Édition du
30 March 2017

Au pays des aveugles, le borgne Ouyahia est roi

Saâd Lounès

Deux jours après le monologue de presse d’Ahmed Ouyahia, personne dans ce qui sert de classe politique ou de média n’ose critiquer la plus désastreuse déclaration de mauvaise gouvernance que l’Algérie ait connu depuis son indépendance. A part trois ou quatre chroniqueurs, les intellectuels ne jouent pas leur rôle d’éclairer l’opinion publique sur ce qui se passe dans ce pays. Certains par ambition d’accéder à un poste, d’autres pour préserver leurs acquis, le reste par lâcheté. Ce n’est que dans des forums de blogs sur internet qu’on trouve des avalanches de critiques anonymes et inaudibles.
Le fait qu’Ouyahia soit imposé à la tête du gouvernement par le DRS suffit à tétaniser les élites qui ont l’obligation de s’exprimer, mais craignent les représailles des puissants et tentaculaires services de renseignement versés dans la police politique et de la pensée, comme aux temps les plus terribles de la Sécurité Militaire.
Ouyahia veut s’imposer en candidat unique
En tant que chef du RND, officine partisane préfabriquée et contrôlée par le DRS en 1997, Ouyahia n’a aucune légitimité parlementaire à la tête du gouvernement. Son parti ne compte que 47 députés sur 389, soit 12%, à peine plus que le parti El Islah (43 députés), contre 199 au parti FLN.
Pourtant, sa dernière apparition publique marque une nouvelle étape importante dans sa volonté de succéder à Bouteflika, déjà négociée en 2003 puis en 2008. Si l’option constitutionnelle de création d’une vice-présidence à l’américaine avait été adoptée, nul doute qu’il aurait été déclaré président sans avoir été élu.
Ouyahia se propose aujourd’hui comme candidat unique du système selon un timing qu’il veut imposer aux trois sociétés politique, économique et civile. Mais il rencontre des résistances au sein de trois appareils: le clan d’Oujda, le FLN et l’armée, sachant que la démobilisation, l’indifférence et l’impuissance des citoyens laissent toujours place aux luttes de clans et d’appareils.
Le candidat du clan d’Oujda serait toujours Saïd Bouteflika, celui du FLN actuel est Abdelaziz Belkhadem, et l’armée n’a encore ni tranché, ni avalisé le choix du DRS, ni choisi son propre candidat. C’est ce qui explique le maintien prolongé, hors de tout réalisme politique et médical, d’un Bouteflika très diminué depuis 2005.
Les hostilités entre les clans ont atteint un seuil critique par le déclenchement brutal des grosses affaires Sonatrach et l’autoroute Est-Ouest au milieu d’autres affaires secondaires. Les objectifs visés sont le remplacement des membres influents et protégés des clans, et le contrôle des sources de rente et réseaux de corruption.
Les lobbies intérieurs et extérieurs se sont aussitôt activés pour protéger leurs pions et leurs relais dans le système algérien en perspective de la dernière ligne droite du remplacement de Bouteflika où chacun joue des coudes pour sauvegarder ses intérêts.
Il faut noter qu’on ne sait pratiquement rien de toutes ces affaires de corruption. La rétention d’information et la distillation de bribes d’informations tronquées, toujours par la même source journalistique, ne permet pas de savoir exactement ce qui se passe. A titre d’exemple, l’opinion publique n’a découvert le fond de l’affaire Khalifa que lors du procès public en 2007, soit six ans après le déclenchement de l’affaire en hiver 2001.
L’assassinat surprise d’Ali Tounsi, membre du clan d’Oujda, est venu brouiller les cartes. Son éviction par démission n’ayant pu être obtenu depuis plus d’un an, il n’est pas impossible que le scénario de son élimination ait été sciemment provoqué. Le mystérieux colonel Chouaïb Oultache, homme de l’armée et du DRS au sein de la DGSN, a appris la nouvelle de sa future disgrâce par une fuite du journal Ennahar, très proche des sources d’information du pouvoir.
Ne voulant pas subir le même sort que le Pdg de Sonatrach, mis en examen avec deux de ses fils en prison, il a réagi spontanément et violemment… en militaire pour laver par anticipation le déshonneur qui allait être jeté sur sa famille.
L’affaire Orascom est au cœur de ces conflits d’intérêts géo-politiques entre Occident et Moyen-orient. Ouyahia, en liquidateur confirmé a tenu à montrer qu’il conserve son pouvoir de destruction et de nuisance contre tous les opérateurs économiques qu’ils soient nationaux, étrangers, publics, privés, puissants ou faibles.
Il agit comme le ferait le dernier des fonctionnaires algériens qui, pour vous inciter à vous soumettre à ses désirs, commence d’abord par vous réprimer durement jusqu’à ce que vous soyez vous-même le demandeur de protection et de corruption.
En confirmant l’étranglement de l’activité économique par le maintien des mesures drastiques de resserrement du crédit aux entreprises et l’interdiction du crédit aux particuliers, Ouyahia lance un message aux détenteurs d’intérêts économiques qui veulent négocier.
En déclarant qu’il rejette l’ingérence étrangère au Sahel, il veut rassurer les militaires sourcilleux sur l’intégrité territoriale.
Par contre, après avoir prouvé qu’il était anti-maghrébin, anti-arabe, anti-africain, anti-chinois, il vient de clamer haut et fort son anti-nationalisme qu’il considère avec mépris comme un registre de commerce. Son rejet par anticipation de la loi criminalisant le colonialisme est un signal fort lancé à l’ex-puissance coloniale avec les intérêts de laquelle Ouyahia a toujours été en phase.
Pour un scénario à la turque
Il faut des années, voire des décennies pour former, encadrer et protéger des hommes d’Etat et des présidentiables. C’est le rôle dévolu aux services secrets nationaux et étrangers qui gèrent ce qu’on appelle un «programme cadres» dans lequel ils suivent, protègent, favorisent ou éliminent des candidats selon certains critères d’excellence pour les uns ou de médiocrité et de corruptibilité pour d’autres.
Comment se fait-il qu’aujourd’hui dans l’Etat algérien on se retrouve face au seul Ouyahia qui s’auto-propose. Où sont donc les solutions de rechange et de concurrence?
Quand on compare l’Algérie aux pays voisins, on mesure avec effarement les reculades d’un pays dont les potentiels lui permettent d’être une puissance régionale incontournable du carrefour Europe-Afrique, au même titre que la Turquie dans le carrefour Europe-Moyen-Orient.
Au Niger, l’armée a pris ses responsabilités pour mettre fin aux graves dérives du pouvoir personnel de Tandja. Le Mali, pauvre et sans ressources, a montré qu’il est bien plus respecté par la France que l’Algérie. La Mauritanie est sortie sans dommages du coup d’Etat et s’est rapprochée du Maroc et de la France. Quant au Nigeria, l’establishment n’a pas hésité à remplacer le président malade, Umaru Yar’Adua, par le vice-président, Jonathan Goodluck.
Au Maroc, Mohamed VI est monté sur le trône la même année que Bouteflika en 1999. Depuis cette date, non seulement le Maroc a rattrapé tous ses retards dans tous les domaines, mais il a largement dépassé l’Algérie au point de devenir le partenaire stratégique et privilégié de la politique séparatiste de l’UE contre l’UMA. A la dernière réunion de Grenade le 7 mars, José Luis Zapatero, Président de l’UE, Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, se sont déplacés à trois pour transformer le « statut avancé » accordé au royaume chérifien en octobre 2008. Ils ont manifesté « leur volonté de mettre en place, à terme, un espace économique commun, s’inspirant des normes qui régissent l’espace économique européen », en signant un « agenda opérationnel », en vue d’un futur accord de libre échange approfondi.
La retentissante gifle diplomatique marocaine doit suffire à elle seule à enterrer la gouvernance de Bouteflika, Mediene et Ouyahia, qui ont gravement rabaissé et ridiculisé l’Algérie.
Il n’y a plus d’illusions à se faire, ni de temps à perdre. La classe politique est un champ de ruines. Seule l’armée peut mettre fin à la chute libre de l’Etat algérien, le désoeuvrement des élites, et redonner espoir au peuple. Un scénario à la turque est aujourd’hui plus que jamais une urgence d’actualité.


Nombre de lectures : 4348
25 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abdul
    14 mars 2010 at 17 h 49 min - Reply

    Cher monsieur,je crois que l’armée a suffisamment fait comme ça. Quant a l’évocation d’un scénario a la Turque,il faudrait d’abord que notre armée ait le niveau de l’armée Turque,ce qui est loin d’être le cas.




    0
  • Rabinho
    14 mars 2010 at 18 h 44 min - Reply

    Je n’ai pas bien saisis l’amalgame de cet article d’autant plus que sa conclusion m’a laissé perplexe !
    Amicalement




    0
  • alice
    14 mars 2010 at 20 h 32 min - Reply

    ouyahia vous a dit que les dirigeants Algériens sont mieux et plus démocrates que les CANADIENS ….NO COMMENT….




    0
  • ahmed
    14 mars 2010 at 21 h 42 min - Reply

    « l’Algérie est a refaire« .Pour votre information « L’Algérie a raté son rendez-vous en 1962« .l’armée et l’Algérie sont pris en otage par une mafia .Seul le peuple s’il veut un jour remettre les pendules.




    0
  • le kabyle
    14 mars 2010 at 22 h 01 min - Reply

    Cet article, franchement, me laisse perplexe et coi en même temps. Monsieur Saâd, vous avez oublié de citer le quatrième pôle, le PEUPLE, et son propre candidat, aux côtés des trois que vous avez nommés : le clan d’Oujda, le FLN avec chacun de leur potentiel candidat. Quant au DRS, il me semblerait bien que son candidat est tout à fait désigné vu qu’il a été mis en réserve depuis des lustres en marge de  »leur » république, à savoir Mouloud HAMROUCHE ! Eh oui… Un militaire, tout comme eux, un homme de la maison, et donc, un homme du sérail qui connaît parfaitement tous les rouages de l’Etat Algérien et, surtout, tous les arcanes du pouvoir que l’armée, dont il fait partie, dirige en arrière plan, d’une poigne de fer depuis 62… Quant au vouyeuriste de l’Etat, et non un commis de l’Etat, H’mimed Ouyahiya le bien nommé… faut pas trop y compter ! Sincèrement, il ne fait pas le poids devant le Général Mouloud HAMROUCHE fils de Chahid, de surcroît, qui a rejoint, ne l’oublions pas, les rangs de l’ALN dès l’âge de quinze ans !!! C’est dire les lettres de créances de ce bonhomme… qui sont ses propres gages. Quant à Ouyahiya, peut-il dire ou faire mieux que celà ? NON !!! Alors de grâce, messieurs, que toutes ces fausses spéculations sur H’mimed l’opportuniste… Mais, laissons-le quand même rêver, ce pauvre mec ! Ce n’est pas interdit, tout de même, non ? Dés lors, laissons uriner, ce pauvre mérinos !!! Sa vessie finira bien par se vider… n’est-ce pas ? Car tout rentrera dans l’ordre, comme toujours, quand le DRS décidera finalement, SEUL, en premier et dernier ressort…




    0
  • Ammisaid
    14 mars 2010 at 22 h 51 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Le système avait désigné et désignera toujours un candidat. C’est normal de paraître normal aux yeux de ceux qui normalement les regardent. Le candidat du système a un seul obligation servir le système, rien d’autre que servir le système. Une fois désigné, le candidat sera noté chaque seconde pour chacun des ses actes et de ses paroles. S’il est docile, il sera maintenu sauf accident ou besoin, il sera maintenu quitte à le priver de tout rôle (comme actuellement sa fakhamatouhou). S’il désire s’affranchir de leur tutelle, il sera écarté gentiment ou violemment selon la situation. Et, cela est valable pour tous ceux ou celles qui gênent ou qui gêneront. Tu dis oui ou tu redonnes ta carte d’identité telle la politique du système !
    Fraternellement




    0
  • rabah
    14 mars 2010 at 23 h 31 min - Reply

    Au lieu de blablater et de dire n’importe quoi sur ce site sans qu’il y ait une seule chance de changer définitivement les choses en Algérie, il serait temps de passer aux actions sérieuses et d’utiliser internet à bon escient.
    Ma proposition est de construire un immense réseau Facebook ou tous les algériens de l’intérieur et de l’extérieur, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes vont s’unir et projeter des actions qui vont se matérialiser sur le terrain de la démocratie et balayer une fois pour toute cette vermine psychopathe qui a pris possession de l’Algérie.
    On pourrait également collectivement, grâce à ce réseau, les déférer devant un tribunal international pour génocide culturel et détournement d’un pays qui avait un avenir radieux devant lui.




    0
  • Fahem D.
    15 mars 2010 at 2 h 53 min - Reply

    Allo mam…anp bo…bottes
     
    C’est tout à fait le droit de chacune et de chacun d’écrire ce que bon lui semble et/ou de défendre même sciemment des idées contestables, fausses ou peu crédibles. Mais c’est également le droit de celles et ceux qui les lisent de faire connaître respectueusement leur avis sur ce qui leur est soumis.
    Dans le menu qui est proposé, on traite tou(te)s les Algérien(ne)s d’aveugles (sauf un (celui qui écrit) plus un borgne attitré. Mais paradoxalement, on intronise (à juste titre?) le premier ministre du moment dont on n’évoque nulle part dans le texte la cécité mais plutôt implicitement la clairvoyance  et la sagacité de celui qui voit (même si c’est d’un œil orphelin) et sait où il veut aller. On personnalise des problèmes institutionnels de fond que l’on réduit formellement à des phénomènes de surf…acida.
    Ah si la moelle était sur et non dans l’os (dont la langue est injustement dépourvue) plus besoin de pots au feu et de bouillons fastidieusement trop longs à cuisiner. Tout serait fastfoodly autrement savoureux et sapide.  
    Mais once again: élucubrations manichéennes ressassées sans être tamisées puis remixées tout au plus servies avec comme apetizers des propos peu ragoûtants sur tout ce qui bouge avec au finish, sorti de sous la semelle pas bien cuite, encore un énième appel… aux bottes.
    Pauvre A.N.P., qui ne rentrera jamais donc, là où elle est, légitimement, le mieux: dans des CASERNES qui restent accueillantes et confortables même si toutes barbelées depuis 18 ans par de méchantes toiles d’araignées.
    Au lieu de demander, comme il se doit: la levée de l’état d’urgence et d’initier sans tarder et sans aucun préalable ni prétexte, une transition civile, démocratique et pacifique EN VUE d’ édifier un État où le peuple est réellement souverain où l’armée n’est qu’une institution spécifique comme toutes les autres (qu’elle complète sans les dominer), on embouche le clairon avec les 2 yeux rougis et embués mais d’un air néanmoins martial et on dégaine bis, ter et… repetita sans bruits et sans fausses notes la célèbre rengaine: Allo maman bo…bottes.
    Du déjà vu même par ceux qui ne l’auraient pu et qui ne l’ont voulu.

    La guerre des Anp…ires: bururu versus cyclope

    Au pays des aveugles, où personne d’autre que le borgne ne peut lire: à qui peut donc écrire et s’adresser le seul qui jouit, grâce au Cyeux, de sa paire de mirettes, ses zudj 3winatu et ses snat tutuchine?
    Au roi, que non! À celui qui quoique congénitalement doté d’un œil unique n’est pas pour autant borgne et à qui reviendrait de droit divin le titre qui n’est pas dans le titre: le cyclope anp…ereur. C’est à voir.

    Dziri normal

    P.S. Vivant ma citoyenneté avec toutes les tares  dont on est « naturellement » gratifiés mes compatriotes et moi, c’est grâce aux soins de mes aimables, généreux et délicats voisins d’origine chinoise que j’ai pu prendre connaissance de votre offre de lecture et que j’ai pu vous répondre. Mes amis sinophones bien qu’appliqués et hyperdoués ne maîtrisent pas encore, pour le moment,l’horrible et trop complexe orthographe  de la langue française. Ils écrivent fo nét ike man. Aussi, si par hasard, des jeux de mots déplaisants venaient à être commis, ce n’est pas la « fotte » de mes prêteurs d’yeux ni encore moins la mienne. Les aveugles, c’est connu n’ont pas d’humour même noir. Alors un(e) Algérien(ne) et aveugle de surcroît, c’est du noir dans le noir et ça ne peut même pas rire jaune.
     
    Avec mes respects concitoyens.

    Dziri normalement ébloui.    




    0
  • El hadj
    15 mars 2010 at 6 h 36 min - Reply

    Salam, il est bien claire que tu exprimes bien ta peur de voir Ouyahia président, donc de voir un kabyle président. En ce qui concerne les relations de Ahmed avec la France, je pense sincérement que vous faites erreur. S’il y’a bien un ministre algerien qui n’aime pas la France si bien Ouyahia. Ce qui te fait peur aussi, est de voir un président anti-arabe, donc Ouyahia.
    Malheuresement ce n’est pas le cas, Ouyahia aime bien les arabes. Si tu crois encore au nationalisme arabe tu es à côté de la plaque mon pote. L’Algérie réussirait mieux, économiquement, socialement et politiquement sans ces pays rabes hypocrites. Il me semble que nous les algeriens notre memoire est courte et on apprend pas de nos erreurs. Il y a juste quelques mois, tes frères arabes d’egypte ont usé de toutes leurs forces pour salir notre peuple et notre nation. je me demande , comment les pays arabes nous ont jamais considéré comme peuple arabe, et vous obstinez à leurs dire que vous l’êtes. En conclusion, un coup d’etat militaire ne ferait que sombrer l,algérie dans la crise. Un militaire ne peut être democrate,il faut un sursaut populaire, un gréve générale illimitée, une fois que ces rapaces rendent les clefs de la maison algérie, un comité de sage composé d’avocats et d’intellectuels apolitiques assureraient la transition. Cette transition pourrait durer au moins une année afin de batir l’algérie sur une charte juste et equitable. À ce moment là , des elections pourraient se dérouler et le peuple trancherait sur le projet de société qu’il aurait chosi.Connaissant le régionalisme et le tribalisme du peuple algerien ancré dans les moeurs et us, ça ne sera pas une mince affaire.
    Si le peuple ferme les yeux sur les injustices et les déboires quotidiennes des plus démunis, nous allons revenir à la case de départ. Si ce pouvoir est là depuis 1962 c’est parce que ce peuple le veut. Et surtout ne me dites pas que le peuple meskine maandou maydir, le peuple est adulte , il sait ce qui est bon ce qui est mauvais mais TAMAA OUATAAOUNE YAMCHIWE KIF KIF.
    Quant à hamrouche c du pareil au même…moussa el hadj, hadj moussa.
    L’union africaine et l’union arabe sont des organisations inexistantes dans le monde occidental, les richesses de ces pays se négocient et se partagent dans les salons europeens et américains.

    Fraternellement, tanmirt




    0
  • Larbi Anti-DRS
    15 mars 2010 at 9 h 12 min - Reply

    Je me demande ce que vous avez avec le Maroc? A chacun de vos articles, vous faite référence au Maroc, a votre couleur anti-Polisario, a vos choix pour des anti-élections en Algérie, pour une dictature pur et dure ? Je veux que vous nous cite’ ce qu’a fait ce Roi numéro 6, et ce qu’a fait le Maroc depuis 1999 jusqu’à aujourd’hui et comment il l’a fait?




    0
  • jnsplu
    15 mars 2010 at 9 h 23 min - Reply

    @ Rabah .

    Au lieu de critiquer ce site et les initiatives des autres, pourquoi ne lancerais tu pas ton idée sur Facebook, je serai ton premier fan. Donne juste ton pseudo sur facebook .




    0
  • radjef said
    15 mars 2010 at 9 h 46 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Effectivement la sortie recente de Ahmed Ouyahia est une reponse aux autres concurents à la succession de Bouteflika. La qestion qui merite d’être posée ici et maintenant est celle ci: Est ce que les clans à la succession de Bouteflika vont se contenter de petites declarations ou bien vont-ils comme à leur habitude deterrer la hache de guerre en reactivant les groupes de kamikazes? Par contre là ou je ne suis pas d’accord avec vous, c’est lorsque vous proposez la solution de l’armée…L’armée detient la totalité du pouvoir depuis le 1er novembre 1954 à ce jour. Et elle l’exerce seule. Et elle refuse de le ceder à qui de droit. Donc, elle porte l’entiere responsabilité de la faillite algérienne. C’est elle qui pour se maintenir a investi dans l’ignorance, dans le mensonge, dans la division, dans le crime et la terreur…C’est elle qui a ruiné la vraie noblesse algerienne, c’est elle qui a proscrit les bataillons d’universitaires en les poussant à l’exil,c’est elle qui a elevé au rang de vertu l’imposture et la tartufferie,c’est elle qui a sacrifié sur l’autel du mensonge des competences qui auraient evité au pays le sort qu’il connait aujourd’hui…Comment dans ce cas peut-on faire confiance à cette armée qui il faut le rappeler,a à son tableau de chasse pres de 250000 morts et 30 000 disparus?…Je ne doute pas de votre patriotisme et de votre pugnacité à remettre les pendules à l’heure, mais la solution ne se trouve pas helas dans l’ANP. La solution est entre nos mains, c’est a dire entre les mains des elites et du peuple.Il ne faut pas douter de vous même, il ne faut pas laisser la resignation vous envahir…Il faut avoir un mental d’acier, car en dépit de tous les bavardages qui poussent à la demoralisation et la demobilisation, il y a beaucoup d’algeriennes et d’algeriens sinceres qui savent ce qu’il y a lieu de faire pour que les choses changent. Ils attendent le meilleur moment pour agir dans le calme et sans violence.




    0
  • tawa
    15 mars 2010 at 12 h 23 min - Reply

    Il faut absolument arrêter avec tous ces rateliers. voici un article dans lequel l’auteur ne sait pas lui-même sur qui? sur quoi ? et pour quel raison il tape ? tout est mis en queleuleu sans aucun sens..ainsi tounsi-clan-de-oujda, assassiné par l’armée et/ou le drs ou ouyahia anti chinois et anti national contrairement à monsieur saad !! ainsi va la paranoïa et la démocratie exigée des autres, jamais à soi !!




    0
  • Pistamintuccia
    15 mars 2010 at 12 h 33 min - Reply

    Je suis Pour l’Algérie Algérienne dans toutes c’est dimension Quelqu’un finira par mettre de l’ordre dans Notre pays . Je crois que Ouyahia fera L’affaire , Car il est futé , flexible dans ces idées et intraitable .




    0
  • le kabyle
    15 mars 2010 at 14 h 21 min - Reply

    Désolé chers compatriotes ! Mais petit H’mimed alias OUYAHYA n’est qu’un simple faire valoir aux mains des militaires. Sans plus… Un vrai Kabyle de service, comme tant d’autres, et qui sera jeté aux oubliettes une fois qu’il aura été complètement et totalement pressé comme un vulgaire citron… Et le malheur, c’est qu’il le sait, en plus ! Non, sincèrement. Ce qu’il nous faut le plus aujourd’hui en Algérie, c’est un HOMME A POIGNE ! Dans la situation présent où nous nous trouvons. Tout est pourri et tout a été détruit, par la caste militaire dictatoriale analphabête, dans notre pays qu’il faudra reconstruire de nouveau sur des bases nouvelles et trés solides… Pour ce faire, il nous faudra des hommes purs et durs ! De vrais incorruptibles qui ne penseront qu’aux intérêts seuls de l’Algérie et de son peuple mais à rien d’autre. Une société nouvelle dont la LIBERTE et la DEMOCRATIE seraient les ferments… Cette Algérie là, est possible à construire, la main dans la main sans arrières pensées, sans esprits de régionalismes, de clans, de tribues, de aârouchs et où chaque algérien et algérienne auront leur place sans exclusion aucune dans une société basée sur le respect des uns et des autres sans aucun atavisme ! Chers compatriotes, ce système politique nous a assez divisé afin de mieux nous dominer et contrôler ! A nous, dés lors, de nous en défaire de lui !!! Nous n’avons plus de temps à perdre… Car chaque jour qui passe est bien plus meilleur de celui qui vient ! Comme le dit si bien un adage populaire de bien de chez nous… Tanmirth ouk !




    0
  • AMOKRANE NOURDINE
    15 mars 2010 at 14 h 22 min - Reply

    RADOTONS PAR CI PAR Là mais vous tous pourquoi oubliez-vous la phrase de ce célebre politologue algérien?;  » LA SOCIETE CIVILE ALGERIENNE NE SE RECONNAÎT PAS DANS SES DIRIGEANTS » amokrane nourdine




    0
  • le kabyle
    15 mars 2010 at 16 h 06 min - Reply

    Mais ce ‘célèbre politologue a omis de préciser, justement, que le peuple Algérien se reconnait et s’identifie seulement et uniquement en son élite dans laquelle il fait absolument voire totalement confiance. Et Monsieur Lahouari ADDI en est le prototype et l’exemple type dont nous en sommes trés, trés fiers !!!




    0
  • fess
    15 mars 2010 at 17 h 54 min - Reply

    Vous tournez tous autour du pot, vous savez tous que la seule et unique solution c’est la FORCE.




    0
  • mouha
    15 mars 2010 at 21 h 38 min - Reply

    comme d’hab, c,est la rancune qui fait marcher saad. il en a cure reellement de ce qui se passe en algérie et ses problemes. si ouyahia l,avait laisse avec son agence de voyage il n,aurait pas fait tout ce bruit.
    il se la coule douce au maroc et il defend bien les interets du royaume et celui ci le lui rend bien.
    Saad est tout sauf journaliste.




    0
  • Renseignement Economique du 14/03/2010 | Archives de Sécurité Tube
    15 mars 2010 at 22 h 21 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie » Au pays des aveugles, le borgne Ouyahia … […]




    0
  • zapata
    16 mars 2010 at 12 h 46 min - Reply

    la turquie possède la politique de ces moyens et les consèrvateurs turque sont des gens de grandes cultures
    ordoganne a imposer sa politique pas avec le blabla mais par la rèalitè des chiffres èconomiques sur le tèrrain. le pib de la turquie est très èlevè depuis l’arrivèe de ce dernier plus de 520 milliards de dollars
    les militaires est tout ce qui suit ont comprie que la fin d’une èpoque est arrivèe et tout entra dans les normes.l’algèrie le tribalisme feodale cercle fermè ne laissera jamais bouger les choses




    0
  • pays-bas
    16 mars 2010 at 13 h 07 min - Reply

    c’est un pays qui a perdu son peuple. c’était peuple qui avait toutes les couleurs du monde. avis de recherche : recherche un peuple pour un pays aussi long que large, beau, grand, avec hiver rude au nord et un été très chaud partout ; fruit et légumes à volonté, brochettes et mechouis bien assaisonnés, pain de semoule chaud ; son chef ressemble à la fois à Gandhi pour son endurance, à Mandela pour sa tolérance et à l’algérien abdelkader pour sa clairvoyance.




    0
  • Rbaoui
    16 mars 2010 at 15 h 12 min - Reply

    L’Agence Marocaine de Presse n’aurait pas mieux ecrit sur le bilan de M6.
    Mr. Saâd Lounès proposez nous autre chose que l’armee sans proteger vos arrieres !




    0
  • Adel
    16 mars 2010 at 16 h 22 min - Reply

    Je dois avouer que je suis devenu allergique à ce genre d’article où reviennent toujours les mêmes poncifs: clans, complots, hommes du DRS, hommes du clan d’Oujda, etc.

    Si l’objectif de l’auteur est de nous informer, alors il doit faire mieux que de colporter les ragots de café du commerce. S’il veut nous éclairer et nous mobiliser, alors il doit prendre clairement parti et nous dire quel est son plan pour sauver l’Algérie.

    Il se contente malheureusement de nous asséner le sempiternel appel aux Supermen de l’ANP.

    Tout cela est bien triste.

    Nous sommes sur ce site des militants engagés aux côtés de nos frères et sœurs de combat qui ont lancé l’Appel du 19 mars. Nous croyons en la mobilisation pacifique des forces patriotiques et nous continuerons à œuvrer jour après jour, inchallah, jusqu’à ce que vienne l’heure de la libération.

    Rejoignez-nous, Monsieur Lounès, et arrêtez de tirer des plans sur la comète et de compter les coups. Vous êtes un intellectuel et, à ce titre, vous êtes responsable, tout autant que les autres Algérien(ne)s, de la situation actuelle. Agissons ensemble, militons, écrivons des articles qui donnent le goût de se battre contre le pouvoir pourri (que le peuple algérien finira par arracher comme une mauvaise dent). La masse immobile est là : il faut la faire bouger.

    Jour, après jour, patiemment et avec confiance, nous reviendrons à l’attaque. Comme la goutte d’eau qui perce la roche.




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    21 mars 2010 at 8 h 27 min - Reply

    Bonjour à Tous et à Toutes , AZUL Fellawen .

    votre langue vous l’avez dans la bouche, votre identité vous etes Algérien, votre langue maternelle personne ne vous a dit de ne pas l’apprendre mais de ne pas l’imposer car l’arabe est une langue universelle reconnue par tout le monde. Quant à votre autonomie c’est du ressort du peuple Algérien dont vous faites partie mais je ne vois pas de main mise que sur la Kabylie et à ma connaissance elle est sur tout le pays que sur son peuple et que seule votre complexité vous chante cette chanson.
    Pour la religion personne ne vous a ordonné et ne vous ordonnera de suivre telle ou telle religion.Cette langue qui diffère de la petite Kabylie à la Grande et dont l’académie se trouve en France et qui nous menera nulle part tout comme je le répète l’arabe doivent faire tous deux une révision approfondie.
    Vous aimez la France dites vous mais l’Egypte n’a pas égorgé nos enfants, ni violé nos femmes, ni tué nos meilleurs hommes dont AMIROUCHE rabi Ya rahmou oukoul achouhadas quitte qu’il ne vous déplaise et dont je m’agenouille devant sa bravoure et son courage et si les Saoudiens viennent chassé dans votre pays à vous de vous révolter quant à El kadafi qu’il impose son visa ou construit une muraille comme celle que construit l’Egypte à ses frontières et ils sont libres d’y faire quand à son fils j’ai vu qu’il y avait des Groupês musicaux Kabyles qui dansaient et ils étaient très fiers meme donc c’est pas tous les gents de votre contrée que je respecte qui demandent l’autonomie mais uniquement la centaine que regroupe le MAK. TCHAO.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique