Édition du
21 July 2017

Bordj Ménaïel : Des manifestants bloquent la RN12

El Watan 1er mars 2010

Des centaines de jeunes ont bloqué la RN12, à Bordj Ménaïel, à l’aide de pierres et d’objets divers, pour protester contre le retard mis par les autorités dans le versement de leurs salaires.

Ces jeunes, qui travaillent sous contrat dans le cadre d’un dispositif mis en place par la direction de l’emploi et payés à raison de 12 000 DA par mois, ont campé sur place depuis le matin jusqu’à la fin de l’après-midi. Chaque fois que les forces de sécurité tentaient de débloquer la route, des échauffourées éclataient. Les manifestants, dont le nombre a grossi au fil de la journée, ont juré de rééditer l’action tant que leur problème n’est pas réglé. « Je suis au chômage depuis plus de cinq ans et même en réussissant à décrocher ce contrat, la situation pour moi reste la même. Fermer la route est notre seul recours. Personne ne veut nous écouter ou nous recevoir », tempête un jeune de la cité Bousbaâ.

Par M. M.


Nombre de lectures : 2551
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    1 mars 2010 at 11 h 26 min - Reply

    Actualités : VIVE TENSION À BORDJ MÉNAÏEL
    Des centaines de jeunes ferment la route

    Le Soir d’Algérie 1er mars 2010

    Décidément, la route, surtout quand il s’agit d’un axe important, n’en finit pas de se transformer, dans notre pays, en tribune de protestation et de réclamation des droits des uns et des autres. Ainsi, s’agissant de l’important tronçon de la RN12 reliant Thénia à Tizi-Ouzou, il ne se passe pas une quinzaine de jours sans que cet axe stratégique soit fermé par des manifestants dans l’une des communes de la wilaya de Boumerdès.
    Cette fois-ci, c’est au niveau de Bordj Ménaïel qu’elle a été fermée, durant toute la journée de dimanche, par des dizaines de jeunes. On imagine les désagréments causés aux automobilistes, très nombreux, allant ou venant de l’est de la wilaya de Boumerdès ou de Haute Kabylie. L’un d’eux, coincé dans l’immense embouteillage qui s’est formé, n’a pas hésité à nous appeler pour fustiger les responsables de la wilaya qui, selon lui, seraient restés inertes devant cette action de protestation qui a paralysé la circulation entre des régions très importantes du pays. «Qu’ils viennent dialoguer avec les manifestants pour que nous puissions avoir le droit de circuler. C’est affligeant ! Ils y a des gens qui ont des urgences, des malades évacués qui restent coincés toute la journée. Ce n’est pas normal !» fulminait cet automobiliste au téléphone. Cette fois-ci, la cause serait, selon le chef de cabinet du wali de Boumerdès, M. Brahimi, le retard de deux mois dans le payement des indemnités de quelque 300 jeunes recrutés par la commune de Bordj Ménaïel. Des jeunes recrutés dans le cadre du dispositif d’insertion des jeunes. Le chef de cabinet impute ce retard à la commune. Il assure, cependant, que le problème est pris en charge. Mais les assurances des officiels n’ont visiblement pas satisfait les manifestants qui, selon quelques citoyens que nous avons joints par téléphone, ont fait état d’autres difficultés rencontrées par la population de cette municipalité gérée par les islamistes du MSP. Il est question, entre autres problèmes, de la sévérité des gendarmes qui retirent les permis de conduire à la moindre infraction, jugée minime, de la distribution des logements et de l’état des routes. Des habitants de la localité nous ont signalé, par téléphone, l’acheminement en fin d’après-midi de forces de sécurité anti-émeute. Policiers et gendarmes, nous ont-elles dit, font face aux manifestants. Au moment où nous mettons sous presse, la tension entre protestataires et forces de l’ordre était, selon nos informations, vive. Des jets de pierres contre les éléments des services de sécurité ont été signalés, et la route restait toujours fermée à la circulation. Une escalade débouchant sur de violents affrontements n’est pas à exclure.
    Abachi L.




    0
  • alilapointe
    3 mars 2010 at 15 h 13 min - Reply

    Je comprend la détresse de ces jeunes , et l’action revendicatrice qu’ils mènent cependant , même si leur action ce dirige vers l’état , et représente un cris d’alarme , il faudrait trouver un solution pour minimiser l’impacte sur les citoyens .c’est pas grave s’Il ne vont pas travailler … mais aller a l’hôpital … il faudrait assurer le stricte minimum .
    http://actubled.over-blog.com




    0
  • Congrès du Changement Démocratique