Édition du
22 July 2017

وصفت مفاوضاتها مع محامي المضربة بالفاشلة ''بريتش غاز'': المحكمة وحدها كفيلة بحل قضية مريم مهدي

أكدت الشركة البريطانية بالجزائر  »بريتش غاز » أن قضية مريم مهدي المضربة عن الطعام منذ 80 يوما، ستفصل فيها المحكمة التي نظرت في أولى جلساتها في 18 فيفري الماضي. موضحة أن المفاوضات التي جمعتها خلال الأيام الماضية مع محامي المضربة قد فشلت بسبب المبالغ الخيالية التي طلبها هذا الأخير كتعويض. وتأسفت الشركة من خلال بيان تسلمت  »الخبر » نسخة منه على الحالة الصحية المتدهورة التي آلت إليها مريم. وذكرت أنها اقترحت التكفّل بمصاريف علاج المعنية التي قرّرت بمفردها اللجوء إلى هذا الأسلوب لحل المشكلة. مستغربة في ذات الوقت أن تقدم بالموازاة مع هذا القرار على رفع دعوى قضائية ضد الشركة تتهمها بالتعسّف.
وعن المفاوضات التي جمعتها بمحامي مريم مهدي خلال الأيام القليلة الماضية، أكدت الشركة في ذات البيان أن سلسلة اللقاءات المشتركة باءت بالفشل، بسبب المطالب الخيالية التي رفعها محامي مريم وأعلن تمسكه بها وهي دفع تعويض مالي ضخم للمعنية. وهو ما يعادل مرتّبها لمدة6 سنوات. الأمر الذي اعتبرته الشركة طلبا مستحيلا. مؤكدة أن المحكمة ستأخذ مجراها، وهي الوحيدة الكفيلة بتسوية هذا الملف. وفي هذا الصدد أوضحت أن محكمة حاسي مسعود التي تنظر في القضية قد بدأت أولى جلساتها في 18 فيفري الماضي للبت فيها، وختمت الشركة بيانها بأنها تبقى وفية للإطارات الجزائرية التي تعمل بمؤسستها، وهي مستعدة لفتح باب الحوار دائما لحل كل النزاعات.
في المقابل تعيش مريم مهدي المضربة عن الطعام منذ 80 يوما آخر أيامها، بعد المخاطر الصحية التي انجرت عن هذا الأخير حيث فقدت أكثر من نصف وزنها، وتتعرض يوميا لارتفاع وانخفاض في الضغط والسكري الذي يرجح الأطباء المشرفون على صحتها أن أحدهما قد يؤدي إلى وفاتها في أية لحظة. وكانت آخر ما كتبته المعنية بتكليف احد أعضاء اللجنة المساندة لها وصية تذكر فيها نقلها إلى مقر منزلها العائلي بولاية بجاية، كما حملت فيها السلطات الجزائرية وشركة  »بريتش غاز »مسؤولية الحالة التي آلت إليها.
رشيدة دبوب2010-02-26


Nombre de lectures : 1631
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Yacine Zaid
    26 février 2010 at 15 h 13 min - Reply

    Avant tout je tiens a rectifier une information, que nous les membres du comite de soutien a Mme Mehdi, venons d’apprendre comme vous le reste du public par le biais de la presse. Mme Mehdi n’a jamais porte plainte pour sa reintegration, par contre apres verification, il s’est avéré que BG a enclenche une affaire en justice en vue de legaliser le licenciement abusif de Mme Mehdi et de l’obliger par consequent a arreter sa greve!Pour information, Mme Mehdi n’a jamais eté notifiée d’une quelconque plainte deposée contre elle, a partir du moment qu’elle est a la glaciere depuis le 8 decembre 2009. Pour verifier la veracité de mes dires, il vous suffira de vous rapprocher du tribunal de Hassi messaoud.

    La politique de BG ne peut etre plus mesquine que cela, elle invite aux negociations, elle fait croire que tout est sur la bonne voie et change d’avis apres quelques jours, le but, peut etre sacrifier une Meryem pour qu’il n’y’ est pas des milliers d’autres qui vont demander leurs droits!

    Hasbia allah wa niima el wakil!




    0
  • Djamel Eddine
    26 février 2010 at 15 h 34 min - Reply

    La hawla wala kouata ila billah.
    Q’attendez vous d’une companie qui a une tres mauvaise reputation dans son propre pays et trouve le paradis chez nous devant le silence de tous.
    Aybe alina wallah, notre propre pays est devenue etranger a nous meme
    Hagrouna wallah fi bladna. Merci a tous ceux qui ont garde le silence de confusion, malorganisation et complice et je ne veut plus entendre parler de dignite ou de liberte ou de changement chez nous. Il faut etre realiste, on est encore trops loin de ce reve. On est trops occupe il parait a commence par moi meme. Kiyfama takounou touwala aliykoum




    0
  • ELHAISSAOUI
    26 février 2010 at 21 h 14 min - Reply

    British Gas dans une tourmente criminelle :

    Normalement, dans un pays de droit, la plainte de BG contre madame Mehdi pour faire valider son licenciement abusivement par la justice, est irrecevable à plus d’un titre, cat il y a eu violation des lois sociales entre autre les dispositions de la loi 90-11 relative aux relations de travail :

    1. Madame Mehdi est agent permanent dans l’association sonatrach/BG, donc avant d’etre licencée, elle doit passer par une commission de discipline interne (qui n’existe pas à BG, mais sonatrach laisse faire), donc licencée unilateralement.

    2. Après notification de son licenciemment, elle peut encore exercer son droit de recours auprès d’une commission supérieure de l’Association Sonatrach-BG, mais qui n’existe pas non plus.

    3. Dans cette association SH/BG, la loi algérienne prime pour cequi est des relations de travail (90-11, les dispositions à appliquer pour le cas de cette victime de l’injustice

    Je suis un chevronné des ressources humaines ici à sonatrach Hassi Messaoud, déclare solennellement que notre soeur Meryem a été licenciée abusivement avec la complicité des pouvoirs publics et des hauts managers de sonatrach. INA LILAH OU INA ILEYHI RADJOUN. ESSALAM ALIKOUM. ALLAH YESTARHA.




    0
  • jnsplu
    26 février 2010 at 23 h 25 min - Reply

    @El Haissaoui.

    1-En effet pour etre recevable en justice la demande doit satisfaire à des recours internes et externes selon les procédures prévues par les lois du travail à connotation sociale et qui établissent des présomptions au profit du travaieur et compte tenu des empechements de l’employeur, l’employé est privé de ses droits à ester en justice.

    3-J’ajouterais à ce que tu dis que BG n’a aucun interet à engager une action en justice contre Mme Mehdi, tout l’interet dans cette affaire est pour cette dernière. Donc il y a défaut d’interet et de qualité au sens de l’article 459 du code de procédure civile qui consacre un principe universel du droit, principe qui est d’ordre public et que le juge doit soulever de lui meme, meme si la partie défenderesse ne s’en prévaut pas, en l’occurence madame Mehdi, l’action de BG est donc irrecevable en justice. Elle ne peut s’en prévaloir. S’il arrive un malheur,..BG ne connait pas les Algériens. Djezzy vient d’en subir le contrecoup. Quand on est dans un pays meme sous domination, on se doit d’étudier ses moeurs et d’éviter de ne pas en tenir compte, meme lorsqu’on croit que c’est acquis, la France coloniale en sait quelque chose.




    0
  • kanaka
    28 février 2010 at 18 h 08 min - Reply

    cette femme est le symbole de la resistance , mais nous les hommes on l’est que de nom, comment laisser une femme mourir dans notre pays  » tuée par une multinationale » sans commentaire , notre lâcheté n’a pas de limite alkhawa




    0
  • med moub
    4 mars 2010 at 12 h 10 min - Reply

    Encore une fois de plus, le cas de notre sœur Meriem Mehdi, prouve la déficience du syndicalisme algérien et la volonté politique d’étouffer et de marginaliser tout acte protestataire et revendicatif. On voudrait nous faire croire que la société de William Stock D’Arcy fondée en 1908 soit mêlée a une histoire aussi futile, que est ce que c’est l’indemnisation d’une employée, à l’équivalant de 6 ans de salaires en dinars algérien, qui est prête à sacrifier ce dont elle a le plus chère « sa vie ». D’ailleurs, le fait d’opter pour la grève de faim c’est une preuve irréfutable de la légitimité de sa cause et résistée plus de 80 js c’est un acte qui relèverait de l’héroïsme national.
    Une société classée 3eme mondiale, présente dans plus de 100 pays, avec un chiffre d’affaires de 285 milliards $, un bénéfice net 2008 : 21,5 milliards $ et un effectifs de 115 000. Est-ce que la BP va t être génie pour n’importe qu’elle indemnisation ? jamais…mais seulement on ne voudrait pas qu’il y es une jurisprudence en la matière surtout avec la montée en puissance du secteur privé qui n’aime que thésaurisé la fortune et jamais la partagée.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique