Édition du
23 July 2017

Algérie: La lutte des clans fait rage….

Le président Bouteflika a décidé de rouvrir, ou plutôt d’ouvrir, le dossier de certains assassinats politiques, et peut être même celui du carnage des populations par des groupes islamiques…Créés par les généraux « janvièristes ».

C’est, comme le sait tout un chacun, l’arme fatale qu’il a utilisée pour convaincre les généraux de l’adouber à un deuxième mandat, lorsque ceux-ci, ou du moins les plus influents d’entre eux, avaient décidé d' »élire » Ali Benflis.

Il leur avait promis, à ce moment, de mettre en œuvre un dispositif légal qui les absoudrait totalement des crimes contre l’humanité qu’ils avaient commis, et qu’il ferait en sorte que ce soit le peuple souverain lui même qui effacerait l’ardoise. On dit même que pour les convaincre de le désigner à la tête du pays, plutôt que Benflis, Bouteflika s’était arrangé pour qu’ils sachent qu’il disposait d’un dossier accablant sur eux, qui prouvait indéniablement le rôle actif qu’ils avaient joué dans la création de groupes terroristes, dans le carnage des populations,  dans la confection des fetwas qui appelaient au meurtre, et même dans leur collaboration active avec des services occidentaux et israélien, dans l’utilisation du terrorisme international.

Le deal fut donc rondement mené, puisque la Charte sur la réconciliation nationale, et les lois y afferant, rendent illégales toute poursuite, voire même toute investigation, serait-elle universitaire, sur le rôle des « agents honorables » de l’Etat qui ont sauvé la République et bla bla bla…

Bouteflika et les généraux s’étaient donc entendus sur le dos des Algériens, pour se soustraire les uns les autres à toute poursuite devant les juridictions pénales internationales. Du moins le croient-ils. Et ils ont ouvert une nouvelle ère, toute de prospérité et de partage, où les milliards de dollars pleuvaient sur les uns et les autres, copains comme cochons. Chakib Khalil avait mis à la disposition de Bouteflika une sorte de casssette personnelle, dont les fonds proviennent de Sonatrach, et plus particulièrement des mouvements de fonds internationaux sur les ventes des hydrocarbures. C »est avec cet argent, qu’il distribuait sans compter, que Bouteflika avait réussi à rallier à son clan personnel la plupart des généraux, qu’il arrosait en dizaines de millions de dollars. Les lignes de  crédit qui étaient allouées à leurs parentèles, et à leurs clientèles, procédaient des mêmes visées. Bouteflika avait réussi à capter les dispositifs de la rente, et agissait comme un souverain de droit divin. Le cas de l’évacuation du général de corps d’armée, Mohamed Lamari, en dit long sur la puissance « financière » de ce Président qui se faisait Monarque, et qui se comportait comme tel.

Entretemps, par contamination naturelle, tous ceux qui gravitaient autour du cercle présidentiel se mirent à puiser à pleins paniers de l’argent public qui leur était confié. Ce fut une gabegie inimaginable, illimitée, effrénée. Une compétition à qui prendrait le plus.

Puis vint le viol de la Constitution et un troisième mandat pour le Président-Roi. Les déprédations continuaient à aller leur train habituel. Marchés gré à gré en violation de la reglementation, grosses, très grosses commissions, « droits » d’entrée en sous main exigés des opérateurs étrangers, gros marchés raflés sous des prête-nom, et autres combines à fabriquer des millions de dollars, allaient tellement se généraliser dans le sérail que cela en devint flagrant.

Et puis, soudainement, voilà que des enquêtes du DRS sont diligentées contre des barons du régime, qui sont très proches du Clan présidentiel. La presse » indépendante » affilié à ce clan tenta de noyer le poisson,en affirmant que c’est le président lui même qui avait « ordonné » au DRS de mener ces investigations. Mais la ficelle ne tarda pas à être éventée.

Nous découvrons aujourd’hui que le DRS n’a pas été sollicité par le Président Bouteflika. Bien au contraire, puisque ce sont les « hommes » du président qui sont ciblés. Même Saïd Bouteflika, le frère du président, et son dauphin presque attitré,  serait sur la ligne de mire, nous dit-on. Et c’est cette éventualité qui a fait sortir le loup du bois, puisque Bouteflika menace aujourd’hui de faire enquêter sur les crimes des généraux, et même de désigner une commmission « indépendante ».

Bouteflika se sert donc de la tragédie algérienne pour se prémunir, et protéger son clan. Nos morts, nos torturés, nos disparus, notre argent volé, et toutes les indicibles atrocités que l’on a fait endurer à nos compatriotes sont donc une matière à chantage. Notre quatre quarts de Président les éclipsé lorsque on le laisse piller le pays, l’offrir en pâture à ses clientèles et à ses parentèles, et il menace de les réactiver lorsqu’on leur demande comptes. Curieuse disposition de l’esprit pour un homme qui dit vouloir réconcilier les Algériens, et leur construire un Etat de droit.

Mais, au délà de toute cette immense forfaiture, qui illustre, de toute façon, la vraie nature de ce régime, des questions lancinantes  nous taraudent l’esprit. Est-ce bien le général Toufik Mediène, patron du DRS, qui est derrière ces enquêtes ? Et si oui, pourquoi ?

Est-il mû par un besoin de rétablir un équilibre qui avait penché du côté du Président Bouteflika ? Ce Casus belli est-il le fait de  généraux du DRS qui ont fait pression sur le Général Toufik, pour récupérer des espaces décisionnels dans la distribution de la rente?

Est-ce que cette guerre ouverte est survenue à la suite de la volonté de Saïd Bouteflika de créer un parti politique, pour se préparer une voie royale à la succession de son frère, initiative que les généraux du DRS ont refusée ?

Ou bien, comme le suggère une information qui circule, le Général Toufik a-t-il été pris de remords, devant une telle incurie ? On raconte, en effet, et cela reste une rumeur incontrôlée, que le général Toufik, qui sait tout sur le pillage des richesses nationales, et même des connivences de certains barons du régime avec des lobbies américains, aurait décidé de prendre les choses en main, et de nettoyer les écuries d’Augias. Il aurait, dit-on, réussi à convaincre les généraux les plus importants du DRS d’en finir avec le clan Bouteflika, en l’attaquant sur son flanc le plus vulnérable, la corruption.

Cette version est très interessante et pourrait représenter un espoir de renouveau, si elle se confirme, et si elle n’est pas elle même une opération d’intox. Mais, question cruciale s’il en est, et peut être même naïve, existe-t-il des généraux intègres au DRS ?

D.Benchenouf

DB


Nombre de lectures : 2142
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Lalmani
    8 février 2010 at 13 h 11 min - Reply

    La version d’une soudaine et tardive prise de remords du Général Mediène prête à sourire quand elle n’est pas au mieux insultante. Nous prendrait-on pour des canards sauvages ? Larbi Belkheir est mort et depuis qu’ILS savaient qu’il n’allait pas finir l’année 2010 les voleurs-generaux-politiciens d’Algerie se livrent à une guerre sans merci pour redéfinir les nouvelles frontières du butin. C’est tout. Pas de remords, pas de soudain amour de l’Algérie pour ces gens qui on tout vendu de ce que notre pays produit et même ce qui n’est qu’à l’état de projet a déjà des acheteurs… Les butins tels que Sonatrach, Sonelgaz etc, ou les gros chantiers autoroutiers et d’infrastructures (logements, hopitaux, écoles etc…) ont servi aux « hommes » de Belkheir pendant son règne. Maintenant la bataille a pour but le pouvoir. Le vrai. Celui que détenait Si Larbi avant sa maladie qui a profité au seul Bouteflika et à sa clique (que pompeusement notre ministre de l’Energie C. Khalil a surnommé CLAN). On se croirait dans un remake du Parrain III. La Famille Corleone-Toufik en conflit ouvert avec la Famille Calabrese-Boutef… sur qui a le plus de droit de se servir de Sonatrach-Sonelgaz-SonAlgérie…




    0
  • Adel
    8 février 2010 at 13 h 22 min - Reply

    Les bourreaux sont visiblement usés.

    Mais qu’en est-il de leurs adjoints? Qui les connait? N’y aurait-t-il pas un nouveau parrain, peut-être fils adoptif de Toufiq? Ces gens-là ne peuvent pas imaginer l’Algérie tenir debout sans eux. Ils ne peuvent pas mourir sans désigner de successeurs. Le vide actuel ne peut que les renforcer dans cette conviction. Tous les despotes à travers l’histoire ont agi de la sorte. Ils éliminent tous les opposants et autres prétendants au trône ; une fois seuls, ils règnent sans partage jusqu’à leur mort. Ils laissent le royaume à leur progéniture. Aurons-nous une dynastie bouteflikite ou toufiqite ?

    A moins qu’un miracle se produise…




    0
  • Kamel Bouras
    8 février 2010 at 15 h 02 min - Reply

    Je lance un appel solennel à Nacer Boudiaf: faites une tribune, une lettre ouverte à Bouteflika l’encourageant à ne pas céder sur le principe de cette commission indépendante sur l’assassinat de votre père.

    Nous savons tous que vous ne manquez pas de courage, tout comme nous savons que vous avez juré de faire ce qui est humainement possible pour démasquer les assassins de Boudiaf. Nous savons aussi que vous avez désigné Belkheir comme le principal commanditaire du crime. Il y en a d’autres, c’est certain, mais même si cette commission n’arrive à condamner que le seul Belkheir dans sa tombe, ce sera toujours une reconnaissance trés utile pour le générations futures.

    Kamel




    0
  • likous13
    8 février 2010 at 17 h 50 min - Reply

    Dans le le quotidien du matindz ce matin.
    Selon des sources proches de la Présidence de la république algérienne et dont Le MatinDZ a reçu les informations, le conflit qui opposerait le président Bouteflika au patron des services secrets algériens (DRS), le général de corps d’armée Mohamed Mediène (Toufik) a pris une tournure encore plus alarmante avec la décision du président de mettre en place une «Commission d’enquête autonome», composée de plusieurs magistrats et procureurs civils et militaires en vue de rouvrir certains dossiers et affaires d’assassinats qui ont marqué la décennie noire notamment ceux de feu Mohammed Boudiaf ou encore du Général Fodil Saidi.

    Sur l’affaire Boudiaf, Bouteflika veut enquêter sur le rôle joué par les différents chefs de départements et organes affilié au DRS, comme le département du contre espionnage et de la sécurité intérieure , et le département de la sécurité de l’armée, en dressant une liste de quelques anciens cadres du DRS, et des services auxquels incombait la mission de protection du feu président Boudiaf, et qui se sont retrouvés cités dans la procédure d’enquête.

    A l’ordre du jour aussi le dossier de l’assassinat du général Fodil Saidi ancien patron de la DDSE (département de la sécurité extérieure), qui s’est vu limoger arbitrairement de la tête de la DDSE pour ensuite être nommé a un poste moindre, celui de chef de la quatrième région militaire, avant d’être victime d’un attentat qui lui avait coûté la vie et celle d’une dizaine de militaires qui l’accompagnaient, sur une route déserte de la région de Ourgla en 1996. Bouteflika pointe le doigt sur le DRS et son service d’action et infiltration (S.A.I). Dans ce dossier figurent les nom des agents du DCE (département du contre espionnage) accusés d’avoir joué un rôle décisifs dans la disparition du général : Hassane B., Redouane M., Hakim B., Abderazak K., Yazid B., Badis B., El Hadj Ali O., Abdelmadjid B., entre autres. Cette liste a été établie sur la base de l’inventaire de leur ordres de missions et déplacements relatifs a la période précédant l’attentat ainsi que tous les éléments et informations complémentaires les concernant.

    Des copies des deux dossiers d’enquête ont été adressées par la Présidence aux Services du DRS afin de les compléter dans le but de faciliter la mission de la Commission d’enquête mise en place par Bouteflika». «Bouteflika veut imposer cette Commission d’enquête au Patron du DRS qui n’apprécie pas vraiment la chose. »

    Il faut savoir que jusqu’à présent, ce genre d’affaire étaient l’apanage exclusif du DRS. Le Général Toufik l’a fait savoir et a émis un niet catégorique à tous déclassement de dossiers pour le compte de la Présidence, particulièrement pour les deux affaires Boudiaf et Fodil Saidi», poursuit notre source. Résultat : le bras de fer DRS/Présidence est engagé de nouveau et la tension est montée d’un cran sur fond de révélations sur les scandales à Sonatrach ou dans le projet de l’Autoroute Est-Ouest.

    Aissat B




    0
  • adel133
    8 février 2010 at 18 h 32 min - Reply

    yakhouya Djamal ne baisse pas du tout la garde en prêtant naïvement au boucher tewfik un quelconque attendrissement à notre égard.son adjoint le tristement célèbre smain lamari n’a-t-il pas déclaré que lui et ses acolytes sont prêts à tuer 3 millions d’algériens (s’il le faut)pour sauver le régime corrompu et dictatorial.la meute du drs à sa tête le sicaire général major tewfik a attaqué le clan des hooligans de boutef pour un partage du pactole.cette guerre de la seule mafia au monde qui a un drapeau oppose 2 clans dont le métier est l’exécution d’un pays et d’un peuple.inchallah qu’ils termineront tous avec une corde au cou ou une balle dans la tête.j’éspère que cette racaille lis nos post pour savoir tout le mépris que nous leur affichons.




    0
  • ziadd
    8 février 2010 at 22 h 01 min - Reply

    des gens qui ont assassiné des villages entier de femmes ,enfants et veillards ne peuvent avoir de remords.
    donc cette version que le general toufik est pris de remords……..esn’a aucun sens en algerie




    0
  • Si Tchad
    8 février 2010 at 22 h 07 min - Reply

    La vie de Boudiaf et Saïdi vaut-elle plus que celle de Mohamed Ben Flène, massacré à l’arme blanche par les paramilitaires de Toufik sans savoir pourquoi à Ramka, Bentalha, ou Rais ?

    Non !

    Bouteflika a-t-il dit que tout ce qui était arrivé avant 1999, ce n’est pas de sa responsabilité?

    Oui !

    L’assassinat de Hachani a-t-il eu lieu pendant sa présidence et donc engage-t-il sa responsabilité ?

    Oui !

    Bouteflika s’est-il rendu au domicile de Smain Lamari, le plus grand boucher de la planète, pour se recueillir sur sa dépouille ?

    Oui !

    Bouteflika a-t-il ordonné qu’on fasse un « prêt » non-remboursable du CPA à Smain à hauteur de 200 millions d’euros quelques semaines avant sa mort ?

    Oui !

    Bouteflika a-t-il dit de Belkheir, le commanditaire de l’assassinat de Boudiaf ” Feu Larbi Belkheir était connu pour ses bonnes œuvres et était une référence en matière de travail bien accompli et de justesse d’esprit” ?

    Oui !

    Dans la bouche de Bouteflika « travail bien accompli » est-il une insulte cynique et criminelle contre la mémoire de dizaines de milliers d’innocents tués ou disparus du fait de Belkheir ?

    Oui !

    Doit-on juger Bouteflika en hors-la-loi ?

    Oui !

    Je n’ai plus d’autres questions votre Honneur.

    Le président du tribunal populaire de La3qiba: Gardes! Pendez-moi ce Dedjaal haut et court !

    Si Tchad




    0
  • mohamed
    9 février 2010 at 3 h 25 min - Reply

    Bonjour,

    Les evenements de ces derniers jours/semaines sont plus qu’alarmant. s’il y a reellement un conflit entre clans ca voudra dire que tot ou tard ca va barder et c’est le peuple qui va encore payer. L’histoire se repete et ont va assister a un autre carnage.

    Cela fait vraiment peur. Juste a l’idee que ces voyoux ne trouveront aucun moyen que de se justifier et justifier leur existence aux yeux de ce peuple meurtri.

    j’espere qu’ils vont s’entre tuer et en finir, que le moins riche gagne.

    En attendant, qu’elle sera la reaction des autres partis politiques?

    God have mercy.




    0
  • adel133
    9 février 2010 at 4 h 08 min - Reply

    pour les ouled familia qui avaient des doutes ou un peu de h’chouma pour ne pas accuser à tord nos gouvernants à leur tête le trilologue roi et les traiter indument de bandits,je leur dis de ne plus se géner car h’mimed chef d’un gouvernement de canailles vient de réunir tous les sinistres autour d’un seul point à l’ordre du jour: mode de gestion de la corruption.par ailleurs il vient de nous donner la preuve par 9 que les gouvernants sont tous des voleurs,puisque derrière chaque ministre il y’aura un magistrat.quand au drs il a déja réalisé son plan de production depuis 62 en mettant un flic derrière chaque Algérien.
    umey




    0
  • Allel
    9 février 2010 at 12 h 16 min - Reply

    Ca sera routine pour la DRS d’organiser des attentats et tuer encore des innocents pour creer le chaos et discrediter le ‘President’ dictateur et manipulateur ‘elu a la majorite absolue’. Allah yestar..




    0
  • derdoum tayeb
    10 février 2010 at 13 h 02 min - Reply

    soyer honnete et travailler dans le bon sens c est tout




    0
  • patrie algérie
    12 février 2010 at 19 h 25 min - Reply

    A ceux qui pensent naivement que bouteflika peut apporter quelque chose à ce pays,je le dirais:ne fantasmez pas.Bouteflika est la pire des calamité que l’algérie n’ait jamais connue;il constitue vraiment un coup de grace pour ce malheureux pays.Il est en train d’assoir une véritable monarchie,il méprise ce peuple,c’est à croire que cette algérie est sa propriété personnelle,le sang de nos parents et grands parents n’a-il-pas coulé pour elle?Il est venu reprendre le pouvoir pour se venger de ce peuple qui ne l’a pas réclamé à la mort de boumediène,l’outrecuidance n’a pas de limites chez lui.Comment voulez-vous qu’un rapace pareil soit réclamé;il est bien connu pour ses frasques,pour avoir fait parti de tous les coups d’état que ce pays a connus.Je ne peux pas aller au delà,car des pages et des pages ne suffiraient pas;c’est une synthese de toutes les tares de l’humanité.Que le peuple prenne conscience pour se debarrasser de cette calamité.Pauvre peuple ces scandales,la corruption institutionnalisée…ne vous dit rien?




    0
  • Congrès du Changement Démocratique