmutallab. Celui-ci a tenté de faire exploser un avion au-dessus de Detroit. Il a affirmé avoir été entraîné par Al-Qaida au Yémen, où le quotidien américain révèle que les Etats-Unis ont ouvert très discrètement depuis un an un troisième front contre le réseau terroriste. L’armée américaine y a notamment envoyé des forces spéciales pour assurer la formation de militaires yéménites. (1)

Dans le même ordre d’idée concernant Al Qaida au Yémen, Jeffrey Fleishman écrit : « Profitant de la situation chaotique qui règne dans le pays, l’organisation terroriste recrute et tisse un réseau solide susceptible de frapper n’importe où. L’attentat manqué contre un appareil de la compagnie Northwest Airlines, le 25 décembre, en est l’illustration. La branche d’Al-Qaida au Yémen, qui a revendiqué la tentative d’attentat sur un vol de la Northwest Airlines qui assurait la liaison entre Amsterdam et Detroit, compterait près de 2 000 militants et sympathisants, affirme un spécialiste du terrorisme yéménite. (…) Le pays ne fournit plus seulement des penseurs radicaux, il attire désormais les extrémistes qui rêvent de rejoindre un front en pleine évolution au Moyen-Orient. (2)

(….) Le groupe qui, selon les analystes, a pour objectif l’établissement d’un califat islamique dans tout le golfe Persique, à partir duquel il pourrait attaquer ensuite les intérêts occidentaux et israéliens – opère depuis l’autre rive de la mer Rouge, en Somalie, où une autre branche du réseau s’est installée dans la région de non-droit qu’est devenue la Corne de l’Afrique. Ce scénario inquiète Washington. (…) “Au niveau mondial, Al-Qaida est peut-être militairement affaibli, mais ce n’est pas le cas au Yémen. On y trouve beaucoup d’armes. Le Yémen est un Etat idéal pour le développement d’Al-Qaida. Les djihadistes peuvent tirer parti du chaos qui règne dans le pays. » (2)

Autre appréciation aux antipodes de la doxa occidentale : « Ce nouveau conflit est très grave : Pour plusieurs raisons. Au départ, il s’agit d’un foyer d’instabilité, mettant aux prises des courants de l’Islam différents (…). L’Occident divise pour régner, c’est machiavélique. Ensuite, le Yemen occupe une position stratégique, dans la Mer Rouge, et donc convoitable, d’autant que les rivaux russes, chinois, ou d’autres, peuvent être tentés de s’implanter là où il n’y a pas encore de bases anglo-saxonnes. De surcroît, chaque parcelle de sol peut recéler des ressources que l’Amérique, toujours à l’affût d’espace vital, veut utiliser elle-même pour maintenir son niveau de vie, assurer sa prééminence, continuer à dominer le monde ». (3)

« Les USA tentent par tous les moyens de perpétuer leur hégémonie, comme toujours par la force puisqu’ils la préfèrent au Droit. Mais il y a plus : Cette zone, en partie sous influence Chiite, intéresse l’Iran, et donc les USA bien décidés à affaiblir l’ennemi qu’il s’est choisi. Dans ce cadre, on situe mieux la tentative avortée d’attentat, parfaitement grotesque d’ailleurs, du pseudo terroriste d’Al Qaïda. (…) Bref, nous avons à nouveau un (projet d’) attentat sous fausse bannière, sans doute moins d’Al Qaïda que des services secrets occidentaux, ou au mieux, nous avons un simple prétexte pour justifier ce qui est programmé de longue date ». Donc, nouveau terrain d’opération pour les USA. Et c’est très grave. Non seulement parce que les populations, évidemment, commencent à souffrir (raids aériens, drones, meurtres ciblés…), mais parce que ces choix illustrent parfaitement les objectifs réels du Prix Nobel de la Paix, nouveau visage d’une politique qui ne varie pas, furieusement néo-coloniale, impériale, hors-la-loi, comme du temps de Bush. Pour moi, nous assistons aux prémices d’une tactique planétaire : Prendre prétexte d’un fait plus ou moins mis en scène, et complaisamment relayé par une presse servile, pour s’implanter sur toujours plus de territoires : Mise en place de bases militaires et de marionnettes dévouées aux ordres de Washington, pillage des ressources, contrôle des populations et des zones, voire des routes pétrolières, signaux lancés aux rivaux, supplantation des Chinois ou des Russes, etc. A ce tragique jeu, qui commence par des opérations de basse intensité et se termine par la sanglante mise à sac de tout le territoire convoité, les Occidentaux sont passés maîtres. Ils avancent pas à pas, mais tout, au final, tombe dans leur escarcelle.. ». (3)

« (…) Tout se fait discrètement, en petit comité, entre dirigeants du complexe militaro-industriel, entre amis, entre futurs bénéficiaires, ou comme dirait notre cher Sarkozy, tout, vraiment tout, est désormais possible. Et tant pis si un peu partout les peuples en font les frais, tant pis s’ils sont massacrés, bombardés, terrorisés, mutilés, blessés, meurtris, démunis, ruinés, dressés les uns contre les autres, anéantis, exterminés, c’est du grand art, disons-le : Du grand terrorisme, du terrorisme absolu, celui d’Etat. Toutes les lois humaines, de guerre, internationales, sont violées, le champ est libre : on convoite, on s’empare… vols, mensonges, crimes, tout est permis…. Le cynisme est total » (3)

La dernière phase paroxystique de la guerre au Yémen contre les rebelles Houthis a fait plus de 2000 morts en moins d’un mois et plus de 150 000 sans-abri. Les troupes du gouvernement yéménite se battent contre environ 15 000 rebelles Houthis, armés et entraînés par l’Iran et retranchés dans les montagnes du Nord, autour de Saada, sur la frontière de l’Arabie Saoudite. Les bombardiers de l’armée de l’air saoudienne tapissent les zones rebelles et civiles, et l’armée de l’air et la marine égyptienne transportent des munitions pour l’armée du Yémen avec les encouragements et le financement des Etats-Unis.

Plusieurs sources confirment les traits saillants du conflit en cours au Yémen : La petite armée yéménite de 66 000 hommes, manquant de stocks de matériel militaire organisés, a bientôt commencé à se trouver à court de munitions et d’équipement militaire. L’armée égyptienne s’est empressée de fournir cet approvisionnement nécessaire, en mettant en œuvre un corridor naval et aérien. L’Administration Obama s’est lancée dans la mêlée, grâce à son assistance financière alimentant les efforts saoudiens et égyptiens pour venir en aide au Yémen. Autant que les Etats-Unis et Israël avaient été pris par surprise par les capacités militaires du Hezbollah, lors de la guerre du Liban en 2006, les Américains et ses alliés ont été stupéfaits par la maîtrise du champ de bataille des rebelles Houthi. La 1ère Division d’infanterie mécanisée de l’armée yéménite, renforcée par chacune de ses 6 brigades de commandos- parachutistes et le soutien aérien saoudien, s’est avérée incapable, depuis septembre, de briser la résistance des rebelles.

La situation ressemble de plus en plus à une guerre par procuration entre Riyad et Téhéran, la presse saoudienne du 5 novembre n’hésitant pas à parler d’ »assaut des agents de l’Iran contre la frontière« . Les Saoudiens accusent les Iraniens de vouloir étendre l’influence chiite dans la région en fournissant armes et argent aux rebelles, tandis que les Iraniens reprochent aux Saoudiens de soutenir le régime yéménite d’Ali Saleh et de vouloir exporter la doctrine wahhabite. Le Yémen est devenu la priorité des priorités pour le président Barack Obama depuis l’attentat avorté du Nigérian Omar Farouk Abdulmutallab contre un avion, le jour de Noël. Le général David Petraeus s’est rendu à Sanaa et y a rencontré le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, pour lui transmettre un message de son homologue américain. Le Premier ministre britannique Gordon Brown a appelé à la tenue d’une conférence internationale à la fin du mois, pour parler du terrorisme au Yémen et en Somalie, et à la création d’une unité spéciale pour intervenir dans la région. Le mot clé est « Al-Qaida », qui utilise le sol yéménite comme terrain d’entraînement, centre de recrutement et base de lancement pour des attaques contre des cibles américaines et européennes. Omar Abdulmutallab a reçu sa formation dans une université fondamentaliste de Sanaa et a rencontré les dirigeants d’Al-Qaida pour la péninsule Arabique à Aden et à Abyan [fief présumé d’Al-Qaida, dans le sud du Yémen]. (4)

« (…) Ce pays n’a jamais disparu des écrans radar d’Al-Qaida. Aujourd’hui, le président américain veut doubler les aides au Yémen et s’engager dans une guerre commune avec les forces yéménites contre l’organisation terroriste. Concrètement, cela signifie que le pays sera mis sous tutelle militaire américaine, puisque ce genre d’aides et de coopération ne se fait pas sans contrepartie. Les Américains n’interviendront pas au nom du bien-être des habitants, mais pour protéger leurs propres intérêts. Cet engagement n’empêchera pas le Yémen d’être un Etat en faillite. Il risque même d’aggraver les difficultés et risquera de transformer toute la péninsule en foyer d’instabilité. Rappelons-nous que l’intervention américaine a fait de l’Afghanistan et de l’Irak les pays les plus corrompus et les plus instables du monde. Le destin du président yéménite Ali Abdallah Saleh ne sera peut-être pas meilleur que celui de l’Afghan Hamid Karzai. (4)

Pour François Marginean, s’agissant de « l’attentat raté d’Amsterdam », nous sommes en face d’un complot du style Armes de Destruction Massive prélude à l’invasion de l’Irak. Il écrit : « (…) Les États-Unis ont accusé Abdulmutallab d’être lié à une cellule d’Al Qaïda située au Yémen et en Arabie Saoudite. Vous vous rappelez quand on nous disait qu’Al Qaïda était en Afghanistan ? Nous avons ensuite envahit. Et la fois où on nous disait que l’Irak était devenu la nouvelle base d’Al Qaïda ? Nous avons aussi envahit le pays. Que pensez-vous que nous risquons de voir se produire si Obama et les médias clament que le Yémen et l’Arabie Saoudite sont la nouvelle demeure du célèbre groupe terroriste crée à l’origine par la CIA ? Mais qu’en est-il réellement ? Nous pourrions commencer par demander comment Umar Farouk Abdulmutallab a pu être capable de monter à bord de l’avion qui partait d’Amsterdam vers Détroit sans passeport. Nous savons tous que le profilage ethnique existe, surtout envers les musulmans. Particulièrement depuis le 11 septembre 2001 et la subséquente guerre contre le terrorisme. Imaginez maintenant un jeune homme provenant d’un pays musulman voyageant seul et sans bagage, avec un billet allez simple en direction des États-Unis et sans passeport. (…) et qui a convaincu le personnel à la porte de sécurité de laisser passer Umar Farouk Abdulmutallab sans passeport ? (…) Et pour palier à tout cela, on nous dit qu’il va falloir augmenter la sécurité dans les aéroports, se soumettre à des fouilles à nu virtuelles, faire du profilage ethnique à fond, attendre en file des heures, le temps de nous créer de nouveau une illusion de sécurité et de nous faire frire aux rayons X potentiellement mutagènes et cancérigènes. » (5)

Le 4 janvier 2010, la Secrétaire d’Etat US, Hillary Clinton, a déclaré que l’insécurité au Yémen est une menace régionale et globale. Il faut donc armer les Arabes. On apprend, que l’Administration Américaine a signé une série de marchés d’armements à grande échelle avec les pays arabes, en vertu desquels les Etats-Unis ravitaillent l’Egypte, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, les Emirats arabes unis, de moyens de combat ultramodernes, comme des missiles antinavires, des missiles antichars, des bombes intelligentes etc. Ces marchés visent à renforcer ce qui est appelé « l’axe modéré dans le monde arabe »… En définitive à travers le Yémen c’est la configuration réelle du Grand Moyen Orient qui est modelée. Le pays à abattre est l’Iran accusé d’aider les Houtistes. Pour cela L’Occident est prêt à s’allier à Al Qaida Sunnite pour combattre le chiisme et créer une nouvelle Fitna. Il serait prêt a à libérer les « terroristes » yéménites d’Al Qaida retenus à Guantanamo pour les incorporer dans l’armée yéménite. Des jours sombres se profilent pour le monde musulman du fait de la duplicité des potentats arabes. Après l’Irak, après l’Afghanistan la « démocratie aéroportée » est offerte au Yémen pays de vieille civilisation du mythique Royaume de Saba qui terminera comme l’Irak dans le chaos. Ainsi va le monde …

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz

=================================

1.The New York Times Le Yémen, troisième front de la lutte contre le terrorisme 28.12.20092.Jeffrey Fleishman Al-Qaida fait son trou au Yémen, Los Angeles Times 30.12.2009

3. Yemen, une nouvelle guerre impériale qui ne dit pas son nom http//www. 20.six.fr/ basta./art/ 173504043/ 4 .1.10

4. Abdelbari Atouan Branle-bas de combat au Yémen Al-Quds Al-Arabi 04.01.2010

5.François Marginean : Le présumé terroriste prend le vol 253 de Northwest sans passeport ; fiché comme terrorisme :
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16831

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/Apres-la-normalisation-de-l-Irak-et-de-l-Afghanistan-Le-tour-du-Yemen.html

Nombre de lectures : 1971
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Larbi
    12 janvier 2010 at 22 h 56 min - Reply

    Je me demande qui a paye’ le ticket au jeune homme accuse’ de terrorisme ? Est-ce que ca aurai était difficile pour lui, de se faire explose’ au toilette de l’ avion, au lieu de melanger sa potion magique assis sans comme un ange sur son siège ?
    Le scenario a été ébauche’ pour aide’ et le Yémen, mais plus l’ Arabie saoudite qui est rentre’ dans une guerre perdante avec les Houti (chiite) ayant une cause juste. Le même scenario a été fait avec Oussama ben Laden quant il a commence’ a devenir un danger pour le royaume saoudien. Ils l’ ont expulse’ vers le soudan, puis ils ont réaliser que c’ était pas le Soudan qu’ il faut occupe’ mais bien autre chose, ils ont fait pression a coups de missiles sur le Soudan pour l’ expulser vers l’ Afghanistan. L’ Afghanistan était le pays a occupe’, c’ est une endroit stratégique avec un pieds entre l’ Iran/L’ inde/ la chine et la Russie. Un Afghanistan en perpétuels guerres est un éléments déstabilisateurs par excellence pour tous les pays de la régions.
    L’ algerie dans tous cela, pouquoi la liste noire? L’ Algerie et/ou la Libie est-elle la prochaine cible des americains qui vienderons aide’ le monde a faire la guerre a la Qaida du desert petrolier?




    0
  • Abdelkader DEHBI
    13 janvier 2010 at 15 h 25 min - Reply

    @ — M. le Pr Chitour : Je vous re-poste mon commentaire d’hier sur « Le Grand Soir ». Je ne savaios pas que le Quotidien d’Algérie allait publier votre article.– Voici donc ce « post » tel quel, en copie-collée:
    —— En effet, M le Pr Chitour : «  »Des jours sombres se profilent pour le monde musulman du fait de la duplicité des potentats arabes. » » Et je puis vous assurer que vous ne prenez absolument aucun risque de vous tromper. Aussi, et en toute logique, une question s’impose, celle d’un citoyen algérien ordinaire, au brillant intellectuel algérien que vous êtes : Quid de l’Algérie, en prenant pour acquis que notre pays, se trouvant géométriquement – et non seulement énergétiquement – dans l’axe Mer-Rouge-Maghreb-Atlantique-Etats-Unis, semble « éligible » à figurer au prochain « menu de la Bête Immonde » dans un court terme qu’on pourrait presque exprimer en termes de semaines ou de mois tout au plus ? – Je sais que ma question est embarrassante, eu égard au fameux devoir de réserve des hommes dans votre position, mais je pense qu’il y a des moments où le devoir patriotique prime sur tous les autres. Des intellectuels algériens de votre qualité – qu’ils résident en Algérie ou qu’ils soient des expatriés – ne pourraient-ils pas s’unir pour, au minimum, dénoncer solennellement dans un texte de large diffusion, le système illégitime, corrompu et félon en place à Alger, représenté par M. Bouteflika et la mafia politico-militaire des « parrains » qui l’ont mis au pouvoir ? Merci de me répondre.




    0
  • AMOKRANE
    13 janvier 2010 at 16 h 43 min - Reply

    LE monde arabo-musulman est depuis toujours dans la ligne de mire de l’empire américain préoccupé par sa sécurité énergétique (70% des ressources en pétrole et en gaz se trouvent dans les pays arabes). Ce qui explique l’intérêt des américains pour cette région. Islam ou pas islam ce qui intéresse les américains c’est le pétrole et le gaz. Quiconque se dresse devant les forts d’aujourd’hui est écrabouillé. En 1990 , les européens voulaient tourner complètement le dos à la guerre et le traité d’amitié (charte de paris) incluaient la RUSSIE dans la paix ce que refusa l’Amerique, l’administration américaine à sa tête Bush et condoeezza reece conseillées par Zbigniew Brezezinski ( auteur du livre le grand échiquier).L’administration américaine appliqua à la Russie de façon odieuse la stratégie de choc(Naomi Klein) ; ils n’avaient pas aidé le peuple russe à édifier une démocratie mais la stratégie de choc la livra au capitalisme sauvage, saigna son économie à blanc et la mit à l’agonie. Et tout le monde sait que l’islam n’est point la religion d’Etat en Russie. Donc pour me répéter c’est le pétrole et le gaz qui intéresse l’impérialisme américain amokrane nourdine 15425 boghn




    0
  • Mohsen
    13 janvier 2010 at 23 h 57 min - Reply

    @ Abdelkader Dehbi.
    Je vous recommande vivement les travaux de Mr Pierre Hillard. Si mes informations vous intéressent,
    faites-le moi savoir et je vous communiquerai, inch’allah, d’autres nouvelles le concernant.

    Paru dans Balkans-Infos
    LE PENTAGONE REDESSINE LE MONDE.
    jeudi 31 août 2006
    A lire sur : http://www.revue-republicaine.fr/article1194

    Les tensions et les violences qui secouent le Moyen-Orient depuis l’intervention israélienne au Liban, le 12 juillet 2006, ne sont que la partie visible d’un immense enjeu politique, économique, religieux et philosophique opposant l’Occident aux Etats islamiques de la région. L’occupation américaine de l’Irak en mars 2003 a permis le lancement d’un projet révolutionnaire en vue de remodeler une vaste zone géographique allant du Maroc au Pakistan : le Grand Moyen-Orient. Derrière cette appellation, c’est une recomposition profonde qui attend ces pays musulmans. Beaucoup de théories et de supputations courent sur les ambitions des Etats-Unis et d’Israël au sujet de la politique poursuivie par leurs dirigeants. Cependant, des signes avant-coureurs apparaissent et permettent d’apercevoir concrètement les plans en cours. C’est tout l’enjeu des cartes ci-jointes appelant à recomposer le Moyen-Orient.
    Continuer sur :
    http://www.revue-republicaine.fr

    L’auteur : Pierre HILLARD
    Docteur en science politique et professeur de relations internationales à l’École supérieure du commerce extérieur (Paris). Ses recherches portent principalement sur l’instrumentation de l’Union européenne en vue de la constitution d’un bloc euro-atlantique.

    A / Quelques-uns de ses ouvrages publiés :

    —-1 / «La Fondation Bertelsmann et la « gouvernance mondiale» : Un empire des médias et une fondation au service du mondialisme (Editions : François-Xavier de Guibert éd., 2009)
    —-2 / «Minorités Et Régionalismes Dans L’Europe Fédérale Des Régions» – Enquête Sur Le Plan Allemand Qui Va Bouleverser L’Europe.
    Editions : François-Xavier De Guibert – 27/03/2001
    —-3 /La Marche Irrésistible Du Nouvel Ordre Mondial – L’échec De La Tour De Babel N’est Pas Fatal.
    Editions : François-Xavier De Guibert – 29/11/2007
    —- 4 /La Décomposition des nations européennes, sous-titre : De l’union euro-Atlantique à l’État mondial. Géopolitique cachée de la constitution européenne, préface d’Édouard Husson, Éditions François-Xavier de Guibert, 2005 ;

    B / Quelques-uns de ses articles publiés sur http://www.voltaire.org :
    —-1 / « Espaces métropolitains » : une stratégie vers une « gouvernance mondiale »
    Les partisans d’une « gouvernance mondiale » manipulent la classique rivalité entre pouvoirs locaux et nationaux pour affaiblir les États-nations. Pierre Hillard dénonce l’agenda caché de «Cités et gouvernements locaux unis», une association mondiale intercommunale présidée par le maire (PS) de Paris Bertrand Delanoë assisté du président (PS) de la région Île-de-France Jean-Paul Huchon.
    Par Pierre Hillard | Paris (France)|31 août 2009 | Voltaire.org,édition internationale|
    —-2 / Diviser pour mieux régner.
    «L’éclatement du continent européen au service des Etats-Unis».
    Paris (France) | 11 juillet 2003 | Voltaire, édition internationale |
    La régionalisation de l’Europe pourrait être détournée de son sens initial à la faveur d’un déséquilibre des institutions. Elle serait alors un moyen de démembrer politiquement l’Europe, laissant ainsi le champ libre à la domination de l’Empire états-unien. Pierre Hillard analyse cette variante de la doctrine Wolf witz : comment transformer le rêve d’unité européenne en un cauchemar de la yougoslavisation généralisée.

    C / [VIDÉO] Pierre Hillard sur la radio FM « ici et maintenant »
    Publié le 12 janvier 2010.
    Pierre Hillard : «L’Islam est le dernier rempart contre le nouvel ordre mondial»
    A visionner sur : http://www.egaliteetreconciliation.fr/




    0
  • الصحوة
    16 janvier 2010 at 1 h 55 min - Reply

    « Des jours sombres se profilent pour le monde musulman du fait de la duplicité des potentats arabes. Après l’Irak, après l’Afghanistan la
    «démocratie aéroportée» est offerte au Yémen pays de vieille civilisation du mythique Royaume de Saba qui terminera comme l’Irak dans le chaos. Ainsi va le monde ».
    /./././././././././././././././.
    @Chems Eddine Chitour.
    Du combat pour la vie face à un ennemi qui ne demande rien moins que la capitulation totale.

    Permettez-moi de vous exposer ma conviction du combat pour la vie face à un ennemi qui ne demande rien moins que la capitulation totale.

    Je suis en faveur de la renaissance de notre organisme culturel islamique.J’aime ceux qui luttent pour l’intégrité de l’Islam,quels qu’ils puissent être. Et, tout autant que je crains et que je me défie des ennemis extérieurs de l’Islam,je méprise nos ennemis intérieurs et encore plus les couards qui les soutiennent — et je hais leur doctrine putride qui qualifie notre dégradation continuelle d’«inévitable».
    De plus, je crois à l’éveil du monde musulman. Tout dépend de la foi: foi en nos valeurs et principes, en notre avenir. Scepticisme, sophistication, cosmopolitisme, cynisme, ont ébranlé la foi de nos aïeux, et elle n’a pas été remplacée par une nouvelle. Mais la foi restera toujours l’ingrédient essentiel de toute force historique. Seule une foi unificatrice peut fournir la motivation commune pour la résistance — la conviction juste et profonde de notre droit à vivre notre foi– et faire naître la puissance résolue et sans compromis qui peut purifier et racheter notre milieu en décadence et en décomposition rapides. Très simplement: l’impératif d’insuffler cette ferveur est le problème central de notre temps.
    Et quand je dis «résister», je ne veux rien dire de plus. Car nous sommes allés si loin; nos philosophies, nos libertés et nos modèles culturels sont si pervertis ou érodés que la simple résistance est tout ce qui est possible. Et bien que notre travail soit de reconstruire, nous ne devons pas perdre de vue la réalité, car nous ne pourrons pas reconstruire avant d’avoir pris le pouvoir. Le pouvoir politique est le critère essentiel, pas les souhaits ou les bavardages, et pour conquérir le pouvoir politique tout le reste doit être temporairement sacrifié. En douter, c’est la défaite assurée. Celui qui est sur le pont d’un bateau en train de couler lors d’une tempête doit être prêt à jeter tous ses biens par-dessus bord si cela est nécessaire pour la survie commune. Ceux qui ,tel Moïse veulent sauver leur peuple et l’arracher à
    l’esclavagisme doivent d’abord passer par les portes de l’Enfer.
    الصحوة




    0
  • الحارس
    16 janvier 2010 at 17 h 12 min - Reply

    Éditorial l La guerre sans fin

    Les discours d’Obama à l’armée des Etats-Unis et à la réception de son Prix Nobel ont marqué le glas des illusions de changements de la politique américaine que de nombreux progressistes et pacifistes se faisaient encore. Le Président US, avec son beau parler de prédicateur, a, par contre, ravi les milieux atlantistes, en faisant mine de souhaiter des décisions plus collégiales dans le futur, et en manifestant sa reconnaissance pour la contribution essentielle de l’Otan à la sécurité de la « communauté internationale ».

    En réalité, le programme qu’ont applaudi les dirigeants de l’Otan offre la perspective d’une guerre sans limites, dans le temps, dans l’espace, dans ses buts. L’Otan s’est engagée aussi bien à « finir le job » en Afghanistan en augmentant sa contribution militaire et financière et politique, qu’à participer à la poursuite de Ben Laden et autres « terroristes » sur la terre entière, et dans tous les mers du globe. La Somalie et.. le Yemen viennent s’ajouter aux pays déjà diabolisés. On découvre que « Al Qaida » pourrait s’être replié dans un de ces deux pays. Le nouvel « attentat » sur la ligne Amsterdam-Détroit vient juste à point pour confirmer cette version. Et on comprend mieux aussi pourquoi l’Otan s’intéressait tellement à la lutte « contre la piraterie internationale » dans la Mer Rouge et le Golfe d’Aden : bonne opportunité de militariser le contrôle de ces mers et de préparer l’installation militaire terrestre au Yemen et en Somalie sous le prétexte de pourchasser Ben Laden

    Source; csotan.org (comité de surveillance de l’OTAN).




    0
  • Congrès du Changement Démocratique