Édition du
22 July 2017

Ministère de l’Agriculture et BADR L'IGF et la Cour des comptes enquêtent

Le Temps d’Algérie 09 février 2010

Toutes les institutions publiques, banques et entreprises étatiques sont sous la loupe. Le contrôle de la gestion des biens publics est soumis depuis quelques semaines à une valse d’enquêteurs qui viennent fouiner dans les comptes de ces entités.

C’est notamment le cas de la Banque algérienne de développement agricole (BADR), qui fait l’objet actuellement d’une nouvelle enquête financière.

Des sources concordantes affirment que les enquêteurs de la Cour des comptes sont en train d’enquêter au sein de cette banque depuis une dizaine de jours.

Cette enquête est orientée vers la comptabilité et la gestion financière de cette banque. Les enquêteurs passent à la loupe toutes les transactions faites dans le cadre des fonds d’aide accordée aux agriculteurs par le ministère de l’Agriculture à travers cette banque.

Les brigades de l’IGF seraient également en train d’enquêter sur la gestion des deniers publics au niveau du ministère de l’Agriculture et de tous les organismes qui sont sous sa tutelle. L’enquête concerne tous les dossiers de fonds d’aides attribués en 2004 et 2005.

La CNMA, tout comme l’OAIC et d’autres organismes créés dans ce secteur, serait également concernées par ces enquêtes. «Il est question de retrouver la traçabilité et de définir avec exactitude la destination de l’argent débloqué par l’Etat pour le développement du secteur et ses différentes filières», précisent nos sources.

Tous les indices indiquent l’éclatement d’un nouveau scandale qui risque d’éclabousser le secteur et de faire tomber beaucoup de noms.

Un flou total a longuement entouré l’affaire de l’effacement des dettes des agriculteurs, assainies l’année dernière par le chef de l’Etat. Nos sources affirment que le doute a tout le temps existé concernant la gestion de l’argent destiné aux agriculteurs.

Les aides attribuées durant ces deux années n’auraient eu, paraît-il, aucune traçabilité. «Il existe des traces de versement de ces sommes colossales du ministère de l’Agriculture vers les différents organismes placés sous sa tutelle mais la destination de cet argent est inexistante.

Aucune preuve sur la destination de cet argent n’est visible dans la comptabilité et les comptes faits par certains organismes chargés de la gestion de cet argent», expliquent nos sources.

Certains ont été jusqu’à dire que ces organismes servaient de caisses noires à plusieurs personnalités politiques et hommes influents. La BADR n’en est pas à son premier scandale. Plusieurs affaires ont éclaté par le passé relatant d’importants détournements qui se sont effectués dans le secteur.

N. B.


Nombre de lectures : 4593
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • alilou
    10 février 2010 at 21 h 40 min - Reply

    Je veux juste informer les honorables internautes que le PDG de la BADR est du MSP.
    hONNI SOIT QUI MAL Y PENSE………….




    0
  • cadres dsa batna
    14 septembre 2010 at 15 h 42 min - Reply

    LE CALVAIRE DES CADRES DE L’AGRICULTURE A BATNA CONTINU…

    Nous, cadres de la direction des services agricoles de la wilaya de Batna (DSA), venons, par la présente, dénoncés les agissements injustes et barbares de notre directeur a notre égard.
    Depuis son arrivé en 2005, il a instauré (lui et ces acolytes) un climat de terreur qui a éreinter le personnel technique de la DSA , personne n’a pu échapper a son mépris, même les agriculteurs qui essayent de le contacter au niveau de la direction pour pouvoir régler leurs problèmes, sont souvent, accueillis par des insultes et des mots blessant, les obligeant a rebroussés chemin sans que leurs doléances ne soient prises en comptes.
    De même les jeunes entrepreneurs ambitieux, qui veulent soumissionnés pour décrocher un projet au prés de la DSA , n’échappent pas a la règle, ils sont également affectés par cette injustice. Souvent ils ce voient éjecter hors du circuit bien qu’ils présentent toutes les conditions requises.
    Des pièces de leurs dossiers sont manipulées en coulisses (bien sur avec la complicité de quelques entrepreneurs corrompus) et ce pour privilégier les offres mieux payantes ! Au profit des offres mieux disantes.

    Oppression, persécution, marginalisation, exclusion,… tel est le vécu quotidien des cadres au niveau de cette direction.

    On se demande, jusqu’à quand le simple fonctionnaire continuera à cautionner aveuglement toutes les fautes et les vicissitudes engendrés par la mauvaise gestion et la malversation de certains responsables qui n’ont qu’un seul souci : dilapider les biens de l’état et du contribuable et de délabrer les institutions de la république.

    De tels agissements ne peuvent être ignorés par l’état, si en considère que ce dernier a fait l’objet de plusieurs plaintes de la part de plusieurs personnes et vue que se calvaire perdure depuis des années, on se demande aussi sur le mutisme du ministère de l’agriculture vis-à-vis a ce problème.
    Egalement, nous sommes stupéfiés de voir que l’état continue à fermer les yeux sur de tels pratiques, quand on sait que ce responsable viens de s’accaparer des bureaux de l’inspection des vétérinaires pour les transformés en habitation personnelle et sur les frais de l’état en plus.
    Bien que l’état a mis a sa disposition un logement de fonction luxuriant (petite villa) depuis son arrivé, il n’a pas trouvé de mieux pour obliger un bon nombre d’anciens cadres a partir en retraite et de déloger tous un service (inspection de vétérinaire) pour des fins personnelles non justifiés. Voyant lui-même sa personne partir bientôt en retraite, il compte s’installé définitivement dans ce logement qui en réalité constitue un bien de l’état.

    Afin de restaurer son image de marque auprès de ces supérieurs et profitant de la défaillance du système de collecte des statistiques agricoles au niveau du ministère de l’agriculture et qui en réalité, est dépourvu de tous moyen d’investigation scientifique, ce responsable, se lance depuis quelques mois dans des déclarations mensongères se rapportant aux différentes productions agricoles avec des estimations « a la louche », en annonçant des chiffres de production surestimer et donc faux.

    Sur le plan technique, la qualité de travail au niveau de la direction se détériore de plus en plus, ce la est intimement lié au fait que les cadres compétents (universitaires) sont constamment marginalisés et persécutés par ce dernier, sans oublié que la majorité des postes spécifiques (chefs de bureaux et chefs de subdivision) sont occupés soit par des techniciens (sup) ou bien des ingénieurs d’application au lieu de les attribués a des d’ingénieurs d’état expérimentés.
    Parallèlement à ca, cette situation est d’autant plus aggravée, si on sait qu’un bon nombre de cadres partiront bientôt en retraire vu que le service du personnel « incompétent » a omis de programmer leur succession au préalable.

    Quant au déroulement du programme du PNDA au niveau de la wilaya, L’anarchie est total, l’agriculteur, ne sais plus vers quel saint se vouer, il se sente constamment abandonné et mal encadré par les agents des services de l’agriculture, et en terme de réalisations sur terrain, le constat est affligeant, vue l’incompétence qui règne au niveau du personnel chargés de la mise en œuvre de ce programme ainsi que le manque de contrôle sur terrain (constamment argumenter par le manque de véhicule) qui normalement doit être appliqué régulièrement au différents projets subventionnés et qui malheureusement fait état d’un bilan décevant, on peu citer, a cet égard, des bassins d’irrigation qui ont été abandonnés, des kits d’irrigation localisés délaissés, sans apprendre au agriculteurs a s’en servir, des plantations d’arbres fruitiers réalisés dans des zones inadaptées et pour des agriculteurs n’ayant aucune pratique de l’arboriculture,…

    De même les moyens de transports au niveau des subdivisions de l’agriculture, ont toujours fait défauts. La majorité des subdivisionnaires a travers la wilaya, trouvent beaucoup de peine pour se déplacés et par conséquent, font souvent appel a leur propres moyens de transport et parfois aux véhicules des agriculteurs même pour effectuer leurs missions, au moment ou les véhicules de l’état au niveau de la direction sont utilisés a tors et a travers et pour des fins personnel par le responsable de l’administration et sa famille.

    Sur le plan gestion du personnel c’est le désastre. Le service de l’administration est occupé par des gents qui n’ont aucun rapport ni avec l’administration, ni avec la gestion des ressources humaines.
    On ce demande sur le degré de responsabilité d’une administration en ce qui concerne la gestion des ressources humaines, quand on traite les anciens cadres de la DSA partant en retraite d’une façon humiliante ! Même pas un petit remerciement après de loyaux années de services, au moment ou d’autre administration qui se respectent organisent toute une cérémonie de départ a l’honneur de ces doyens, ne serait ce qu’une façon significative pour leur monter la reconnaissance de l’état pour leurs mérites.

    Par ailleurs, le rapport ministériel rédigé à l’occasion de la visite du ministre de l’agriculture en mai 2010 au niveau de la wilaya de Batna, fait état d’un bilan amer en ce qui concerne la gestion des ressources humaine. Parmi l’effectif total (190) composant le personnel de la direction de l’agriculture de Batna, 60 fonctionnaires d’entre eux (le tiers de l’effectif total), partiront bientôt en retraire d’ici 2014, parmi cela on peut trouver 03 chefs de service, 09 chefs de subdivision et 13 chefs de bureau, autrement dit toute une direction qui sera bientôt mise au chaos.
    Et en fin pour terminer, Bien que les postes spécifiques vacants actuels sont on nombre de 11 (08 postes de chef de bureau et 03 postes de chef de subdivision, nul n’a le droit a un avancement sauf les privilégiés, la règle est simple, pour bénéficier d’un poste spécifique, vous avez deux solutions, soit que vous adhérer en corps et âme a leur maudit clan, soit que obéissez a la loi de la tchipa. Pour cela, une question se pose d’elle-même : pour quoi y-a-t-il tant de postes vacants non encore occupés bien que sont nombreux ceux, qui continuent a les réclamés ???

    Afin d’éviter tous représailles qui peut en découlé suite a la réaction émise par les cadre de la DSA a travers cette doléance, nous préférons conserver l’anonymat. Par ailleurs tous les faits et gestes qui viennent d’être exposés ci-dessus sont réels et vérifiables auprès de tout le personnel de la direction.

    Cette lettre a été rédigée par les cadres opprimés de la direction des services agricole de Batna et adressée à toute personne ou organisme pouvant plaider leur cause auprès de nos décideurs.

    Cadres de la Direction des Services
    de l’Agriculture de Batna
    cadresdsabatna@yahoo.fr




    0
  • L’ENCADREMENT REEL DE LA DSA BATNA
    14 octobre 2010 at 11 h 23 min - Reply

    Batna, le 10 octobre 2010

    REPONSE DE L’ENCADREMENT REEL DE LA DSA BATNA
    A LA LETTRE QUI CIRCULE DEPUIS UN CERTAIN TEMPS AU NIVEAU DE PLUSIEURS SITES « INTERNET » DONT L’OBJET EST AXE SUR LE DENIGREMENT DES ACTIVITES DE LA DSA ET DE SON PERSONNEL

    Face aux campagnes répétitives de déstabilisation que subit l’Administration agricole de la DSA de Batna depuis quelque temps d’une façon de plus en plus acharnée et effrénée commençant par son premier responsable et se prolongeant à ses cadres et son collectif, il nous est plus permis de rester en observation et sans la moindre réaction.

    En effet, et au point où les choses sont arrivées, au même moment où la Wilaya effectue son émergence et sa profonde mutation en enregistrant des résultats nettement performants à différents niveaux, au vu et au su de toute la hiérarchie locale et centrale et de tout l’environnement, certains agents indélicats (et qui prétendent être les cadres de la DSA) n’ont pas cessé de dénigrer cette évolution positive pour ternir à la fois l’image de marque du secteur ainsi que celle de son encadrement. Mais en vain, la réalité du terrain leur a faussé totalement compagnie.

    Tout en admettant que c’est justement ces résultats qui ont focalisé l’intérêt et créer la pression, nous ne pouvons plus admettre que les choses soient à leur extrême inverse. Nous ne pouvons plus tolérer que tous les sacrifices consentis, les efforts déployés avec les moyens de bord et la pression infernale vécue soient balayés d’un revers de main et de surcroit par deux ou trois personnes et au nom même de ce collectif sous l’anonymat.

    Partant delà et après concertation à tous les niveaux de la Wilaya à la commune (signatures à l’appui), NOUS CADRES DU SECTEUR AGRICOLE DE LA WILAYA DE BATNA (DSA + AUTRES STRUCTURES) réagissons violemment à ces campagnes et tentatives, tout en confirmant qu’elles sont l’émanation de deux ou trois personnes qui n’ont pu accéder à leurs vœux à travers les dispositifs réglementaires et administratifs d’usage, réagissant en vengeance et par une haine inégalable contre les responsables, les cadres et tout le secteur en tentant de créer la confusion et faire croire à un large mécontentement. Ces personnes ont pourtant été signalées par la direction à la tutelle centrale et aux autorités locales à tous les niveaux.

    Croyant que les choses se traitaient dans le cadre offert par les responsables et administrativement approprié, nous constatons malheureusement depuis quelques temps, qu’elles prennent une tournure particulièrement, voire exceptionnellement, dangereuse visant à ternir l’image du secteur sous l’effet d’un désir de vengeance et d’une haine débordante, du reste injustifiée.

    Cette situation a été générée à la fois par un agent qui refuse d’être mis à la retraite par la fonction publique pour avoir dépassé l’âge légal, un autre agent qui remet en cause toute la hiérarchie tout simplement pour avoir effectué un stage à l’étranger de quelques mois dont la moitié était en abandon de poste, un ou deux autres en préretraite voulant accéder à des postes spécifiques pour arrondir cette retraite, mais sans passer par le dispositif de sélection (le directeur doit les faire passer selon leur logique).

    Ces désirs subjectifs se sont transformés en volcan contre tout le secteur en diabolisant ses acteurs.

    Pourtant, les droits ou même les prétendus droits peuvent être réclamés par les voies de recours légal selon la hiérarchie en place ou même, ce qui n’a jamais été fait. Malheureusement, en sachant pertinemment que la voie légale n’est pas porteuse, les mis en cause préfèrent la voie de l’anonymat pour brouiller les pistes.

    De tout ce qui a précédé et au nom de tous les cadres du secteur et des organes professionnels et à l’unanimité :

    – Nous décidons par tous les moyens légaux de mettre un terme définitif à cette spirale infernale et dénonçons avec vigueur et fermeté cette pratique révolue et qui vise l’atteinte sous l’anonymat du responsable, ses collaborateurs et tout le secteur par des personnes qui veulent semer le désarroi et noircissement virtuel des performances enregistrées en matière de développement agricole; lesquelles performances placent aujourd’hui notre Wilaya parmi l’élite.

    – Nous rejetons cette manière d’agir pour des raisons injustes et injustifiées dont les motivations sont nettement en mal de légitimité et d’objectivité pour être exprimées en transparence par des gens qui semblent ignorer totalement ce qu’est en train de devenir le secteur dans la Wilaya pour ne pas avoir participé à l’effort de mutation en cours.

    – Nous nous mobiliseront plus que jamais pour défendre notre secteur, notre administration, nos efforts et nos résultats contre toute tentative de falsification, de déstabilisation et de trouble.

    Nous nous réservons, à cet effet, le droit de poursuite auprès de toutes les instances compétentes et notamment judiciaires contre les concernés après avoir épuisé tout le temps du repentir (procédure déjà engagée).

    Ceux-là doivent savoir que l’action sous l’anonymat dissimule très mal leur identité tout au contraire, elle ne fait que prouver leur délit et leur absence d’arguments.

    Quant à la personne du directeur et tout en évitant de nous substituer à qui de droit pour le juger, nous ne pouvons cautionner les agissements de personnes isolées qui pour plus probants que soient leurs griefs évoqués, ne dénotent qu’une haine incompréhensible par leur nature et la manière dont ils sont évoqués. Haine qui nous semble totalement injustifiée pour ce que nous avons connu de cette personne et de son parcours en humanisme, en intégrité, en compétence et en expérience.

    Personne qui, faut-il le souligner pour plus grande preuve n’a été à l’origine d’aucun mal envers qui que ce soit au contraire, tout le monde lui reconnaît la qualité d’homme de cœur, ceci apparaît nettement par ce qui semble en être reproché qui n’a du reste aucun rapport avec le ou les auteurs.

    Enfin, nous nous remettons aux autorités locales ainsi qu’à Monsieur le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, leur affirmant un démenti catégorique des allégations et diffamations contre notre secteur; leur lançant un appel pour déjouer ce jeu dangereux de l’anonymat et nous apporter l’aide requise pour poursuivre notre développement qui s’affirme jour après jour au delà de toutes les entraves.

    SIGNATURES DE L’ENCADREMENT REEL DE LA DSA




    0
  • LE DIRECTEUR DES SERVICES AGRICOLES DE LA WILAYA DE BATNA
    14 octobre 2010 at 11 h 33 min - Reply

    A ceux qui s’expriment au nom des cadres de la DSA
    ‘’Voulant transformer le lait en goudron’’
    En réponse à ceux qui, avec acharnement et intensité obsessionnelle se sont mis depuis un certain temps à déverser leur haine contre la personne du DSA et leurs supposés collègues, sans raisons objectives valables, je me trouve contraint de glisser cette mise au point à leur destination et celle de l’opinion.

    1ère – La teneur des propos et la manière dont ils sont distillés ne relève d’une manière probante et évidente que d’un règlement de compte qui ne dit pas son nom à travers un moyen de diffusion qu’ils semblent parfaitement manipuler après avoir épuisé les lettres anonymes manuscrites.
    2ème L’évolution est de taille pour s’être élargi à tout le secteur comme l’est la contradiction puisque le ou les concernés s’attaquent à des cadres aux nom de ces même cadres.
    3ème S’il est connu de tous que j’ai été le premier et d’une façon soutenue à dénoncer les dysfonctionnements et les défaillances de l’administration de la DSA avec ses ramifications, il ne peut être ignoré que j’ai initié un plan d’action pour le redressement au titre de 2005/2009. Ce plan s’est toujours heurté à ce genre de mentalité et de pratique de lettres anonymes qui ont gêné sa mise en œuvre.

    Partant de ce qui a précédé, je répond à ceux-là (deux ou trois personnes) qui viennent de mettre à nu leur identité par le contenu de leur écrit, par ce qui suit :
    – Que le directeur visé n’est heureusement pas une inconnue mais un fils du secteur qui a sillonné le pays de l’ouest à l’est et du nord au sud dont le palmarès ne fait apparaître aucun point noir ni égratignure ni au plan personnel ni professionnel.
    – Qu’au contraire et particulièrement à la wilaya de Batna (comme dans d’autres wilayas), il a impulsé un redressement en collaboration avec ceux qui ont collaboré, les résultats sont là authentifiés, validés, reconnus par la hiérarchie et par l’environnement.
    – Que si preuve doit être exigée elle est donnée par vous-mêmes puisqu’il n’y a pas de plus probant de l’intégrité, de la droiture et du dévouement qu’après 38 ans de responsabilité, ce directeur à quelques mois de la retraite ne trouve pas où loger sa famille (SDF). Ce que vous considérez comme délit.
    – Que la retraite n’est pas du ressort du DSA mais de la fonction publique et que vos œuvres sociales se sont fait le devoir, contrairement à vos prétentions, de vous notifier une coquette somme à la sortie. J’ai exigé moi-même que réception soit organisée mais vous étiez révoltés contre tous par refus de sortir.
    – Que l’octroi de poste spécifique ne relève pas du DSA mais d’un dispositif de sélection universel, dispositif que vous semblez refuser en responsabilisant le DSA (qui doit vous faire passer selon vous).
    – Que ces postes ne s’octroient pas en social pour des pré traités pour arrondir une retraite et de surcroit pour des cas disciplinaires. Par contre personne n’a jamais été et ne peut être privé de la procédure de sélection ni du droit de recours en toute transparence et non pas par des lettres anonymes.
    – QU’ENFIN LES VRAIS CADRES DE NIVEAU N’ARRIVENT PAS A CE GENRE DE PRATIQUE POUR DISCREDITER LEURS COLLEGUES (99%) ET LEUR SECTEUR AU NOM DES CADRES DE LA DSA. CE COLLECTIF QUI A PEINE ET REUSSI LE DEFIT VOUS A POURTANT PROTEGE CONTRE DES ERREURS QUE VOUS AVIEZ COMMISES ET QUI SONT TOUJOURS VIVANTES ET VOUS COLLEZ MAINTENANT AUX AUTRES.




    0
  • cadres dsa batna
    15 octobre 2010 at 19 h 03 min - Reply

    ET VOILA QUE LE CALVAIRE DES AGRICULTEURS AUSSI CONTINU…

    Hier, jeudi matin à 09 heures au niveau de la direction des services agricoles, tout le monde à assister à une nouvelle scène d’humiliation perpétrée (par ce même directeur) a l’égard d’un pauvre agriculteur qui voulait simplement solliciter son intervention pour accéder (comme tout le monde) a un crédit agricole, vu que son dossier traine depuis plusieurs mois sans aucune suite.
    Son déplacement au niveau de cette direction lui a couté un déluge d’injures et de mots déplacés de la part de ce directeur qui l’on laissé bouche bée.
    A cet agriculteur, nous les cadres de la DSA de Batna nous nous excusons au prés de lui et au près de tous les citoyens qui peuvent êtres victimes du comportement barbare de ce dictateur et nous les invitons chaleureusement à manifester leurs témoignages, a travers les espaces de discussion (blogs) qu’on a emprunté spécialement pour eux, pour dénoncer l’injustice et la Hogra.
    A cet effet nous nous adressons a ce directeur pour lui demander de cesser ses agissements barbares qui n’ont épargnés personne et qui par conséquent continuent à ternir l’image de notre direction aux yeux de tous le monde.
    Ayez un peu de compassion envers vos semblable, M le directeur, vous avez fait assez de mal au tour de vous, ne pensez vous pas que c’est le moment d’avoir un peut de remord. Les gens n’oublierons jamais le quinquina noir qu’ils ont passés avec vous, le dieu vous punira surement pour tous ce que vous avez fait. « Rabi yahdik M le directeur »

    A titre d’information, le ministère de l’agriculture vient de prolonger le mandat de ce dictateur d’une année en plus et cela en guise de remerciement pour tous les atrocités qu’il a commis a l’égard de tous les gens qui continuent toujours a souffrir en silence.
    Vive l’Algérie.
    cadresdsabatna@yahoo.fr




    0
  • Congrès du Changement Démocratique