Édition du
22 July 2017

Révélation : Comment Tounsi a été tué dans son bureau

In Radio Kalima Algérie

Jeudi 25 février 2010

Contrairement à la version du ministère de l’intérieure qui parle d’acte de démence, nos informations indiquent clairement qu’il s’agit d’un acte réfléchi et froidement exécuté.

Selon nos informations recueillies à Alger, le directeur général de la sureté nationale, M Ali Tounsi, a été assassiné dans son bureau jeudi 25 février à 10h du matin.
Ce jour là, il a rendez vous avec M. Oultache Chouaib, directeur de l’unité aérienne de la sureté nationale, (la flotte d’hélicoptères de la police)  basée à Dar El Beida. Depuis quelques temps, les relations entre les deux hommes se sont détériorées. A la suite d’un différent entre les deux hommes, M. Ali Tounsi, patron de la police depuis près de quinze ans, a fait comprendre à M. Oultache Chouaib qu’il ne comptait plus sur son travail et qu’il envisageait de le mettre à la retraite, tout comme d’autres cadres de la DGSN. Cette décision n’était visiblement pas du gout de l’ancien militaire. Ce colonel à la retraire, âgé de 64 ans, pilote d’aviation, est parfaitement sain d’esprit et il n’est pas du genre à se laisser faire. Lors de ce rendez vous, il entendait bien le faire comprendre à son patron.
M. Oultache arrive à 10h précise et les deux hommes s’enferment dans le bureau de Tounsi. Les deux hommes s’enferment dans l’immense bureau du patron de la police.
Une fois à l’intérieur, le colonel sort son arme et tire froidement cinq balles sur Ali Tounsi qui décède dans son bureau. Son premier forfait accompli, l’homme sort. Il demande à la secrétaire de Tounsi, qui n’a rien vu ou entendu ( Le bureau du DGSN est insonorisé) d’appeler d’autres responsables de la DGSN.
Le chef de la sécurité d’Alger arrive parmi les premiers sur les lieux. Il voit l’assassin avec une arme à la main. Eclate alors une fusillade qui fait plusieurs blessés dont M. Oultache. L’assasssin, touché, est évacué vers Ain Naadja avec les treize autres personnes blessées dans la fusillade dont le directeur de cabinet de Ali Tounsi et le chef de la sureté d’Alger .

Pourquoi le ministère de l’intérieure veut il faire croire à un acte de démence, alors que les conflits entre des cadres de la DGSN et le ministère de l’intérieure sont un secret de polichinelle. A plusieurs reprises, en 2008 et en 2009, des décisions de Ali Tounsi, de nominations de hauts cadres dans l’institution qu’il dirige, n’ont pas été validé par son ministre de tutelle, Yazid Zerhouni. Les désaccords entre les deux hommes sur les nominations des cadres à des postes sensibles sont sorties du cercle restreint et se sont retrouvées dans la presse. Quel mobile a t-il donc poussé un homme de 64 ans, expérimenté, à commettre l’irréparable? Il faudra trouver autre chose que la version de la démence pour expliquer un geste pareil dans un contexte politique perturbé. Il faudra probablement attendre l’enquête pour comprendre les véritables motifs d’un tel acte, à condition, bien sur, qu’on ne cherche pas à se cacher derrière la folie pour éviter de chercher dans la raison.

Y. El Mizrani


Nombre de lectures : 7112
35 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    26 février 2010 at 10 h 50 min - Reply

    مقتل مدير الأمن العام الجزائري في مكتبه برصاص أحد معاونيه
    كمال زايت
    2/26/2010

    القدس العربي
    الجزائر ـ ‘القدس العربي’: قتل العقيد علي تونسي مدير الأمن العام الجزائري صباح أمس الخميس في مكتبه بالعاصمة، إثر تلقيه رصاصات قاتلة من أحد مساعديه أثناء اجتماع بمكتب علي تونسي.
    وقال بيان صدر عن وزارة الداخلية الجزائرية ان أحد كوادر الشرطة أطلق عدة رصاصات على المدير العام للأمن فأرداه قتيلا، ثم صوب سلاحه نحو نفسه محاولا الانتحار، إلا أنه أصيب بجروح خطيرة نقل في إثرها إلى المستشفى.
    والقاتل هو أحد مساعدي تونسي. وقال بيان الداخلية إنه أصيب بنوبة جنون دفعته لارتكاب فعله أثناء اجتماع عمل.
    وذكر البيان أن وزير الدولة وزير الداخلية نور الدين يزيد زرهوني قدم تعازيه الخالصة لأسرة الفقيد وأعرب عن تعاطفه العميق معها وكافة أفراد سلك الأمن الوطني.
    وأبرز البيان أن زرهوني اشاد بـ’الروح الوطنية التي كان يتسم بها الفقيد علي تونسي، رفيق السلاح والمسؤول الشجاع الذي أفنى حياته لخدمة الوطن ومكافحة الإرهاب طوال السنوات الست عشرة الماضية وكذا الدور الذي لعبه في تحديث جهاز الشرطة’.
    ودعا زرهوني كافة مستخدمي وموظفي جهاز الشرطة ‘للحفاظ على المكاسب التي حققها الفقيد، بما يخدم مؤسسات الجمهورية’.
    وشدد وزير الداخلية، حسب البيان، ذاته على أن ‘تحقيقا قضائيا فتح لتحديد ملابسات هذا الحادث الأليم’، دون أن يقدم البيان تفاصيل أخرى عن مقتل تونسي ولا عن القاتل.
    وذكرت مصادر مطلعة أن القاتل هو العقيد المتقاعد أولطاش والذي يشغل منصب رئيس الوحدة الجوية التابعة للأمن الوطني.
    ويُعتقد أن أولطاش من الأصدقاء المقربين الى تونسي الذي استقدمه إلى جهاز الشرطة بعد تقاعده من سلاح الجو، ليساهم في تطوير الوحدة الجوية التابعة للشرطة المنشأة حديثا.
    وذكرت تقارير إعلامية أن الحادثة لها علاقة بمقال نشر في إحدى الصحف الجزائرية أمس، جاء فيه أن المدير العام للأمن قرر تجميد مهام العقيد أولطاش للاشتباه بتورطه في صفقات مشبوهة، مشيرة إلى أن معلومات وصلت الى العقيد تونسي بشأن إقدام القاتل على اقتناء أجهزة كومبيوتر وأجهزة اتصال.
    وأضافت الصحيفة أن نجل العقيد أولطاش كان الوسيط بين الوحدة الجوية للأمن وبين بعض الشركات الأجنبية التي اقتنت منها تلك التجهيزات، موضحة أن تونسي قرر تجميد مهام قاتله إلى غاية الانتهاء من تحقيقات كانت تقوم بها الشرطة القضائية.
    جدير بالذكر أن العقيد علي تونسي هو واحد من أبرز مجاهدي ثورة التحرير. وقد اشتهر خلال الثورة باسم ‘سي الغوتي’، كما انضم بعد الاستقلال إلى الجيش وأصبح مسؤولا في جهاز الاستخبارات العسكرية، قبل أن يخرج إلى التقاعد، ليعود إلى موقع المسؤولية في منتصف تسعينات القرن الماضي عندما تم تعيينه على رأس جهاز الشرطة.
    وكان تونسي قد صنع الحدث قبل بضعة أسابيع عندما أعلن في خطاب أن هناك مؤامرة تستهدف جهاز الشرطة، وأنه تمكن من إحباطها، دون أن يقدم تفسيرات وشروحات لهذا الكلام، وهو ما اعتبره الكثير من المراقبين رسائل مشفرة لأطراف كانت تدفعه إلى الاستقالة من منصبه.




    0
  • un citoyen
    26 février 2010 at 10 h 59 min - Reply

    le patron de leur police est assasine comme sa , comment voos voudriez etre rassuré une fois dans n importe quel commissariat, d ailleurs des que lon y rentre c la psychose, disparitions, execution, torture dieu fasse que cette secte sne aille le plus rapideent possible .




    0
  • kamil
    26 février 2010 at 11 h 43 min - Reply

    les mensonges de zerhouni sont légendaires,souvenez-vous des déclarations faites par ce sieur dans la presse au ordres a propos de l’assassinat du jeune lycéén GUERMAH MASSINISSA dans l’enceinte méme de la gendarmerie,en l’accusant d’avoir voulu subtilisé l’arme du gendarme ,et que c’est un grand voyou ,que son prénom n’est pas massinissa,ignorant totalement la douleur de ses proches,la memoire de la victime ,sans jamais s’éxcuser.




    0
  • tacili
    26 février 2010 at 11 h 44 min - Reply

    Bonjour,

    C’est évident que cet assassinat va rejoindre la longue liste des dossiers noirs. Personne ne saura les motifs réels de cet attentat.

    L’essentiel est que Tounsi qui s’est cru immune dans sa tour d’ivoire a fini dans le sang. Un rappel pour les autres sanguinaires du cabinet noir que la stabilité du système est en jeu et que tout se règle maintenant a la force du feu.

    Ce précèdent poussera certainement tout le monde a revoir leurs mesures de sécurité et ils ne pourront plus jamais dormir tranquilles.

    La peur vient de re-changer de camp.




    0
  • Kamel Bouras
    26 février 2010 at 11 h 58 min - Reply

    C’est de plus en plus nauséabond (quelle surprise !)…
    Donc :

    – OUI il y a un lien étroit entre les récents scandales
    – OUI la guerre « chaude » entre les clans est ouverte
    – OUI c’est le régime qui est saisi d’une crise de démence

    Avec des chefs de clans de 75 ans et plus, gravement malades, mythomanes, coupés de la réalité, disposant de force de frappe incroyable, l’avenir est terrifiant si le peuple ne bouge pas pour arreter ces monstres avant qu’il ne soit trop tard…

    Kamel




    0
  • aldjazairi
    26 février 2010 at 12 h 30 min - Reply

    pour les tenants du pouvoir, l’assassinat de tounsi est un signe du ciel, dorénavant tant qu’ils resteront en vie, ils vivront avec la peur d’être assassinés, même par leurs proches… » Bien mal acquis ne profite jamais « 




    0
  • rachid
    26 février 2010 at 13 h 04 min - Reply

    la surete nationale est connue par las conflits de ses responsables, qui sont entrain de payer le mal que font aux simples policiers avec les susupensions et les revocations




    0
  • SAID
    26 février 2010 at 13 h 05 min - Reply

    Quel que soit le mobile de cet acte, il demontre que les barbouzes qui nous colonisent, gerent le pays par la hogra et l’injustice à tous les niveaux. à 72 ans les hommes d’état qui se respectent prennent leur retraite et regardent la nation continuer son évolution harmonieusement.
    Personne n’ose s’inspirer de MANDELA qui a fait un mandat et s’est retiré. Leur exemple est, plutot, BOURGUIBA et autres malades du pouvoir.
    Le pouvoir algerien condamne le coup d’etat au niger …




    0
  • RACHID DE BISKRA
    26 février 2010 at 13 h 15 min - Reply

    NOUS CONNAISSONS TOUS LA POLICE IL EXISTE DES MALHEUREUX POLICIERS QUI SONT SUSPENDUS ET REVOQU2E POUR RIEN DU TOUT ET SONT VOIR LEURS DOSSIERS DSIPLINAIRES LES RESPONSABLES DE LA DIRECTION GENERALE NE CHERCHENT JAMAIS A CONNAITRE A QUI LA RAISON C4EST TOUJOURS LE SIMPLE POLICIER QUI PAYE LA SAUCE ET QUANT-il de la hogra il n’yaura plus de justice et nous avons remarqué meme ces derniers temps le nombre de policiers qui se suicident augmente par rapport aux années precedente pourquoi a cause de la hogra des responsables.Si le ministre de l’interieure veut que le corps de la police s’ameliore il n’ qu’a designé un PDG de la surete nationale du corps de la police et ne soit pas de l’armée.




    0
  • djamal
    26 février 2010 at 13 h 26 min - Reply

    Des septuagenaires qui tiennent le pays par le fer et le sang..du jamais vu dans aucun pays digne de ce nom….tewfik depasse les 70 ans, boutef 72 ans, zerhouni 73 ans, ould abbas 70 ans et egalement des ambassadeurs tel que missoum sbih 74 ans….le chef d’etat major gaid salah 76 ans, et pas si loin que ca le papasse bedjaoui 81 ans, ….
    comment des gens qui ont passe leurs vie dans la chicane et le mensonge juste pour rester dans le giron du pouvoir peuvent ils apporter quelque chose de positif au peuple….c’est reellemnt un pouvoir de senile qui d’une facon ou d’une autre est partiellement dement, il n’y a qu’a voir comment les affaires du pays sont dirigees….
    la moyenne d’age de notre population est inferieur a 35 ans, ce qui veut dire que cette classe dirigeante n’a aucune attache avec son peuple vu l’abysse de la difference d’age qui est de pres de 40 ans….
    En ce vendredi fasse qu’ALLAH se venge de ces criminels le plutot possible- AMIN-
    REGARDEZ CE CROQUE MORT DE ZERHOUNI QUI NE CONNAIT QUE LE MENSONGE -IL N’EN EST PAS A SON PREMIER-A SON AGE PLUS DE 70 ANS, IL N’OSE PAS DIRE LA VERITE SUR LES CIRCONSTANCES DE L’ASSASSINAT DE CE DEMON CHEF DE LA POLICE QUI LUI EGALEMENT A PLUS DE 70 ANS….DES VIEUX SANS DIGNITE NI CRAINTE D’ALLAH ET ENCORE PIRE AUCUN RESPECT POUR EUX MEME, ALORS ATTENDONS NOUS A CE QU’ILS METTENT LE PAYS A FEU ET A SANG…
    ALLAH YASTAR




    0
  • BRAHIM
    26 février 2010 at 14 h 10 min - Reply

    Monsieur Y. El Mizrani, de quelle enquête parlez-vous ? Il n’y aura jamais d’enquête au sens scientifique du terme. Il ne faut pas oublier que nous sommes : 1) -un pays en « État d’urgence » ; 2)-un pays oligarchique ; 3)-un pays qui ignore l’État de droit 4)-un pays où les principes régaliens, les administrations et les partis politiques sont entre les mains du pouvoir ; 5)-un pays arabo-musulman où le « pardon coranique » EST la solution. Alors où l’enquête a-t-elle sa place ???. N’oubliez pas cher Y. El Mizrani la réalité politique et institutionnelle de notre pays , et je le dis …. même si je sais que certains internautes vont bondir sur leur clavier pour me ….. (je ne finis pas ma phrase, c’est mieux ).




    0
  • jalal_roumi
    26 février 2010 at 14 h 55 min - Reply

    On baptisera un aéroport ou autre infrastructure (rue, village, etc) au nom de Ali Tounsi et on classera l’affaire sans jamais élucider On l’enterrera à El Alia et le mystère de sa mort rejoindra ceux de Boudiaf, Boumédienne, Abbane Ramdan et bien d’autre eux aussi enterré au même cimetière.
    Pauvre Emir Abdelkader qui se trouve enterré parmi ce monde de personnes qui lui sont totalement étranges et qui se sont entretué de leur vivant pour le pouvoir . il reposait, et ce fût son vœux le plus chère, en paix à coté de son maitre spirituel Mohiédine Ibn Arabi et voilà qu’on le déterre pour le ramener à El Alia. L’Emir ,homme d’ Etat, de foi, soufi et grand guerrier doit souffrir certainement se retourner dans sa tombe ….Pitié ramène le à coté de son maître.




    0
  • momoh
    26 février 2010 at 16 h 12 min - Reply

    D’abord je présente mes sincères condoléances à la famille du défunt, et je souhaiterais la clémence du bon Dieu à son égard.
    Quant à l’acte d’assassinat du DGSN, je pense qu’il est loin d’être un acte isolé ou de démence, il est plutôt un acte bien réfléchi, programmé voire de chantage politique, puisqu’il annonce des signaux très dangereux à l’encontre des têtes de la haute hiérarchie de l’état. C’est aussi un acte qui pourrait se produire dans n’importe quelle institution militaire ou policière, vu le seuil pris par les dernière querelles des antagonistes au pouvoir bien financiarisé et enrichi par la rentre pétrolière. On n’en a pas encore vu le pire, ce n’est que le début d’une autre sale guerre dévoilant cette fois-ci son nom, c’est la guerre des intérêts, de bradage, de confiscation, de spoliation des deniers publics ou je n’en sais pas comment la qualifiée. En tout cas c’est une sale guerre, appelez la comment vous voulez. L’histoire nous a enseigné que toute force a des limites que ce soit du mal ou du bien, obscurée ou éclairée, heureusement d’ailleurs pour l’humanité. Un dicton kabyle dit « fait bien attention à la chute lorsque tu atteins le sommet », justement ces antagonistes ont atteint le sommet puisqu’ils ont battu, ça fait une vingtaine d’années, tous les records de la criminalité et de la corruption. Par voie de conséquence l’abus a produit l’implosion et l’autodestruction. Mais aussi, il faut qu’on sache une chose sur cette mafia qui est en guerre ; la liquidation physique leur semble comme une libération de soi-même, après avoir été s’auto liquidé moralement. Ils souhaitent tous la mort pour qu’ils soient libérer de leurs remords.
    Enfin, le seul qui est entrain de payer le tribut de cette salle guerre est le pauvre peuple crevé de faim et esquinté par une misère sociale et morale.
    Qu’ils nous fassent la paix, on leur a tout donné, le pouvoir, les avoir, le pétrole, les villas, Alger, le sahara, ENTV, les belles femmes, club des pins (des lapins) …etc. qu’ils regèlent les compte entre eux.




    0
  • rachid bakalem
    26 février 2010 at 16 h 25 min - Reply

    Dernière révélation…FLACH !!!

    Selon des informations en provenances des milieux proches de la direction générale de la sureté national, il s’agit bel-est-bien de lute de clans :
    Les deux clans Boutef/Zerhouni et Co. Et le clan Toufik/Ouyahia/Tounsi, se font une guère sans merci.

    Le clan Boutef/Zerhouni, ont demandé à plusieurs reprise la démission de toufik de la DRS et celui de la police Ali Tounsi. Ces derniers ont toujours refusé et continu de plus belles à balancer des infos de corruptions sur le clan Boutef/Zerhouni ( Sonatrach etc.…).Dernier conflit entre Zerhouni et Tounsi, révélé dans la presse Algérienne. Réponse de Tounsi à Zerhouni, je cite : « je ne démissionne pas, un moudjahid ne démissionne jamais » Cela veut dire qu’un moudjahid meure les armes à la main.

    Le clan Boutef/Zerhouni brande la menace des dossiers des affaires d’assassinats menés durant la décennie noire, (Boudiaf le général Fodil Saidi et les 7 moines de Tibérine, Hachani et les massacres de villages et cartiers, dont sont impliqués, les agents de la DRS et la police, sous la responsabilité de Toufik/ali Tounsi et Ouyahia.

    Le clan Boutef/Zerhouni détient une partie du DRS/Police type nouvelle génération. Le 25 février 2010 à 10h du matin une équipe des services de sécurité s’est présenté à la DGSN pour l’arrestation de Tounsi et son proche collaborateur le colonel Oultache Chouaib responsable des hélicoptères, ces derniers ont refusé d’obtempérer, une fusillade à éclater… vous connaissez la suite. la totalité du pouvoir de la police est entre les mains de Zerhouni. L’étau se ressert autour du général Toufik…A bon entendeur… Rabi enedji el chaab min kouli soue.




    0
  • fateh
    26 février 2010 at 16 h 49 min - Reply

    Quand on n’hésite pas à modifier les règles de succession pour perdurer au pouvoir.
    Quand le budget de l’état n’est pas distinct de la caisse privée et qu’on l’utilise pour faire vivre sa progéniture ailleurs.
    Quand on traite le peuple de « chien » qu’on doit affamer pour qu’il ne se souci que de son ventre.
    Quand le découragement est à la mesure des espoirs brisés.
    Quand l’éducation est mise entre les mains d’ignares administrateurs.
    Quand les lois promulguées ne différent guère du code de l’indigénat …
    Quand les responsables ne sont connus qu’à travers leurs rapines et conséquences : crise politique, crise économique, crise sociale…
    Alors, le pays sombre dans les gouffres de la turpitude et plus rien ne peut la sauver !




    0
  • jnsplu
    26 février 2010 at 17 h 56 min - Reply

    @ Brahim.

    Bonjour.

    Dans ton commentaire à @El Mizrani mon attention s’est focalisée sur le « pardon Coranique ». Le principe en islam comme tu dois le savoir, c’est la loi du talion (Oua lakoum fi alkassassi hatoun ya ouli al albab -Coran)(Vous avez en la loi du talion une vie O gens dotés de pensée ) tandis que le pardon est subordonne à la capacité et au pouvoir en islam ce n’est que quand on peut et qu’on a les moyens de faire opérer la loi du talion que le pardon se pose pour la victime et pas avant, quand elle est dans l’incapacité de l’exercer et ou on peut excercer sur elle une pression.

    Bien entendu s’ils savaient que la loi du talion leur serait appliquée et que le pardon n’est pas une certitude ils agiraient autrement. Mais hélas, chez notre peuple des pratiques attribuées à l’islam, font qu’il accepte de se faire saigner sans broncher et de pardonner ensuite. C’est du masochisme ! Ce n’est pas cela le Coran ni le « pardon Coranique ».

    Amicalement.




    0
  • dziritaasah
    26 février 2010 at 18 h 18 min - Reply

    je pense qu’ils ont été executé tous les deux et maintenant puisqu’ils sont morts tous les deux de porter le chapaeau à M. Oultache son meilleur ami. c une histoire dans le meme registre que l’assassinat de boudiaf




    0
  • brahmi16
    26 février 2010 at 18 h 56 min - Reply

    on est edifié sur la nature des predateurs qui nous gouvernent.Leur methodes sont inspires de machiavel et de la mafia reunis.La preuve est ainsi faite à ceux qui ont encore des doutes sur les formes de resistances que la population doit adopter. khemisti,boudiaf,abane,medeghri,benyahia, krim,maameri,maatoub,etc, ont tous été liquidés par le pouvoir et ce dernier, au summum de sa monstruosité,n ‘hesite pas à les recuperer et à en faire des martyrs, en donnant leur nom à des boulevards et autres salles.Quel pays d’ aliens.




    0
  • sid ali
    26 février 2010 at 19 h 07 min - Reply

    oultache ,je crois qu’il n’est pas mort,lui seul peu éxpliqué son geste le pourquoi du comment???sauf s’ils vont le finir sur son lit d’hopital a l’italienne.




    0
  • Mohand
    26 février 2010 at 19 h 31 min - Reply

    Que font Bouteflika et ses frères , ils regardent faire ou bien ont ils déjà fait leurs valises et ils attendent … on sait que ce sont de peureux, ils comptent sur les autres pour régler leur problème et Dieu sait qu’ils en ont beaucoup. Les affaires les concernant ne sont pas encore rendues publiques… chaque chose en son temps dit le proverbe , pour aller loin dans le nettoyage il faut menager les outils …




    0
  • Rédaction
    26 février 2010 at 19 h 35 min - Reply

    Dans tous les cas de figure, nous retiendrons les methodes propres à ces gens, pour s' »expliquer ».
    DB




    0
  • nomade
    26 février 2010 at 20 h 43 min - Reply

    UN POUVOIR MAL ACQUIS NE PROFITE JAMAIS.CE N’EST PLUS UNE GUERRE DES CLANS ,C’EST UNE GUERRE DE GANGS DE RUES.ILS ONT TRANSFORME CE PAYS EN UN « GANGLAND » OU IL N ‘Y A QUE LE VICE ET LES VICIEUX QUI PROSPERENT.




    0
  • Abdul
    26 février 2010 at 21 h 19 min - Reply

    On parle de 13 blesses tout de même,c’était une véritable bataille rangée. Le Sieur Oualtache refusait le rôle de bouc émissaire dans la compagne anti-corruption; surtout que le Tounsi semble s’être sucre bien plus que lui. Alors le sang ne fit qu’un tour dans sa tête et bang bang. Il voulait dezinguer tout le staff de Tousi d’après certaines sources.




    0
  • zahir
    26 février 2010 at 21 h 25 min - Reply

    On parle de oultache ou de zorro?? Comment se fait-il 1 personne tué avec 5 balles donc logiquement il lui reste 2 balles , et il blesse 13 autres en plus il retourne l’arme contre lui?? Avait-il un fusil d’assault ou un flingue, qui au maximum muni d’un barillet ou d’un chargeur pas plus de 7balles??????????Cette histoire ne tiens pas debout,ou bien c’est un reglement de compte entre clans,ou bien personnes ne sait ce qui s’est veritablement passé.On parle bien de mafia non!




    0
  • babelouedcity
    27 février 2010 at 0 h 08 min - Reply

    Qui est le vrai boss de cette junte sanguinaire au pouvoir en algerie?

    Be my guest,
    voila un qui « pleure » son Lamari et Tounsi

    Source URL http://www.france24.com/fr/20100225-algerie-ali-tounsi-chef-surete-generale-abattu-policier-crise-demence

    …aller au suivant

    psst nous venons d’apprendre qu’un general atteind d’un cancer est parti en urgence aux usa pour se soigner … avec l’argent de sonatrach (du peuple).

    PS: une plainte contre ce tortionnaire aux usa est recevable pour crime contre l’humanité.

    YesWeCan
    WhenToFreeVivAlgerie




    0
  • Cabrane chef
    27 février 2010 at 0 h 58 min - Reply

    @ zahir,
    Juste pour ton info : nous ne sommes plus au temps du «barillet», il existe de nos jours des PA (arme à poing automatique) à 15 coups(15 balles)… et puis, un PA se recharge aussi !! Et je dis ça dans le cas où il ne s’agit que d’un PA parce qu’il existe aussi des «scorpio», équivalent thèque du «uzi» israëlien, qui est un redoutable fusil mitrailleur de la taille d’un PA pratiquement !




    0
  • kadari
    27 février 2010 at 7 h 52 min - Reply

    Le colonel Ali Tounsi a été assassiné par balles aujourd’hui, jeudi 25 février 2010, au siège de la Direction générale de la sureté nationale à la tête de laquelle il avait été placé il y quinze par le général Zeroual.

    Radié de la sécurité militaire au milieu des années 1980, lorsque son passé de collaborateur de l’armée française à la fin de la Guerre de libération fut dévoilé, Ali Tounsi sera rappelé par les généraux putschistes au milieu des années 1990 pour diriger la police algérienne.

    A son arrivée à la tête de ce service, le nombre des victimes de la répression connaitra une croissance exponentielle et en particulier le nombre des disparitions forcées dans les centres qui relevait de son autorité directe comme la tristement célèbre école de police de Châteauneuf, véritable laboratoire de torture systématique, dirigée par l’un de ses proches le commissaire Mohamed Issouli.

    Sous couvert de « modernisation de la police » et avec des moyens financiers quasi illimités tirés de la rente pétrolière, il contribuera à faire de l’Algérie l’état policier parmi les plus quadrillés de la planète. Faut-il rappeler que l’effectif la police algérienne est aujourd’hui officiellement de 200000, celui de la gendarmerie est de 110000 sans parler des effectifs des autres services de sécurité (forces armées et milices paramilitaires).

    Ali Tounsi, un autre des protagonistes les plus sanglants de la tragédie vécue par notre pays s’en va. Il restera pour l’histoire récente de l’Algérie l’un des exécutants les plus zélés des crimes de masse commis durant la décennie rouge contre le peuple algérien.

    Assassinat qui entre dans la guerre des clans du pouvoir ou règlement de compte mafieux ? Plusieurs versions sont déjà avancées par les journaux algériens quelques heures seulement après les faits. Il aura été victime de ses propres méthodes et aura subi le sort de ses dizaines de milliers de victimes.

    Comme les généraux Smain Lamari, Fodil Chérif et Larbi Belkheir, il aura échappé à la justice des hommes et laissé aux familles de ses victimes un sentiment de frustration qui ne les fera cependant pas renoncer à la poursuite de leur combat pour la justice et la vérité sur les crimes contre l’humanité commis par les civils et militaires responsables la sale guerre en Algérie.

    Secrétariat du Mouvement Rachad
    25 février 2010

    Source : http://www.rachad.org




    0
  • ali
    27 février 2010 at 8 h 17 min - Reply

    commentaires ou éléments d’enquête ? ne dites pas n’emporte quoi svp




    0
  • jnsplu
    27 février 2010 at 12 h 10 min - Reply

    Il y a meme je crois des 21 coups si je ne m’abuse .




    0
  • estwood
    27 février 2010 at 12 h 11 min - Reply

    mon caporal@

    le dernier MAGNUM 357 a bariilet chromé ou nickelé 8 pouce et 8coups automatique
    les flics algeriens c’est avec les vieux bereta 92 fabriqué en egypte semi et tres lourd.




    0
  • almizane
    27 février 2010 at 13 h 45 min - Reply

    Quand je lis dans la presse des articles qui parlent d’ Ali TOUNSI comme Ancien Moujahid, je ne sais pourquoi j’ai subitement envie d’aller aux toilettes et vomir le restant de mes tripes. Un Ancien Moudjahid, c’est quoi au juste ? Un homme capable de donner sa vie pour libérer son peuple du colon et devenir ensuite le bourreau de ce même peuple ?
    En acceptant de servir au plus haut niveau un régime qui prend un pays et un peuple en otage depuis prés d’un demi siècle bastonne et massacre sans pitié ni retenue quiconque ose réclamer un minimum de justice et de dignité ?
    C’est ce type de conduite semble t’il qui confère de nos jours ce titre valeureux d’Ancien Moudjahid et qui est proposé en modèle exemplaire aux générations montantes vu le parterre de dignitaires accompagnant le défunt à sa dernière demeure.
    Une envie folle de faire appel au fumeur de thé me traverse soudain l’esprit.
    A Dieu nous appartenons, à Dieu nous retournons !!




    0
  • Soustara
    28 février 2010 at 21 h 50 min - Reply

    Comme on dit « La révolution mange ses enfants  » et quand elle finira de les manger, d’autres feront la révolution !




    0
  • BOUKEZOUHA abdelouahab
    28 février 2010 at 22 h 11 min - Reply

    Salam,

    Ali Tounsi était, peut-être, un bon mari, tant mieux pour son épouse, un bon père, c’est très bien pour ses enfants, un excellent ami, c’est parfait pour ses proches, mais le Directeur générale de la sûreté nationale, s’il n’a pas torturé lui-même, il a couvert la torture qui se pratiquait à très grande échelle dans les sous-sol de la DGSN, dans les locaux du commissariat central

    dans les laboratoires de l’école de police de Châteauneuf que dirigeait son subordonné le commissaire tortionnaire Mohamed Issouli qui a des centaines de morts sur la conscience, et dans tous les commissariats du pays.

    Comment peut-on traiter un personnage aussi sinistre avec tant de mansuétude ?




    0
  • Ammisaid
    1 mars 2010 at 1 h 28 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    LE ZAWALISME VS LE ZAÏMISME !

    La mort est le début de la vérité ou la vérité sue d’une manière très lucide, certaine et irrémédiable, mon cher frère.
    Celui qui a fait verra tout ce qu’il a, avait fait, mon cher frère et il ne pourra rien, mais absolument et définitivement, rien faire d’autres, mon cher frère.
    Celui qui est capable de m’entendre, de me lire et de me voir et de m’entendre quand il me lit (pas pour dormir car dormir ne rime pas avec mourir au niveau du sens mais au niveau de l’écrit si).
    Ce qui est écrit personne ne pourra le changer, mon frère.
    C’est fini avant de commencer.
    Il est mort, il est parti, il n’attendra pas celui qui va arriver et il ne se préoccupera pas de celui qui est déjà là, mon frère.
    Tout ces millions de dollars qu’il avait volé, il les trouvera là, à l’attendre comme des serpents mon frère, comme des serpents, de toute forme, de toute race, toute culture, de toute religion, de toute forme, des boas et des vipères, des petits et des grands.
    Chaque dollar sera pesé et chaque justice sera appliquée.
    Il y aura que le juge, il n’y aura ni procureur, ni avocat, ni journaliste, ni témoin, ni à charge, ni à décharge, chacun sera chargé de sa charge (c’est ECHEKARA nagh THACHEKART, tu vois mon mon frère que c’est la même chose avec l’arabe et le berbère, ou presque, pour ne pas me trop charger de mensonges, mon frère.
    On avait dit qu’il n’y a que la mort pour dévoiler à ce lui qui a fait ce qu’il a et avait fait.
    Le mal qu’ils avaient et qu’ils continuent à lui faire à ce beau pays par beauté pure, claire et riche, riche par ce mariage entre ceux qui étaient là et ce qu’étaient arrivés après pour former une entité belle par sa diversité, lumineuse par son islamité, généreuse par son immensité, pieuse par sa fraternité, solide par son amazaghité, puissante par son arabité, bonne par sa solidarité, célèbre pour son amour de la liberté, glorieuse par sa dignité, juste par son humilité…mon frère.
    Ses qualités étaient immenses et bien ancrées et « eux » voulaient que tout soit détruit.
    Toutes ces valeurs auxquelles nous avions été, très, très, très liés.
    Trois jours de vraie joie, mon frère, ce n’est beaucoup.
    Sur, maintenant, deux siècles, nous pouvons retirer que trois jours de vrai joie.
    Les fausses joies, nous y avions, goûté beaucoup, beaucoup, beaucoup mon frère.
    Trois jours et puis plus rien ! La sécheresse, eldjafafafaffafff, la misère noire avançait de l’ouest.
    De ce cardinal ou se couchait le soleil, était arrivée la misère noire, le ventre ou brûle le feu de l’enfer, la terreur ténébreuse, l’esprit luciférien, la ruse perverse du fait de son extrême douceur, la balle qui tue par le pistolet de la confiance, la corruption rouleau compresseur, la tricherie licite par une fatwa d’un imam très sage, les hommes aux pouvoirs divin, la fraternité qui vole, qui viole et qui tue…
    La misère noire avait ramené dans sa chekara toutes les graines du mal, ils se sont dits: il faut les semer et ensuite les arroser, jusqu’à ce que l’Algérie devienne une jungle ne faisant, plus, partie de l’humanité.
    Nous serons tous des rois, ils seront tous et toutes des soumis.
    Une fois les trois jours s’étaient passées, une misère inconnue allait commencer.
    Elle était venue de l’ouest, elle était très armée, elle avait la liste de tous ceux et de toutes celles qu’il fallait acheter, tuer, menacer, torturer, condamner, surveiller, humilier, frapper, insulter, détruire, massacrer, assassiner, poursuivre même en exil, harceler, dénigrer, tromper, soudoyer, utiliser…Etc, etc, etc…
    Elle était laide, hideuse, méchante et déterminée. Elle était avare, avide, froide, orgueilleuse, violente, perverse, hypocrite et enchanteresse.
    Elle était puissamment armées (chars, camions, canons, mitraillettes…), des soldats disciplinés, bien nourris et bien payés et des responsables qui n’avaient dans leurs esprits, qu’une seule idée: Prendre le trône, y siéger, soumettre toute la populace, étêter chaque tête qui se levé, couper toute langue qui dit la vérité, arracher toute main qui refuse de voler, crever tout oeil qui voit ce qu’ils vont cacher…
    ‘Ils’ voulaient devenir des aigles et nous des petits minuscules petits oiseaux.
    ‘Ils’ ont vieilli, mais ils sont toujours là, à l’affût, de la moindre goutte de joie qui va tomber sur l’Algérie.
    ‘ILS » sont vieilli, mais, ils veulent une sécheresse dans toute l’Algérie.
    Il faut la préparer à ce qu’elle devienne les signes de la fin du monde avant qu’elle ne soit arrivée.
    ‘Ils’ expérimentent la théorie de la transformation de toute un peuple en un peuple de zombies.
    Nous sommes morts mais ils continuent à nous tuer. A nous tuer pour le simple plaisir de nous tuer.
    Nagh, ils ont tout pris ce qui nous restaient, ce que nous n’avions pas, ce que nous avions, ce que nous avons et ce que nous n’aurons pas puisqu’ils l’auront, eux qui ont tout eu et qui continuent à avoir tout.
    Du moment où ils nous avaient enlevé (voler, usurper, arracher)notre révolution et ses valeurs, ils nous avaient, effectivement, dépouillé, dénudé, dépossédé, découragé, desesperé, démoralisé…c’est à dire dominer. Maintenant, que c’est moi chambit, tu n’as plus personne à qui te plaindre, mon zawali.
    Nous étions, mon frère, toutes et tous transformés en zawalis. Un Zaïmisme en haut, un zawalisme en bas. Nous étions devenus une république du zawalisme dirigé par une tribu issue des ses entrailles, sa tribu la plus mauvaise qu’elle avait élevée pour devenir sa zaïmisme. Que peut faire l’islamisme, le berberisme, l’arabisme, l’universalisme, athéisme, le laïcisme…le tout associé, contre la nouvelle religion, la nouvelle idéologie, la nouvelle psychologie, la nouvelle sociologie, la nouvelle généalogie, la nouvelle biologie…LE ZAÏMISME.
    Moi c’est moi, toi c’est moi, lui c’est c’est moi, eux c’est moi, vous c’est moi, je suis moi, tu es moi, il est moi, nous sommes moi, vous êtes moi, ils sont moi, j’ai été moi, tu as été moi…C’est à dire pour être un peu plus compliqué, puisque ce qui est simple est devenue compliqué, je suis moi à tous les temps, à tous les verbes, à toutes les formes, à toutes les époques.
    C’est moi qui a tout fait. Tout est à moi. C’est comme ça ! J’aime le dire c’est comme ça, aka, hakadha, ebghit wa mabghit, ana houwa houwa même si entouma ta3rfou ga3 b3ana, ana machi houwa, maknoutch houwa wa man nekdar enkoun houwa.
    Je ne vais pas comme même deconner: abane c’est abane, chabbani c’est chabbani, krim c’est krim, amirouche c’est amirouche, larbi c’est larbi, moustafa c’est moustafa, Aît c’est Aït, boudiaf c’est boudiaf, et encore, encore, encore, de femmes, des hommes, des enfants, des fils, des filles qui s’étaient, vraiment, sacrifiés pour ce votre pays qui était devenu notre pays juste après trois de jours de joie !
    Coupons toutes tête qui dépassent nos chevilles.
    Il pourra, alors, essayer de monter jusqu’à ma tête. Nous l’avons fait et bien fait, vous n’avez qu’ à regarder en arrière, à interroger les cimetières, les étoiles nous savons les eteindre, les pierres nous savons le faire briller comme des étoiles.
    Nous savons, nous avons le savoir faire et nous avons ceux qui vont le faire.
    La rivière est rempli de pierres surtout quand il est pollué.
    Après trois jours de joie, la naïveté s’était exilé, ensuite l’innocence, ensuite la bonté, ensuite la générosité, ensuite la solidarité, ensuite la fraternité, ensuite le courage, ensuite la vérité, ensuite l’humilité, ensuite la réalité, ensuite la pitié, ensuite l’espoir, la sainteté, la clarté, la patience, la parole, l’unité, la confiance ensuite la douceur, ensuite la piété, ensuite la beauté…et au fur et à mesure que la misère s’installait, la misère dans sa totalité.
    Les hommes commençaient à courir vers la maison blanche pour aller travailler chez tata frança, les villages étaient remplis de femmes, les couffins sifflaient, les maisons grelottait, personne n’avait rien compris.
    França n’était plus là mais la misère s’était soudainement renforcé. Où est papa, maman? Il est mort ou il a immigré (presque mort !).
    En trois jours, l’Algérie était nettoyée de tout ceux qui pouvaient l’aimer, la servir, la construire…
    ‘ILS’ avaient branché le puits au dollar et ils avaient commencé à pomper, directement, dans leurs poches trouées par l’insatisfaction impossible à apaiser, à combler, à maîtriser et arrêter de grandir et de s’élever. La sécheresse mon frère n’a pas le pouvoir d’arroser la misère, mon frère.
    Le mal a grandi et ceux qui le pratiquent avec.
    Le pouvoir est plus fort qu’une âme passionnée puisque c’est lui qu’elle vise même en sachant qu’il est loin d’être à sa portée.
    ‘Ils’ ne doivent plus être notre source d’inspiration, le diable, ils l’ont dépassé.
    Ils ne doivent plus nous intéressé, même la mort,ils cherchent à la dompter.
    Ils ne doivent plus nous soucier, laissons-les s’entre-tuer, nous avons d’autres centres d’intérêt dont le fondement sera, exclusivement, le souci permanent de l’intérêt général.
    Vous n’êtes pas différents, vous êtes les deux faces d’une même pièce, mes frères et mes amis. Arrêtez cette politique à deux sou, je suis le meilleur personne ne pourra me dépasser.
    Vous êtes des Algériens et des Algériennes, mettez-vous au travail et construisez, d’abords et avant tout, une vraie et sincère unité.
    Occupez de vous, de vos familles, de vos enfants, de vos proches, de vos orphelins, sortez de vos couffins vos valeurs de fraternité, de solidarité, d’humanité et ne s’approchez pas de la tristesse, de la peur, de la plainte, de la dépendance et de la fatalité.
    Vous un peuple digne d’être respecté.
    Vous aviez été un exemple pour tous les peuples opprimés.
    Bannissez de votre langage: je veux tuer, je vais me venger, je vais te persécuter, je vais d’emprisonner, je vais te torturer, je vais te haggariser, je vais t’exclure, t’espionner…je veux le pouvoir, je veux son argent, je veux sa gloire je veux sa puissance et je vais tout vous imposer, je vais vous dominer et je vais vous castrer.
    Ils sont rien ! Réveillez-vous, ils vont dormir. Ils ne sont vivants que quand ils font du mal.
    Faire le bien est pour eux une véritable inconnue, une équation impossible solutionner, une métaphore impossible à saisir et une conception qui est loin de leurs préoccupations: manger, boire, tuer, voler, mentir, s’enrichir sont l’oxygène qu’ils respirent…
    Son absence leur sera d’une violente fatalité. Détournons nous de leurs faces et tournons notre face vers la vérité.
    L’Algérie appartient à tous ses enfants quelques soient ce qu’il est.
    Elle doit profiter à tous et à toutes sans exclusivité.
    Toute ce qu’elle a doit être rassuré, protégé, aimé, respecté, toléré, aidé, éduqué, nourrit, soigné, guidé, écouté…
    La loi de Novembre doit d’être ressuscité. Soyez unis, solidaires, fraternels, confiants, pacifiques et avançons vers l’heure de la délivrance, de la dignité et de la liberté.
    Soyons vigilants, soyons patients, soyons humains et soyons honnêtes et sincères en toute vérité, l’Algérie va se remettre à marcher pour redevenir ce que nos martyres avaient tant désiré: relisez l’appel du 19 mars tout a été dit.
    Le reste n’est qu’un souffle pour attiser la fitna qui cherche à touts et à toutes nous emporter. Wa Allahou A3lem.
    Allah yestar izaïriyen aken malan, anidha malan, aken elan…Amine Arebi Al3alamin
    Fraternellement à toutes et à tous.
    S’ils changent pourquoi pas !
    Ils ne s’aiment pas et ils se detestent comme ils vous detestent, ne soyez plus la proie qu’ils vont chasser quand leurs démons exigent du sang et de la chair humaine pour se reconcilier, se raccorder, se supporter…en attendant la prochaine querrelle qui va cerainement arrivée.




    0
  • nomade
    1 mars 2010 at 2 h 49 min - Reply

    @mr. boukezhoua abdelouhab:
    je suis d’accord avec vous mon frere, merci pour votre lucidite.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique