Édition du
24 March 2017

La neige commence à fondre

par Ghania Oukazi

Le Quotidien d’Oran 13 janvier 2010

Première petite rencontre, première grande défaite pour l’équipe nationale au titre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se joue à Luanda.

Les Algériens ont placé beaucoup d’espoir dans un jeu éphémère. Le pouvoir politique a tout fait pour que ce soit ainsi. « En juin, la neige va fondre », a lâché sagement un haut cadre de la présidence de la République lorsqu’il a évoqué toutes les « manifestations d’intérêt » de la présidence de la République aux compétitions footballistiques dans lesquelles les Verts participent depuis les éliminatoires combinées de la CAN et la Coupe du monde. Il semble que la neige a commencé à fondre bien avant juin. L’entrée, lundi dernier, de l’équipe nationale sur le terrain angolais a laissé paraître une nonchalance chez des joueurs qui semblaient plutôt narguer leurs supporters et même leur staff dirigeant. Ils donnaient des coups de pied au ballon comme si la victoire leur était acquise d’emblée. Ils ont sous-estimé l’équipe du Malawi.

Certes, l’humidité et la forte chaleur qui caractérisent le climat en Angola n’ont rien à avoir avec le froid et le verglas de la région marseillaise où les joueurs algériens se sont entraînés. D’ailleurs, une grande partie d’entre eux sont des expatriés qui évoluent dans des clubs européens et qui n’ont certainement pas vaincu des étés algériens où le taux d’humidité et la température sont suffocants. Décalage horaire, décalage de température, décalage en commodités, il est probable que les circonstances ont joué contre l’équipe nationale, mais rien ne justifie le fâcheux résultat. L’Algérie n’a même pas eu droit au but de l’honneur.

Hier encore, des jeunes commentaient amèrement cette lourde défaite des Verts. Le plus intéressant est qu’on les entendait dire que les joueurs donnaient l’air de jouer les uns contre les autres. « Comme si c’étaient des clans qui en voulaient les uns aux autres », avait dit l’un d’entre eux. Propos à méditer dans un pays miné par le jeu des clans. Encore, pour ce qui est de l’équipe nationale, ce n’est qu’un jeu de pieds. Jeu qui ne peut en aucun cas être édifié comme une stratégie de relance d’un pays en panne. Encore moins servir de leurre aux jeunes pour détourner leur attention de l’essentiel. Les responsables tentent pourtant de le faire croire. Beaucoup d’argent a été injecté dans la prise en charge des joueurs, de leur staff et de tous leurs supporters. L’euphorie de Khartoum est encore vive dans les esprits. La lourde défaite avec le Malawi a plongé les jeunes et moins jeunes dans une grande déception. Elle est venue surtout rappeler à tous que le pays n’a rien à offrir de mieux.

Le subterfuge qui élimine la compétence

Le pouvoir politique a dû paniquer en voyant l’équipe nationale se faire battre à plate couture par un adversaire qui n’a pourtant pas une grande histoire avec le football. Il a bien vu qu’il ne pourra compter sur le football pour occuper les foules. Il est ainsi contraint de renouveler ses lubies pour gagner encore du temps. Jusque-là, il a toujours réussi à le faire.

Lundi, le Conseil de la nation a installé ses nouveaux membres et a reconduit son président, Abdelkader Bensalah. Personne n’a vu faire parce que tous les yeux étaient braqués sur Luanda. Mais les changements qui sont intervenus au niveau de cette institution ne nécessitent pas une grande attention pour voir que le pouvoir n’a fait, une fois de plus, que perpétuer ses réflexes. Il l’a fait, par exemple, en reconduisant huit des membres du tiers présidentiel. Il en fait ainsi des rentiers. Son subterfuge est qu’il ne trouve pas de compétences pour pourvoir les postes politiques. Des partis politiques affirment eux aussi qu’ils n’ont pas de compétences notamment féminines dans leurs rangs. «Le président de la République est otage des partis qui lui proposent n’importe qui pour gérer des portefeuilles ministériels», nous disait récemment un haut fonctionnaire de la présidence de la République. Bouteflika l’a lui-même reconnu un 8 mars, quand il a lancé aux nombreuses femmes qu’il avait invitées à l’hôtel El-Aurassi que s’il avait 10 femmes comme Louisa Hanoune, il n’aurait pas eu de problème. L’aveu que le pays est géré par des incompétents est ainsi fait. Et tout est fait pour qu’il le reste.

L’on se souvient lorsque le président de la République a lancé dans l’un des ses discours, au lendemain d’une de ses campagnes électorales, qu’il ne devait rien à personne et, avait-il crié, « si quelqu’un pense que je lui dois quelque chose, je lui fais un chèque ».

«Tout ce qui est mauvais est remonté à la surface»

Seulement, il faut admettre qu’il s’accommode bien de la docilité. Ceux qu’ils maintient en position de rentiers dans tous les domaines le restent ou le deviennent pour services rendus. Tout responsable – les exceptions se comptent sur les doigts de la main – ne peut l’être que s’il fait preuve au préalable de servitude, soit par le verbe, soit par la disponibilité, par le fait ou même par des youyous et des applaudissements.

La contrepartie est connue : aucun d’entre eux ne doit contredire les décisions politiques ni même réagir aux nombreux scandales qui rythment la vie du pays. Cités dans des affaires scabreuses à plusieurs reprises, des ministres et des responsables de haut rang continuent d’occuper leur poste sans qu’ils en soient inquiétés. C’est une ère d’impunité où la raison reste perplexe. Les plus téméraires des observateurs se contentent de dire que « ce qui est bien ces dernières années est que tout ce qui est mauvais est remonté à la surface ». Une fois le constat fait et partagé par tous, réagir contre ce gâchis n’emballe personne. Jamais le pays n’a fait preuve d’une aussi grande indolence que ces dernières années.

La seule préoccupation du pouvoir politique est de rester aux commandes du pays le plus de temps possible. L’idée de faire émerger Saïd Bouteflika comme leader d’un parti politique n’est pas une vue de l’esprit, comme veulent le faire croire certains milieux. De nombreux contacts sont menés à divers niveaux. Les probabilités de la faisabilité d’une telle démarche sont nombreuses. Toutes les suppositions sont bonnes. La dernière en date est celle qui place Saïd Bouteflika dans le comité central du FLN. Ceci étant, l’on continue d’affirmer en haut lieu qu’aucun parti politique n’intéresserait le nouveau prétendant. «Sinon, rien ne l’empêcherait de les fédérer tous, il suffit qu’il le demande pour que tout le monde s’exécute », nous dit un responsable conscient du poids qu’a pris Saïd Bouteflika après 11 années de présence au coeur même du pouvoir.

Il manque au tiers présidentiel, au niveau du Conseil de la nation, 8 autres membres pour en faire 24 conformément à la Constitution. « Le président doit les garder sous la main pour placer soit des ministres qu’ils compte changer, soit des responsables d’autres institutions», nous disent des sources sûres. Beaucoup d’enquêtes, nous dit-on, sont menées sur des responsables à plusieurs niveaux. «C’est certainement pour éviter des erreurs de casting», nous dit-on.


Nombre de lectures : 837
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique