Édition du
23 July 2017

L’homme et le démon, histoire d’une longue folie

El Watan 08 mars 2010

C’est dans la genèse, à l’issue d’une crise de démence, la Révolution assassine son meilleur théoricien, Abane Ramdane. Puis, crise de folie, une armée venue d’ailleurs, installée sur la frontière entre la raison et la déraison, prend le pouvoir à l’indépendance et interne dans des centres psychiatriques les aliénés considérés comme normaux, qui revendiquent un Etat normal.

Puis follement, le colonel Boumediène, considérant que Ben Bella devenait dérangé par le monopole du pouvoir, organise un coup d’Etat. La chasse aux fous et aux opposants s’installe, l’Algérie se fait soigner dans son propre pays et interner pour des raisons d’ordre mental par les psychiatres de la Sécurité militaire, eux-mêmes fous, voyant des contre-révolutionnaires partout. Le colonel meurt, pure folie, selon le FLN ; et la voie s’ouvre à un inconnu, autre folie, selon les successeurs de Boumediène. Chadli s’installe pour finir par commettre la folie d’agréer le FIS. Il est renvoyé un revolver sur la tempe, par un général devenu fou de rage. Le président suivant est assassiné par un fou et le pays sombre tout entier dans la démence, 200 000 Algériens meurent, pris dans un tourbillon de folie.

Par démence, Zeroual démissionne, arrive Bouteflika, les yeux fous et le poing sur la table, quelques experts parlent d’état psychotique mais personne ne les écoute. Déraisonnable, il change la Constitution pour devenir président à vie. La vie n’a alors plus de sens et dans une crise de démence, Oultache, colonel, assassine son patron, colonel, à cause d’une dispute à la cantine. Peu importe la lecture des événements, l’avantage de la thèse de la démence est de déresponsabiliser hommes et institutions. Le colonel Oultache à moustache ? « Mejnoun », selon la thèse officielle, c’est-à-dire littéralement « habité par un djinn ». C’est donc une forme d’ingérence étrangère. C’est donc encore la faute aux étrangers.

Par Chawki Amari


Nombre de lectures : 1814
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Joinville
    9 mars 2010 at 17 h 27 min - Reply

    Et toute cette meute de dingos qui nous gouvernent de dire à tout un peuple:
     » Aouh nhabloukoum, aouh nahrboukoum ! »
     » Nous vous ferons fous ou nous ferons fuir! »
    C’est fait:, merci!




    0
  • Ammisaid
    10 mars 2010 at 8 h 07 min - Reply

    Assalam, azul, bonjour
    Si tu crois que les Djinns n’existent pas, tu trompes cher Amari. Ils existent et ils aiment sévir là où sévit la saleté des coeurs. Et, au club des Djinns, ils travaillent d’arrache-pied pour transformer nos dirigeants pas en djinns, mais plutôt, en Chayatines.
    L’humain est limité pas son corps, il ne peut pas voler, il ne pas courir à la vitesse de la lumière, il peut se satisfaire du nécessaire…Mais quand il est dirigé par son maître le Djinn, là, il devient insatiable, invincible, impossible à satisfaire et capable de tous les malheurs et de toutes les horreurs. Comme nous, les Djinns ont aussi des spécialités et ceux qui vivent dans notre pays, qui fréquentent et qui encadrent nos dirigeants sont devenus des imminents spécialistes : du crime, de la perversité, de la torture, de la rapine, de la trahison, de la violence, de l’avarice, de l’avidité, de l’hypocrisie, de l’égoïsme, de la fausseté du jugement, des passions les plus vilaines…
    Nos dirigeants sont dirigés par les djinns comme nos dirigeants nous dirigent. Allah yestar à Si Amari.
    Il faudra faire une ROKIA nationale pour adoucir nos âmes mais pour nos dirigeants, il en faut, une 24/24 pendant 47 ans et ce n’est pas sûr d’obtenir un résultat tangible. Leurs djinns se sont installés dans leurs corps cellule par cellule, nerf par nerf, cheveu par cheveu, organe par organe…Ils dirigent même leurs rêves les plus intimes et leurs intentions les plus profondes. Wa Allahou A3LAM
    Fraternellement




    0
  • Ammisaid
    13 mars 2010 at 22 h 39 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Il était une fois un homme sur le point de mourir.
    Il lui rester deux secondes.
    Il avait vu sa vie défilée comme dans un film. Tout est clair.
    La vérité, sa vérité lui était apparue avec une netteté absolue.
    Rien ne manquait. Il avait vu qu’il n’avait jamais fait une bonne action, qu’il n’avait jamais eu une bonne intention et qu’il n’avait jamais dit une bonne parole.
    Tout ce qu’il avait fait était mauvais. Son âme était perverse, rusée, hypocrite, menteuse et égoïste. Son coeur était mort et son corps n’aimait que la vie et il ne cherchait que satisfaire ses passions et ses désirs les plus primitifs.
    La mort le prenait et il avait compris que c’était l’enfer qui serait sa demeure.
    Il l’avait compris et il avait compris qu’il n’y avait plus rien à faire.
    C’était trop tard pour lui. Il avait gâché toutes ses chances et il avait raté toutes les occasions pour changer et pour être un humain.
    C’était trop tard !
    Dans sa tombe un ange était venu le voir.
    – Il lui avait dit: Dieu ne pourra t’accueillir dans son vaste paradis car il n’a pas comme tu le sais trouvé un atome de bien dans ce que tu as fait, dans ce que tu as dis et dans tes intentions durant toute ta vie. Mais, en attendant, la fin du monde et du fait de sa miséricorde, il propose à ton âme de revenir sur terre et de vivre dans le corps d’un humain qui l’acceptera.
    – Il lui repond: je veux bien. Je préfère attendre dans un corps avec tous ses avantages: la chair, la température, le cerveau, le coeur, le sang, les sens, les mains et les pieds…pour m’en servir que de rester dans cette tombe exiguë, froide et avec tous mes péchés qui me tourmentent 24h/24h.
    L’âme de cette homme quitte la tombe et elle s’était mise à la recherche d’un corps qui voudrait bien l’accueillir.
    Elle n’en avait trouvé des milliers. Arrivée en Algérie, expérimentée qu’elle était, elle s’était introduite dans le corps de ceux qui nous gouvernent et depuis l’indépendance, elle les dirigent comme des marionnettes.
    Cette âme étant morte, elle ne pourrait, jamais, changé mais elle peut changer tout ceux qui écoutent ses suggestions et les transformer comme elle était à l’époque où elle était vivante.
    C’est à dire les rendre: hypocrites, pervers, menteurs, manipulateurs, orgueilleux, gourmands, criminels, ignares, rigides, dangereux pour l’univers et ce qu’il contient, avares, avides, malins, tortionnaires, dictateurs, dominateurs, destructeurs, traîtres, violents…
    Cette âme étant perdue, elle perdra tout ceux qui la suivront.
    Elle ne laissera, jamais, tranquille ses amis, ses copains, ses suppôts…Elle les harcèlera nuit et jour.
    Elle ne sera, jamais, satisfaite avant d’avoir colonisé, totalement, celui ou celle qui l’héberge. Elle l’emmènera jusqu’à la tombe et ensuite, elle ira chercher une autre personne et réalisera, exactement, la même chose que ce qu’elle a réalisé avec celle qui vient de mourir.
    Elle dira au suivant jusqu’à la fin des temps. Vous pouvez l’appel le diable, le djinn, le mal, l’inconscient, la folie, la mort durant la vie…mais le but est toujours le même: détruire l’humanité qui a en chacun de nous.
    Wa Allahou A3LEM.
    Fraternellement




    0
  • Congrès du Changement Démocratique