Édition du
26 March 2017

An 1 de l'Appel du 19 mars, vers un Front pour le Changement !


« Nous, Algériennes et Algériens, signataires du présent appel, avons décidé de prendre nos responsabilités devant notre Nation et devant l’Histoire, pour en appeler à la mobilisation permanente du peuple algérien contre le pouvoir politique illégitime en place et d’œuvrer à l’instauration d’un Etat de Droit tel que défini par la déclaration historique du premier novembre 1954. »

Ainsi commence l’appel lancé le 19 mars 2009 par un groupe d’intellectuel(le)s algérien(ne)s qui décidèrent de sortir de la léthargie dans laquelle se complaisait l’élite de notre pays. Faisant écho à la Déclaration du 1er novembre 1954, cet appel se voulait une rupture radicale avec le climat de résignation qui règne dans la société algérienne. Faisant une analyse claire et sans complaisance de la nature du pouvoir qui dirige le pays depuis l’indépendance – une succession de groupes et de clans, un même système illégitime et antipopulaire – le texte se veut un refus de la politique de compromission menée par la plupart des partis d’opposition et un appel à la mobilisation permanente des Algériennes et Algériens sincères pour mener une lutte contre le pouvoir illégitime par des « moyens exclusivement politiques pacifiques et démocratiques ».

Le texte de l’Appel constitue sans conteste une référence que chaque intervenant sur LQA devrait lire et méditer afin de progresser dans la voie du changement pacifique. Enonçant clairement les valeurs et principes démocratiques autour desquels toutes les véritables forces patriotiques sont appelées à se rassembler, il définit les moyens de lutte contre le pouvoir illégitime et fait des propositions concrètes de sortie de crise, dont le terme ultime serait l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante, première étape dans l’édification d’une Algérie nouvelle, fraternelle et prospère, celle de l’Etat de droit.

Les adhérents à l’Appel ont foi en les capacités du peuple algérien à prendre sa destinée en main. Ils savent, cependant, qu’un long et patient travail d’éveil des consciences, de mobilisation et d’éducation doit être mené par les élites saines et éclairées pour parvenir au but tant désiré : la souveraineté du peuple, à travers l’Etat de droit. Chaque Algérienne, chaque Algérien se doit de vaincre la peur qui l’habite et le paralyse et l’égoïsme qui l’empêche de voir l’intérêt de la communauté avant le sien propre afin de se réapproprier ses droits inaliénables. La sensibilisation et la mobilisation aussi larges que possible de l’opinion publique nationale et internationale et la diffusion de « nos idées, de nos propositions et de nos revendications pour l’avènement de la Dignité et du changement dans notre pays » sont les moyens jugés les plus appropriés pour atteindre les objectifs visés.

En cette date anniversaire, et dans le but d’évaluer le chemin parcouru et donner une nouvelle impulsion à notre dynamique, il nous a paru important de faire un premier bilan de notre action.

Il est clair que sans un large rassemblement des forces patriotiques autour d’une plateforme d’action commune, dont l’Appel du 19 mars se veut la première pierre, aucune action militante efficace ayant pour but le changement radical et pacifique du système politique dans notre pays ne pourra être entreprise. Les 18 années vécues par notre pays dans un climat de violences politiques inouïes, ont profondément marqué la société et créé de larges fractures que le pouvoir en place, à travers sa police politique notamment, a contribué à susciter et à renforcer, obéissant en cela au vieil adage appliqué par tous les pouvoirs tyranniques : diviser pour régner. Dépasser les divisions pour aboutir à un large consensus autour d’un même objectif – la mise en place d’un Etat de droit – est une nécessité impérative, vitale même. C’est dans ce but que la coordination de l’Appel a jugé de la plus haute importance la mise en place d’un organe d’information sur Internet faisant également office de forum permanent où les patriotes désireux  d’œuvrer pour le changement puissent s’informer et se rencontrer pour débattre et faire des propositions concrètes, en toute démocratie et dans un climat serein et fraternel.

La naissance du Quotidien d’Algérie (LQA) a constitué de ce fait une étape essentielle dans la mise en œuvre du programme d’action de l’Appel. En quelques mois, une communauté d’Algériennes et d’Algériens, vivant au pays ou à l’étranger, unis par un même idéal, celui du changement pacifique pour une Algérie libre et démocratique, s’est constituée. Petit à petit, dépassant le langage de l’insulte et de l’exclusion que l’on retrouve malheureusement dans de nombreux forums similaires, faisant l’apprentissage concret de la démocratie véritable, celle de l’écoute de l’autre et de l’échange d’idées dans la sérénité et le respect mutuel, les intervenant(e)s sur LQA ont contribué par leurs articles et leurs nombreux commentaires d’un niveau élevé à constituer un vaste corpus d’idées représentatif de tous les courants et sensibilités qui traversent la société algérienne.

Parmi les sujets traités, les plus importants sont :

Les voies et moyens du changement pacifique : En proclamant que « Nos moyens de lutte contre ce pouvoir illégitime seront exclusivement politiques, pacifiques et démocratiques. », l’Appel du 19 Mars 2009 s’est formellement inscrit dans une stratégie de non-violence, en tant que moyen de lutte pour un changement pacifique du système politique autoritaire, illégitime et corrompu en place dans notre pays, depuis son accession à l’Indépendance en 1962.

Un tel positionnement est la conséquence logique de l’idéal-même que nous poursuivons, à savoir, l’instauration en Algérie, d’Institutions politiques réellement et authentiquement démocratiques issues de la seule volonté souveraine du Peuple algérien, exprimée à travers le suffrage universel et entérinant formellement la séparation des pouvoirs, Législatif, Exécutif et Judiciaire.

Nous sommes fiers de faire le constat ici, qu’en à peine une année, la parole des citoyens algériens s’est largement affranchie et libérée de la peur et que de nombreuses initiatives citoyennes similaires aux nôtres ont vu le jour, amplifiant ainsi la contestation citoyenne partout à travers l’ensemble du territoire national, grâce à l’addition de nos moyens d’expression, si modestes soient-ils, en particulier grâce à ce merveilleux outil et support médiatique de l’expression, qu’est le réseau d’Internet.

Sur le front de la lutte des travailleurs pour la défense de leurs droits sociaux, tous secteurs confondus, mais en particulier dans le secteur public, comme par exemple dans la branche de l’Education nationale ou celle de la Santé, nous avons assisté ces derniers mois à des actions courageuses des syndicats autonomes dont le succès des grèves a réellement ébranlé l’arrogance des Administrations concernées et jeté le discrédit sur le syndicat organique et corrompu, aux ordres du pouvoir.

Ce sont autant de formes de lutte que nous soutenons pour affirmer sa pleine citoyenneté et arracher ses droits légitimes.

La contestation citoyenne d’un régime, moralement et matériellement corrompu, pour sa gestion  catastrophique du pays, doit s’élargir aujourd’hui à d’autres secteurs et comme l’a précisé la majorité des intervenants, de manière pacifique.

De nombreux compatriotes ont insisté sur la désobéissance civile, comme moyen de résistance au pouvoir en place, dans une seconde étape.

L’institution militaire : a fait l’objet d’un large débat. Considérée comme la détentrice du véritable pouvoir depuis l’indépendance, elle constitue avec la police politique (DRS), la colonne vertébrale du système politique algérien. Il ressort de ces débats qu’aujourd’hui et après la douloureuse expérience des années passées, il devient urgent de réconcilier notre armée avec son peuple qui est l’essence même de son existence et que l’institution doit-être comme toutes les autres institutions de la République sous l’autorité politique légitime. Réparer la relation armée-citoyens passe d’abord par la croyance et la certitude de servir avant tout l’Algérie et son peuple. En aucun cas l’institution  ne doit servir comme bouclier à une quelconque oligarchie ou clan, car la manière la plus sûre de préserver l’institution militaire est de lui éviter l’ingérence dans les luttes claniques ou politiciennes.

Tout comme la question des « services » a été longuement évoquée. Il en ressort des discussions que ces services de renseignement ont toujours joué le rôle de police politique, infiltrant toutes les structures politiques, économiques, sociales et administratives. Sa dissolution et son remplacement par des services de renseignement efficients, comme dans tous les Etats de droit, au service de la stabilité du pays et de la sécurité des citoyens, dans le strict respect de ses attributions et missions définies par les lois de la République est une nécessité.

L’opposition : Peut-on parler d’opposition dans un pays où tout est verrouillé ? Des discussions ont eu lieu sur le site à ce propos et l’impression générale qui s’en dégage est que cette opposition telle qu’elle existe, soit se confond avec le pouvoir, lui est acquise et sert de façade démocratique, soit est totalement muselée, bien que de temps en temps des voix s’élèvent ça et là et sont laissées s’exprimer pour ancrer l’idée qu’il y a une réelle opposition dans le pays.

L’opposition véritable est celle qui infléchit les décisions du pouvoir et l’amène à reconsidérer, sous la pression, ses décisions. Elle constitue un réel contre-pouvoir qui s’exerce par le biais de la mobilisation populaire. Tous font le même constat hélas ! Aucune opposition ne peut se targuer de ces prouesses. Et pour reprendre un compatriote, la véritable opposition est à construire ou à reconstruire.

–  Les langues et l’identité nationales : Se situant bien loin des clivages artificiels habituels, notre Appel revendique une identité raisonnée et solidement ancrée dans notre Histoire et notre culture, dans le respect de la diversité qui constitue une véritable richesse pour notre Nation.

Cette question a fait l’objet d’un large et chaud débat, avec parfois des excès. Le déni identitaire et l’instrumentalisation des fondements de notre Algérianité par le pouvoir illégitime ont, dans un premier temps, provoqué une réaction populaire légitime. Cette réaction a été à son tour instrumentalisée pour diviser les Algériens et créer des extrémismes violents. La majorité des intervenants se reconnait cependant dans son Algérianité pleine et indissociable, forgée par l’Histoire qui a résisté à la politique destructrice coloniale et qui résistera aux extrémismes minoritaires de tous bords.

Il en ressort que le renforcement de notre identité nationale, dans le cadre d’une lutte démocratique orientée vers le rétablissement de l’ordre citoyen, passe nécessairement par la conjugaison de toutes nos valeurs civilisationnelles, culturelles, religieuses, intellectuelles et politiques, avec notre sincère volonté d’instaurer un contrat social qui puise sa force dans la sagesse de l’union dans la différence et la diversité et un Etat qui fonde sa légitimité sur les choix authentiques du peuple. Pour mettre fin aux extrémismes au nom desquels se font ébranler jusque les fondements de la nation algérienne, le peuple algérien est tenu de récuser toutes les formes de crispation, notamment linguistiques et religieuses.

–  La démocratie en rapport avec nos valeurs civilisationnelles : La question de la démocratie et des valeurs qui la fondent par rapport à notre héritage culturel et nos traditions a reçu un traitement étendu, sous forme d’articles et à travers de nombreux commentaires. L’Etat de droit, en tant que cadre d’expression de la souveraineté du peuple et garant des libertés individuelles, est considéré par tous les intervenants comme la seule alternative à même de sortir le pays du marasme qu’il connaît depuis plusieurs décennies. La compatibilité de la démocratie avec les valeurs islamiques a été clairement soulignée, de même que la nécessité de garantir les libertés d’opinion et de conscience. Les débats ont cependant montré que la laïcité reste un sujet controversé : entre les partisans d’une stricte séparation du champ politique et du champ religieux et ceux qui pensent que nos lois doivent être basées sur les principes islamiques, le débat a souvent été passionné et une plus grande clarification des thèses défendues par les uns et les autres est nécessaire afin de concilier les positions et élargir le consensus sur cette question.

Le rôle des intellectuels

Cette question a été de tous les débats sur LQA montrant ainsi que les intellectuels sont la pierre angulaire de l’évolution d’une société. Or, en Algérie, ils semblent avoir renoncé à leur rôle laissant leur peuple dans le désarroi. « Le monde est dangereux à vivre! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal (généralement c’est une infime minorité), mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire (et Dieu sait qu’ils sont nombreux) ».

La logique de cette citation du célèbre savant Albert Einstein convient fort bien pour expliquer les déboires de l’Algérie tant il est vrai que la culpabilité évidente du pouvoir n’exclut nullement la responsabilité de la société algérienne, principalement sa frange savante « intellectuelle » ou « intelligentsia » peu importe le terme, du moment qu’il renvoie à celles et ceux qui sont sensés être à la fois sa conscience et son vivier. Oui, le pouvoir algérien est corrompu, oppressif, illégitime, assassin, etc., etc. Cela fait des années que de nombreuses voix le dénoncent et des doigts accusateurs sont pointés dans sa direction. L’ont-ils fait fléchir d’un iota? Ont-ils changé quelque chose à la condition misérable de notre peuple? Pour toute réponse, nous avons la situation exécrable des citoyens et l’image insultante qu’offre notre pays au reste du monde. Voyons les choses en face et demandons-nous à quel point nous en sommes responsables, ne serait-ce que d’avoir laissé faire ce pouvoir, qui non seulement a dépouillé les Algériens de leurs richesses, leurs valeurs et leur fierté, mais a aussi mis en péril l’avenir du pays et des générations futures.

Aujourd’hui, rien qu’à lire la presse sur la perversion en tous genres, on voit que le seuil de l’intolérable a été atteint et nul n’a le droit de fermer les yeux et de se taire. Les initiateurs de L’Appel du 19 mars ont brisé ce silence suicidaire, il y a exactement un an. Et un des objectifs de cet Appel est de rejoindre les « intellectuels algériens » où qu’ils se trouvent afin de les inciter à l’action pour le changement démocratique. S’il y a un bilan à faire un an après l’Appel sur cette question, et bien qu’il soit positif, il n’est pas satisfaisant pour autant. Celles et ceux qui ont adopté l’Appel et travaillé à son enrichissement ou à le faire connaître aurait souhaité qu’un nombre plus important de nos « intellectuels » sortent de leur silence et s’impliquent dans l’action politique pour accélérer la fin du régime de la dévastation de l’Algérie.

Cela dit, en une année d’existence et en dépit des énormes obstacles que rencontre la coordination en Algérie, l’Appel du 19 mars a réuni de nombreux Algériens dont les échanges et les contributions ont enrichi les débats faisant de LQA une tribune des plus engagées pour le changement démocratique en Algérie. Vivement les prochaines étapes qui verront se matérialiser le rassemblement de toutes les forces agissantes dans notre pays pour donner vie au Front du changement National.

Sur tous les sujets qui précèdent, ainsi que sur de nombreux autres thèmes qui ne peuvent être évoqués, faute de place, nous pouvons affirmer qu’un progrès sensible a été réalisé dans le rapprochement des positions des uns et des autres, à travers des débats francs et sincères d’où la langue de bois était bannie et où les seules limites imposées étaient celles de la courtoisie et de la bienséance.

En plus du travail de sensibilisation et de mobilisation des forces patriotiques autour de l’objectif du changement, LQA a également fait un effort continu d’information sur la vie quotidienne du pays, qui s’est caractérisée, notamment, par :

L’intensification du mouvement populaire : grèves dans les secteurs économiques, de l’éducation et de la santé ; soulèvements des populations des quartiers défavorisés d’Alger et dans d’autres villes contre la hogra, le mépris et l’injustice.

