Édition du
26 July 2017

Le général Larbi Belkheir est décédé !

In Algérie politique

L’ambassadeur d’Algérie au Maroc, le général à la retraite Larbi Belkheir s’est éteint jeudi à l’âge de 72 ans des suites d’une maladie, rapporte l’APS. Le défunt a occupé de nombreuses hautes responsabilités. Il a été notamment sécrétaire général puis directeur de cabinet de la présidence de la République et ministre de l’Intérieur. Il était impliqué dans l’assassinat de Boudiaf et Ali Mecili.

Né à frenda (Tiaret)  en 1938, fils de caïd, sous lieutenant de l’armée française jusqu’en 1960, Larbi Belkheir s’occupa de l’instruction des militaires algériens en Tunisie et ne porta jamais les armes contre la France coloniale.  En 1962, capitaine et chef de sous-groupement stationné à Constantine ( région militaire commandée par Chadli Bendjedid), on l’envoie s’instruire chez les tavarichs et il fait l’Ecole d’état-major en URSS et devient directeur de l’infanterie; En 1965 chef d’état- major à Ouargla et enfin chef d’état-major à la 2e région militaire; 1975 Commandant, il dirige l’ENITA et se prend une magnifique villa à la peyrouse; 1978 il devient le bras droit de chadli; 1992 il préside le fameux HCS qui instaure l’état d’urgence et d’exception.
Belkheir était l’homme de la France par excellence, il a appuyé la France sur maintes et un dossier délicat.  Il était le serviteur attentionné de la famille présidentielle. Il se rapproche de la seconde épouse de Chadli, Hlima Bendjedid, et devient ainsi un intermédiaire influent. Un servile laudateur par excellence, il a été  le point nodale des familles chadli/bourekba/lahouel .

Il nomme et il gomme les gens qui font partie du système. Avec Hlima,  il forme un duo terrible. Belkheir à toujours su profiter des occasions qui se présentaient, c’est lui qui a repêché Smain lamari quand Betchine l’avait viré. Juste après l’assassinat du président Boudiaf Mohamed, Belkheir s’est retiré discrètement de la scène politico-financière algérienne, pour s’occuper de ses affaires entre Alger et les grandes capitales occidentales. Pendant cette période, il a su se faire petit et faire  oublier les doutes qui entaché ses mains sur l’assassinat de Boudiaf.
Son retour en force avec son poulain Bouteflika, prouve que sa retraite fut intentionnelle et rentre dans le cadre d’une stratégie élaborée par un cabinet noir qui préside aux destinées du pays. Tout le monde sait à Alger, que c’est lui le principal ciment et jointure entre Bouteflika et les militaires algériens.


Nombre de lectures : 8390
48 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • bouyilès.
    28 janvier 2010 at 16 h 17 min - Reply

    Il fallait que son passé le rattrape de son vivant.Dommage que je ne croies pas en l’enfer,sinon je dirai que Boudiaf et bien d’autres valeureux patriotes sont vengés.
    Paix à l’âme des victimes de ce bourreau.




    0
  • BRAHIM
    28 janvier 2010 at 16 h 50 min - Reply

    Je pense que beaucoup d’internautes vont avoir une pensée pour la famille De Belkheir, c’est tout à fait normal car dans notre culture on respect le deuil de la famille du défunt. Mais moi je ne m’empêcherais pas de faire la réflexion suivante : Je ne crois pas en la résurrection dans l’au-delà mais j’aurais tant souhaité pour le cas des vautours qui nous ont dirigé depuis plus de 40 ans sans nous laisser le moindre espace de liberté et dignité, que cela existe vraiment pour justement qu’ils soient jugés après leur mort …. car ils n’ont jamais payé leur fautes et leurs crimes de leur vivant. Il y a des personnes qui vont peut-être penser que ce n’est pas grave de ne pas les faire payer de leur vivant puisque que Dieu les attends. Est-ce vraiment la solution pour ses vautours. Il serait préférable à mon avis de les sanctionner d’abord sur terre car jusqu’à présent personne n’est revenu de l’au-delà pour nous dire qu’il existe vraiment une justice immanente. C’est vrai que le dicton dit : à Dieu nous appartenons, et à lui nous retournerons » . Mais si c’est le dicton suivant qui prévaut : « de la terre nous venons, et à la terre nous retournerons » , ces vautours auront finalement échapper à toutes les mailles du filet. !!!!




    0
  • Yacine
    28 janvier 2010 at 16 h 54 min - Reply
  • الجزائري المحقور
    28 janvier 2010 at 17 h 12 min - Reply

    و سيعلم الذين ظلموا اي منقلب ينقلبون




    0
  • tacili
    28 janvier 2010 at 17 h 13 min - Reply

    Enfin !!




    0
  • simozrag
    28 janvier 2010 at 17 h 17 min - Reply

    @ Brahim
    Le dicton que vous citez est tiré de ce verset du Coran :
    « De la terre, Nous vous avons créés, à la terre nous vous ramènerons et de la terre Nous vous ferons sortir une fois encore » Coran, Surate 20 verset 55

    J’interviens uniquement pour compléter le dicton en question et vous rassurer que le jugement dernier est inéluctable. Sinon Dieu serait injuste de laisser autant d’injustices sans jugement.
    Fraternellement,




    0
  • Undertaker
    28 janvier 2010 at 17 h 26 min - Reply

    Que les victimes de ce bourreau impitoyable reposent en paix. Pas lui.




    0
  • L’Algérien
    28 janvier 2010 at 17 h 35 min - Reply

    Est ce que c’est vrai?? si c’est le cas alors je dirais Que Dieu Ait Pitié de son Ame. Dieu dit dans son saint Coran « A Dieu Nous Appartenons Et A Dieu Nous Retournons » et ce n’est pas un proverbe.




    0
  • said
    28 janvier 2010 at 17 h 42 min - Reply

    encore un de moins,dommage qu’il n’est pas passé a la barre d’un TPI.
    Maintenant place a l’histoire .
    J’espère qu’il a pris avec lui tout son argent sale, et ses villas dans son trou de 2 metres carrés.




    0
  • said
    28 janvier 2010 at 17 h 50 min - Reply

    Merci pour la correction monsieur Pivot.

    ==============
    Pas de quoi, mon cher Saïd.
    La Rédaction




    0
  • djamal
    28 janvier 2010 at 18 h 15 min - Reply

    Il est parti en laissant derriere lui des familles decimees et tout l’argent du peuple qu’il a vole. Quelle triste fin que de mourir das l’anonymat seul dans une chambre d’hopital…Esperant que ses enfants auront la dignite humaine de restaurer l’argent vole et de demander pardon aux Algeriens et Algeriennes victimes de leur papa bourreau….
    ALLAH OUAKBAR…
    LE PRPHETE A DIT :(( IHBAB MACHIETA INAKA SA TOUFARIK HOU)) Autrement dit aime ou adore ce que tu veux, tu finiras par t’en separer…




    0
  • Dahmane
    28 janvier 2010 at 18 h 21 min - Reply

    j’aurai aimé le voir souffrir ici sur terre avant d’aller croupir en Enfer et souffrir à jamais ce qu’il a enduré au peuple algérien.




    0
  • un algerien revolté
    28 janvier 2010 at 18 h 25 min - Reply

    un traitre en moins pour l’algerie mais cela ce n’est pas fini car il reste énormement de traitres dans notre cher pays , pour cet individu il payera tous ces crimes contre le peuple algerien maintenant ni le drs ni les forces spéciales ni autre corps constitué ne le protégera maintenant c’est la force divine qui tranchera et il faudrait que les autres individus commencent a y penser a leur tour




    0
  • jnsplu
    28 janvier 2010 at 18 h 33 min - Reply

    @ Brahim.

    Bonjour.
    Tes interventions sont parfois hilarantes pour moi. Il en émane une simplicité et une sincérité qui me confond. Elles provoquent chez moi des élans affectifs à ton égard comme si je t’ai toujours connu. Merci d’exister.

    Quoi qu’il en soit pour ces vautours, tu comprendra qu’il y a des avantages, ne serait ce que la à croire en un jugement divin, sinon zzagatte on pique une crise de nerfs.

    ps= le premier « dicton » est un verset du Coran et le second je crois qu’il s’agit d’un verset de la bible.




    0
  • SAMARITAIN
    28 janvier 2010 at 18 h 39 min - Reply

    Que les décideurs de ce bled prennent l exemple et s occupe vite du cas de Madame Meriem Mehdi ….. et des millions de pauvre Algérien , avant qu’il ne soit trop tard
    كيف تهنا يمن يرجاك سيف عزريل….




    0
  • Ammisaid
    28 janvier 2010 at 19 h 25 min - Reply

    Finalement, ils ne sont pas immortels, eux aussi.
    Quel homme sains du coeur et d’esprit(je ne parle pas de pureté)serait capables de faire tout ce qu’ils ont fait et font à notre peuple et notre pays ? La punition commence ici mais des fois elle n’est pas visible (elle est maquillée comme un crime maquillé. Ce n’est pas par ce que l’assassin est caché ou substitué par un innocent que la victime n’est pas morte).
    Sauf dieu connaît le véritable poids du mal que nous faisons. A Dieu nous appartenons et à Dieu nous retournerons.
    Heureux celui ou celle qui change pendant qu’il est vivant. Heureux celui ou celle qui cesse de se faire du mal, de faire du mal aux autres et à la création et qui se met à faire du bien en étant vivant.
    La tombe est très, très étroite pour les biens matériels mal ou bien acquis mais elle très large pour le bien ou le mal que nous faisons sur terre. Wa Allahou a3lem




    0
  • Rédaction
    28 janvier 2010 at 19 h 25 min - Reply

    Encore un témoin clé des sombres affaires qui ont endeuillé tout un pays qui tire sa révérence sans avoir rendu des comptes, ou du moins livré à la justice des hommes ce qu’il sait. Et Dieu sait qu’il en sait long.
    Rien! Il n’a rien laissé à ses compatriotes de ce qu’il sait et de ce qu’il a fait. Pas même pour se disculper et tenter de laver l’honneur de sa famille.
    Dans un sens, le général Nezzar est plus respectable, lui qui a écrit des livres, livré des interviews, fait des discours.
    Nous ne sommes pas dupes de tout ce qu’il y raconte, ni des falsifications de l’histoire qu’il entreprend laborieusement, nous qui avons vécu à la même période que lui, et qui avons la possibilité de lui apporter la contradiction, mais nous devons reconnaître qu’il ne se dérobe pas à ses responsabilités d’acteur de la tragédie, même s’il se situe lui même parmi ceux qui ont sauvé le pays.
    Mais les écrits qu’il laisse seront matière à discussion, voire des preuves de sa duplicité.
    Larbi Belkheir nous aura ignoré, et méprisé la mémoire de ses innombrables victimes, jusqu’au dernier souffle de sa vie. Pas un mot!
    Il n’aura rien laissé à la postérité que toutes les sombres histoires qui circulent sur son compte et entachent sa propre mémoire. Et tous les biens de ce monde, acquis de la façon que nous savons, qu’il aura légué à ses héritiers, seront un boulet bien lourd à porter. Je les plains.
    C’est triste à pleurer.
    DB




    0
  • karima
    28 janvier 2010 at 19 h 35 min - Reply

    Ya saadek ya faal el khir.Que Dieu benisse tous ceux qui sont morts.




    0
  • tarek
    28 janvier 2010 at 19 h 42 min - Reply

    vive L ALGERIE de peuple vive la jeunesse algerienne et on pardonnera jamais devant dieu et vive notre président MOHAAMED BOUDIAF.




    0
  • khaled
    28 janvier 2010 at 19 h 51 min - Reply

    DB mon ami…..

    Pourquoi avoir ecrire ce commentaire.

    Il fut et il n’est plus la.

    Notre cher pays survivera a ces details de l’Histoire (la personne)….les plais sont ouverts de mon vivent.

    Amicalement
    Khaled




    0
  • BRAHIM
    28 janvier 2010 at 20 h 01 min - Reply

    @simozrag, merci. Vous êtes rassurant ! Je conclue donc qu’il ne sert à rien de s’emballer à condamner ces vautours sur terre car Dieu va s’en s’occuper dans l’au-délà !!




    0
  • BRAHIM
    28 janvier 2010 at 20 h 05 min - Reply

    Je tiens quand même à m’excuser sincèrement auprès de mes frères algériens musulmans pratiquants ou non d’avoir pris un verset de Coran pour un dicton. Milles excuses sincères.




    0
  • Salim Louanchi
    28 janvier 2010 at 22 h 37 min - Reply

    S’il y en a un qui doit se réjouir, c’est son « homme d’affaire » Kader Koudjeti, l’un des financiers des « compagnes » de Bouteflika et des generaux. Belkheir etait supposé n’avoir qu’une minoterie en faillite à Ghardaia (pret bancaire, quelle cynisme!) et sa retraite d’ancien militaire….donc meme ses enfants ne pourront rien reclamer…vu qu’il n’a « rien » officiellement…

    Ya hasraten 3ala al 3ibad!

    Salim




    0
  • mohamed
    28 janvier 2010 at 23 h 03 min - Reply

    Belkheir est mort. Le regime est là. ne l’oublions pas. Il ne faut entrer dans le piege des disparitions des personnes.Smain lamari est mort , le regime est là. Fodil cherif est mort le regime est encore là.Bouteflika ou tewfik pourront mourir et le regime sera là aussi.C’est l’actuel regime qui doit mourir bien que la disparition de belkheir soit un evenement non negligeable.




    0
  • Karima Mansour
    28 janvier 2010 at 23 h 14 min - Reply

    Wa li fi fanaa i el khalqi akbarou 3ibratin
    limen kaana fi ba7ri al 7aqiqati raaqi

    choukhousoun wa ashkaaloun tamourrou wa tantahi
    fatafnaa jami3en wal mouhayminou baaqi

    Allah yaddina fester!

    Karima




    0
  • Koulou
    28 janvier 2010 at 23 h 20 min - Reply

    Dans un hadith Allah Dit: « Je suis le DIEU de l’Univers et de l’au dela, ou sont les dieux de la terre »?
    « ANA EL_3ALIOU EL_DJABBAR FA AÏNA DJABABIR EL_ARDH »?
    D’après les OULEMAS ce sont les premières paroles de dieu envers ses créatures.Je pense que DIEU n’a pas voulu punir cet homme sur terre de toutes les attrocités qu’il a commises envers le peuple Algérien, le chatiment de l’au dela est 100.000 fois plus sévére que les supplices humains imaginables. Les feux de l’enfer(À l’origine 1000 fois plus chaud) ont été atténués pour les servitudes humaines.
    « OUA IAOUMOUN 3INDA RABIKA KA 1000 SANAS MIMMA TA3OUDOUN »(Dans un autre verset 50.000 ans).On juge un être humain par ses actes et non pas par son appartemence ou son rang social. Devant DIEU toutes les créatures sont égales et les chatiments se mesurerons par le degré de leurs actes.
    Quand DIEU aime une personne il la chatie de son vivant et cet énerguméne a pris dans son sac toutes les attrocités commises sur terre.
    « HASSIBOU ANFOUSSAKOUM KABLA AN TOUHASSABOU »

    « 3ich ma chi’ta fa innaka maïtou oua ahbib min chi’ta fa innaka moufarikou ».
    « Mahma tala el leylou fa la boudda min toulou3 el fidjr(el-chems) oua mahma tala el-3omrou fa la boudda min doukhoul el kabr ».
    Et je termine avec extrait:
    « KHAÏROU EN_NASSI ANFA3AHOUM LI_NASSI »




    0
  • nomade
    29 janvier 2010 at 2 h 44 min - Reply

    allah laa yarhamlek atham…q’ALLAH soit sans miséricorde avec toi comme tu l’as ete avec tes concitoyens :les assassines, les disparus, les mutiles , les mahgourines , les opprimes.




    0
  • Halima
    29 janvier 2010 at 3 h 34 min - Reply

    Trop de fautes dans ce portrait du général félon!




    0
  • batni
    29 janvier 2010 at 4 h 31 min - Reply

    Attendez-vous a une réunion au sommet de la « Famiglia » pour se départager son territoire!!!.
    Tenez-nous au courant, on veut le nom du nouveau parrain.




    0
  • Adel
    29 janvier 2010 at 10 h 10 min - Reply

    @DB

    Bonjour,

    C’est quand même terrible que celui que la rue et beaucoup d’analystes ont toujours désigné comme le chef ou le coordonnateur du cabinet noir qui gère le pays depuis l’accession de Chadli Bendjedid à la Présidence soit resté muet jusqu’à sa mort. Que faut-il en déduire? Que notre société soit devenue amorphe à un point tel qu’un individu aussi méprisable ait décidé de notre sort pendant une si longue période. Boumédiène était un dictateur. Il avait fait du mal. Mais au moins, il s’exprimait, on savait ce qu’il voulait. Nous avons été victimes de sa mégalomanie et de son ambition. Mais que voulait Belkheir? Quel but poursuivait-il depuis 30 ans? Amasser des sous? Tout le mal qu’il a fait au pays, c’était donc pour des sous? Nulle ambition, nul idéal à accomplir, nul rêve de grandeur?

    Et l’autre comparse, tapi dans l’ombre, caché dans son trou et dont on ne nous présente à chaque fois qu’une photo de mauvaise qualité, et qui partira lui aussi un de ces jours sans qu’on sache jamais pourquoi il nous a fait tant de mal.

    Le règne des médiocres dure depuis trop longtemps.

    Mon Dieu, comme tout cela est triste…




    0
  • Rédaction
    29 janvier 2010 at 11 h 47 min - Reply

    @Adel
    Oui, la vie de cet homme est énigmatique dans le sens où ne savons pas, et que nous ne saurons probablement jamais, ce qu’étaient les ressorts intimes qui le stimulaient. On raconte que lors de son passage dans l’armée française, il aurait été un officier de la redoutable DOP(Dispositif Opérationnel de Protection) dans les Aurès. C’est dire qu’il n’avait pas d’états d’âme, si cette information est avérée. Il n’était peut être pas intelligent, dans le sens où l’on entend exacerbation des facultés mentales, capacité de pénétration des phénomènes, et élévation spirituelle. Peut être était-il seulement doué de cette faculté primitive et innée des grands fauves à la prédation et à la survie, parce qu’il était habité de la conviction quasi carnassière qu’il n’avait d’autre choix, pour survivre et se multiplier, que de se nourrir de la vie de ceux qui étaient naturellement prédisposés à cette seule fin. Comme des herbivores sont naturellement le garde manger des carnivores.
    Et donc, dans son esprit, il devait considérer que ce qu’il avait « accompli » n’était rien que de bien naturel, qui ne nécessite pas d’être expliqué, et encore moins justifié. Lorsque son fils s’est suicidé, il n’a manifesté aucun état d’âme public si ce n’est qu’il a imposé au procureur de la république de signer un procès verbal qui constatait que le décès était dû à un accident de la circulation. C’est significatif de sa posture mentale. Il faisait tout pour renforcer son influence, et usait de celle-ci pour « rectifier » tout aléa qui se met en travers de son chemin, pour ne pas dire ses ambitions qui seraient un terme impropre pour ce personnage de l’ombre.
    Lorsque Chadli était Président, et que Belkheir, avec des méthodes presque sommaires de ruse animale, avait réussi à capter l’essentiel de la décision politique, il témoignait cependant à Chadli, selon le témoignage d’une personne digne de confiance, une soumission et une servilité aussi ostentatoires qu’elles étaient cousues de fil blanc. Lorsque Chadli le sermonnait, il baissait la tête comme un enfant pris en faute, et il lui arrivait même, selon ce même témoin, de verser des larmes. Et dire que cet homme, que d’aucuns surnommaient « Le Cardinal » faisait trembler toute l’Algérie. Mais ce tempérament ambivalent, devenait quasiment polyvalent en fonction de la conjoncture. On raconte aussi que lorsqu’il était avec ses amis politiques français, il devenait un personnage exquis de courtoisie et de prévenances, à l’inverse de son attitude lorsqu’il avait affaire à des commis de l’état algériens, qu’il méprisait, qu’il vilipendait et qu’il rabaissait avec une rare violence.
    C’était, en somme, un parvenu par essence, et qui n’agissait ou ne réagissait, non pas par rapport à sa propre personnalité, mais selon les circonstances du moment, en modulant son humeur selon sa propre situation du moment. Une seule chose avait de l’importance à ses yeux, et qu’il ne manquait jamais de rappeler, selon le même témoin, c’était son passé d’officier de l’armée française. Il en tirait une véritable fierté.
    Rien d’étonnant alors que l’idée d’apporter son témoignage à l’histoire, sur les terrifiants évènements qu’il a vécu, et qu’il a provoqué, ne l’ait même pas effleuré. Rien d’étonnant aussi que Bouteflika, qui lui doit pourtant son accession au pouvoir, l’ait jeté comme un malpropre, sans même lui témoigner la plus petite gratitude. Il connaissait son vrai fond.
    Mais ce ne sont là que spéculations de ma part, même si elles sont fondées sur ce que j’ai entendu dire sur lui. L’homme est peut être un tout autre personnage que celui que je tente de deviner. Le saurons nous un jour ? J’en doute…
    DB




    0
  • sirem
    29 janvier 2010 at 12 h 34 min - Reply

    pendant que nos valeureux martyrs souffraient de manque d’armes et de tout, eux les scélérats moudjahidines de la dernière heure s’engraissaient comme des porcs aux frontières, comme l’a bien souligné le chroniqueur, ils n’ont jamais pris l’arme contre le colonialisme. le décès de cet individu réjouit bcp ses amis, car il emporte bcp de secrets avec lui. et le TPI le rattrapera jamais. j’aurais aimé que l’enfer existe vraiment.




    0
  • BOUDIAF NACER
    29 janvier 2010 at 13 h 01 min - Reply

    Il a echappe a la justice des hommes, mais celle de Dieu…




    0
  • Si Salah
    29 janvier 2010 at 14 h 46 min - Reply

    La shahadat zour du roi des mounafiqin:
    **************************************

    Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a souligné hier que l’Algérie avait perdu avec la disparition du moudjahid Larbi Belkheir un “enfant dévoué et un militant qui a toujours servi son pays avec abnégation et engagement”. L’Algérie vient de perdre, avec la disparition de si Larbi, “un de ses enfants dévoués et un militant qui a toujours servi son pays avec abnégation et engagement, d’abord en prenant les armes face au colonisateur et en accomplissant son devoir avec les moudjahidine pendant la guerre de Libération jusqu’à l’avènement de la liberté, puis dans les rangs de l’Armée nationale populaire (ANP) avant d’occuper de hautes fonctions”, lit-on dans le message de condoléances du président Bouteflika à la famille du défunt.
    “Je perds aujourd’hui un frère qui appartenait à cette famille de moudjahidine que j’ai connue pendant la guerre de Libération. Un frère que j’ai côtoyé dans les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN) et auquel j’ai accordé ma confiance dans une période difficile et sombre pour le pays au cours de laquelle il assuma ses fonctions avec sagesse et sérénité”, a ajouté le président de la République, soulignant que le défunt “était toujours enclin à apporter son aide et à donner des conseils et des orientations”.
    Feu Larbi Belkheir était connu pour “ses bonnes œuvres et était une référence en matière de travail bien accompli et de justesse d’esprit”, a rappelé le chef de l’État. En cette pénible circonstance, le président Bouteflika a présenté ses condoléances les plus attristées à la famille du défunt…




    0
  • smail
    29 janvier 2010 at 15 h 00 min - Reply

    pourra t’il voir boudiaf,merbah,mecili…… dans les yeux,pauvre de toi ,tu ne sais pas ce qui t’attends.je te souhaite l’enfer ,va au diable criminel.




    0
  • Undertaker
    29 janvier 2010 at 15 h 25 min - Reply

    Le régime persiste et survit malgré le depart de son parrain. Belkheir le tortionnaire est mort, Ghendil, un autre maroco-algérien (comme le président) prend sa place. Après le Cabinet de la présidence , l’ambassade à Rabat. Il marche sur les pas de son parrain et de son créateur. Ghendil, un élève des plus médiocre de l’ENA.




    0
  • radjef said
    29 janvier 2010 at 16 h 47 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.@Boudiaf Nacer. Qui se souvient encore de Ahmed Draia, l’homme qui terrorisait les élites du pays? Personne! Les rares qui se souviennent de lui, c’est pour citer les bourdes et les aneries de ce régime. Il en sera de même avec Larbi Belkheir, Nezzar, Touati…Mais qui peut oublier Ait Ahmed, Boudiaf, Abbane, Ali Zammoum, Baya Hocine?…A chaque fois que quelqu’un citera le nom de Belkheir,de Nezzar, de Aissat, c’est pour dire le mal et la douleur que ressent le pays…Plus que cela, il viendra un temps ou même leur propre progéniture aura honte de prononcer leurs noms.




    0
  • yazid-dz
    29 janvier 2010 at 17 h 25 min - Reply

    Les bourreaux meurent aussi.Dieu Merci, un au moins sur terre. Ses semblables continuent a croire que sont les serviteurs de l’Algérie. Avec plus 200 000 morts sur les bars je me demande comment ils vont rencontrer ALLAH!




    0
  • fess
    29 janvier 2010 at 17 h 42 min - Reply

    @ Radjef said
    Vous ajoutez « Aissat » avec, ces gens que je n’ose meme pas nommer.Ma question est qui est Aissat?
    Merci de me repondre




    0
  • thirga
    29 janvier 2010 at 18 h 31 min - Reply

    Surement pas Aissat (Idir), libéré par la justice des tortionnaires et repris par les tortionnaires pour le tuer au chalumeau. Sur son œuvre (UGTA) trône l’innommable homme qui assume d’avoir privé des retraités de leur pension pour les pousser au suicide et enrichir Khalifa boys.




    0
  • Adel
    29 janvier 2010 at 18 h 34 min - Reply

    Mais d’où sortent donc ces monstres? N’ont-ils pas eu d’enfance ? N’ont-ils pas eu de rêves, une mère aimante et une grand-mère aux cheveux blancs qui, à chaque fois qu’ils s’en allaient en voyage, les accompagnait de sa bénédiction? N’ont-ils pas couru dans les champs, joué aux billes avec les enfants du village ou du quartier? N’ont-ils jamais levé les yeux vers le ciel pour en admirer la limpidité ? N’ont-ils jamais ressenti un sentiment d’euphorie gonfler leur poitrine en regardant l’ondoiement des champs de blé au printemps? Aucune mélodie, aucun chant n’a jamais mis un baume sur leurs cœurs attristés ? Aucune prière ne leur a jamais fait prendre conscience du fait que toute possession est sans valeur et que seul le don de soi donne un sens à la vie ? N’ont-ils donc jamais établi d’autre lien avec ce pays et les gens qui l’habitent que celui du prédateur avec son territoire ? Mais qu’ont-ils donc connu de la vie, si ce n’est ce qu’elle a de plus sordide et de plus répugnant? Ils n’ont même pas eu la chance de connaitre le remord et le repentir. Jusqu’à la fin, leurs cœurs seront restés de glace. La mort les habitait déjà de leur vivant. Même leur haine aura été inutile car incapable d’enfanter des lendemains meilleurs. Il n’y avait en eux rien d’humain.




    0
  • yazid-dz
    29 janvier 2010 at 19 h 21 min - Reply

    Un article dans lemonde du 29/01/2010
    le grand chambellan », « le cardinal de Frenda », « le parrain » ou « l’imam caché… ». Il n’a pas manqué de surnoms pour évoquer la toute-puissance du général Larbi Belkheir dans le système algérien……(
    voir article sur lemonde du 29/01/2010
    )




    0
  • Allel
    29 janvier 2010 at 21 h 08 min - Reply

    Belkheir demeure un personage tres enigmatique. Il est typiquement connu pour « ne pas travailler a son propre compte » mais travaille plutot « pour le compte d’un clan » c.a.d hizb franca d’apres plusieurs temoignages et entre autre note ex- premier ministre Abelhamid Brahimi. Bizarre!! A moins qu’il pensait naivement qu’il travaillait sincerement pour l’Algerie..

    Allah yarahmou.. il a beaucoup a repondre de ses crimes..




    0
  • abderamane
    29 janvier 2010 at 21 h 34 min - Reply

    Je fais le rapprochement des manifs, pour l’équipe nationale, d’hier qui se confondent pourquoi pas avec l’annonce de sa mort.OUF!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Peut-être que le peuple respirera un tant soit peu.




    0
  • nomade
    29 janvier 2010 at 21 h 37 min - Reply

    le parrain a couve un certain parvenu nomme rabrab , defendu bec et ongles sur ce site par certains internautes et le classent en hero national .
    quelle logique et quelle jugeote !!!




    0
  • radjef said
    30 janvier 2010 at 9 h 36 min - Reply

    Bonjour tout le monde.@fess.N’ayez aucune crainte, je ne parle pas du docteur Aissat militant authentique et proche collaborateur de Hocine Ait Ahmed décédé tout recemment. Je parle du général Rachid Aissat, celui qui tire dans le dos de ses compagnons, celui qui a assassiné Said Abid, celui qui se fait passer pour un maquisard et qui verse des larmes de crocodile à chaque fois qu’un authentique moudjahid tire sa reverence…Ce soldat Chveik qui se fait passer pour l’ami intime des femmes et des hommes du 1er novembre…




    0
  • BOUKEZOUHA abdelouahab
    31 janvier 2010 at 10 h 31 min - Reply

    Parler d’un mort, fusse un général dont la carrière est faite de coups tordus et de coups bas, est assez délicat parce qu’il y a, en général, une certaine pudeur à charger l’âme du défunt.

    Ce n’est certainement pas pour rien que ses proches, ses amis et ses ennemis le surnommaient le « Cardinal » pour dire non seulement qu’il était au sommet de son art dans un environnement de pourritures et d’abjection mais qu’il avait la capacité de faire et défaire les hommes et les situations.

    Je n’ai plus jamais appelé El Hadj M’hamed El Anka le « Cardinal » depuis que Larbi Belkheir s’est habillé de la pourpre cardinalice de la concussion.

    Durant des années au service de la dictature dont il fut un des piliers centraux et des marchands en tout genre qui le lui rendaient bien, ce général discret, presque effacé publiquement, a fait la pluie pour les misérables et le beau temps pour les nantis dans un pays qu’il a, avec ses complices morts ou encore vivants, rendu exsangue.

    L’éternel qui l’accueil juge nos actes, Larbi Belkheir part avec les siens dont il aura à répondre parce que nous croyons au jugement dernier.

    « Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra

    et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra ».

    Evidemment, il eut plus pédagogique, et réconfortant pour les victimes de cette dictature qui lui survit, hélas, qu’il fut jugé par le tribunal des hommes pour les méfaits qu’il leur a fait subir pendant 30 ans.




    0
  • abderrahmane
    31 janvier 2010 at 16 h 46 min - Reply

    je demande pour le reste qui reste des responsable yarhamou cha3be waya3tiwhoum hakhoum ta3 pétrole ou hak lam3icha kima houma 3andhoum rabhoum hata hna 3andna rabna takou allah fina ya ayouha houkam allah ryarham ch3ab djazayri meskine ihab bladou wal houkouma takarhou allah ibadalhoum bewlad lahlah ikhafou mina allah




    0
  • Congrès du Changement Démocratique