Édition du
22 July 2017

Hocine Aït Ahmed :« Il n’y a pas de fatalité historique et les issues existent. « »

Extraits du message adressé par Mr Hocine Aït Ahmed au Conseil National du FFS. 06 mars 2010

Chers camarades,

Nous faisons face à un pouvoir qui empêche toujours le peuple algérien de s’exprimer librement ; à un pouvoir déterminé à briser toute opposition et tout opposant ; un pouvoir qui n’a d’autre alternative que d’aggraver la répression ou de disparaître politiquement.

En dépit de toutes les crises qui se succèdent, se chevauchent et secouent le pouvoir, l’opposition peine à reprendre l’initiative politique.

Autour de nous, les Algériennes et les Algériens vivent dans la précarité morale et sociale. Même les espérances qu’ils avaient placées dans la conscience internationale, comme remparts et garanties de la liberté et de la démocratie sont en train de s’effondrer.

La gestion de hasard menée pendant des décennies a fini par installer la violence au cœur des institutions et des rapports sociaux. Elle bloque toute évolution et toute réforme. Elle nous maintient dans l’archaïsme et compromet sérieusement l’avenir du pays. Seuls ont droit de cité les rapports de force nue.

Aujourd’hui, l’expérimentation sociale, la gestion pacifique de conflits, les médiations sociales et politiques sont quasiment impossibles. (…..)

(….) Dans le contexte actuel de crise mondiale durable et de redéfinition des relations internationales, les initiatives d’appui aux transitions démocratiques restent timorées et ne constituent plus une priorité. Le plus souvent, elles se cantonnent dans des discours et des professions de foi.

La violence et la menace constante du recours à la force réapparaissent comme les composantes fondamentales du nouveau système pan-étatique des relations internationales.

Les puissances en mesure d’influer où d’influencer les régimes autoritaires, observent une attitude floue et donnent une impression de valse hésitation.

Au mépris des idéaux et des valeurs qu’elles proclament, au mépris des valeurs qui fondent la communauté des nations, elles préfèrent délibérément continuer de soutenir et de protéger ces régimes.

Les efforts méritoires des organisations non gouvernementales ne sont pas en mesure de renverser cette tendance lourde, en l’absence d’une véritable Société Civile Internationale.

Notre pays est emblématique de cette attitude troublante pour ne pas dire équivoque. Victime d’enjeux et d’équilibres géopolitiques régionaux voire mondiaux, il devient la profondeur stratégique des uns et le point d’appui des autres.

Comment expliquer autrement le silence, la bienveillance voire la complaisance envers un régime qui ne peut pas moderniser, stabiliser et encore moins démocratiser le pays ; un régime qui a une responsabilité écrasante dans les désastres que nous avons vécus et qui, circonstance aggravante, constitue, par ses options, un facteur potentiel de déstabilisation régionale.

Rien de ce qui se passe dans l’un des pays du Maghreb n’est sans conséquence sur les autres. La contagion est la règle. Le passé proche et lointain en témoigne, la communauté de destin qui lie nos pays n’est pas une simple vue de l’esprit.

Chers amis,

La situation actuelle de notre pays est la résultante de la conjonction de la situation internationale et de la crise interne qui perdure.

La vie publique est en voie d’extinction ; les espaces publics se rétrécissent en peau de chagrin ; aucune place n’est laissée à une expression libre de la société, encore moins à son organisation. Il n’y a pas d’élections libres, il y a crise de légitimité et de représentation politique et sociale. Ne demeure plus qu’une gangue institutionnelle. La répression et la corruption sont le seul ciment de l’Etat.

Les institutions, la sphère médiatique et l’essentiel des organisations politiques, associatives et syndicales sont dévoyées de leurs missions et responsabilités, réduites à n’être qu’un outil de contrôle et de corruption politique et sociale.

Chers compatriotes,

Sommes-nous des alarmistes ? Sommes-nous des alarmés ?

Sommes-nous des semeurs d’angoisse ou faisons-nous preuve de lucidité à un moment critique de notre histoire ?

Quel avenir pour notre pays ?

Pouvons-nous espérer un avenir d’équité, de justice, de libertés et de dignité ?

Réussirons-nous à sauver ce qui peut encore l’être ?

(….) Face à nous, un pouvoir liberticide foncièrement opposé au pluralisme et aux Droits humains, qui ne tolère de partis que soumis ou sans ancrage social véritable.

Autour de nous, la société  se déstructure et se disloque de jour en jour. Les femmes et les hommes de ce pays ne savent plus,  peut-être ne veulent plus et en tous cas ne peuvent plus, faire de la politique.

(….) Au-delà des utopies mobilisatrices et de la radicalité de nos positions, avons-nous réussi à faire barrage à la restauration de la dictature ?

Nos appels aux dialogues, nos mises en garde, nos initiatives, nos contrats et nos campagnes politiques ont-ils eu les résultats escomptés?

Nous avons des ambitions pour le pays et voulons un changement radical et pacifique. Nous ne pouvons nous suffire de déconstruire le discours du régime, dévoiler ses manipulations, ses complots et ses mystifications. (….)

Hocine AIT AHMED


Nombre de lectures : 4886
21 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ankarba
    7 mars 2010 at 11 h 28 min - Reply

    Cher da elhoucine,
    A quand un appel à l’union de toutes les forces pour le changement radical (qu’on l’appelle pacifique ou non violent d’ailleurs)?
    A quand un nouveau souffle d’alliance de l’opposition intègre de tout bord politique ayant comme base des principes tels qu’énoncés dans l’appel du 19 mars (par exemple)?
    A quand un nouveau st Egidio?
    Pourquoi nos quelques références historiques, et profondément nationaliste comme vous et M. Mehri et d’autres encore, ne prenez pas l’initiative d’unir toutes les forces vives de pays derrière vous? Le peuple a besoin que ces leaders non encore gangrénés par le pouvoir en place lui montre le chemin de la délivrance.

    Cordialement




    0
  • nasser
    7 mars 2010 at 14 h 53 min - Reply

    qu’il rentre au pays, c’est le seul signe positif qu’il puisse ( encore ) faire, les discours, ils n’arrivent plus aux concernés, englués dans notre deprime quotidienne sinon la survie
    à moins de s’appeller Zidane pour faire rever et qui vient nous gratifier de ses exploits et ses coups de boules, reçus CINQ CINQUE par nos chaouchi et autres bouteflikas de pacotille




    0
  • hakim
    7 mars 2010 at 15 h 43 min - Reply

    Salut da elhocine!!
    Je vais juste reprendre un refrain de Matoub Lounès qui disait:  » athmaten inselmen, d-leqvayel ad-jemlen, doula atsneneqlav » à bon entendeur.
    thanmirth




    0
  • BRAHIM
    7 mars 2010 at 15 h 54 min - Reply

    @nasser, quand un homme a pu déjoué les attentats contre sa personne, il ne peut se permettre de jouer avec sa vie à tous les coins de rue. C’est çà la règle. La prudence, mon frère !C’est vrai que , comme tu dis, Da El hocine en Algérie parmi nous, c’est nettement mieux !




    0
  • 63
    7 mars 2010 at 15 h 57 min - Reply

    da l’hocine,Tout le monde sait que depuis la mort de 400 chouhada du ffs en 63 vous avez temperer votre ardeur, et bien vous faites erreur car aujourd’hui il ya des millions d’algeriens prés a reprendre les armes que de vivre sous le joug des trabendistes sans foi ni loi,si c’est le prix a payer beaucoup d’algeriens sont déterminer ,il leur suffit juste un leader credible comme vous pour mener le train a bon port yallah a da l’ho.
    Aujourd’hui les algeriens savent a qui vous etes,la propagande journaux et tv ne peuvent plus vous régionaliser car votre passé parle pour vous .




    0
  • sirezki
    7 mars 2010 at 16 h 10 min - Reply

    Bonjour si l’hocine ,il ya encore de la baraka ,pourquoi pas un dernier baroud d’honneur contre les residus de de gaulle.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    7 mars 2010 at 18 h 59 min - Reply

    M. Hocine Aït-Ahmed bonjour ! J’exprime ici l’opinion d’un simple citoyen ancien moudjahid, s’adressant à un aîné qu’il respecte. Je trouve en effet, en votre qualité d’un des rares leaders historiques encore vivant – Dieu vous prête encore vie – que votre devoir aujourd’hui, est de rentrer au pays pour prendre solennellement une position politique et morale, condamnant clairement l’illégitimité et la corruption d’un régime anti national et scélérat, en vous prononçant pour l’organisation d’élections générales dans le pays, pour la mise en place d’une Assemblée Constituante, ainsi que vous n’avez jamais cessé de le préconiser.




    0
  • Kestadi ?
    7 mars 2010 at 19 h 04 min - Reply

    @Hakim

     » Je vais juste reprendre un refrain de Matoub Lounès qui disait: » athmaten inselmen, d-leqvayel ad-jemlen, doula atsneneqlav » à bon entendeur. »
    thanmirth
    ????????? Kézako?
    ————————————

    Et moi,je vais juste reprendre un refrain d’un chanteur néerlandais:
    We hebben als internet dienstverlener een enorme maalstroom aan ontwikkelingen doorgemaakt en ik ben er erg trots op dat we vandaag, 15 jaar na dato, nog steeds zelfstandig en onafhankelijk onze diensten kunnen aanbieden waarbij een persoonlijke aanpak en kwaliteit voorop staat.

    C’est clair,non?




    0
  • yassine
    7 mars 2010 at 20 h 40 min - Reply

    Que dieu lui prete longue vie. L’heure est à l’union de toute l’opposition algerienne sans exception.Alors quand est ce ca sera le cas ?




    0
  • Hamid CHILI
    7 mars 2010 at 21 h 32 min - Reply

    Vous êtes un homme propre,personne ne peut le contester;c’est l’essentiel.




    0
  • mohandas
    7 mars 2010 at 23 h 19 min - Reply

    Hocine Ait Ahmed grande personnalité ,vrai opposant ,homme intègre ,personnalité historique incontestable du mouvement national .Aucun de ces termes ne peut lui être dénier, je pense qu’il mérite un grand respect, que ses paroles sont toujours empreint d’une grande lucidité et d’une grand sagesse. Cela étant dit l’on ne peut pas dire la même chose du parti qu’il a fondé il y’a maintenant longtemps et qui a connu plusieurs périodes historique différente. Pour aujourd’hui la déception est grande venons d’un parti qui avez des idéaux si grands. D’abord dans la pratique au niveau de la gestion communale et wilayal où les élus du FFS ont les mêmes pratiques que le FLN, mauvaise gestion, népotisme, enfin tout le répertoire bien connue du FLN que les élus du FFS ont répété comme de bons élèves. J’aimerais dire que ces propos je les tiens de gens qui ne sont engagé dans aucun parti et qui au contraire ont toujours voté pour FFS. Je prends ces précautions pour ne pas me faire accuser d’agent de la SM. Ce qui me conduit à mon deuxième point qui est son sectarisme, qu’il soit la cible de tentative de déstabilisation de la part des services et de ses vassaux est une évidence, mais de la à accuser tout personne le critiquant comme agent de la SM confine à la paranoïa, ce qui entre parenthèse prouve que ces services en réussi à le déstabiliser et à le contenir c’est sa paranoïa et son sectarisme. Sa position attentiste est devenue un obstacle au changement. Sous prétexte de non violence il n’a aucun projet d’envergure pour passer à l’action. Sa vie ce résume à une gestion bureaucratique de ses petits acquis. Ce qui est évident c’est que si le peuple algérien devait se mobilisé ça serait en dehors de tous ces partis dans une nouvelle organisation où la base garde son autonomie et qui donne le la, sans une bureaucratie qui donne ses ordres mais qui exécute la volonté populaire. Un nouveau mouvement d’opposition populaire n’attend pas de reconnaissance d’un pouvoir qu’il estime illégitime , nous ne somme pas dans les état liberaux d’europe . Le mouvement national algerien n’a pas attendu la reconnaissance du pouvoir colonial pour agir.Un mouvement d’emancipation n’a pas à se réferer aux lois d’un régime illégitime, mais aux principes issus de novembre et de tout le mouvement national pour faire aboutir ses idéaux. Donc un tel mouvement ne peut exclure aucune action, à part celle que réprouve les principes de ce mouvement.On peut conclure que la pratique du FFS et loin de cela…




    0
  • batni
    8 mars 2010 at 0 h 19 min - Reply

    @Kestadi ?, notre ami Hamid a écrit dans une langue du pays, vous pouvez toujours demander une traduction, explication du commentaire dans le respect de la langue d’une partie de vos concitoyens. Je ne sais pas ce que vient faire le chanteur néerlandais dans une discussion entre Algériens?




    0
  • hakim
    8 mars 2010 at 0 h 50 min - Reply

    @Kestadi ?
    La différence entre toi et moi, c’est que moi j’ai cité un chanteur Algérien, et j’avais écris son refrain dans une langue Algérienne que t’es sensé de connaitre. mais je comprends bien ton complexe et surtout, ta mauvaise foi.




    0
  • hakim
    8 mars 2010 at 0 h 59 min - Reply

    @Kestadi ?

    et encore, à la différence de toi, moi j’ai bien compris ta phrase en néerlandais. T’es mal tombé car je parle bien cette langue. alors décomplexe un peu ta tête et ton esprit




    0
  • med
    8 mars 2010 at 1 h 20 min - Reply

    @ kestadi
    azul d slam fellawen a yatmaten.
    teččurem u tessufeɣem-ed aɣuccu-nwen imi yiwen si meyya yenna-d sin imeslayen s teqbaylit. Ayen id i-yessewhamen d imḍebbeṛ n wesmil i ittɛemiden i teɣyulit-agi-nwen ad d-ɛeddi…
    tanmirt




    0
  • BRAHIM
    8 mars 2010 at 18 h 58 min - Reply

    Ya khaouya les @med, @kestadi, @hakim et @batni, ils s’éclatent !C’est formidable! Cà fait du bien je sais. Mais il faut tempérer les ardeurs c’est mieux. Restons cool !
    Azul, salam, bye , ciao, à bientôt!




    0
  • Lucho
    8 mars 2010 at 21 h 44 min - Reply

    Bonjour Da l’hocine,
    Je crois qu’il est temps de rentrer au bled et finir ses derniers jours en grand ZAIM.Croyez moi que votre presence nous fera beaucoup de bien. Par contre elle fera beaucoup de mal a ceux qui ne la souhaierai pas. Nous vous attendrons tous:Chaouis,Kabyles,Oranais, Mozabites,Terguis,Algérois, tout le peuple dans sa diversité. Montrez leur(le pouvoir) que vous ne les craigner pas car vous etiez toujours aux cotés de la liberté et la dignité. Faites revivre, vous l’historique ,les principes de novembre 54, en montrant le chemin de la gloire á ces millions d’otages delaissés et oubliés. Mes respects.




    0
  • ammar
    10 mars 2010 at 9 h 33 min - Reply

    je vois mal un vieux de 85ans aller affronter des CRS de zerhouni ,et des jeunes a fleur d’age aller chercher des visa et des harga,a chacun son tour.




    0
  • said
    10 mars 2010 at 21 h 49 min - Reply

    La seul phrase utile en 15ans de regne au sultanat d’algerie de boutheflika est: vous n’avez pas de pays de rechange.




    0
  • Lies
    12 mars 2010 at 6 h 02 min - Reply

    @ Monsieur Ait-Ahmed.

    Que Dieu vous prête longue vie et vous accorde une heureuse vieillesse.

    Malgré vos souffrances et votre infortune, soyez dans la joie, car vous n’avez pas exercé le pouvoir.

    Vous êtes quitte de toutes les exactions et les injustices que des gens nombreuses ont pratiquées au nom du pouvoir.

    Le pouvoir corrompe, tout le monde le sait, c’est pourquoi celui qui est appelé à l’exercer doit pour se prémunir des ses fatales tentations, réunir en lui un ensemble de qualités: sagesse, intelligence, clairvoyance, discernement et justice.

    Vous avez ces qualités mais le système ne voudra jamais d’un homme comme vous.

    Pas seulement le système algérien.

    Le système mondial aussi ne voudra pas de vous, notamment dans sa configuration morale actuelle.

    Le monde est sous la domination de l’ARGENT mal acquis (LE FRIC), et toute la planète est en train de gémir sous la prédation de ce nouveau dieu qui a pour mission de combattre la beauté, la vérité et la justice.

    Dieu soutient les justes.

    Le combat pacifique et intelligent pour un État de droit, correctement gouverné, devra continuer, et c’est aux jeunes et aux moins jeunes de prendre leurs responsabilités historiques vis-à-vis de leur patrie.

    Vous avez fait votre part et vous méritez de vous reposer et saluer de loin les victoires que devrait réaliser l’actuelle génération.

    Respect.




    0
  • rachid bakalem
    27 mars 2010 at 15 h 27 min - Reply

    Cher Si DaLho,
    Vous dites dans votre article : « Nous avons des ambitions pour le pays et voulons un changement radical et pacifique » : Mais la question est : Qui fait ce changement ? Le FFS seul ? Je ne crois pas que ce soit possible. Il y a de nombreux mouvements et personnalités qui veulent cela aussi. Pourquoi ne vous alliez pas tous pour le même but ? Le match qui se joue en Algérie nécessite un jeu collectif et non individuel, car l’enjeu est énorme : c’est l’avenir du peuple algérien :
    La division de l’opposition réelle, arrange le pouvoir criminel, vous le saviez très bien !
    Aucun zaim ne pourra seul sauvez l’Algérie. Le peuple algérien ne veut plus de zaims mais a besoin de serviteurs. Alors si j’ose conseiller ceux qui se battent contre la dictature et vous en premier lieu : ouvrez-vous aux autres et dialoguez avec vos compatriotes avant de demander plus d’ouverture au régime.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique