Édition du
29 July 2017

Pourquoi l'Algérie refuse obstinément de figurer sur la liste noire des USA et de la France

Sacrilège ! Les USA et la France  ont donc classé l’Algérie  dans la liste noire de  pays au grand potentiel terroriste. L’Algérie qui avait reçu, pourtant, le titre glorieux de « partenaire privilégié contre le terrorisme international », décerné par les plus hautes autorités américaines. En raison de sa gestion particulièrement vigoureuse de l’islamisme. une hommelette de 200 000 morts, sans compter le détail du reste.

Patriotisme en bandoulière!

L’Algérie officielle a tout aussitôt jeté des cris d’orfraie, jurant ses grands Dieux que c’était une injustice, un geste inamical à son encontre, et une humiliation pour tous les Algériens. Le Ministre algérien des Affaires étrangères, envoyé daredare  aux États Unis pour tenter de raisonner les « amis » américains, fut lui même traité comme le dernier des immigrés afghans, à sa descente d’avion, et il fut soumis aux « procédures corporelles de contrôle » comme n’importe quel ressortissant de pays à risques. Il a eu beau se démener dans tous les sens, rappeler qu’il était le premier diplomate de son pays, et plus encore,  agiter l’épouvantail de l’incident diplomatique, il n’en dut pas moins se soumettre à une infamante tracasserie. N’importe quel américain moyennement débile aurait vite compris qu’un ministre des affaires étrangères, même d’Algérie, ne va s’amuser à transporter des  bombinettes. Mais les règles étant ce qu’elles sont, et les dirigeants algériens étant considérés comme ce qu’ils sont, le ministre algérien n’eut pas d’autre choix que de s’incliner. Sans plus de réaction algérienne que de pathétiques gesticulations. Et des articles de presse touillés d’indignation hérissée, tambouille ordinaire destinée à la consommation des gogos du cru.

Depuis, le régime algérien qui s’était donc glorifié, en son temps, de titre que lui avaient attribué les Étasuniens, de « partenaire privilégié  » contre le terrorisme mondial, ne cessé de remuer ciel et terre pour être sorti, vite fait, de cette fameuse liste.  C’est le tir de barrage! Il faut tout entreprendre, user de tous les moyens, y compris d’œillades sonores aux lobbies qui bouffent en Algérie, pour écarter cette catastrophe. Oui, une véritable catastrophe pour tous les barons du régime. Nous saurons pourquoi!

En Algérie, où il n’est pas très important de trouver des prétextes qui tiennent la route, pour justifier tout ce déploiement de moyens diplomatiques, médiatiques, financiers et de lobbying que le régime déploie avec frénésie,  ils sort le grand jeu à ses nationaux: Pourquoi le Maroc n’a pas été listé ? Le Maroc est-il plus sûr que notre pays? Bien sûr, se répondent-ils eux mêmes, parce que le Maroc est trop docile, alors que nous, nous soutenons les Palestiniens. Ha, ha, haaaaaaaaaa!  Parce que nous soutenons le droit à l’autodétermination du Sahara Occidental!  Parce que nous avons refusé de marcher dans la combine de l’Africom, et que nous n’avons pas accepté leur projet de base américaine  au Sahel. Ha, ha, haaaaaaaaa!  Parce que nos positions à l’ONU dérangent les Américains, nous qui soutenons toutes les causes justes. Mais l’Algérie n’acceptera jamais que ses ressortissants soient humiliés dans les aéroports américains et français, comme n’importe quel terroriste. Jamais!

Toutes ces professions de foi s’étalent en grand et en gras sur tous les journaux « indépendants » algériens. Et d’autres encore, comme celle-ci: L’Algérie, attachée aux valeurs de novembre, forgées par le sang des martyrs, et bla bla bla…

Si ce n’était un problème de mode, ils auraient même  sorti les fameux slogans des années 70, sur l’impérialisme américain, les ennemis de l’extérieur, la position historique et jalousée de l’Algérie, et bla, bla, bla.

Les dirigeants algériens usent sans vergogne de ces  pétarades  juste parce qu’ils  considèrent les autres algériens comme des simplets prêts à croire n’importe quoi qui flatte un tant soit peu leur égo national, et qui sont même capables de s’enflammer comme des torches, et même de manifester spontanément, si l’ordre en est donné. On a vu ça avec les matchs contre Égypte.

Une information au top…de la désinformation!

Mais ils ne se gênent pas, par ailleurs de recourir à ces prétextes cousus de fil blanc, parce qu’ils savent très bien que la véritable information ne parvient pas à la majorité de leurs « sujets ». 99% des Algériens ne savent pas qu’une base américaine a été construite au Sahara, dans le sillage de l’affaire BRC, et qu’elle a été démantelée en catastrophe parce que le régime a failli imploser. Parce que des officiers de l’Armée algérienne commençaient à gronder, et qu’une affaire de haute trahison était dans l’air. Ils ne savent pas que la Qaida du Maghreb Islamique est une invention d’une aile du DRS avec ses amis américains du Pentagone et de la CIA, qui voulaient créer une tension terroriste internationale dans le Sahel, pour justifier l’installation d’une force américaine dans la région. Non pas en Algérie, mais en plein Sahel.

Le Sahel, qui est le centre du monde géographique, au milieu d’une région pétrolifère et gazière d’envergure, et une place stratégique de choix pour contrer l’implantation de la Chine dans le continent africain utile. Les Américains, excédés par le double discours algérien, ont déclaré, officiellement, par l’entremise d’un général américain, puis par celle de leur Secrétaire d’État, qu’ils ne sont pas intéresses par l’implantation d’une base en Algérie, mais cela n’a pas empêché le régime algérien, et ses porte plume attitrés, de continuer à clamer qu’ils n’acceptera jamais de base américaine dans « son » pays.

Les Algériens sont l’un des peuples les plus manipulés de la planète. Hormis une minorité qui tente de s’informer tant bien que mal, ils ne savent pas que le DRS et d’autres structures de l’armée algérienne ont collaboré très activement avec les américains depuis les années de recrutement djihadiste pour l’Afghanistan, puis lorsque le contexte a changé, qu’ils ont « coopéré » avec les Américains dans le transfert illégal et secret de djihadistes, dans leur « exploitation », c’est à dire leur torture, dans des prisons secrètes au sud algérien, mais aussi dans le retournement de militants islamistes, pour infiltrer des mouvements djihadistes internationaux, et leur faire commettre les attentats terroristes que nécessitaient les stratégies américaines. En peu de mots, la majorité des algériens ne sait rien de la concussion du régime algérien avec les services secrets américains, et même israéliens, et avec d’autres forces souterraines qui minent le monde entier.

Les Algériens n’en savent rien, parce qu’il ne viendrait à l’idée d’aucun média, en Algérie, d’envisager de telles enquêtes. Totalement exclu!

La presse algérienne a d’autres missions. Bien plus sages.

Les dirigeants algériens craignent-ils pour l’investissement étranger ?

Mais pourquoi donc le régime algérien rue-il donc autant dans les brancards depuis qu’il a été black-listé ?

Est-ce un sursaut de dignité ? Allons donc…

Est-ce, comme il le claironne sans discontinuer, que c’est parce qu’il refuse que ses ressortissants subissent un traitement indigne, dans les aéroports américains et français ? Comme si les Algériens lambda, qui se débattent dans des conditions pitoyables pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, étaient des voyageurs assidus des lignes Alger New-York. Depuis quand ce régime est-il aussi soucieux de la dignité de ses « citoyens », qu’il méprise, et qu’il manipule et qu’il broie, sans même s’en cacher.

Est-ce parce que l’Algérie craint, comme cela est affirmé avec le plus grand sérieux, que ces mesures de black-list ne découragent l’investissement international dans le pays ? Pourquoi ? Parce qu’il y a des investisseurs sérieux qui s’intéressent à l’Algérie ? Les seuls que nous connaissions pourtant, qui se sont rués dans le marché algérien, surtout depuis que ce pays a engrangé des recettes miraculeuses après la flambée des prix du baril, et qui sont généralement les associés des barons du régime, sont ceux qui viendront dans n’importe quelle circonstance, de toute façon, parce que le profit est immense, et le risque quasi nul.

A notre connaissance, même durant la décennie rouge, lorsque le terrorisme régnait en maître dans tout le pays, hormis le Sahara utile, et que les Algériens étaient assassinés par dizaines de milliers, les sociétés américaines d’exploration, d’exploitation, de transport des hydrocarbures, et d’autres qui évoluent dans les mêmes sphères, n’ont jamais été découragées de s’y installer. Bien au contraire! Puisque le Sahara était une zone d’exclusion où même les Algériens ne pouvaient accéder qu’avec un laissez-passer.

L’affaire BRC, que le Chef de l’Etat lui même a mis en liquidation, de façon précipitée, en violation de toutes les règles juridiques, juste pour étouffer un scandale où étaient impliqués des barons du régime et de grosses pointures américaines, et qui reste malgré cela une petite affaire, par rapport aux gigantesques autres dont on ne sait rien, en est l’illustration criante.

Quoi d’autres comme investissements ? La téléphonie, l’importation de véhicules, l’importation de bien d’équipements et de consommation, les grands chantiers du bâtiment et des travaux publics surévalués et réalisés à la hâte, les bureaux d’études de toute sorte, la pêche sans régulation d’aucune sorte, et toutes ces arnaques de grand rapport, dans lesquelles les clans sont systématiquement partie prenante? Non! Pour ces juteux créneaux, qui génèrent des bénéfices mirifiques, sans aucun risque, et qui finiront tous par se révéler sous leur véritable nature lorsque les jeux seront finis, resteront toujours attractifs pour tous les grands prédateurs, quel que soit la black-list. Que les barons du régime trouvent autre chose pour justifier leur indignation feinte. Cet investissement là n’est pas menacé. Peut être même va-t-il être stimulé. Parce que les situations troubles sont le meilleur garant de son implantation, et de ses pratiques.

Par contre, l’investissement réellement productif, et qui est indispensable à ce pays, pour le sortir de l’ornière où il végète depuis des décennies, celui qui crée des richesses, qui contribue à l’autosuffisance relative des populations, qui se déploie dans la recherche, l’agriculture, dans l’agroalimentaire, dans l’hydraulique, dans la production de biens de consommation, dans le tourisme, et d’une manière générale, dans tous les services, celui-là n’aura pas lieu en Algérie, black-list ou pas! Parce que ce genre d’investissement a besoin de garanties objectives, de stabilité politique, de climat social apaisé, de gestion rigoureuse des affaires, d’une administration efficace, d’une justice indépendante. Il a besoin, en somme, d’évoluer dans la normalité, dans une société où les règles sont pérennes, mêmes si elles ne sont pas foncièrement démocratiques. Et c’est là tout le contraire de l’Algérie, où une association de malfaiteurs a pris possession de tout le pays, qu’elle gère comme on rackette, où les différentes bandes se livrent à des guerres incessantes par civils et complots interposés, où l’on n’hésite pas, du jour au lendemain, à changer une disposition fondamentale de la Constitution du pays, juste pour faire rempiler le président de la « république » à un troisième mandat, où des chefs de clans disposent de la principale Société du pays, la Sonatrach, comme d’une cassette personnelle, où des partenaires, ou plutôt des associés, sont redressés fiscalement juste parce que le partage du butin n’a pas agrée la famiglia, et où rien n’est prévisible. Rien ! Pas même la météo!

Tiens, tiens….

En fait, cette black-list a choqué le régime pour une seule et bonne raison!

La black-list, dans un pays comme les USA, qui reste quoiqu’on en dise un État soumis à des règles juridiques, contient des dispositions collatérales tout à fait inopportunes pour des régimes comme celui de l’Algérie.

La black-list n’est pas seulement un arsenal de fouille au corps, de mesures de sécurité diverses,  de fichage et autres contraintes. Ces mesures là ne dérangent en rien les dirigeants algériens, même s’il leur faut sacrifier, comme le MAE, à des fouilles au corps. Ce qui les inquiète est autrement plus sérieux. Ce sont les procédures et les précautions qui sont prises, en matière de transfert de capitaux en provenance des pays black-listés, et de détention, aux USA, de capitaux en provenance de ces pays.

Les procédures, et les contrôles, sont très pointilleux en la matière,  et doivent être, impérativement consignés dans des rapports qui seront, tôt ou tard, déclassifiés, c’est à dire accessibles à n’importe qui. Voilà ce qui fait courir nos lièvres! Voilà où le bât blesse ! A fortiori qu’avec l’équipe Obama, les barons du régime algériens, y compris ceux qui ont croqué au râtelier des Néocons, sont totalement désorientés. Ils ne sont plus à l’abri de mauvaises surprises. Et l’épisode du contrôle physique de leur ministre des affaires étrangères n’est pas pour les rassurer. Ils craignent que le monde entier découvre un jour l’étendue de leurs fortunes, et les méthodes qu’ils ont utilisé pour se les procurer. Comme de déclencher une guerre civile, de planifier et de mettre en œuvre des carnages de populations civiles, entre autres ficelles.

Donc,  comme ils savent que cette black-list risque de lever le couvercle sur leurs pratiques, ils décident de tenter le tout pour le tout. Il faut absolument qu’ils soient sortis de ce guêpier. Ils viennent d’annoncer une curieuse mesure. Ils avertissent les USA et la France que s’ils ne sont pas rayés de la black-list, ils vont recourir à leur arme fatale: La réciprocité! En clair, les Français et les Américains qui se rendent en Algérie subiront les mêmes fouilles au corps que le Ministre algérien des Affaires étrangères. Sans plus! Puisqu’ils n’ont pas la possibilité d’autres initiatives.

Cette annonce pourrait prêter à rire. Mais il n’en est rien. En fait, elle procède d’un appel d’air à un lobbying en leur faveur. Parce que toutes les grosses boîtes américaines et autres multinationales qui sont confortablement installées au Sahara algérien vont pouvoir jouer sur du velours, pour tenter de convaincre leurs gouvernements que cela serait contre productif pour leurs intérêts. CQFD !

D.Benchenouf


Nombre de lectures : 3747
19 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • radjef said
    3 février 2010 at 12 h 14 min - Reply

    Bonjour tout le monde.Les americains et les français savent ce qui se passe en Algerie.C’est grace au concours precieux de ces deux pays que les généraux algériens ont monté le scenario de la menace terroriste contre la republique et la democratie…Plus que cela,les americains et les français ont tout fait pour assurer la survie du regime militaire algérien.Ils l’ont fait ouvertement, notamment lorsque Bouteflika a violé la constitution pour s’assurer un troisieme mandat. Je ne sais pas quel est l’avis de nos amis internautes à ce sujet, mais le mien porte à croire que la decision americaine de classer l’Algerie dans la liste noire obeit à d’autres motivations politiques.




    0
  • Fai
    3 février 2010 at 12 h 51 min - Reply

    Bonjour M Benchenouf,

    votre analyse me paraît tenir la route. Cependant, il lui manque à mon avis un élément d’importance, qui est le suivant: pourquoi les USA ont décidé de black-lister les tenants du pouvoir en Algérie ? C’est là une question essentiel à la compréhension de la suite des évènements à venir. Les américains utilisent souvent cette accusation de soutien au terrorisme en préparation à des interventions plus terrestres, si j’ose dire. On l’a vu avec Seddam, l’Iran, le Hamas avec Israël, etc. Je pense que dans leur plan géostratégique à moyen et long terme, les américains pour contrecarrer la Chine et la Russie en Afrique, prévoient non seulement de poser tank et avions de combat au Sahel, mais en Algérie même justifiant une « lutte contre le terrorisme » et « une démocratisation du pays »…

    Qu’en pensez-vous ?

    Merci




    0
  • Lounes
    3 février 2010 at 13 h 01 min - Reply

    N’oublions surtout pas que notre ministre de l’intérieur a parlé de réciprocité…. Ils vont réfléchir deux fois avant de mettre en branle cette black liste ……




    0
  • Rédaction
    3 février 2010 at 13 h 05 min - Reply

    @radjef Said
    Je n’ai jamais dit que les Américains et les Français ne savaient pas ce qui se passe réellement en Algérie. Je dis que les procédures qui accompagnent la mise en liste noire requièrent de mettre en noir sur blanc, de façon détaillée, les mouvements de capitaux en provenance de ces pays, et leur détention, voire même leur usage, sur le territoire américain. Ces documents, et ces détails, lorsqu’ils seront déclassifiés, deviendront très compromettants,à mon humble avis.
    DB




    0
  • Rédaction
    3 février 2010 at 15 h 30 min - Reply

    @Fai
    Très juste! Cette décision est certainement dictée par des motifs importants. Quels sont-ils ? Je n’en sais pas plus que vous, même si j’ai une certaine idée sur la question. Mais ce serait pure spéculation, et je ne souhaite pas me jeter, à corps perdu, dans des thèses qui ne sont étayées par rien de concret.
    @Kader Fatahi
    Détrompez-vous! Je n’ai pas de haine pour les USA, ni pour le peuple américain. Ce que je hais, c’est leur propension, presque systémique malheureusement, à construire leur puissance sur le pillage du reste du monde sous-développé, ce sont les manipulations qu’ils mettent en œuvre pour arriver à leur fin, c’est leur total manque de scrupules, qu’ils qualifient très doctement de real politic, et leur cynisme tout à fait primaire qui consiste à considérer comme idiot quiconque ne se met pas à leur diapason, ou ne se barde pas de leur insensibilité, érigée en clé de voûte d’une puissance qui ne repose que sur la force sous toutes ses formes, j’allais dire quiconque ne s’abaisse pas à leur mercantilisme de camelot perpétuel, et qu’ils considèrent, pour leur part, comme le summum de l’intelligence géopolitique justement. Lisez les mémoires de Kissenger, si cela n’est déjà fait, et donnez m’en des nouvelles!
    pour le reste, j’apprécie beaucoup Steinbeck, j’essaie de comprendre Faulkner, et je goûte particulièrement Bob Dylan. Tous les Américains ne se valent pas.
    DB




    0
  • Khoukoum Samy
    3 février 2010 at 17 h 40 min - Reply

    Bonjour cher Said et aux amis internautes,

    Oui… Que la ‘ ‘ décision américaine de classer l’Algérie dans la liste noire obéit à d’autres motivations politiques’’ Pourquoi pas et certainement ! Le mal, à mon humble avis, est à situer ailleurs. Etrangement, nos ‘’dirigeants’’ ne font pas mieux en dépit d’une apparente et bouillonnante gesticulation. Et le meilleur exemple est illustré hier par Mr Zerhouni qui s’est dit favorable soi-disant à l’application du « principe de réciprocité », mais avec une déclaration un peu réjouissante pour la diplomatie de l’Etat algérien : «Oui, si réellement c’est nécessaire, nous appliquerons ces mesures », a-t-il donc déclaré (en marge de la clôture de la session d’automne, hier au Sénat). Que veut dire ‘’si nécessaire’’ ? Que faut-il de plus ? Pire, aujourd’hui, un certain ‘’illustre’’ Mr des droits de l’homme (CNCPPDH), Farouk Ksentini (son président) ne trouve pas mieux que de qualifier cette mesure ‘’d’injuste’’…’’pas justifiée’’…et ‘’discriminatoire’’ (invité à la chaine de la radio algérienne chaine 3) ! Ça y est on joue la victime ! Lâchons les chevaux pour tirer les charrues des lamentations ! Il ‘’regrette’’ et trouve ‘’inadmissible’’…etc. Rebelote. Tout est bon pour faire passer la dignité de toute une nation dans un statut de ‘’nain’’. Que ces gens se taisent au nom de l’Algérie, s’ils n’arrivent plus à trouver des issues au plans de leur ‘’alliés d’hier’’. Car, là – au moins – et pour une fois, leur silence vaudra mieux que toute profession de foi hystérique ou gesticulatoire.

    fraternellement,
    Khoukoum Samy




    0
  • bahri
    3 février 2010 at 20 h 05 min - Reply

    cette manoeuvre, je pense quelle obeit a une manoueuvre de globalisation, elle met a nu notre revolution et elle sert d’exemple pour toute l’afrique.




    0
  • IDIR
    3 février 2010 at 21 h 13 min - Reply

    « La règle d’or » de la réciprocité

    « La règle de réciprocité à l’algérienne » devient de la poudre aux yeux. Ne vous inquiétez pas. Nous ne serons jamais des moutons d’un troupeau…Vous êtes habitués à ce que notre opinion ne soit jamais prise en compte.

    Cela nous permet de comprendre comment les lapsus et les contre sens qui pullulent dans vos propos, ils sont aussi un bon moyen de diluer la signification réelle de ce que vous annoncez. Êtes-vous maladroits où provocateurs ? Avez-vous le syndrome du « bon élève, premier de la classe » ? Avez-vous peur de la liste noire ?

    La bataille entre le droit national et le droit international se poursuit, et il est évident que certains politiques du Gouvernement (dont c’est la marque de fabrique de ne plus défendre les intérêts du pays et de se coucher devant les maîtres chanteurs américains et européens). A l’exemple de monsieur Chakib Khelil né à Oujda, ministre algérien des hydrocarbures, de nationalité américaine, ne sera jamais sur la liste noire.

    El Watan, 9 mai 2006, Chakib Khelil : « Le secteur de l’énergie ne peut pas rester à l’écart de la mondialisation » Après le scandale de la Sonatrach, il ne souhaite pas quitter le ministère des hydrocarbures. Dans quels intérêts, américains ou algériens ?

    Comprenez d’abord, la règle du jeu social, chez nous, la réciprocité signifie une conception de la société où les différences sont des richesses parce qu’il y a tension vers la parité entre les citoyens : tous sont actifs par la mise en circulation de leurs savoirs. La notion de « tous au commencement et tous au commandement » est un des fondements de la démocratie.

    Après, seulement, lancez-vous, dans votre préoccupation, la course au passeport passe-partout. D’ailleurs, l’établissement de ce document, en Algérie, est-il un ordre occidental ?

    La sécurité se trouve dans le passeport à lecture optique (dit Delphine). Laissez le libre choix aux Algériens entre passeport biométrique ou non.

    Alger n’est ni un État européen ni un État américain, le peuple algérien demeure souverain. Le Maroc fournit plus de 70 % de la résine du cannabis consommée en France mais le royaume n’est pas sur la liste noire. Alger doit refuser les « dictats de Washington et de Bruxelles » sur la table, en rejetant le passeport biométrique obligatoire.

    La liberté de voyager n’est pas menacée. Pour les USA et l’Europe, un visa suffit. Nul ne sait encore le coût réel de l’introduction de ces documents (passeport biométrique). La nouvelle procédure entraînerait des dépenses de plusieurs millions de dollars alors que des citoyens ne pourront, peut-être, plus payer du sucre. Ceci est absurde,
    contraignant, coûteux et bureaucratiquement inutile.

    Le Gouvernement, comment peut-il expliquer les incertitudes relatives au champ d’application du droit découlant de l’accord sur la libre circulation des personnes, alors que ce droit est supposé limpide ? Loin de protéger sa souveraineté, le gouvernement égyptien l’a vendue à l’étranger pour continuer à toucher des subsides et maintenir son despotisme dynastique, sacrifiant toute prétention à son rôle historique de leader du monde arabe, écrit Seumas Milne.

    Je l’ai déjà dit ailleurs, messieurs les « politiques » en Algérie, n’encouragez pas notre pays à ressembler à l’Egypte corrompue, un État raté. Le changement pour une « gouvernance transparente » est un besoin urgent.
    Cordialement

    Suisse, 460 plaintes contre le passeport biométrique

    http://france-reportages.com/suisse_460_plaintes_contre_la_passeport_biometriq.html

    Dix minutes contre le passeport biométrique obligatoire

    http://juliensansonnens.blog.24heures.ch/archive/2009/05/05/dix-minutes-contre-le-passeport-biometrique-obligatoire.html

    Les démocraties à l’ère du soupçon

    Jean-Philippe Walter : « Nous sommes entrés dans une société de surveillance »

    http://www.silviacattori.net/article561.html




    0
  • nomade
    3 février 2010 at 21 h 20 min - Reply

    les imposteurs ont peur qu’on decouvre sur eux des millions d’euros caches dans leur sous-vetements lorsqu’ils se feront minitieusement fouilles aux postes douaniers americains et francais.




    0
  • Koulou
    4 février 2010 at 2 h 43 min - Reply

    Tout à fait logique. Les Américains(pas le peuple) veuleut faire le Gendarme, ils se prennent pout le nombril du monde.Regardez de prés la carte géographique et vous verrez exactement l’obstination de ses gens à vouloir gérer la planète à leur guise.
    Prenez l’éxemple du golf persique, Les Américains peuvent tranvaser les conflicts qu’ils créeent d’un endroit à un autre sous prétexte de l’instabilité politique ou la menace de foyers de terroristes dans la régoin.Tantôt c’est l’Afghanistan, tantôt c’est le Pakistan,leurs desseins diaboliques sont entrain d’emmerger à la face du monde.Toute leur stratégie tourne autour de l’IRAN qu’ils ne veuleut à aucun moment que ce pays n’échappe à leur contrôle.
    Leurs mésaventures dans la région font qu’ils n’accepterons jamais la défaite.Et le Yamen pris dans la tourmente,avec une population de ruminants de hachich, soit devenu soudainement une menace pour la stabilité du monde, les plus dangeureux criminels,semble-t-il,nichent dans le desert du Yémen, pays mitoyen de l’éternel allié des USA(L’Arabie Séoudite)qui sont les pingoins du desert comme on les appelle aux États unis. Leur but n’est pas d’erradiquer les terroristes d’El-Qaîda(Ils s’en foutent éperduement), mais de s’implanter dans la région du Golf afin de surveiller les allées et venus des Iranéens.Leurs façons de travailler est simple; instaurer un état de psychose dans la région pour ensuite mettre en application leurs plans de travail qui n’est autre que de maintenir un statut quo et faire main basse sur les richesses du pays tout en surveillant de prés les autres.
    Et l’Algérie me diriez vous que viendrait-elle faire dans l’emprise lugubre des USA.Géopolitiquement l’Algérie est une plaque tournante de l’Afrique.Ces voisins, Lybie,Tchad,Nigéria,Soudan,ente autre,ne sont que des pays producteurs de pétrole et une assiette riche en matières premiéres; OR, DIAMANTS, MINERAIS,etc…Le reste est facile comprendre de mon point de vue bien sûre.




    0
  • radjef said
    4 février 2010 at 12 h 15 min - Reply

    Bonjour tout le monde.
    @Redaction. Je n’ai pas dit que vous avez dit que les USA et la France ignorent ce qui se passent dans notre pays…Mon but n’est pas de recuser vos arguments qui du reste tiennent la route, mais je dis pour comprendre la decision americaine d’inscrire l’Algerie dans sa fameuse liste noire, il faut chercher d’autres raisons et se poser la question suivante:quelle est la situation aujourd’hui dans notre pays? L’Etat algérien peut-il dans la situation ou il se trouve maintenant assurer la securité des interêts americains et français en Algérie?…Je pense que le régime algérien tire à sa fin. Même s’il a servi aveuglement par le passé la politique americaine, aujourd’hui il n’a ni credit,ni reprensatativité et encore moins la force d’être un partenaire de quiconque. Il encombre tout le monde.




    0
  • AMOKRANE
    4 février 2010 at 13 h 31 min - Reply

    Quand le docteur KISSINGER avait fait douter le sociologue genevois engagé JEAN ZIEGLER

    Dans les commentaires KADER FATAHI a répondu à la rédaction (Dr BENCHENOUF) à propos de Kissinger ( il va de soi que Ziegler considère que Kissinger comme certainement l’un des mercenaires les plus cyniques de l’empire de la honte).
    Je lis souvent et relis les livres de jean Ziegler et lorsque vous en aviez parlé, j’ai repensé à ces livres à Kissinger et ce que j’ai lu sur lui rapporté par jean ziegler. ET dans le livre l4EMPIRE DE LA HONTE jean Ziegler évoque Kissinger aux pages 64 65 et 66.
    Jean Ziegler avoue avoir savoir senti le doute l’envahir quand à Genève en 1999 lors d’une conférence au centre stratégique de l’institut universitaire des hautes études internationales, tenue au sous-sol de l’hôtel président-wilson. KISSINGER a analysé de manière fort pénétrante le conflit meurtrier de BOSNIE. Pendant vingt et un mois SARAJEVO avait été encerclée, bombardée par les serbes : 11000 morts, des dizaines de millions de blessés, pratiquement tous des civils. Incapacité totale des nations unis et des Etats européens de ramener la paix jusqu’au jour où la puissance impériale américaine décida de bombarder les artilleurs serbes postés autour de la cuvette de Sarajevo d’imposer la réunion de Dayton, en bref de pacifier par la force les Balkans. Où l’on voit que la théorie de Kissinger n’est pas totalement absurde… car les dysfonctionnements de la diplomatie multilatérale saute aux yeux.
    Dans l’énoncé de Kissinger une hypothèse est implicite : la force morale, la volonté de paix, la capacité d’organisation sociale de l’empire sont supérieurs à celles de tous les autres pouvoirs. Or c’est justement cette hypothèse qui est désormais systématiquement mise en échec et contredite par l’action de l’appareil politico militaire américain. Etc

    Maux de tête pour vous recopier les trois pages
    Voir L’EMPIRE DE LA HONTE DE JEAN ZIEGLER aux éditions FAYRARD 2005
    Amokrane nourdine 15425 boghni




    0
  • Ait Hamza
    4 février 2010 at 15 h 09 min - Reply

    Certains esprits bougnoulesques poussent l’ignominie jusqu’à suggérer de ne pas détester le plus grand État criminel du monde à savoir les USA.Cet Etat(USA) criminel dort sur un cimetière d’ossements du peuple indien.Des dizaines de millions d’indiens exterminés par ces tueurs anglo-saxons!Dans le dernier de la série c’est l’Irak transformé en cendre « démocratiquement » avec 2 millions de morts.
    Le mal absolu sur cette planètes c’est l’axe du mal américano-sioniste !




    0
  • AMOKRANE
    4 février 2010 at 15 h 35 min - Reply

    A AIT HAMZA on oublie pas l’IRAK voilà pour ta gouverne un article que j’ai publié il y a longtemps déjàANNEE 2003 l’invasion de l’IRAK ; le pétrole au cœur des calculs.

    L’IRAK VICTIME DE SON PETROLE : UNE VIEILLE HISTOIRE impérialiste coloniale….
    L’IRAK pour son malheur possède les troisièmes réserves mondiales de pétrole avec 115 milliards de barils selon l’Agence internationale de l’Energie soit 10% des réserves mondiales alors que les réserves de gaz largement sous-exploitées sont estimées à 150 trillions de mètre cubes soit 5 à 6% des réserves mondiales. L’Irak possède aussi des ressources en pétrole et en gaz inexploitées. Avant 2003, l’IRAK exploitait 1821 sources pétrolières. Prises ensemble les quelques 800 sources exploitées sur le territoire des Etats-Unis fournissent autant de pétrole qu’une source irakienne. Plus encore, il y a la situation géologique du pétrole irakien ; il est proche de la surface et des forages de quelques mètres seulement permettent de l’extraire. Le prix de revient d’un baril s’élève en IRAK à moins de 1 dollar alors qu’il est de 10 dollars au Texas. Voilà donc les raisons connues de l’invasion de l’IRAK. Mais depuis si longtemps l’Irak a été victime de son pétrole. Le pétrole bénédiction de DIEU a été transformé en malédiction pour le peuple irakien à cause de l’avidité des puissances occidentales à leur tête le gendarme du monde et son complice le gendarme pétrolier qu’est l’Arabie saoudite pour fouler du pied le DROIT INTERNATIONAL. Au 21 siècle un déluge de feu s’abattit sur tout un peuple pour soi disant dénicher des armes de destruction massives. Mais en réalité tout avait commencé il y a bien longtemps toujours dans la logique d’empêchement d’émergence de toute puissance autre qu’occidentale.
    Tout commença donc en 1900, le territoire mésopotamien était sous domination de l’empire Ottoman et l’empereur Guillaume deux (Allemagne) obtint du sultan Abdul Hamid l’octroi d’une concession portant sur une bande de territoire de 1500 kilomètres de long traversant la Turquie et la Mésopotamie. L’Allemagne par cet octroi avait non seulement acquis le droit d’y construire une voie de chemin de fer allant de Constantinople à Bagdad mais d’exploiter les richesses minérales du sous sol sur une bande de trente kilomètres de chaque côté de ladite voie ferrée.
    En 1920 suite à la défaite de l’Empire Ottoman le Royaume unis divisa l’Irak d’où la création du Koweït. Après la première guerre mondiale la Grande Bretagne et la France imposèrent leur conception du droit en dessinant depuis Paris des frontières conformes à leur intérêt pétrolier.
    Entre 1932 et 1963 avec l’avènement de la République irakienne (en 1958), les irakiens essayèrent de négocier leurs parts dans le pétrole mais le coup d’Etat du parti Bath avec l’appui des pétroliers mit fin aux espoirs des irakiens. Ali Salah al Saadi numéro 2 du parti et ministre de l’intérieur déclarait en 1968 à ETUDES ARABES revue libanaise : « Notre parti étant conduit au pouvoir par un train américain. »
    En 1964, le parti Bath est écarté du pouvoir mais il revient et engage une répression impitoyable envers l’opposition et développe des alliances tactiques avec les superpuissances.
    En 1975 le nouveau pouvoir réussit pour la première fois à nationaliser la totalité du pétrole et engage la reconstruction du pays, l’industrialisation des infrastructures et l’éducation. Malgré la dictature l’Irak se relève (le budget du ministère de la culture atteignant 30 millions de dollars). La suite tout le monde la connaît : les superpuissances dotent l’Irak d’une puissante machine de guerre pour affaiblir le nouvel ennemi L’IRAN DES AYATOLLAH (guerre pour des frontières fictives !). Et les occidentaux à leur tête l’Amérique veulent conserver la maîtrise du pétrole au proche orient en conséquence les Etats ne doivent pas avoir leur indépendance. On attira l’Irak dans le guet-apens du Koweït (on l’encouragea à envahir le Koweït…) afin de lui décréter la guerre. Une coalition de 33 pays s’engagea contre l’Irak ; la guerre et l’embargo le renvoyèrent au moyen age. Ainsi donc depuis 1900 le peuple irakien ne connaît pas la paix comme l’ont décidé les superpuissances impérialistes. AMOKRANE NORDINE 15425 BOGHNI
    Publié par le quotidien d’Oran




    0
  • moh
    4 février 2010 at 15 h 58 min - Reply

    Tout simplement bravo pour cette analyse objective et pertinente,une clairvoyance evidente.




    0
  • nomade
    4 février 2010 at 20 h 41 min - Reply

    « les usa n’ont jamais colonise un pays » ,
    « les vietnamiens mangent dans la mains des usa ».
    qu’est-ce-qu’ils font , ces americains en iraq , en afghanistan , a cuba,en palestine, en somalie, en algerie et toutes leurs bases parsemees a travers le monde et specialement dans le golf persique,
    sans oublier leur « backyard » qu’etait l’amerique latine
    avant et pendant les annees 70.
    pour qui travaillent les regimes arabes? pour qui travaille hamid karzai ?
    pour qui travaillaient les samoza, pinochet, vidella , strossner,saddam, batista ?
    quant aux pauvres vietnamiens , ces derniers se font exploiter par ces neo-esclavagistes ,d’ailleurs comme chez-nous dans le sud.
    je me rend compte que le matmour(reservoir) des harkis , des dafistes ne desemplira jamais ,
    des individus qui sont prompt a se mettre a
    plat-ventre devant des gens qui les haissent .




    0
  • Ait Hamza
    4 février 2010 at 21 h 58 min - Reply

    Merci Amokrane pour cette mise au pt judicieuse,en effet j’ignore pas cette optique ,mais j’ai répondu dans le seul but de souligner que les USA est un État impérialiste qui vit des dettes(tous les pays de la planète travaillent pour les USA) et du pillage des ressources naturelles de bcp de pays.De surcroit c’est le plus grand pays criminel et génocidaire sur cette planète !




    0
  • kader
    4 février 2010 at 22 h 45 min - Reply

    au nomade: ce n’est parce que on n’est pas d’accord avec toi qu’on est harki. mon éducation ne me permet pas de reprendre les memes termes que toi. Toutefois ta haine des USA est l’endoctrinement que toi et tes semblables ont reçu de ce pouvoir qui pour vous spolier a développé en vous cet espèce de nationalisme dont le monde entier exècre . Donc je ne t’en veux pas. Par contre il est de mon devoir de te dire que à toi et à ceux qui haissent les USA doivent dire la vérité ou alors qu’ils se taisent. Je vais démystifier quelques inépties: Les USA n’ont pas tué les indiens. ce sont les espagnoles, les englais et les portugais (pour faire rapide)et les maladies importées d’europe qui nsont les seuls responsables, d’autre part ,concernant l’Irak tu dis que Saddam était avec eux? s’agissant du pétrole voila encore un gros mensonge; Le premier fournisseur des USA en petrole est le CANADA (à peine 15%, le second est la RUSSIE ton irak est à la 9ième place. Vopus oubliez tous qu’ils sont eux memes producteurs de petrole et sans leur soutien tu boufferai du pain sec et de l’eau. Quant à l’inernaute qui pretend qu’ils ont tué 2 millions d’irakiens, les concernés eux memes parlent de 30 000 morts dont 90% ont été tués par les arabes et les iraniens ( reconnaissez le) . Par contre votre héros Saddam hossein, lui a tué en iran ,chez lui ( les kurdes) et au Koweït plus de musulmans que les USA et israel réunis. Mais ces vérités flagrantes vous les éludez car elles remettent en cause toute votre culture basée sur la haine de l’autre( qui va du marocain aux américains, en passant par les egyptiens,…. la liste est longue)et un égo surdimensionné à la limite de la vanité. Sans rancune.




    0
  • Ait Hamza
    5 février 2010 at 20 h 57 min - Reply

    Un dicton algérien dit: »On ne peut cacher le soleil avec un tamis ».La Hasbara(l’inversion sioniste des faits et des vérités)ne marche plus,les peuples se sont réveilles!
    L’axe du mal américano-sioniste hait le reste de l’humanité.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique