Édition du
23 March 2017

SAÏD BARKAT ACCUSE LES GRÉVISTES : «Ils ont eu plus qu’ils n’ont demandé !»

Le Soir d’Algérie, 15 mars 2010

«Les grévistes sont mes collègues et mes amis et je leur reconnais le droit de protester, la grève est un droit constitutionnel, cependant, interdire les soins et refuser de sauver des vies humaines n’est plus constitutionnel ! C’est de la non-assistance à personne en danger.» C’est par ces mots que le ministre répondra aux questions des journalistes sur la grève des praticiens spécialistes de la santé publique et des médecins généralistes.
«La justice a reconnu l’illégalité de ce débrayage, c’est fini. Maintenant, nous appliquerons la loi !» a-t-il expliqué en marge du Salon sur le générique. Ne se contentant pas de cette déclaration, il est allé jusqu’à accuser «ses amis grévistes» de tous les maux. «La plupart des grévistes exercent en ce moment dans des cliniques privées, c’est la réalité ! Ils ont l’habitude d’exercer dans des cliniques privées et de bouder les établissements publics. En temps normal, ils ne viennent pas à l’hôpital, ils sont ainsi toujours en grève non déclarée !» Saïd Barkat a estimé que les protestataires «ont eu plus qu’ils n’ont demandé» et que «des motivations personnelles» font persister la grève. «Il y a des choses admissibles et d’autres inadmissibles. Ce sont nos enfants et nous les avons aidés et avons fait ce que nous pouvions. Ils ne le disent jamais, pourquoi ? Ils croient encore la presse, celle-ci allume le feu», a-t-il encore précisé. «Je souhaite vraiment qu’il n’y ait aucun gréviste mais ce qui se passe en ce moment est hors la loi !» Répondant aux questions des confrères, le ministre dira qu’aucun hôpital n’est à l’arrêt et que tout fonctionne normalement. «Les portes du dialogue sont ouvertes», ajoutera-t-il.
Irane Belkhedim


Nombre de lectures : 3615
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    15 mars 2010 at 10 h 50 min - Reply

    le ministre de la santé accuse les grévistes de “non-assistance à personne en danger”
    Barkat attaque les médecins sur l’éthique
    Par : Nadia Mellal B, Liberté, 15 mars 2010

    “L’empêchement de soigner les patients est un acte de non-assistance à personne en danger.”
    C’est ce qu’a déclaré hier Saïd Barkat, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, à l’adresse des médecins généralistes grévistes de la Fonction publique à l’occasion
    de l’inauguration du premier Salon international du générique à la Safex, à Alger.

    “Nous allons appliquer la loi !” a-t-il indiqué sur un ton ferme, tout en soutenant que la grève des médecins du secteur public est “illégale”. L’argument du membre du gouvernement est que “la justice a tranché dans cette question en déclarant le débrayage illégal”. Reprenant les arguments du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, de vendredi dernier à l’occasion d’une rencontre de son parti, le Rassemblement national démocratique (RND), selon lesquels “les médecins grévistes qui travaillent dans des cliniques privées ont entamé la grève sans l’annoncer”, le ministre martèlera que “la justice fera son travail”. Interrogé sur le fait que les médecins ne sont pas satisfaits du règlement de leur situation par les pouvoirs publics et leur maintien au mot d’ordre de grève, le ministre se répétera en disant que “la grève est un droit constitutionnel mais que la loi sera appliquée”. De plus, le ministre estime que “certaines revendications ne peuvent pas être réglées”. Il donnera à ce sujet un exemple en indiquant que “quand on vous dit, il faut qu’on nous donne des logements sinon on fait la grève, eh bien, qu’ils fassent grève !” Et de nuancer son propos en disant que “nous sommes toujours dans la concertation et le dialogue avec les médecins grévistes”. Dans le même ordre d’idées, le ministre refusera le reclassement des médecins de la Fonction publique selon des critères non inhérents à leur profession. Ce disant, le premier responsable du secteur de la santé récuse l’idée selon laquelle les hôpitaux, ainsi que les centres hospitalo-universitaires soient à l’arrêt. “Les hôpitaux et les centres hospitalo-universitaires travaillent normalement car ce ne sont que les médecins de la Fonction publique qui sont en grève, les professeurs ainsi que les médecins spécialistes ne sont pas en grève”. Interrogé sur le nombre important des interventions chirurgicales en attente, Barkat répondra que c’est chose normale arguant que “le secteur de la santé est en grève depuis trois mois”. Interpellé à propos des attentes interminables au niveau des hôpitaux, ainsi que la prise en charge des patients cancéreux qui posent problème en Algérie, le ministre promettra que “ces problèmes seront réglés à l’horizon 2014”. S’agissant de la grippe H1N1, le ministre expliquera que l’achat des thérapeutiques qui lui sont inhérentes se fera en fonction des “médicaments payés”. Ce faisant, le Salon du générique, qui se tient dans le cadre de la promotion du médicament générique, vient compléter la semaine de la promotion du médicament générique, organisée à travers le territoire national. 55 participants ont pris part à cet événement, dont le Snapo (Syndicat national des pharmaciens d’officine), la Cnas (Caisse nationale de l’assurance sociale) et le LNCPP (Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques), ainsi que des laboratoires et des fabricants d’équipements. Le salon, qui prendra fin mercredi, s’adresse aux professionnels du domaine ces deux premiers jours et ne s’ouvrira au grand public qu’à son troisième et dernier jour. Une journée de sensibilisation sur le médicament générique est parallèlement prévue lundi, avec pour slogan : “Maintenant, le médicament générique, j’ai confiance”. “Le salon vise à montrer l’intérêt du médicament générique pour le malade, les caisses d’assurance et les industriels”, a déclaré le ministre en marge de l’inauguration du salon.




    0
  • D. Azeddine
    15 mars 2010 at 16 h 13 min - Reply

    Je suis gréviste et j’exerce à l’hôpital de Kouba. Une grande majorité de mes confrères et consoeurs a observé la grève pour arracher ses droits élémentaires et améliorer ses conditions de vie et il n’y a pas de plus normal et naturel. Mais il faut dire une chose : si nous avons perdu cette dignité, c’est surtout à cause d’une poignée de nos confrères opportunistes qui ont sali la profession par leurs magouilles. A commencer par ce ministre de la santé. Son passé est assez éloquent et tout le monde sait ce qu’il a fait à Biskra et au ministère de l’agriculture. Certains utilisent certaines institutions comme tremplins pour eux aussi devenir des « ministres ». C’est le cas de l’actuel président du conseil de l’Ordre des médecins.
    Autre chose : alors que nous avions tenu des piquets de grève durant plusieurs semaines et avons été tabassés devant l’hôpital Mustapha et à El Mouradia, des confrères, soit-disant en grève sont allés dans les cliniques privées pour opérer des malades qu’ils ont détourné des services de chirurgie et des urgences de notre hôpital. Et là, Barkat a totalement raison. Le mal est en nous, hélas.




    0
  • Koulou
    15 mars 2010 at 17 h 57 min - Reply

    Le serment d’Hypocrate c’est pour les vrais médecins, il ne concerne pas les vétérinaires à ce que je sache.
    S’il veut parler d’éthique,il n’a qu’à se pencher sur leurs conditions de travail qui sont lamentables à tout point de vue.
    Si Jean de la Fontaine était encore parmi nous,il aurait dédié une fable à son excellence Mr. le Bouk de la santé.Un bougredandouille à la tête d’un prestigieux ministère.




    0
  • IDIR
    16 mars 2010 at 8 h 17 min - Reply

    Pour se mettre à la production :
    Un ultimatum d’une année pour les importateurs de médicaments

    Source : http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5135285

    Médicaments : génériques ou « contre façon légale ? »

    Monsieur le ministre de la santé,

    Réflexion du jour : par le peuple algérien, les enseignants et les praticiens en particulier… C’est beau d’utiliser des termes aussi pompeux, quand tu vas t’acharner pendant des années à faire comprendre aux élèves pourquoi il faut ce « s » à la fin … SVP, faites revenir « l’égaré » à l’école, l’élève-ministre Said Barkat, puisqu’il s’affole dans les génériques.

    J’ai été stupéfait de lire ce que le ministre nous révèle. Après l’arnaque de la grippe A (H1NI). Veut-il nous diriger pour un autre scénario, un autre dossier noir de la santé publique ? On « change les containers » de la corruption-importation vers la « contre façon légale ? ». Les « affaires » des génériques sont connues à travers la planète laboratoires pharmaceutiques, « il y a belle lurette ».

    On veut nous orienter vers une autre étape, une « mondialisation équitable pour tous ? ». La protection de la santé publique appelle un débat démocratique, tout ceci, concerne tout un peuple, car, les moutons, qui s’étaient égarés, ne sont plus conduits par des bergers aveugles.
    IDIR

    Les trois mensonges des génériques

    Vraiment, les médicaments génériques, c’est le McDo de la pharmaceutique. Voici pourquoi ils sont loin d’être équivalents aux autres médicaments.

    Source : http://www.pratiques-de-sante.com/article/coup-de-gueule-generique.html?page=1




    0
  • Ammisaid
    16 mars 2010 at 10 h 02 min - Reply

    Et, vous, vous ne méritez rien de ce que vous avez reçu.




    0
  • K. Abdelhamid
    17 mars 2010 at 10 h 13 min - Reply

    Je rejoins mon confrère D. Azeddine dans son analyse sur cette minorité de médecins affamés qui a sali notre noble corporation. Je suis chirurgien exerçant en privé dans une clinique de la banlieue ouest d’Alger. Le ministère de la santé vient d’interdire (à juste titre) aux hospitalo-universitaires chefs de service et autres d’exerçer en privé dans le cadre du temps complémentaire au détriment de leurs services abandonnés. Et bien comment font certains de ces hospitalo-universitaires? Ils viennent opérer clandestinement dans les cliniques à partir de 22 heures, pour éviter les commissions de contrôle !!
    Où est l’éthique, la déontologie. Bac + 11 ou 14, et ils agissent de nuit comme de vulgaires voleurs.
    Oui, D. Azeddine, ce sont avant tout certains de nos confrères qui nous ont sali.




    0
  • khaled
    18 mars 2010 at 12 h 20 min - Reply

    dans un pays qui se respecte barkat aurait demissionné, vu sa gestion catastrophique d ‘un ministere aussi sensible! que fait ouyahia on a maintenant la certitude qu ils ( eux) constituent un clan contre le peuple , messieurs la roue tourne et la rue gronde reveillez vous ! et regardez en bas!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique