Édition du
23 July 2017

Classée aussi première dans le Maghreb, L’Algérie dans le Top 10 des acheteurs d’armes

El Watan, 15 mars 2010

L’Algérie apparaît pour la première fois dans le Top 10 des acheteurs d’armes (9e). Dans son rapport annuel sur le commerce des armements portant sur la période 2005-2009, l’Institut international de recherche pour la paix (Sipri), un organisme basé À Stockholm, cite également l’Algérie comme le premier pays importateur d’armes au Maghreb.

Ce classement n’est pas vraiment une surprise dans la mesure où l’ANP a consacré ces 5 dernières années une enveloppe de plus de deux milliards de dollars à la mise à niveau de ses équipements.

Des équipements hérités pour la plupart de la période socialiste. En 2006, l’Algérie a conclu avec la Russie un contrat d’un montant de 1,3 milliard de dollars prévoyant notamment la livraison à l’ANP de 34 Mig-29. Cependant, ce contrat a dû être résilié en 2007 par le gouvernement algérien en raison du fait que les premiers avions fournis (15 au total) étaient dotés de pièces usées ou de mauvaise qualité. Lors de renégociation du contrat, l’Algérie a fini par accepter le remplacement des 15 Mig-29 réceptionnés par des chasseurs polyvalents SU-30MKA. A l’échelle mondiale, Sipri révèle dans son rapport que les ventes d’armes ont été supérieures de 22% à ce qu’elles ont été en 2000-2004 et que les avions de combat ont représenté 27% du volume total de transfert d’armes.

Les Etats-Unis sont demeurés les premiers exportateurs d’armes, avec 30% du volume mondial. Les armes américaines étaient destinées principalement à l’Asie-Océanie (39%) et au Proche-orient (36%). En revanche, les avions de combat ont constitué 40% des ventes d’armes conventionnelles russes et 39% des américaines. Sipri rappelle ainsi qu’une course aux armements a opposé ces cinq dernières années des pays pourtant pauvres où l’argent consacré à l’achat d’armes, avions de combat en tête, aurait pu être utilisé à meilleur escient. « Les commandes et les livraisons de ces armes potentiellement déstabilisantes ont conduit à une course aux armements dans des régions où règne la tension : Proche-Orient, Afrique du Nord, Amérique du Sud, Asie du Sud et Asie du Sud-Est », note le Sipri dans son rapport répercuté par l’AFP.

C’est le cas notamment de l’Amérique du Sud où l’afflux d’armes a été supérieur de 150% au cours de ces cinq dernières années à ce qu’il était au début du millénaire. En ce qui concerne l’Asie du Sud-Est, le Sipri note une « augmentation spectaculaire » des importations d’armes depuis 2000 : +722% en Malaisie, +146% à Singapour et +84% en Indonésie. Singapour devient le premier pays de l’Asean à intégrer, au 7e rang, la liste du Sipri des 10 plus gros importateurs mondiaux d’armes depuis la fin de la guerre du Vietnam. « La vague actuelle d’acquisition d’armes en Asie du Sud-Est pourrait déstabiliser la région, remettant en cause des décennies de paix », selon un expert de l’Institut pour l’Asie, Siemon Wezeman.

Par Zine Cherfaoui


Nombre de lectures : 1532
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Ammisaid
    16 mars 2010 at 9 h 29 min - Reply

    Assalam, azul, bonjour
    Ils étaient et ils sont encore en guerre contre les justes.
    L’injustice a besoin d’armes pour demeurer au pouvoir, pour faire peur au peuple, pour écraser les révoltes, pour purifier la socièté de ses hommes et femmes sincères et honnêtes et pour vivre en sécurité.
    Dépenser 10 milliards ou le double ou le triple pour protéger entre 40 à 80 milliards annuel qui le refusera ?
    Fraternellement




    0
  • Si Tchad
    16 mars 2010 at 16 h 21 min - Reply

    Et quand on achete des milliards d’armes à Poutine, il n’y a pas de Tchippa bien sur.

    A ce stade, ca s’appelle autre chose…

    Si Tchad




    0
  • Congrès du Changement Démocratique