Dans un quotidien fait de paupérisation, de chômage, d’exclusion et de provocations, et à défaut de faire partie du lot des harragas, des milliers de jeunes et de moins jeunes se révoltent et se construisent une identité par « le pneu brûlé », un schéma que nous retrouvons y compris chez les étudiants et qui est devenu par la force des choses le seul moyen par lequel s’exprime ce peuple, toutes régions confondues, et toutes catégories confondues, et ce,  face à un pouvoir qui détient tous les moyens d’expression et qui reste extra national dans ses visions et ses démarches et anti national dans sa nature. Qu’il s’agisse d’attributions de logements arbitraires, de coupures d’eau intolérables, d’absence de transport, de résultats de concours truqués ou de  toute autre situation d’injustice flagrante subie par une population qui n’a rien pour se défendre, les émeutes restent le seul moyen d’expression de ceux qui n’ont ni syndicat ni représentant ni président pour les écouter encore moins les défendre. Le pouvoir est absent de la vie citoyenne, il ne s’exprime que pour réprimer et n’apparaît fortement que via ses troupes anti-émeutes.

Nous remarquons d’ailleurs que souvent lorsque tout un quartier se soulève, comme ce fût le cas à Diar Echems, tout le monde fédère et participe au soulèvement et à l’émeute, dans un mouvement vécu comme une révolte et un début de  libération, même les femmes s’associent. C’est une première qui démontre bien que nous sommes en présence d’un véritable mouvement social.

L’aggravation de la crise et de la lutte des clans au sommet de l’Etat et l’apparition au grand jour de graves affaires de corruption et de malversations ayant touché tous les secteurs d’activité, en particulier – fait d’une grande gravité pour la survie du pays – Sonatrach.

La dénonciation des atteintes aux droits de l’Homme en général et à ceux des travailleuses et travailleurs en particulier a également constitué un axe majeur dans l’effort mené par la coordination de l’Appel. Citons en particulier :

–     La lutte du Dr Fekhar : Militant des droits de l’homme de terrain, il sera la cible d’une vaste répression depuis l’année 2004. Emprisonné durant cinq mois après son arrestation le 1er novembre 2004, il fera l’objet de plusieurs procès iniques de la part d’une justice instrumentalisée. Il sera à nouveau arrêté le 15 juin  2009 et gardé à vue au commissariat central de Ghardaïa où il observera immédiatement une grève de la faim. Une odieuse cabale juridico-policière sera montée contre lui. Un vaste élan populaire entrainera sa libération. Il fera l’objet d’un nouveau procès en appel en décembre 2009 où il sera acquitté ainsi que ses compagnons, après que le collectif d’avocats aura démontré et démonté la grossière machination dont ils avaient fait l’objet. Un représentant de la coordination de l’Appel du 19 mars était présent au procès pour soutenir les victimes de l’arbitraire et la population de Ghardaïa, mobilisée pour cette cause juste. C’est sans conteste une grande victoire et la démonstration de la capacité de la mobilisation populaire à faire reculer les forces de l’oppression.

–   L’affaire du jeune Mohamed Baba Nadjar de Ghardaïa, condamné à mort puis à perpétuité pour l’assassinat d’un citoyen de la ville, crime qu’il nie de toutes ses forces : Un comité de soutien international a été mis en place pour sensibiliser l’opinion publique sur le cas de cet innocent qui croupit en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Les signataires de l’Appel font partie de ce comité de soutien et le coordinateur a assisté à ses deux procès (Ghardaïa 3 janvier 2009 et Médéa 27 mai 2009).

–     L’action du frère Yacine Zaïd : employé de la société Eurest, filiale de la multinationale Compass de Hassi Messaoud, il sera licencié pour avoir créé une section syndicale au sein de cette société en 2006 pour défendre les intérêts des travailleurs. Il sera non seulement licencié mais poursuivi en justice pour « diffamation ». En réalité il avait porté sur le web son cas et où il avait dénoncé les conditions de travail et d’hébergement des travailleurs de cette société. Il en est à près de 30 comparutions au niveau des tribunaux de Laghouat et de Hassi Messaoud. Ce courageux jeune syndicaliste a eu le mérite de lever le voile sur les conditions désastreuses des travailleurs du Sud. Les syndicats autonomes algériens et de nombreux syndicats étrangers lui ont apporté leur soutien.

–      La grève de la faim de notre courageuse sœur Meriem Mehdi : cette compatriote de 42 ans, originaire de Béjaïa et exerçant au sein de la multinationale British Gas de Hassi Messaoud comme coordinatrice d’administration et des opérations, avait été arbitrairement licenciée par cette dernière le 08 novembre 2009. Ayant épuisé toutes les procédures et devant le silence d’une administration censée défendre ses droits, elle optera pour une grève de la faim illimitée, pour porter sur la place publique son problème. Elle sera soutenue par de nombreux syndicats autonomes en Algérie et par des syndicats étrangers, tout comme par des journalistes et des militants des droits de l’homme. Là aussi, des membres de la coordination de l’Appel lui rendront visite régulièrement pour lui apporter leur soutien. Après plus de deux mois de grève de la faim et de nombreux problèmes de santé, elle finira par arracher ses droits. Son combat avait permis de dévoiler l’exploitation des travailleurs par certaines multinationales qui occupent  notre Eldorado saharien.

–      L’affaire du vaccin contre la grippe porcine : Cette affaire, qui dénonce à priori des organismes internationaux tels que l’OMS et les commissions de pharmacovigilances (formés de scientifiques reconnus), en mettant en évidence les conflits d’intérêts flagrants de scientifiques entretenus et payés par l’industrie pharmaceutique, nous interpelle d’abord et une fois de plus sur la nature du pouvoir illégitime corrompu et incompétent en Algérie, un pouvoir qui a continué à gérer un problème de santé publique par la logique des containers, allant jusqu’à révoquer les responsables qui ont refusé de signer des certificats de mise en circulation du vaccin, un pouvoir  en quête de légitimité qui est prêt à être le meilleur défenseur de toute la mafia internationale du médicament et tout ce qui peut générer le profit, l’argent facile et la fuite des capitaux en devises, un pouvoir qui contrôle la parole et la pensée y compris de son élite pseudo scientifique qui aurait pu, pour une fois, s’exprimer ne serait-ce que sur l’aspect technique de la question.

–       Le rappel de la responsabilité du pouvoir et des groupes armés dans les assassinats, les massacres, les cas de torture et de disparition, durant les années de sang et de larmes, ainsi que l’instrumentalisation du « terrorisme » d’une façon générale. Dans les débats, il a été maintes fois  rappelé l’attachement au devoir de vérité et de justice sans concession. Tout comme il a été affirmé le souhait de voir l’Etat de Droit de l’Algérie de demain  mettre en œuvre en toute sérénité et loin de tout esprit de vengeance les mécanismes nécessaires pour faire éclater la vérité et mettre fin à l’impunité.

Les intervenants sur LQA ont aussi dénoncé la dite « charte de réconciliation nationale ». Cette loi est considérée par beaucoup comme un sacrilège, ayant servi de monnaie de change pour la pérennité d’un système qui s’est engagé à protéger et à couvrir les auteurs de crimes contre l’humanité.

Parmi les actions concrètes menées par le collectif de l’Appel du 19 mars, il faut également citer deux initiatives d’une grande portée politique :

–       L’appel lancé par le Dr S.E. Sidhoum pour la constitution, en Algérie et à l’étranger, de comités qui auraient pour mission de réunir des données et des informations sur les fortunes constituées par les barons du régime grâce au pillage de l’économie nationale et d’envisager des actions judiciaires appropriées. http://www.lequotidienalgerie.org/2010/02/09/le-peuple-algerien-doit-reagir

–       La lettre ouverte adressée au chef de l’Etat par notre frère Abdelkader Dehbi. http://www.lequotidienalgerie.org/2010/02/13/monsieur-le-president-refusez-que-le-sang-des-algeriens-soit-de-nouveau-verse/

La communauté qui s’est constituée autour de la coordination et de son organe d’information, LQA doit aujourd’hui passer à une étape supérieure dans l’action en :

–       exprimant et assumant clairement et consciemment son adhésion à l’Appel du 19 mars, ses principes, ses moyens d’action et ses buts. Leur enrichissement n’étant pas exclu. Des compatriotes ont émis le vœu de se constituer en comités de réflexion et d’action en Algérie et en exil. De nombreux étudiants se sont portés volontaires. Certains comités ont déjà vu le jour. Ils se proposent de sensibiliser et d’organiser les citoyens autour des idées de l’Appel, constituant le relais de la coordination avec la base populaire.

–       s’organisant, afin d’élargir le champ d’action et faire la jonction avec les autres forces vives qui œuvrent pour le changement pacifique et en intensifiant l’effort de communication en direction du peuple Algérien. Pour cela elle doit œuvrer :

  • A  la réalisation  du compromis ou accord politique historique, véritable charte éthique acceptée et respectée par tous. Pour cela des contacts ont été entrepris avec toutes les volontés engagées pour discuter de ce projet.
  • Au  rassemblement de toutes ces volontés sincères  au sein d’un Front du Changement National, un Front dont le but unique est le changement du système politique et l’instauration d’un Etat de Droit.

Conclusion :

Notre objectif est clair : sortir du système mis en place par ceux qui ont pris le pouvoir en 62 et qui ont dénié au peuple le droit de s’exprimer et de prendre sa destinée en main. Libérer le pays de la domination de cette oligarchie militaro-financière – qui a su s’adapter à toutes les situations depuis 62 – et redonner la parole au peuple dans toute sa diversité. Surtout ne pas refaire les mêmes erreurs.

Après 47 ans de gâchis national qui a abouti à une faillite sanglante, le peuple algérien aspire à un véritable changement et une rupture radicale avec les méthodes du passé. Un changement pour instaurer un Etat de Droit dans une Algérie de Justice, de liberté et de démocratie. Une Algérie ancrée dans ses valeurs civilisationnelles, qui reconnaitra tous ses enfants, sans exclusion aucune. Une Algérie qui permettra à l’intelligence de s’épanouir, au travailleur de prospérer et qui protégera les plus faibles en leur assurant le minimum vital. Une Algérie où chacun s’y sentira digne et fier, et travaillera avec ardeur pour améliorer sa situation  et, par delà, celle de sa patrie.

Que toutes les volontés sincères, ici en Algérie et dans notre chère diaspora, s’organisent. Que nos élites se réveillent et œuvrent à ce compromis ou accord politique historique et se rassemblent au sein du Front du Changement National en vue de la pleine réalisation des vœux de la Nation !

Que la jonction entre les élites résolues et engagées et le peuple, avec à sa tête les couches les mieux organisées et les plus conscientes (syndicats autonomes et étudiants), se réalise pour faire aboutir cette dynamique populaire pacifique du changement.

Engageons-nous résolument et avec confiance :

–       A restaurer l’espoir de chacun, en particulier la jeunesse, à  reconstruire un Etat démocratique dans lequel tous les Algériens se sentent réellement des citoyens à part entière, dans leur propre pays ; afin que le pouvoir soit de nouveau l’émanation du peuple, dans un climat social de libre adhésion à la volonté populaire et de réelle égalité devant la loi.

–       A rompre avec l’éternel retour des traumatismes des situations d’exceptions en s’extirpant de l’esprit de l’état d’urgence décidé par l’administration coloniale en avril 1955, et qui fait office de dogme politique jusqu’à nos jours. A la logique de continuité et d’extension de la dynamique coloniale doit succéder la volonté  de valoriser le potentiel de nos ressources tant sur le plan individuel que collectif.

–       A faire renaître en chaque  Algérienne et Algérien le sentiment d’appartenance à une communauté fraternelle, solidaire et indivisible, où chaque citoyen(ne) œuvre librement pour le bien commun.

–       A promouvoir un état d’esprit libéré du défaitisme et à combattre fermement toutes les dérives qui sont imposées à la jeunesse, en l’accompagnant et en la canalisant afin de lui permettre  de choisir ses propres voies.

Conjuguons nos efforts pour mettre fin à la dérive de notre Algérie et faisons en sorte que cette dynamique du changement démocratique soit la préoccupation de toutes et de tous.

Tout commence aujourd’hui….pour l’Algérie de demain.

Coordination de l’Appel du 19 mars 2009

Alger le 19 mars 2010

====================================================

الذكرى الاولى لنداء 19 آذار 2009, نحو جبهة للتغيير الوطني

« لقد قررنا نحن، الجزائريات و الجزائريون، الممضون على هذا البيان، أن نأخذ على عاتقنا تحمل المسؤولية الكاملة تجاه أمتنا وأمام التاريخ، لنوجه نداءا  للتعبئة الدائمة ضد السلطة القائمة  الغير الشرعية و من اجل بناء دولة القانون كما حدّدها البيان التاريخي لأول نوفمبر 54. »

كان ذلك هو المدخل الذي افتتح به نداء 19 مارس 2009 من قبل مجموعة من المثقفين الجزائريين والجزائريات، قرروا كسر جدار الصمت والخروج من السبات القاتل الذي استمرأته النخبة في بلدنا فأخلدت إليه قريرة العين. وفي إطار الاستمرارية على درب إعلان 1 نوفمبر 1954، صدر هذا النداء ليكون بمثابة قطيعة جذرية مع مناخ الاستكانة السائد وسط المجتمع الجزائري. وبعد القيام بعمليات تحليلية واضحة، لا تعرف المجاملة، قصد صبر أغوار طبيعة السلطة التي تحكم البلاد منذ الاستقلال – عبر جماعات وزمر متعاقبة، في ظل استحكام نفس النظام غير الشرعي والفاقد للسند الشعبي- فإن نص هذا النداء يطمح ليكون تعبيرا عن الرفض لسياسة الحلول الجزئية بدافع المصلحة الضيقة التي تنتهجها معظم أحزاب المعارضة، كما يوجه النداء دعوة إلى تعبئة دائمة للصادقين من الجزائريين والجزائريات،  لخوض غمار النضال ضد السلطة غير الشرعية من خلال « الوسائل السياسية السلمية والديمقراطية حصرا. »

ومما لا شك فيه، أن نص النداء يشكل مرجعية يتعين على كل المتدخلين المساهمين بآرائهم  من خلال موقع يومية الجزائر على الانترنت، قراءته، والتأمل فيه، من أجل المضي قدما على طريق التغيير السلمي. و إذ يشير هذا النداء بكل وضوح، إلى مجموعة القيم والمبادئ الديمقراطية التي ينبغي أن تشكل الأرضية التي تجتمع حولها جميع القوى الوطنية، فهو يحدد أيضا وسائل النضال الواجب استخدامها ضد السلطة غير الشرعية، كما أنه يعرض اقتراحات ملموسة للخروج من الأزمة، والتي حددت لها كهدف تتوج به مسارها، انتخاب جمعية تأسيسية وطنية، باعتبارها الخطوة الأولى في بناء صرح الجزائر الجديدة، يعم جميع ربوعها مناخ من الأخوة والازدهار، دولة تكون السيادة فيها للقانون.

و لأنصار هذا النداء ثقة تامة، بأن الشعب الجزائري يملك من القدرات ما تجعله في مستوى تحديد مصيره بيده، لكنهم يدركون في الوقت ذاته، ضرورة قيام النخبة الصادقة والمستنيرة، بعمل طويل النفس والتحلي بالصبر الدؤوب، من أجل تكثيف الجهود الرامية إلى زيادة الوعي والمثابرة في مجال التعبئة والتثقيف، من أجل تحقيق الهدف المنشود، المتمثل في: الوصول إلى السيادة الشعبية، من خلال دولة القانون. ويتوجب على كل جزائري وكل جزائرية، العمل من أجل الانعتاق من هاجس الخوف المستحكم بالنفوس، الذي يشل حركته، وقهر الأنانية التي تحجب عنه رؤية مصلحة المجتمع قبل مصلحته الضيقة، وذلك قصد استعادة حقوقه غير القابلة للتصرف. وفي هذا الصدد تشكل الجهود المبذولة لتوعية الرأي العام الوطني و الدولي وتعبئته، على أوسع نطاق ممكن، وكذلك نشر « أفكارنا، ومقترحاتنا ومطالبتنا باستعادة الكرامة وإحداث التغيير المنشود في بلدنا »، الوسائل، الأكثر ملاءمة لتحقيق الأهداف المنشودة.

وفي هذه الذكرى الأولى، و قصد تقييم التقدم المحرز وإعطاء زخم جديد لدينامكية مشروعنا، فقد بدا لنا أنه من الأهمية بمكان إجراء تقييم أولى لعملنا.

فمن الواضح أنه بدون تحقيق تجمع واسع يشمل كافة القوى الوطنية حول أرضية برنامج عمل مشترك، أرضية يرمي نداء 19 مارس أن يكون لبنتها الأولى، لن يستطيع أي عمل نضالي فعال، يهدف إلى إحداث تغيير جذري وسلمي للنظام السياسي السائد في البلاد، تحقيق هذا المبتغى. وإن فترة الثمانية عشرة سنة التي مر بها بلدنا في ظل مناخ من العنف السياسي، قد أثرت تأثيرا عميقا في المجتمع وأحدثت شروخا جسيمة، عمدت هذه السلطة على استدامتها وتعميقها، خاصة عن طريق سياستها البوليسية، عملا بالقول المأثور، المستخدم من قبل جميع النظم الاستبدادية، ألا وهو: فرق تسد.

وقد بات من الضروري، لا بل إنه أمر مصيري، تجاوز الانقسامات بغية التوصل إلى توافق واسع حول هدف مشترك – المتمثل في ترسيخ سيادة القانون. وتحقيقا لهذا  الغرض، ارتأت تنسيقية نداء 19 مارس، أن ثمة ضرورة ملحة تقتضي، إنشاء هيئة إعلامية على شبكة الإنترنت، تكون في نفس الوقت بمثابة منتدى دائم يستطيع من خلاله الوطنيون الراغبين في العمل من أجل التغيير، التزود بالمعلومات اللازمة والالتقاء ببعضهم بعضا للمناقشة وتقديم مقترحات ملموسة في ظل مناخ هادئ تسوده قيم الديمقراطية والأخوة.

ومن هذا المنطلق، فقد شكل ميلاد موقع يومية الجزائر، خطوة أساسية في إطار تنفيذ برنامج العمل لنداء 19 مارس. وفي غضون أشهر قليلة فقط، تكوّن مجتمع من الجزائريين والجزائريات، من المقيمين داخل الجزائر وخارجها، يربطهم في ذلك هدف مشترك، يتمحور حول السعي إلى إحداث تغيير سلمي من أجل جزائر حرة وديمقراطية. وشيئا فشيئا، بعد تجاوز مرحلة لغة الشتم والإقصاء، التي نجدها للأسف سائدة في كثير من المنتديات من هذا القبيل، وبفضل التعلم التدريجي والملموس لتعاليم ديمقراطية حقيقية، تلك التي تقوم على أخلاقيات الإصغاء إلى الغير وتبادل الأفكار معه في جو من الهدوء والاحترام المتبادل، فقد ساهم العديد من المتدخلين من خلال مقالاتهم وتعليقاتهم، ذات مستوى عال، في تشكيل ثروة هائلة من الأفكار، تمثل جميع الاتجاهات والحساسيات التي يزخر بها المجتمع الجزائري.

ومن بين أهم المواضيع التي تم تناولها، نذكر منها ما يلي:

– طرق ووسائل التغيير السلمي: عند الإعلان أن « وسائلنا للنضال ضد هذه السلطة الغير الشرعية، ستكون وسائل سياسية، سلمية و ديمقراطية » فإن نداء 19 مارس 2009 قد اختار لنفسه بشكل واضح ورسمي، انتهاج استراتيجية اللاعنف كوسيلة للنضال من أجل تغيير سلمي للنظام السياسي السلطوي، الفاسد وغير الشرعي، المتحكم في بلدنا منذ استقلاله في عام 1962.

ومثل هذا التموقع من طرفنا، ما هو إلا نتيجة منطقية تعبر عن الغاية السامية ذاتها التي نناضل من أجلها، والمتمثلة في إنشاء في الجزائر، مؤسسات سياسية ديمقراطية حقا وفعلا، نابعة من الإرادة السيادية للشعب الجزائري حصرا، يعبر عنها من خلال الاقتراع العام، إرادة حرة تعمل على تكريس بشكل رسمي الفصل بين السلطات التشريعية والتنفيذية والقضائية.

ونعرب في هذا المقام عن شعورنا بالفخر، إذ نسجل أنه في بحر سنة واحدة فقط، قد تحرر صوت  العديد من المواطنين الجزائريين إلى حد كبير، وتخلصت النفوس من أغلال الخوف، هذا بالإضافة إلى بروز مبادرات كثيرة مماثلة لمبادرتنا من المواطنين في بلدنا، مما ضاعف وكثف من حجم صوت الاحتجاج والتحدي في جميع أنحاء التراب الوطني، وذلك بفضل ما أسهمت به وسائلنا للتعبير، رغم تواضعها، لاسيما تلك الأداة الرائعة والوسيلة الإعلامية الفذة، التي توفرها شبكة الانترنت.

أما على جبهة نضال العمال من أجل الدفاع عن حقوقهم الاجتماعية المشروعة، لقد شهدنا خلال الأشهر الأخيرة في جميع القطاعات، وبشكل خاص، في القطاع العام، مثل التعليم أو الصحة، عملا شجاعا رائعا من قبل النقابات المستقلة، التي تمكنت بفضل النجاح الواسع الذي حققته عمليات الإضراب،  من إدخال الهلع في صفوف أركان الإدارة المسؤولة  وخلخلة غطرستها، وكشفت عدم مصداقية النقابة العضوية الفاسدة، الخاضعة لأوامر السلطة.

وقد عقدنا العزم على تأييد جميع هذه الأشكال من النضال، ودعمها سعيا منا وراء التأكيد على مواطنتها الكاملة، وانتزاع حقوقها المشروعة.

كما ينبغي على عمليات الاحتجاج المتشبعة بروح المواطنة، التي تناضل ضد نظام فاسد أخلاقيا وماديا، والتي ساهمت في كشف سوء تسييره  لشؤون البلاد مما أفضي إلى وضع كارثي منقطع النظير، أن تمتد هذه الاحتجاجات لتشمل قطاعات أخرى في كافة ربوع الوطن، على أن يتم ذلك، كما أكد عليه معظم المتدخلين، بطريقة سلمية.

وقد أصر العديد من المواطنين على اللجوء إلى العصيان المدني كوسيلة من وسائل المقاومة للسلطة القائمة، كخطوة لاحقة على هذا المسار.

المؤسسة العسكرية: لقد دارت حولها مناقشة واسعة ومستفيضة. وباعتبارها صاحبة السلطة الحقيقية منذ الاستقلال، فإن هذه المؤسسة تشكل إلى جانب الشرطة السياسية (مديرية الاستعلامات والأمن)، العمود الفقري للنظام السياسي الجزائري. وقد اتضح من خلال هذه المناقشات، أنه قد بات اليوم من الضرورة، التي لا تقبل أي تأخير، خاصة بعد تجربة السنوات الماضية المؤلمة، التوصل إلى تحقيق مصالحة بين مؤسستنا العسكرية وبين الشعب (الذي يشكل محيطها الطبيعي)، الذي هو بمثابة مبرر وجودها، كما أن هذه المؤسسة يجب أن تكون مثلها مثل جميع مؤسسات الجمهورية الأخرى، خاضعة للسلطة السياسية الشرعية، كما أن إصلاح العلاقة بين الجيش والشعب يمر حتميا وقبل كل شيء عبر الاعتقاد الراسخ والثقة الجازمة بضرورة تقديم مصلحة الجزائر وشعبها في المقام الأول. ولا ينبغي في أي حال من الأحوال، أن تستخدم هذه المؤسسة كدرع واقي بين أيدي أي حكم تدير دفته أقلية أو زمرة، ذلك لأن أوثق طريقة للحفاظ على مؤسسة الجيش، يقتضي تجنيبه التدخل في المعارك السياسة أو المشاركة في تناحر أقطاب السلطة.

كما حظيت قضية  » الأجهزة » بمناقشة مستفيضة، حيث أظهرت أن هذه المصالح الاستخباراتية، قد اضطلعت على الدوام، بدور الشرطة السياسية، من خلال اختراق جميع الهياكل السياسية والاقتصادية والاجتماعية والإدارية. ومن ثم قد بات من الضروري العاجل حل هذه الأجهزة، والاستعاضة عنها بأجهزة مخابرات مهنية ذات كفاءة، كما هو الحال في جميع الدول الدستورية التي تعمل في إطار دولة القانون، وتسعى إلى تحقيق استقرار البلاد وأمن المواطنين، مع الالتزام صارم بمهامها وولايتها التي تحددها قوانين الجمهورية.

المعارضة: هل يمكن الحديث عن المعارضة في بلد أغلقت فيه جميع الأبواب؟ لقد جرت عدة مناقشات بهذا الشأن على الموقع، وتبين أن الانطباع العام، يمل إلى اعتبار هذه المعارضة، في صورتها الحالية ميدانيا، إما وقد انصهرت في كيان السلطة فأصبحت جزء لا يتجزأ منها، بحيث تستخدمها هذه السلطة كواجهة ديمقراطية، أو أنها مكممة بشكل مطلق، هذا حتى وإن تصاعدت، من حين لآخر بعض الأصوات هنا وهناك، وسُمِح لها بالتعبير عن نفسها، بغية ترسيخ الفكرة التي مفادها أن هناك معارضة حقيقية في البلد.

إن المعارضة الحقيقية هي تلك التي تؤثر في قرارات السلطة وتغير من منحاها بحيث تجبرها على إعادة  النظر في قراراتها، تحت الضغوط الممارسة عليها، وهي بذلك تشكل سلطة موازنة حقيقية، تمارس من خلال التعبئة الشعبية. لكن ما يدعو للأسف، هو أن جميع المتدخلين انتهوا إلى نفس النتيجة! ولا يمكن لأية معارضة أن تتباهى بهذه المنجزات، أو كما عبر عن ذلك أحد المواطنين، بقوله، لا يزال يتعين بناء معارضة حقيقية، أو إعادة بناءها.

– اللغات والهوية الوطنية: وإذ ينأى هذه النداء بنفسه عن الانقسامات المصطنعة المعتادة، فإنه يدعو إلى ترسيخ دعائم هوية مستنيرة، ذات جذور عميقة متشبعة بأصالة تاريخنا وثقافتنا، في ظل احترام التنوع الذي يشكل الثروة الحقيقية لأمتنا.

وقد استأثرت هذه المسألة بنقاش واسع ومحتدم،  وقد تخللتها بعض التجاوزات في بعض الأحيان. وللإشارة، فإن الحرمان من مقومات الهوية واستغلال أسس جزائريتنا من قبل السلطة غير الشرعية، قد أثار في البداية ردود فعل شعبية مشروعة، غير أن ردود الفعل هذه، ما لبثت أن صارت هي بدورها محل استغلال من أطراف معينة، قصد بث بذور الفرقة بين الجزائريين وخلق شتى أصناف التطرف العنيف. لكن رغم ذلك، فمعظم المتدخلين، يعتزون بجزائريتهم، كاملة، لا تقبل التجزئة، كما صاغها تاريخ البلد الذي صمد في وجه السياسات الاستعمارية المدمرة وقاوم الأقليات المتطرفة من كافة المشارب.

ومن هذا المنطلق يتبين أن تعزيز دعائم هويتنا الوطنية، في إطار نضال ديمقراطي موجه نحو استعادة  استقرار الأمن والنظام القائمين على الروح الوطنية، يمر بالضرورة عبر تضافر وتعاضد جميع قيمنا الحضارية، الثقافية والدينية والفكرية والسياسية، بالإضافة إلى تكريس إرادتنا الصادقة في إقامة عقد اجتماعي، يستمد قوته من روافد حكمة الوحدة، التي تتسع لحق الاختلاف والتنوع، ودولة تقوم شرعيتها على اختيار حقيقي للشعب. ومن أجل وضع حد لشتى أصناف التطرف، الذي يتخذ مطية لخلخلة أسس للأمة الجزائرية، يتوجب على الشعب الجزائري، التعبير الصريح  عن رفضه جميع أشكال التشنج، ولاسيما ما يتعلق منه باللغة والدين.

الديمقراطية وعلاقتها بقيمنا الحضارية: لقد حظيت مسألة الديمقراطية والقيم التي تقوم عليها، وما يربطها بتراثنا الثقافي والتقاليد الراسخة، باهتمام بالغ وحيوي، في شكل مقالات وتعليقات كثيرة. ويعتبر جميع المتدخلين أن دولة القانون، باعتبارها الإطار الأمثل للتعبير عن السيادة الشعبية والضامن للحريات الفردية، تشكل البديل الوحيد الكفيل بإخراج البلاد من الركود الذي يشل حركته على مدى عدة عقود.

وتم في هذا الإطار إبراز بشكل واضح لا لبس فيه، مدى التوافق بين الديمقراطية والقيم الإسلامية، هذا إلى جانب ضرورة ضمان حرية الرأي والضمير. ومع ذلك أبانت المناقشات، على أن موضوع العلمانية لا يزال يثير الجدل بين مؤيدي الفصل الصارم بين المجال السياسي والمجال الديني، وبين الذين يعتقدون بضرورة تطابق القوانين مع المبادئ الإسلامية، وقد دار هذا النقاش في كثير من الأحيان في جو محتدم وعاطفي، ومن ثمة فلا بد على مؤيدي الأطروحات المختلفة، تقديم مزيد من التوضيح، من أجل التوفيق بين المواقف المختلفة والتوصل إلى أكبر قدر ممكن من التوافق في الآراء بشأن هذه المسألة.

– دور المثقفين
لقد تصدرت هذه المسألة كافة النقاشات الدائرة على موقع لوكوتديان دالجري، مما اثبت أن المثقفين يشكلون بحق حجر الزاوية في مسار تطور المجتمع، لكن يبدو أن هذه الفئة في الجزائر، قد تخلت عن دورها وتركت الشعب يهيم في فوضى عارمة. « إن العالم مكان يعد العيش فيه خطير! ولا يعود ذلك بالأساس إلى كثرة الأشرار فيه (عادة ما تشكل هذه الفئة أقلية ضئيلة)، ولكن يكون ذلك في المقام الأول بسبب أولئك الذين يقفون موقف المتفرج، على ما يحدث ولا يحركون ساكنا. (ويعلم الله كم هم كثر).

ومنطلق هذا الاقتباس من العالم الشهير ألبرت أينشتاين مناسب جدا في هذا الباب، إذ يقدم لنا تفسيرا مقنعا عن ذلك الكم الهائل من الإخفاقات في الجزائر، كما يجب الإقرار بأن مسؤولية السلطة الواضحة في هذه المأساة، لا تعفي المجتمع الجزائري برمته من نصيبه من المسؤولية، وخاصة النخبة المستنيرة  « المثقفة » أو « الانتلجنسيا »، أيا كانت التسمية التي تطلق عليها، طالما أنها تشير إلى أولئك الذين من المفترض أن يشكلوا ضمير هذا المجتمع وخزانه الذي يستمد منه طاقته. أجل، إن السلطة في الجزائر، فاسدة، ومستبدة، وغير شرعية، ومجرمة، وما إلى ذلك..

وما انفكت العديد من الأصوات، دون كلل أو ملل، ترتفع منذ سنوات عديدة كثيرة، معربة عن تنديدها بالسلطة وهي تشير في اتجاهها بأصابع الاتهام، لكن هل أفلح ذلك في تراجع هذه السلطة ولو قيد أنملة عن مشاريعها؟ هل استطاعت هذه الأصوات في تغيير شيئا ما في حالة البؤس التي يعاني منها شعبنا؟ وللإجابة على ذلك، يقف أمام أعيننا شاهدا على ذلك،  الوضع المريع الذي يكابده مواطنونا، والصورة المهينة البائسة التي يظهر بها بلدنا أمام باقي دول العالم. دعونا نكون أكثر صراحة ونواجه الأمور دون مواراة، ونطرح السؤال على أنفسنا: إلى أيد مدى نتحمل نحن المسؤولية على ما يجري في بلدنا، ويكفينا تقصيرا ومسؤولية أننا تركنا هذه السلطة تفعل ما تشاء، حيث لم تكتف بنهب ثروات الجزائريين وقيمهم وتنزل بكرامتهم وعزتهم إلى الوحل فحسب، بل عرضت أيضا للخطر مستقبل البلد ومستقل الأجيال الغد.

ويكفينا اليوم، أن نطالع ما تكتبه الصحافة عن هول الانحرافات بجميع أنواعها، لندرك أننا قد اجتزنا عتبة المحظور، وليس من حق أي أحد أن يغمض عينيه ويغط في صمت الأموات. لقد كسر أصحاب مبادرة نداء 19 مارس هذا الصمت الانتحاري، وذلك قبل سنة واحدة بالضبط. وكان من جملة الأهداف المتوخاة من هذا النداء، التواصل مع « المثقفين الجزائريين » أينما وجدوا  لحثهم على العمل من أجل التغيير الديمقراطي، وإن كان لا بد من القيام بعملية تقييم لما تم إنجازه في غضون سنة واحدة بعد النداء في هذا الشأن، فلا مناص من الإقرار، بأنه رغم إيجابيته عموما، فإن الحصيلة لا ترقى إلى المستوى المطلوب. وكان يحدو الأمل جميع من تبنى محتوى هذا النداء وعمل على إثرائه والتعريف به،  أن يخرج  عدد أكبر  من « المثقفين » عن صمتهم وينخرطون في العمل السياسي لتسريع نهاية نظام كان إنجازه الوحيد تدمير الجزائر وخرابها.

ولكن مع ذلك، فبعد سنة واحدة فقط من بروزها إلى الوجود، وعلى الرغم من العقبات الهائلة التي تعترض طريق تنسيقية نداء 19 مارس، في الجزائر، تمكن نداء 19 مارس من توفير مناخ جمع من حوله الكثير من الجزائريين، ممن أسهمت تبادلاتهم الحيوية عبر الموقع ومساهماتهم المختلفة والمتنوعة في إثراء المناقشات، مما جعل موقع لوكوتديان دالجري، يُعد أحد المنابر الأكثر التزاما وعزما على طريق التغيير الديمقراطي في الجزائر. ونترقب بحماسة الخطوات المقبلة التي ستشهد تحقيق تجمع كل القوى الفاعلة في بلدنا لبعث الحياة في جبهة التغيير الوطني.

ويمكننا الجزم، سواء بالنسبة لجميع المواضيع المذكورة أعلاه، أو العديد من المواضيع الأخرى التي لا يتسع المقام هنا لمناقشتها، أن تقدما كبيرا قد تم إحرازه في التوفيق بين مواقف الأطراف، من خلال مناقشات صريحة وصادقة، بعيدة عن لغة الخشب، والتي لم تفرض أي حدود أو قيود فيما عدا ضرورة التحلي بالاحترام المتبادل واللياقة الواجبة.

وبالإضافة إلى العمل في مجال زيادة مستوى الوعي وتعبئة القوى الوطنية حول هدف التغيير، قامت يومية الجزائر ببذل جهود مضنية ومتواصلة في مجال الإعلام بشأن الحياة اليومية السائدة في البلد، وقد تميزت هذه الجهود بجملة أنشطة، منها على وجه الخصوص:

تكثيف الحركة الشعبية: عمليات الإضراب في قطاعات الاقتصاد والتعليم والصحة؛ وانتفاضات السكان في المناطق المحرومة من الجزائر العاصمة ومدن أخرى ضد الحكرة والاحتقار والظلم.

في واقع يومي، يسوده الفقر والبطالة والاستبعاد والاستفزاز، وعندما تتعذر حتى فرصة للالتحاق بقافلة الحراقة، لا يجد الآلاف من الشبان والأصغر منهم سنا، سوى سبيل التمرد على الوضع القائم،  لبناء الهوية من خلال  « إطارات السيارات المشتعلة » وهو نمط نجده قد انتقل حتى بين الطلاب، بحيث أصبح نتيجة للظروف المستحكمة، الوسيلة الوحيدة التي من خلالها يستطيع الشعب التعبير عن نفسه، في جميع المناطق ويشمل جميع الفئات، وذلك، تحديا للسلطة التي تستحوذ على جميع وسائل التعبير، هذه السلطة التي لا تزال تعتمد رؤى ونهج غريبة عن الوطن، سلطة شيمتها الرئيسية محاربة الوطنية.

وسواء تعلق الأمر بتوزيع السكن على نحو تعسفي، أو انقطاع المياه حتى أصبح أمرا لا يطاق، أو انعدام وسائل النقل، أو نتائج مسابقات مزورة أو أي حالة أخرى من أحوال الظلم الفادح الذي يعاني منه السكان الذين لا يتوفرون على وسائل الدفاع عن أنفسهم، تبقى أعمال الشغب والتمرد، الوسيلة الوحيدة للتعبير بين أيدي أولئك الذين ليس لديهم لا نقابة أو ممثل أو رئيس للاستماع إلى تظلماتهم ناهيك الدفاع عنهم. ومن ميزات الوضع المزري، غياب السلطة التام عن الحياة المدنية، وتواجدها الوحيد يكون إلا من خلال العمليات القمعية، ولا يظهر هذا الوجود بارزا للعيان إلا عبر قوات مكافحة الشغب.

وما نلاحظه بالمقابل، هو  أنه في كثير من الأحيان عندما يتمرد أهل أحد الأحياء السكنية برمته، كما حدث في ديار الشمس، يتوّحد الجميع، ويشارك في الانتفاضة وأعمال الشغب، في حركية يعيشها القائمين بها وكأنها ثورة بحق، وبداية لعهد التحرر، تنضم إليه حتى النساء. إنها سابقة، تبين بكل وضوح أننا على مشارف حركة اجتماعية حقيقية.

تفاقم الأزمة وتناحر الزمر في قمة هرم الدولة وافتضاح حالات الفساد والاختلاسات الخطيرة، التي شملت جميع القطاعات الحيوية، وعلى وجه الخصوص/ شركة سوناطراك – وما يترتب من خطورة جسيمة نظرا لما تكتسيه هذه الشركة من أهمية، التي يعتمد عليها بقاء البلاد واستمراريته.

الإبلاغ عن انتهاكات حقوق الإنسان بصفة عامة، وحقوق العاملات والعمال على وجه الخصوص، شَكَلَ هو أيضا محورا رئيسيا في هذه الجهود المبذولة من قبل تنسيقة النداء. ونذكر في هذا المجال القضايا التالية على وجه التحديد:

– نضال الدكتور فخار: باعتباره ناشط في مجال حقوق الإنسان، يعمل في الميدان، فقد كان هدفا لحملة قمعية واسعة منذ عام 2004. وبعد احتجازه لمدة خمسة أشهر بعد اعتقاله في 1 نوفمبر (تشرين الثاني) 2004، تعرض بعدها لعدة محاكمات جائرة، من قبل جهاز عدالة مسخرة، يأتمر بأوامر السلطة التنفيذية، حيث تم القبض على الدكتور فخار مجددا في  15 يونيو (حزيران)  2009 وظل رهن الاحتجاز في مقر قيادة الشرطة في غرداية، فباشر على الفور إضرابا عن الطعام، فقامت عصابة بغيضة مؤلفة من الشرطة وجهاز العدالة بشن حملة مسعورة ضده، لكن أمام الهبة الشعبية الواسعة وجدت هذه السلطة نفسها مضطرة للإفراج عنه. وعلى إثر ذلك تم محاكمته من جديد أمام محكمة الاستئناف، في ديسمبر (كانون الأول) 2009 حيث برأته هذه الهيئة القضائية هو ورفاقه، بعد أن قدم فريق المحامين الدليل القاطع، وكشف زيف المؤامرة المفضوحة التي كان المتهمون  ضحاياها. وكان أحد ممثلي تنسيقية نداء 19 مارس حاضرا خلال جلسة المحكمة لدعم ضحايا التعسف وسكان غرداية، الذين هبوا هبة رجل واحد نصرة لهذه القضية العادلة. ومما لا شك فيه، أن ذلك كان انتصارا كبيرا ودليلا على قدرة التعبئة الشعبية الكفيلة بدفع قوى القهر والقمع إلى الخلف.

– قضية الشاب محمد بابا نجار من غرداية، الذي حكم عليه بالإعدام ثم بالسجن مدى الحياة لأدانته بقتل مواطن من المدينة، وهي جريمة قد نفاها بكل ما أتي من قوة: وتم تشكيل لجنة دعم دولية لتوعية  الجماهير حول قضية هذا الشخص البريء الذي يقبع في السجن بتهمة جريمة لم يرتكبها. وشارك الموقعون على النداء في لجنة الدعم، كما حضر المنسق لجلسات المحاكمتين (غرداية 3 يناير/كانون الثاني  2009 والمدية 27 مايو/ أيار  2009).

– العمل الذي قام به الأخ ياسين زيد: وهو موظف في شركة أورست، إحدى فروع شركة كومباس، متعددة الجنسيات، في حاسي مسعود، الذي تم فصله من العمل، معاقبة له على إنشاءه فرع نقابي داخل الشركة في عام 2006 للدفاع عن مصالح العمال، فلم يقتصر الأمر على فصله من العمل، بل تم محاكمته بتهمة « التشهير »، في حين لم يكن ما قام به في واقع الأمر سوى نشر على موقع الانترنت تفاصيل قضيته، منددا بظروف العمل والسكن للعاملين في هذه الشركة. وقد ناهز عدد المرات التي مثل فيها أمام محاكم الأغواط وحاسي مسعود الثلاثين مرة. ويعود الفضل إلى هذا الشاب النقابي الشجاع في كشف النقاب عن الظروف المروعة التي يعيشها العمال في الجنوب. وقد قدمت له النقابات الجزائرية المستقلة والعديد من النقابات الأجنبية دعمها الكامل.

– الإضراب عن الطعام الذي خاضته أختنا  الشجاعة مريم المهدي: لقد كانت هذه المواطنة البالغة 42 سنة من العمر، والمنحدرة من ولاية بجاية، تعمل في شركة بريتيش غاز المتعددة الجنسيات في حاسي مسعود، كمنسقة للإدارة والعمليات، وتعرضت للفصل التعسفي من قبل هذه الشركة بتاريخ 08 نوفمبر/ تشرين الثاني  2009. وبعد استنفاد جميع الإجراءات وأمام صمت الإدارة التي كان من المفترض أن تدافع عن حقوقها، لم تجد هذه المناضلة سبيلا آخرا غير الدخول في إضراب عن الطعام لأجل غير مسمى، لنقل هذه القضية إلى الساحة العامة. وقد وجدت قضيتها الدعم من قبل العديد من النقابات المستقلة في الجزائر، ونقابات أجنبية، فضلا عن الصحفيين ونشطاء حقوق الإنسان. وفيما يخص هذه القضية، قام أعضاء من تنسيقية نداء 19 مارس هنا أيضا بزيارة المضربة عن الطعام بشكل منتظم ليقدموا لها الدعم الواجب. وبعد أكثر من شهرين من الإضراب عن الطعام، وما تخللها من مشاكل صحية عديدة، تمكنت في نهاية المطاف من افتكاك حقوقها. وكانت معركتها هذه مناسبة جدا لرفع الغطاء والكشف عن استغلال العمال من قبل بعض الشركات المتعددة الجنسيات التي تحتل ألدورادو صحراءنا.

– قضية اللقاح ضد انفلونزا الخنازير: إن ملابسات هذه القضية تدين بداهة وفي المقام الأول الوكالات الدولية مثل منظمة الصحة العالمية ولجان مراقبة الأدوية (التي تتألف من كبار العلماء)، حيث سلطت الضوء على الصراعات الواضحة التي تتحكم فيها مصالح علماء يحضون برعاية شركات المستحضرات الصيدلانية التي تدفع لهم أجورا عالية، كما أن خطورة هذه القضية تدعونا أولا، ومجددا للنظر في طبيعة السلطة غير الشرعية والفاسدة وعديمة الكفاءة في الجزائر،  سلطة تستمر في تسيير مشكلة تتعلق بالصحة العمومية بمنطق الحاويات، بل ذهب بها الشطط إلى حد فصل المسؤولين الذين رفضوا التوقيع على شهادات اعتماد اللقاح، وهي سلطة لا تزال تبحث لها عن الشرعية، ومن ثم فهي على استعداد لتكون أفضل مدافع عن جميع مافيا الأدوية الدولية، وعن كل ما من شأنه أن يعود عليها بالأرباح، من المال السهل وهروب رؤوس الأموال بالعملة الصعبة إلى خارج البلاد، سلطة تتحكم في مجال التعبير عن الكلمة وعن الفكرة، دون أن يستثني ذلك نخبتها العلمية الزائفة، التي كان بوسعها، أن تعبر ولو مرة واحدة عن نفسها، حول الجوانب التقنية من المسألة فحسب.

– التذكر بمسؤولية السلطة والجماعات المسلحة في عمليات الاغتيال والمجازر وحالات التعذيب والاختفاء القسري خلال سنوات الدم والدموع، وكذلك توظيف « الإرهاب » بشكل عام . وتم التذكير خلال المناقشات على الموقع،  مرارا وتكرارا بالتمسك الثابت بواجب الحقيقة والعدالة من دون تنازل، كما تم التأكيد على الأمل في رؤية دولة القانون في الجزائر الغد، تعمل على تأسيس، بثقة وبعيدا عن أي روح الانتقام، الآليات اللازمة لكشف الحقيقة وإنهاء عهد الإفلات من العقاب.

وقد أدان المتدخلون على صفحات لوكوتديان دالجري أيضا ما سمى بـ « ميثاق المصالحة الوطنية. » إذ يعتبر الكثير منهم هذا القانون انتهاكا يرقى إلى تدنيس المقدسات، حيث استغل من طرف الجهة التي صاغته، كعملة للتبادل من أجل استدامة نظام كرس وجوده وتعهد بحماية وتغطية مرتكبي الجرائم ضد الإنسانية.

من بين الإجراءات العملية التي اتخذتها  مجموعة نداء 19 مارس، يقتضي الأمر الإشارة أيضا إلى مبادرتين اثنتين ذات أهمية سياسية بالغة:
– النداء الموجه من قبل الدكتور صالح الدين سيدهم، الداعي إلى تأسيس، في الجزائر والخارج، لجن تُوكل إليها مهمة جمع البيانات والمعلومات عن ثروة بارونات النظام، التي جمعوها عن طريق نهب الاقتصاد الوطني، والنظر في الوسائل الكفيلة لاتخاذ إجراءات قانونية مناسبة.

http://www.lequotidienalgerie.org/2010/02/09/le-peuple-algerien-doit-reagir

– الرسالة المفتوحة الموجهة إلى رئيس الدولة من قبل الأخ عبد القادر ذهبي.
http://www.lequotidienalgerie.org/2010/02/13/monsieur-le-president-refusez-que-le-sang-des-algeriens-soit-de-nouveau-verse/

ويتعين على تجمع المواطنين، الذي تشكل حول تنسيقية نداء 19 مارس، ورافدته الإعلامية، المتمثلة في يومية الجزائر ، الانتقال الآن إلى مرحلة متقدمة في العمل، لاسيما عن طريق:

– التعبير بوضوح ووعي تامين عن الانضمام إلى نداء 19 مارس، ومبادئه، ووسائل عمله وأهدافه، والالتزام بهذا الانضمام، دون استبعاد إمكانية إثرائه. وقد أعرب عدد من الوطنيين عن رغبتهم في تشكيل لجن للتفكير والعمل في الجزائر وكذلك في المنفى، كما تطوع عدد كبير من الطلبة بهذا الشأن، وقد رأت بالفعل بعض اللجان النور، وهي تقترح الاعتناء بمجال توعية وتنظيم المواطنين حول الأفكار المتضمنة في النداء، مشكلة بذلك حلقة تواصل بين التنسيقية والقاعدة الشعبية.

– تنظيم ورص الصفوف، من أجل توسيع نطاق العمل والالتقاء مع القوى الحية الأخرى التي تعمل من أجل التغيير السلمي، هذا إلى جانب تكثيف جهود الاتصال المبذولة في اتجاه الشعب الجزائري. وتحقيقا لهذا الغرض، يجب العمل على:

• تحقيق توافق في الآراء أو اتفاق سياسي تاريخي، ليكون بمثابة ميثاق أخلاقي حقيقي، يحظى بقبول واحترم الجميع، وتجسيدا لذلك فقد أجريت اتصالات مع جميع الأطراف المعنية من أجل مناقشة هذا المشروع.

• جمع كل الإرادات الصادقة في إطار الجبهة الوطنية للتغيير، التي حددت لنفسها هدفا  وحيدا، يتمثل في تغيير النظام السياسي وإرساء سيادة القانون.

خلاصة:
هدفنا واضح: الخروج من هذا النظام الذي أسسه أولئك الذين استولوا على مقاليد السلطة في عام 62 وحرموا الشعب من حقه في التعبير عن نفسه، ومن أخذ زمام مصير بيده. والعمل على تحرير البلاد من هيمنة  الطغمة العسكرية والمالية – التي استطاعت التكيف مع جميع الأوضاع والمراحل التي اجتازتها البلاد  منذ 62 – ومن ثم تمكين الشعب من استعادة حقه في التعبير عن نفسه، بكل ما يزخر به من تنوع، مع توخي حذر شديد في عدم تكرار نفس الأخطاء.

وبعد 47 سنة من الفوضى العارمة التي شملت مختلف مناطق الوطن، مما أفضى إلى حالة من الفشل الدامي، بات من حق الشعب الجزائري أن يتطلع إلى تغيير حقيقي وقطيعة جذرية مع أساليب الماضي؛ تغيير من أجل إرساء سيادة القانون في جزائر العدل والحرية والديمقراطية؛ جزائر متجذرة في قيمها الحضارية، جزائر تعترف بل وتفخر بجميع أبنائها دون استثناء؛ جزائر تسمح بتفتق العبقريات وازدهارها بل وتعمل على إنمائها، وتمكن العامل من الرقي والإزهار، وتقوم في الوقت ذات بحماية الفئات الأضعف، من خلال توفير الحد الأدنى من سبل العيش الكريم؛ جزائر، يشعر الجميع في ربوعها بالفخر والكرامة، ويعمل الجميع بجد لتحسين وضعه فيها، ومن ثم في تحسين وضع بلاده.

وفي هذا المقام، فإننا نهب بجميع الارادات الصادقة، هنا في الجزائر، أو بين أعزائنا المتواجدين في المهجر، لتنظيم الصفوف، كما أننا ندعو نخبتنا إلى الاستيقاظ والعمل من أجل تحقيق توافق في الآراء أو اتفاق سياسي تاريخي، ليجتمعوا في إطار الجبهة الوطنية للتغيير، بغية تجسيد آمال هذه الأمة تجسيدا كاملا!

ولنعمل سويا لتحقيق التلاحم بين النخب العازمة والملتزمة، من جهة، وبين فئات الشعب، يتقدمهم في ذلك الطبقات الأفضل تنظيما والأكثر وعيا (النقابات المستقلة والطلاب)، وذلك لكي تعطي هذه الديناميكية الشعبية السلمية للتعيير ثمارها.

دعونا نتعهد بكل ثقة من اجل:
– بعث الأمل في نفوس الجميع، ولاسيما الشباب، من أجل إعادة بناء دولة ديمقراطية، يشعر فيها كل الجزائريين بأنهم مواطنون حقا وبشكل تام، في بلدهم بحيث تكون السلطة مرة أخرى نابعة من الشعب، في مناخ اجتماعي، يتحقق من خلاله التعبير الحر عن الإرادة الشعبية الحقيقية والمساواة أمام القانون.

– إحداث قطيعة مع السبل التي تعود بنا دائما إلى الصدمات الناجمة عن حالات الاستثناء، والتخلص من ذهنية وروح حالة الطوارئ التي حددتها الإدارة الاستعمارية في نيسان / أبريل 1955 ، والتي تتخذ إلى يومنا هذا عقيدة سياسية. وينبغي وضع حد لمنطق استمرارية الدينامكية الاستعمارية وتوسعها، لتحل محلها الإرادة الراسخة، الساعية إلى إثراء قدرات وإمكانيات مواردنا سواء على المستوى الفردي أو الجماعي.

– العمل على بعث من جديد في نفس كل جزائرية وجزائري الشعور بالانتماء إلى مجتمع أخوي، وموحد، وغير قابل للتجزئة، يعمل فيه كل مواطن (ة) بحرية من أجل الصالح العام.

– العمل على إيجاد حالة نفسية متحررة من روح الانهزامية، ومكافحة بحزم جميع أوجه الانحرافات التي تفرض على الشباب، من خلال مرافقته في مشواره وتوجيه خطواته لتمكينه من اختيار السبل الخاصة به.

لنوحد جهودنا لوقف الانجراف الذي تساق إليه جزائرنا،  ولنعمل سويا بحيث تكون الدينامكية للتغيير الديمقراطي، الشغل الشاغل بالنسبة للجميع.

كل شيء يبدأ اليوم…. من أجل جزائر الغد.

تنسيقية نداء 19 مارس 2009
الجزائر ، 19 مارس 2010


Nombre de lectures : 12104
53 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • adel133/
    19 mars 2010 at 2 h 01 min - Reply

    Alf mabrouk pour cette première bougie qui illuminera incha Allah notre pays confisqué et redonnera espoir à notre peuple pour rebatir cette Algérie que nous aimons et en faire un paradis.
    mes salutations fraternelles à mon frère Salah eddine Sidhoum, Djamal Benchenouf et à tous les frères qui travaillent dans l’ombre pour l’avenement(qui ne saura tardé)de la 2ème république démocratique et sociale.




    0
  • Hanif amalou
    19 mars 2010 at 7 h 14 min - Reply

    Le mal est profond, le peuple affamé soumis et paupérisé ne pense plus qu’à sa survie et confirme l’adage populaire  » affame ton chien il te suivra. Toute tentative de mobiliser les bonnes volontés est voué à l’échec. Ils sont des génies dans la manipulation et l’implosion de la contestation. Il ya une forte symbiose entre la mafia politico financièreet le système. Rien ne peut arreter la dégradation et l’éfritement de ce qui reste des lambeaux de L’Etat. Nous allons tout droit vers l’éclatement du pays en arouch, douar,zaouia, et clans mafieux Bonjour le Darfour.




    0
  • BRAHIM
    19 mars 2010 at 9 h 18 min - Reply

    Avec un travail aussi sérieux, honnête et courageux , on ne peut qu’être d’accord avec le projet.BRAVO et MERCI aux initiateurs du mouvement, vous nous donnez de l’espoir.




    0
  • bouyilès
    19 mars 2010 at 10 h 31 min - Reply

    Les causes justes finissent toujours par triompher.La victoire ne peut être que proche.Il faut faire le maximum pour unir les forces potentielles de changement et éviter les clivages fraternels inutiles.




    0
  • Mahieddine Lachref
    19 mars 2010 at 11 h 37 min - Reply

    Bonjour chers concitoyennes et concitoyens.
    Adhérant avec toute la rigueur et la responsabilité citoyennes, intellectuelles et politiques qui sont les miennes à l’Appel du 19 mars, je salue les frères du LQA. Préparons-nous, le chemin est long.




    0
  • Rédaction
    19 mars 2010 at 11 h 57 min - Reply

    Nous tenons à remercier toutes les sœurs et tous les frères signataires et adhérents de l’Appel qui ont contribué à la préparation et à la rédaction de ce texte à l’occasion du 1er anniversaire de sa proclamation. Encore une fois notre devise est : « travail collectif et décision collégiale »
    La version en langue arabe sera publiée incessamment.
    Fraternellement.

    Pour la Coordination,
    Salah-Eddine Sidhoum
    Alger.




    0
  • Résigné
    19 mars 2010 at 13 h 46 min - Reply

    Un grand merci aux initiateurs de l’appel et à ses signataires et surtout à l’infatigable défenseur des droits de l’homme, le Dr Salah-Eddine Sidhoum.
    Vous avez posé les jalons d’une Algérie meilleure pour tous ses enfants, espérant que le peuple et surtout son élite saura saisir cette opportunité pour enfin voir le bout du tunnel.




    0
  • khaled
    19 mars 2010 at 14 h 33 min - Reply

    Je ne peux que me réjouir de cette initiative.
    Que Dieu guide vos pas dans le bon chemin celui de la justice et du bien.

    Tahya El-Djazair et Gloire a nos martyrs.




    0
  • anonyme
    19 mars 2010 at 15 h 54 min - Reply

    L’appel est plus qu’intéressant.le volet concernant la (ou les) langues et l’identité nationales est, à mon avis, ambigu. Une clarification est nécessaire afin d’éviter des interprétations qui pourraient s’avérer facheuses pour l’avenir.
    Pour commencer, que pensez vous de ce qu’a avancé Ibn Badis :
    شعب الجزاير مسلم و إلى العروبة ينتسب
    et aussi :
    نحن أمازيغ عربنا الإسلام




    0
  • FBN
    19 mars 2010 at 17 h 14 min - Reply

    Bonjour,
    Bon anniversaire et surtout beaucoup de courage, on espère que l’année prochaine nous fêterions le deuxième anniversaire de l’Appel dans une Algérie indépendante et nettoyée de la saleté des gens qui forment la mafia du pouvoir, nous souhaiterons que le Diable viendra prendre ses alliés Boutef & Cie, et je ne raterai pas cette occasion de saluer Mr Sidhoum et tous ceux qui combattent pour la patrie, nous sommes fier de vous, et nous vous garantissons notre soutien, nous ne resterons pas les bras croisés,




    0
  • mohand ibn echahid
    19 mars 2010 at 17 h 36 min - Reply

    Mabrouk wa Allah Maakoum, sa tousilou incha Allah bi douaae echouhada elabrar. On est et sera avec vous tant ke vous serez dans le bon chemin akid avec le frère Dr. Sidhoum vous le serai in Cha Allah, l´Algérie de 2010 n´est plus celle des années 80,90 le satellite les mettra a nu il y a quelques années c´était le secret com celui des « Mason=la masoneri » plus maintenant ils sont mis a nu.




    0
  • BRAHIM
    19 mars 2010 at 18 h 02 min - Reply

    Et voilà que çà recommence: « Abdelaziz Belkhadem appelle l’Etat français à présenter ses excuses à l’Algérie « . C’est comme cela que le FLN ouvre son congrès. Le FLN égal à lui-même. Voilà comment çà se passe dans un congrès FLN. Qu’est-ce qu’ils ont fait de toi Oh FLN historique ! C’est tout ce que cet individu trouve à dire au nom de ce parti à la noix de coco : exiger la repentance! Comme Belkhadem et consorts n’ont rien à proposer aux algériens en terme de perspective politique, comme le FLN et consorts ne peuvent pas critiquer la politique de Boutef et de « ses gouvernements », comme en Algérie tout se passe très bien dans le pays et que la corruption et la mauvaise gouvernance ne sont que des illusions de citoyens, et bien on trouve le faux-fuyant de l’heure : la repentance. Le « moudjahidisme » ne rapportant plus comme fond de commerce, alors on trouve autre chose. Je souhaite de tout cœur que le petit rusé de Sakorzy n’accepte pas de se repentir tant que la mafia politico-financière est aux commandes dans notre pays. Mais s’il se trouve « obliger » de le faire (intérêts économiques !) Il faut que l’opposition et la société civile algérienne encouragent Sarkozy à ce que, au moment où la France accepte de se repentir, qu’elle exige du régime, de l’armée, de Boutef, de Belkhadem et consorts qu’ils le fassent eux-mêmes à leur tour envers le peuple algérien pour l’avoir trahi dès l’aube de l’indépendance. Pôvre FLN §§§

    ===================
    Évitons, mon cher Brahim, de sortir du sujet et de nous inscrire dans la stratégie du pouvoir en écoutant les sornettes de ces individus qui usent et abusent de ce glorieux sigle dont la mission s’est terminée le 03 juillet 1962 à minuit.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • BRAHIM
    19 mars 2010 at 18 h 19 min - Reply

    Ok, C’est vrai cher Salah Eddine qu’il ne faut pas écouter ces sornettes continues. Mais il faut bien montrer chaque fois que c’est nécessaire, le ridicule et le burlesque de l’ennemi que l’on combat ! Il ne faut s’y attarder certes mais il faut le mentionner. Moi, çà me prend à la gorge (pour ne pas dire autre chose) c’est pour cela que je le …. crache.




    0
  • El hadj
    19 mars 2010 at 18 h 19 min - Reply

    @anonyme
    On ne peut exclure l’identité amazigh et arabe de l’algérie. les deux identités peuvent vivre harmonieusement s’ils ne sont pas instrumentalisées et utilisées à des fin politiques. je ne pense pas que la langue arabe est contre la langue amazigh et vis versa.Et il ne faut pas que la diversité linguistique devienne une rivalité, au contraire , il faut se rejouir d’avoir deux langues, je le considère comme richesse que le bon dieu nous a donné. Si , dans ce projet nous essayons encore une fois de ne pas donner la place qu’elle mérite à la langue berbere, je vous assure que ça sera une erreur fatale pour l’algérie, ça pourrait même conduire à la division. nous sommes, en principe censé apprendre de nos erreurs du passé alors évitons encore uen fois la dérive.
    Salam aalikoum

    ==========
    Encore une fois, l’Appel du 19 mars est très clair sur la question de l’identité nationale qu’est notre ALGERIANITE avec ses trois fondements indissociables. Evitons de remettre en cause vainement des réalités. Ce que l’Histoire a forgé ne peut être ébranlé par des minorités extrémistes, qu’il s’agisse des disciples de Michel Aflaq ou de ceux de Lavigerie. La culture berbère appartient au peuple algérien et personne n’a le monopole de cette culture. Il est indécent de faire des fondements de notre identité un fond de commerce, alors que l’Algérie est plongée dans une grave crise politique. Le peuple algérien auquel nous appartenons, sait d’où il vient et qui il est. Il n’a pas besoin de tuteurs pour lui indiquer ses « origines ».
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • moura
    19 mars 2010 at 19 h 39 min - Reply

    ad yedjudjug ad yernu (qu’il fleurisse en mieux ) l’appel du 19 mars,je pense qu’il ya lieu de faire un saut en mieux,par exemple,annoncer le mouvement pour un changement radical(je veux dire officiellement sur LQA) et bien sur sa structuration.je pense que c’est le moment de chercher les sous qui permetront de financer la feuille de route.
    que la verité et la justice nous guident.




    0
  • Aziz
    19 mars 2010 at 20 h 05 min - Reply

    Bonne anniversaire à l’appel du 19 mars, la lutte sera rude, le chemin sera difficile pour le changement en Algérie, mais les Algériens et Algériennes devront s’organiser pour la mobilisation de notre peuple et la sensibilisation de tous nos compatriotes que se soit en Algérie ou bien en exil sur la nécessité de changement en Algérie. Je pense que tous citoyens digne, doit soutenir le groupe d’intellectuels Algérien, qui ont pris leurs responsabilité devant notre peuple. Devant la dictature, la censure, la répression, je pense que le bilan d’une année demeure déjà positive, reste à travailler d’emblée pour réunir la majorité des intellectuels Algériens autour du projet du changement. Je souhaite ainsi rendre hommage, dans ce premier anniversaire, à la rédaction du quotidien d’algérie, que malgré toutes les pressions et les intimidations à son égard, elle continue avec un grand courage d’informer notre peuple sur les infractions commisses d’une manière quotidienne par la mafia politico financière. En tant que citoyen Algérien, je soutien sans réserve l’appel du 19 mars ainsi que les voies pacifiques du changement annoncé dans l’appel et à la réalisation d’un Front national de changement et un compromis politique historique. Tous ensemble pour l’Algérie de demain.




    0
  • Algérien
    19 mars 2010 at 21 h 55 min - Reply

    Je voudrai remercier tous nos frères de l’Appel de 19 Mars, et surtout notre cher Salah-Eddine Sidhoum qui a souffert les derniers mois des menaces.

    Je vois dans votre combat un combat des Algériens libres qui était auparavant contre Paul, Jean, ..etc et qui est devenu aujourd’hui contre Khaled, Toufik, …
    Bon courage à nous tous, Allah yaounena.
    Salam alikoum




    0
  • Renseignement Economique du 18/03/2010 | Archives de Sécurité Tube
    19 mars 2010 at 23 h 24 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie » An 1 de l’Appel du 19 mars, vers un Front … […]




    0
  • بن نعوم عبد الله
    20 mars 2010 at 1 h 48 min - Reply

    فعلا سنة مرت على العمل تحت شعار جبهة التغيير الوطني مكنت فئات عريضة من نخب مختلفة تجاوزت واخترقت جدار الخوف وجدار الصمت .
    أتمنى ان تكون السنة القادمة سنة الخطاب الواقعي الذي بفهمه غالبية شرائح المجتمع .
    أجد نفسي كمواطن معني بهذه الجبهة وعلى بعد مئات الكيلومترات عن العاصمة عاجزا عن لعب دور حركي فعال للمساهمة في الفعل الذي تهدف إليه إن شئتم القول هذه الحركة التغييرية .
    من أجل مشاركة فعالة وواسعة الرجاء الواقعية وملامسة نبض الشارع
    بالتوفيق
    بن نعوم عبد الله
    غليزان




    0
  • winathe
    20 mars 2010 at 7 h 28 min - Reply

    Azul Salam Bonjour

    SI c’est un appel par un mouvement populaire initié par des gens qui n’ont pas un passé corrompu ou souillé de sang du peuple ou qui n’ont pas nuis au peuple . Il n’est que le bienvenue et le peuple ne fera que suivre afin d’avoir sa liberté .

    Dans le cas ou c’est les mêmes personnes qui ont participé a la détérioration de la sécurité du peuple ou la dilapidation de ses richesse, alors il ne sera qu le mal venu .

    Les corrompus ou ex officiels n’ont rien fait pendant leur mandats ni apporté un enrichissement au pays, donc ils sont out .
    Les corrompus, les monarques qui ont dirigé le pays vers son anéantissement, ne seront que régurgités
    Les islamistes (pas musulmans car il y a dissemblance entre un islamiste et un musulman, sont parallèles ils ne se coïncident jamais ni dans ce monde ni dans l’au de la ) Les islamistes sont des dictateurs ,corrompus , des pires espèces qui dépasse l’entendement , du fait de leur agissement envers la personne , inhumain , loin de la voie divine , des commandements de dieu et les conseils de notre cher Prophète qlssl .

    Subséquemment avis au lecteurs qui peuvent apporter un plus pour l’avancé de cet appel, méfiez vous des islamistes, de vous soudoyer au le nom d’allah , on a eu l’expérience des années noires , malgré qu’ils portent le blanc mais le cœur ténébreux .
    Méfiez vous des langues douces politique assoiffées de pouvoir.

    Vive l’algerie sans intégriste ni corrompus;

    PS je suis un musulman qui a fuit les islamistes




    0
  • IDIR
    20 mars 2010 at 9 h 56 min - Reply

    Les transformateurs boudent l’OAIC : Le blé algérien sera-t-il jeté à la mer ?

    Les transformateurs de blé préfèrent recourir à l’importation que d’acheter chez ce fournisseur public dont les stocks en blé (l’équivalent de 5 mois de consommation des Algériens) sont menacés de moisir dans les silos, selon le Quotidien d’Oran.

    ARRÊT SUR UN MASSACRE

    Face à cette menace, la maladie de l’importation doit être éradiquée au même titre que la peste. Elle doit être éradiquée grâce à la vaccination orale des « loups », distribuée sous forme d’appâts. C’est le temps des actes. Il nous faut une décision qui apparaît comme une mesure vitale en vue d’une victoire majeure pour les Algériens.

    La maladie continue de faire des ravages et coûte des milliards de dollars à l’Etat, au peuple ; l’objectif commun et l’action commune resteront le moyen le plus rapide de parvenir à un pays exempt de corruption pour tous. Cet engagement est vital pour supprimer cette terrible maladie. Ce qui accentue la nécessité d’éradiquer rapidement ce fléau.

    Ailleurs, « ventre affamé n’a point d’oreilles », a-t-on coutume de dire. La détérioration de la situation économique a fait que le pouvoir d’achat des citoyens s’est détérioré. Le chômage des cadres a atteint un niveau inégalé. On assiste à un nouveau phénomène de mendicité en col blanc. La population est surtout exaspérée par le comportement ostentatoirement ripoux « des clans ».

    C’est ce comportement voyou qui est en train de faire chauffer la cocotte, le tout sur fond de guerre de succession. Le ministre de la justice continue de prendre des faux-fuyants avec « des chiffres et des lettres », en taisant l’affaire, entre autres, des « magistrats faussaires » et la vie brisée de notre concitoyen Benyoucef Mellouk.

    « Il y aurait la plus extrême lâcheté à l’un de nous deux d’abandonner l’autre, de tergiverser, de craindre un scélérat qui offense un ami ». [Voltaire, Correspondance]

    Où sont-ils « les éradicateurs des années noires » ? Que dira, Abdelaziz-Abdelaziz, non pas aux congressistes, aux moutons et les méchouis, mais au peuple algérien ? Que dira le Seigneur Dieu ?

    A l’occasion de l’anniversaire du 19 mars, permettez-moi de rappeler cet article de notre ami René NABA.

    Les colonies, avant-goût du paradis ou arrière-goût d’enfer ?

    Extrait : Les cotations boursières des travailleurs coloniaux

    Près de deux cent mille «travailleurs coloniaux» (200 000) seront ainsi importés d’Afrique du Nord et du continent noir par de véritables corporations négrières, telle la «Société générale de l’immigration» (SGI), afin de pallier la main d’œuvre française principalement dans le bâtiment et l’industrie textile en remplacement des soldats français partis au front. Dans la cohorte de travailleurs immigrés, venus d’abord principalement d’Italie et de Pologne, les Maghrébins feront l’objet d’une attention spéciale de la part des pouvoirs publics.

    Un «Bureau de surveillance et de protection des indigènes nord-africains chargé de la répression des crimes et des délits» est constitué le 31 mars 1925. Un bureau spécial rien que pour les Maghrébins, précurseur du «service des questions juives» que le pouvoir vichyste mettra en place en 1940 pour la surveillance des nationaux français de «race juive» ou de confession israélite» durant la Seconde Guerre mondiale. L’intitulé de l’office en dit long quant à l’opinion du gouvernement français et de ses intentions à leur égard. Le phénomène ira en s’amplifiant avec la 2me Guerre Mondiale et les trente glorieuses années de l’après-guerre (1945-1975) qui suivirent la reconstruction de l’Europe, où le besoin de «chairs à canon» et d’une main d’œuvre abondante à bas prix provoqueront un nouveau flux migratoire égal en importance au précédent.

    Même l’immigration clandestine, qui sera traquée sans répit en fin de siècle avec l’épisode des «charters de la honte» (1986-1988) et des «sans papiers» (1993-1996) trouvait grâce à l’époque aux yeux des pouvoirs publics: «l’Immigration clandestine n’est pas inutile, car si l’on s’en tenait à l’application stricte des règles, nous manquerions de main d’oeuvre», déclarait Jean Marcel Jeanneney, un économiste de premier plan, à l’époque ministre de l’industrie du général de Gaulle dans une interview au journal «les Echos» du 29 mars 1966, confirmant publiquement une vérité d’évidence que les hommes politiques tairont longtemps pour des considérations électorales.

    Luxe de raffinement, le recrutement s’opérait selon des critères d’affinités géographiques au point de constituer de véritables couples migratoires en particulier entre Renault et l’embauche kabyle, les houillères et charbonnages de France et les travailleurs du sud marocain, de même qu’en Allemagne, Wolkswagen et les immigrés turcs.

    A l’instar d’une cotation boursière sur un marché de bétail, les travailleurs coloniaux faisaient même l’objet d’une notation en fonction de leur nationalité et de leur race avec de subtiles distinctions selon leur lieu de provenance notamment au sein des Algériens où les Kabyles bénéficiaient d’un préjugé plus favorable que les autres composantes de la population algérienne (10).

    Ainsi à Nantes, sur une échelle de valeur de 20, les Chinois se situaient au bas de la hiérarchie. Leur productivité était évaluée à 6 sur une échelle où les Marocains étaient placés à 8, les Algériens, les Kabyles et les Grecs à 10, les Italiens et Espagnols à 12. A Bordeaux, Marocains, Italiens, Kabyles et Espagnols étaient rangés à 90 sur une échelle où Portugais se situaient à 75, Sénégalais à 50, Chinois à 40 et l’Indochinois à 30, alors que les Français se trouvaient dans les deux classements naturellement au sommet de la hiérarchie avec une note inégalable de 20 sur 20. Score jamais enregistré par aucune autre nationalité, sous aucun autre ciel, dans aucune autre compétition.

    Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18107




    0
  • hichem
    20 mars 2010 at 11 h 36 min - Reply

    Tout en saluant cette courageuse initiative ,j’annonce ma totale adhèsion à ce noble projet et j’invite toutes les forces vives à se mobiliser pour la construction de l’ALGERIE DE DEMAIN.
    Vive l’Algerie libre et démocratique.
    fraternellement
    Hichem




    0
  • A.By
    20 mars 2010 at 12 h 27 min - Reply

    Bon anniversaire à l’appel du 19 Mars 2009.
    Mes meilleurs voeux et remerciements à toute la communauté de LQA.




    0
  • simozrag
    20 mars 2010 at 13 h 25 min - Reply

    @ winathe,

    Vous haïssez à ce point les islamistes ! C’est tout de même bizarre ! Les connaissez-vous tous ? Vous dites que vous êtes musulman, si cela est vrai, vous ne devriez avoir aucune rancune contre quiconque et encore moins contre vos frères en religion. Vous affirmez qu’ils ont « le cœur ténébreux », avez-vous ouvert leur poitrine pour constater la noirceur de leur coeur, chose que seul Dieu peut connaître ?

    Il est indéniable qu’il existe des brebis galeuses partout, au sein de chaque communauté, de chaque parti, de chaque groupe mais stigmatiser tous les islamistes de la manière que vous le faites est une exagération inacceptable, d’autant plus dans ce forum où la fraternité et l’unité doivent l’emporter sur l’exclusion, la discrimination et la haine.

    N’aimeriez-vous pas être de ceux que le Coran exalte pour leurs leurs sentiments fraternels et leurs prières que voici : « Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur contre les croyants. Seigneur, Tu es Compatissant et Miséricordieux » s59 v10
    Je vous conseille de demander pardon à Dieu pour un péché fortuit comme celui-ci et dont vous ne tirez aucun profit.

    Fraternellement et sans rancune




    0
  • D B
    20 mars 2010 at 14 h 16 min - Reply

    La situation, dans notre pays, ne va plus tarder à arriver à un point de non retour. La boite de Pandore a été ouverte depuis longtemps. Et rien ne nous a été épargné. Aujourd’hui, ceux qui nous dirigent ne prennent même plus la peine de maquiller leur prédation derrière le discours avec lequel ils nous ont trop longtemps abreuvés. Ils agissent à visage découvert, et puisent directement dans les caisses de l’État. Leur président de leur république en est arrivé à dire à un ministre, en pleine séance de travail, lors d’un conseil des ministres : « Tout le monde se contente de 5%, alors que toi tu prends 20% » Cette information a été relayée par El Khabar, le deuxième journal du pays, et n’a pas été démentie. Il n’y a pas eu de poursuites en diffamation. C’est dire le mépris dans lequel ils nous tiennent. Désormais, c’est la course au trésor. Comme s’ils savaient que le pays ne va pas tarder à exploser, et qu’ils n’ont plus beaucoup de temps pour mettre le maximum d’argent à l’abri, dans leurs pays d’adoption, où ils ont fait l’acquisition de résidences, d’entreprises, et où leurs comptes bancaires sont bourrés d’un argent qu’ils ont volé au peuple algérien.
    Et rien ne dit que pour se ménager un avenir paisible, ils ne fassent, encore une fois, flamber tout le pays.
    C’est notre devoir, désormais, de nous investir en force dans la lutte, pour recouvrer notre souveraineté, notre indépendance, et nous débarrasser de cette association de malfaiteurs qui risque de nous précipiter dans une tragédie dont nous ne reviendrons pas, cette fois-ci.
    L’heure de l’action doit sonner maintenant.
    Il n’y a plus de temps à perdre.
    DB




    0
  • radjef said
    20 mars 2010 at 17 h 17 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.
    Bravo pour l’equipe qui a redigé cet Appel.Une veritable lueur d’espoir qui nous incite à penser que notre pays peut être sauvé.
    La democratie, l’Etat de droit, a besoin pour grandir de la verité, du savoir et de la solidarité. La democratie ne peut pas être defendue par des slogans, si le pays n’est pas reconcilié avec son identité, son histoire, ses élites…La democratie ne peut pas être defendue par des adulateurs forcenés de soi mêmes, par de petites ames narcissiques qui s’autosubliment et qui font de la ruse, du mensonge et de la complaisance leur pain quotidien.
    Qu’est ce qu’un universitaire qui se met à l’ecart de sa societé sans faire de resistance à l’ordre établi? Qu’est ce qu’un universitaire qui refuse d’entendre la voix interieure de son peuple et qui se fait l’instrument conscient de la propagande du pouvoir illégitime? Un intellectuel est le clinicien de sa societé. Mais que devient la societé lorsque le clinicien s’avere n’être qu’un imposteur, un usurpateur pour qui le débat,le savoir et la reflexion n’ont aucun sens? Pour qui la raison et l’entendement si chers à la philosophie sont une foutaise? Hormis une poignée constituée par Yacine Mammeri et Mohammed Dib qui s’est distinguée par sa constance intellectuelle, toute l’histoire de mon pays du 1er novembre à ce jour, et je n’ai pas peur de le dire,est une suite d’impostures qui à permis a de faux intellectuels (faux cliniciens) de diagnostiquer par le mensonge, l’apla-ventrisme, les faux semblants la societé. Des charlatons et des chouaffates. Alors au lieu de guerir de son mal, notre societé a sombré dans un coma profond.
    Le populisme, le nationalisme degradant et les accusations imbeciles notamment celles d’accuser des militants de race d’appartenance au DRS, lancées par un tas de fumier ou s’entassent désormais la pegre, les indicateurs, les trabendistes, les pedophiles, les delinquants sexuels incestueux qui jouent aux faiseurs d’opinions, de drogués et d’alcooliques en etat de manque,ne sont pas le remede dont a besoin notre societé. En dépit du tapage mediatique fait autour de la tragedie algerienne dont l’ampleur depasse celles des Balkans, du Burundi et du Rawanda, pour assurer l’impunité aux généraux algeriens, combien d’algeriennes et d’algeriens sont prets aujourd’hui à placer le FIS sur le banc des accusés?Qu’on medite quelques instants ce constat.
    Le chemin est tracé par les initiateurs de l’Appel du 19 mars, les universitaires savent ce qu’il y a lieu de faire pour restaurer la paix et la democratie en Algerie.




    0
  • TACH
    20 mars 2010 at 18 h 43 min - Reply

    D ACCORD POUR LE PRINCIPE ONT DOIT PAS LAISSER NOTRE PAYS A UNE NOUVELLE SOMALISATION LE PEUPLE ALGERIEN A TROP SOUFFERT DEPUIS 1962 BASTA.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    20 mars 2010 at 22 h 52 min - Reply

    @ — radjef saïd — Il me semble que la question que vous posez comme suit : «  »combien d’algeriennes et d’algeriens sont prets aujourd’hui à placer le FIS sur le banc des accusés ? » » mérite d’être explicitée dans des termes plus clairs. – Néanmoins, et en postulant que j’ai bien saisi le sens que vous donnez à cette question, je suis tout à fait d’accord avec vous pour que le FIS, en tant qu’ex parti politique – et juridiquement personne morale – soit mis au banc des accusés, au même titre que les principaux acteurs de la tragédie algérienne des années 90. Sauf qu’il faudra peut-être commencer par le commencement… C’est à dire commencer par les généraux putschistes criminels et leurs complices civils et militaires appartenant au même système. Y compris les milices d’assassins comme les GIA ainsi que leurs complices au sein-même de la Société dite Civile et des différentes « façades institutionnelles » du genre CNT et autres gouvernements illégitimes qui se sont succèdés jusqu’à ce jour, après que la volonté de l’écrasante majorité de tout un Peuple ait été foulée aux pieds, le 11 Janvier 1992, par une poignée de généraux hors-la-loi.




    0
  • IDIR
    21 mars 2010 at 9 h 01 min - Reply

    Finalement, Monsieur Abdelaziz-Abdelaziz, n’a rien changé, puisque l’avis différend demeure interdit au FLN, selon note frère Abdelhamid Mehri, dans le Quotidien d’Oran. « Complot scientifique ou satanique -ou complot des vieux- » ? Nous devons tous nous demander dans notre pays et dans ce monde quelle est la vérité ? La vérité comme nous l’avons dû souvent le dire, dans ce journal, est notre obsession, notre raison de vivre.

    Pour permettre une approche plus objective des questions fondamentales, particulièrement, -la lutte contre la corruption-, qui demeurent toujours posées. Dans l’intérêt de la nation, il est urgent de lancer, un Appel pour organiser un mini-congrès avec plusieurs colloques. Le but essentiel de ces mini-colloques sera de démocratiser le processus politique de la liberté d’expression et ainsi d’assurer une représentation d’une très large fraction des composantes de la communauté algérienne. Nous encourageons M. Mehri à aller dans ce sens.
    Fraternellement




    0
  • Mahieddine Lachref
    21 mars 2010 at 10 h 16 min - Reply

    Chers concitoyennes et concitoyens.
    Heureux, encore une fois, de savoir que beaucoup d’Algériennes et d’Algériens accueille favorablement l’Appel du 19 Mars. En fait, étant militant de la nouvelle génération, partagé entre l’angoisse de me taire et de m’enfermer chez moi, me consolant quelques fois avec les quelques poésies révolutionnaires de Nazim Hikmet et de Pablo Neruda qui ne me quittent pas, et la crainte d’entreprendre des actions susceptibles d’être vouées à l’échec, je trouve l’initiative des frères du LQA fort prometteuse. Ce que je suggère, en revanche, c’est une place beaucoup plus importante soit donnée aux jeunes dans les débats et ce, pour deux raisons d’ordre pratique essentiellement:
    -La jeunesse représente environs 70% de la population algérienne.
    -Etant la plus soumise aux exactions morale, physique, psychologiques, intellectuelles, politiques, culturelle que pratique religieusement le régime militaro-policier algérien, la jeunesse algérienne est, favorable à toutes les formes de mystique révolutionnaire, la plus à même de relever le défi.
    Tôt ou tard, l’Algérie profonde se soulèvera pour crier sa révolte contre le pouvoir en place. Cette Algérie est principalement jeune; former les jeunes est une priorité et manquer de le faire serait franchement se mettre une corde dans le coup. Le mouvement national est plein d’enseignements dans ce sens. Il y a un peu d’amertume dans mes propos, mais je parle en connaissance de cause. Nombre de mes camardes à l’université, militants autoproclamés, savent (excusez-moi), en détails, si Boutef et consorts préfèrent les haricots aux lentilles et ils ignorent ce que préconise l’article n°1 de la Déclarion Universelle des droits de l’Homme. Et le constat est d’autant plus catastrophique concernant leurs domaines d’études.
    Lorsque je lis des ouvrages d’histoires ou les mémoires de quelques uns de nos révolutionnaires, je ne vous le cache pas, je n’hésite pas de me remettre à l’idée que ma génération m’a trahi, s’est trahie elle-même et a trahi l’Algérie toute entière. Mais comme l’a si bien dit Hocie Ait Ahmed auquel je dois mon éducation politique et toute ma verve citoyenne, il n’y a pas de fatalité historique. Au contraire, il n’y a que l’histoire pour désavouer la fatalité. Merci.
    Fraternellement




    0
  • ca21dz
    21 mars 2010 at 10 h 30 min - Reply

    Bonjour tout le monde,
    Au risque d’etre a coté du sujet, j(aimerais bien vous discuter un peu les solutions economique, sans une economie forte on ne pourra rien changer, nous laissons pas l’argent au seuls mains du pouvoir, concuraanciaons le dans ce domaine vital, et faisons l’opposition là ou on pourra aidez nos concitoyens a vivre mieu et dans la digniété, la on pourra lui apporter une aide instimal et par la suite le peuple va de lui meme et reclamer se qu’il lui doit ce pouvoir, je suis pour un changement pacifique dans les regles que l’epoque nous impose.

    Cordialement




    0
  • Ammisaid
    21 mars 2010 at 11 h 46 min - Reply

    Assalam, azul, bonjour
    « C’est dans le constat qu’existe la solution ». Le constat fait par les initiateurs de l’appel du 19 MARS est net et sans bavure. Donc, la solution aux problèmes de l’Algérie est de faire cesser cette dérive qui avait commencé bien avant l’indépendance. La faire cesser d’une manière pacifique car la violence ne sert que ceux qui avaient usé de cette dernière pour prendre le pouvoir, l’asseoir et le maintenir par cette même violence jusqu’à nos jours.
    Ce qui avait manqué à l’opposition est à mon avis l’union. L’union sans laquelle rien ne sera possible. L’union de toutes les volontés sincères, honnêtes et respectueuses du peuple. Le peuple étant le coeur d’une nation, c’est donc, à lui que doit revenir le choix de ceux et celles qui vont le diriger et l’amener à la réalisation de ses aspirations les plus profondes. L’élite existe, elle est compétente, elle diverse, elle est riche et elle capable d’offrir au peuple dont elle est issue des idées qui pourront faire converger toutes les énergies et tout le génie de notre peuple pour construire un pays juste, prospère, libre, fraternel et démocratique, à la condition de les unir dans le sens de l’intérêt général. Nous devons tous et toutes faire un effort pour chasser de nos coeurs la haine, la peur, l’hypocrisie, l’orgueil, le désir de vengeance, l’égoïsme, la lâcheté, la tristesse, la paresse, le renoncement, l’avarice, l’avidité, le mensonge l’intolérance…qui sont des émotions qui détruisent les esprits et qui rendent les humains pires que les animaux. Le chemin est long mais l’appel du 19 mars est le chemin le plus court pour faire revivre ce que nous étions: un peuple digne, solidaire, courageux libre et fraternel. Que dieu vous aide et vous apporte tout le soutien dont vous verrez besoin pour achever la liberation de notre pays.
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    21 mars 2010 at 12 h 06 min - Reply

    Bonjour à Tous et à Toutes AZULFellawen .
    Son Excellence Abdelaziz Bouteflika est une école et un temple de la Diplomatie ! Personne ne peut l’égaler, il est unique et beaucoup de pays auraient souhaité l’avoir comme Président.
    Ne soyez pas ingrats, car vous passerez pour des crédules auprès de ceux qui vous manipulent pour se rire de vous comme des pantins ! Sans Son Excellence Abdelaziz Bouteflika et sa politique, les algériens crèverez encore par centaines chaque jour !
    La réconciliation nationale est la seule issue pour arrêter l’effusion de sang et même les américains suivent cette politique en Irak et en Afghanistan !
    Quant aux parties islamistes ou à tendance islamiste, ils étaient là avant la venue de Son Excellence Abdelaziz Bouteflika. D’ailleurs ou en est le mal, il existe bien des partis chrétiens en Europe et qui sont au pouvoir actuellement.
    Ne confond pas parti islamiste et parti intégriste et terroriste !
    Reliez les presses des années 90 et vous saurez combien d’algériennes et d’algériens étaient assassinés, violés, égorgés, torturés, décapités, ensevelis vivants et pendus chaque jour ! Qui nous a envoyé Notre frère Son excellence Abdelaziz Bouteflika que Dieu lui donne la santé et la force de continuer à mener ce pays dans la voie de la réconciliation, du développement et de la paix.
    C’est grâce a moi et a ceux qui sont du même côté que moi que Son Excellence Abdelaziz Bouteflika a été élu PRESIDENT par trois fois avec une élection démocratique , transparente et avec une majorité écrasante !
    Me remplir les poches c’est mon ambition et le but de mon existence, mais à la sueur de mon front et avec mes compétences et mes capacités scientifiques!
    Mr l’Administrateur merci de ne pas censurer mon commentaire .
    « SANS RANCUNE »




    0
  • radjef said
    21 mars 2010 at 13 h 13 min - Reply

    Bonjour tout le monde. A Dehbi un grand bonjour du Djurdjura. Vous avez interpreté correctement le fond de ma penssée. Merci de l’avoir fait.




    0
  • Malika
    21 mars 2010 at 14 h 08 min - Reply

    Je m’excuse d’utiliser la boite de mon ami radjef pour poster mon commentaire. En tant que jeune universitaire, je dis merci aux initiateurs de cet Appel auquel j’adhere pleinement aux cotés de M Lachraf.




    0
  • tarik
    21 mars 2010 at 21 h 27 min - Reply

    dommage abbane est mort et bien d’autres encore heureux les martyres qui n’ont rien vu!!!!!!!!!!!!!!!




    0
  • el-amel
    22 mars 2010 at 9 h 53 min - Reply

    c’est le printemps dans votre Appel et LQA est une réussite, il y a de l’espoir. Bon courage.




    0
  • Hamou
    22 mars 2010 at 10 h 33 min - Reply

    Le commencement du naufrage, c’est à partir de 1962 : d’où proviennent les janviéristes ?

    Demandez aux militants du FIS qui a déclenché la Révolution de Novembre 54 : ils vous répondront tous c’est l’Association des Oulamas et Cheikh Ben Badis. C’est malheureusement ce qu’ils ont appris dans l’école de Boumediene.

    Au lieu de leur apprendre cette contre-vérité historique, il aurait mieux fallu leur apprendre les valeurs de tolérance de Cheikh Ben Badis qui n’a pas hésité à s’allier aux communistes du PCA dans le Congrès musulman Algérien en 1936 pour réclamer le rattachement à la France avec les mêmes droits que les Français d’Algérie. Même si cette approche n’était pas nationaliste, c’est tout de même la vérité et c’est aussi vrai que Cheikh Ben Badis n’était pas sectaire, il était tolérant et il était au fond très nationaliste, mais il ne voulait pas contrer de front la puissance coloniale, car il sentait que le peuple algérien était en position de grande faiblesse.

    Par contre, la position de Messali était d’avoir une position de principe de refus du rattachement à la France même en situation du rapport de forces défavorable.

    C’est la même position des vrais nationalistes après 1962 : rejet de la dictature quelle que soit son habillage et même si on est seul à défendre cette position.




    0
  • BRAHIM
    22 mars 2010 at 11 h 14 min - Reply

    @HADJ-MESSAR (ESPAGNE),je ne comprends pas comment tu peux admettre que ce soit les Américains qui « organisent » la réconciliation entre les Irakiens entre les Afghans ? Mais bon ! Quand à ton Zaîm, il faut prier chaque jour (plus de cinq fois, car moins que çà, ça ne passe pas), pour qu’il soit réelu jusqu’à sa mort. Tu sais pourquoi ? Parce qu’il est généreux et l’argent qu’il génère à partir de la vente du pétrole, qui est sa propriété, il pourra nous construire l’auto route NORD-SUD après l’auto route EST-OUEST et bien d’autres choses encore. Il est très, très super !




    0
  • Alilou
    22 mars 2010 at 12 h 08 min - Reply

    Bonjour a toutes et a tous, bon anniversaire et longue vie.
    J’espère que ce rêve se réalisera un jour proche, in chaa allah.
    Le gouvernement d’el-mouradia a excellé les 20 dernières années dans la ou les manières de répression et de toute tentative de manifestation et a dompté le peuple (pardonnez-moi l’expression) de toutes les façons possibles et imaginables.
    En plus de l’amélioration des techniques de répression par l’achat de matériel sophistiqué, il a su trouver la manière la plus intelligente de détruire tout espoir de reconquête de la liberté et de la dignité de l’algérien.
    Une expression ancienne disait « quand on a rien à perdre on a tout à gagner » et « quand on a tout à perdre on a rien à gagner ».
    Je me résume, quand les algériens n’avaient rien, ils se sont révoltés et ont gagné l’indépendance. Puis le gouvernement a compris que pour rester au pouvoir et s’enrichir plus et éviter toute tentative de rébellion du peuple, il faut leur donner un peu afin qu’ils pensent qu’ils ont quelque chose à laquelle ils tiennent et qu’ils auront par la suite peur de perdre et ainsi éviter toute tentative. Ainsi le gouvernement a commencé à donner « donner est une façon de parler » des appartements, voitures, et bien d’autres choses au petit peuple afin que ce dernier pense pouvoir détenir quelque chose de plus précieux que son éventuelle liberté « qui est devenue au fil des années utopique » ainsi il a su détruire au fond de chacun de nous le désir si ardent de tout un peuple avide de liberté, l’envie de manifester ou de se révolter contre son maitre.
    Ainsi les algériens ont commencé à posséder des biens qui à leurs yeux sont plus précieux que la liberté que Dieu nous a donnée lui-même, celle de disposer de sa vie comme on le veut. Ces petits bien ont pu anéantir l’espoir infinitésimale de regagner notre liberté que nous avons nous même emprisonné dans nos petites vies. Ainsi le gouvernement à 3 balles a réussi à nous dompter. Car nous avons quelque chose maintenant à perdre.

    J’espere que j’ai tort. Salutation amicales et de tout coeur avec vous.




    0
  • larbi
    22 mars 2010 at 13 h 18 min - Reply

    المحضر الكامل لحادثة اغتصاب سياسية

    1

    سامحونا ..

    إن شتمناكم قليلاً .. واسترحنا

    سامحونا إن صرخنا ..

    كتب التاريخ لا تعني لنا شيئاً

    وأخبار عليٍ .. ويزيدٍ .. أتعبتنا …

    إننا نبحث ..

    عمن لا يزالون يقولون كلاماً عربياً

    فوجدنا دولاً من خشبٍ ..

    ووجدنا لغةً من خشب ..

    وكلاماً فارغاً من أي معنى

    سامحونا ..

    إن قطعنا صلة الرحم التي تربطنا ..

    سامحونا إن فعلنا ..
    سامحونا

    ـ أيها السادة ـ إن نحن جننا

    ألف دجالٍ على أكتافنا

    إستباحوا دمنا منذ ولدنا

    ألف بوليسٍ على أوراقنا ..

    يطلقون النار .. لكن ما سقطنا ..

    حاولوا أن يقطعوا أرجلنا

    كي يعيقوا الزحف .. لكنا وقفنا ..

    قطعوا الأيدي. لكي لا نمسك الأقلام ،

    لكنا كتبنا ..

    حاولوا أن يقنعونا..

    أن قول الشعر كفرٌ .. فكفرنا ..

    3

    سامحونا ..

    إن قتلنا مرة آباءنا ..

    وشككنا في روايات أبي زيد الهلالي

    وفي شخصية الزير .. وفي عنترةٍ ..

    سامحونا إن شككنا ..

    في نصوص الشعر والنثر التي نحفظها

    وحديث السيف .. والرمح .. وفي (كان) و (كنا)…

    سامحونا إن هربنا ..

    من بني صخرٍ .. وأوسٍ ..

    ومنافٍ .. وكليبٍ ..

    سامحونا إن هربنا ..

    ما شربنا مرةً قهوتهم

    إلا اختنقنا ..

    ما طلبنا مرةً نجدتهم

    إلا خذلنا ..

    إن تاريخ ابن خلدون اختلاقٌ

    فاعذرونا ..

    إن نسينا ما قرأنا ….

    4

    سامحونا ..

    إن دخلنا قصركم من غير إذنٍ

    ودخلنا حجرة العرش .. وقاعات المرايا ..

    وشممنا عبق الأجساد في كل الزوايا

    ورأينا كيف في ثلاجة السلطان ،

    يبقى طازجاً لحم السبابا ..

    سامحونا ..

    إن تعدينا على أملاككم

    وعتقنا العدد الأكبر من زوجاتكم

    سامحونا إن خجلنا ..

    وكرهنا نفسنا .. وكرهنا جلدنا ..

    ونحرناكم جميعاً .. وانتحرنا …

    5

    سامحونا …

    إن قطعنا مرةً سكرتكم

    وسرقناكم من الويسكي يوماً

    وفتحنا جرحنا ..

    سامحونا .. إن سرقناكم من (الفيديو) قليلاً

    كي نريكم موتنا ..

    إننا نسأل عن شخصٍ يسمى المتنبي

    كان في يومٍ من الأيام عصفور العرب

    فعرفنا أنه مات على أيدي المباحث

    ووجدنا طلقةً في رأسه ..

    ووجدنا طلقةً في حلقه ..

    ووجدنا طلقةً في قلبه ..

    ووجدنا طلقةً ثانيةً في قلبنا ..

    6

    سامحونا

    إن تعدينا على عذرية الدولة يوماً

    واغتصبناها بشكلٍ همجيٍ ..

    واسترحنا ..

    وعضضناها كذئبٍ من يديها

    ولعنا والديها ..

    وأمرنا الشعب أن يأكل لحماً طازجاً من ناهديها ..

    سامحونا

    إن تجاوزنا اللياقات قليلاً ..

    وتصرفنا كأطفالٍ جياعٍ ..

    وشربنا من دم الدولة أنهاراً …

    ونمنا ….

    7

    سامحونا ..

    إن تبولنا على كل التماثيل التي تملأ ساحات المدينه …

    وعلى كل التصاوير التي ألصقها البوليس ـ بالغصب ـ

    على كل حوانيت المدينه ..

    وعلى كل الشعارات التي يقذفها بالطوب .. أطفال المدينه .

    سامحونا ..

    إن تجمعنا كأغنامٍ على ظهر السفينه ..

    وتشردنا على كل المحيطات سنيناً .. وسنينا ..

    لم نجد ما بين تجار العرب ..

    تاجراً يقبل أن يعلفنا .. أو يشترينا ..

    لم نجد بين جميلات العرب ..

    مرأةً تقبل أن تعشقنا .. أو تفتدينا

    لم نجد ما بين ثوار العرب

    ثائراً .. لم يغمد السكين فينا …

    8

    سامحونا ..

    سامحونا ..

    إن رفضنا كل شيءٍ ..

    وكسرنا كل شيءٍ ..

    واقتلعنا كل شيءٍ

    ورمينا لكم أسماءنا

    فالبوادي رفضتنا .. والمواني رفضتنا

    والمطارات التي تستقبل الطير صباحاً ومساءً .. رفضتنا

    إن شمس القمع في كل مكانٍ .. أحرقتنا ..

    سامحونا ..

    إن بصقنا فوق عصرٍ ما له تسميةٌ

    سامحونا إن كفرنا …

     




    0
  • Mokrane
    22 mars 2010 at 16 h 05 min - Reply

    @admin

    Je salue Monsieur votre sens de l’équité pour ne pas avoir censuré les commentaires de Mr. Hadj Messar qui vont á l’encontre des idées majoritairement hostiles au pouvoir sur ce site. Bien que n’adhérant en aucun
    cas aux idées de ce monsieur, je voudrais féliciter tous les amis de ce site de ne pas verser malgré cela
    dans le mépris. Je crois que nous nous engageons petit
    á petit vers la maturité politique.




    0
  • Yacine
    22 mars 2010 at 16 h 45 min - Reply

    Voilà un autre donneur de leçon qui arrive de la péninsule ibérique pour nous encourager à aimer notre cher pays. Il est tout feu tout flamme et qui plus est, avec des injonctions de type « cessons, évitons, donnons, travaillons, etc. », sermonne les brebis égarées que nous sommes pour retourner docilement au bercail soutenir l’Algérie qui selon la sémantique consacrée, et véhiculée par le régime et prêchée par ses chantres, est le régime lui-même. Pour aimer le pays, il n’y a rien de tel que d’aimer le monarque qui s’y trône dessus à son aise. Aimez-vous les uns les autres et tous les maux et les souffrances disparaîtront mes frères! Oh! Que c’est beau l’amour du prochain. Mais pourquoi, par Dieu, la propagande officielle n’a pas pensé avant à ce merveilleux langage de coeur chargé de pureté d’âme et de bonté. Ne pensez pas à la dictature, mes frères, et le pays sera inondé de lumière. Oubliez les centaines de milliers de morts, les tortures, les milliers de disparus, les décideurs, les coups d’Etat, la corruption en quantité industrielle, les constitutions qui changent avec chaque président. Oubliez encore Malek Majnoun, les BRQ, la presse au pas, les médias verrouillés el hogra, el harga, el miziriya, les bidonvilles, la précarité les jacqueries, et ô mes frères, tout redevient idyllique et enchantant dans notre très cher pays. Mais bon sang de bon sang, où était-il ce prêcheur de la bonne parole et moi qui suffoquait vainement et bêtement à chaque fois que je lis des informations sur les malheurs de mon pays?

    Je crois entendre encore cet officier de la PAF, colosse en tenue débraillée se pavanant fièrement et parlant d’une voix si haute qu’elle emplissait tout l’aéroport. « Pourquoi, partir ailleurs, il y a tout dans le pays. Seuls les ingrats qui sont aveugles ». Les gens le regardaient discrètement tout en serrant leurs billets d’avion et leurs passeports…
    Lui, au moins il était sincère, il vivait en Algérie…

    Je n’ai jamais pensé vu quelqu’un faire la propagande du régime lillah fisabillilah…

    Comme a dit jnsplu, plus il y a des fous et plus c’est marrant.




    0
  • jnsplu
    22 mars 2010 at 18 h 36 min - Reply

    @ Mokrane.

    Merci d’attirer notre attention sur ce point important.Il est vrai qu’il y a des choses simples que la conscience n’appréhende pas jusqu’a ce que quelqu’un vient les souligner.

    @ Yacine.

    Tu possèdes un style satyrique qui est un véritable don. J’ai encore les larmes aux yeux à la suite de la lecture de ton commentaire. J’ai beaucoup apprécié.




    0
  • walou
    22 mars 2010 at 19 h 45 min - Reply

    hadj messar qui postait du Canada (cf ses commentaires sur le site du Matin) « habite » maintenant l´Espagne!




    0
  • Alilou
    22 mars 2010 at 23 h 27 min - Reply

    Vous lui donnez tous une tres grande importance a ce gars d’espagne,
    A ce genre d’individus il ne faut jamais tendre le micro, il faut juste les ignorer. Car on repond par le silence.
    Il faut se concentrer sur l’essentiel, comment les foutre dehors au plus tot.

    salutations




    0
  • radjef said
    23 mars 2010 at 9 h 43 min - Reply

    Bonjour tout le monde.Dans votre Appel, vous n’avez pas des positions fermes sur l’Islam, m’ont dit quelques amis hier à l’université Mouloud Mammeri de Tizi-ouzou.
    « Le changement, violent ou pacifique, survenant au grand jour, aura été preparé par d’innombrables facteurs evoluant subrepticement et ses origines peuvent être lointaines dans le temps » Addi Lahouari dans L’Algerie pré-coloniale à l’Algérie coloniale. « Economie et societé ».
    En filgrane, mes amis de Tizi cherchent le responsable de la situation que nous vivons aujourd’hui.
    Pourquoi les pays musulmans ont été tous colonisés par un Occident à peine sorti de la barbarie de l’inquisition? Est ce la faute à l’Islam si le christianisme a produit plus de facteurs au progrés de la science et du savoir? L’Islam, contrairement aux idées toutes faites, n’a pas arabisé la civilisation greco-romaine. Culturellement et intellectuellement, il a particulierement plus fertile et plus productif que la Grece et Rome(chretienne) au moment de leur grande splendeur. Bien au contraire, ce sont les artisans de la renaissance du rationalisme grec et les precursseurs de la revolution industrielle qui sont les heritiers d’Ibn Rochd, d’Avicenne, d’El Khaouarizmi, d’El Kindi…L’Algérie chretienne de St Augustin est tombée au bout de quelques secondes dans les bras de l’Islam. Sans guerre, sans larmes et sans souffrances.
    Certains ami du defunt MCB, des patriotes sinceres et des militants engagés de tous les instants, qui tiennent pour responsable l’Islam des malheurs et tragedies que vit notre pays depuis la colonisation à ce jour, font peut être fausse route. Cependant une chose est sure: ce n’est pas l’Islam qui a appelé la colonisation et ce n’est pas non plus l’Islam qui a porté les généraux et Bouteflika au pouvoir. Ce pouvoir qui brandit les grands principes de l’Islam pour combler son manque de légitimité, est le prolongement naturel de la colonisation. L’Islam n’a pas deraciné le peuple algérien de son identité. L’Islam n’a pas incité les fideles a renoncer à la raison et au discours rationneliste, comme il n’a jamais pretendu se substituer aux institutions de la republique ou s’opposer farouchement à la democratie et à la laicité. Dans ma tête, c’est cet Islam que les initiateurs de l’Appel du 19 mars comptent promouvoir.C’est cet Islam qui prone la paix et le rapprochement des civilisations, qui incite au savoir, à la science et à la reconciliation que je defends.
    En quoi tirer à boulets rouges sur l’Islam est il une marque d’humanisme ou un signe d’appartenance aux courants de gauche? Pourquoi tirer sur l’Islam alors que les origines de nos malheurs se trouvent ailleurs?




    0
  • leila
    23 mars 2010 at 14 h 49 min - Reply

    ان هذه المبادرة هي في بالغ الاهمية من حيث المحتوى و الاقتراحات و هي تعكس حقيقة واقع الجزائر من الناحية السياسية و الاجتماعية و الاقتصادية و حتى الثقافية، الا أنه لا بد من توحيد كل القوى السياسية الحرة حول هذا النداء، بحيث لا بد تفادي الخطابات و الشعارات الرنانة و انما لا بد من تحريك الضمائر الحرة و تغيير الذهنيات السائدة على مستوى النخبة السياسية المعارضة التي للأسف أغلبها تدافع عن مصالحها الضيقة بدلا من تجنيد الشعب الجزائري و توعيته و تحضيره للتغيير الذي سيكون في غاية الصعوبة بسبب غياب بديل سياسي لهذا النظام المتعفن




    0
  • simozrag
    23 mars 2010 at 16 h 14 min - Reply

    أعتقد أن الهدف من النداء هو تحريك الشعب الجزائري بأكمله. لآشك أن البديل السيا سي موجود عند أصحاب المبادرة ولكن لم يتم عرضه لسبب بسيط هو أن جزءا لابأس به من المشروع البديل يجب طرحه على الإ ستفتاء الشعبي أو المجلس التأسيسي وبالتالي لاجدوى من طرحه أو الإشهار به في مرحلة حاسمة كهذه تقتضي تفادي كل ما من شأنه الإطالة والتأخير في إنجاز ما هوضروري، مستعجل وخطير حتى.




    0
  • hakim
    24 mars 2010 at 1 h 01 min - Reply

    MAIS OU SONT LES ACTIONS, OU SONT LES FONDATEURS ET OU SONT LES PERSONNES VOLONTAIRES POUR FORMER UN GOUVERNEMENT PROVISOIRE. ALLONS NOUS FAIRE DES DIZAINES D’ANNÉES DE BLABLA. JE CROIS QUE LA SOLUTION AU PAYS EST LES JEUNES DES QUARTIERS DE ZAATCHA, DIAR ECHEMS, ETC. PAS NOS POLITIQUANT PEUREUX QUI N’ONT QUE LA PLUME POUR FAIRE DES POÈMES.




    0
  • Moha
    24 mars 2010 at 15 h 35 min - Reply

    @hakim

    Vas y hakim commence on te suit…




    0
  • AREZKI
    10 avril 2010 at 13 h 48 min - Reply

    Cet appel est un bourgeon annonçant le printemps. Dans ce paysage grisâtre et orageux, alors que nous croyons que tout est perdu, un oiseau se mit à chanter.
    Le texte de l’appel est magnifique. Il est plein d’espoir et de bonne volonté.Mais….mais il y a eu plusieurs tentatives de ce genre qui se sont estompées au fil du temps. La raison de ces fins en queues de poisson réside dans la force du pouvoir à infiltrer et saper de l’intérieur ces initiatives.Regardez ce qui est advenu au mouvement des arouch en Kabylie, aux protestations des syndicats des enseignants , des médecins, au Mouvement des Patriotes Républicains…etc.
    Tant que les caisses sont pleines et tant que les élus ne revendiquent pas haut et fort l’exercice plein et entier de leurs missions de contrôle, le marchandage est toujours possible.
    Le pouvoir est prêt à payer le prix, pour peu qu’il soit laissé faire.
    Ceci dit. Votre initiative est belle et pleine d’espoir.
    Mais , personnellement j’aurais souhaité plus de transparence et de clarté pour des engagements auxquels nous adhérerons pleinement.
    Cela veut dire une existence physique, une adresse, un lieu, des membres fondateurs, des ahérents, des militants.




    0
  • Escort Nimes » Site De Rencontre Pour Algériens Vivant à L’étranger
    11 avril 2010 at 13 h 28 min - Reply

    […] Le Quotidien d'Algérie » An 1 de l'Appel du 19 mars, vers un Front … […]




    0
  • Congrès du Changement Démocratique