Édition du
24 July 2017

Qui est le DRS ?

Par Saïd Radjef

Malgré la multitude de journaux nationaux et étrangers disposés à donner un sens à ses mensonges et à ses tartufferies, le régime militaire algérien avec ses opposants fictifs de la démocratie et des droits de l’homme, semble avoir totalement perdu le contrôle de la situation. Le DRS, le noyau central du régime, peine à trouver la recette magique pour se maintenir. Outre les mises en scène rocambolesques qui ont provoqué des effets désastreux  pour la junte au pouvoir, les algériennes et les algériens ne croient désormais à plus rien. En dépit d’une avalanche d’appels déchirants de l’opposition en vue d’éviter le pire au pays, le peuple reste impassible, préférant agir seul, instinctivement comme une bête.

Le supplice quotidien des violences, du mercantilisme, du mensonge, de l’imposture, de l’abjection et des faux semblants reste évidemment l’element déterminant dans le désengagement du peuple. Mais à cela s’ajoute la désillusion d’avril 80 et d’octobre 88 lorsque l’ouverture démocratique s’est soldée par une « sale guerre » qui dure à ce jour avec un bilan particulièrement macabre. Les algériennes et les algériens ne sont pas prêts d’oublier comment ils ont été instrumentalisés au cours de ces deux dernières décennies et servis de chair à canon dans une guerre de clans qui a permis au pouvoir de se recycler.

Si les partis politiques suscitent le doute et la mefiance en raison des faux opposants et des faux militants des droits de l’homme qui se sont engraissés en se jouant des attentes et des ressentiments légitimes du peuple, le pouvoir, lui, en revanche, suscite la haine du peuple…Certains observateurs honnêtes se sont demandés à juste titre ou Bouteflika est allé chercher les 85% d’électeurs qui lui ont assurer un troisième mandat.

A la question qui est responsable de ce naufrage politique de l’Algérie ?, la réponse est unanime : le DRS. Mais qui est donc ce DRS ? Ce DRS est-il réellement comme l’affirment les apologistes à la solde du régime, invincible ?

Le DRS,  fils de la SM et petit fils du MALG , puise sa force en partie dans la  résignation des citoyens, mais également dans le renoncement, voire la démission des élites. Cette structure n´est soumise à aucun contrôle  parlementaire ou  exécutif
Un pouvoir illégitime ne peut que renforcer la dérive mafieuse et par voie de conséquence entraîner le népotisme et la dictature. Malheureusement Cette situation dure   depuis 1962, lorsque l´indépendance du pays a été confisquée par un groupe de voyous qui était planqué aux frontières Est et Ouest durant la majeure partie de la révolution.
Le MALG – Ministère de l´Armement et des Liaisons Générales- dont la mission initiale était de pourvoir les maquis en armes et munitions, s´est transformée au fil du temps en appareil de propagande et de manipulation, chargé de l´orientation de la révolution.
L´incarcération des quatre chefs historiques, l´assassinat de Abane Ramdane en décembre 1957 (son élimination avait refroidi l´ardeur des ambitieux) ,  la neutralisation  du Docteur Med Lamine Debaghine par les moukhabaret de Nacer et la position difficile des maquisards à l´intérieur souffrant sous les coups de boutoir de l´armée coloniale, ont grandement contribué à renforcer le pouvoir du MALG, dont certains “chefs” , après Krim, Bentobal, Boussouf et Mahmoud Cherif, Rachid Zeggar et  Koudjati sont devenus des milliardaires grâce à la dîme prélevée sur chaque transaction “commerciale”, soit au niveau des achats d´armements ou de leurs transports vers l´Algérie. Une forme de légalisation de la corruption!

Au moment où les moudjahidine authentiques tombaient aux quatre coins du pays, les “dirigeants” du MALG, embusqués à Oujda, à Ghardimaou, à Tripoli et au Caire préparaient
la prise du pouvoir, avec le concours de l´armée des frontières suréquipée au détriment des moudjahidine qui combattaient les forces coloniales sur le terrain.
La SM qui prit la relève du MALG, continua sur la lancée, profitant de l´euphorie post indépendance, de larges biens abandonnés par les colons (surtout l´immobilier) , de l´épuisement de la population après huit années de guerre, pour consolider son autorité et fixer les orientations idéologiques. Il faut également souligner que la tâche était aisée pour deux raisons, d´une part l´illettrisme touchait près de 80% de la population et d´autre part c´était Houari Boumediene en personne (connu et redouté pour sa brutalité) qui fixait et suivait les objectifs et les résultats.
Comme soulevé plus haut, dans un état de non droit où la justice est aux ordres, le pouvoir de la SM ne pouvait être qu´absolu, et si l´on ajoute à l´impunité (n´importe qui pouvait être mis en prison, torturé ou liquidé sans jugement par exemple), le fait de se servir à sa guise auprès de la banque centrale, la latitude de nommer n´importe qui à des postes sensibles,  et l´usage de moyens illégaux (écoute , perquisition ,… sans réquisition de la justice) il est assez logique que la SM évolue vers une structure tentaculaire dont l´impact touche pratiquement  tous les secteurs d´activité.
Le DRS n´a fait qu´évoluer et perfectionner ces méthodes en fonction de ses objectifs conjoncturels (la priorité à la lutte contre les islamistes à partir de 1990, avant c´était les bastions de Kabylie et après la technique a été affinée puisque le Mzab est également devenu une « poudrière »).
A la base le chantage et la corruption sont les seules cartes maîtresses des services, mais la cupidité, le vice, la prétention… font que de nombreux algériens ont succombé à ces faiblesses en devenant des proies  faciles à manipuler.
La technique est simple, il suffit de laisser faire, accumuler des preuves, constituer des dossiers compromettants et hop le tour est joué! Combien de gestionnaires, d´hommes politiques et de fonctionnaires sont tombés dans ce piège et sont devenus des agents malgré eux?
Des personnes intègres, honnêtes et d´une moralité au dessus de tout soupçon peuvent à moyen terme former un bloc susceptible de lézarder la forteresse DRS. C´est cette catégorie de gens, assoiffés de justice et de liberté, qui est le plus redoutée par les décideurs, car  elle est capable de mettre un terme à la pérennité de ce système mafieux.
Selon des sources généralement bien informées, les principaux chefs du DRS n’ont aucune culture et aucun savoir, ce savoir raffiné propre aux services qui se respectent. C´est quand même incroyable que quelqu´un comme Toufik, qui n´a jamais tenu un bouquin entre les mains, et qui s´est formé dans le tas et au contact de ses secrétaires, se forge une réputation de “citadelle” , alors qu´en tant qu´individu il aurait pu prétendre tout au plus à un poste  d´attaché d’administration dans une municipalité.
Il ne s´agit pas d´être mauvaise langue, mais cela fait mal au coeur de voir un sergent sans niveau (sans même le BEPC ou BEG) prendre des galons et devenir général major .Questions : comment des présidents de partis politiques ayant un cursus universitaire des plus brillants ont-ils accepté de se faire manipuler par des sergents sans culture et sans savoir ?
Le parrainage doit être aboli et un contrôle doit absolument être exercé sur le DRS si on veut avoir un organe de renseignement fiable qui soit au service de l´Algérie et du peuple algérien.
Une seule phrase pour conclure, tant qu´il y aura le DRS sous sa forme actuelle, le risque de voir l’Algérie devenir comme ce bateau en pleine perdition que rien ne peut sauver du naufrage, est plus que probable


Nombre de lectures : 9014
55 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • djamal
    8 février 2010 at 17 h 46 min - Reply

    Mr.Radjef, a votre etonnement comment des gens de haut niveau puissent s’assujettir a des ignares, vous me faites rappeler un ancien premier ministre a qui j’ai demande de m’expliquer comment une personne de son niveau a t-elle accepte de servir un pouvoir a sa tete un ancien caporal -DAF- que tout le monde connait…Sa reponse fut claire et simple: WALLAHI HADDAK MASKIN…malheureusement ce MASKIN s’est joue de tous et passa 13 ans au pouvoir…




    0
  • Adel
    8 février 2010 at 17 h 56 min - Reply

    L’auteur de l’article « Totalitarisme, blocage et corruption » (LQA) nous dit qu’il y a 3000 agents du DRS sur tout le territoire national, dont au moins 2 par commune. Ils viennent s’ajouter aux policiers et gendarmes, déjà en surnombre. Si ces chiffres sont exacts, alors les Algériens sont très étroitement surveillés. Cela n’empêche pas, cependant, les agressions et vols d’être commis en grand nombre et en plein jour dans les grandes villes, ni la toxicomanie de progresser à une vitesse vertigineuse.

    C’est toute cette masse d’agents, sensés protéger les citoyens et le pays mais qui ne protègent que le pouvoir, qu’il faut avoir à l’esprit quand on parle du DRS et de son chef suprême. Lorsqu’un groupe aussi important en nombre, disposant de tous les pouvoirs, échappant à tout contrôle, exerce sa tyrannie pendant une période aussi longue sur une population sans défense, quel peut être le résultat si ce n’est une société dans le coma ? La partie est par trop inégale.




    0
  • Rbaoui
    8 février 2010 at 18 h 19 min - Reply

    DRS: un clan avide et autoritaire qui a fait main basse sur le pays et qui ralentit gravement sa modernisation.
    Une malversation généralisée qui ligote tous ceux qui en tirent bénéfice.
    Le DRS a fait de la corruption, du trafic d’influence et de l’abus de biens sociaux des modes de gestion ordinaires des affaires publiques. Cette «technique de management» se répercute à chaque échelon de la société. D’abord, le clan se sert lui-même et arrose ses affidés. Sans aucun complexe, par l’appropriation pure et simple de la propriété de l’Etat.
    Compromise, cette nouvelle élite est contrainte à la loyauté, tenue par un accord tacite : le pouvoir ne fouine pas dans les affaires tant qu’elle est docile.
    Alors, qu’importent les soupçons de scandale : aux alliés du clan, tout est permis. Que fait la police ? Rien, ou pas grand-chose, puisqu’elle aussi elle «touche» comme la justice.
    Le DRS n’a rien invente il a seulement des attaches de securite dans toutes nos ambassades qui l’informe des nouvelles techniques d’appropriation pure et simple de la propriété de l’Etat.




    0
  • adel133
    8 février 2010 at 18 h 53 min - Reply

    entièrement d’accord avec cette lumineuse analyse.le VIH Algérien a une seule origine c’est l’anp indigne héritière de l’ALN et son bras sanguinaire la SM/DRS.l’autre gangrène s’appelle le FLN.
    une seule issue pour sauver ce qui reste de notre pays:le renvoi de tous ces voyous et leur jugement pour crime contre notre peuple.
    dans l’intervalle assistons en spectateurs neutres à la guerre qui vient de se déclarer au sein de la mafia des deux cotés.




    0
  • Algeroise
    8 février 2010 at 19 h 17 min - Reply

    BRAVO POUR CET ARTICLE
    Tout est bien clarifié , c’est l’Algerie qui souffre sous la houlette de generaux terrorises tortionnaires et traitres au pays !
    Que dieu nous envoie des moudjahidines comme jadis,afin de LIBERER L’ALGERIE des mains de la mafia au pouvoir.




    0
  • jila
    8 février 2010 at 19 h 48 min - Reply

    @l’algéroise attention ton cri risque d’être entendu et de trouver un grand écho!




    0
  • el amel
    8 février 2010 at 21 h 32 min - Reply

    Le DRS, c’est celui qui fait des affaires et laisse circuler des voitures qui font boum pour terroriser les survivants.




    0
  • Ammisaid
    8 février 2010 at 23 h 00 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Le DRS c’est le pouvoir absolu sous la forme la plus abject de l’humain.
    Le DRS c’est la pistolet qui tue, le couteau qui égorge, la b…qui viole, la main qui torture, la mitraillette qui crache ses balles, la bombe qui explose…et qui accuse la victime, les innocents et les plus sincères des hommes, des femmes et des enfants que l’Algérie a eu l’honneur d’enfanter.
    Le DRS c’est le coeur qui ni n’a pitié, ni honte, ni culpabilité, ni remords, ni regrets…
    Le DRS c’est l’esprit rigide, la pensée froide, orgueilleuse, insensible, criminel, égoïste, intolérante, inaccessible, laide, haineuse, rancunier, envieuse, jalouse…qui cherche la soumission à sa folie de toutes les autres pensées qui l’entourent ou qui s’approchent d’elle ou avec laquelle, elle doit négocier, débattre, vivre et exister.
    Le DRS c’est cette âme qui ne tolère pas les frustrations, qui n’a ni Dieu, ni père, ni valeurs, ni repères et qui ne connaît aucune loi mise à part sa propre loi: celle de la satisfaction immédiate de ses besoins les plus primaires, les plus sauvages et les plus barbares. C’est cette âme dont le diable même ne s’approche par il sait qu’il n’aura rien à lui suggérer, ni à lui susurrer et qu’il ne sera pas obligé de se casser les méninges pour la convaincre du faire du mal puisqu’elle est sa personnification totale dans sa forme humaine.
    Le DRS c’est une mémoire qui ne souvient de rien puisqu’elle pleine de son propre souvenir, celui d’être la justice même s’il l’essence de l’injustice la plus vile, celui d’être la sincérité même s’il est la forme la plus achevée du mensonge, de l’hypocrisie e de la perversité, celui d’être le courage même s’il est la quintessence de la traîtrise, de la ruse, du crime le plus abject et le plus lâche qui puisse exister, celui de la bonté et de la générosité même s’il est le coeur avide et avare du vol, de la corruption et du gaspillage dans les futilités pur satisfaire le ventre, les dents, la bouche, le sexe…
    Le DRS l’absence totale de la fraternité, de la solidarité, de l’amour pour le peuple et du soucis des intérêts suprêmes de la nation et de l’intérêt général mais la présence totale du soucis de satisfaire les courtisans, les serviteurs, les nègres, les fraudeurs, les incompétents, les baiseurs de mains, les sujets, les soumis et surtout les soldats(militaires, civiles, les soutiens intérieurs ou extérieurs) qui acceptent toutes les missions et qui ne refusent rien.
    Le DRS a la conviction inébranlable qu’il n’y a rien au dessus de lui et que tout ce qui a au dessous de lui, lui appartient, qu’il a tout les droits, qu’il est le roi, qu’il est la loi, qu’il est au dessus de toutes le lois, qu’il est invincible, immortel et indispensable et qu’il ne rendra jamais de compte de ses actes ni aux humains, ni au Dieu des humains.
    Le DRS, son père et son grand père sont les responsables directs ou indirects de tous les maux que nous avions vécus depuis que nous n’avions décidé de vivre libre, digne et frères dans notre pays sans jamais plus un tuteur qui viendra d’ailleurs.
    Comme dans l’armée, la police, la gendarmerie, l’administration, les entreprises…dans le DRS, il y a certainement des Algériens qui sont honnêtes, qui aiment leur pays, qui résistent et qui luttent pour ne pas le laisser sombrer dans un chaos irréversible et qui aiment le peuple même si ce peuple ne le sait suffisamment car une partie du DRS et certaines institutions de notre pays ont attiré vers tous les honneurs, toute la noblesse et toute la gloire qu’ils avaient mérité et qu’ils méritent encore. Wa Allahou A3lem
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • thirga
    9 février 2010 at 7 h 12 min - Reply

    Just deux points Si Radjef: 1- Le secrétaire du colonel Amirouche accuse les armées des frontières d’avoir laissé intentionnellement l’armée coloniale ériger les barrages électrifiés et minés aux frontières Est et Ouest pour affaiblir les résistants de l’intérieur. Sa preuve est que le commandant Kaci a vu son projet de détruire à la source ces barrages rejeté. 2- Pouvez-vous donner un pays au monde qui ne dispose pas de structures de lutte contre les atteintes extérieures et la félonie?
    Le drame du Peuple algérien, et que vous avez bien décrit, est de voir les fondements d’un État démocratique et sociale esquissé au Congrès de la Soummam étouffé à sa naissance.




    0
  • awal
    9 février 2010 at 10 h 44 min - Reply

    le peuple algerien regrette et regrettera encore longtemps la sm de kasdi merbah et de boumediene.

    ==============================
    Evitez de parler au nom du PEUPLE ALGERIEN. Personne ici, n’est mandaté par notre peuple pour parler en son nom !
    Salah-Eddine




    0
  • radjef said
    9 février 2010 at 11 h 19 min - Reply

    Bonjour tout le monde.Pourquoi une institution sans profondeur politique et intellectuelle gouverne t-elle le pays sans partage et avec arrogance depuis plus d’un demi siecle? Pourtant, les chefs de partis politiques savent fort bien la force et les faiblesses de ceux qui nous gouvernent. Ils savent que ceux qui nous gouvernent ont plus de faiblesses, d’ignorance que de vertus et de savoir. Ils connaissent les capacités réelles du pouvoir en place. Hocine Ait Ahmed, Abassi Madani, Said Saadi, Louiza Hanoun, Benbitour, Hamrouche…savent comment on fabrique un parti politique dans les conditions que vit le pays en ce moment. Ils ne peuvent pas se tromper. La presse, les universitaires, les ecrivains et les artistes savent quelle litterature produire pour reveiller le peuple de sa torpeur et de sa resignation…S’il est vrai que l’ANP n’est pas, en raison de son caractere mercenaire et brigand, l’heritiere de l’ALN, il est egalement vrai que la classe politique algerienne dans toutes ses composantes n’a rien en raison de opportunisme deplacé de commun avec la classe politique de novembre 1954 qui a mis a genoux de vastes empires coloniaux… L’opposition, si toutefois on en a une, va t-elle attendre les prochaines elections et se contenter des resultats que le DRS va promulguer, ou va t-elle decider d’une d’action et passer à l’offensive pour restaurer l’Etat de droit?…@Adel. Je pense que les effectifs du DRS depassent largement le nombre de 3000 agents. Selon les estimations de certains, ils se situeraient autour de 400000 agents, alors que la police vient en seconde position avec 240000 policiers, l’armée ,sans les appelés, en deuxieme position avec 150000 militaires et enfin la gendarmerie avec 90 000 éléments.




    0
  • moura
    9 février 2010 at 11 h 27 min - Reply

    @ Adel et Ammi said.
    qui est le DRS,je souhaite repondre à cette question,permettez moi de faire une disgression.
    Le sens de nos grands parents autour de l’amour de la terre et leur attachement à celle-ci,consiste en la gestion de leur sens de la vie par une philosophie,une voie et une methode et des regles etablies,acceptés et mise en pretique par des systemes que nous avons completement perdu:tamusni-amusnaw,irgazen-tirugza,taqbaylit,l’equivalent de :la voie,la philosophie-l’elite,l’eclaieur,celui qui montre la voie,celui qui propose des solutions à des problematiques nouvelles(disons le dernier a avoir occupé cette fonction c’est cheikh mohand u elhocine et a undegres moindre,cheikh mohand ou sahnoun),celui qui connait la voie et l’applique(reçoit les enseignements de l’amusni »l’elite »,et biensur la langue,la femme,le verbe(donc le poete).ces concepts ont permi a nos grand parents de gerer leur sens,de construire leur conbat et surtout la resistance.
    Le DRS,pas bien sur litteralement direction du renseignement et de la securité,ses structures et ses hommes,prit dans ce sens on comprend rien,ce que disent la plupart des intervements est vrai,notamment ammi said adel et les autres;mais à mon avis ça n’explique pas tout,quelque soit leur force ,leurs moyens leurs intelligence il n’est raisonnablement pas possible,humainement de resister aux differends combats mener par les hommes et leur strutures depuis un demi siecle.a mon avis le drs c’est autre chose que ça,je pense que c’est une philosophie,une voie,une methode ,des regles..c’est un tout qui fonctionne admirablement,c’est l’equivalent justement de :
    l’amour et l’attachement à la terre en oppositions à (predation_destruction-negation-monsonge-propagande …):le petrole.
    tamusni_amusnaw en opposition(les elites d’allegence,les cadres corompus,les ureaux d’etudes de planifications et de gestions »interne et externes » et les structures de leur etat…)
    irgazen argaz en opposition a (les structures,les institutions,les lois et les hommes affectés aux executions..)
    taqbaylit en oppositiona(les methodes,la voie les moyens,le monsonge la propagande,..)
    Cette philosophie et ses concepts fonctionnent merveilleusement bien qu’on arrive pas à la detruire.
    je sais que c’est mal dit ammi said trouverait plus de termes que moi et je m’excuse d’avance mes idées brouillon.
    que la verité et la justice soiuent mes guides.




    0
  • el amel
    9 février 2010 at 12 h 28 min - Reply

    Le souvenir que j’ai de Kasdi Merbah, un tortionnaire. Posons la question aux étudiants qui ont eu affaire à ses services.




    0
  • radjef said
    9 février 2010 at 12 h 59 min - Reply

    Bonjoour tout le monde.
    @moura
    Je n’ai rien compris à ce que vous dites. Pouvez vous être plus concis et plus explicite? Car faire le parallele entre la sagesse legendaire qu’ont les paysans de mon pays et la philosophie criminelle qu’a le DRS, c’est faire preuve d’ignorance et de naiveté…Pour revenir à Cheikh Mohand Oulhocine, malgré le soutien qui lui a été manifesté à titre posthume par Mouloud Mammeri dans « Cheikh Mohand a dit », sa philosophie n’a jamais fait l’unanimité en Kabylie. Cette derniere lui a preferé Cheikh Ahaddad et Cheikh Ben Abderahmane.




    0
  • awal
    9 février 2010 at 13 h 59 min - Reply

    @salaheddine,
    je vis avec le peuple,je suis un enfant du peuple,je discute avec mes freres algeriens,je repete ce qu’ils me disent a chaque fois.
    la SM du temps de Boumediene et de Merbah etait efficace et redouté par les plus grandes puissances du monde,les scandales de corruption n’existaient pas,les disparitions forcées aussi,le peuple vivait en harmonie,la securité etait partout,le passeport vert etait réspecté,le dinar etait plus cher que le franc.comment voulez vous que le peuple ne regrette pas cette belle époque.
    nwakkal rabbi 3la chadli,larbi belkhir,nezzar,hamrouche le porteur de parapluie,smain lamari,mohamed lamari,toufik,lakhal ayat,belloucif,kamel abderrahim………
    sans rancunes
    =====================
    Il n’y a aucune rancune, mon cher frère. Nous discutons seulement de manière fraternelle. Je suis également un enfant du peuple et je vis dans son milieu.
    Pour revenir à vos propos, je crois qu’il fallait vivre cette période pour juger et non pas répéter ce que vous entendez. Je crois que la liste est longue des méfaits de la police politique de 62 à nos jours. Et je ne distingue aucune période dans sa triste histoire faite de sang, de larmes, de tortures, de détentions arbitraires au secret et de liquidations physiques.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • Adel
    9 février 2010 at 14 h 14 min - Reply

    @moura

    Bonjour, cher ami,

    Je dois vous avouer que, dans un premier temps, j’ai été un peu choqué par votre commentaire. Mais en le relisant bien, je crois en avoir saisi le sens.

    Selon vous, le DRS est une sorte de confrérie (ou société secrète) qui a pour mission de protéger le pays de toutes sortes de prédateurs, voyous, pêcheurs en eau troubles, etc. Elle a une philosophie, un maitre et des membres (élite) choisis parmi les meilleurs. Si elle a pu s’imposer à la société et résister à toutes les oppositions, c’est qu’elle est solidement ancrée dans la réalité et qu’elle contrôle parfaitement la situation (dans le bon sens). Elle puise sa force dans son attachement au pays (la terre) et aux valeurs de base de notre société.

    En théorie, cela peut être vrai et c’est peut-être ainsi que Boumédiène voyait la SM. Cette philosophie suppose un maitre ou sage au sommet. Il choisit lui-même les hommes à intégrer dans le groupe en fonction de leurs qualités (courage, honnêteté, amour de la patrie, loyauté à toute épreuve, etc.) Ce groupe exécute toutes les tâches assignées par le chef sans discuter. C’est une sorte de machine.

    Tout cela peut fonctionner si le chef est effectivement un sage qui choisit correctement ses hommes.

    Boumédiène était-il un sage? Toufiq l’est-il? Si ce sont des psychopathes enfermés dans leur délire, quel sera le résultat ?

    Ou bien ai-je mal interprété vos propos?

    Nul être humain n’est infaillible. La seule façon de préserver une société contre les psychopathes qui prennent le pouvoir et ne le lâchent plus, car se considérant comme des dieux au-dessus de la masse, est la direction collégiale, la concertation, le consensus, la multiplication des contrôles par des organes indépendants, l’alternance, etc. La démocratie, en somme.

    Amicalement




    0
  • AS
    9 février 2010 at 14 h 34 min - Reply

    Salaam,

    Excellent ! Si DB, j’ai lu ton article sur alterinfo, si tu business avec l’asie pas besoin d’avoir peur des traces laisses par les coordonnees banacaires, sinon tu as le canada, ou l’amerique du sud egalement ou s lamari avait entrepose des centianes de millions et il prevoyait se retirer, au paraguay… apres avoir ete ejecte du venezuela, la colombie etant trop dangeureuse…

    tu ouvre la sonatrach a la chine et tu deposes ton tresor a singapour, sous controlee us, ou meme macao, honk kong, voir shangai… en passant tu fais un arret a dubai ou tu ouvriras tes projest a des emiratis en mal d’investissements et de prostitutions en touss genres, en passant par la drogue !

    Pour en revenir au drs de tewfik, mis en place par le stabilisateur… plus de stabilisateur, plus d’equilibre, plus d’equilibre de clans dans la sonatrach ou ailleurs, signifie guerre de clans a tous les niveaux !

    voila donc ceux qui ont promis aux chinois monts et merveilles, pareille pour les russes, pour garder le pouvoir et ceux qui sont appuyes par les occupants traditionnels…. france, usa, israel etc… eclate donc une guerre… une guerre qui n’aurait jamais du commencer , mais le bras droit de tewfik en a voulu ainsi, cet analphabete a cru possede toutes les cartes… tu y rajoutes le transfert de boutef A a ouBoutef S. et la chorba prend aussi facilement… les chinois eux se regalent et il y en rien a faire de l’equilibre du pays, car ils misent generalement sur les pions qui s’opposent aux europeens et americains… comme les talibans, le hizbollah ou le hamas ou les tribunaux islamiques… si tu vois ce que je veux dire !

    l’opposition algerienne est donc appelee a participer a la gue-guerre, une erreure magistrale, car heriter du role de stabilisateur la privera d’avoir les coudees franches, laissez decanter et sachez prendre position le moment venue, sinon ca se finira comme en guinee, ou camara a ete tire par sarkosy et son armee de mercenaires… le chaos est la seule chose qui interesse ceux qui veulent tout le gaz et le bitroule…




    0
  • awal
    9 février 2010 at 14 h 37 min - Reply

    @salaheddine,
    je ne suis pas né de la derniere pluie et vous non plus,il n’y avait pas que la sm de merbah,il y avait les services de la police (salah vespa)qui portait des tenues militaires lors des tortures et interrogatoires pour faire croire que c’etait la sm ,il y avait aussi ceux de ahmed bencherif de la gendarmerie qui a laissé le colonel amirouche (allah yerahmou )dans les sous sol de l’etat major de la gendarmerie……
    mais ce qu’a fait le drs de 80 a nos jours ne peut pas etre comparer avec l’époque de la sm de Merbah. il a payé de sa vie ainsi que celle de son frere et son fils pour l’Algerie
    sans oublier son frere le chahid mustapha khalef liquidé au camp morand de ksar el boukhari en 1960 par le capitaine samary.
    salam




    0
  • medi
    9 février 2010 at 16 h 38 min - Reply

    message au general Toufik de la part d’un simple citoyen Algérien:
    depuis maintenant plus de 18 ans et nous on entends parler de vous Toufik Toufik et personne ne vous a vu sur la scene ,tout le monde dit que voue étiez parmi le groupe des janvieristes et que c’est vous qui êtes actuellement maître de l’Algerie,je sais bien que vous êtes dans une bataille sans merci contre le clan de oudjda qui veut vous limoger et prendre les commandes de l’Algerie et instaurer le régime monarchiste , je tient a vous remercier pour votre courage même si je suis pas d’accord avec votre politique au sein du fameux DRS en ce qui concerne la kabylie surtout qui est meurtrie par cette guerre d’égaux, je vous prie monsieur de vous mettre plus dans la scene politique et de vous présenter sur la scene politique national moi de ma part je vais voter pour vous si vous vous présentez comme condidat a la présidence, sauf avant je vous demande de bien nettoyer l’Algerie des corrompus en commençant par votre département en installant la transparence et la fidélité a la nation et ses symboles, après il faut nous débarrasser du clan de oudjda et leurs alliées du fln et du rnd et puis l’administration en générale,monsieur écoutez moi le peuple Algérien vous appelle a le libérer ,on veut pas retourner en arrière, pas de vengeance, ce lui qui a pris l’argent qu’il ce casse on veut pas de lui juste yakhtina walah aayina,qu’il prend ce que il a pris et qu’il part de l’Algerie et qu’il revient pas ni lui ni sa progéniture, on a marre,monsieur je vous prie de bien réfléchir a ce que je dis ,de la part d’un simple citoyen, merci.




    0
  • rezki
    9 février 2010 at 17 h 04 min - Reply

    @medi,
    n’ecris pas n’importe quoi,va supporter la JSK ou l’equipe nationale ,c’est mieux pour toi et pour tes semblables.
    pauvre Algerie,apres 20 ans de guerre civile,200000 morts,10000 disparus,il y a encore des personnes qui veulent toufik comme president ,ahhhhhhhhh ya rabbi.




    0
  • bouyilès
    9 février 2010 at 17 h 55 min - Reply

    Les ‘DRS’ c’est les forces de l’ombre.Ils sont partout et nulle part.Quand une région agonise ou que quelqu’un souffre ,ils sont là mais n’interviennent pas ,ils sont insensibles.Les DRS ne sont pas de toubibs.La mission des DRS c’est de recueillir l’info et la transmettre à qui de droit.La mission des DRS c’est de semer l’intox et créer la division .Les DRS c’est tout sauf des gens sincères.Ils n’aiment pas la liberté car ils vivent toujours enfermés ,dans la soumission et le cloisonnement.Les DRS ça peut être n’importe qui dans votre entourage.C’est des caméléons qui changent leur couleur en fonction du milieu où ils sont plantés.Ici c’est un Directeur,là c’est un planton ,ailleurs c’est un chauffeur, à un autre endroit c’est un petit chef de service…et en fin de journée il doit pointer vers son chef et rendre des comptes.Les DRS , ce ne sont pas des gens heureux,ils sont tout le temps sous pression et la nourriture qu’ils avalent n’a aucune saveur.Que voulez-vous,les DRS ont choisi le monde dans lequel ils vivent et ce n’est pas de ma faute.
    Les DRS c’est un ami d’enfance aujourd’hui colonel ou commandant je ne puis vous dire.C’est un ami qui n’a pas d’amis ni des frères d’ailleurs,car tout ce qu’il fait est flou.C’est un véritable cachotier et on n’entend de sa bouche que des paroles hypocrites.Cette année il est à Alger,l’année dernière il était à Tam;en 2001 il était en Kabylie;car parmi les DRS il y a aussi des Kabyles.Il était en Kabylie donc et il faisait croire à qui veut l’écouter qu’on l’a évincé de l’armée ,le pauvre.Les moyens de gagner la confiance des ses parents,frères et voisins ne manquent pas ,voyez-vous .En réalité il était là pour recueillir de l’info car la région chauffait à l’époque.Et qui mieux qu’un Kabyle pour une mission pareiille!Les DRS n’ont pas d’amis,ce n’est pas dans leur culture de se forger des amitiés,ni de frères d’ailleurs.Les DRS ont des informateurs.Les DRS vivent en enfer avant d’avoir rejoint l’au-delà.Je les plaints;le pauvres,je ne voudrais pas être à leur place.




    0
  • likous13
    9 février 2010 at 18 h 34 min - Reply

    @maura

    En clair, etre patriote c’est etre soumis à la folie du DRS. Sinon c’est l’exécution.Des exemples, y’en a à gogo.
    Pour ce qui est des élites civiles : soit ils deviennent complices, font des affaires avec pour finir en taule, soit ils se cassent pour vivre ailleurs. Faites vos jeux, la roulette tourne et la caste Drs est maitre à bord.
    Gardez le cap, dépaysants Drs sauront nous guider sur une rive paisible.




    0
  • Yacine
    9 février 2010 at 18 h 39 min - Reply

    @rezki

    Ta réponse m’a fait rire, tu sais pas comment. En même temps, ta réponse m’a soulagé et m’a évité de prendre l’aspirine…

    Mais, sérieusement, si tu veux une explication à ce comportement, tu la trouveras probablement dans le syndrome de Stockholm. Alors, ne te fais pas de mouron.

    Yatik saha kho !




    0
  • radjef said
    9 février 2010 at 18 h 42 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. Que pensent les honorables MTM, injsplu,A Nait Amar, Dehbi…de cette litterature?




    0
  • likous13
    9 février 2010 at 19 h 19 min - Reply

    Et puis je sais pas, on dirait que c’est vrai et que tout les chemins ménent à Rome. Vous parlez, discutez et vous reparlez pour ensuite revenir à la Kabylie. Ya ben ammi ya 48 wilaya en Algérie, et vous ne parlez que de la Kabylie. Parlons un peu de Chalghoum el aid, Bousaada, ksar el boukhari, bourd badji moukhtar, ain guezzam.eh, ça fera changer un peu.




    0
  • Sadek
    9 février 2010 at 19 h 23 min - Reply

    Mr ou mme awal, effectivement, vous n’êtes pas né de la dernière pluie : si vous dites regretter Boumediene, pourquoi a-t-il fallu l’arrivée de Chadli pour libérer les cadavres des colonels Amirouche et El Haouès qui se trouvaient séquestrés comme vous l’avez si bien dit dans la caserne de la Gendarmerie Nationale durant les 13 ans de règne de Boumediene. Je t’informe que le colonel Benchérif acculé publiquement par le fils de Amirouche a été obligé de dire la vérité en disant que les ordres sont venus d’en haut, tu vois ce que je veux dire, tu n’es pas bête. Et comme tu ne l’es pas, je te dis, moi aussi qui suis du peuple, que Dieu ne pardonnera pas au peuple algérien la séquestration des deux valeureux Moudjahids. Tant que le peuple algérien ne demandera pas pardon en condamnant sans rémission les responsables de cette séquestration, il ne sortira jamais du gouffre dans lequel Boumediene l’a jeté, sans compter les malheurs à venir comme la bombe à retardement qu’a laissé Boumediene qui va éclater d’un jour à l’autre qu’est l’affaire du Sahara Occidental. En disant cela, tout le monde fera la sourde oreille, mais Dieu nous a prévenu que tous nos actes seront comptabilisés, même notre silence.




    0
  • medi
    9 février 2010 at 19 h 30 min - Reply

    rezki ecoute moi bien ,moi je sais bien ce que je dis ,c’ est a cause de ces 200000 morts et ces 10000 disparus que je parle comme ca , nous comme peuple on est meurtrie ,le peuple est tres tres fatiguer, si tu veut que ca continu comme ca c’est ton idée ,moi je pense que le chemin le plus sure pour l’algerie et qui evite les massacres c’est que les gens qui sont dans l’ombre surgi sur surface.
    tu imagine si boutef installe son regime monarchiste en algerie qu est ce que ca va ce passer? dit moi ce que tu vois? ce que on voient maintenant comme scandales par centaines ca serai par milliers et le peuple algerien cherchera a manger dans les poubelles, moi je veut que ces gens sortent de l’ombre pour que on les voient bien, on effet c’est ca notre problème on acceptent jamais des idées contradictoires et quand quelqu’un parle les gens comme toi le prend pour un débile ,ton foot de m… garde le pour toi pour passer le temps de mi nuit au lever du soleil avec un thé vert et une couverture bien chaude qui va te faire oublier le froid dehors dans le quartier de barbess




    0
  • rezki
    9 février 2010 at 19 h 51 min - Reply

    @yacine,
    chokani kho 😉 .




    0
  • A.By
    9 février 2010 at 20 h 19 min - Reply

    @ Radjef
    Salutations à tous les compatriotes.

    Qui est le DRS ? Question courte certes, mais une équation compliquée à résoudre. Quelque soit la réponse et supposons la innée et même repentante de la part du corps secret lui-même, elle demeurera à jamais nébuleuse.

    Tout d’abord, je serai toujours curieux en souhaitant lire peut-être un jour la réponse – même partielle mâaliche – de quelqu’un de la « maison », comme par exemple le colonel Chafik Mesbah, la plume « philosophique » du DRS. contemporain.
    J’en suis sûre que ma curiosité doit être partagée par beaucoup de compatriotes et plus spécialement par le Pr. Addi Laouari.

    Pour revenir à la question-titre du compatriote Radjef, une question à réponses-multiples et nébuleuses jamais élucidées. Que doit-on répondre après un peu plus d’un demi-siècle d’histoire des services de renseignements algériens ?

    À mon avis et c’est ma conviction personnelle, des indices récurrents et des faits indiquent que tout avait commencé en concert. La création du MALG et en même temps que son « noyautage » par d’autres services avec une inoculation, depuis, d’un virus de suspicion au sein même de l’intelligentsia algérienne de l’époque, bloquant naturellement toute ascension d’un leader légitime qu’il soit politique ou militaire, la collégialité corrompue était de mise comme toile de fond du système, telle depuis toujours.

    Déjà une vieille infiltration avérée et certaine des R.G français datait depuis l’implosion du PPA. Beaucoup de figures connues du mouvement national avaient été de honorables correspondants à leur insu, pensant naïvement que la France allait les assimiler un jour ou l’autre comme les Savoyards. Le travail des renseignements généraux français avait éventé l’anonymat des acteurs militants activistes algériens, la DST avait repris le relais dès sa création en 1944, et tous les futurs membres de l’O.S algérien avaient été déjà mis sous le « scanner » des services jusqu’à leurs arrestations, dans la majorité d’entre eux, aux débuts des années 50.

    Pendant et après la deuxième guerre mondiale, les services de renseignements étrangers pullulaient dans des villes comme Tanger, Oran, Alger ou Bône, cela sans oublier les services nationaux et locaux de l’époque, les R.G, DST et le SDECE français sans compter leurs services clandestins comme par exemple le Service 7, lequel avait imaginé un «GPS artisanal» pour traquer à la trace tout moudjahid des wilayas de l’intérieur portant une pataugas, parce que toutes les semelles ont été interceptées et poinçonnées secrètement avant la livraison.
    Dieu seul sait combien de martyrs sont tombés au champ d’honneur à cause de l’idée insolite et diabolique du colonel Marcel Leroy, plus tard impliqué et limogé par De Gaulle dans la disparition à la « Smain » de l’avocat marocain Mehdi Ben Barka à Paris.

    (À suivre )




    0
  • Ammisaid
    9 février 2010 at 20 h 53 min - Reply

    Asalam, azul, bonsoir
    Cher frère medi,
    Toufik est partout même si tu ne le vois pas. Il n’y a pas un lieu qui lui est utile qui n’est pas infiltré par ses agents. Il sait tout ce qui se passe en Algérie et à l’extérieur de l’Algérie.
    Il n’est pas,uniquement, là où il n’y a pas de danger pour les clans. Dés qu’un frémissement d’opposition véritable apparaît, il y arrive pour essayer de contrôler, de détourner ou d’éliminer le danger ou le supposé danger.
    Il s’était, plusieurs fois trompé, mais il ne peut pas le reconnaître. Normalement, lui et ses agents sont là pour surveiller tous ceux et toutes celles qui mettent en danger la sécurité nationale (frontalière, économique, sociale…)mais, au lieu de faire ce travail d’une haute importance, ils ont passé leur temps à empêcher, par tous les moyens parfois les plus barbares, tout Algérien qui essaye de sauver l’Algérie de ces hommes pervers, voraces, féroces, criminels, sadiques…qui nous gouvernent, quelque soit le poste qu’ils occupent (civile ou militaire).
    Les services de sécurité dans les pays normaux ne s’occupent que de la défense des intérêts suprêmes de leurs états. Leurs échecs sont, immédiatement sanctionnés et les coupables des défaillances sont écartés voire jugés et condamnés.
    Ceux qui ici et dans autres sites critiquent le DRS, l’armée, la police…ne le font par haine ou par méchanceté.
    Ils le font car, ces institutions constituées par des Algériens et des Algériennes et sensées protéger la nation, sont utilisés des hommes sans foi, ni loi pour détruire notre unité, voler toutes nos richesses, protéger leurs privilèges et massacrer toutes celles et tous ceux de nous qui désirent une Algérie comme celle désirée par ceux qui s’étaient sacrifiés pour sa liberté, sa dignité, sa fraternité et sa prospérité.
    Le peuple Algérien n’a plus besoin d’un sauveur, d’un messie, d’un fakhmatouhou, d’un zorro, d’un batman, d’un ahmed oumari, d’un pasteur, d’un père sévère et autoritaire, d’un comme tous ceux à que nous avions affaire, il a besoin d’hommes et de femmes qu’ils vont choisir et à qu’ils auront le droit de partir s’il se sent flouer: L’autodétermination dans un état de droit.
    Fraternellement et cordialement à toi, à toutes et à tous




    0
  • moura
    9 février 2010 at 21 h 28 min - Reply

    @ Adel et Radjef..
    oui vous avez raison ,je m’exprime mal et surtout(je pense) les mots admirablement et merveilleusement,vraiment pas à leur place,ensuite je l(ai dailleur dit mes idées brouillons.
    permettez moi une autre disgression.
    Que seraient les mathematiques sans les axiomes,les definitions les prepositions et autre theromes et un systeme numerique:du charabia.
    Je revient au drs,entité,qui forme un tout,cette secte à produit un systeme de predation,de negation ,de destruction de perversion qui n’a pas son pareil au monde,elle à detruit tout le patrimoine ( materiel et immateriel de plusieurs generations ‘l’effort,le travail,l’amour,la solidarité,la resistance,la reflexion…),pour arriver à construire cette machine malefique il faut vraiment etre une secte maçonique,bien sur malefique.la disgression faite au premier poste m’a permi( je le pensais) de demontrer que pour arriver a detruire tout un systeme de sens(la sagesse et la voie de nos parents..) c’est pas avec rien,car pour moi,les generaux,les colonels ,les galonnes du drs,pris à un aun,individuellement(et j’en connais quelques uns) ne sont que des (METTEZ LE QUALIFICATIF QUE VOUS VOULEZ ET C INSUFFISANT)
    Et cette secte s’est demultipliée à l’infini;on la retrouve dans toute la presse,dans toutes les institutions de l’etat(legislatif,executif,judiciare,de la plus petite administration j’usqu’ a la plus compliquée(SH)ou l(armée.je pense sincerement qu’elle a une philosophie,des methodes,des regles,c(est une vrai secte. Aucun gouvernement au monde ne peut resister au soulevement de 1988 et du pringtemps 2001 .j’espere que je suis plus claire.que la justice et la verité soient mes guides.




    0
  • moura
    9 février 2010 at 22 h 52 min - Reply

    @ Radjef, en complement et un chaleureux merci pour toutes les precisions de A.Bey
    j’ai cité cheikh mohand u lhocine comme amusnaw,ainsi que cheikh mohand u sahnoun.effectivement,lorsque vous dites que la kabylie lui prefere cheikh ahadad,vous avez raison,mais uniquement lors de l’insurection de 1871,justement cheikh mohant u sahnoun(extradé a la mecque) etait son second aux at iraten(avec un double statut representant de la rahmania et de l’insurection),cheikh ahadad a su interpreter le desir d’insurection des kabyles. on prete a u sahnun l’expression,ma sweqmagh al hamdulah,madelmagh yehwayi,je detient la tamusni(si je suis sur la bonne voie elhamdou lilah,si je suis sur la mauvaise yehwali) a propos justement de l’opportunité de l’insurection avec les representant de la confederation nat iraten.Sur tamusni et jusqu’a nos jours pour donner du credit a ses arguments on cite »comme cheikh mohand à dit » d’ou peut etre le titre de « cheikh mohand a dit » de mouloud mameri.
    Il peut y avoir d’autres raisons que j’ignore.
    que la verité et la justice soient mes guides.




    0
  • Ammisaid
    10 février 2010 at 8 h 53 min - Reply

    Assalam, azul, bonjour
    Cher frère Moura,
    Ton avant dernier post a clarifié ta pensée et c’est devenu plus clair pour moi et je l’espère pour tous les internautes. Je sais que ce n’est pas évident d’écrire avec des phrases courtes (nous avons tellement de choses à expulser)mais c’est cela que nous devrons essayer de faire pour être clair(un sujet, un verbe et quelques adjectifs ou complément peuvent suffire). En effet, le DRS est comme un clan. Un clan redoutable et féroce. Un clan qui possède, sans doute, des règles stricts. Ces membres se sont jurés: assistance et vengeance. Assistance quand ils sentent leurs intérêts en danger et vengeance quand l’un de leurs membres est touché par un autre clan ou par les autres (opposition, intellectuels…). Je pense pour ma part, que leur formation, a été faite en URSS. Leurs méthodes ressemblent beaucoup à celle des services de sécurité de l’ex RDA, de la roumanie et du KGB. Le DRS est sûrement le clan qui contrôle les autres clans qui sévissent en Algérie.
    Et, tous ses clans ont tous un seul objectif: dépecer l’Algerie des ses richesses et soumettre le peuple à son diktat par la terreur, le mensonge, la manipulation, l’infiltration de la société civile (associations culturelles, partis politiques, syndicats autonomes, associations cultuelles…), rumeurs, la torture, l’humiliation, la hogra et la destruction de tout ceux qui peut réunir et éveiller le peuple(nos valeurs, notre identité, notre histoire, nos écoles, notre religion…)afin de diffuser en son sein tous les maux aliénants(chômage, misère, illettrisme, fainéeantisme, prostitution, drogue, alcool, folie, suicide, célibat, banditisme, corruption, méfiance, délation, servitudes…).
    La particularité du Drs de chez nous et des clans, est qu’ils sont prêts à tous les extrêmes pour garder le pouvoir et conserver voire augmenter leurs privilèges (richesses, puissance, sécurité et impunité).
    Ils nous l’ont maintes fois montrés. La sauvagerie des assassinats et des massacres dont ils étaient responsables, bien avant l’indépendance, sont là pour en témoigner.
    Mais, tout cela n’est pas étonnant, mais plutôt prévisible, attendu et je dirai presque normal, du fait que l’opposition est très divisé. Ceux qui souhaitent un changement et l’instauration d’un état de droit les combattent d’une façon très dispersée et ils sous estiment leurs capacités de nuisance et la violence de leurs ripostes.
    Malgré toutes les douleurs, tous le malheurs et toutes souffrances que nous avions subis, l’opposition continue à se quereller pour des futilités, à débattre sur des détails et se séparer et à se haïr pour rien. Et, tant que l’opposition ne prendra ses responsabilités, c’est à dire, mettre de côté leurs différences idéologiques et se concentrer et s’unir sur l’essentiel, à savoir libérer notre pays des griffes de ces hommes sans conscience et sans humanité, l’Algérie continuera à souffrir et son peuple avec. Wa allahou A3lem.
    Fraternellement toi, à toutes et à tous




    0
  • rezki
    10 février 2010 at 9 h 47 min - Reply

    @medi,
    1-j’ai toujours habité en Algerie et dieu sait que j’avais la possibilité de fuir des les début de la crise.
    2-demandé a toufik de devenir président est une insulte aux 20000 morts,aux 10000 disparus,aux veuves et aux orphelins.
    3-je maintiens mes dires,car comme tu n’as encore rien compris a l’affaire,va t’occupé de la JSK (je suis kabyle et fiere de l’etre) ou de l’equipe nationale.
    4-ne dis pas de betises yarham oualdik,ennas yeddahkou 3lik.
    sans rancunes




    0
  • l.leila
    10 février 2010 at 10 h 34 min - Reply

    Bonjour,

    @ medi:
    Alors selon vous, l’Algérie est une sorte de  » Dar 3ammi Moh, eddi ourouh. »




    0
  • rezki
    10 février 2010 at 12 h 21 min - Reply

    @ sadek,
    maintenant que Boumediene et Merbah sont morts,bencherif et sa clique peuvent dire ce qu’ils veulent,il n’y a malheuresement plus personne pour les contredire.
    voici le malheur de l’Algerie,ils ont éliminés tous les hommes de valeurs,les patriotes,pour que plus personne ne leur barre la route et ne divulgue leurs méfaits,c’est ce qui a fait leurs force.
    je persiste Boumediene et Merbah sont de grands hommes d’etats que vous le vouliez ou non.
    allah yerahmek ya Boumediene,allah yerahmek ya si Merbah.

    sans rancunes,salam.




    0
  • rezki
    10 février 2010 at 12 h 28 min - Reply
  • medi
    10 février 2010 at 13 h 05 min - Reply

    @REZKI et @LEILA: mais vraiment il y a en algerie jusqu aujourdhui des gens qui veulent que la situation d’ambiguité reste toujours et perdure , écoutez moi, vous voulez punir les genocidaires? pour quoi alors vous avez votez pour la concorde civile et la reconciliation ? ditent moi pour quoi ya rabi ki ma tkoul? et tu parle du balon de la jsk ,de l’équipe nationale qu es ce que j’ai a foutre moi avec votre ballon,nass rahoum fi azma et vous vous parlez du foot en plus avec moquerie! moi aussi je suis kabyle comme toi et je sais bien ce que je dis,je crois que vous avez pas bien lu ce que j’ai dis , je le repete j’ai dis que je voterai pour vous mais avant je vous demande de bien nettoyer l’Algerie des corrompus en commençant par votre DÉPARTEMENT en installant la transparence et la fidélité a la nation et ses symboles, après il faut nous débarrasser du clan de oudjda et leurs alliées du fln et du rnd et puis l’administration en générale :dit moi alah yarham waldik qui peut sortir l’algerie actuelement de son etat catastrophique de son marasme , qui? le fln ?ikhi tout le monde conaissent qui sont les flnistes, le rnd? akbar karitha, les partis islamistes? ta vu je crois les evenements d’aprés 1989 , l’opposition démocratique? elle est ou? va s y repond moi? ,le rcd ils est plein d’agents double, le ffs il est en suisse en exile ,ce que tu vois en algerie c’est une association de quartier, le pt ? un jour un pas en chine et l’autre chez ouyahia, qui autre va syyyyyyyyyyyyyy je peut te dire bcps de chose mais cet espace ne sufis pas, l’arrouch, le mak, le aqmi, les medias , le sport, les associations …etc le tout est fotu , en algerie il ya que l’armée qui peut changer les choses et en premier lieu le DRS, c’est lui qui est deriére tout les evenement politique en algerie depuis 62, qui est deriere tout les présidants? il ya que eux qui peuvent changer il ya pas autres, je te donne exemple la mauritanie juste a coté de nous, ya si REZKI le peuple je dis et je repete il est meurtris en plus je te dis qu’il ya pas que 200000 il ya plus en comptant biensur de 62 , alors j’ai pas besoin de tes commentaires de moquerie que les gens vont regoler de toi! ta tes idées et j’ai les miennes ne sois pas chikh al zaouiya yarham vavak, et pour LEILA je dis que j’ai pas dis que l’algerie dar aammi mouh, pour luter contre la coruption il faut une justice par contre dis moi s’ il ya une justice en algerie? la meme justice elle est corrompu et elle est controler par eux, alors moi je dis que nous le chaab wala ghachi kima thabi on demande avec franchisse les gens influents et qui ont pris de quitter simplement l’algerie on veut pas d’eux ni leurs progeniture, smah rabi kbir juste yakhtiouna hada rayi salam




    0
  • rezki
    10 février 2010 at 14 h 11 min - Reply

    @medi,
    ce que tu ne veux pas comprendre ,c’est qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux,c’est impossible,mousstahil.
    il faut qu’ils partent tous ,a commencé par toufik et boutef,ils faut qu’ils laissent la place aux jeunes.
    toufik a 73 ans ,dans les pays qui se respectent ,il serait a la retraite et lui et boutef,et toi tu veux voter pour lui.
    qu’est ce que tu veux qu’il nettoie,il est lui et ses pairs responsable de la m……dans laquelle nous sommes,car crois moi nous sommes dans la m…. jusqu’au cou.
    il a laissé pourrir et lorsqu’il y a gangrene on coupe.
    salam




    0
  • medi
    10 février 2010 at 14 h 11 min - Reply

    @rezki
    lendemain du recouvrement de l’indépendance, lorsque l’armée des frontières, sous la direction de Boumédienne et les conseils malfaisants de Bouteflika and co, balaya d’un revers de main le rêve démocratique algérien etais le debut du cauchmare algerien.
    dis moi qui est deriére les assassinats politique depuis 57:abane ramdan, mouhamed khmisti ,chaabani,Vient ensuite le tour de Krim Belkacem, signataire des accords d’Evian, de Mohamed Khider, ancien ministre du GPRA, de Mohamed Seddik Benyahia, assassiné en plein vol et tout les les martyres des évenements de 62, de 65 et 68 qui est deriére tout ca c’est biensure sidek merbah et sidek boumedien, sans oublier puisque tu est kabyle que dans les années boumedienne tu peut meme pas dire que tu est kabyle et de parler ta langue maternelle
    sans rancunes ha ha ,salam.




    0
  • rezki
    10 février 2010 at 14 h 49 min - Reply

    @medi,
    qui t’a dis que j’ai voter pour la reconciliation nationale?,je suis contre une réconciliation nationale ,sans vérité totale et absolue,sur tous les crimes politiques,les massacres collectifs…..etc.




    0
  • medi
    10 février 2010 at 16 h 32 min - Reply

    nos on a besoin d’un ataturk algerien capable de changer tout avec une main de fer
    Mustafa Kemal est le fondateur et le premier président de la République turque.
    ce militaire de carrière affirme également une volonté farouche de rupture avec le passé impérial ottoman et de réformes radicales pour son pays.
    Inspiré par la Révolution française, il profite de ce qu’il considère comme une trahison du sultan lors de l’armistice de Moudros, pour mettre un terme au règne du sultan le 1er novembre 1922. Il instaure ainsi la laïcité : séparation entre le pouvoir politique (sultanat) et spirituel (califat).

    Après la proclamation de la République, il déplace la capitale d’Istanbul à Ankara et il occidentalise le pays à travers plusieurs réformes. Notamment, il inscrit la laïcité dans la Constitution, donne le droit de vote aux femmes et remplace l’alphabet arabe par l’alphabet latin. Sous sa présidence autoritaire, la Turquie a mené une révolution sociale sans précédent, qu’on appelle généralement révolution kémaliste. Le 24 novembre 1934, l’Assemblée lui donne le nom d’Atatürk, ce qui ne veut pas dire « père des Turcs », mais le « Turc-Père », au sens de « turc comme l’étaient les anciens », le mot Ata voulant dire ancêtre.

    histoire:




    0
  • Yacine
    11 février 2010 at 13 h 11 min - Reply

    @ Rajef Said

    Bonjour à toutes et à tous

    Sur le plan historique, le DRS fut créé par les généraux Nezzar et Belkheir pour provoquer en douceur un bouleversement historique qui allait changer le visage de l’Algérie. Les mobiles sont inavouables et s’apparentent plus à une lutte de sérail entre des clans qu’à une réponse à un besoin d’efficacité opérationnelle, mais l’explication la plus plausible est la volonté des deux généraux de permettre aux DAFistes de s’emparer de tous les leviers de commande du pouvoir. L’artisan de cette forfaiture et sa tête pensante est Blekheir qui profita de l’inculture de Chadli pour faire transférer le commandement du DRS de la présidence au ministère de la Défense. L’ignorance de Chadli a coûté très cher à l’Algérie, c’est sous sa coupe que le pouvoir militaire a dérapé et a échappé au contrôle de la présidence. Les conditions dans lesquelles fut mise sur pied la « structure » du DRS sont décrites par plusieurs références dont le livre du colonel Samraoui qui a vécu sa naissance de l’intérieur.

    Cependant, devant l’ampleur de la tragédie nationale et la gravité de la situation sociopolitique algérienne intimement liés à cette « structure », je suis de ceux qui pensent, sans l’ombre d’un doute, que le volet historique de la question a perdu toute espèce d’importance politique pour les citoyens que nous sommes et qui vivons la terrible réalité marquée par l’hégémonie de la junte militaire pour qui le DRS est la principale force de frappe. Bien sûr, le devoir de mémoire est nécessaire, ne serait-ce que pour éclairer les prochaines générations du malheur qui nous a touchés et causer des préjudices sociaux, politiques et économiques considérables dont les effets se ressentiront sur plusieurs générations.

    Pour les citoyens libres qui refusent la dictature des militaires, l’importance doit être focalisée actuellement sur le DRS pour tout ce qui fait sa réputation : sa politique sécuritaire extrémiste, la sauvagerie de ses pratiques et ses mesures arbitraires, son impunité et l’impunité de ses valets, sa rébellion contre l’autorité politique au point que tous les analystes le considèrent comme la colonne vertébrale du pouvoir réel. Cette échine est plutôt horizontale avec une partie terminale caudée, elle soutient le corps d’un monstre pourvu de crocs et de griffes acérées. Les prérogatives de cette créature ont dépassé celles du 1er magistrat du pays et commandant suprême des forces armées. Malgré tous les pouvoirs qui lui sont conférés par la constitution, le président algérien est devenu depuis 1992 un simple fonctionnaire, une courroie de transmission qui exécute la volonté des maîtres du DRS, alors que le rôle de ce dernier est d’être au service exclusif du président ; il est censé être son bras et ses yeux. Cette métamorphose des services en créature supra constitutionnelle est le produit d’une logique de domination qui n’a pas respecté les lois de la République. Dans un souci de pérennité, les présidents algériens ont tout fait pour transformer les services de renseignement en bête fauve pour se débarrasser de leurs opposants politiques, mais ils le tenaient en laisse. Plus maintenant, le fauve s’est rebellé contre l’autorité de son maître et a brisé les chaînes de la constitution. Le monstre, pour qui il n’y a ni Dieu ni maître, se trouve en liberté totale et il sévit partout. Il s’immisce dans tout, il frappe, partout, ceux qui ne se baissent pas leur tête ; il fait la pluie et le beau temps et n’a de compte à rendre à personne.

    Le DRS, en tant qu’organisation, est très intelligent dans l’entreprise de destruction de la nation, mais pris individuellement, ses éléments, qui obéissent aux ordres sans regarder son côté moral, humain ou légal, sont bien sûr des androïdes qui sont dépourvus de sentiments, qui n’ont pas la faculté de distinguer entre le bien et le mal, entre les intérêts supérieurs de la nation et les intérêts personnels d’une bande de mafias qui les contrôle. Si l’un parmi eux reçoit l’ordre d’abattre un intellectuel, un journaliste, un islamiste, un général ou un président, il le fera « sans état d’âme ». Certains sont conscients de leurs horribles crimes, mais la plupart croient bien agir au nom de la sécurité du pays. Et c’est là où réside tout le génie criminel des Toufik, Samain Lamari et Belkheir. Avec des valeurs comme l’honneur, le devoir envers la patrie, la fierté et la sécurité du pays, ce triumvirat a réussi, d’une main de maître, à faire retourner, chez les officiers supérieurs et les subalternes, ces nobles principes en instruments de destruction de leur pays et à transformer des patriotes en tueurs, en tortionnaires et en bête immonde. Malgré le désastre visible à l’œil nu sur tous les plans, ces éléments continuent à nuire à leur pays s’arrogant tous les droits et s’auto-offrant une vie opulente et indécente avec laquelle les maîtres du DRS appâtent, corrompent et achètent le silence des plus vertueux. Je ne sais pas s’ils sont convaincus de faire leur devoir ou bien, dans leur for intérieur, ils savent que leur hiérarchie déraille et plus ils interviennent dans les affaires publiques et plus la situation s’empire pour l’Algérie. Mais quoi qu’il en soit, ils sont liés « à la vie à la mort avec » par une sorte de serment du sang. Trop de sang innocent a coulé par leur faute ; ils sont tous mouillés jusqu’au coup. Il n’y a que la mort qui puisse leur rendre la raison tel pharaon qui, à la dernière minute en voyant les flots géants de la mer qui allait le submerger, dit « maintenant je crois au Dieu de Moise ».

    En haut de leur tableau macabre figure les massacres et les génocides perpétrés par des terroristes qu’ils contrôlaient, ensuite, les disparitions, les morts d’octobre 88, les tortures pendant tout le règne du DRS, l’assassinat de Boudiaf et tous les autres. Un tableau abominable qu’aucune dictature régionale n’a osé réaliser. De ce fait, cette structure est devenue une organisation terroriste autonome qui puise ses ressources humaines, sa force, sa « légitimité » et ses finances de ce même pays qu’elle quadrille et contrôle d’une main de fer. Mais, hélas pour les « consciencieux » parmi eux, rien de bien ne se fait avec un peuple « dompté ». L’Algérie a perdu son aura d’antan, sa souveraineté dépend du cours du pétrole et sur le plan international, elle est plus faible que jamais. Déjà les Egyptiens ont crié tout haut ce que le monde entier pense tout bas : les Algériens sont des barbares. Avec la corruption actuelle qui atteint des hauteurs qui donnent le tournis, les Algériens seront pris également pour de la pourriture et l’Algérie une république bananière qui attire toute la pègre internationale avec les bénédictions des généraux. Le bilan social et économique et l’état général du pays pendant le règne de l’arbitraire du DRS est sombre. Les différents classements internationaux de l’Algérie sont éloquents sur l’ampleur des dégâts causés par le pouvoir absolu du DRS. Ont-ils un grain de fierté ?

    Cette super organisation représente donc une pesanteur au bon fonctionnement d’un Etat qui subit déjà les dysfonctionnements et les dérives d’une autre tyrannie, moins sanguinaire, d’un régime policier avec qui il s’est engagé dans un bras de fer avec les derniers développements de la « lutte contre la corruption ».

    Mais, malgré sa puissance apparente et effective et ses démonstrations de force épisodiques, face à Bouteflika, le DRS reste vulnérable ; il cache un dossier beaucoup plus lourd que la corruption… Quoi que fasse Toufik, il sera perdant dans une guerre ouverte avec le président. Il est pris à son propre piège. Il peut gesticuler, griller tous les fusibles qu’il veut, il ne touchera pas à sa garde prétorienne et ses hommes de confiance. Une issue semblable à celle de Chadli ou de Boudiaf, signera la fin de l’ère du DRS et la débâcle pour les décideurs. A mon avis, l’amnistie générale ne se fera qu’avec les conditions de Bouteflika : Said président contre amnistie générale. Il n’est pas aberrant de penser que Said Bouteflika symbolise le cauchemar de Toufiq, car, en plus d’être totalement étranger à la grande muette –ce qui constitue une entorse à la règle depuis 62-, il serait le seul homme qui, à l’instar de son frère, pourrait contester l’autorité du DRS et exigera les trois quarts du pouvoir au bas mot. Pour Toufiq qui a des centaines de milliers de morts dans son placard, un quart du pouvoir est un risque énorme. Ce risque tombe à zéro avec d’autres prétendants à la présidence. Tout autre successeur à Bouteflika se mettra sous les bottes du DRS puisque c’est Toufiq et Cie qui le choisira. De leur côté, les frères d’Abdelaziz Bouteflika et tout l’establishment et le sérail qu’a créé celui-ci, tombés dans les pièges de la corruption et de trafic d’influence, risquent leurs peaux avec la disparition du président qui se fait très vieux ; ils voient bien que la faucheuse s’est mise en branle et est en train de happer les vieux caciques du système. Le meilleur refuge contre une mauvaise tournure et la disparition des privilèges serait la conservation d’el Mouradia comme héritage. C’est une guerre contre la montre entre les deux protagonistes. Cette campagne « main propre » n’augure rien de bon pour le pays. Entre les truands et les brutes, il n’a pas de choix pour les Algériens. En l’absence d’une opposition forte et crédible ou à moins d’un miracle, l’Algérie risque de tomber de nouveau dans des bras ruisselants de sang.

    Quant au peuple, ses morts, ses richesses, son histoire, sa mémoire collective, il viendra certainement un jour où un vent violent s’élèvera et emportera dans sa terrible colère l’hydre aux deux têtes qui prit l’Algérie pour son repaire. Amen.

    Yacine (ex-MTM)




    0
  • Zohra
    11 février 2010 at 16 h 20 min - Reply

    @ Yacine,

    Merci pour cette analyse!




    0
  • rezki
    11 février 2010 at 17 h 16 min - Reply

    @yacine,
    bravo.




    0
  • Adel
    11 février 2010 at 17 h 50 min - Reply

    Le clan de boutef et celui de toufiq étant tous deux affaiblis en ce moment par les coups qu’ils se portent mutuellement (et par l’âge des deux chefs de clans), n’est-ce pas le meilleur moment pour se débarrasser de ces deux tas d’immondices d’un seul coup? Que tous ceux qui ne veulent ni de l’un ni de l’autre se lèvent et fassent entendre leurs voix.




    0
  • medi
    11 février 2010 at 19 h 39 min - Reply

    Le fonctionnement interne de l’ANP et son articulation avec le politique restent du moins opaques, sinon peu objectivés, pour les spécialistes. Le conflit civil et les dissidences auxquelles il a donné lieu auront eu le mérite de donner une certaine visibilité aux mécanismes de décision qui la régissent. Instance-clef non prévue par la Constitution, le Conseil de défense (CD) accaparerait l’essentiel du pouvoir de l’État. Inspiré du Conseil national de sécurité turc (MGK), il comprendrait le ministre de la Défense, le chef d’état-major, les trois commandants des forces terrestres, maritimes et aériennes, les deux principaux responsables du DRS, et le commandant de la gendarmerie. C’est le CD qui aurait désigné tous les présidents algériens depuis 1962 au terme de votes à bulletin secret. Le DRS jouerait à son tour un rôle de premier plan dans le processus de décision politique. Concurrent ou allié du CD selon les cas, il servirait de relais aux généraux exclus des réunions du CD.
    la fonction présidentielle, son caractère fluctuant apparu durant la décennie écoulée montre que ses attributions sont également sujettes à l’appréciation de l’armée, tant en termes de délimitation des compétences que de durée de la mandature fus le cas de ,boudiaf et zeroual. Cette évolution marque une nette rupture avec les années 1970-1980, où le titulaire de la magistrature suprême jouissait du pouvoir réel. Coopté par les hauts responsables de l’ANP fus le cas de Boumédiène et un peu moin chadli qui incarne le summum de Vimperium. Mi-chef militaire, mi-chef politique, boumedienne etait l’inspirateur des décisions de l’ANP et veille à ce que son clan de oudjda y soit hégémonique, tout en dirigeant le FLN d’une main de fer en tant que secrétaire général. Outre qu’elle lui confère le pouvoir absolu, cette dualité fonctionnelle procure à son détenteur un charisme qui lui permet au besoin de transgresser ses propres prérogatives.
    le cas bouteflika:
    « Bouteflika, qui fut le favori des militaires lors de la présidentielle de 1999, mais son desir de vengeance des militairs et la restauration du clan de oujda et sa politique sécuritaire catastophique ainsi son entourage mafieu et son souhait de voir son frére prendre les reignes de l’algerie et instaler le regime monarchiste qui sauf dieu connais ses conséquences laisse entendre que la grande muette ne laisse pas les bras coisé comeme? »
    L’ANP a souvent été présentée comme un bloc monolithique. En réalité, cette description n’est que partiellement recevable. Outre le fait qu’elle est articulée autour de trois structures jouissant d’une relative autonomie (DRS, régions militaires et gendarmerie nationale), l’armée est traversée par de multiples clivages. Tout au long des années 1960- 1970, elle a été marquée par une vive controverse entre les partisans des militaires issus de la guerre de libération et ceux des « officiers de l’armée française » (une centaine, parmi lesquels Khaled Nezzar, Larbi Belkheir ou encore Mohamed Lamari) qui avaient déserté l’armée coloniale pour grossir les rangs de l’ALN. Elle a été tranchée par le président Boumédiène. A ses yeux, l’ANP ne pouvait se passer des « officiers de l’armée française » sous peine d’être privée de compétences indispensables à son essor.

    Plus récemment, l’ouverture démocratique, conjuguée aux dix années de guerre civile, a modifié la nature des rapports de force, faisant apparaître en son sein des micro-centres de décision. Informels, ces derniers constituent des groupes d’intérêt dont les rivalités se résument généralement à des luttes d’influence et à des problèmes liés au partage des flux financiers générés par la rente des hydrocarbures.

    La « turquisation » du pouvoir : une alternative possible ?

    Le comportement de l’ANP tel qu’il se profile depuis le début de la guerre contre l’islamisme indique que celle-ci se pose de plus en plus en instance dépositaire de la Constitution, à l’image de l’armée turque. Soucieuse de protéger l’héritage kémaliste de la laïcité et de la démocratie, cette dernière rédigeait, au lendemain du coup d’État de 1980, une Constitution qu’elle a fait plébisciter en 1982 et qui lui accorde d’importantes prérogatives. Par le biais du MGK, elle fait des recommandations que les civils sont tenus de prendre en considération.
    ce modèle peut constituer une alternative à même de pacifier la relation entre le militaire et le politique.
    certains voient dans le CD une sorte d’embryon du MGK qui pourrait être formalisé s’il venait à sortir de sa clandestinité juridique et était défini constitutionnellement.




    0
  • amar
    12 février 2010 at 10 h 40 min - Reply

    Bonjour tout le monde.
    J’ai lu l’article de Said Radjef avec beaucoup d’intérêt et j’ai l’ai suffisamment apprécié, notamment pour sa dimension osée. Mais tout de même, je reproche à mon ami Said quelque aspect relatif essentiellement à sa réticence- qui se comprendra si l’on essaie de situer sa réflexion de le long terme- quant à la nécessité de oeuvrer pour la disparition du DRS. Le DRS, à mon avis, n’est pas absolument barbare parce que Toufik est inculte. Au contraire, je considère que le DRS est tout simplement le prolongement de l’entreprise impérialiste occidentale et ses dirigeant sont des plus intelligents. De plus, le DRS, parce qu’il n’a jamais été institution au service de l’Algérie et a été le commanditaires de tous le crime politique qui, à présent laissent l’Algérie orpheline de tous ses intellectuels et hommes lucides, je crois très fermement qu’il ne s’agit pas de la réformer, ni d’ailleurs d’évoquer une quelconque réforme dans quelque domaine que ce soit. En Algérie, il faut une révolution et même si y croire relève de la nativité pour certains, je ne vous cache pas que j’y crois plus qu’à tout autre chose. Tout le reste est pour moi une discutaillerie entre petit-bourgeois en chômage moral. Je pense et j’invite tous les Algériens à penser avec moi qu’il est temps d’élaborer notre théorie révolutionnaire et de commencer notre chemin, non pas dans l’exclusion tel que l’on fait nos aînés du FLN, mais dans la négociation. Enfin je paraphrase Frank Gunder et je vous dis chers concitoyens: il est temps que les intellectuels algériens décident: rester à l’intérieur du système en nourrissant sa logique de réformisme ou sortir dans la rue et faire la révolution avec le peuple. Pour moi, l’affaire est classée.




    0
  • radjef said
    12 février 2010 at 11 h 22 min - Reply

    Bonjour tout le monde. @Amar. D’abord comme tu le sais c’est un travail collectif auquel ont pris part tes amis universitaires…de Mouloud Mammeri a base de quelques donnees que je leur ai proposees. Il n’existe pas au monde un pays qui ne dispose pas d’institution securitaire. Même avec la revolurion, nous sommes appeles a avoir une force de securite. Pour le reste, je suis d’accord avec toi lorsque tu dis que le DRS, dans sa forme actuelle, est le prolongement naturel de l’imperialisme ou plus exactement de la haute finance internationale.




    0
  • Yacine
    12 février 2010 at 16 h 48 min - Reply

    @ Zohra & @Rezki

    Merci pour l’intérêt que vous avez avec accordé à ma modeste contribution. Je suis heureux de l’avoir fait même si elle est ignorée par les uns et est catégorisée par les autres dans les produits de « chômage moral » (on n’arrête pas le progrès intellectuel algérien, il faut prévenir l’encyclopédie Universalis) qui conduit ses victimes à d’oisives discutailleries.
    Nous nous excusons alors de nous être immiscés indûment dans un débat réservé à un cercle d’initiés hautement qualifiés. Que voulez-vous, si j’avais décliné l’invitation au débat, je serais passé pour un mal poli ; et dire que parmi les invités j’étais le seul à répondre présent.

    Juste un dernier mot aux dépositaires de la vérité vraie.

    Au sujet du prolongement international hyper intelligent, sorte de commandement central qui chapeaute toutes les forces maléfiques du monde dont le DRS, bien malin qui saura dire pourquoi il s’est acharné uniquement sur les Algériens avec une rare violence. Peut-être un excès de zèle de Toufiq et de Smain. Mais sûrement que « l’emploi moral » a déjà des explications… On n’arrête pas le savoir algérien, je vous dis. Cet empire du mal ne serait-il pas le démon des intellectuels pour remplacer les ridicules vampires, ghouls et autres créatures maléfiques des contes enfantins ? Simple question idiote…

    Même la violence du DRS est différemment appréciée. Pour le cercle d’initié, elle est coupable d’avoir simplement laissé l’Algérie orpheline des intellectuels…Ah mon Dieu, des centaines de milliers de morts intellectuels, quelle horreur !

    @medi, avec ton idée de Toufiq président, tu es plus mal foutu que moi devant le jury des contributions. Toute l’Algérie serait rattachée définitivement au l’empire du mal. Fais attention, la révolution risque de t’emporter.

    Excusez cette fadaise, simple effet de chômage moral qui me reprend…Cela ne saurait recommencer.

    Amicalement




    0
  • fess
    12 février 2010 at 17 h 36 min - Reply

    Yacine, tres belle analyse.




    0
  • radjef said
    12 février 2010 at 18 h 03 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. @yacine. Votre contibution a ce débat est si parfaite qu’elle n’a pas besoin d’être commentée…C’est mon avis et c’est egalement l’avis de mes camarades qui ont archivé votre intervention pour leurs prochaines contributions…Il appartient aux autres de donner ce qu’ils pensent sur un sujet aussi important que la question soulevée ici… Dans mon cas, je veux connaitre, apprendre pour mieux comprendre; je ne me considere pas comme une entité intellectuelle qui ne parle que par postulat. Dans tous les cas, nous saluons votre intervention.




    0
  • Ammisaid
    12 février 2010 at 19 h 10 min - Reply

    A Yacine,
    Sans commentaire. Reste à savoir comment les deux têtes de l’hydre sans finir leur combat et est-ce qu’il existe d’autres têtes que nous ignorons. En général LAFA3 a sept têtes.
    Salutations fraternelles et continue à nous faire partager ta perspicacité et ta vigilance.




    0
  • Yacine
    12 février 2010 at 20 h 30 min - Reply

    @Rajef Said

    Excusez, la faiblesse d’avoir mal jugé votre silence à mon commentaire. Ce qui a suscité mes doutes est votre intervention à d’autres commentateurs. J’ai toujours apprécié vos contributions et vos commentaires même si parfois je ne les partage pas.
    En parlant du « jury des contributions » je visais seulement et uniquement les commentateurs qui méprisent d’autres intervenants et pas autre chose. Ils pouvaient très bien s’y opposer sans les ridiculiser en les narguant ou ne pas y prêter attention. Chacun a sa liberté de conscience.
    Je n’avais nullement l’intention de quitter le forum, mais seulement le débat de ce sujet ; je ne suis ni capricieux, ni présomptueux. J’ai beaucoup de plaisir à participer avec mes opinions en toute liberté comme tout le monde. Une liberté qui nous est interdite ailleurs.

    Merci d’avoir pris la peine de rectifier le tir et merci aux autres fidèles du site de leurs encouragements.




    0
  • boreal
    12 février 2010 at 21 h 17 min - Reply

    @Yacine,

    J’ai lu ta contribution que j’ai fort appréciée.
    Mais ce que j’apprécie pardessus tout c’est l’honnêteté intellectuelle. Et c’est ce que je trouve dans chacune de tes contributions. (Je l’ai constaté lors de nos échanges autour de la question du Sahara Occidental). J’interviens peu (par manque de temps) mais je lis régulièrement presque tout ce qui est publié sur ce site. Je trouve formidable le foisonnement d’idées sur LQA et j’espère que ça continuera jusqu’à…

    Cher ami, personne n’est dépositaire de la VERITE !
    Quant au « chômage moral », c’est pour les oisifs de l’intellect et ceux qui ont rendu les armes.

    Amicalement




    0
  • Congrès du Changement Démocratique