Édition du
24 July 2017

Sonelgaz éclaboussée par les scandales

El Watan, 7 février 2010

Les scandales liés à la corruption se suivent et se ressemblent. La Société nationale de production et de distribution de l’électricité et du gaz, Sonelgaz, probablement la plus importante compagnie publique du pays après Sonatrach, vient d’être éclaboussée par au moins deux grandes affaires de corruption sur lesquelles la justice a commencé, d’ailleurs, à travailler.

La première porte sur des cas de malversation, de passation illégale de marchés et de détournements de fonds. L’enquête, confiée à la brigade économique de la sûreté de wilaya d’Alger, a été déclenchée il y a plus d’une année à la suite d’une lettre anonyme adressée à la présidence de la République. Des sources proches du dossier indiquent que plus d’une vingtaine de cadres, dont six sont sous contrôle judiciaire, devraient bientôt comparaître devant le tribunal de Bir Mourad Raïs (Alger). Un grand nombre de personnes citées dans le cadre de ce dossier de corruption seraient même en détention provisoire à la prison Serkadji d’Alger. Nos sources ajoutent que les sommes détournées se chiffrent en milliards de dinars. Nos sources expliquent par ailleurs que certains des griefs retenus à l’encontre de Sonelgaz ont trait au fait que la compagnie a vendu de l’énergie à certaines entreprises privées en deçà des prix normalement pratiqués.

Ce n’est pas tout. Il est reproché en outre à Sonelgaz d’acheter de l’électricité auprès de centrales électriques construites en partenariat avec des compagnies étrangères à des prix exorbitants. La seconde affaire mettant en cause un autre groupe de gestionnaires de Sonelgaz concerne une histoire de surfacturation et de manipulation de compteurs dont ont été victimes de nombreuses institutions de la République. Celles-ci se sont d’ailleurs constituées partie civile dans cette affaire, également traitée à Alger.L’enquête, confiée à la brigade économique de la sûreté de wilaya d’Alger, a été déclenchée il y a plus d’une année à la suite d’une lettre anonyme adressée à la présidence de la République. Selon toujours des sources proches de l’enquête, de très forts soupçons pèsent sur des cadres hauts placés.

L’on ajoute que les factures excessives envoyées à certains usagers servaient notamment à masquer les malversations au sein de l’entreprise. Selon des informations rapportées récemment par la presse, une dizaine d’employés, mis en cause, se sont défendus en faisant savoir aux enquêteurs en charge du dossier qu’ils n’ont fait qu’appliquer les instructions de responsables de la compagnie. S’agissant des montants détournés, le quotidien arabophone Echourouk a rapporté dernièrement que c’est notamment à la lumière de ces révélations que les enquêteurs ont appris qu’« une facture d’un montant de 200 millions de centimes a été établie au nom de la DGSN, alors que la consommation réelle de cette institution ne dépassait pas les 20 millions de centimes ».

La même source révèle par ailleurs que « des milliers d’autres factures ont été établies sur une durée de trois ans, très loin de leur valeur réelle, des factures réglées par des institutions gouvernementales et des entreprises publiques à l’instar de la Présidence, du Centre de chèques postaux à la place des Martyrs ». A préciser que les enquêtes concernant Sonelgaz, menées de concert par les services de sécurité (DGSN et Gendarmerie nationale) et les brigades de l’IGF, ont conduit à l’audition, en tout, de près d’une cinquantaine de cadres de la société.

Par Zine Cherfaoui


Nombre de lectures : 4246
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • karima
    7 février 2010 at 17 h 50 min - Reply

    C’est hilarant comme situation.y-t-il de gens honnetes en Algerie?




    0
  • adel133
    7 février 2010 at 19 h 43 min - Reply

    au moment ou la maison Algérie prend feu,des dépités à 30 millions de centimes ne trouvent pas mieux que d’éxiger la repentance de l’ancienne puissance coloniale et ériger un TPI des pieds nickelés pour condamner des squelettes et l’histoire,au lieu de s’occuper des méga scandales à répétitions.
    l’inamovible sidhoum said patron à vie de l’union générales des truands algériens(inféodés au pouvoir ripoux)ne trouve pas mieux que de terroriser Obama et Sarkozy en demandant au gouvernement rachitique d’appliquer la réciprocité aux citoyens de ces pays qui hachakoum ont humilié nos ressortissants à leurs frontiéres.nos médecins se font tabasser à 2 pays du siège de ce trou de c.. mais il n’a rien vu,rien entendu.h’mimed chef d’un gouvernement de voleurs innove pour lutter contre la corruption .il exige que toutes les entreprises publiques soient soumises au nouveau code des marchés publiques.le ver est tellement profond dans la pomme que Adam et eve n’ont ferons plus leur fruit interdit.
    dans l’intervalle le nain national se terre dans un silence intriguant pour sauver sa tête et celle de sa fraterie,quand à moi je prospose la création officielle d’un minstère de la corruption avec à sa tête said bouteflika.nous serons certains que la répartition de la rente se fera démocratiquement et que tous les chiens repus qui nous colonisent n’auront plus besoin de notre chair et notre sang pour leurs boucheries.




    0
  • bouloulou
    11 février 2010 at 14 h 44 min - Reply

    bon sens de bonsoir mais c pas vrai ! que toute l’algérie vit ces scandales, sonatrach, sonelgaz la poste, l’autoroute est ouest, où va t-on ya chaab réveilles toi walla charbok labromure ? quand va -ton profiter d’une algérie libre, gérée pr ses enfants les plus brillants et les plus intègres, placés par son peuple, quand est-ce qu’elle se libérera de cette mafia pourrie délaissée par le colonialisme français, heureuseent que dieu a créé la mort et une justice équitable pour tout le monde où ni président ni homme d’affaire, ni bennamis ni milliardaire ne pourra venir en secours, ces responsables n’ont qu’à songer à leurs parents ou grand parents,où sont-ils, donc pensez aux affamés, aux gens qui n’ont même pas d’abrits, à ceux qui n’ont aucun sou pour se faire soigner et qui souffrent,l’algérie appartient à tout le monde et chacun de nous doit avoir les mêmes chances dans cette vie qui n’est pas éternelle même pour celui qui prétend être …..




    0
  • Bouzettla
    13 février 2010 at 14 h 06 min - Reply

    La SONELGAZ n’arnaque pas que les institutions étatiques; même les simples citoyens sont parmi les victimes. Coupures et chute de tension fréquentes en plus de surfacturation ont ruiné le « ghachi » que nous sommes, mais personne n’a osé parler. Mais dés que ça concerne l’Etat, hop ! c’est la « zelzela » dans la justice et dans les médias.




    0
  • kako
    22 juillet 2012 at 18 h 27 min - Reply

    استدعاء 500 مدير لوكالات سونلغاز للتحقيق
    الرئيس المدير العام لسونلغاز نور الدين بوطرفة
    تصوير: (ح.م)
    وزارتا الدفاع والداخلية وقيادتا الدرك والأمن بين الضحايا

    شرعت فصيلة الأبحاث التابعة للدرك الوطني بالعاصمة في الفاتح جويلية في التحقيق مع 75 مديرا سابق وحالي بالمديريات الست التابعة لشركة توزيع الكهرباء والغاز بالعاصمة، والذي يقدر عددهم الإجمالي بقرابة 500 شخص في قضية تزوير وتضخيم فواتير هيئات ومقرات عمومية على رأسها وزارتي الدفاع، والداخلية وقيادتي الدرك والأمن الوطنيين.
    وفي السياق كشفت مصادر « الشروق » أن فصيلة الأبحاث التابعة لدرك الجزائر حددت قائمة لأسماء جميع مديري المديريات الجهوية الست الحاليين والسابقين وكذا مديري الوكالات الفرعية الـ36 ، حيث شرعت في الاستماع والتحقيق يوميا منذ الفاتح جويلية إلى 6 منهم، وستستمر عملية الاستدعاء حسب مصادرنا إلى غاية منتصف شهر أوت المقبل، فيما تتوقع مصادرنا سماع 500 شخص في قضية تزوير وتضخيم فواتير لهيئات ومقرات عمومية على رأسها وزارتي الدفاع، والداخلية ووزارات أخرى وكذا قيادتي الدرك والأمن الوطنيين وعدد من مؤسسات الدولة، ويتعلق الأمر بمديري توزيع الكهرباء بوكالات بولوغين، بلوزداد، الحراش، جسر قسنطينة، تيبازة، بومرداس، والوكالات الفرعية 36 التابعة لها.
    القضية المعروفة بفضيحة « إيرون الجزائر »، اكتشفت إثر معلومات مؤكدة إلى فصيلة الأبحاث التابعة لدرك العاصمة في جانفي 2011، حول تجاوزات ارتكبتها شركة توزيع الجزائر للكهرباء، حيث انتقل المختصون في مكافحة الجريمة الإلكترونية إلى المديريات الست التابعة لشركة توزيع الجزائر للكهرباء والغاز، وقامت بجمع القواعد المعلوماتية، كما طلبت من مسؤولي هذه المديريات، كشفا مفصلا حول فترات معينة تتعلق باستهلاك الكهرباء، وطلبت كشفا آخر حول فترات معينة تتعلق باستهلاك الكهرباء، وبعد أن قامت بفحص جميع الفواتير، انتقلت إلى المقرات والهيئات الضحية، وأجرت مقارنة بين أرقام العدادات والإستهلاك الذي تضمنته الفواتير التي حررتها المديريات الجهوية لشركة توزيع الجزائر للكهرباء والغاز، أين اكتشف المحققون التلاعب بالأرقام وفوترة وهمية ومضخمة، كبدت خزينة الدولة الملايير من الدينارات.
    وكانت فصيلة الأبحاث التابعة للدرك الوطني قد حققت في الأيام الماضية مع عدد من إطارات ومسؤولي الفوترة، على مستوى المديريات الست التابعة لشركة توزيع الجزائر للكهرباء والغاز، واستمعت إلى17 شخصا في القضية، حيث اعترف البعض منهم حسب مصادرنا، تعمدهم تضخيم الفواتير بناء على تعليمات فوقية، هدفها تسجيل نتيجة جيدة في تخفيض نسبة الضياع التي تعد مؤشرا أساسيا في التنقيط للحصول على منحة النجاعة السنوية المدونة في العقد المبر




    0
  • marginal
    22 juillet 2012 at 23 h 53 min - Reply

    Il y a comme une odeur de volonté de pivatisation qui suinte de cet article, on arrive presque à la toucher.

    Une histoire qui se prolonge pendant 3 ans et qui touche des secteurs d’autorité, cela rentre difficilement dans l’entonnoir.

    Entre autres questions que je me pose : Pourquoi s’aperçoit t on de ça juste maintenant ? Qui y a t il derrière ? Depuis le temps qu’on nous fait tourner en bourrique en nous orientant comme des pantins avec des infos bidon, on apprend la méfiance et on se questionne à propos de tout. La paranoia quoi !




    0
  • kako
    17 août 2013 at 16 h 04 min - Reply

    Les pratiques utilisées par notre directeur régionale de Bejaia période (2006 fin 2009) L’installation au niveau de tous les agences des chefs de services commerciaux ,les charges des ventes et les charges de la clientèle sans aucune décision ni aucune qualification l’essentiel d’êtres un béni oui oui ,afin que ces directives seront exécutes a la lettre pour le gonflage du volume de la consommation afin d’augmenter le chiffre d’affaire de la compagnie et falsifier les ventes dans le but de compléter un taux de perte très appréciable aux yeux de la hiérarchie Afin de parvenir a ces Objectifs de fin d’année par une prime faramineuse.
    Les méthodes utilises par sonelgaz dans la surfacturation sont des estimations non seulement excessives mais graves et irréelles
    *Estimation allant jusqu’à 15000 kW/h.
    *Estimation sur des compteurs déjà déposes allant jusqu’à 5000 kw/h.
    *La surfacturation des quittances d’électricité.
    * création des compteurs fictifs (double emploi)
    *des fraudes imaginaires factures aux abonnes entre 5000 a 10.000kw/h, menace par des P.V de fraude comme moyen de chantage qui aboutissent souvent a un règlement a l’amiable de peur d’un emprisonnement d’un an au moins et de cinq ans au plus réprime par le code pénal qui dispose en son article 350.
    La réglementation

    Traitement des fraudes <> :
    La fraude doit être vérifiée et confirmée techniquement par un travailleur habilite de la société qui en dresse un procès verbal dûment affirme par un huissier de justice ou tout autre officier de police judiciaire.
    .
    Relève <> :
    Le cas ou le relève des consommations n’a pas pu être effectue du fait du client après deux passages pour relève normale et préavis dûment notifie a ce dernier qui en a accuse réception.

    La prime de relève <>
    Le releveur est responsable de son carnet de relève (relève et la saisie)
    Cette prime fixe est destinée à rémunérer les attaches commerciaux le montant de cette prime 8.000, 00 dinars par mois (trois erreurs une sanction)
    (Cette prime est appliquée seulement en 2013)




    0
  • kako
    20 août 2013 at 20 h 15 min - Reply

    Les services de sécurité enquêtent depuis deux mois sur une affaire de fraude à l’agence commerciale (SRC) d’Akbou, relevant de la Société de distribution de l’électricité et du gaz de l’Est (SDE), filiale de la Sonelgaz.
    Des responsables et autres employés de l’agence, ainsi que des abonnés, sont convoqués par les enquêteurs pour élucider une affaire de surfacturation et autres anomalies relevées entre 2006 et 2009. Selon notre source, la surfacturation est estimée à quelque 50 millions de dinars (cinq milliards de centimes). En juin 2009, un cadre de l’agence d’Akbou a présenté un rapport à sa hiérarchie pour l’alerter sur des «estimations excessives» relevées dans cette structure. Des abonnés ont reçu des factures salées dont les montants ont été gonflés pour des consommations imaginaires.
    Les registres de l’agence montrent que certaines de ces factures surévaluées ont contenu des montants exorbitants dont une, à titre d’illustration, a dépassé les 670 000 de dinars. C’est le cas d’un abonné qui, pour une consommation réelle d’à peine 700 DA, a été appelé à payer une facture de plus de 677 000 DA. C’est souvent sous la menace de «PV de fraude et de vol d’électricité» et l’application de l’article 350 du code pénal qui punit «la fraude et rétrocession d’énergie» jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 20 000 dinars d’amende, que des abonnés ont dû honorer leur facture gonflée. Selon notre source, la surfacturation a touché des centaines d’abonnés relevant de cette agence d’Akbou qui coiffe une large zone regroupant les communes de Tazmalt, Boudjellil, Beni Melikeche, Ighram, Ouzellaguen, Ighil Ali et Aït Rzine. Pendant cette période, la Sonelgaz avait compté alors un portefeuille de créances de quelque 320 millions de dinars impayés. Dans l’objectif de se rapprocher des abonnés et, partant, de réduire le volume des créances, la Sonelgaz a créé, en 2006, une sous-caisse à Ighil Ali.
    Plusieurs abonnés résidant dans cette commune et celle d’Aït Rzine ont payé leur facture auprès de cette sous-caisse contre l’établissement de reçus provisoires. Les factures ainsi encaissées n’ont cependant pas été comptabilisées comme telles auprès de l’agence commerciale et de nombreux clients, des habitations et des commerces, de Sonelgaz sont restés redevables. Des coupures et des rétablissements temporaires de courant ont été opérés pendant toute cette période auprès des clients faussement redevables. Au même moment, l’enquête des services de sécurité se poursuivait, une association des Ath Abbès, à Ighil Ali, a placardé, au début de cet été, un avis pour appeler les abonnés détenteurs de reçus provisoires de déposer plainte auprès des services concernés.
    L’enquête, qui suit son cours, pourrait aussi se pencher sur d’autres anomalies signalées dont celles concernant des factures frappées de la mention «index erroné», dont celles destinées à quelques clients supposés «protégés», pour justifier leur non-paiement depuis longtemps. La gestion du dossier des impayés révélerait aussi des factures qui concernent des compteurs non résiliés bien que déposés mais pour lesquels on aurait donc continué à établi




    0
  • kako
    9 mai 2014 at 8 h 18 min - Reply
  • kako
    14 mai 2014 at 20 h 47 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique