Édition du
21 July 2017

Un "haut fonctionnaire" à TSA : "Le peuple algérien est un peuple EXIGEANT ET FIER"

La langue de bois est une constante nationale, en  Algérie. Outrancière, ne tenant compte de rien, même pas du ridicule, elle ne craint pas de laisser libre cours à sa faconde, à ses énormités,  et montre bien tout le mépris qu’ont les barons du régime du peuple qu’ils tiennent en otage.

Ainsi au sujet de la visite de Claude Gueant à Alger, qui n’a pas été reçu par le Président Bouteflika, par mesure de « rétorsion » contre les propos récents de Kouchner,  un « haut fonctionnaire », qui a pris le soin de rester anonyme, on se demande bien pourquoi,  a fait cette déclaration à TSA :« encore une fois, le président Bouteflika est un homme sage qui aime la paix et adore les hommes de bonne volonté. Mais il est président d’un peuple exigeant et fier dont il ne peut pas ne pas être le porte-drapeau ».

Ainsi donc, Bouteflika nous aime et nous respecte. Il se considère comme notre porte-drapeau. Tiens donc ! Et il a été offusqué par les paroles de Kouchner qui à dit que rien ne changerait entre la France et l’Algérie tant que les barons de ce régime sont encore de ce monde. Parce que c’est ça qu’il a dit en réalité, dans sa déclaration sibylline et toute diplomatique. Et le régime l’a bien compris. Et comme à son habitude, il a jeté des cris d’orfraie, essayant de faire croire que c’est la génération de novembre qui est ciblée. Et patati et patata, dans la même veine, avec la même langue de bois. Encore un peu, et les relais habituels se seraient proposés de réunir un million de signatures. Comme à chaque fois que le régime risque de paraître sous son véritable jour. Parce qu’il faut entretenir l’illusion, faire croire que ceux qui ont fait main basse sur le pays sont des révolutionnaires de novembre, que le peuple leur est attaché, qu’ils lui sont dévoués et bla bla bla.

Mais le peuple algérien, n’est pas si exigeant que cela, ni si fier, puisqu’il accepte de se faire opprimer ainsi, par une vulgaire association de malfaiteurs.

Par contre, le peuple algérien est patient. Il attend son heure et il sait que le temps travaille pour lui. Parce que le temps fera son oeuvre, et qu’il fera passer aux égouts de l’histoire tous ceux qui l’ont meurtri. Un par un !

DB


Nombre de lectures : 3200
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • thirga
    28 février 2010 at 19 h 24 min - Reply

    Il vit dans une prison, celle de son imagination. Il est à plaindre. Je comprends pourquoi Boutef III s’est empressé de dire avoir passé des moments de bonheur en compagnie du psychiatre Said Sadi. Le Dr SS a vraiment du talent. Il a été le seul avec son parti à dire non au viol de la Constitution puis à faire le deuil le 9 avril 2009. Boutef II aurait du l’écouter et rentrer définitivement chez lui (?).
    Le peuple est indifférent et il a raison à voir les scandales financiers et ses victimes collatérales comme l’assassinat du patron d’une armée de policiers dans un antre hautement sécurisé.




    0
  • Koulou
    28 février 2010 at 19 h 44 min - Reply

    Tiens,tiens!!!
    Je ne savais pas que la fierté d’un homme réside dans sa soummission.Les sages d’antan disent que: »La vraie valeur d’un homme réside non dans ce qu’il a, mais dans ce qu’il est ». Mais nous on n’a ni l’un ni l’autre. Alors à vous de trouvez qui est l’un et qui est l’autre.




    0
  • Sabra
    28 février 2010 at 21 h 57 min - Reply

    Je suis désolé de le dire : Le site TSA n’a aucune crédibilité ! Pas la moindre crédibilité !! Beaucoups se souviennent que durant la campagne présidentielle du mois d’avril 2009, ce site a purement et simplement fermé l’accés aux commentaires des internautes sans la moindre des explications.
    Le message était clair : «je prends position avec Boutef et dezzou mâahoum» ! Beaucoup savent aussi que la censure, à part le football pour augmenter la fréquentation, est une pratique tout à fait normale sur le site TSA. (Remarquez à ce propos les efforts mis dans la publication d’articles incendiaires durant la crise avec l’Égypte et la présence, en même temps, des bannières publicitaires de Djezzy qui défilent sur le site de TSA. Si ce n’est pas du mercantilisme hypocrite, je me demande ce que c’est!?).
    Alors, les sources «bien informées» et autres «proches de…», que nous sert TSA à tout bout de champs, sont en effet très proches de Saïd Bouteflika et ses sbires ! Faut pas chercher plus loin, c’est la vérité. Et à la lumière de ces faits, on comprend mieux que le principal objectif de l’article, d’un amateurisme affligeant, que TSA veut nous fourguer, est d’encenser Bouteflika et de tenter de «redorer» son image et rien d’autre!!!
    Quant au peuple algérien, il est et restera en effet fier et exigeant, et c’est bien pour cela qu’il vomit la racaille qui le trompe tout autant que celle qui tient absolument à le gouverner malgré son propre vouloir. C’est bien pour cela qu’il réclame et exige le départ de tous les TSA, les Boutefs et autres Toufik…




    0
  • still
    28 février 2010 at 22 h 48 min - Reply

    On a marre autant des novembristes que des janvieristes.En quoi sont-ils differents?Ils se tapent tous notre Algerie tout en pretendant la proteger , contre qui? contre nous pardi!




    0
  • le stratége
    1 mars 2010 at 8 h 29 min - Reply

    Bonjour a tous…decidement l’avis de ce haut fonctionnaire a TSA n’est qu un applaudissement ignard d’un chaouch à la gabegie de son maitre…le fleuve detourné de feu rachid mimouni continu et le quai aux fleurs de malek haddad,hesite à pousser ses massifs jusqu’a la colline oubliée de mammeri…en passant par les chemins qui montent de Feraoun…ou les chercheurs d os de djaout,ne recoltent que les escargots entetés de boudjedra…vous m’avez compris….




    0
  • Amrane
    27 février 2013 at 13 h 59 min - Reply

    PASSE DROIT ET HÉGÉMONIE

    Ils ne recrutent presque plus que leurs proches et parents,
    directs ou par alliance,
    usent et abusent , démesurément,
    des moyens de l’entreprise jusqu’aux bons d’essence,
    ces comportements et pratiques se savent, tellement flagrants,
    mais la peur des représailles, les passent sous silences,
    c’est ainsi que l’on voit les bien nommés et leurs enfants,
    afficher leur particulières immunité, avec une arrogante flagrance.

    Ils transportent leurs épouses et leurs progénitures,
    se servent sans compter et partent en villégiatures,
    aux frais de la princesse, l’entreprise qu’ils gèrent,
    et font sur les biens et fonds, table rase, sans s’en faire,
    même l’argent des cotisations des travailleurs,
    celui de la mutuelle, comme des seigneurs,
    en maîtres absolus, sans avoir à rendre compte,
    hé oui, la logique et la justice en ce pays sont absentes.

    Ils s’attribuent même des primes faramineuses,
    en récompenses pour leur gestion clanique ruineuse,
    l’essentiel pour eux n’étant pour sur,
    que de mener la majorité du peuple à l’abdication par l’usure,
    obéissant à des cercles mafieux occultes,
    qui nous accusent de tous les mots et nous insultent,
    par l’imposition de ces gens mesquins, au pouvoir,
    ennemis déclarés de la culture et du savoir.

    Eux les rallonges des multinationales spoliatrices,
    dont ils se font les serviteurs zélés et complices,
    fiers d’être mieux lotis que d’autres, rentiers,
    on empreinte, avec des œillères, leurs voies et leurs sentiers,
    pour nous ingénier comme des bêtes disciplinées et dociles,
    à spéculer sur les retombées de l’économie aux coûts du baril,
    oubliant toutes les nuits blanches et la peur de l’échec,
    face à quelques sous ou à de gros bons et « cheikhs »1*

    *1* ces fameux formulaires où s’inscrivent des montants à encaisser, désolé pour l’orthographe !.

    LA CRISE

    Dirigeants incompétents,
    vos discours sont embêtants,
    abandonnez vos escabeaux
    avant que l’Algérie ne tombe à l’eau.

    Cédez vos places, alors qu’il est encore temps,
    les résultats seraient réjouissants,
    le citoyen, n’aurait plus à vous souffrir
    et retrouverait ses repères à coup sur.

    Cessez d’être injustes et arrogants,
    nous sommes tous perdants,
    l’avenir est à ceux qui le préparent
    et de vos boniments, on en a marre.

    Les martyrs, glorieux combattants,
    ont montré la voie à leurs enfants,
    alors que vous, infâmes voleurs,
    vous jouissez de nos malheurs.

    Le prix du pétrole, fluctuant,
    nourrit, en vous, avidité et passion
    et pour priver le peuple de ses richesses,
    vous l’accuser de boulimie et de paresse.

    Vous brossez des tableaux alarmistes,
    en ce domaine, vous êtes artistes,
    on ne peut vous renier, ce funeste mérite,
    d’avoir causé notre déchéance et la faillite.

    Vous mendiez, les aides et prêts, en notre nom,
    pour doper vos comptes en banques, dormants,
    vous, usez la fibre jusqu’à l’usure
    et nous jetez, à vos disciples, en pâtures.

    Vous avez fait de nous, des caisses à résonance,
    réagissant, à vos coups de maîtres, sans défaillance,
    instruments, aux mains de virtuoses, dissonants,
    jouant chacun, sa mélodie ou sa partition.

    Au lieu de faire nos bilans et constats,
    nous vous suivons pas à pas,
    vers un abîme, sans fond,
    où nous tomberons seuls, applaudissant.

    Alors que vous, bandes de bêtes immondes,
    vous semez, partout dans le monde,
    les graines de la déraison inconsciente,
    emportant, dans notre sillage, animaux et plantes.

    Ses effets seront tels,
    que plus rien ne viendrait du ciel
    et vous plus que tous,
    vous mourrez de dépit ou de frousse.

    ÉMEUTIERS (BALTAGAS)

    Ils créent eux-mêmes les émeutes,
    puis lâchent les gardiens de leur paix, en meutes,
    taper et tirer sur des manifestants,
    les traitant de voyous et de délinquants.

    Pour accentuer les dissonances,
    parmi les citoyens usés par leurs souffrances,
    mettant dos à dos,
    les pauvres victimes et les puissants bourreaux.

    Ils sont vraiment forts,
    pour manipuler et causer des torts,
    sans jamais se soucier des pertes,
    de l’Algérie à leurs jeux malsains offerte.

    Faisant de la « Hogra » institutionnalisée,
    un mode de gestion labélisé,
    protégeant le monopole de leurs œuvres,
    par le mensonge et les manœuvres.

    Dignes des hommes des cavernes,
    vivant au jour le jour, dit sans gouverne,
    c’est là une insulte pour ces ancêtres,
    fins stratèges en tout, maîtres.

    Créateurs des premiers outils,
    qui nous rendent la vie agréable aujourd’hui,
    alors que nos indignes dirigeants, inclassables,
    ruinent le pays et nous abusent , inlassables.

    Se croyant avoir du génie, insidieux,
    ils mangent à tous les râteliers et jouent les pieux,
    prônant la diversité et l’inégalité divines ,
    ils se servent eux seuls et se lèchent les babines.

    Nous mettant l’eau à la bouche, bavant,
    nous méprisons nos érudits et nos savants,
    « emportés » que nous sommes par nos envies,
    de réussite sociale et de gain facile aussi.

    Leur amour des hauteurs est comme la gangrène,
    il se propage presque à tout le monde, à la chaîne,
    même les plus tenaces capitulent,
    se voyant dépasser et mépriser par des nuls.

    MESQUINS

    Félicitations vous êtes des Dieux,
    vous bouchez des oreilles et fermez des yeux,
    faisant des gueules grandes ouvertes,
    à votre gracieuse bonté offertes ;

    Des mains tendues sous tables accrochées aux sièges,
    quémandent petites miettes et gros privilèges,
    Prévenant Diligents Généreux,
    vous exaucez prières, rêves et vœux ;

    Sans oublier de sévir au passage,
    faisant dans la probité et l’honnêteté carnage,
    lésant et spoliant des travailleurs,
    les touchant en tout, même dans leur honneur ;

    Vous distribuez biens et richesses,
    vous faites montre d’ouverture et de largesses,
    vous permettant le luxe et à loisir,
    de vous approprier des biens et d’en offrir ;

    Vous Inspirez Pessimismes et rancœurs,
    vous noircissez les destins dans les cœurs,
    vous croyant au dessus de tout, forts,
    alors que vous vous savez mesquins, serviteurs d’abord ;

    Avec la bénédiction de vos protecteurs et de vos protégés,
    vous promouvez qui vous voulez et les logez,
    étant dit qu’un bien mal acquis ne profite jamais,
    je vous vois à une fin des plus horrible, condamnés,

    Encore une fois je vous félicite, l’âme tranquille,
    plébiscités comme vous l’êtes par des imbéciles,
    rampants et prêts à tout pour tomber sous votre grâce,
    leur naturel revient au galop quand il le chasse.

    Hé oui dans un pays où la prédation fait seule loi,
    tous les parvenus se voient puissants et le croient,
    par la magie d’un système corrompu et corrupteur,
    encourageant les opportunistes et les zélateurs.

    Même des syndicalistes et les délégués,
    sont soudoyés et impudemment dragués,
    pour ne faire que de la figuration,
    traîtres et indélicats qu’ils sont.

    …même en «au lieu»…

    PETIT

    Petit de taille et de personnalité,
    il se prend vraiment pour une sommité,
    dans un pays où les alliances,
    se jouent des valeurs et des compétences ;

    c’est fou comme la grandeur parfois,
    marie le physique et les choix,
    et l’on voit alors les êtres de petite taille,
    s’allier à des goujats et des canailles ;

    pour se donner l’illusion de leur force,
    en gonflant leurs comptes en banque à défaut du torse,
    laids comme ils sont, ils demeurent jaloux,
    et se croient enviés et menacés, constamment de partout ;

    un petit reste petit, même au sommet de l’Everest,
    un gnome né gnome, toute sa vie le reste,
    quand il se fait parasite rongeur d’idiomes,
    il ne peut qu’être nuisible mais point homme ;

    que les nains géants par leurs œuvres, me pardonnent,
    je ne parle pas que de petitesse physique mais de neurones,
    qui caractérisent ces gens déposées aux cimes,
    pour briser des hommes et maquiller des crimes .

    UN PEUPLE EN OTAGE
    L’ALGERIE OTAGE

    Ils se croient vraiment grands,
    ces parvenus de dirigeants,
    qui détiennent les clés de cette maison,
    « Algérie » de nos parents,

    abusant tout le monde en tout,
    même les délinquants et les voyous,
    se servant d’eux pour alimenter les feux,
    des émeutes qu’ils créent , eux mêmes, en tous lieux,

    pour faire croire à travers le monde,
    que les rues d’Algérie, elles aussi, grondent,
    comme dans les pays de droits,
    pour soutenir ou changer des lois,

    alors qu’eux se retranchent dans leur pays,
    au club des pins, au peuple interdit,
    ils ne construisent que peu de logements,
    pour s’en servir comme appâts et hameçons,

    et spéculer à outrance sur les prix et le loyer,
    alors que leurs enfants outrageusement gâtés et choyés,
    n’ayant aucune idée des valeurs,
    portent atteinte aux citoyens et leur honneur,

    arrogants et forts de leurs alliances et filiations,
    de l’humilité, ils n’ont aucune notion,
    se croyant tout permis,
    ils détruisent les fondements de l’Algérie,

    sous le regard approbateur et complaisant,
    des gardiens du temple et des parents,
    juste soucieux de garder leurs privilèges,
    en maintenant l’oppression sous l’état de siège.

    Par Amrane AKKACHA




    0
  • Congrès du Changement Démocratique