Édition du
29 July 2017

Quelques questions aux officiers de l’ANP

Par Radjef Saïd

Les cris de mécontentement contre les présidents qui se sont succédés depuis 1962 à ce jour et les accusations qui mettent en avant la responsabilité de l’institution militaire dans le drame que vit le pays depuis 1954 à ce jour, ne signifient pas que les algériens, à leur tête, l’opposition, haïssent l’ANP et ses hommes. Aucun patriote ne souhaite la disparition de cette institution. Ce sont des cris d’espoir pour la renaissance d’une république  ou le respect du savoir, de l’art, du talent, enfin disons-le de la personne humaine,  auront un véritable sens. Mais c’est également un cri contre les pratiques maffieuses érigées par certains dirigeants militaires depuis l’assassinat de Abbane Ramdane à ce jour, en règles de gouvernance. Les algériens, qu’ils soient de l’opposition ou pas, veulent avoir une armée forte, responsable de ses missions historiques, mais au service de la démocratie et des lois de la république.

Qu’auraient fait Abassi Madani, Hocine Ait Ahmed, Sadek Hadjeres, Addi Lahouari, Mourad Dhina, Mohamed Samraoui, Salah Eddine Sidhoum et d’autres opposants, s’ils avaient accédé au pouvoir ? Est-ce qu’ils se seraient laissés envahir par les haines qui ont mûri à l’ombre de la révolution et qui ont proscrit et décapité  des milliers de patriotes sincères et compétents ? Ou bien auraient-ils agi avec sagesse en veillant scrupuleusement a ce que l’ANP soit  une institution forte, propre et engagée dans des missions qui lui sont tracées par la constitution et non un rassemblement de mercenaires et de scélérats ? Est-ce qu’ils auraient laissé l’ANP s’engager dans des aventures à l’issue incertaine qui mettrait le destin de la nation en péril, avec des centaines de milliers de morts et de disparus ? Est-ce qu’ils auraient conspiré et tenté de dresser le MALG contre le DRS, la gendarmerie contre la police et chercher a élargir  leur pouvoir personnel pour domestiquer –clochardiser- les institutions de la république ?

Depuis 1957 à ce jour, le pays est mis à feu et à sang par une poignée d’individus sans le moindre scrupule qui  règne d’une main de fer sur votre institution. En 1962, cette poignée d’individus aidée par la colonisation et certains pays arabes, s’est emparée par la force du pouvoir en confisquant la souveraineté du peuple et celle des institutions de la république. Depuis lors, le pays connu à cette époque, en dépit de la colonisation, pour son rayonnement culturel, intellectuel et civilisationnel, a cessé subitement de vivre en perdant tous ses repères. Comme l’indique si bien la menace de mort proférée au cours de ces derniers jours par des cercles occultes contre nos compatriotes Sidhoum et Fekhar, il ne subsiste désormais aucune garantie constitutionnelle pour les partis politiques et les hommes. L’Etat n’existe plus.

Existe-t-il une possibilité de changer les choses et sauver ce qui reste à sauver pour le bien être des générations futures ? Si cette  possibilité existe, laquelle ? Un coup d’Etat peut-il rétablir l’ordre constitutionnel ? Que pensent nos officiers de cette situation de crise permanente ? Vont-ils conspirer et recourir à un coup d’Etat ou bien vont-ils associer leur intelligence à l’opposition et se soumettre aux lois de la république ? Que signifie pour nos jeunes officiers la professionnalisation et la modernisation de leur institution ? Comment assurer cette professionnalisation, alors que les chefs qui engagent l’ANP dans des missions extraconstitutionnelles, n’ont rien perdu de leur ignorance et de leur appétit vorace et bestial ? Quels sont aujourd’hui les priorités et les objectifs de nos jeunes officiers ? Vont-ils se laisser corrompre ou bien vont-ils résister aux cotés de l’opposition pour restaurer l’Etat de droit ?


Nombre de lectures : 17777
59 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • nottinghami25
    23 février 2010 at 14 h 12 min - Reply

    Les officiers Algériens ont peur de la machine DRS car ils ont apprit au passage qu’ils seront torturés et même tués si les agents du DRS les conduisent dans le couloir de la torture, et tout cela est a la connaissance de tout le monde. Alors ils préfèrent gagner leur gain par n importe quel moyen tout en ignorant les principes et le rôle de leur conscience professionnelle. Ça va être intéressant de voir la suite du feuilleton sonatrach et comment la famille mafia échappera a la justice.




    0
  • still
    23 février 2010 at 15 h 03 min - Reply

    Si Radjef, vous avez frappe a la porte qu’il faut.Tout le monde sait que « l’armée » fait le beau temps et la pluie.Depuis et a part l’indépendance, elle n’a fait que la pluie.Nous souhaitons vivement que sa météo nous annonce enfin le beau temps dont l’aspect et la signification échappe déjà a notre entendement.




    0
  • bouyilès.
    23 février 2010 at 16 h 27 min - Reply

    Si Said Radjef,tu as trop (de bonnes) idées derrière la tête.Tu parles de l’armée et des coups d’état à ce moment précis et je sais d’où tu puises ton inspiration.Tu fais allusion aux jeunes officiers et tu leur conseilles par sous-entendus de s’inspirer de leurs collègues soldats démocrates…nigériens. L’autre aussi était à son 3° mandat comme notre « empireur ».Y a-t-il trop de coincidences?




    0
  • Larbi
    23 février 2010 at 17 h 12 min - Reply

    Toutes les armées sont des institutions disciplinées. Néanmoins, pas toutes les armées tirent sur leurs propre peuples, l’ armée Algérienne elle, elle est accusée d’ ingérences dans les affaires d’ autres institutions souveraines du même Etat, de coups d’ états, de ne pas porter aide a des personnes, groupes de personne voire même des villages entiers en danger de mort tel a Rais, Bentalha, etc… L’ armée a utilisé des armes de combats lourds contre son propre peuple sans défense tel les manifestations de 1988, elle a brulé les forets au Napalm. Est-ce une armée nationale ou s’ agit-il d’un autre pays ou ses opérations sont menées? Dans aucun pays au monde civilisé, les officiers et soldats exécutent des ordres si récurent et pendant si longtemps contre leur propre peuple et pays et en plus ils/elles sont fières de le faire.




    0
  • samraoui
    23 février 2010 at 17 h 48 min - Reply

    Salut à tous,

    L´état est comparable à un corps humain qui a besoin de tous ses organes pour bien fonctionner.
    Ainsi l´armée est une institution vitale au même titre que le coeur, le poumon ou le cerveau chez l´être humain, cependant l´Algérie a besoin d´institutions saines et débarassées des parasites qui ternissent l´image du pays et qui spolient les algériens par leur cupidité, leur violence et leur corruption.
    L´espoir passe obligatoirement par la neutralisation de ce système mafieux et prédateur et le retour aux idéaux de Novembre pour lesquels plus d´un million de martyrs ont donné leur vie. L´espoir n´est possible que par l´édification d´un état de droit et le retour de la souveraineté populaire avec le rejet de toute tutelle d´où qu´elle soit.
    L´espoir n´est envisageable que si la confiance est restaurée entre les élus (gouvernants) et les administrés.
    La bonne gouvernance repose sur les compétences et implique une éthique et une moralité irréprochables, or depuis l´indépendance l´échelle des valeurs s´est inversée, la médiocrité a pris le dessus et les nominations se font sur des bases aléatoires telles le clientélisme, le régionalisme, la soumission et l´aplat-ventrisme.
    C´est cet ordre là qu´il faut absolument changer de manière radicale, tant les échecs sont patents depuis 1962 et qu´il est urgent de bâtir une deuxième république sur des bases solides et saines et où les mots Justice, Droit, Egalité, Travail, Respect, Dignité en seraient les constants.

    Les opposants cités dans l´article, du moins tous ceux que je connais, sont TOUS mûs par l´idéal du changement, aucun d´eux n´est habité par la haine, mais plutôt par l´amour du pays, la preuve est que la majorité d´entre eux appelle à l´union et à la cohésion des rangs sans exclure quiconque, ce qui traduit la maturité de ces opposants sincères et qui démontre également le respect des différences dans une Algérie plurielle où chaque citoyen aura la place qui est la sienne.

    Au même titre que les autres institutions, l´ANP a été squatté par des mercenaires ( les fameux déserteurs de l´armée francaise que l´on appelle les DAF et dont les figures de proue sont Larbi Belkheir, Khaled Nezzar, Mohamed Touati, Mohamed Lamari, Fodil Chéril, Abdelmalek Guenaizia, Abbes Ghezaiel,…) qui avaient choisi le camps de la France au moment du déclenchement de la révolution et qui ont retourné leur veste lorsqu´ils avaient compris que le vent tournait en faveur de l´indépendance.

    Un changement radical inclurait une réforme de l´ANP pour en faire un outil de défense conformément aux missions telles que fixées par la constitution. L´ANP n´a pas à se mêler de politique ou d´économie, mais aura le devoir de defender l´intégrité territoriale et de veiller à la professionalisation et à la spécialisation de ses personnels. Peut être que dans une phase de transition bien limitée dans le temps, l´assemblée constituante lui confiera des missions spécifiques pour veiller au bon déroulement du processus de changement. Ceci n´est que mon point de vue évidemment.
    Favoriser la transparence et le contrôle signifierait déjà un moyen de couper l´herbe sous les pieds des individus tentés d´imposer une dictature ou d´avoir des idées conspirationistes.

    Si cette poignée de voyous a réussi à confisquer le pouvoir, la faute revient en partie au peuple qui n´a pas su dire non à la hogra et qui a accepté l´humiliation. Aujourd´hui l´espoir est permis car d´une part les citoyens ont pris conscience et que d´autre part ils ont réussi à dépasser leur peur.
    Les exemples quotidiens d´hommes et de femmes qui defient l´arbitraire en Algérie montrent on ne peut mieux que les algériens ont choisi de briser les chaines de l´infamie pour vivre dans la dignité et l´honneur.
    Dans ce chapitre, il m´est toujours agréable de saluer en particulier le combat des familles de disparus qui se battent pour la vérité, la lutte des syndicats libres qui revendiquent inlassablement leurs droits pour une vie décente, ainsi que le courage héroique et le sacrifice de Mme Meriem Mehdi, qui pousuit sa grève de la faim en dépit de l´abandon et du mépris affichés par ce pouvoir lâche.

    Je termine par une note d´espoir, car comme le répète si souvent le Dr S.E Sidhoum, “nul droit ne se perd tant qu´il y aura un revendicateur”, la chute de ce régime corrompu est possible si les algériens s´engagent résolument dans la voie du changement, en dénoncant les abus, les injustices, les détournements et tous les méfaits de ces truands en képi ou en col blanc.
    Le recours aux coups d´état ne sont que des artifices pour différer les problèmes, sans pour autant modifier la nature du regime, c´est pourquoi le meilleur moyen à mon avis, est de refuser la fatalité en se dressant tous ensemble contre la corruption, contre l´injustice , contre la terreur, contre la repression,… et de ne pas cautioner les elections bidons qui octroient à ce système nauséeux un semblant de légitimité.




    0
  • Ammisaid
    23 février 2010 at 19 h 00 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Nous sommes des généraux en guerre permanente contre ce peuple qui refuse d’abdiquer totalement et de se soumettre définitivement.
    Plus malin que nous ça n’a jamais existé et ça n’existera jamais.
    Planqués que nous étions hier, nous sommes devenus des rois.
    A 15 OU A 20, nous avons contrôlé et nous continuons à contrôler 35 millions de destins.
    Il suffit d’une petite assistance.
    Puisque le colonisateur n’était plus là, il avait fallu leur créer un ennemi et les convaincre que nous sommes de la race des 22.
    Cet ennemi est en notre sein, il est tout le monde et il n’est personne.
    S’il se cache il est tout le monde, s’il se dévoile il est notre ennemi commun (à nous les généraux et à notre peuple)donc, il faut l’abattre, il suffit pour cela de convaincre nos soldats, ceux qui iront au charbon pendant que nous ferons des affaires juteuses ici et ailleurs en perparant le prochain coup à ceux et celles qui essayeront de se mettre sur notre chemin.
    Nous sommes la haut, nous sommes le président, le roi, la justice et ses lois, les entrepreneurs et les directeurs généraux, nous sommes les puits de pétrole, nous sommes les dollars et les dinars, nous sommes l’élites, nous le savoir, nous sommes la réligion, nous sommes la revolution, nous sommes l’histoire, nous sommes la gloire, nous sommes la noblesse, nous sommes les innocents, nous sommes les patriotes, nous sommes le courage, nous sommes des lions, nous tout et vous n’étes rien.
    Nous sommes la haut, nous sommes portés par vos mains, nous sommes ceux qui distribuent votre pain quotidien, nous sommes rsponsables de vos destins, nous sommes votre cerveau, nous sommes votre pensée, nous sommes vos rêves, nous sommes vos désirs et nous le resterons tant que vous regardez en haut, tant que vous continuer à croire à tout ça et tant que vos mains accepteront de faire ce que nos langues vous suggererons et ce que nos mensonges vous raconterons.
    Nous rien grace à vous nous sommes devenus pleins, vous étes tout grace à nous vous êtes devenus rien.
    Rien, rien, absolument rien, totalement rien car vous continuez à nous écouter religieusement et vous refusez d’entendre Radjef, dhina, sidhoum, ali, addi, dehbi, djamal, fekhar, ahmed, tabou, meryem…et toutes celles et tous ceux qui souhaitent notre fin. Non pas notre mort, mais notre regne, notre folie, notre incapacité à changer, à se rassasier, à vibrer, à vous aimer,à vous respecter, à vous comprendre, à vous liberer, à vous faire confiance et notre certitude que vous nous appartenez et que nous pourrons avec jouer, jouir et prospèrer jusqu’à la fin de nos vies.
    Regardez en bas, regardez notre oeuvre et voyez combien elle est laide, hideuse et sauvage, regerdez en bas et lachez vos mains, qui ont construit notre trone et vous verrez qu’il va tomber et nous avec. Sauvez vous, arrêtez de nous suivre peut être que serons sauvés.
    Ne comptez pas sur nous, nos dégats sont tellement immenses que nous sommes terrorisés par demain,le jour où tout sera dévoilé, le jour où tout sera clair, le jour où vous verrez que nous avons trompé car nous étions totalement trompés par les convictions qui nous dirigeaient.
    Tout était faux, nous sommes faux, nous déclarons que tout ça est vrai.
    Sauvez vous, sauvez nous, sauvez votre peuple, sauvez les générations futures, sauvez vos enfants, sauvez nods enfants, sauvez nous de nos démons, sauvez l’Algérie avant qu’elle ne soit, totalement, vendue.
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • djamal
    23 février 2010 at 19 h 40 min - Reply

    Au frère Djamal,
    Sur ce site, on débat fraternellement. Le frère Radjef nous a soumis une contribution. Des compatriotes ont débattu jusqu’à maintenant de manière très sereine des points évoqués par l’auteur. Il n’est pas question ici de porter des accusations contre quiconque. Je comprends votre aversion contre ce système qui a fait subir à notre peuple tant de mal mais ce n’est pas une raison pour déraper verbalement. Je vous prie de reprendre votre texte et d’être plus serein dans votre intervention. Vous avez été et vous serez toujours le bienvenu sur VOTRE site.
    Avec mes fraternelles salutations.
    Salah-Eddine




    0
  • still
    23 février 2010 at 21 h 44 min - Reply

    Si Radjef, vous avez frappe a la porte qu’il faut.Tout le monde sait que « l’armée »,notamment le DRS qui en constitue le noyau fait le beau temps et la pluie.Depuis et a part l’indépendance, elle n’a fait que la pluie.Nous souhaitons vivement que sa météo nous annonce enfin le beau temps dont l’aspect et la signification échappent déjà a notre entendement.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    23 février 2010 at 23 h 25 min - Reply

    De mon point de vue, ce à quoi aspire une grande majorité de citoyens ordinaires qui comme nous, contestent à ce pouvoir criminel et corrompu toute légitimité, c’est que tous les hommes qui composent l’Institution militaire qu’est l’ANP – officiers, sous-officiers et simples soldats – cessent d’être utilisés par un pouvoir illégitime et antinational, comme force de répression contre leur propre peuple, alors que leur devoir est de défendre ce peuple dont ils sont eux-mêmes issus. Et nous entrons ici de plain-pied dans la théorie des « baïonnettes intelligentes » qui met en jeu le problème du cas de conscience, et des Officiers donneurs d’ordres et des subalternes à qui sont donnés ces ordres. Sans oublier un fait essentiel, s’agissant de notre pays qui est historiquement et sociologiquement de culture musulmane d’abord. Une culture qui soulève constamment les problèmes liés à la conscience que chaque musulman digne de ce nom, doit avoir à l’égard de ses propres responsabilités en tant qu’individu, vis-à-vis de son Créateur. C’est le fameux adage
    «  »لا طـاعـة لـمـخـلـوق فـي مَـعـصـيٌـة الـخـالـق » »
    qu’on peut traduire ainsi : « Pas d’obéissance à un être créé qui ordonne de désobéir au Créateur ». Or, réprimer un peuple qui revendique ses justes droits est un acte de désobéissance à Dieu. Tout le reste devrait en découler.




    0
  • ELHOURYA
    24 février 2010 at 0 h 09 min - Reply

    salam aleykoum

    UN « DEUXIEME NOVEMBRE 54 » EST LE SEUL REMEDE CONTRE LE MAL. LES OFFICIERS QUI OFFICIENT DOIVENT PRENDRE LEURS RESPONSABILITES. LA PEUR DE DIEU DOIT ETRE PLUS FORTE QUE LA PEUR DES GENERAUX SPOLIATEURS…
    UNE SACRE RESPONSABILITE EST ENTRE LES MAINS DE L’ANP.
    LA GOUTTE A DEBORDE LE VASE,ON A PLUS RIEN A PERDRE.
    wa essalam.




    0
  • ilyes
    24 février 2010 at 0 h 39 min - Reply

    salem a tous les algeriens braves …

    mois je pense que l APN est q un gros fardeau pour le peuple algériennes elle coute plus des deux tiers de l argents publique ….! moi je tire chapeau au COSTARICA qui n a plus d armes ….! ils consacre cette argents pour l avenire du pays.
    c un exemple qui peut nous faire reflechire …..

    tahya eljazeer inteligente




    0
  • younes
    24 février 2010 at 0 h 51 min - Reply

    salam
    je ne penses pas que les (daf)sont la source tous nos problemes ,pour 2 raisons,la premiere est que d’autre pays ,arabes et musilmans qui n’ont pas eu la (chance)d’avoir leur (daf) a eux ,n’ont pas ete epargner par les mercenaires ,et autres traitres qui ont pris le control de l,appereil militaire ,et le (bienfait) qu ils ont fait subir a leur peuple ,n’est pas a demontrer,la deuxieme raison ,est a mon avis la plus plausible ,car, pour moi, les (daf) ne sont pas les seule en controle en algerie ,il ya toute un conglomerat d’arrivistes ,pseudo nationalistes, et autre mendiants qui frapent sur la porte du systme,et qui sont pret a tout pour arriver a leur viles ,et parfois mediocre fins.maintenant ,supposons que le dernier des (daf)prendra sa retraite aujourdhui,eh ben pensaient vous que L’anp sera comander par des officiers integres ,competents et peux enclin a s’imisser dans la politique ,grosso modo ,un etat major ,professionel.on aura jamais ca en algerie et vous pouvez allaer verifier mes dires ,dans les casernes ,et les ecoles militaires .qui sont senser former nos future officiers.et pour conclure .c’est pas lamari ,ou nezar ou les autres (daf) qui ont massacrer des milliers d’inocents ,et ont fait disparaitre le reste ,nous les connaissons bien ,ils ont notre age ,etaient des eleves des memes ecoles .ils s’engagent dans l’armee juste pour l’argent et le pouvoir .en fin de compte ,tout le monde a vu l’armee de sadam en action ,(tenu civile et barre toi)l’armee americaine c’est autre chose que de tirer sur une foule sans armes.et c’est ca le point fort des armee arabes (tuer des inocents) sans exeption (daf)ou pas .wallah aala oua alem




    0
  • Salah Bouzid
    24 février 2010 at 1 h 33 min - Reply

    Peut-être que ce que vient de dire Kouchner répond aux interrogations de Radjef Saïd; je suis d’accord que le départ de cette génération indépendance va nous permettre de mettre de l’ordre dans la maison, mais aussi régler tous ces faux problèmes qu’on traine avec la France, le Maroc et d’autres encore.




    0
  • still
    24 février 2010 at 8 h 28 min - Reply

    @ Si Abdelkader, I’d like to draw your attention to an interview.With your broader knowledge you would make a parallel with the situation in Algeria as I suspect the last two decades which Algeria went through lately were merely a micro-experiment of the Global Agenda.You may as well summarize this interview for our LQA fellow visitors.Here’s the link:http://www.thetruthseeker.co.uk/article.asp?ID=12208
    baraka Allahou fik.

    still




    0
  • tacili
    24 février 2010 at 9 h 19 min - Reply

    @ M. Radjef

    Au sein de l’armée il y a certainement des officiers qui rêvent de renverser la table mais c’est de l’ordre de mon rêve de voir une grande révolution populaire. En d’autres mots de simples rêves de gens impuissants des deux cotes de la société.

    Ce qui nous échappe parfois est la lucidité de voir la société que Toufik a redessine au fils de la décennie rouge. Il a écrasé tour a tour les communistes, les islamistes, les laïcs, presque tout le monde. Il a impose les règles du capitalisme sauvage et a fait de la corruption une méthode de gestion des affaires.

    La société algérienne est sous le choc de ces transformations et essaye tant bien que mal de s’y adapter. Du socialisme nous sommes passes a être les chantres du capitalisme passant par une « pause café » dans le « paradis » FIS. Tout cela est trop pour un peuple qui n’a jamais eu le temps de souffler, de réfléchir et de développer un arsenal théorique soutenant une pensée critique.

    Faire la différence entre civil et militaire en Algérie est un peu superficiel a mon avis. Ils sont dresses les un contre les autres par la même tête pensante. Est-ce pour autant la responsabilité des uns est plus grandes que les autres, je pourrais m’aventurer en disant que oui : les militaires sincères, de par leur discipline et sérieux peuvent faire avancer les choses.

    Ils peuvent ouvrir les portes et la société civile peut les soutenir après. Ils peuvent faire le premier pas comme signe de bonne volonté au peuple qui prendra la suite.

    Le changement a besoin d’un moment de déclic. un moment historique ou les volontés des militaires sincères et de la société algérienne se croisent et décident que trop c’est trop. A ce moment la tous les idoles seront abattus.

    Merci




    0
  • samraoui
    24 février 2010 at 9 h 27 min - Reply

    @ younes,

    Ce que vous dites est vrai, mais en parlant des DAF, il ne s´agit pas de concevoir uniquement les hommes qui constituent cette coterie.
    Les dérives mafieuses ont commencé bien avant l´indépendance, nous sommes tous d´accord là dessus, mais ce gang a néanmoins conduit le pays vers les abysses de l´horreur depuis janvier 1992.
    Ces monstres vont certes disparaitre, mais leur influence, leurs methodes et leurs clones continueront à faire des ravages si le peuple ne met pas fin à ce système. Et plus tôt sera le mieux.




    0
  • radjef said
    24 février 2010 at 10 h 27 min - Reply

    Bonjour tout le monde.@Samraoui, bonjour. Je vous remercie pour votre contribution à l’enrichissement de ce débat. L’espoir est possible. Un jour Ali Zammoum et Daniel Timsit m’ont posé la question suivante: qu’est ce qu’un homme pour toi? Bien sur jeune et surtout voulant les impressionner , j’ai raconté un tas de sornettes. Les deux hommes ont longuement rit. Alors Ali me fit cette leçon: Un homme c’est celui qui reçoit beaucoup de coups. Mais tout en recevant les coups de la vie, il continue d’avancer; il refuse d’abandonner la prtie. C’est comme ça qu’il gagne la confiance et le respet de tout le monde, même celui de ses adversaires.@aux autres,ceux qui n’interviennent pas ici et qui diffusent des rumeurs, je reprends la citation d’un president americain en leur disant ceci: On peut tromper une partie du peuple tout le temps, on peut tromper une partie du temps tout le peuple, mais on ne peut pas tromper tout le temps tout le peuple.




    0
  • mazighedine
    24 février 2010 at 11 h 09 min - Reply

    salem,azul a tous

    je remercie tous les intervenants, pour leur courage, integrite, nationalisme.
    en lisant tous ces commentaires eclairés,on peut deduire deux approches de la crise algerienne:
    1-esperer un coup d´etat.
    ici je rejoins MS samraoui dans sa conclusion,meme si on liquide ces dafiste ,ceci ne va changer en rien ou presque,parceque le probleme ce n´est pas seulement ces ignares, mais c´est tout le systeme on doit changer radicalement.
    si ces malfaiteurs ont pu regné pendant des années non parcequ´ ils sont doués au contraire, le probleme
    c´est nous.(les gouvernés sont a l´image de leurs gouvernants:quelle etonnante reflexion¡¡¡? venu d´un ellettré qui a vecu au 15eme siecle. que dieu te benisse.
    2-un soulevement populaire.
    je crois que c´est lá le chemin a suivre .
    on sait c´est un chemin long, fatiguant,dur…etc,mais le resultat est trés probant,
    eduquer, former,informer,aider…ect les futures generations apporteront ce changement tant esperé.
    enfin , c´est mon avis personnel:au debut exhorter les gens a ne pas voter, in challah on verra le resultat.

    bon courage et vive l´algerie independante.

    salem




    0
  • Sofiane
    24 février 2010 at 13 h 43 min - Reply

    Bonjour,
    Supposons qu’une partie de l’ANP soit contre ce régime est désire en mettre fin avec des moyens légaux et remettre le pouvoir aux mains des civils. Qu’adviendra de cette armée?
    La question peut paraitre inadaptée mais le fait est que, ces honnêtes militaires, ONT TRES PEUR de se retrouver dans le même sac que les prédateurs et devenir par la suite la cible de représailles d’une bonne partie du peuple. La haine que voue le peuple à ces à militaires mafieux, qui est à mon point de vue légitime, l’a malheureusement dépourvu de son bon sens de distinction entre les bonnes et les mauvaises personnes.
    En fait, je crois qu’il est du devoir de l’opposition de faire un travail de fonds d’une part, auprès des citoyens afin qu’ils prennent conscience de la valeur des ces concitoyens militaires et leurs rôles non négligeable dans la construction de notre future Etat de droit. Et d’autre part, auprès des militaires en vue de leur apporter des garanties que leur institution ne fera pas l’objet d’un quelconque règlement de compte de la part de certains civils ou politiques malintentionnés , bien au contraire leur vouer toute la reconnaissance et le respect qu’il méritent.
    Cordialement,
    Sofiane




    0
  • AS
    24 février 2010 at 18 h 16 min - Reply

    Salaam,

    En gros voila de quoi ont peur les harkis de l’armee, du drs, de la gendarmerie, et la police coloniale en Algerie, il y a la maitiere a developper Djamel :

    Si mes infos sont bonnes cela aurait du arriver au bled mais le nain ne tient pas parole, donc advienne que pourra :

    Plus de quarante officiers turcs de haut rang ont été interrogés, mardi 23 février, par la justice sur leur implication présumée dans un complot visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur, au lendemain d’un coup de filet sans précédent dirigé contre l’establishment militaire. Dix-sept généraux à la retraite et quatre amiraux actuellement en service, l’élite de l’armée, figurent parmi les quarante-neuf militaires interpellés dans toute la Turquie et conduits à Istanbul.

    Cette offensive judiciaire d’une ampleur inédite contre l’armée, qui se considère le garant du régime laïque, a attisé les tensions entre partisans du gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) et l’opposition. L’ex-chef de l’armée de l’air, le général Ibrahim Firtina, et l’amiral Ozden Ornek, ex-commandant de la marine, figurent parmi les personnalités arrêtées.

    « Problablement un processus de revanche politique »

    Les gradés interpellés, dont au moins une dizaine étaient entendus par des procureurs mardi, sont accusés d’avoir cherché à fomenter le chaos en faisant sauter des mosquées pour déclencher une prise de contrôle militaire dans le cadre d’une opération baptisée Balyoz (« masse de forgeron »), dont le projet remonte à 2003, selon la presse. Ils sont également soupçonnés d’avoir voulu abattre un avion de chasse turc pour provoquer un conflit armé avec la Grèce et déstabiliser le gouvernement.

    L’instigateur supposé du plan, l’ex-général Cetin Dogan, a été arrêté. Il a nié toute implication, indiquant qu’il s’agissait d’un « jeu de stratégie » militaire conçu à l’époque où il portait l’uniforme. L’état-major, qui a rejeté les accusations et dénoncé une campagne de dénigrement, a néanmoins reconnu une existence à ce plan, évoquant lui aussi un « scénario » de « wargame » préparé en 2003.

    Les deux grands partis d’opposition, victimes de putschs militaires dans le passé, ont pointé du doigt le gouvernement. Le chef de l’opposition laïque, Deniz Baykal, s’est interrogé sur le moment choisi de la rafle menée contre d’ex-généraux « regardant la télévision en pyjama et pantoufles », au sujet d’allégations remontant à sept ans et qui ne se sont jamais concrétisées. « C’est visiblement un processus de revanche politique », a-t-il estimé. La plupart des cadres de l’AKP étaient membres d’un parti pro-islamiste interdit par la justice en 2008 après avoir été chassé du pouvoir par l’armée l’année précédente.

    Plusieurs complots présumés contre le gouvernement

    L’armée, qui a déposé quatre gouvernements depuis 1960, avait récemment déclaré par la voix de son chef, le général Basbug, que le temps des coups d’Etat était révolu. Plusieurs complots présumés contre le gouvernement ont été mis au jour, provoquant une succession de procédures judiciaires qui ont attisé les tensions entre les partisans du gouvernement, accusé d’avoir un plan caché d’islamisation du pays, et ses opposants.

    Près de deux cents personnes de tous bords (mafieux, avocats, journalistes, universitaires, militaires) sont jugées depuis 2008 dans le cadre de l’affaire Ergenekon. Aucune condamnation n’a encore été prononcée. La procédure, dans un premier temps saluée comme une avancée démocratique, a perdu de sa crédibilité quand les arrestations se sont étendues à des personnalités connues uniquement pour leur opposition à la politique du gouvernement, accusé de vouloir islamiser la Turquie.




    0
  • radjef said
    24 février 2010 at 19 h 04 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. Nous voulons le changement, mais on refuse de reflechir aux moyens de sa realisation. Cela me rend triste. Nous nous chamaillons à longueur de journée comme des petits enfants sur des sujets inutiles et on se voile les yeux sur les sujets qui soulevent des questions d’importance nationale, voire internationale dans la mesures ou ces questions concernent tous les voisins et pays arabes en premier lieu et mediterranens en second lieu. Il y a quelques jours un ami a attiré mon attention sur le traitement reservé par la presse algerienne et certains sites aux articles publiés par LQA et Algérie-politique…La reaction est instantanée comme l’atteste l’interview de C Mesbah accordée au journal El Watan. Que faire pour réaliser ce changement? telle est la question qui guide chacune de mes contributions. Mais je constate à mon grand regret que cette question n’est pas partagée par certains certains internautes qui frequentent regulierement ce site. Que pensent Anouar Hadam, Brahimi Younessi, Arezki Nait Amar, (mon ami)Adel, Yacine…de tout cela?




    0
  • jnsplu
    24 février 2010 at 20 h 58 min - Reply

    @ Radjef Said.

    Tu ne m’a pas cité mais je dois faire partie des points de suspension certainement :), alors je vais essayer de te remonter le moral, il nous arrive tous de douter de temps en temps dans la situation actuelle.

    LQA nous devient comme une drogue, ne serais ce qu’en ce qui me concerne, je ne puis penser rater une journée sans y jeter un oeil meme si je n’écris rien, mais il faut que je visite.

    Stratégiquement, l’année passée il n’y avait…rien ou presque. Aujourd’hui nous avons LQA dont les visiteurs sont en nette augmentation et qui commence déja à déranger certains cercles. C’est déja un acquis. A force de persévérance il y aura nécessairement d’autres acquis. Un proverbe de chez nous, que j’ai entendu à l’est du pays dit: »Eddenia leur a dit garantissez moi que les hommes se lèvent et je vous garantis que la chose se fera ».

    Ce qu’il faut maintenant c’est de consolider d’abord cette niche qu’est LQA comme disent les stratèges de l’économie et ensuite de l’élargir par une radio, une télévision…ce sujet a déja été discuté sur le site.

    Le but n’est pas de faire une révolution armée, le but est de faire une révolution des mentalités qui fasse tache d’huile. Au quotidien d’Algérie ce tour de force est déja réussi et rare sont encore ceux qui appostrophent encore les autres par la diatribe ou l’insulte et généralement ce sont des nouveaux venus qui s’inscrivent très vite dans la ligne.

    Bien sur quand on occupe une niche, dans la conception des stratèges en économie, il ne faut pas s’attendre à ce que les concurrents te fassent des cadeaux, ils vont tout faire pour la détruire et récupérer la « clientèle ». Ce n’est donc pas de tout repos, il ne faut pas s’assoupir, tendre tout le temps à l’élargissement mais etre vigilant et défendre l’acquis contre les attaques de tous bords.

    Dans notre cas, il y a des sites nombreux qui traitent du meme sujet. Un échange de liens permettrait de voir les memes visiteurs les fréquenter tous et ékargirait la niche globale du produit qui est spécifique et vise au changement des mentalités.

    J’espère ne pas t’avoir ennuyé.

    Amicalement.




    0
  • brahmi16
    24 février 2010 at 22 h 08 min - Reply

    @samraoui, avec tous le respect que je vous dois je suis plutot d’ accord avec younes.je vous trouve, vous et de nombreux autres intervenants, bien naif de croire que les militaires abandonneront le pouvoir et leur exhorbitants privileges comme cela d’ un coup de baguette magique.Au fond de vous ,vous pensez serieusement qu ‘ils vont ceder à un quelconque mouvement pacifique ou juste apres une hypothetique prise de conscience de leur part? Vous vous mettez le doigt dans l’ oeil.ces jeunes universitaires ne se sont embarrasses d ‘aucun scrupule pour se faire recruter au sein de cet appareil de repression, n ‘avaient ils pas d’ autres choix (chomage)et ont ils decides d’ integres l’ armée par opportunisme,la reponse coule de source: oui. ce choix a été fait uniquement pour des considerations matérielles et egoiste , pour profiter des avantages mirobolants qu’ on leur offrait .Leur choix n’ est dicté egalement par aucun etat d’ ame.S’ ils possedaient une quelconque once de valeur humaine ,ils se seraient abstenus de cautionner cette infernale machine à broyer le peuple et qui est la cause de tous les malheurs de l’algerie.Combattre la violence sans la violence est une gageure.Les privileges ne s’ arrachent que par la violence.Camus disait: sans violence les peuples opprimés ne se seraient jamais libérés.c’ est mon avis et si nous continuons à nous lamenter et à préconiser d ‘autres moyens utopiques ,alors nous ferons le jeu du pouvoir pour des siecles encore.




    0
  • jnsplu
    24 février 2010 at 22 h 44 min - Reply

    @brahim16.

    Citation: » Quelle différence cela fait-il pour les morts, les orphelins et les sans-abris, qu’une destruction absurde soit menée au nom du totalitarisme, ou au saint nom de la liberté ou de la démocratie?
    Ghandhi. »




    0
  • jnsplu
    24 février 2010 at 22 h 55 min - Reply

    « L’épée de la résistance passive n’a pas besoin de fourreau et nul ne peut en être dépossédé par la force.
    Gandhi »




    0
  • Allergie
    25 février 2010 at 0 h 31 min - Reply

    Les généraux se sont divisé le pays et l’ont infesté comme un cancer infeste un corps. Je suis pacifiste mais la triste vérité est qu’il ne sera jamais possible de s’en débarrasser pacifiquement.
    Pauvre peuple algérien !




    0
  • tacili
    25 février 2010 at 9 h 28 min - Reply

    @ brahmi16

    Est ce que vous pouvez développer votre vision du changement par la violence ?

    Je vous serai reconnaissant.

    Merci




    0
  • radjef said
    25 février 2010 at 9 h 31 min - Reply

    Bonjour tout le monde.@jnsplu, bonjour. Je ne doute pas, je suis triste…Je suis triste par le refus de ces gens qui se presentent comme des entités intellectuelles, mais qui refusent de participer sincerement et honnetement à l’effort du changement…Je sais que nous avons beaucoup de choses a apprendre de leurs experiences personnelles, mais ces gens là preferent plutot avoir une attitude narcissique en s’agitant sur des sujets steriles que de leguer leur savoir…Tout recemment, un opposant algerien en exil, un homme sincere et courageux a qui je disais que les choses vont bientot changer et que nos soeurs et freres poussés à l’exil par le pouvoir criminel vont retrouver la chaleur du pays, eut cette reponse: »La chance de voir ce changement se produire est nulle »…Certains parmi ces intellectuels, ont vecu toutes les experiences et ont été au coeur de la bataille pour la conquete du pouvoir apres 1962, mais ils refusent de voir plus loin que leur nez. Un opposant qui ne propose rien, est-il réellement un opposant? Un intellectuel qui refuse d’assumer pleinement son role dans la phase que nous vivons, est-il un intellectuel?… A quoi sert de pôster un commentaire sur un sujet exotique et esquiver tous les sujets qui rappelent au peuple sa veritable mission?




    0
  • tacili
    25 février 2010 at 9 h 50 min - Reply

    Bonjour,

    @M.Radjef

    Vous dites : « Que faire pour réaliser ce changement? telle est la question qui guide chacune de mes contributions. Mais je constate à mon grand regret que cette question n’est pas partagée par certains certains internautes qui frequentent regulierement ce site »

    A trois reprises des articles directement traitant du changement ont été publies récemment sur LQA et des dizaines de commentaires ont suivi. Maintenant si vous vous attendez a la bénédiction de certains c’est votre problème. Vous pouvez par ailleurs présenter ici votre vision du changement en termes clairs et précis pour les débattre si vous voulez bien de notre opinion et non seulement celle des « stars » qui vous boudent.

    Merci.




    0
  • Brahim Younessi
    25 février 2010 at 14 h 01 min - Reply

    Radjef, vous m’interpellez, je vous livre cette réponse trés brève.
    Comme pour l’opposition, trés peu de travaux sérieux, à l’exception de ceux qui datent déjà de William Zartman et de Abdelkader Yefsah que je salue au passage, ont été consacrés à l’Armée Nationale Populaire. Les officiers de haut rang qui ont quitté cette institution, comme le colonel Samraoui par exemple, n’ont peut-être pas jugé utile de lui consacrer une étude sérieuse pour des raisons qui les concernent. Nous aurions quand-même aimé profité de leur expertise. Dommage.
    C’est un lieu commun de dire que l’armée algérienne détient la force et le pouvoir politique. C’est elle qui a fondé toutes les assises du système politique. Abdelaker Yefsah l’explique trés bien dans son livre : « Le processus de légitimation du pouvoir militaire et la construction de l’Etat en Algérie » paru aux éditions anthropos en 1982.
    Généralement, l’armée est considérée comme un attribut de la souveraineté nationale de la même manière que la monnaie par exemple.
    Mais la question que je me pose, quant à moi, c’est de savoir à quoi servent les armées arabes et africaines ? A faire des coups d’Etat, à massacrer leurs peuples, à faire la guerre aux voisins et servir ainsi d’instruments à des intérêts extranationaux, à fuir devant un ennemi plus puissant…? La technologie militaire dont nous ne disposons pas parce que nous ne la maîtrisons pas pour la fabriquer, ne nous permet pas d’exister sur la scène international en tant que champ de bataille en temps de guerre et en tant que terrain diplomatique en temps de paix.
    Ce n’est peut-être pas réaliste de ma part, mais mon patriotisme me le recommande, ces armées qui sont budgétivores et source de corruption et de prévarication doivent disparaître devant un impératif de paix à construire, un développement social et économique à réaliser, de démocratie et de respect des droits des gens à instaurer dans ces espaces arabes et africains livrés à des dictatures militaires. Les « armées républicaines » dans nos pays livrés tous à des dictatures militaires ou fondés sur la puissance militaire, je n’y crois pas du tout. Travaillons évidemment pour l’instauration de la démocratie dans notre pays, mais travaillons surtout pour assurer l’avenir des générations qui viennent dans un monde globalisé, à la construction d’un espace maghrébin et africain démocratique et apaisé. La seule démocratie algérienne, à supposer qu’elle puisse s’imposer, au milieu d’un océan de dictatures ne vivrait pas longtemps.
    BY




    0
  • brahmi16
    25 février 2010 at 14 h 17 min - Reply

    @jnsplu,salut.la difference(fondamentale) est que ghandi est un hindou et que ceux qui opprimaient son peuple sont des britaniques. c’est bien beau ,le pacifisme ,la non violence, l’ utopie, mais c ‘est sterile ça ne fait pas avancer la cause,on stagne,on vieillit,pendant que le pays s’ enfonce dans les abimes .Que faire ? Attendre le messie? si ghandi etait algerien, n’ aurait il pas changé de philosophie devant ces aliens predateurs? N’aurait il pas été bouffé comme l’ ont été Boudiaf,krim belkacem,mecili,et bien d’ autres.Les anglais ont une culture des valeurs, contrairement à ce pouvoir qui n’ a pas hesite à commettre d’ odieux massacres de masse uniquement par pedagogie,selon leur terminologie.Rien que pour garder le pouvoir et preservez leur privileges.L’ oeuvre de ghandi est sujet à controverse quand on sait que des massacres à grande echelle se sont deroules pendant son action entre hindouiste et musulmans.Que serions nous devenus aujourd hui ,si les algeriens n’ avaient pas pris les armes pour conquerir leur independance? Que serait devenu le monde si les nations libres n’ avait pas declaré la guerre à Hitler et à l’ Allemagne nazie? Les algeriens democrates ont echoues dans leur combat pacifique de changer la dictature,tous les partis ont été noyautes, infiltrés ,instrumentalisés, deviés,corrompus .Il faut reconnaitre cet echec cinglant et revoir de fond en comble la strategie et opter pour un moyen intelligent et radical de combattre ce regime honni .Cela à trop duré en discussion sterile,depuis 1962.salut.




    0
  • brahmi16
    25 février 2010 at 14 h 28 min - Reply

    @Pourquoi aucun militaire, encore en activité ne participe t il pas à ces discussions sur ce forum ? Si comme le pretendent certains nos soldats sont impregnes de valeurs humaines et nobles ,qu’ attendent ils pour s’ exprimer ? internet n ‘est il pas un excellent moyen de dire ses opinions et ses convictions? ou alors ais je raison de dire que le mal s’ est enraciné partout en profondeur.




    0
  • radjef said
    25 février 2010 at 15 h 43 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.@tacili, bonsoir. Je m’excuse mais vous êtes passé à coté du sujet…Je n’attends pas la benediction des « stars », mais j’attends des propositions concretes pour aller vers ce changement…Est ce que c’est au bout de trois contributions fournies sur un site qu’on peut changer l’ordre des choses dans notre pays? Je disais hier à notre ami Sidhoum que la lutte pour la liberté et la democratie est une action permanente qui necessite l’engagement de toutes et de tous…Nous savons tous aujourd’hui que l’armée detient la totalité du pouvoir. Cette armée ne recule devant rien pour garder ce pouvoir qu’elle detient et refuse de partager depuis le 1er novembre 1954 à ce jour. En face d’elle, il y a une oppsition qui peine a relever la tête, à s’organiser autour d’un même et seul mot d’ordre pour renverser la situation…Hormis le contrat de Rome, rien n’a été proposé au peuple algérien en termes de perspectives de changement…Les seules propositions emises par certains qui se voient déja dans le burnous de patriaches, consistent a reconcilier Ait Ahmed avec Saadi, comme si les autres parties ne sont pas concernées par les problemes de l’Algérie…Le pouvoir ne cesse de devenir chaque jour plus fort et l’opposition s’affaiblit de plus en plus.Que faire? Quel est l’avis de nos amis internautes a ce sujet?




    0
  • SAID
    25 février 2010 at 22 h 45 min - Reply

    A mon avis, si nous voulons accelerer un peu l’écheance du changement, il faut constituer une « caravane de réconciliation » pour aller taper à la porte des partis politiques de l’opposition. Cette « caravane » jouera le role de catalyseur et essayera de rapprocher les points de vue pour avancer vers plus de démocratie.
    L’objectif est d’essayer de federer les forces de l’opposition qui se voudrait « démocratique », en incluant les partis non agréés.
    Je pense qu




    0
  • SAID
    25 février 2010 at 22 h 56 min - Reply

    …. qu’ainsi nous pouvons arriver à un « smig » et à une demarche consensuelle de changement sur lesquels chaque parti devrait s’engager. Il ne faut rejeter aucune idée.
    salam alikoum




    0
  • Abdelkader DEHBI
    26 février 2010 at 23 h 58 min - Reply

    «  »Responsables de véritables crimes contre l’humanité restés impunis – plus de 200.OOO morts et plus de 20.000 « disparus » – lors de la guerre civile d’Algérie des années 90, les généraux putschistes encore au pouvoir à Alger, qui ont bafoué la volonté populaire des algériens en Janvier 1992, en se substituant au pouvoir civil et en annulant les Elections législatives ayant donné une très large victoire au Front Islamique du Salut,(FIS) ces généraux-là, devraient méditer ce qui se passe en Turquie. » »
    Ceci est le Commentaire que je viens de poster sur le site du jourtnal « Le Monde » et qui vient d’être publié dans l’édition d’aujourd’hui vendredi 26 Février 2010, selon le lien suivant :
    http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2010/02/26/turquie-nouvelle-arrestation-de-dix-huit-militaires_1311886_3214.html




    0
  • jnsplu
    27 février 2010 at 12 h 19 min - Reply

    @Abdelkader Dehbi.

    Bonjour.

    Faire de la pub au « Monde » c’est peut etre bien :), mais sans abonnement votre commentaire ne peut etre lu 🙁 . Or un abonnement c’est en euro (!!!)….

    Auriez vous l’obligeance de copier coller ici meme l’entier commentaire si c’est possible ? Merci d’avance.

    Fraternellement.




    0
  • zapata
    27 février 2010 at 13 h 05 min - Reply

    le changemment de l ‘algèrie il est clair et nèt appliquation de la charte de la summam primaute du politique sur le militaire et de l intèrieur sur l èxtèrieur….casser l èsprit tribal feodal et le culte de la personnalite ..une assemblè constituantes..les militaires aux casernes ( souverainte d etat espionnage et contre espionnages)…creer une constitution qui arrange les algèriens sans excèption (tout parti confondu)..les richèsses de l ‘algèrie c’est le bien du peuple l algèrie ce n ‘est pas un patrimoine de personnes… l èconomie administrè favorise le clientelisme et la corruption. les algèriens ne sont pas dupe donner leur la chance d ‘avancer .les algèriens de l ètranger ont le droit absoulu d investir chez eux et de participer a la rennaissance de leur pays ils ont le droit d impser des garantis..etc…les etudes soiologiques et ethniques sur l ‘algèrie doivent ètre prisse on grande considèration elle sont très importante car l ètude des mècanismmes èconomique reviennet surtout à la façon dont les gens agissent…etc…je suis partisant de la politique de ferhat abasse et abane ramdane…la voix du nord constantinois




    0
  • radjef said
    27 février 2010 at 19 h 00 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.@A Dehbi, bonsoir, un grand bonsoir du Djurdjura. Tout pres de nous, l’assassinat de Ali Tounsi.Bouteflika et Mediene vont-ils mediter la leçon Tounsi? La mort du numero un de la police algérienne, vient nous rappeler que l’excés est mauvais et peut mener à tout instant à l’irréparable. Non pas d’un seul homme, mais de tout un pays en tant qu’Etat et Nation. Ali Tounsi a refusé de partir et de remettre le gouvernail a plus jeune et plus competent que lui. A plus de 70 ans, tout pres de la demence et de la senilité et trainant derriere lui un bilan rempli de crimes contre l’humanité, pensait que l’intrigue, l’imposture, la ruse, le complot et la conspiration allaient lui assurer le regne à vie. Seulement voila, en refusant d’entendre la voix de la raison et du talent,le resultat de cette obstination s’est soldé par un autre scandale qui va encore ternir davantage l’image de marque de l’Algerie et conforté les soupçons des autres nations à notre egard.
    Ses funerailles sont terminées. A part l’image d’un pouvoir gangster qu’a fait naitre en nous ce crime, il n’en est sorti aucune explication, ni de la part des autorités, ni de la part de la presse dite independante. C’est en vain que les millions de lecteurs , d’auditeurs et de telespectateurs ont attendu des explications de la part de N Y Zerhouni. C’est egalement en vain que les autres pays ont attendu des explications de l’Etat algérien…Pourtant la façon dont a été assassiné Tounsi par l’un de ses proches collaborateurs retraité de l’ANP, a devoilé au monde le caractere mercenaire et delinquant du pouvoir algérien. Est ce que le ton pleurnichard employé par la presse pour deplorer la disparition d’un »grand moudjahid patriote » qui n’a jamais existé, va retablir la con fiance entre le peuple et ses dirigeants? Est ce que les larmes de crocodile versées par les hautes instances de l’Etat, vont ramener les jeunes officiers de la police à une conduite citoyenne au service des lois de la republique? Qui va nous assurer demain que le général Mediene,apres une altercation avec Said Bouteflika, ne sortirait pas son arme pour l’assassiner et s’emparer de la totalité du pouvoir?…Le monde entier sait de quoi est fait le pouvoir algérien, mais pour des interêts qu’ils peuvent avoir sans le moindre effort ou contrepartie, tout le monde fait semblant de ne rien voir.




    0
  • Belaid Ait Mohand
    27 février 2010 at 19 h 58 min - Reply

    M.Dehbi , je salue votre courage .Il faut écrire dans toute la presse du monde et si posssible avec toutes les langues .Ce que vous avez fait pour notre frère Da Salah , nous le ferons pour toute personne menacées ou intimidées .
    Encore merci Da Abdelkader .




    0
  • boreal
    27 février 2010 at 20 h 02 min - Reply

    Nous vivons dans un pays malade. Une société malade. Un peuple qui ne cesse d’endurer toutes sortes de maux. Les symptômes, nous les connaissons : états de délabrement psychologiques, névrose, toxicomanie, suicide, prostitution…, la liste est longue.Un peuple qui souffre. La souffrance est devenue son état « normal ». Il ne réagit plus que par des soubresauts, il ne tient que grâce à sa capacité à refouler les problèmes au quotidien. Refouler est devenu comme un acte suprême de survie et en même temps une gymnastique quotidienne. Un peuple qui est devenu l’ombre de lui-même, qui est entré depuis longtemps en léthargie profonde.
    Sommes-nous les descendants de ce peuple héroïque et glorieux qui s’est maintes fois soulevé face aux tyrannies, sommes-nous ses dignes et légitimes héritiers ?
    Que sommes-nous devenus ? Que sont devenus les principes qui ont longtemps animé naguère nos pères et nos ainés dans leur lutte sans merci contre l’occupant : liberté, égalité et justice.
    Notre réalité est triste, affligeante. Notre horizon est obstrué. Tout le monde est coupable de nos déboires et de nos malheurs. Nous sommes persuadés que des forces occultes complotent contre nous. Paranoïaques, nous sommes devenus. Dans nos rêves, tout se confond : désir de vengeance, ressentiment, fureur mais aussi réussite, enrichissement, accumulation de matériel. Notre propension à réagir n’a d’égale que notre profonde apathie. Ruminer nos frustrations et ressasser le passé (un passé mystifié) est devenue une de nos occupations régulières.
    Nous sommes atteints d’un mal profond. Celui de ne plus croire en rien. Pas même en Dieu ! (pardon à ceux que mes propos pourraient choquer). Oui, nous feignons de croire. Nous feignons d’aimer Dieu, notre prochain et d’avoir peur du jugement dernier. En réalité, nous n’avons cure de ce qui nous attend dans l’au-delà. Si les mosquées n’ont jamais été aussi pleines, est-ce pour autant un signe de la résurgence du religieux ? Je ne le crois pas ! Car jamais la société n’a connu d’actes et de comportements aussi délétères allant à l’encontre des principes et conduites édictés par l’Islam.
    Nous vivons dans « un grand nulle part ». Déshumanisés, perdus, découragés, paralysés par la peur, une peur qui nous taraude. Nous demeurons incapables d’activer notre imagination. Nous avons beau crier et hurler notre colère et notre indignation, il ne se passe rien. Nous donnons l’impression d’être en attente d’un hypothétique « messie », un homme inspiré, providentiel.
    Abattus et résignés devant l’immensité de la tache. Les plus téméraires d’entre-nous n’ont de cesse de dénoncer la monumentale escroquerie, ce holdup permanent dont nous sommes la victime depuis l’indépendance. Leurs cris, leurs exhortations ne trouvent guère d’écho.
    Il y a pourtant urgence. Plus que jamais. Le mal qui ronge la société menace d’être irréversible. Mais d’où pourrait venir cette réaction, ce sursaut impérieux et obsédant à la fois. Les partis politiques ? Impossible pour le moment. Certains se sont discrédités par des compromissions avec le régime, quant aux autres, ils sont embourbés dans des luttes de pouvoir et d’influence. La société civile ? Existe-t-elle vraiment ? Alors qui ? L’Armée ?
    SI L’ARMEE ETAIT REELLEMENT UN VECTEUR DE CHANGEMENT, DE STABILITE ET DE PLURALITE, ON L’AURAIT SU, NOUS QUI SOUFFRONS DEPUIS 1965 DE CE POUVOIR TOTALITAIRE ET IMMORAL.
    Alors cessons de croire à la providence !
    Notre salut est entre nos mains. (Commençons d’abord par agir sur nos habitudes et notre façon de penser et d’agir avec pour seule éthique le respect de la personne humaine, celui du bien collectif et l’amour du pays. Agissons à notre niveau familial, professionnelle, dans le quartier… Il faut que dans chacun de nos actes, les plus jeunes puissent puiser des exemples et s’en inspirer…) La tache sera rude, immense et longue. Il y aura des moments de lassitude, de découragement, d’énervement mais il faut tenir bon. Il faut être patient. L’essentiel est de jeter les bases d’une société respectueuse et juste. Le reste se fera progressivement.
    Le salut s’il en existe un, est en nous, nous devons en trouver la formule. Celle qui nous libérera de nous-mêmes, de nos antagonismes et de nos angoisses, celle qui nous redonnera le sens véritable de la vie et la mesure des choses, celle qui nous permettra d’envisager l’avenir avec courage et surtout beaucoup de lucidité.
    @ Brahmi16 Je ne crois pas à une solution militaire au sens où l’armée pourrait après avoir organisé un putch instaurer un système démocratique. La démocratie n’est pas une culture militaire. Par ailleurs, l’armée algérienne a été totalement « purifiée » des éléments qui présentaient « des risques », des officiers ayant à la fois un très niveau de patriotisme et capable de défier leur hiérarchie en bravant les risques. Des éléments dont l’éthique est encore intacte.
    Amicalement




    0
  • jnsplu
    27 février 2010 at 21 h 55 min - Reply

    Questions aux internautes de LQA.

    Je vais revenir a ma question préférée en la formulant autrement, peut etre que cette fois ci j’aurais une réponse de quelqu’un.

    Peut on aider les autres en étant mécontent de soi meme, en ressentant au plus profond que notre vie a été un sacrifice inutile ? Ne faut il pas positiver d’abord, définir un but à sa vie qui vaille la peine à nos yeux et s’y atteler ?

    Une autre question: Peut on réfléchir et agir sans savoir ce qu’on cherche ni ce vers quoi on tend ? Peut on sans but prédéfini voir nos actions courronnées de succès ?

    l’adage dit qu’un problème bien posé est déja le début de la solution. Quel est le problème que nous nous posons sur ce site ? Est il suffisamment circonscrit ? Suffisament clair pour nous tous ? Car chacun possède dans sa tete sa propre boussole et sa propre carte qui ne sont pas nécessairement comparables à celles des autres, chacun ayant une expérience propre et des habitudes de pensée et d’action propres. Sur ce dernier point les divergences de vues que l’on constate chaque jour sont éloquentes. Nous voyons donc le problème différemment. N’est il pas temps d’unifier notre vision du problème et nos approches quant à sa solution ?

    Quel est le chemin sur lequel nous nous inscrivons pour arriver à sortir du labyrinthe ou nous sommes? Ce qui compte ce n’est pas labyrinthe dont on n’arrete pas de parler tous les jours jusqu’a épuisement, mais ce qui compte c’est le chemin pour en sortir. Quel est il ? Quelles sont ses étapes ?




    0
  • jnsplu
    27 février 2010 at 21 h 58 min - Reply

    @ brahim16
    Tu n’a pas répondu à ma première question.




    0
  • SAID
    27 février 2010 at 23 h 36 min - Reply

    à jnsplu,
    mais mon cher ami, nous savons comment sortir du labyrinthe – des tenebres dans lesquels nous ont plongé ceux qui ont confisqué la volonté du peuple : LA TAATINE LIMAKHLOUK FI MAASIYAT AL KHALEK. c’est clair net et précis : Nous voulons une republique theocratique basée sur le coran et mise en application par le fis, vainqueur des elections de 92 ! mais pour le moment , helas, nous n’avons pas encore les moyens, nous attendons que le peuple se soulève. En attendant, nous continuons à denoncer ce pouvoir antidemocratique.




    0
  • jnsplu
    28 février 2010 at 10 h 59 min - Reply

    @ Said.

    Pourquoi ? comment ? avec quoi ? quand ?

    Elève un peu le niveau mon frère, Dieu, puisque tu as recours à ce genre d’argumentation, nous a dotés de l’attribut de la pensée pour en faire bon usage (« Oua3tabirou ya ouli al albab » Coran (réfléchissez O gens dotés de conscience)) .

    Lorsqu’on aborde une question, on doit l’aborder sans préjugés, sans a prioris et en essayant de faire du mieux qu’on peut, sans personnaliser aussi, donc en étant objectif au maximum et dans un esprit fédérateur.

    Pour ma part je prèfère dire comme Newton, lorsqu’il répondit au Roi qui lui reprochait que dans sa théorie il n’y avait pas trace de Dieu : »je n’ai pas eu besoin de cette hypothèse Sire ».

    Je pourrais à chaque post changer de pseudo et dérouter ceux qui me lisent, mais je préfère n’en garder qu’un seul par respect pour ceux qui me lisent et pour qu’ils sachent qu’ils ont affaire à une meme personne dont les idées peuvent évoluer en fonction de sa compréhension des problèmes qui se posent à elle et de l’évolution de ses capacités intellectuelles qui ne sont pas finies, sont susceptibles d’évolution mais qui possèdent une ligne directrice, on apprend tous les jours, n’est ce pas ? Et chaque jour, nous comprenons qu’hier nous en savions moins et que demain nous n’en saurons pas davantage, jusqu’a ce qu’on comprenne enfin que nul ne peut savoir et que le savoir est une chose très relative. Pour ma part j’ai une certitude : jnsplu.

    Certes nous avons sur le site un courant théocratique, bien que je n’ai pas de certitude sur cela, mais plutot j’ai idée que c’est une éventualité à ne pas écarter, mais nous avons surtout des musulmans qui disent que les lois de leur pays doivent s’inspirer de leur quotidien et donc de la religion dans laquelle ce quotidien baigne, j’en fais certes partie, mais je me dis que c’est à la majorité de décider de ce qui est ou doit etre.

    Et il existe une multitude de courants, des laics, des laicistes, la différence est que ces derniers sont aussi extrémistes que les « théocratiques » que d’autres appellent islamistes, il y a aussi des plus ou moins démocrates…il y a peut etre meme des royalistes, c’est en filigrane, un des aspects de ma question dans le post auquel tu as cru répondre, peut etre que tu n’a pas bien compris le sens de mes propos, c’est que tout ce monde devrait rechercher… le fil conducteur qui lui permette de trouver un terrain d’entente avec les autres en vue d’une action commune et non pas à l’inverse agir, car la parole est une action, pour dévaloriser les idées des autres afin que les notres semblent les meilleures.

    N’est il pas possible d’arreter de se quereller sur des questions de forme, de se quereller à propos du passé, de se quereller pour savoir qui a tort ou raison, qui a la meilleure doctrine, qui vole qui, qui usurpe quoi, pour se concentrer sur les voies et moyens de nous sortir de cette situation, de positiver en d’autres termes ? De décider d’un minimum de revendications et de moyens et de définir une action ou des actions communes en les étalant à travers un calendrier plus ou moins proche, pour sortir notre pays de l’impasse ou il s’engouffre ?

    Que voulons nous en définitive ? Rester à discutailler tous les jours sur ce forum et sur d’autres, alors que la situation empire, que les gens perdent de plus en plus confiance en eux memes et ce faisant en les autres ?

    Pour vivre heureux, il est un minimum d’avoir un projet de vie pour soi et ses enfants.

    Qui peut se targuer à l’heure actuelle d’avoir ce projet de vie clair et qu’il projette dans l’avenir, dans une Algérie sécurisée et sereine ?

    Comment dans ces conditions lui demander de rester fidèle aux règles de la morale, de la religion, du droit etc…si le contexte dans lequel doivent évoluer ces règles est tronqué ?

    Comment lui demander d’aimer les autres et de ne pas etre agressif quand il se sent agresse dans son aire privée qu’il ne peut meme pas gérer dans un contexte social hostile ?

    Mais chacun est conscient de cette situation car elle le touche dans le fondement de sa vie de tous les jours et les attitudes individuelles sont devenues à ce point égoistes à cause de cela, que la société n’existe pratiquement plus et qu nous n’avons plus que des groupes d’individus.

    Normal dans ce cas donc que des clans se forment, que le régionalisme et le tribalisme, l’ethnisme, reprennent droit de cité, les gens ont besoin de se regrouper dans un besoin de sécurité. Mais là c’est la fin e l’Etat qui commence, il faut agir et vite, trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard.

    Normal aussi qu’on prenne conscience, enfin, que cette façon d’agir est contre productive et qu’il faut changer les choses en urgence. Ce que je viens de décrire c’est le pourquoi, dans lequel s’enlisent nos discussions et qui a la longue deviennent …je ne trouve pas d’adjectif, je ne veux pas en mettre plutot.

    Ce qu’il nous faut déterminer avec précision c’est le : Comment ? Avec quoi ? Quand ? Le constat, lui est déja fait par chacun depuis longtemps.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    28 février 2010 at 21 h 21 min - Reply

    @ — jnsplu : Loin de moi l’idée de faire de la pub au « Monde », il n’a pas besoin de moi, ni des tiers-mondistes, depuis qu’il s’est largement aligné sur le « politiquement correct », en particulier en évitant la critique de l’Etat sioniste d’Israël. Si je me suis abonné au Monde, c’est juste pour faire publier nos messages à nous. — Pour le reste, le commentaire a été intégralement copié-collé, puisqu’on n’a pas droit à plus de 500 signes. Amicalement…néanmoins.




    0
  • BRAHIM
    28 février 2010 at 21 h 55 min - Reply

    Pour l’internaute @SAID, il y n’y a qu’une seule solution pour l’Algérie: a3hliha namoute, a3hliha nahhya ! Soubhane ellah El3hathim ! Kifache ne friouiha yal khaoua !




    0
  • boreal
    1 mars 2010 at 0 h 33 min - Reply

    @ Said
    Je ne crois pas à un projet islamiste pour l’Algérie.
    Un projet islamiste susceptible de sortir le pays des graves contradictions dans lesquelles il est empêtré depuis l’indépendance. Je crois encore moins dans ses ressources permettant d’engager le pays dans une démarche de modernité.
    Les islamistes ont-ils un projet de société bien défini ? C’est-à-dire un plan qui détermine clairement la direction que doit prendre la société dans son ensemble. Pas l’énoncé de grands principes susceptibles de toutes sortes d’interprétations… Un projet compatible avec une société moderne tournée vers l’avenir. Pas un projet avec des références constantes à des idées ou des événements qui ont eu lieu il y a des centaines d’années. Même si ces références peuvent avoir une vertu mobilisatrice, elles ne pourraient suffire à gérer les affaires d’une société qui vit dans un monde en pleine mutation. Tout projet de société devrait inclure la démarche qu’il propose pour faire face aux dynamiques planétaires qui n’épargnent pas les retardataires encore moins les utopistes perdus dans leurs rêves passéistes, et comprendre les différences fondamentales qui séparent les sociétés anciennes qui leur servent de références des sociétés modernes, caractérisées par leur excessive complexité.

    Amicalement




    0
  • jnsplu
    1 mars 2010 at 8 h 51 min - Reply

    @Abdelkader Dehbi.

    Ouallah ! Je voulais m’amuser avec vous. Loin de moi l’idée de vous préter de la mauvaise foi.

    Je vous demande pardon si vous avez mal interprété.

    Mohamed.




    0
  • brahmi16
    1 mars 2010 at 13 h 17 min - Reply

    @:jnsplu et boreal.Pourquoi les militaires se sont opposes farouchement et brutalement( repression sanglante, deportation, enlevements ,licenciements, executions, etc),à l’ avenement des islamistes au pouvoir?En repondant à cette question fondamentale vous aurez la solution.Ne me racontez surtout pas la fable de la republique qui était en danger et qu il fallait la sauver, parce que la republique n’a jamais existé en Algerie.Comment croire que des militaires qui devraient proteger la constitution remettent en cause, par la force ,le choix du peuple?




    0
  • boreal
    1 mars 2010 at 21 h 20 min - Reply

    @brahmi16
    Je ne sais pas pourquoi vous m’interpelez sur la question de l’interruption du processus électoral par les militaires. Je n’ai jamais approuvé ce qui s’est passé. Cet aventurisme des militaires a plongé le pays dans le chaos. On connait malheureusement les conséquences de l’irresponsabilité de ces militaires. Aujourd’hui, je doute que les Algériens s’en sont véritablement remis.
    Vous m’interpelez sans doute parce que j’ai donné mon point de vue en réponse à un internaute sur la question d’un projet islamiste. Nous sommes sur un espace d’échanges, nous débattons sur des sujets qui nous concernent tous en tant que citoyens algériens. C’est ça le respect de la pluralité.

    Amicalement




    0
  • Adel
    1 mars 2010 at 23 h 17 min - Reply

    @radjef said

    Bonjour,

    « Les seules propositions émises par certains qui se voient déjà dans le burnous de patriarches, consistent à réconcilier Ait Ahmed avec Saadi »

    Si je ne me trompe, M. Ait-Ahmed est né en 1926. Il a donc 84 ans. Il a commencé à militer au PPA quand il était lycéen. Laissons-le donc prendre une retraite bien méritée – cela vaut aussi pour tous ceux de sa génération.

    Je crois que nous devrions nous intéresser plus, aujourd’hui, à ce que fait Saïd Saadi – même en tant qu’adversaire – et lire les mémoires de Da L’Hocine afin de nous instruire.

    A 56 ans, je me considère comme hors du coup et ma seule ambition est de donner de l’espoir aux jeunes et de les éclairer, dans la mesure du possible, en me basant sur mes maigres connaissances, mon expérience et mon vécu.

    Amitiés




    0
  • Ammisaid
    2 mars 2010 at 8 h 20 min - Reply

    Assalam, azul, bonjour
    Cher frère Adel,
    La justice n’a pas d’âge. Elle est juste ou injuste. Réunir les Algériens et les Algériennes est une nécessité absolue.
    La seule condition qui doit être imposée à toutes et à tous: c’est la sincérité des uns et des autres pour construire un état de droit respectueux de ses lois, de ses citoyens et respectés par ses citoyens. Tout le monde ici(beaucoup moins ici) et ailleurs luttent pour cet état et s’y opposent.
    Ceux qui défendent les intérêts particuliers, les clans, le pouvoir et le système s’y opposent et ceux qui pensent à l’intérêt général luttent pour son avènement.
    Ces derniers sont sans relâches persécutés (dans son sens global c’est à dire jusqu’à l’élimination physique) par les premiers qui pour l’instant sont plus unis, plus déterminés et plus puissants du fait qu’ils détiennent toutes les richesses du pays et dirigent d’une main de fer l’appareil répressive (qui, normalement, doit être au service de l’état de droit comme dans beaucoup du pays du monde).
    Réunir est une tâche difficile car en plus des maux de toutes les couleurs, de toutes les genres et de toutes les formes qui nous harcèlent au quotidien, notre fraternité est entamée, érodée et dans certains cas et lieux enterrée.
    Qui dit fraternité dit aussi solidarité, soutien mutuel, confiance, protection des uns par les autres, patience dans la lutte, progression pas à pas dans le combat, sentiment que l’autre est là et sera là dans les situations (même les plus difficiles), humilité, désir de partager avec l’autre son savoir et de l’amener à grandir, à s’instruire, à mûrir…
    J’ai, toujours, refusé l’idée que certains emettent ici ou là sur le fait que les Algériens et les Algériennes n’avaient et n’ont essayé de s’opposer au système. Si des frères (très nombreux)connus ou inconnus s’étaient opposés, mais, ils avaient, souvent, fait en ordre dispersé. D’où à mon avis tous les échecs et parfois les défaites sanglantes qu’ils avaient subi. Leur bloc se fissure et le notre se construit. InchAllah la tendance va s’inverser et le système va exploser pour bien de toutes et de tous. Je dirai même pour leur bien, car, ils n’ont aucune chance d’échapper à la mort.
    Fraternellement




    0
  • radjef said
    2 mars 2010 at 9 h 50 min - Reply

    Bonjour tout le monde.@Adel, bonjour.A 56 ans, on a plus besoin de vous que de quelqu’un d’autre…Certains par leurs comportements dominés par le vice, la complaisance, le mensonge et le besoin de toujours comploter, donnent l’impression d’être des arbres pourris…La moindre brise risque de les deraciner et de les emporter loin dans…la fange de l’histoire. Certains pensent que notre sagesse est synonyme de credulité, de faiblesse…Ces chaouchs qui sortent de nulle part et qui font feu de tout bois, doivent comprendre une bonne fois pour toutes qu’on n’est ni naifs, credules. La sagesse nous recommande d’agir prudemment. Autre chose, la Kabylie n’est pas l’Algerie.




    0
  • hakim
    3 mars 2010 at 1 h 14 min - Reply

    L’armee algerienne s’ingere dans la politique parceque le FLN et les presidents algeriens sont corrompus, mafieux, traitres.
    L’armee et surtout les colonels integres qui restent veulent sauver l’Algerie, mais le peuple a demissionne du jeu electoral et democratique et surtout de la surveillance et du controle des urnes. Le peuple n’a point de courage et la mafia grandit.




    0
  • momo
    3 mars 2010 at 15 h 13 min - Reply

    bonjour
    blade mikky j’ai été condamné pour un truc que j’ai pas commis, l’injustice…?




    0
  • Horr
    5 mars 2010 at 22 h 12 min - Reply

    1- Je pense que si les islamistes avaient accédé au pouvoir, la situation ne serait pas mieux qu’elle ne l’est actuellement. Ils sont contre la démocratie, rappelez vous les slogans des années FIS;

    2- Si Ait Ahmed était au pouvoir la situation ne serait pas mieux que ce qu’elle est aujourd’hui. Primo il est aussi vieux que Boutef, donc dépassé. Secondo, il n’a pas voulu quitter la tête du FFS qu’est ce que ça aurait été s’il était à El Mouradia? Cette dernière interrogation (observation) est aussi valable pour le pseudo démocrate Said Saadi.

    3- S’agissant de l’armée, je pense que c’est la partie visible de l’iceberg. Combien même il existe en son sein des corrompus, les grands magouilleurs sont aussi ceux qu’on appelle les redresseurs (Tou, Saidani, Hadjar, Barkat, Si Affif, Belkhadem …..) et leurs fameux réseaux de soutien.

    4- En Algérie deux catégories se portent bien.

    La première est composée des dirigeants et leurs réseaux et de leurs accessoires (les opposants locaux et ceux établis à l’étranger et percevant leur pension de moudjahid ou autre rémunération,);

    La deuxième est composée des voyous de la république qui occupent la voie publique (commerce illicite, constructions illicite, crime de tout genre sans être inquiétés par la justice, car faisant partie des comités de soutien à Boutef);

    Quant aux autres les citoyens moyens, les cadres, les étudiants et leurs enseignants, les journalistes (honnêtes), ils sont là, ne pouvant rien faire jusqu’à ce qu’un infarctus les emporte. Et ainsi va l’Algérie république couscoussière qui jadis sous le régime à parti unique avait pour slogan « ferme ta gueule » et de nos jours avec le multipartisme elle a pour slogan « cause toujours ».




    0
  • larbi
    23 octobre 2010 at 23 h 12 min - Reply

    Oui on peut toujours épérer et rêver mais n’oubliez pas qu’une vie n’est que quelques minutes et il y a toujours aux GRANDS de l’algérie une fin biologique. Notre pouvoir est devenu très très très vieux et si ce moment là qu’on parle de malaise chez nous, alors des changements seront sûr demain automatiquement et sans intervention de qui se soit.




    0
  • chalabi farid
    7 juin 2012 at 1 h 22 min - Reply

    bonjour,j’aimerai posé une question sur la retraite dans l’armée algérienne, a quel age peut on pouvoir touché la retraite pour avoir passé 08 ans dans l’armée, de 1985 a 1993?? en sachant ke je suis née en 1967????merci de me répondre




    0
  • Congrès du Changement Démocratique