Édition du
23 March 2017

Le sort de l’enseignant Algérien qui revendique ses Droits !!


Nombre de lectures : 1496
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • bouyilès
    26 janvier 2010 at 19 h 05 min - Reply

    Deux flics pour un bougre pacifiste qui ne peut même se payer un kilo de steack par an.Au fait ,ils sont combien ces flics en matière d’effectif et quel est le budget annuel consacré à leurs salaires?Vous me direz qu’on résorbe le chomage comme on peut et que eux aussi ils ont besoin de manger.D’accord avec vous,mais d’un point de vue de la rentabilité,je pense que ces gaillards seront mieux dans d’autres secteurs:ceux occupés par les chinois ,par exemple.




    0
  • chawki
    26 janvier 2010 at 23 h 11 min - Reply

    Mr Bouyiles que peut on attendre d’un corps (DGSN) de voyous depuis leur directeur…du temps de Lakhdiri le corps se composer essentiellement de repris de justice recrutes comme -agent de recherche -aujourd hui ils sont officiers ou commissaire avec etat d’esprit de repris de justice !




    0
  • el amel
    27 janvier 2010 at 17 h 41 min - Reply

    c’est une photo qu’il faudrait transmettre à l’UNESCO pour décorer le ministre inamovible benbouzid, un adepte de l’éducation pour un état policier. comment illustrer la finalité éducative, elle est là!




    0
  • karim
    29 janvier 2010 at 15 h 04 min - Reply

    Son seul et unique arme ,le cartable a la main et les poches vides avec deux bâtons de craie !!! Pauvre système corrompu !!




    0
  • AMINA
    5 mars 2010 at 18 h 23 min - Reply

    Nous sommes deux enseignantes du lycée « se trouvant dans l’extrème sud de l’Algérie. Nous sommes toutes deux enceinte de 8 mois, nous tiendrons une barricade pour nos autres collègues ce dimanche car nous risquons d’être expulsés de notre établissement par la police .Celle-ci n’a pas le droit de nous expulsé car la grève est un droit. C’est le seul moyen pour gagner nos droits.Même si la police nous tire dessus, nous ne bougerons pas de notre établissement. Il faut que nous tenons car Benbouzid joue sa dernière carte.
    Nous nous sacrifirons pour la nouvelle génération. Même si on doit perdre notre poste, nous améliorerons la situation des enseignants et des instituteurs dans notre pays car se sont des opprimés.
    Nous tenons sur Dieu et lui seul nous donne « el rouzouk ». Benbouzid ne nous coupera pas « el Rouzouk » du bon Dieu. Benbouzid cet alcoolique qu’il aille en enfer.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique