Édition du
26 March 2017

Monsieur le Président, refusez que le sang des algériens soit de nouveau versé !

Par Abdelkader DEHBI

———

«  » Qu’a-t-il à craindre de la colère des Hommes, celui qui ne craint que la colère de Dieu ? «  » (auteur anonyme)

En conclusion de la lettre ouverte que je vous adressais en date du 14 Septembre 2007 (1) et dans laquelle je vous conjurais de réagir à l’état de déliquescence qui rongeait déjà si profondément notre pays, Institutions et Société, je vous écrivais en particulier :

«  »Mon souhait immédiat est que vous fassiez tout ce qui est en votre pouvoir, pour éviter à ce pays meurtri, de s’empêtrer davantage sous les fourches caudines d’une oligarchie aux aguets de toutes les opportunités. Une oligarchie sans âme et sans état d’âme, qui n’a plus aujourd’hui pour Dieu qu’elle-même, l’argent et le pouvoir pour le pouvoir. Quant à mon vœu ultime, c’est celui d’être entendu, ce qui m’exonérera d’avoir à exciper de cette lettre, lorsque nous comparaîtrons tous deux demain, devant Le Juge Suprême. » »

0

0       0

Aujourd’hui en ce mois de Février 2010, la terrible régression de notre pays au plan sociopolitique comme aux plans moral et civique, n’est plus un secret pour personne, à l’intérieur comme à l’extérieur. A commencer par les officines et autres Chancelleries accréditées à Alger, dont certaines sont devenues – en l’absence d’un Etat en décomposition avancée – de véritables bourses au renseignement, à la débauche et à l’affairisme mafieux de toutes sortes, où l’on connaît par le menu, les échos sur les derniers scandales, sur les derniers gros contrats, ou sur les derniers bijoux de telle rombière sulfureuse. L’Etat algérien, ses Institutions, ses dirigeants, y sont, dédaignés, brocardés, méprisés.

Comment s’étonner dans ces conditions, de ces nombreux cas de traitements racistes et vexatoires des autorités de tel ou tel pays, à l’égard de nos concitoyens émigrés ou en déplacement à l’étranger sans que cela n’entraine la moindre réaction officielle algérienne ? Comme si ce pouvoir à l’agonie, conscient de sa propre illégitimité, de sa propre corruption, de son propre discrédit moral, n’avait plus d’autre choix que de pratiquer la politique de l’autruche Avec cette différence il est vrai, que le geste de cet animal cherchant à cacher sa tête, procède probablement chez lui, d’une sorte de sens atavique de la pudeur, que beaucoup de nos dirigeants pourraient lui envier.

Comment donc s’étonner aujourd’hui, de tous ces témoignages en cascade dont se font l’écho depuis quelques jours, les médias nationaux et internationaux – tous supports confondus – à propos d’enquêtes sur ces pillages sans nom et ces détournements hors normes se chiffrant par milliards de dollars, qui saignent l’économie nationale depuis des années ? En mettant en cause qui plus est, les plus hauts responsables de l’Etat, y compris des membres de votre entourage immédiat M. le Président, ainsi que dans les rangs de votre gouvernement. Sans parler de contre-enquêtes faisant état de la réouverture de certains dossiers liés à des crimes de sang qu’on s’obstine depuis tant d’années à feindre d’ignorer – comme l’assassinat du Président Boudiaf – et de tant d’autres victimes civiles, connues ou moins connues, tombées durant les évènements de la décennie noire. Sans oublier les crimes de masse perpétrés à Raïs, Bentalha ou Relizane, entre autres, et dont les milliers de victimes attendent justice dans leurs fosses communes.

C’est cette subite aggravation de la crise nationale qui m’amène aujourd’hui, M. le Président, à réitérer ma démarche d’hier – Septembre 2007 – celle d’un simple citoyen ordinaire qui vous conjure une fois de plus, d’user de votre position de Chef de l’Exécutif. Non pas au service de votre ego, ni au service d’une oligarchie civile et militaire discréditée, mais au service des intérêts supérieurs de la Nation, ainsi que le requiert la morale d’abord, et subsidiairement une Constitution pour le respect de laquelle vous avez prêté serment par trois fois déjà, lors de vos investitures successives.

Car, les graves dissensions qui s’étalent aujourd’hui au sommet de l’Etat, ne sont après tout qu’un nouvel épisode de ces « guerres de clans » qui ont malheureusement émaillé l’histoire récente de notre pays. Des guerres de clans qui ont souvent entraîné dans leur sillage tragique – selon leur intensité – des dizaines ou des milliers de morts, en majorité des innocents, quand ce ne sont pas des centaines de milliers de morts comme durant la décennie noire qui a suivi le Coup d’Etat de Janvier 1992 perpétré par des généraux putschistes félons, qui ont délibérément violé la Constitution et foulé à leurs pieds – j’allais dire à leurs bottes – la volonté souveraine d’un Peuple.

Une chose est sûre, M. le Président, hormis les solidarités clientélistes calculées qui gravitent autour de votre personne ou les solidarités corporatistes en usage chez ceux qu’on appelle « les décideurs de l’ombre » – en parlant de l’oligarchie de l’armée – il ne se trouvera pas grand monde au sein du bon peuple algérien, pour entrer dans le jeu des uns ou des autres. Parce que ce bon peuple algérien vous a depuis longtemps définitivement rejetés et condamnés, les uns comme les autres, pour des forfaitures aussi accablantes les unes que les autres, dont ce n’est pas le lieu ici, d’en dresser la longue et terrible énumération, qui va des pillages organisés du patrimoine de la Nation, jusqu’aux aux crimes de masse imprescriptibles et des plus abjects, contre des populations civiles.

Or – est-ce utile de le rappeler ? – ces « guerres de clans » récurrentes ne sont elles-mêmes que la conséquence logique de l’arbitraire, de l’incompétence, de la corruption et du caractère mafieux et criminel d’un régime politique frappé par la malédiction de son illégitimité originelle. Un régime mafieux et criminel qui refuse obstinément depuis tant d’années de se réformer dans la transparence et l’honnêteté, en engageant loyalement le pays et la société dans la voie d’une démocratisation authentique des Institutions et partant, en restituant au peuple, le plein exercice de sa souveraineté dont il a été spolié. Une souveraineté populaire confisquée dès l’Indépendance, tantôt par l’usage de la force brutale, de la répression ou du fait accompli, tantôt au moyen de la manipulation des faits et des discours trompeurs. Tantôt enfin, en abusant l’opinion publique intérieure ou extérieure par l’envoi de signaux mensongers de prétendue démocratisation, en dotant le pays de prétendues Constitutions aussitôt violées et en organisant des élections régulièrement falsifiées. Des élections préfabriquées, mettant tout aussi régulièrement en selle, une clientèle politique faite de bric et de broc, ne représentant qu’elle-même, en grande partie composée d’un ramassis d’opportunistes voire de vrais délinquants, dont certains ont même durablement occupé les plus hauts postes de souveraineté, donnant ainsi raison à cet anonyme algérien qui, déjà dans les années 80, parlait de « pays de Mikey ».

Monsieur le Président,

Dans quel autre pays que le nôtre en effet, des crimes de masse imprescriptibles, perpétrés contre des populations innocentes, peuvent-ils rester impunis, à l’ombre d’un Etat d’Urgence qui perdure et sous le couvert d’une loi scélérate d’autoamnistie, en violation totale de la Morale, de la Justice et du Droit international ?

Dans quel autre pays que le nôtre, a-t-on vu des barons de la hiérarchie militaire s’octroyer des droits régaliens sur le patrimoine national voire, aller se servir directement à la Banque d’Algérie, comme par exemple, lors des multiples déplacements à l’étranger de certains d’entre eux ? Comme si l’argent public était leur propriété. Pourquoi le Gouverneur de la Banque d’Algérie garde-t-il le silence sur de tels abus, alors qu’il est le gardien des fonds publics et de la monnaie ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des pourparlers secrets en dehors de la consultation du peuple algérien – comme s’il n’existait pas – continuent d’avoir lieu, autour de la présence ou non de forces étrangères sur notre sol, sous le fallacieux prétexte de « lutte internationale contre le terrorisme » dont on voit les résultats aujourd’hui en Irak et en Afghanistan ?

Dans quel autre pays que le nôtre aura-t-on vu un délinquant à demi analphabète, devenir en quelques mois, le 3ème personnage de l’Etat et profiter de sa position pour obtenir des marchés publics portant sur des milliards de dinars, avec la complaisance de son ami et complice, alors ministre de l’agriculture ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des ministres notoirement corrompus, continuent depuis des années et au mépris de l’opinion publique, de faire partie du gouvernement alors que l’un d’eux a même été publiquement stigmatisé et dénoncé par vous-même, M. le Président, sur une Chaîne télévisée internationale ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des sommes colossales se montant à plusieurs dizaines de milliards de dollars sont placées à l’étranger dans l’opacité la plus totale, comme si le peuple algérien n’était en aucune manière concerné ?

Dans quel autre pays que le nôtre, des Institutions comme la Sonatrach, qui génère plus de 95% de nos revenus en devises, ou la Banque d’Algérie qui est le miroir de notre économie ne publient-elles jamais de bilans périodiques destinés à l’information des citoyens ?

Dans quel autre pays que le nôtre, tel leader syndicaliste véreux et plein de morgue, s’enorgueillit en pleine audience publique d’un Tribunal Correctionnel, quant à sa responsabilité, d’avoir placé plus 40 milliards de dinars de cotisations sociales des travailleurs, définitivement perdus dans la faillite de Khalifa Bank ?

Dans quel autre pays que le nôtre, a-t-on vu un ministre de l’Education nationale aussi incompétent que plein de suffisance, rester si longtemps à la tête de son département –16 ans ! – malgré sa responsabilité directe, lui et son équipe d’aventuriers pédagogiques dans la catastrophe qui frappe l’Ecole algérienne aujourd’hui sinistrée – tous cycles confondus – une catastrophe dont les effets se ressentiront pendant longtemps encore sur l’avenir de nos générations futures ?

Monsieur le Président,

De gros nuages noirs chargés de menaces, s’amoncellent aujourd’hui au-dessus d’une population algérienne minée, démoralisée, au bord de l’explosion, avec pour cadre, une scène politique délétère et corrompue, propice à toutes les conspirations, à toutes les compromissions, à toutes les trahisons contre la paix sociale et l’unité nationale. Aucune manipulation psychologique des foules, à l’image de cette grossière initiative de votre Premier Ministre M. Ouyahia – lui-même suspect de prévarications – et prétendant sans rire, combattre la corruption (!) ; aucuns discours creux ou promesses mensongères, ne pourront avoir de prise désormais, sur un mouvement de ras-le-bol collectif qui frise l’explosion et dont personne ne pourra prédire, ni le moment critique, ni les développements ni l’aboutissement.

Votre devoir de Chef d’Etat, Monsieur le Président est de réagir, promptement, énergiquement, patriotiquement, en vous détournant avec détermination, aussi bien des « BRQ » maquillés que des avis des « conseilleurs » et autres laudateurs professionnels qui sévissent dans les allées du pouvoir. Encore que certains semblent avoir déjà quitté le bateau qui coule.

L’Algérie va mal ! Le Peuple va mal ! Le régime, tout comme la quasi-totalité des dirigeants qui le composent – les civils comme les militaires – sont aujourd’hui définitivement usés, finis, discrédités ! L’Etat a besoin de se renouveler au plan des Hommes, au plan des Institutions, comme au plan des principes moraux qui doivent guider la bonne gouvernance et la bonne gestion des affaires du pays. Nul n’est indispensable pour l’Algérie, pas plus le général Médiène dit « Toufik » et ses séides que votre propre personne. Il vous suffit de visiter les cimetières !

0

0       0

Monsieur le Président,

En l’espace de moins de deux années – si Dieu vous prête vie – vous pouvez, si vous le voulez, grâce à vos pouvoirs constitutionnels, épargner à notre patrie, de nouveaux déchirements, de nouveaux désordres, de nouvelles tragédies, avec leur cortège de sang, de larmes et de misère tant morale que matérielle, qui mettraient sérieusement en péril cette fois-ci, l’unité-même de la Nation algérienne.

Le temps des « Conférences des Cadres » est révolu, M. le Président. Aujourd’hui, la sagesse vous commande d’annoncer solennellement au peuple algérien et au monde, la tenue, sous un délai maximum de deux ans, d’élections au suffrage universel, pour la mise en place d’une Assemblée Nationale Constituante. Une Assemblée authentiquement représentative de toutes les sensibilités politiques et de toutes les régions du pays, chargée de doter le pays d’une nouvelle Constitution d’inspiration authentiquement démocratique, garantissant l’ensemble des libertés publiques et des Droits de l’Homme, en particulier le respect de la dignité et de l’intégrité physique, psychique et morale de l’être humain. Une Constitution qui proclame solennellement l’indépendance du pouvoir Judiciaire et du pouvoir Législatif, vis-à-vis du pouvoir Exécutif.

Dans cet intervalle, vous vous saisirez pleinement de votre faculté constitutionnelle de légiférer par Ordonnances pour proclamer simultanément :

–          la levée de l’Etat d’Urgence ;

–          la dissolution de l’Assemblée Populaire Nationale

–          la dissolution du Sénat ;

–          la dissolution du Conseil Constitutionnel ;

–          la destitution de tous les responsables civils et militaires sur qui, pèsent de graves présomptions de crimes imprescriptibles ;

–          la nomination d’un Gouvernement d’Union Nationale pour la transition.

Ce Gouvernement sera en particulier chargé :

1 – de la gestion courante des affaires du pays ; des affaires civiles comme des affaires militaires ;

2 – de prendre toutes les mesures conservatoires, administratives, judiciaires ou financières nécessaires à la sauvegarde des intérêts supérieurs de la nation ;

3 – d’organiser dans toute la transparence requise, les élections d’une Assemblée Constituante.

La composition humaine d’un tel Gouvernement, devra refléter aussi fidèlement que possible, les sensibilités politiques, culturelles et régionales du pays dans ses diversités sociologiques, mais aussi les compétences scientifiques, techniques et managériales nécessaires à l’exercice de la fonction, que ces compétences se trouvent à l’intérieur du pays ou  parmi nos compatriotes expatriés. Aucun ministre du gouvernement actuel ne devrait en faire partie. Question d’éthique !

Ce Gouvernement devra avoir toutes les prérogatives généralement dévolues à tout gouvernement de redressement national. En particulier le pouvoir de Réglementation par Décrets. Il sera habilité en particulier à requérir, en tant que de besoin, l’audition en Conseil de Gouvernement, de toute personnalité qu’il juge utile – civile ou militaire, quels que soit son rang ou son grade, à l’exception de la personne du Chef de l’Etat – ayant exercé ou exerçant encore, des responsabilités de gestion au sein de la haute Administration ou de commandement au sein de l’Armée, afin de s’assurer des meilleures conditions de fonctionnement de la période transitoire.

Dès la validation des mandats des membres de l’Assemblée Constituante et l’élection du Bureau et du Président de ladite Assemblée, cette Institution sera solennellement proclamée comme étant officiellement dépositaire de la Souveraineté nationale, conjointement avec vous-même, en tant que Président de la République, pour une nouvelle période transitoire d’une année qui sera consacrée à l’élaboration de la nouvelle Constitution. Dans les 6 mois qui suivront l’adoption et la publication de cette nouvelle Constitution, il sera procédé à l’élection simultanée, d’un nouveau Président de la République, et d’une nouvelle Assemblée Nationale. Cette simultanéité ayant pour objectif pédagogique de marquer psychologiquement dans l’esprit du citoyen-électeur, la distinction entre les deux pouvoirs : l’Exécutif et le Législatif. .

Telles sont je crois, Monsieur le Président, en mon âme et conscience de citoyen, les démarches urgentes qui me paraissent propres à casser l’élan de cette course vers le chaos et l’abîme, dans laquelle semble actuellement s’engager une fois de plus, notre pauvre pays.

Refusez que le sang des algériens soit de nouveau versé, Monsieur le Président ! Et saisissez la chance providentielle de vous retirer élégamment de la scène politique, par la grande porte de l’Histoire.

(1) http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&task=view&id=335&Itemid=64

=========================================================

السيد الرئيس، لا تسمحوا بأن يراق الدم الجزائري من جديد!

« ما عساه أن يخشى من غضب البشر، من يخشى غضب الله؟ » (حكيم مجهول)

السيد الرئيس،

في ختام الرسالة المفتوحة التي وجهتها لكم بتاريخ 14 سبتمبر 2007 (*) والتي ناشدتكم فيها ضرورة التصدي للوضع المتعفن الذي ينخر البلد في العمق، مقطّعا أوصال المؤسسات والمجتمع على حد سواء، كنت قد أشرت لكم فيها على وجه الخصوص بما يلي:

« ما أتمناه في اللحظة الراهنة هو أن تبذلوا قصارى جهدكم لتجنيب هذا البلد الجريح مزيدا من الانحدار بين مخالب حكم الأقلية المتربصة بكل الفرص المتاحة، وانتشاله من قبضة حكم يفتقد إلى الضمير الحيّ، لم يعد لها اليوم إلها تلجأ إليه، سوى الانغماس في عبادة الذات والمال والسلطة من أجل السلطة، أما أسمى أمنيتي، فهي أن يُصغى إلي، حتى تشفع لي هذه الرسالة، يوم يقف كلانا أمام الملك الديّان ».

***

واليوم ونحن في شهر فبراير من عام 2010، لم يعد سرا لأي احد – في الداخل والخارج – ذلك التقهقر الرهيب الذي تعرفه بلادنا سواء على الصعيد الاجتماعي والسياسي، أو على المستوى الأخلاقي والمدني، بدءا من الدكاكين والملحقات القنصلية المعتمدة في الجزائر، التي أصبح بعضها – في غياب الدولة الآخذة في التحلل – عبارة عن بورصة حقيقية لتبادل المعلومات الاستخباراتية، ولشيوع الفجور وانتشار النشاطات المافياوية من شتى الأنواع، التي أصبحنا نعرف من خلال قائمة عروضها، أصداء عن آخر الفضائح، ذات الصلة بالعقود الخيالية المبرمة خلسة، أو بآخر ما اقتنته هذه الغانية الفاتنة أو تلك من مجوهرات مستفزة. أما الدولة الجزائرية ومؤسساتها وقادتها، فقَدَرهم الاحتقار والسخرية والمهانة.

وفي وضع كهذا، كيف لنا أن نندهش عند سماعنا عن الحالات المتعددة من المعاملة العنصرية المهينة والمضايقات التي يتعرض لها مواطنونا المهاجرون، أو المسافرون إلى الخارج، من قِبل السلطات في هذا البلد أو ذاك، دون أن يسفر ذلك عن أيّ رد فعل رسمي جزائري؟ فلا عجب، إذ ليس أمام هذه السلطة المحتضرة، المدركة إدراكا تاما لوضعها اللاشرعي وتفسخها الأخلاقي، سبيلا وخيارا سوى الاستمرار في انتهاج سياسة النعامة؟ لكن مع فارق، فالأمر يستساغ بالنسبة لتصرف هذا الحيوان، عند إخفاء رأسه، فقد يعود ذلك إلى امتلاكه قدرا من الشعور بالخجل، قد يحسده عليه الكثير من قادتنا.

هل يحق لنا أن نشعر بالدهشة اليوم، ونحن نتفرج عاجزين أمام هذا الشلال من الشهادات المتواترة التي تعالت أصداؤها في الأيام الأخيرة، عبر وسائل الإعلام الوطنية والدولية – بجميع أصنافها – عن التحقيقات الجارية للتدقيق في عمليات السلب التي ليس لها مثيلا، ونهب مبالغ تفوق كل تصور، قيمتها تقدّر مليارات الدولارات، تستنزف الاقتصاد الوطني منذ سنوات؟ ومما يزيد الأمر خطورة، أن هذه العمليات متورطون فيها أعلى المسؤولين في الدولة، بما في ذلك أعضاء من محيطكم الضيق، سيدي الرئيس، بل وفي صفوف حكومتكم، ناهيك عن الحديث عن تحقيقات مضادة، حول إعادة فتح بعض الملفات ذات الصلة بجرائم العنف التي يتمادى البعض، على مدى سنوات، في تجاهلها، مثل اغتيال الرئيس بوضياف وعدد كبير آخر من الضحايا المدنيين، المعروفين منهم وغير المعروفين، ممن قضوا خلال أحداث العشرية المظلمة، دون أن ننسى الجرائم الجماعية التي ارتكبت في الرايس وبن طلحة وغليزان، وغيرها من مناطق البلاد، لا يزال ضحاياها بالآلاف ينتظرون، تحقيق العدالة من داخل قبورهم الجماعية.

إن هذا التفاقم المفاجئ والمرعب الذي تشهده الأزمة الوطنية هو الذي جعلني أكرر اليوم، السيد الرئيس، ما بادرتُ به بالأمس – في سبتمبر 2007 – بصفتي مواطنا فحسب، ليس أمامه سوى مناشدتكم مرة أخرى، لاستخدام نفوذكم، انطلاقا من منصبكم كرئيس للجهاز التنفيذي، ليس لخدمة الأنا الضيقة، ولا لخدمة الأقلية المتحكمة، المدنية منها والعسكرية، التي فقدت مصداقيتها، ولكن خدمة للمصالح العليا للأمة، وفق ما تمليه عليكم القيم الأخلاقية السامية، وثانيا وفق أحكام دستور سبق وأديتم اليمين عليه ثلاث مرات، بمناسبات تنصيبكم المتتالية.

ذلك لأنّ التصدعات الخطيرة التي نفذت الآن إلى قمة هرم الدولة، ليست إلا حلقة جديدة ضمن « الصراعات بين الزمر المتحكمة »، التي رافقت للأسف الشديد كافة مراحل التاريخ الحديث لبلادنا. فالحروب بين أقطاب الحكم، كثيرا ما نجم عنها عواقب مأساوية، خلفت – كل حسب درجة حدتها – عشرات الآلاف من القتلى، معظمهم من المدنيين الأبرياء، هذا عندما لا تكون الأرقام بمئات الآلاف من الضحايا، مثلما جرى خلال العشرية السوداء التي تلت انقلاب يناير عام 1992، الذي نفذه الجنرالات الانقلابيين المغامرين، عند انتهاكهم الإجرامي للدستور والدوس بالأحذية على الإرادة السيادية للشعب.

لكن ثمة شيء واحد مؤكد، السيد الرئيس، فما عدا أشكال التضامن القائمة على الزبائنية المحسوبة من طرف أولئك الذين يدورون في فلك شخصكم أو أنواع تضامن الكتل المعتمدة لدى من يطلق عليهم اسم « صناع القرار وراء الستار » – في إشارة إلى حكم الأقلية العسكرية – فلن تجدوا جمهورا غفيرا بين الطيبين من الشعب الجزائري على استعداد للسقوط في حبال لعبة هذا الطرف أو ذاك، والسبب هو أنّ هذا الشعب الجزائري الطيب قد عزم أمره منذ فترة طويلة ورفضكم بشكل نهائي وأدانكم كلكم على ما اقترفتموه من جرائم جسيمة، تفوق بعضها البعض من حيث الخطورة، لا يتسع المقام هنا لسرد قائمتها الطويلة والرهيبة، التي تتراوح بين عمليات النهب المنتظمة لممتلكات البلاد، إلى الجرائم الجماعية التي بلغت حدا لا يمكن تخيله من حيث البشاعة ضد السكان المدنيين، وهي جرائم لا تسقط بالتقادم.

ثم هل من المفيد أن نذكر في هذا الصدد، بأن هذه الحروب المتكررة بين « أقطاب الحكم »، لم تكن سوى نتيجة منطقية للنهج التعسفي المتبع، وثمرة مُرة لتحكم عديمي الكفاءة في مصير البلد وسعة تفشي الفساد، ومن مخلفات الطابع المافياوي والإجرامي الذي أصبح ميزة متأصلة من ميزات النظام السياسي في البلد، الذي تلاحقه لعنة اللاشرعية الكامنة في هياكله. نظام مافيا إجرامي يرفض بعناد منذ سنوات طويلة إصلاح نفسه في مناخ تسوده الشفافية والنزاهة، من خلال الدفع بكل أمانة، بالمجتمع والبلد نحو مسار يفتح الأبواب مشرعة نحو ديمقراطية حقيقية لمؤسسات البلاد، ومن ثَم، استعادة الشعب الجزائري حقه في ممارسة فعلية لسيادته الكاملة التي سُلبت منه عقودا طوال، سيادة شعبية صودرت منه منذ الاستقلال، تارة من خلال استخدام القوة الغاشمة والقهر أو بحكم الأمر الواقع، وتارة أخرى من خلال التلاعب بالوقائع والخطب المضللة. وأخيرا، عن طريق توهيم الرأي العام الداخلي و الخارجي من خلال إرسال إشارات كاذبة منومة توحي بـاعتماد « الديمقراطية »، عبر تزويد البلد بدساتير، لا تلبث أن تتعرض هي ذاتها لانتهاكات متكررة وجسيمة، وعبر تنظيم انتخابات يتم تزويرها بصورة منهجية، انتخابات محبوكة النتائج سلفا، تكون مطية لوصول زبناء سياسيين معهودين إلى مناصب الحكم، عبارة عن خليط من هوامش المجتمع المتناثرة هنا وهناك، لا يمثلون سوى أنفسهم، معظمهم من الانتهازيين بل وحتى من المجرمين الحقيقيين، منهم من اعتلى على الدوام أعلى مناصب السيادة في الدولة، مما يؤكد فحوى مقولة ذكرها ذلك الجزائري المجهول الذي سبق وتحدث في ثمانينات القرن الماضي عن « بلاد ميكي » في إشارته إلى وضع الجزائر.

السيد الرئيس،

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، يمكن للجرائم الجماعية التي لا تسقط بالتقادم، والتي ترتكب ضد أشخاص أبرياء، أن تمر دون عقاب، في ظل حالة طوارئ مزمنة وتحت ستار مرسوم إجرامي، يخوّل للمجرم صلاحية إصدار العفو على نفسه، في انتهاك تام لقيم الأخلاق والعدالة والقانون الدولي؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، يمكن للمرء مشاهدة بارونات القيادة العسكرية العليا تستأثر لنفسها بحقوق شبه ملكية لتستحوذ على ممتلكات البلاد، بل وتلبي حاجياتها مباشرة بالاغتراف من خزائن بنك الجزائر، كما يجري على سبيل المثال خلال العديد من سفريات بعض الساسة إلى الخارج، كما لو كان المال العام ملكا مشاعا لهم، دون سواهم؟ ثم لماذا يستمر محافظ بنك الجزائر في التزام الصمت المطبق والمريب إزاء مثل هذه الانتهاكات، وهو القائم على الأموال العامة والأمين على الثروات النقدية؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، لا تزال المحادثات السرية مستمرة، حول ضرورة وجود أو عدم وجود قوات أجنبية على أرضنا، بعيدا كل البعد عن استشارة الشعب الجزائري – كما لو لم يكن لهذا الشعب وجود يذكر – وذلك تحت الذريعة الزائفة المتمثلة في « الحرب الدولية على الإرهاب » التي نرى نتائجها الكاريثية اليوم في العراق وأفغانستان؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، يمكن تصوّر إنسان مجرم شبه أمي، يتحول بقدرة قادر، في غضون أشهر قليلة، إلى الشخصية الثالثة في البلاد من حيث النفوذ ويستغل موقفه ذلك للظفر بمشاريع عمومية قوامها مليارات الدنانير، بتواطؤ من صديقه وشريكه، وزير الزراعة آنذاك؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، يستمر وزراء معروفون بفسادهم البواح، يحتلّون مناصبهم لسنوات عديدة، في تحدّ صارخ واحتقار للرأي العام، عبر تواجدهم داخل الحكومة، رغم أنّ أحدهم سبق وأن أدنتموه بأنفسكم، السيد الرئيس، ووجهتم إليه علنا أصابع الاتهام بالفساد، عبر قناة تلفزيون دولية؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، تودع مبالغ مالية هائلة تصل إلى عشرات المليارات من الدولارات في بنوك الخارج، في ظروف تعتيم شاملة، كما لو أنّ الشعب الجزائري ليس معنيا بالموضوع، لا من قريب ولا من بعيد؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، لم تكلف، في أي وقت من الأوقات، المؤسسات الكبرى، مثل شركة سوناطراك، التي تدرّ أكثر من 95٪ من دخل البلد بالعملة الأجنبية، أو بنك الجزائر الذي هو بمثابة مرآة لاقتصادنا، نفسها عناء نشر عمليات تقييم دورية، قصد إمداد المواطنين بالمعلومات اللازمة في هذا الشأن؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، يتباهى زعيم نقابي فاسد، يفوح غطرسة، في جلسة علنية داخل أسوار محكمة جنائية، بمسؤوليته الكاملة على إيداعه مبلغ يفوق 40 مليار دينار من مجموع الاشتراكات الاجتماعية للعمال، كان مصيره التلاشي التام، في أعقاب انهيار بنك خليفة؟

في أيّ بلد آخر، غير بلدنا، يمكن تصوّر بقاء وزير التربية والتعليم، عديم الكفاءة وبالغ الغرور في الوقت ذاته، جاثما على رأس وزارته مثل هذه الفترة الزمنية المديدة – 16 سنة! – وذلك رغم مسؤوليته المباشرة، هو وفريقه من المغامرين الموكل إليهم ملف البرامج التعليمية، في كارثة الكوارث التي ألمت بالمدرسة الجزائرية اليوم – بكافة أطوارها – كارثة ستظل آثارها الوخيمة تخيّم لفترة طويلة على مستقبل الأجيال المقبلة؟

السيد الرئيس،

إننا نشهد اليوم تراكم طبقات من الغيوم السوداء القاتمة، محمّلة بتهديدات وشيكة، تحوم فوق رؤوس الشعب الجزائري المنهك، المثقل بالهموم، وعلى شفا الإحباط القابل للانفجار في أيّ لحظة، ويجري ذلك كله في سياق مناخ سياسي فاسد، مهيأ لكافة أنواع المؤامرات، والقابل للرضوخ لشتى أصناف التنازلات، وجميع أشكال الخيانات ضد السلم الاجتماعي والوحدة الوطنية. لم يعد بوسع أيّ محاولة ممجوجة تُحبك للتلاعب النفسي بحشود المواطنين، على شاكلة المبادرة المفضوحة من قِبل رئيس وزرائكم أويحيى في دعواه مكافحة الفساد (!) – وهو نفسه مشتبه فيه بالتورط في قضايا الفساد هذه – ولا بمقدور أيّ خطاب أو وعود كاذبة، أن تنطلي حبائلها الآن على حركة السخط الجماعي الذي يشرف على الانفجار، بحيث لا يمكن لأحد التنبؤ، لا بلحظته الحاسمة ولا بتداعياته ولا بنتائجه.

إنّ واجبكم، السيد الرئيس، كرئيس للدولة، هو أن تتصدوا فورا وبقوة، من منطلق وطني أصيل، مبتعدين وبكل حزم وتصميم عن النشرات الاستخباراتية اليومية الملفقة التي تتلقونها، وأيضا بالنأي بأنفسكم عن مشورة « المستشارين » وغيرهم من ممتهني المجاملة، القابعين في أروقة ودهاليز السلطة، علما أنّ بعضهم قد باشر بالفعل، على ما يبدو، مغادرة السفينة الغارقة.

إنّ حالة الجزائر لا تسر! والشعب الجزائري في وضع سيء للغاية! إنّ هذا النظام، بغالبية ما يضمه من مسؤولين – المدنيين منهم والعسكريين – قد عاف عليهم الزمان بشكل لا رجعة فيه، وانتهى أمرهم وفقدوا القليل من المصداقية المتبقية لديهم! فالدولة في حاجة إلى تجديد نفسها، إنها بحاجة إلى دماء جديدة إن من حيث الرجال أومن حيث المؤسسات، وكذلك من حيث المبادئ الأخلاقية التي ينبغي أن تكون نبراسا للحكم الرشيد والإدارة السليمة لشؤون البلد. وليس ثمة شخص واحد ضروري بحيث يظن أنه لا يمكن للجزائر الاستغناء عنه، لا الجنرال مدين المدعو « توفيق » وأتباعه ولا حتى شخصكم، ويكفيكم للتأكد من ذلك، زيارة المقابر!

***

السيد الرئيس،

في غضون أقل من سنتين – إذا أمدّ الله من عمركم – يمكنكم، إن أبديتم عزما حقيقيا، وبفضل السلطات التي يخولها لكم الدستور، أن تجنبوا بلدنا مزيدا من التمزق الذي تلوح بوادره في الأفق، وبوسعكم حماية البلد من اضطرابات ومآسي جديدة، مع ما يصاحب ذلك من إراقة دماء ودموع وحالة بؤس مادي ومعنوي، من شأنها أن تعرّض هذه المرة وحدة الأمة الجزائرية برمتها للخطر الشديد.

لقد ولّى زمن « مؤتمر الكوادر »، السيدي الرئيس. وتقضي الحكمة منكم اليوم أن تقوموا بالإعلان رسميا أمام الشعب الجزائري والعالم أجمع، عن تنظيم انتخابات بالاقتراع العام، في غضون فترة زمنية أقصاها سنتين، من أجل إنشاء جمعية تأسيسية وطنية تحظى بتمثيلية حقيقية وتضم جميع الاتجاهات السياسية وممثلين من جميع مناطق البلاد، تكلّف بمهمة تزويد البلاد بدستور جديد يستند إلى روح ديمقراطية حقيقية، يكفل جميع الحريات المدنية وحقوق الإنسان، لاسيما منها احترام كرامة وسلامة البشر، دستور يعلن رسميا وبشكل لا لبس فيه عن استقلالية السلطة القضائية والسلطة التشريعية عن السلطة التنفيذية

وفي غضون ذلك، يمكنكم اللجوء إلى استخدام حقكم الدستوري للتشريع من خلال المراسيم، وذلك للإعلان بشكل متزامن، عما يلي:

— رفع حالة الطوارئ؛

— حل المجلس الشعبي الوطني؛

— حل مجلس الأمة؛

— حل المجلس الدستوري؛

— إزاحة جميع المسؤولين، المدنيين والعسكريين، الذين تحوم حولهم شكوك خطيرة بخصوص ارتكابهم جرائم لا تسقط بالتقادم؛

— تعيين حكومة وحدة وطنية لتسيير شؤون البلد خلال فترة انتقالية.

وستوكل إلى هذه الحكومة، على وجه الخصوص المهام الآتية:

1— إدارة الشؤون اليومية، المدنية العسكرية، للبلاد؛ 2— اتخاذ جميع التدابير الوقائية والإدارية والقضائية أو المالية اللازمة لحماية المصالح العليا للأمة؛

3— تنظيم انتخاب الجمعية التأسيسية في ظروف تتسم بالشفافية التامة المطلوبة.

وينبغي أن تعكس التشكيلة البشرية لهذه الحكومة، بأكبر قدر ممكن، الاتجاهات السياسية والثقافية والجهوية في البلد، بما يزخر به من تنوع اجتماعي، مع ضرورة الأخذ في الحسبان الكفاءات العلمية والمهارات التقنية والإدارية اللازمة لممارسة الوظيفة، سواء كانت هذه المهارات داخل البلد أو بين أبناء مواطنينا المغتربين. ولا ينبغي لأيّ وزير من الوزراء المتواجدين في الحكومة الحالية أن يكون ضمن حكومة الوحدة الوطنية المنتظرة، وذلك لاعتبارات أخلاقية.

كما ينبغي أن تُمنح هذه الحكومة جميع الصلاحيات المنوطة عادة بأيّ حكومة مكلفة بمهمة الإنعاش الوطني، وخاصة منها سلطة التنظيم عن طريق المراسيم، كما يجب أن تكون مخولة بوجه خاص بصلاحية طلب الاستماع، حسب الاقتضاء، في إطار مجلس الحكومة، إلى أيّ شخص تراه مناسبا – مدنيا كان أو عسكريا، مهما كانت وظيفته أو رتبته، باستثناء شخص رئيس الدولة – سواء مارس فيما مضى أو ما زال يمارس مسؤوليات التسيير داخل جهاز الإدارة العليا أو قيادة الجيش، لضمان أفضل ظروف تسيير الفترة الانتقالية.

وفور اعتماد ولاية أعضاء الجمعية التأسيسية وانتخاب أعضاء المكتب ورئيس الجمعية العامة، يتم الإعلان رسميا عن هذه المؤسسة بوصفها الراعية الرسمية للسيادة الوطنية، جنبا إلى جنب شخصكم، بصفتكم رئيسا للجمهورية، لفترة انتقالية إضافية مدتها سنة واحدة، تكون مكرسة لصياغة الدستور الجديد. وفي غضون 6 أشهر بعد صدور الدستور الجديد، يجري تنظيم انتخابات بالتزامن لرئيس جديد للجمهورية ولجمعية وطنية جديدة، مع الإشارة أنّ الهدف المنهجي المتوخى من وراء هذا التزامن يكمن في ترسيخ مبدأ التمييز والفصل بين السلطتين التنفيذية والتشريعية في ذهن المواطن-الناخب.

هذه هي على ما أعتقد، السيد الرئيس، بكل صدق ووفاء، ومن موقع مواطن غيور على بلده، الخطوات العاجلة الواجب اتخاذها، والتي تبدو لي كفيلة بمواجهة وعكس اتجاه الزخم المفضي إلى الفوضى والهاوية التي يبدو أنّ بلدنا الجريح سائر حاليا مرة أخرى في طريقها.

السيد الرئيس، أصدعوا برفضكم الصريح لإراقة دماء الجزائريين مرة أخرى، وانتهزوا هذه الفرصة الربانية لتنسحبوا من المسرح السياسي بشكل يرفع من مقامكم، ولتخرجوا من الباب الواسع الذي يوثقه لكم تاريخ الرجال والأمم.

عبد القادر الذهبي

13 فبراير 2010
ترجمة الرسالة من الفرنسية إلى العربية : لقمان شريفي


Nombre de lectures : 9416
54 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • jila
    13 février 2010 at 20 h 33 min - Reply

    « quiyam el houjja »est fait et nous en sommes témoins aujourd’hui et demain devant Dieu toutes les forces populaires sont là pour œuvrer au bien de ce pays meurtri!Ce peuple ne cherche pas à régler des ccomptes car il ne sait plus les faire mais recherche la quiétude et la paix pour guérir de ses plaies toujours béantes




    0
  • Ammisaid
    13 février 2010 at 20 h 55 min - Reply

    Que dieu l’oblige lui et les autres à vous écouter cher frère DEHBI. Amen AREBI al3lamin
    Respectueusement




    0
  • Brahim Younessi
    13 février 2010 at 21 h 13 min - Reply

    Salam Si Abdelkader,

    Je signe des dix doigts l’essentiel de ce texte et des mesures qui doivent être prises pour sauver notre peuple d’une nouvelle tragédie qui s’annonce encore plus dramatique que celle que nous avons déjà vécue.

    Il y a urgence, il faut agir impérativement pour le salut de tous.

    Je romps mon silence uniquement pour vous apporter mon soutien.

    Mes salutations fraternelles




    0
  • Abdelkader DEHBI
    13 février 2010 at 21 h 29 min - Reply

    @ — Si Younessi ! Je remercie du compliment et de votre spontanéité. Je vous demande fraternellement de ne pas nous bouder à cause de quelques susceptibilités passagères. Parce que l’heure est grave pour notre pays et qu’elle le restera, jusqu’à ce que la souveraineté populaire y soit restaurée – instaurée serait plus juste….L’Algérie a besoin de tous ses enfants comme vous et nous tous qui nous efforçons de faire quelque chose. Merci de reprendre vos interventions sur ce site et de reprendre contact avec tous vos frères. Dieu nous protège tous.




    0
  • kamel
    13 février 2010 at 21 h 30 min - Reply

    tres bonne analyse le plus tot serais le mieux est la le feu est ds la demeure, j espere ke se sera le dernier sursaut de notre population et le plus salvateur, sinon on sera encore en retard de plusieurs decennies et cette fois c fini de ce beau pays.




    0
  • Salah-Eddine SIDHOUM
    13 février 2010 at 21 h 48 min - Reply

    Cette intervention courageuse,sage et lucide,ce véritable cri du coeur de mon frère et Ami Si Abdelkader démontre encore une fois que l’Algérien dans son essence est profondément tolérant et sait pardonner. Devant la gravité de la situation, les intrigues de sérail et le tsunami populaire qui se profile à l’horizon, Si Abdelkader dont on connait sa farouche et légitime opposition à ce régime illégitime, a préféré la voie (et la voix) de la sagesse en s’adressant au locataire d’El Mouradia. Dieu Fasse que cette voix de la hikma soit écoutée afin d’éviter d’autres drames à notre peuple meurtri mais aussi permette à ceux qui ont commis des erreurs fatales en 62, en participant à la confiscation de l’indépendance du pays et des libertés des citoyens, de se racheter. Amine Ya Rabi El ‘Alamines




    0
  • Si Salah
    13 février 2010 at 23 h 27 min - Reply

    Nous connaissons, dans Sourat el a3raaf, l’histoire de ce village de Bani Israël, divisé en 3 groupes, le premier s’efforçant de désobéir les décrets de Dieu, le deuxième désapprouvant le premier mais sans le dire et ne voyant aucun intérêt à manifester leur désapprobation, et le troisième désapprouvant le premier mais prenant la peine de les rappeler à l’ordre, et ainsi de « se blanchir devant Dieu ».

    Je dirais qu’à peu de choses prés, nous sommes dans le même cas de figure en Algérie: une infime partie des algériens versant dans le pillage et la corruption éhontés, une immense partie écœurée mais ne disant rien car convaincue de l’inutilité de toute action, et une infime minorité élevant la voix de temps à autre avec les moyens du bord.

    Les cris du cœur de nos frères Si Abdennour, Si Djamel, Si Abdelkader, Si Salah Eddine, et d’autres sont là pour rappeler qu’il n’est jamais vain d’élever la voix. Dieu ne jugera pas des résultats de ces cris périodiques, car les résultats ne dépendent pas d’une ou de quelques volontés…

    Autant il est nécessaire de travailler en groupe pour bannir ce régime honni, autant chacun de nous doit prendre la parole individuellement pour dénoncer, sermonner et conseiller…Devant Dieu demain nous pourrons alors dire : dans les limites de mes possibilités, j’ai appelé au Bien et dénoncé le Mal…
    « Qaalu ma3dhiraten ilaa rabbikoum » (al a3raaf)

    Si Salah




    0
  • Rbaoui
    14 février 2010 at 0 h 00 min - Reply

    Soutien total a Si Abdelkader Dehbi.




    0
  • adel133
    14 février 2010 at 1 h 01 min - Reply

    si Abdelkader,
    j’étais envahi par la rage et possédé par la haine en cette époque(2 ans auparavant),vous m’aviez conseillé de lire Françalgérie pour mieux comprendre.je vous remercie de votre conseil,car il me semble avoir compris.
    depuis lors je suis envahi par un doute absolu concernant tous les voyous qui gouvernent(volent)indument notre pays,à leur tête le monarque dictateur a qui vous vous adressez.
    je suis convaincu qu’en lisant votre message,il doit se sentir touché dans son petit ego et ne peut immaginer deux choses:
    1/comment liquider les mouchawichines(comme nous tous)
    2/comment mourir au pouvoir les poches pleines et garantir la rente à sa fratrie.
    Inchallah que votre appel que je partage du fond du coeur soit entendu et qu’un miracle se produise pour que ce tyran violeur de la constitution à qui vous vous adressez puisse faire preuve d’un minimum de courage,de dignité et de compassion pour nettoyer ses écuries de cochons et faire un geste pour donner une lueur d’espoir à notre peuple martyr.




    0
  • Rachid Bakalem
    14 février 2010 at 2 h 47 min - Reply

    Salam Si Abdelkader DEHBI,
    Je te félicite et je salue votre courage, votre franchise et votre sincérité, que peux de citoyens ou d’hommes politique (avec un grand P) soucieux du devenir de leur pays, peuvent aujourd’hui lancer ce cri d’alarme sans craindre les réactions d’intimidation de ce régime que nous lui connaissons. Quant on craint que Dieu rien ne pourra vous arrivez. J’espère que le Président entendra votre appel, car ce cri est celui du Peuple tout entier. Nous sommes témoins de cet appel, qui ne peut venir, que d’un citoyen qui aime son Pays. Nous sommes tous avec vous et nous disons au Président Bouteflika l’histoire se souviendra des grand hommes, comme celui dont nous venons de fêter l’anniversaire Nelson Mandela. Je lance un appelle à Mr Abdelhamid Mehri ainsi qu’à toutes les citoyennes et citoyens intègres civils et militaires de s’associer à ce geste civique.




    0
  • tiboubou
    14 février 2010 at 4 h 57 min - Reply

    Que c’est magnifique de vous lire si Abdelkader, votre analyse de la situation dans notre pays est complete, claire et objective. Que dieu fasse que vous serez entendu en haut lieu pour sauver notre chere patrie et la sauvegarder pour nos enfants et petits enfants.
    Grand bravo a vous SI ABDELKADER !!!




    0
  • rachid
    14 février 2010 at 9 h 04 min - Reply

    Il n’ya pas pas de mots plus agréable que de dire dire merçi. Alors mreçi monsieur dahbi.




    0
  • radjef said
    14 février 2010 at 9 h 15 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Act1: Le FLN prepare son congrés dans un climat de dechirement. Act2: Le terrorisme reprend de plus belle si bien que la psychose des années 90 est perceptible dans de nombreuses régions du pays.Act3:Chantage et reglement de compte entre les clans au pouvoir par presse privée interposée.Act4: Les clans au pouvoir comptent associer leurs partenaires etrangers, notamment la France, afin d’arbitrer entre Bouteflika et le DRS.Act 5: Les mouvements de protestation se multiplient et echapent de plus en plus aux tutelles politiques…




    0
  • Abdelkader DEHBI
    14 février 2010 at 9 h 17 min - Reply

    A l’attention des visiteurs du site : Je précise à toutes fins utiles que je viens de poster ce matin 14 Février 2010 à 09h15, en format Word, le texte intégral de ma lettre ouverte, à l’adresse e-mail du président qui est la suivante:
    http://www.president@el-mouradia.dz




    0
  • Brahim Younessi
    14 février 2010 at 9 h 58 min - Reply

    Si Abdelkader,

    Votre réponse me va droit au coeur. Je n’ai jamais connu la démobilisation depuis plus de 30 ans que je suis sur le terrain, en exil, hélas, malgré les trahisons des uns et les calomnies des autres.
    Votre texte, Si Abdelkader, est un grand texte politique, une véritable stratégie de sortie de crise que j’approuve à 1000%.
    Cet Appel à la Paix et au Salut de la nation et du peuple algérien doit être annexé à l’Appel du 19 mars parce qu’il en constitue sa clause pratique.
    Rien n’a été négligé, tout y est. Que Dieu fasse que vous soyez entendu.

    Mes salutations fraternelles




    0
  • Belaid Ait M.
    14 février 2010 at 10 h 04 min - Reply

    Cet appel a été déjà fait par le FFS , mais aucune suite ( mémorandum de FFS) .
    Je suis de tout cœur avec vous mon frère Abdelkader même si , parfois je suis un peu en contradiction avec vous sur certains sujets .Vous avez touché les véritables problèmes en passant par l’ASSEMBLEE CONSTITUANTE .
    J’adhère à cet appel sans aucune hésitation et je souhaite que toutes les forces de ce pays qui aiment leur pays comme vous , vous suivent dans cette démarche , mais je ne pense pas que Boutef soit libre pour vous entendre .
    Merci M.Dehbi




    0
  • MOURA
    14 février 2010 at 12 h 23 min - Reply

    @ Dehbi
    vous etes un homme public,cet acte vous honore et les ecrits restent.
    Il ya eu plusieurs initiatives individuelles ou de groupe,depuis au moins 1967.vous savez mleureusement que l’appel ne sera pas entendu,le destinataire est deshumanisé;helas,il sera encore question du sang d’algeriens,c’est avec son sang que le systéme a habitude de normaliser leur soit disant conflit.
    J’aurai souhaité un tel appel adressé par le collectif de l’appel du 19 mars au monde du travail(assez organisé et deja dans la rue ou en combat),aucun appel ne sera entendu s’il n’est pas adressé à des groupe qui n’ont pas d’ancrage dans la société.
    cet appel suscitera des solidarités,des regroupements et bien sur des actions pour ensuite aboutir à ce qui peut ressemblé à un regroupement en vue de greffer le combat plus globale(notre souhait n’est il pas d’aller à un front national du changement?
    Cha3b a été trop floué par le monsenge ,la propagande et les trahisants,ce que nous faisant sur LQA est necessaire,mais insuffisant;on doit le faire dans le réel,sur le terrain.le peuple algérien doit réagir,il a bien reagit en 88,il a empiré sa situation,je regrette le peuple est une masse(dynamique à l’interieur,plitiquement,socialement…),mais c’est une masse qui a besoin d’une force externe(la prise de conscience,objectifs,projections,organisation..;mais c’est un autre sujet,contentons-nous d’organiser et ou d’appeler et aider un monde qui est sur le terrain,au debut pour des combats socio-professionnelles le reste viendra,se construira apres.
    Que la verité et la justice soient mes quides




    0
  • Rachid Bakalem
    14 février 2010 at 13 h 10 min - Reply

    Si Abdelkader Dehbi, Allah yahafdak oua yahfad el-chaab el-djazaeiri min kouli souae. Je conseille l’envoi e-mail à la Présidence. Le combat continu.




    0
  • AMOKRANE
    14 février 2010 at 13 h 48 min - Reply

    Bonjour tout ce qui s’écrit et se dit depuis des decennies c’est l’échec du système, du moins depuis les années 1989-1991 de démocratisation avortée. Et le cri de ABDELKADER DEHBI hélas c’est la ènième demande aux autorités de changer et s’adapter à notre temps ( J’ai en tête l’édito de ALI BAHMANE d’el watan CHANGEZ OU PARTEZ). Il faut le changement pour que s’amorçe le developpement car le developpement est conditionné par la démocratisation. A DEHBI exprime ce que les citoyens ordinaires veulent dire aux autorités CESSEZ L’EFFUSION DE SANG DES ALGERIENS. Il faut l’exprimer tout le temps afin que LA RAHMA tombe sur eux bonne journée amokrane nourdine 15425 boghni




    0
  • AMOKRANE
    14 février 2010 at 13 h 53 min - Reply

    En tous cas comme le dit si bien BRAHIM YOUNESSI (precedemment) QUE DIEU FASSE QUE VOUS SOYEZ ENTENDU Mr A. DEHBI
    amokrane nourdine




    0
  • khaled
    14 février 2010 at 14 h 56 min - Reply

    La lettre est une bonne intention, mais une audience par un comité des sages sera plus productive, au mois sur le plan informatif.

    Je lance un appel a un Monsieur Sidhoum de faire l’écho de cette démarche pour parler directement au président de la république.

    Amicalement,
    Khaled




    0
  • Zehira Houfani
    14 février 2010 at 15 h 55 min - Reply

    Frère Dehbi,

    Tout ce que Bouteflika a fait depuis votre SOS de 2007 pour pays en danger, c’est violer la constitution, se gaver d’un 3e mandat et accentuer le désastre du pays. Lui rappeler sa mission envers le peuple et le peuple semble vain puisqu’il sait pertinemment qu’il est le maître d’oeuvre de ce désastre.

    J’aurais aimé que le contenu de votre lettre soit communiqué au peuple algérien. Pourquoi ne pas envoyer un résumé aux journaux algériens et donner ainsi la chance au plus grand nombre de le lire. Notre tribune est certes importante, mais nous savons que son audience n’atteint presque pas ceux que nous visons vraiment avec nos textes.




    0
  • IDIR
    14 février 2010 at 17 h 02 min - Reply

    Abdelkader DEHBI,

    A la lecture de -votre appel citoyen- au Président BOUTEFLIKA,

    Notre sommes témoins de votre amour pour la patrie que nous partageons tous et toutes, – c’est dire si l’enjeu est de taille -. Tout dépendra de la capacité du Chef de l’Etat à agir de manière à mener la politique économique et sociale, qui lui a été demandée par le Peuple algérien. Si rien n’est fait, il est à craindre que beaucoup de nos compatriotes considèrent que « ces appels pour une Vigilance Républicaine » lancés par les citoyens ne soient plus du tout suffisant !

    Alors, il se pourrait que nous assistions, à l’inconnu où les Ogres continueront à dévorer la nation. Faut-il rappeler l’Irak, la nation et le peuple Irakien. La raison et la liberté de choix dont est doté l’être humain, rendent capable de critiquer l’ordre social et de se révolter contre lui, comme de le réformer et d’en corriger les abus. Nous devons également rejeter les erreurs commises par les hommes.

    Cette révolte contre les erreurs et les déviations humaines puise sa source dans une solidarité profonde et ce qui est exigible dans une collectivité humaine. Nous ne pouvons laisser commettre le mal en silence.

    De nos jours, en Algérie, ce n’est pas parce que qu’on accepte, l’existence des voitures, et qu’on les utilise, qu’il faudrait accepter également tous les accidents mortels qu’elles occasionnent et toutes les infractions au code de la route commises par les conducteurs pour ne pas dire par les criminels.

    En effet, l’être humain doit vivre pour un objectif au-delà de ses passions et de ses désirs, au lieu de vivre comme un âne autour d’une meule à grain ou comme un bœuf autour d’un puits d’irrigation, tournant et tournant pour revenir sans cesse à son point de départ.

    Les finalités sociales et politiques que l’humanité nous recommande en premier lieu est la solidarité. L’homme juste doit avoir un esprit critique contre l’égoïsme et, être audacieux dans cette campagne. Le devoir du citoyen sincère est de rappeler la vérité, même si elle est amère. Il témoigne en toute équité.

    Il est aussi juste envers ses ennemis qu’envers ses amis, sans parti pris ni favoritisme. L’histoire ancienne et moderne l’a abondamment montré. La communauté citoyenne se structure autour des seules valeurs fraternelles, sans référence aux clans ni tribus, ce qui constitue une véritable révolution dans une nation forte. Le lien unissant les citoyens n’est plus le lien du clan, mais le lien de la communauté citoyenne.

    « Une démocratie ne vaut et ne dure que si elle sait refondre constamment dans la communauté nationale l’individualisme qu’elle fait naître. » Les principes d’équité, d’égalité, et de justice sociale sont mis en avant. La communauté se structure autour de la nation : communauté des citoyens, en opposition aux clans et divisions.

    Il convient que la raison entreprenne sur le sentiment, « qu’il faut traiter toutes les affaires de corruption dans la sérénité », mais il faut confesser, également, d’aller jusqu’au bout de ces scandales ! Encore une fois, la chasse aux sangliers ne nous intéresse pas. Consolidons cette communauté nationale que nous avons en partage et dont nous sommes responsables…
    Fraternellement
    IDIR

    Rappelons l’histoire des peuples et des hommes, l’exemple de Yasser Arafat, Mister Palestine for ever

    Par notre ami René Naba

    Extrait : Fraîchement sacré par ses pairs arabes porte-parole exclusif des Palestiniens, le chef de l’OLP plaide la cause de son peuple, inexistant juridiquement, et inaugure solennellement une stratégie combinant la lutte armée et l’action diplomatique – «le fusil et le rameau d’olivier», selon sa formule, pour retrouver une patrie, la Palestine, rayée depuis un quart de siècle de la géographie politique.

    Dans ce discours répercuté depuis la plus grande ville juive du Monde jusqu’aux confins de la Péninsule arabique, le dirigeant palestinien, dix ans après la fondation de son mouvement au Caire, en 1964, évoque timidement la possibilité d’une coexistence judéo arabe. Arafat est au Zénith, secondé par la nouvelle puissance pétrolière arabe révélée par la guerre d’octobre 1973.

    Dans la brèche ouverte par l’OLP, dix sept mouvements de libération africains se verront reconnaître le statut d’observateur à l’ONU. Cinq d’entre eux, ceux de Guinée portugaise, d’Angola, de Mozambique, de Zimbabwe notamment conduiront quelques années plus tard leur pays à l’indépendance.

    Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=15962




    0
  • Abdelkader DEHBI
    14 février 2010 at 17 h 36 min - Reply

    @ — A notre soeur Zehira Houfani : D’abord un grand bonjour amical. Ensuite, quand je vous aurai dit qu’en 2006 j’ai du créer mon blog, précisément parce que tous les articles que j’adressais aux quotidiens dit « indépendants », restaient régulièrement en plan sous les coudes des rédacteurs, vous aurez compris que je ne suis pas en odeur de sainteté ici, y compris chez la presse arabophone qui me semble encore plus asservie au pouvoir politique en place que sa jumelle francophone. Pour être complet, j’ajoute que j’ai posté dès hier soir, mon article ci-dessus à l’adresse du « quotidien d’Oran » et j’attends la suite. Sans trop y croire. Pour ma part, j’ai tout de même le sentiment que les bêtes immondes finiront bien par s’entre dévorer. In Cha’â Allah.




    0
  • batni
    14 février 2010 at 18 h 04 min - Reply

    Mr Dehbi,
    Le personnage imbu de sa petite personne auquel votre appel est destiné n’a pu et ne pourra entreprendre aucune action salvatrice pour le pays et le peuple.
    – N’est-il pas un génocidaire (souvenz-vous de 2001). N’est-il pas un bon client pour le TPI?
    – N’est-il pas le responsable du gouvernement le plus corrompu depuis 1962?
    – N’a-t-il pas favorisé le douarisme, le regionalisme (voir le nombre de ministres de son douar), le clanisme?
    – N’a-t-il pas eu une période de grace de 10 ans pour mettre de l’ordre dans la maison Algérie?
    – N’a-t-il pas eu les dollars nécessaires pour le décollage économique du pays?
    – N’est-il pas entrain d’essayer de mettre son frêre sur orbite pour le remplacer?
    – N’a-t-il pas dèja vendu l’algérie aux intêrets Américains avec son ami Khellil?

    Pour toute ses raisons et d’autres, et avec mes respects, votre appel un coup d’épée dans l’eau.




    0
  • Arezki Nait Amar
    14 février 2010 at 18 h 10 min - Reply

    Cher Abdelkader Dehbi ,

    Je salue votre long combat pour une Algérie souveraine et démocratique .Mais comme je sais que Bouteflika que vous connaissez d’ailleurs mieux que moi ne répondra à votre appel que par le mépris et l’arrogance,j’ai construis cette blague qui illustre la véritable nature de cet homme :
    Le Général Rachid Aissat,conseiller à la Présidence remet au Président Bouteflika la lettre de Monsieur Abdelkader Dehbi.Après l’avoir lu, Bouteflika pris de colère dit à son conseiller :  » Abdelkader Dehbi n’est pas payé pour penser , il y en a d’autres qui sont payés pour ça  » !
    J’ai réagi de la même manière que notre soeur Zehira Houfani en lisant votre appel,mon cher frère Abdelkader Dehbi !Tenez bon,nous sommes avec vous!
    Salutations fraternelles.




    0
  • Si Salah
    14 février 2010 at 19 h 26 min - Reply

    Salam à tous,

    Je réitère, à cette occasion, ma demande d’écrire un texte pétition de « bara’a » de tous les clans en Algérie : Boutef, Toufik, et autres. A faire signer par un maximum de personnes de leurs PROPRES NOMS. Je suis sûr que cela fera tache d’huile tellement ce que nous vivons en direct est hallucinant et écœurant (ex : les services de Boutef ont aujourd’hui jeté en pâture une vingtaine de noms d’officiers DRS suspectés dans les assassinats de Boudiaf et Saïdi…voir Le Matin)

    Juste 2-3 paragraphes pour dire :

    – Notre total soutien aux initiatives citoyennes (Appel du 19 Mars 2009, l’appel anti-corruption de M. Sidhoum, lettre ouverte d’une « voie de sortie » de M. Dehbi)
    – Notre total rejet de tous les clans qui se déchirent les richesses de notre pays
    – Notre soutien à toutes les initiatives visant à dénoncer les criminels et les poursuivre par tous les moyens offerts par la justice internationale
    – Etc.

    Mettons toutes les personnalités intègres et nationalistes devant leurs responsabilités en soumettant ce texte à leurs signatures. Pourquoi des opposants naguère tellement loquasses se confinent-ils dans un silence aussi incroyable à l’heure où la situation est infiniment plus grave qu’en 2003-2004?

    Ya lajma3a : jusqu’à quand allons nous laisser 4 ou 5 frères, aussi courageux soient-ils, faire tout le boulot à la place de millions de gens?

    Ayons un peu de courage pour dire non à Toufik et Boutef-III et à leurs hordes criminelles.

    J’interpelle Djamel-Eddine, Salah-Eddine, et tous les responsable de LQA à ce sujet. Il faut absolument faire entendre non 3 ou 4 voix, mais des milliers de voix derrière celles-ci, sinon, les cris que nous entendons sur LQA resteront sans écho du fait même de la conspiration du silence et du boycott des média pro-Boutef ou pro-Toufik. Est-il normal d’entendre Ouyahia, Belkhadem, et autres corrompus-en-chef comme Soltani parler effrontément de « lutte contre la corruption » alors que les premières victimes que nous sommes gardons le silencieuse?

    Si Salah




    0
    • Rédaction
      14 février 2010 at 19 h 48 min - Reply

      @ Si Salah
      Personnellement, je souscris totalement à votre proposition. Tout ce que nous pouvons faire, la moindre de nos actions, sera un signe supplémentaire de notre volonté à défendre notre pays, et à dénoncer l’ogre qui nous dévore. Cordialement
      DB




      0
  • Zehira Houfani
    14 février 2010 at 20 h 57 min - Reply

    @frère Dehbi, Mon grand bonjour amical et fraternel vous est dû. Je sais de quoi est faite la presse chez nous et je ne doute pas de vos nombreuses tentatives de vous adresser au peuple algérien. Néanmoins, je me dis que dans le contexte actuel, il y aurait peut-être des ouvertures qui certes ne nous sont pas destinées, mais qu’on pourrait peut-être exploiter. Un peu à la façon avancée par M. Benchenouf, c’est-à-dire en insistant et en envoyant constamment des messages (peut-être un peu moins crus)à différents journaux. Cela dit, je pense comme vous que le loup est entré dans la bergerie du sérail. Dieu protège l’Algérie.




    0
  • likous13
    14 février 2010 at 21 h 20 min - Reply

    Bonsoir à tous.
    Etant de la nouvelle génération, je trouve l’appel un éniéme coup d’épée dans l’eau.
    Les jeunes algériens, la nouvelle génération a perdu tout espoir dans les luttes pacifiques pour vivre dignement dans le pays des ancétres. Le combat des Arouch était l’ultime combat pacifique pour l’espoir.
    Ce qui reste vraiment à faire pour ne pas perdre du temps c’est de penser à l’aprés révolution. L’élite doit étre visionnaire cette fois-ci pas pour éviter la révolution mais pour gérer l’aprés.




    0
  • Zineb Azouz
    14 février 2010 at 21 h 30 min - Reply

    Monsieur DEHBI,
    Votre courage n’a d’égal que votre probité et votre lucidité, votre analyse de la situation devrait être lue dans toutes nos écoles telle une hymne de la vérité, malheureusement vous vous adressez à ceux qui ne font plus partie de ce monde depuis longtemps, ils sont tellement loin des réalités que non seulement ils se croient éternels et infaillibles, mais se prennent en plus pour des sauveurs providentiels.
    Les montagnes, les murs et lesorts ont plus de chance d’être sensibles à vos propos et à la honte que nous vivons, mais jamais ce pouvoir, encore moins bouteflika. Nous vivons avec la négation de tout ce qui fait l’humanité.
    Cordialement,
    ZA




    0
  • ca21dz
    15 février 2010 at 10 h 27 min - Reply

    Bonjour Si AbdelKader Dehbi, J’avoue que je vous lis souvent et avec attention, car je trouve chez vous une certaine tolerance et intelligence et j’aime poser la question suivante d’où il sort ce Dehbi? et j’avoue que je vous cherche la petite bête dans vos écrits. Mais là vous me sortez la réponse claire et nette a ma question ci haut, Là vous m’apportez la preuve ( el hodja el demegha). Je vous salut fraternellement et je suis de tout coeur avec vous dans votre initiative, nous devons tous réagir, apporter, encourager , témoigner car un jour ne seront demandés devant dieu qu’est ce qu’on a fait dans notre vie pendant que les choses vont mal dans notre pays? et la on peut pas répondre par le négative , nous étions pas responsables de ce pays ? pour cela nous devons prendre notre responsabilité dès maintenant avant que ce soit trop tard.
    Que dieu aide ces êtres a se comprendre et vive l’Algérie éternelle.




    0
  • djamal
    15 février 2010 at 12 h 28 min - Reply

    salam a tous….

    Je suppose qu’il existe un peu de courage patriotique chez tous les intervenants dans ce site…alors moi je dis pourquoi ne pas acheter des espaces dans les principaux journaux francais et quelques journaux notemment Americain et Anglais sans oublier l’Italie l’Espagne et certains pays Arabes qui voudraient bien jouer le jeu…
    Cela coutera certainement beaucoup d’argent, mais j’en suis sure qu’un bon prix nous sera accorder puisqu’il ne s’agit pas de publicite commerciale.
    Je ne vois pas d’autres moyens plus efficaces pour que le monde entier sache que boutef et la DRS ne font qu’un et qu’ils sont juste des criminels qui ne meritent que le TPI…
    merci




    0
  • adam
    15 février 2010 at 15 h 42 min - Reply

    Message très sage, message du coeur et de la raison, mais est-il adressé à la bonne personne. Comme le dit si bien un proverbe kabyle : le « roumi » m’a tabassé et je me suis plaint à son frère.
    Enfin, puisse Dieu entendre le message de tous les dignes fils et filles de ce pays et honorer le sang de nos valeureux martyrs en nous débarrassant des fossoyeurs de notre chère patrie.




    0
  • Cherif
    15 février 2010 at 19 h 22 min - Reply

    « Quiyam el houjja » est fait et nous en sommes témoins aujourd’hui et demain devant Dieu. Votre lettre est exhaustive et très instructive, mais je suis d’avis que la personne visée n’a hélas plus les capacités morales et physiques pour y répondre. Mais bon espérons toujours, who knows !!! Si seulement il sait ce qui l’attend là-bas.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    15 février 2010 at 20 h 44 min - Reply

    A tous les intervenants sur cet article : Je voudrais vous exprimer ici ma reconnaissance et mes remerciements pour vos encouragements et votre confiance, que je m’efforcerai constamment in cha’ä Allah de mériter. Je vous demande à tous, et en particulier aux jeune, de ne jamais désespérer, ni de votre pays, ni de votre peuple, ni surtout de la Justice de Dieu.




    0
  • AS
    16 février 2010 at 14 h 45 min - Reply

    Salaam, aleykum,

    Djazak allah kheyren pour cette lettre.

    Personne ne desespere mon frere, la lumiere au bout du tunnel nous la voyons, les gouvernements occidentaux USA en tete, en faillite totale ne s’en sortent pas et des analphabetes de la troupes coloniales s’en sortiraient ?

    les algerienss ont les moyens de diriger leur pays par eux memes et de vendre a qui ils veulent leurs richesses, qui lui revient de droit, et que Sarkosy aille chercher son petrole a Tel Aviv




    0
  • Rbaoui
    16 février 2010 at 14 h 56 min - Reply

    Pour etayer le fil de @ AS

    Food Riots, Tax Rebellions By 2012…Trend forecaster, renowned for being accurate in the past, says

    The man who predicted the 1987 stock market crash and the fall of the Soviet Union is now forecasting revolution in America, food riots and tax rebellions – all within four years, while cautioning that putting food on the table will be a more pressing concern than buying Christmas gifts by 2012.

    Gerald Celente, the CEO of Trends Research Institute, is renowned for his accuracy in predicting fut ure world and economic events, which will send a chill down your spine considering what he told Fox News this week.

    Celente says that by 2012 America will become an undeveloped nation, that there will be a revolution marked by food riots, squatter rebellions, tax revolts and job marches, and that holidays will be more about obtaining food, not gifts.

    « We’re going to see the end of the retail Christmas….we’re going to see a fundamental shift take place….putting food on the table is going to be more important that putting gifts under the Christmas tree, » said Celente, adding that the situation would be « worse than the great depression ».

    « America’s going to go through a transition the likes of which no one is prepared for, » said Celente, noting that people’s refusal to acknowledge that America was even in a recession highlights how big a problem denial is in being ready for the true scale of the crisis.

    Celente, who successfully predicted the 1997 Asian Currency Crisis, the subprime mortgage collapse and the massive devaluation of the U.S. dollar, told UPI in November last year that the following year would be known as « The Panic of 2008, » adding that « giants (would) tumble to their deaths, » which is exactly what we have witnessed with the collapse of Lehman Brothers, Bear Stearns and others. He also said that the dollar would eventually be devalued by as much as 90 per cent.

    The consequence of what we have seen unfold this year would lead to a lowering in living standards, Celente predicted a year ago, which is also being borne out by plummeting retail sales figures.

    The prospect of revolution was a concept echoed by a British Ministry of Defence report last year, which predicted that within 30 years, the growing gap between the super rich and the middle class, along with an urban underclass threatening social order would mean, « The world’s middle classes might unite, using access to knowledge, resources and skills to shape transnational processes in their own class interest, » and that, « The middle classes could become a revolutionary class. »

    In a separate recent interview, Celente went further on the subject of revolution in America.

    « There will be a revolution in this country, » he said. « It’s not going to come yet, but it’s going to come down the line and we’re going to see a third party and this was the catalyst for it: the takeover of Washington, D. C., in broad daylight by Wall Street in this bloodless coup. And it will happen as conditions continue to worsen. »

    « The first thing to do is organize with tax revolts. That’s going to be the big one because people can’t afford to pay more school tax, property tax, any kind of tax. You’re going to start seeing those kinds of protests start to develop. »

    « It’s going to be very bleak. Very sad. And there is going to be a lot of homeless, the likes of which we have never seen before. Tent cities are already sprouting up around the country and we’re going to see many more. »

    « We’re going to start seeing huge areas of vacant real estate and squatters living in them as well. It’s going to be a picture the likes of which Americans are not going to be used to. It’s going to come as a shock and with it, there’s going to be a lot of crime. And the crime is going to be a lot worse than it was before because in the last 1929 Depression, people’s minds weren’t wrecked on all these modern drugs – over-the-counter drugs, or crystal meth or whatever it might be. So, you have a huge underclass of very desperate people with their minds chemically blown beyond anybody’s comprehension. »

    « When CNN wants to know about the Top Trends, we ask Gerald Celente. »
    — CNN Headline News




    0
  • l.leila
    16 février 2010 at 15 h 12 min - Reply

    Bonjour,

    Responsabilité et sagesse; merci cher frère DEHBI. Nous n’avons pas le droit de désespérer tant qu’existent et existeront insha’ALLAH, les nobles enfants de cette terre, notre mère.

    Mes salutations




    0
  • IDIR
    17 février 2010 at 10 h 04 min - Reply

    Le Président A. Bouteflika répondra à la lettre ouverte d’A. DEHBI, par un canal direct ou non. Nous connaissons cette citation : « les hommes et les femmes de qualité ne jugent jamais. Tout mépris est pur alibi de la médiocrité de celui qui l’exprime ».

    Par ailleurs, dans le journal, LQA, je suggère de lancer fortement « l’écho » de deux piliers, fondements d’une nation, la santé publique et l’éducation nationale.

    Article très lucide par Tayeb Belghiche.

    Le mépris des médiocres

    http://www.elwatan.com/Le-mepris-des-mediocres




    0
  • HAMMANA
    17 février 2010 at 11 h 04 min - Reply

    -A vous lire,on ne peut s’empêcher d’avoir de la peine
    aussi bien pour vous,tant il est évident que vos souffrances
    à l’égard du mauvais traitement infligé à notre pays et
    à notre peuple ,qui n’a de tort que d’avoir combattu
    l’occupant,sont manifestes, qu’envers nous-mêmes.

    -En parcourant les interventions sur le Web,j’ai
    constaté que le paquet est mis exclusivement sur les
    généraux qu’on fustige à longueur de journée sans que
    personne n’a eut l’idée de mettre dans le meme panier
    des personnalités civiles(dont BOUTEFLIKA lui-meme)
    qui ont exercé des fonctions
    supérieures et dont le préjudice qu’ils ont causé
    à la nation n’est pas moindre et que j’aurai aimé voir
    dans le collimateur eux ausi.Au contraire, ils ont
    volontairement servi de couverture à ces prédateurs
    à travers la promulgation de lois scélérates comme
    crédo de la fausse légitimité .Que pensez-vous d’un
    certain RIDHA Malek qui a déclaré,alors chef du
    gouvernement , »que nous allons transférer la terreur
    vers l’autre camp »;une autre façon de dire que vous
    avez carte blanche.Le reste,on s’en occupe.Nous avons
    à nos ordres des Imams stipendiés et mercenaires et
    une presse toujours prete à donner la charge.?Aussitot
    se produisèrent les massacres de BENTALHA et RAIS
    Après avoir essuyé l’affront pour son arrogance sure la chaine
    « AL-djazeera » qui l’obligea à rompre précipitammment
    Le contact avec le plateau..
    Ou deBELAID Abdesslam qui avaitdéclaré à la presse
    « qu’il se réjouit du coup d’Etat du 11 janvier 1992 « et « meme
    qu’il l’avait proposé »alors qu’ils ne pouvaient ne pas en etre
    conscient deses retombées dreamatiques.Mais tant que ce
    revirementest susceptible de servir leurs intérets,au diable
    le pays,le peuple et tout le monde!Ne pas entendre que je prends
    partiepour CHADLI,loin de là ,mais cautionner le changement

    de cette manière trahit leurs vraies intentions eux, qui aprés
    avor sonné le glas, se retirèrent lachement de la scène
    politique non seulement par ce qu’ils sont à court de
    scénarios aprés avoir accompli leurs roles de metteurs
    en scène mais surtout pour échapper à la justice ,le
    grincement des rouages du sérail se faisant sentir de
    plus en plus.Surtout aprés que certains officiers supérieurs
    berisèrent le silence de l’omerta pour étaler au grand jour
    .les complots du pouvoir à travers le MAOL.Ainsi,est-il plus
    Nécessaire que jamais de les dénoncer car,étant épargnés
    Par les c ampagnes de vérités,beaucoup seront amenés à croire
    En leur innocence et les inciteraient à faire leur réaparitions
    Sur la scène politique pour sévir avec la meme détermination
    En s’associant crapuleusement à la future équipe gouvernante.

    -Seulement après avoir médité sur la question,je
    me suis fait cette impression que,étant le prolongement
    du colonisateur français,ils sont déterminés à nous
    faire payer le prix d’avoir porté
    les armes contre la France car je ne
    pense pas que la sauvegarde de leurs intérets justifie
    toute cette haine et ces massacres et
    que s’adresser de cette façon,quoique digne d’un
    grand intellectuel ,à nos bourreaux
    pour les attendrir est un honneur qu’ils ne méritent pas
    car ils interpréteront votre sagesse comme un aveux de
    faiblesse et les inciteront davantage à persévérer dans la
    voie de la forfaiture pour la simple raison qu’ils sont tous
    (civils ou militaires)solidaires quoiqu’ils disent étant
    donné que si un malheur s’abat sur l’un
    deux,c’est tout l’édifice du mal qui s’écroule .La preuve
    est que personne parmi ceux qui se sont succédés au
    pouvoir(présidence,gouvernement et armée)n’a songé
    un seul instant à la dérive du pays et se contente du rôle
    d’observateur en rétorquant à qui veut les importuner
    en leur parlant de démocratie,de justice et d’intérêt
    national,que c’estl’armée qui commande,c’est
    MOHAMMED MEDIENE,c’est X ,c’est Y.pour masquer
    leurs complicités ,fuir leurs responsabilités et
    se justifier vis-à-vis de ceux qui veulent les croire
    et les soutenir.

    -Autant vaut mieux ne plus les considérer comme étant
    des interlocuteurs valables et se comporter de la façon
    que nous,citoyens qui sont les victimes non avouées
    du système, jugeons adéquate pour la récupération de
    nos droits et être pragmatique dans nos rapports avec
    la junte civile et militaire au pouvoir. Car ça me fait du chagrin
    de voir quelqu’un quémander la solution aux
    problèmes de son pays à son président alors qu’il nous
    tourne le dos d’autant plusqu’il s’agit apparemment d’une
    Personne noble bien qu’il ne m’a pas été donné de vous
    Connaître ;ce que je l’espère.le poete arabe a dit »Vous
    auriez pu avoir une réponse si c’était à des vivants que
    vous vous adressez ».

    -Vous avez tout mon estime.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    17 février 2010 at 12 h 37 min - Reply

    Prise à témoin de l’opinion publique nationale et internationale pour atteinte grave à la liberté d’expression
    —————-

    Par le citoyen algérien
    Abdelkader DEHBI,
    Domicilié à Alger.
    http://www.abdelkader.dehbi@live.fr

    Depuis hier soir mardi 16 Février 2010, ma boîte e-mail inscrite chez « mail.live.com/ » est hors service et je n’arrive plus, ni à consulter mon courrier, ni à en expédier. J’ai la certitude absolue qu’il s’agit-là d’une attaque effectuée sur ordre, par l’un de vos services techniques.
    Je prends à témoins de cette atteinte à ma liberté, toutes les personnes qui liront ce message que je vais diffuser sur mes deux blogs et par tous autres moyens en ma possibilité
    http://abdelkader.blogs.nouvelobs.com/
    http://abdelkader.blog.lemonde.fr/
    http://info@hoggar.org
    http://lequotidienalgerie.org

    En effet, cette attaque vient de se produire à peine 3 jours après la publication de ma Lettre Ouverte adressée au Chef de l’Etat, dans la quelle j’ai dénoncé l’ensemble des barons – civils et militaires – du régime politique illégitime, qui préside aux destinées de mon pays, sans épargner personne, y compris le destinataire lui-même. (cf: liens ci-dessus qui ont publié cette lettre). Et moins de 3 heures après que je sois passé dans une émission radio-télévisée sur la chaine de « Rachad » – mardi 16 Février 2010, entre 19h.45 et 20h.45

    Je tiens à faire savoir à tous ceux qui prétendent museler la liberté d’expression dans ce pays, qu’en dehors du fait que leurs procédés sont déshonorants, ils ne parviendront jamais à étouffer nos voix. Celles d’une majorité de citoyennes et de citoyens honnêtes et patriotes, épris de justice et de liberté, qui ne cessent pas depuis des années, de dénoncer les crimes de masse imprescriptibles, l’arbitraire et la corruption d’un pouvoir illégitime qui ne recule devant aucune violation des Droits de l’Homme et de la morale, pour continuer de régenter les hommes et à disposer d’une manière régalienne, du patrimoine, des richesses et des ressources de la Nation algérienne.

    Merci à toutes les personnes qui liront cette protestation, de la diffuser aussi largement que possible en demandant à leurs contacts d’en faire autant et ainsi de suite, pour montrer à ce régime à l’agonie, que la SOLIDARITE CITOYENNE DES ALGERIENS N’EST PAS UN VAIN MOT.
    Vive l’Algérie libérée des tyrans et des corrompus – civils et militaires – qui prétendent dominer plus de 30 Millions d’algériens !




    0
  • Abdelkader DEHBI
    17 février 2010 at 13 h 27 min - Reply

    Je me dois de signaler que ma boîte vient « miraculeusement » de s’ouvrir enfin – Et je sais que çà n’a rien à voir avec des problèmes techniques…..




    0
  • Amokrane Nourdine
    17 février 2010 at 14 h 45 min - Reply

    Qui ne connaît point le célèbre tiers-mondiste Jean Ziegler natif de suisse. Il était dans sa prime jeunesse étudiant à Paris puis compagnon de Jean Paul Sartre. Figurez-vous que le sociologue genevois était porteur de valises dans le réseau Janson au profit du FLN durant la guerre de libération (1954 1962) (lire son livre autobiographique intitulé LE BONHEUR D’ÊTRE SUISSE). Le sociologue connaît si bien l’histoire de notre pays, ses potentialités, ses hommes. Ziegler écrivit dans un de ses derniers livres intitulé LA HAINE DE L’OCCIDENT que :
    « < < Avec l’Afrique du Sud et l’Égypte, l’Algérie est un des trois États les plus influents d’Afrique. [...] Grande puissance pétrolière, l’Algérie est courtisée par le monde entier et n’a besoin ni de Bouygues, ni de Dassault, ni d’aucuns des amis de Nicolas Sarkozy pour s’en sortir >>. p85
    Ces quelques lignes pour exprimer ma rage devant tant de scandales révélés par la presse, cette corruption qui empêche le développement. Est il si difficile cet effort sain pour rétablir la confiance entre gouvernants et gouvernés en favorisant la bonne gouvernance, l’indépendance de la justice, en s’y mettant tous ensemble à construire notre pays, le vivre ensemble.
    Il est temps aux autorités de rétablir le dialogue avec toutes ces voies nombreuses de l’opposition qui ne cessent de désigner du doigt tant de dérives Il est encore temps de conjuguer toutes les forces saines afin de sauver le pays et d’éviter que le sang des innocents algériens coule de nouveau

    AMOKRANE NOURDINE 15425 BOGHNI




    0
  • Sbaai
    17 février 2010 at 20 h 24 min - Reply

    Les Algeriens demande la liberation de 250 000 sahraouis du sahara occidental pour mieux camoufler l’integaration à l’Algerie de 5 000 000 de sahraouis du sahara pre-occidental , et dépouiller leur richesse , même un gamin peu facilement comprendre cette logique:la liberté pour les uns et le colonialisme pour les autres et tout ca avec la complicité d’une soit disant entêté sahraoui ( le polisario)qui fait croire au monde qu’il defend les droits des sahraouis , et qui finit par mettre en prison (100 000) Sahraouis à Tindouf et a renier le droit de plus de 5 000 000 Sahraouis à la libration du colonialisme Algérien .
    En tant que Sahraoui , avec le Maroc nous avons au moins une autonomie en poche et ca fait chaud au cœur , avec l’Algerie nous n’avons riens , l’Algeier crois même nous faire de l’aumone par ces aides aux campements , alors qu’elle encaisse des milliards de dollars en exploitant nos richesses pétrolières au sahara pre-occidentale.
    La voila la vérité provenant d’une new vision sahraoui : historiquement L’Algerie avait peur de l’identité Sahroui et de son état épidémique qui peut aisément s’etendre au sahara pre-occidental qu’elle exploite et depouille sauvagement de ces richesses, alors il a invité le polisario chez elle pour mieux le souscrire, et arrêter l’extension de l’etat épidémique de l’identité sahraoui au sahara pre-occidental et en fin elle l’a utilisé en tant qu’arme contre le Maroc . le polisario et tombé dans ce piege infernale et continue à jouer le jeu et servir l’Algerie contre les intrets de nos frères sahraouis .

    =============
    Mon cher frère marocain, vous êtes hors-sujet. La prochaine fois postez votre commentaire dans l’article correspondant.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • simozrag
    18 février 2010 at 11 h 12 min - Reply

    Il me paraît nécessaire de répondre au frère qui se dit « Sahraoui », même s’il est hors sujet d’en parler.
    Êtes-vous vraiment Sahraoui ? Dans l’affirmative, pourquoi refusez-vous la consultation de vos compatriotes pour qu’ils décident de leur sort ? Quel mal trouvez-vous dans le référendum d’autodétermination ? C’est dans ce rejet que réside tout le conflit. La solution doit donc passer par l’organisation du référendum. Pourquoi ce refus par la monarchie marocaine, alors qu’elle en avait accepté le principe en 1991.
    Ne pensez-vous pas que la parole revient de droit au peuple sahraoui, seul habilité à décider de son destin, à exercer son droit à l’autodétermination ?
    Notre opposition au régime algérien ne doit pas nous empêcher de dire la vérité et surtout de dénoncer les violations flagrantes des droits de l’homme dont sont victimes nos frères sahraouis.

    Comment expliquer la répression brutale contre les sahraouies ? Les exactions de toutes sortes dont arrestations arbitraires, passages à tabac des manifestants, tortures et disparitions de militants, le mur de la honte, etc.
    Un pays qui revendique un territoire et sa population, qui est-ce qui l’empêche de se conformer à la légalité, d’accepter le référendum ? Si les Sahraouis sont Marocains, ils devront certainement le confirmer et le Maroc aura pris possession de ce qui lui appartenait !
    Quand deux entités (le Maroc et le Polisario) revendiquent le même territoire, l’unique solution est d’interroger la population, à quelle entité, à quelle administration appartient-elle ? Pour le Polisario, « le Sahara occidental est un territoire occupé, dont le gouvernement légitime est la République arabe saharouie démocratique (RASD). »
    Pour l’Union africaine , la RASD est un État membre avec toutes ses prérogatives. Or, n’importe quel observateur objectif et impartial considère que le statut final du Sahara occidental reste à déterminer.




    0
  • hakim
    18 février 2010 at 17 h 04 min - Reply

    Bonjour à tous
    Le message de Mr Dehbi résume le constat de tous.
    Mais ou est donc l’action.
    Pourquoi attendre Le Président pour constituer une assemblée constituante faisons la nous mêmes.
    Avec les partis et les parties intègres nationalistes et non harkis suceurs de sang, déclarons un gouvernement de transition et uns assemblée constituante en faisant un vote dans les quartiers.
    Pourquoi attendre les assassins qu’ils nous livrent le pouvoir, ils savent qu’on va les lyncher par la suite.
    Soyons sérieux et soyons courageux et pas lâches, nous n’avons rien fait pour se débarrasser de la mafia algéro-française…




    0
  • Salah Bouzid
    19 février 2010 at 0 h 17 min - Reply

    Juste pour l’exercice, si on prenait les 2 dernières des 6 décisions que suggère M. Dehbi au President, pourrait-on:

    1) dresser la liste de “tous les responsables civils et militaires sur qui, pèsent de graves présomptions de crimes imprescriptibles “ ?

    2) dresser la liste des membres d’un Gouvernement d’Union Nationale pour la transition ?

    Je sais que c’est la charrue avant les boeufs, mais juste curieux si on a des noms en tête, si on avait un président bien culotté




    0
  • tifsa
    21 février 2010 at 18 h 17 min - Reply

    Mr DEHBI
    Pour moi, étant donné que je ne vous connais vous avez le bénéfice du doute et je n’interviens pas pour remettre en cause votre bonne foi. Bref ,l’important est que je soutienne l’actuelle dynamique de changement.
    Mais ,je vous demande de bien vouloir être franc et me dire où étiez-vous en 1963, je tiens à vous rappeller que l’injustice existait déjà et avec beaucoup d’impudeur.
    J’étais trés jeune (9 ans ) et j’avais cette force intuitive(qui est une grace de dieu ) qui me permettait de reconnaitre les Hommes (les vrais),je n’ai jamais adhéré au fln post-indépendance, j’ai été contacté par le FFS à l’age de 16 ans (mes principes étaient déjà arrêtés) ,j’ai été lâche de ne ne pas avoir milité au sein de ce grand parti ,j’avais peur. A l’age de 14 ans ,en éléctron libre ,je travaillais déjà à la sensibilisation des plus proches à promouvoir la culture amazighe dans le cadre géographique qui est cette mère qui nous est commune l’algérie et j’étais déjà contre ceux qui voulaient s’accaparer de cette valeur pour en faire une monnaie d’échange (je ne suis pas de la région de la kabyle ,je suis chenoui ,je suis profondément algérien même si je ne possédais pas la nationalité, je n’ai pas eu de bourse d’études ,je n’ai pas eu de chambre universitaire ,il a fallu à un vrai moudjahid de tricher pour m’avoir une bourse et une chambre en 3ième année(parce qu’il n’avait pas compris pourquoi il s’était battu et qu’à côté des fils de milliardaires avaient une bourse et tout ce qu’il fallait ,il a fallu l’aide d’un communiste pour avoir une subvention. Des gendarmes ,auquels je donnais des cours pour préparer leur promotion ,connaissaient ma situation précaire de soutien de famille ,ils avaient décidé de m’aider pour me faire un dossier (je vous rappelle que je n’étais pas encore algérien) .Le commandant de la caserne m’avait convoqué et m’avait demandé pourquoi je voulais être dispensé ,j’ai dit que j’étais soutien de famille et j’ai osé dire que bien des jeunes ne le font pas alors parce qu’ils étaient fils de flen et flen ,il m’a répondu en m’insultant que j’aurais dû avoir un père si flen comme eux (franchement je voulais faire le sevice nationale par amour pour ce que j’avais appris concernant la révolution algérienne) et je l’ai fait.
    Dans notre jeunesse ,nous n’avions eu aucun droit ,même pas aux allocations familiales( malgré tout vive l’algérie). Moi ,l’amazigh réduit à un apatride .Vous êtes un moudjahed ,où étiez-vous monsieur DEHBI? ,il y avait déjà des hommes qui luttaient et j’en connais beaucoup.
    Nous sommes nombreux à avoir subi l’injustice.
    Comme celui qui a écrit ce qui suit :

    Ces dernières semaines, on a commencé à ouvrir la boîte noire: La corruption et la Déclaration du patrimoine par les élus, les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires. Tout le monde dit: «Pourquoi maintenant, et pas avant. Bonne question».
    Comme vous saviez bien, tous ces gens sont issus du FLN. Ce sont eux qui dirigeaient le pays depuis 1962. En voilà, le résultat ! C’est la première fois que j’interviens dans ce forum. Et l’histoire que je vais vous raconter est une histoire vraie, car la corruption, le vol et l’assassinat par le FLN de gens innocents avait commencé déjà dans la forêt. Voilà l’histoire:

    Ce que ma mère m’a raconté de l’assassinat injuste de mon père par certains membres de l’ALN. Mon père était un fellah. On avait une paire de bœufs pour labourer un terrain, une vache et deux moutons. Durant cette période, chaque Algérien devait payer et contribuer avec une certaine somme au FLN, pour soutenir la résistance financièrement. Mon père payait toujours sa part. Cependant, une fois, mon père n’avait pas d’argent pour payer. Il y avait 3 bonhommes (le trésorier du FLN et 2 maquisards) qui étaient venus à la maison pour récupérer l’argent. Mon père leur avait dit: «Pour l’instant, je n’ai pas d’argent sur moi. Revenez dans 2 semaines, je vais payer ma part comme tout le monde». Ma mère m’avait dit: «Les 2 bonshommes dont le trésorier sont du village, et le troisième, elle ne le connaissait pas».
    Où ETIEZ-VOUS ? ET POURQUOI VOUS VOUS ETES REVEILLES MAINTENANT ? . J’ai toujours cette grande intuition qu’il y n’y a aucune visibilité ,tous les algériens trichent aujourd’hui chacun a sa raison ,je comprends certains sans les approuver.
    Passons à la contribution : si vous voulez que le peuple aille dans une dynamique saine ,laissez lui la parole ,laissez-le dénoncer ce qu’il rencontre comme injustice à son niveau et pas uniquement autoroute et sonatrach, recencez et publiez ,ne restez pas dans vos hauteurs ,dans les beaux textes très pédants mais peu efficaces ,rappelez-vous ce qu’avait dit le chahid Ben m’hidi. When to free ,viva l’algérie ,ce jours-là nous ferons appel à des équipes multidisciplinaires pour penser à un projet de société comme voulait le faire le chahid BOUDIAF. Je n’ai pas peur pour ça ,il y a suffisamment de compétances algériennes .
    QUI PARMIS CES RESPONSABLES ONT FAIT LE SERVICE MILITAIRE ET EST-CE QUE LES ENFANTS DE KHELLIL ET DE OUYAHIA et COMPAGNIE le font ?
    CORDIALEMENT




    0
  • tifsa
    21 février 2010 at 18 h 53 min - Reply

    En ecrivant mon texte j’écoutais la radio KALIMA DZ .A un moment donné ,l’accent change : c’était nos amis tunisiens qui parlaient ,j’ai été agréablement supris, ça coincidé avec ce que je proposais ,le speaker donnait la parole aux gens du peuple ,ces derniers racontaient de manière spontanée les injustices : alors faisons comme eux ,comme l’a dit le chahid BEN M’hidi et là le peuple portera la révolution pour ma part je voudrais que les algériens porteront le changement pacifiquement. Attention aux pièges.
    cordialement




    0
  • lamari
    21 février 2010 at 23 h 52 min - Reply

    pensez-vous ,chers amis,que le president est en capacité d’assurer les fonctions qui lui ont été confiées ?
    un scenario à la Bourguiba ?? …
    avis ???




    0
  • HAMMANA
    22 mars 2010 at 13 h 41 min - Reply

    A L’INTENTION DE MONSIEUR DEHBI.

    CELA FAIT PLUSIEURS JOURS QUE VOUS N’AVEZ PAS FAIS VOTRE APPARITION SUR LE WEB.JE COMMENCE A M’INQUIETER A VOTRE SUJET SURTOUT SUITE AUX EXACTIONS DONT VOUS FATES OBJET DE LA PART DES LARBINS DU CABINET NOIR.JE SOUHAITE QUE VOTRE EMPECHEMENT NE SOIT PÄS DU A UN QUELCONQUE MALHEUR(QUE DIEU VOUS PRESERVE).CEST POUR VOUS DIRE COMBIEN VOUS M’AVEZ PERSONNELLEMENT MANQUE CES JOURS DURANT CAR JE CONSTATE QUE JE NE PEUX ME PASSER DE VOS ECRITS QUI ONT LE MERITE DE M’AVOIR DONNE GOUT POUR DONNER MA CONTRIBUTION AU DEBAT SUR LES ALTERNATIVES DU CHANGEMENT APRES QUE J’AI FAILLI ETRE GAGNE PAR LE DESEPOIR EN RAISON DE LA PRECIPITATION DES EVENEMENTS QUI FONT QUE LE PAYS S’ENLISSE CHAQUE JOUR DE PLUS EN PLUS DANS LE CHAOS.ALLAH YOUSTOUR ALA HADHI LEBLAD ET COMBIEN IL ENDURE.
    CORDIALEMENT




    0
  • kiki bejaoui
    13 mai 2010 at 17 h 25 min - Reply

    à Mr AEK DEHBI
    Je suis régulièrement l’actualité sur LQA et j’ai pris connaissance de presque la totalité de vos contributions. J’apprécie chez vous votre spontanéité et votre amour du pays qui sort de tous les pores de votre peau.
    Votre lettre ouverte est un appel d’anthologie digne d’être inscrits dans les annales .
    Vous avez le courage de dire ce que beaucoup murmurent tout bas.
    Votre boite e;mail a été attaquée: preuve de votre droiture. Continuez, ne baissez pas les bras! Vous dérangez l »establishment et c’est bien, très bien.
    Il y a de nombreuse personnes qui sont comme vous, cadres, simples citoyens mais qui n’ont aucun cadre d’expression.
    Dans l’Algérie profonde, loin d’Alger et des feux de la rampe, les gens souffrent de cette absence de débats. Il ne nous reste que la « toile » et ils veulent nous en priver avec ce qui se prépare.
    Un conseil tout de même: préservez vous ! je prie le BON DIEU de vous préter longue vie. Nous avons besoin de vous.
    PS: Je recommande toujours vos contributions sur hoggar et LQA à mes amis.
    Encore une fois merci
    vous remarquerez que, moi aussi, j’utilise des pseudos comme la plupart, peut être par peur?!




    0
  • Adel
    13 mai 2010 at 19 h 20 min - Reply

    @tifsa

    Bonjour,

    «si vous voulez que le peuple aille dans une dynamique saine ,laissez lui la parole ,laissez-le dénoncer ce qu’il rencontre comme injustice à son niveau et pas uniquement autoroute et sonatrach, recencez et publiez ,ne restez pas dans vos hauteurs ,dans les beaux textes très pédants mais peu efficaces ,rappelez-vous ce qu’avait dit le chahid Ben m’hidi.»

    Ce que vous dites est, selon moi, le principe fondamental sur lequel devrait se baser toute action militante en faveur d’une démocratie véritable : écouter «ceux d’en bas», qui sont victimes de toutes sortes d’injustices et de brimades et qui souffrent quotidiennement en silence, et se faire leur porte-parole.

    Cordialement




    0
  • Congrès du Changement Démocratique