Édition du
24 July 2017

Benyoucef Mellouk. Ancien haut fonctionnaire du ministère de la Justice : « La mafia politico-judiciaire a détruit ma vie »

El Watan, 19 mars 2010

Las mais optimiste. Victime de poursuites judiciaires acharnées depuis dix-huit ans, Benyoucef Mellouk, 68 ans, veut que la lumière soit faite sur le dossier des « magistrats faussaires » l’opposant à deux anciens ministres, Mohamed Djeghaba, ministre des Moudjahidine, et Mohamed-Salah Mohamedi, ministre de l’Intérieur. En dépit de la lenteur de la justice et des intimidations, l’inépuisable sexagénaire continue à dénoncer.

–  Le verdict de votre affaire vient d’être reporté pour la énième fois. Que ressentez-vous, aujourd’hui, après 18 ans de poursuites judiciaires ?

L’affaire dite des « magistrats faussaires » a touché toutes les institutions de l’Etat. Ce que j’ai révélé par voie de presse en mars 1992, suite à une enquête que j’avais effectuée en tant que chef du service des affaires sociales et du contentieux au ministère de la Justice a ébranlé toutes les sphères du pouvoir. Pour cette raison, mon affaire traîne depuis presque vingt ans sans aboutir à une décision concrète. Je ne suis pas étonné des reports incessants du verdict, c’est une affaire que le régime algérien veut étouffer. Le défunt Mohamed Boudiaf a pris l’initiative de « nettoyer » l’appareil judiciaire. D’ailleurs, ce Président avait un objectif précis, « dire la vérité au peuple et combattre la mafia politico-financière ». C’est là que j’ai pris la décision de dénoncer les « intouchables », les magistrats. Mais Boudiaf n’a rien pu faire car il s’est fait lâchement assassiner.

–  Vous sentez-vous trahi ?

Bien sûr. Depuis la mort de Mohamed Boudiaf, aucun Président n’a pu prendre une décision concrète qui touche à tout un pays, à l’histoire de tout un peuple et au serment donné aux martyrs. Le seul gouvernement qui m’a protégé est celui de Mohamed Boudiaf. On avait ce courage de patriotisme à l’époque. Tous les gens que j’ai dénoncés sont intouchables. Parmi eux, certains sont devenus de hauts cadres de l’Etat et jusqu’à maintenant, ils continuent à faire subir l’injustice aux Algériens en toute impunité. C’est un régime d’injustice ! Il n’y a que les honorables femmes moudjahidate, quelques amis, la famille et la presse indépendante – à l’instar du défunt le journaliste Abderrahmane Mahmoudi – qui me soutiennent, alors que je n’ai fait que mon devoir. Même le collectif des avocats s’est retiré hormis Me Mokrane Aït Larbi, le seul à avoir eu le courage d’aller vers ce dossier.

–  Avez-vous rendu le rapport de votre enquête aux autorités avant de la publier dans la presse en 1992 ?

En premier lieu, j’avais avisé la Présidence elle-même au temps du président Chadli Bendjedid. Quand on a constaté que des responsables étaient impliqués dans la corruption qui gangrène l’appareil judiciaire, ainsi que des faux moudjahidine, Ahmed Noui, l’actuel secrétaire général du gouvernement, lui aussi magistrat, s’est dérobé. A l’époque, il était directeur à la Présidence. Malgré ça, j’ai envoyé un rapport confidentiel au bureau d’ordre de la Présidence. Resté lettre morte. Quant à Mohamed-Salah Mohamedi, ministre de l’Intérieur à l’époque, donc très puissant, il était l’homme des services de sécurité et connaissait beaucoup de secrets. Il faisait partie d’un clan de magistrats parents avec des généraux, des ministres, des hommes des services de sécurité, dans les plus hautes institutions du pays.

–  Quels sont les stigmates de cette affaire sur votre santé, sur votre vie ?

Ces gens-là sont très puissants, et beaucoup m’en veulent, car ce que j’ai dénoncé touche à tous les secteurs : l’Education, le ministère de la Défense nationale, le ministère de l’Intérieur, celui de la Justice, des Moudjahidine, etc. Mes enfants ont été tabassés à plusieurs reprises. Moi, j’ai été roué de coups et menacé par des individus dans une voiture banalisée. Ma femme s’est vue mise à la retraite anticipée. J’ai dû vendre ma vieille voiture pour payer des études à mes enfants dans une école privée car les enseignants des écoles publiques les insultaient tout le temps. On les a même mis dehors. On leur disait : « Votre père a vendu les moudjahidine. » Même le secteur de l’éducation ne nous a pas épargnés injustice et humiliation. Les gens du clan d’Oujda, très influents, occupaient des postes-clés dans les différentes administrations. Nous avons beaucoup souffert, ma famille et moi. Mes enfants ont été tentés à plusieurs reprises de quitter le pays mais ils ont eu le courage de ne pas céder à la peur.

–  Recevez-vous toujours des menaces ?

Lorsque Mohamed-Salah Mohamedi a su que j’avais en ma possession un dossier sensible sur son père, haut magistrat dans la justice ainsi que sur sa sœur, à la Cour suprême, on m’a convoqué à la caserne Ali Khodja à Alger pour m’intimider. Mais quelqu’un est intervenu, assignant les auteurs de mon incarcération à me libérer. Les services de sécurité se sont renducompte que c’était un dossier sensible et qu’un complot se tramait autour de cette affaire. Depuis que j’ai fait éclater ce scandale, j’ai reçu des menaces et subi des agressions physiques de la part des proches des magistrats démasqués. Les premiers temps, j’étais bloqué chez moi, mais j’ai pris mon courage à décidé que la vie allait continuer .

–  Pensez-vous que les deux ministres plaignants sont les seuls à être derrière cette affaire ?

Il y a beaucoup d’intouchables aujourd’hui dans le régime algérien, c’est un clan qui a pris le pouvoir depuis 1962. Les faux moudjahidine infectent les hautes sphères car il faut le dire, les intellectuels qui étaient dans les maquis étaient rares. J’ai trouvé dans le dossier, avec preuve à l’appui, des magistrats qui ont placé leurs enfants à des postes très importants dans la justice. Quand j’ai été chargé de mener cette enquête, j’ai découvert qu’il y avait des sous-dossiers de la période coloniale restés intacts au ministère de la Justice. Je les ai récupérés car j’avais la clé des archives.

–  Votre situation a-t-elle évolué ou va-t-elle de pire en pire ?

Depuis la première élection d’Abdelaziz Bouteflika, ma situation a empiré, car les menaces se faisaient de plus en plus lourdes. Depuis 1992, j’ai été emprisonné deux fois et arrêté quatre fois. Aujourd’hui, je ne demande pas qu’on arrête l’affaire mais qu’on dise la vérité au peuple algérien. Je ne demande ni allocation, ni travail. Même mon dossier de retraite a été refusé au ministère de la Justice. Grâce à la réglementation et les lois des moudjahidine, je viens de bénéficier d’une misérable retraite de 30 000 DA. Mais j’ai tout perdu, ma carrière, mes avantages de notaire, d’huissier et de commissaire priseur. Ceux qui sont derrière le dossier ? La mafia politico-judiciaire qui est là jusqu’à maintenant dans le clan de la magistrature. Et ceux qui sont sortis ont placé leurs enfants. Je tiens à la vérité, je n’ai peur ni de la prison ni de la mort. Aujourd’hui, certains publient des livres sur la révolution et l’Armée de libération nationale, et ils se prennent pour des héros, c’est grave car c’est ceux-là même qu’il faut arrêter…
Bio express :        Benyoucef Mellouk est né le 29 mai 1942 à Miliana, et vit à Blida depuis plusieurs années. Entre 1959 et 1962, il était chef de cellule de la liaison des documents du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) auprès de la Wilaya IV zone 2. Après l’Indépendance, il a occupé plusieurs postes au ministère des Moudjahidine jusqu’en 1971. Il rejoint alors le ministère de la Justice pour y exercer la fonction de chef du service des affaires sociales et du contentieux jusqu’à l’éclatement de l’affaire des « magistrats faussaires » en 1992. Depuis, il est suspendu et poursuivi en justice.

Par LamiaTagzout


Nombre de lectures : 12242
20 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • citoyen
    19 mars 2010 at 11 h 04 min - Reply

    bilad el izza oua el karama, la plus grande escroquerie depuis l independance.




    0
  • thirga
    19 mars 2010 at 11 h 42 min - Reply

    Avant tout, merci et bon courage Monsieur Mellouk d’affronter à visage découvert la pire espèce :les déchets de la 5ème colonne. Vous qui avez lutté contre une superpuissance, dans des conditions terribles faites de répression, privation et mort, resterez leur cauchemar à eux et à leur progéniture, ici et dans l’au-delà. A mon avis, vous n’avez pas de problèmes avec des ministres de la République mais avec des imposteurs. Un ministre digne de ce nom démissionne en pareille situation. Vous avez inculqué à vos enfants ce qui a de plus cher: la dignité. Vos ennemis, les traitres d’hier, lèguent à leur progéniture l’imposture et la corruption. Merci Monsieur Mellouk et bon courage.




    0
    • djilalimessaoud
      25 janvier 2015 at 3 h 39 min - Reply

      jai lu votre commentaire et pris note de votre histoire triste qui fait couler des larmes dillustres moudjahids vivant rt fait remuer les corps pures des chahidd elwatan. et que la fin justifie les ( il vaut mieux mourir debout que de vivre lache)allah est avec les opprimes et les faibles , je vous souhaite beaucoup de courae , sante , reussite et du bonheur.




      0
  • Rédaction
    19 mars 2010 at 12 h 46 min - Reply

    Monsieur Mellouk a certes beaucoup souffert. Sa carrière a été ravagée, sa quiétude dérangée, sa famille inquiétée. Mais il est entré de plain-pied dans l’histoire de l’Algérie, pour avoir été celui qui a dénoncé l’un des crimes les plus odieux commis contre le peuple algérien, son histoire, et sa lutte contre l’occupant. Parce que le phénomène des faux moudjahidines n’est ni fortuit, ni isolé. Mais c’est un complot savamment concocté, pour noyer les rares vrais moudjahidine dans une masse de mauvaise conscience. Car quoi de plus odieux que de jurer sur son honneur que l’on a participé activement à la révolution de son peuple contre le colonialisme, alors qu’on était planqué dans le confort de Oujda et Ghardiamaou ?
    Respects Monsieur Mellouk.
    Si tous les Algériens étaient comme vous, l’Algérie ne serait pas tombée entre les mains de vils profiteurs.
    DB




    0
  • ca21dz
    19 mars 2010 at 13 h 20 min - Reply

    Bonjour, Bravo Monsieur Mellouk, vous etes un heros des ambres, que dieu vous protège, ce que je vous demande c’est que on ne pourra pas eradiquer le cancer mais on peut l’identifier, deja je presume que vous l’avez identifier, ce qu’il vous reste a fair c’est de le decrire dans des livres pour les futures generation la notre c’est finie pour elle moi j’ai 42 ans et je me sens vieux déja presque mort, mais les futures generation des vingt ans surtout les haragas vont bruller les biens et les personnes qui gongrènent l’algerie tot ou tard et ca sera domage qu’on arrive la. Je vous salue Monsieur l’histoire retiendra que vous avez fait votre devoir et dieu seul votre juge.
    JE vous soutien du coeur pour l’Algerie.




    0
  • rezki
    19 mars 2010 at 16 h 14 min - Reply

    salam,
    mr Mellouk ,vous etes un homme avec un enorme H ,merci pour tout ,nous vous soutenons ,bon courage.




    0
  • sazrine
    19 mars 2010 at 19 h 54 min - Reply

    Mr mellouk ; vous avez mon soutien sans résérve et je peux d’ores et déja dire que votre nom est rentré dans la légende ;vous la lumiere et la boussole pour d’autres algeriens et j’en suis convaincu des generations entieres vous seront reconnaissantes .je vous simplement mérci ,bon courage meme si je sais que vous n’en manquez pas . l’histoire a déja retenu votre nom .je partage vos souffrances .sachez juste que vous n’etes pas seul et que des millions d’algeriens vous admirent




    0
  • Pessimiste
    19 mars 2010 at 20 h 08 min - Reply

    Ne t’en fais pas, monsieur Mellouk, ces soi-disant intouchables seront un jour touchés par la colère du peuple. Qui aurait pensé que le clan Saddam le sanguinaire finirait dans la poubelle de l’Histoire?




    0
  • Layadjouz
    19 mars 2010 at 20 h 59 min - Reply

    C’est tout de même incroyable que cet homme intègre et authentique moudjahed soit inquièté trainé devant les tribunaux et embastillé à plusieurs reprises depuis 18 ans pour avoir dénoncé des usurpateurs du titre de moudjahed.Comment ses compagnons de lutte et en particulier ceux de l’ONM peuvent-t-il dormir la conscience tranquille?Décidémment ce pays marche sur sa tête ou plutôt sur son ventre et tag ala men tag.




    0
  • still
    19 mars 2010 at 22 h 53 min - Reply

    Vous etes d’une espece qui se fait rare en Algerie Mr Mellouk et je ne peux que citer DB a ce sujet:
    « Si tous les Algériens étaient comme vous, l’Algérie ne serait pas tombée entre les mains de vils profiteurs. »
    DB




    0
  • temouch
    20 mars 2010 at 9 h 25 min - Reply

    Nous sommes tous très vaillants à féliciter Mr Mellouk et à l’encourager à continuer. Mais est-ce bien digne de le laisser dans les affres de sa situation actuelle, sans bouger, en espérant que la réaction viendra d’ailleurs?
    Qui va régler le problème de la gangrène corruptrice ?
    Dieu?




    0
  • nomade
    20 mars 2010 at 11 h 55 min - Reply

    ses anciens compagnons d’armes ont d’autres chats a fouetter, ils prennent soin de beneficier le plus longtemps possible du butin de guerre et les acquis qui en decoulent: la pension alimentaire.tous sont des khobzists.
    ces laches sont prompt a brandir la carte communale partout ou ils vont pour intimider la population ,pour exercer passe-droits, mais ils disparaissent dans les moments de verite et de hak .
    ces poltrons se sont tu devant le massacre de 300 000
    algeriens, ils se tairont pour le cas de mr MELLOUK . pour eux c’est une affaire negligeable, sans importance.
    ils ont peur de perdre tous les privileges du butin de guerre ces moujhedines taa krouchhem.
    il n y a que les peuples laches qui subissent indefiniment sans reagir.




    0
  • Malik Karim
    20 mars 2010 at 16 h 41 min - Reply

    Je suis citoyen algerien,age de 60 ans et pere de famille de 2 enfants.J’ai ete compresser abususivement et a tort pour le redressement des entreprises nationale pour soit-disant comme crise economique financiere le 17/09/1998 par une entreprise des Transports Algerois(ETUSA).Le nombre de licenciement etait de 302 travailleurs = 302 familles en chomage sans aucune indemnite journaliere ou de droit a percevoir a ce jour 2010,avec des assises inutiles sans resultats au tribunal de justice de la rue Abane Ramdane Alger qui jouent de notre sort(11 annees de parcours par cette justice sans aboutir pour avoir gain de cause comme droit legitime)et que l’affaire normalement ne devrait meme pas etre en justice,c’est une petite affaire qui doit etre prise et regler en espace de dix minutes de temps seulement dans un petit bureau entre deux hommes seulement(il y a manipulation de mafiosie socio-politico-financiere qui nous prenne pour un troupaux de moutons),car il n’y a pas de justice avec ses regles dans l’enormes et personne n’est a sa place de merite de ce fauteuil « JUSTICE=INJUSTICE » et il y a negligence aupres de cette institution de l’etat qui est LA JUSTICE-INJUSTE a l’egard de ses concitoyens et concitoyennes.Je fais partie de la tragedie nationale tout en ayant 49 ans a la date de mon licenciement,fils d’un moudjahid qui avait fais son devoir de citoyen comme combattant durant la guerre de la revolution contre le colonialisme francais de 1954 a 1962.Deux sanctions arbitraire que le pouvoir nous a recompense avec honneur et comme remerciement et cadeau. Mon defunt pere et moi.1)- Mon defunt pere etait membre-moudjahid de l’OCFLN de 1954/1962 a la federation de france contre la guerre de la revolution de l’occupant francais 1954/1962 qui est mort a l’age de 75 ans a paris suite a ses sequelles de tortures electiques a son cerveau atteint ainsi avec des coups de crosse en plein cerveau par les soldats francais.Mon defunt pere n’a pas percu un seul centime de DA comme pension de droit du moudjahid ou autre comme avantage tout en ayant seulement un papier de chiffon de reconnaissance sans valeur comme decision avec no de reference comme membre de l’OCFLN de 1957/1962,delivree en 1983 par le ministere des anciens moudjahidines du chateau-neuf d’El-Biar(Alger).1)- Mon defunt pere avait ete trahi par ce gouvernement present en premier lieu de ne pas toucher sa pension de merite en tant que moudjahid.2)- En deuxieme lieu,c’est moi qui a ete ainsi trahi une seconde fois par ce gouvernement pour ne pas toucher mes indeminites comme droit tout en exercant plus de 30 ans de travail pour mon pays. En fin de compte que d’autres hautes personnalites de l’etat qui se fortunent illegalement avec des richesses colossales comme gain facile aux detriment du contribuable sans raison avec des detournements de milliards de dollars sans que personne ne puisse les traduire devant les tribunaux internationaux qui sont qualifier de voleurs et manipulateurs a outrance.Le bon-dieu les payera inchallah un par un pour avoir trahi leur population et les priver de leur droit? Chacun son tour a la tombe de son cerceuil qu’Allah les attendent pour les punir et les recompence de ce qu’ils ont fait comme mal,d’une maniere ou d’une autre leur place est reservee aux 7 portes de l’enfer.




    0
  • nomade
    20 mars 2010 at 20 h 09 min - Reply

    c’est le sort reserve a tous les patriotes algeriens qui osent s’attaquer a la republique des dafs




    0
  • thirga
    21 mars 2010 at 17 h 30 min - Reply

    Un autre regard Monsieur MALIK KARIM. Celui qui s’est chargé de cette sale besogne venait de la navigation aérienne. Ex-bidasse engagé de l’ANP, gendre du ministre Bererhi , il s’est fait recruté par cette entreprise dirigée par le cousin au ministre. L’ascension de ce monsieur avant d’atterrir à l’ETUSA est édifiante. Il assumait la fonction de responsable du bureau de la sécurité préventive dé Lakhal Ayat pour l’aéronautique tout en étant directeur des ressources humaines de son entreprise et…patron du syndicat d’entreprise!




    0
  • rachid quebec
    21 mars 2010 at 21 h 25 min - Reply

    ou sont les vraies moudjahiddines pour soutenir et accompagner m r MELLOUK dans son combat contre cette pourriture l union fait la force ou la ghil haf ou zaf les pensions et les privileges et les presidents des associations d ouled chouhada et autres qu on les voit dans sandoug mafia (t.v) entrains d elargir leurs g….. ou vous etes pendant tout ce temps ya ra bi allah chaab hna si vous vous arrachez pas votre liberte personne ne vous la donne takhti rassi out fout mais elle rattrapera vos enfants futurs.




    0
  • karim malik
    22 mars 2010 at 19 h 59 min - Reply

    @ Mr THIRGA:Tout d’abord salut et je vous remerci beaucoups de m’avoir donner quelques renseignements concernant mon ancienne affaire de l’ETUSA du a mon licenciement abusif et a tort sans avoir mes droits de prestations d’indeminites + ma pension de retraite non acquise, qui date du 17/09/2010 a ce jour.Je joins parfaitement vos dires exactes et justes qu’il s’agissait d’un gendre d’un ministre qui etait a la tete de cette ETUSA qui est Mr M.SAHARI Directeur general des ressources humaines et des finances, et d’un autre certain cadre retraite grader(Mr Brahim Tablenehas)de l’ANP qui ont manipuler ce depassement abusif autoritaire qui nous privaient de nos droits legitimes non percus illegalement avec l’aide de complicite de Mr SIDI SAID secretaire general de l’U.G.T.A du siege central a la place du 1er mai(alger) et du syndicat des travailleurs de l’entreprise-ETUSA en collaboration de ses suppleants responsables de l’appareil syndicale qui chapotte cette entreprise a defunt personnelle de cette entreprise de transports algerois(ETUSA) a ce jour(2010)et meme avec la complicite de l’insepction generale du travail(07,rue Davout-Alger)+ la complicite au niveau de la justice de toutes les assises inutiles et sans resultats positifs.Toutes les portes etees fermer envers-nous pour revendiquer nos droits soit pour percevoir notre regularisation de nos indemnites mensuels et annuels(9 ans) soit la mise a jour a un versement global de la securite sociale au niveau des caisses de S.S et retraite en tant que droit?,soit la reintegration generale a l’entreprise-ETUSA avec retro-actif a des paiements arrieres? Si je vous raconte des choses qui se passent a l’interieur de cette entreprise ETUSA? votre tete sera etonnee de voir et de constater les detournements a outrance au frais de la princesse(ETUSA)a des biens publiques et des vols multiples chaque jour sans que personne n’intervient pour defendre les interets de l’entreprise et des travailleurs,avec des rapports accablants et requetes qui sont remit au pouvoir de l’etat algerien(a la cour des comptes,briguade economique,l’I.G.F )et qui ne repondent pas a notre requete en leur ecrivant maintes fois paruts meme dans tous les journaux du territoir algerien en francais et en arabe en les avertissant tous chaqu’un une copie du dossier des complainiants et des manipulations de detournements a defunt personnelle:(Mr Ahmed Ouyahia en tant que chef du gouvernement- Mr A.Belkhadem en tant que chef du gouvernement – Mr le defunt Mohamed maghlaoui en tant que Ministre des transports – Mr Sidi Said en tant que secretaire general de l’U,G.T.A- et meme Mr le President de republique(Mr A.Bouteflika), sans compter les partis politiques d’oppositions pour information,pourquoi ? sans compter d’autres institutions comme les droits de l’homme + l’inspection generale du travail + le Ministre de la justice et autres,mais aucun d’eux n’avait pu prendre une decision juste pour regler ce petit litige qui a perdurer 11 annees d’attente sans avoir gain de cause ou de venir pour arreter cette emorragie de vols dans cette entreprise qui depasse la realite a ce jour,nous combattons toujours avec la justice par nos propres moyens financiers de nos defenseurs avocats avec des sommes d’argent enormes sans resoudre notre probleme a ce jour. parceque a sa tete l’ex;defunt Mr le ministre Mohamed Meghlaoui avec son ministere de son staf qui profitaient a outrance a des finances mal-aquis dans cette entreprise avec beaucoups d’avantages pour eux et leurs proches pour les satisfaire et les beneficier de tous avantages requis de cette entreprise-ETUSA dans tous les domaines,le pouvoir algerien ne repondait jamais a nos appels pour leur donner des listes des corrupteurs de cette mafia de l’ETUSA et denoncer ses faux responsables a de mauvaises gestions,mais l’etat fait sourde oreille comme candisat »ABSENT » clabousser pour ne pas divulguer la mauvaise gestion au sein de cette entreprise avec des detournements dans tous les domaines et meme dans les faux bilans budgetaires annuels en ecriture comptable.Il y a de quoi a manger et a boire avec beaucoups d’autres depassaments que je ne pourrai pas decrire ici,car c’est une honte.Cette entreprise-ETUSA est dotes de faux gestionnaires qui n’ont rien avoir comme taches de responsabilites ou a la hauteur de leur postes de fonction occupes.Ceux-sont des gens qui portent a des atteintes economiques de l’etat pour mettre a genoux cette honorable entreprise de transport algerois qui est normalement d’en prendre soin d’elle,or c’est l’exemple d’une belle vitrine qui fait le charme de la capitale(alget).C’est bien dommage qu’elle est encadree par un cercle mafieu-viscieux et voleurs pour tirer profit a leur besogne et leurs enfants afin de les assurer a leurs avenir dans des postes cles a defunt personnel pour cette entreprise-ETUSA.La belle epoque de la regie syndicale sous tutelle de la wilaya d’alger ex:(R.S.T.A)ou le(T.A) qui gerait cette entreprise sur des roulettes a la seconde pret pour une bonne gestion saine et propre avec ses cadres responsables competents et honnetes, respectueux,serieux de l’ancienne generation d’avant avec des rentes beneficiaires satisfaisantes chaque annee.Des que le Ministere des Transports avait pris en charge cette entreprise-ETUSA,je dirai(yallatif)des suceurs de sangs comme responsables qui ne savent meme pas le sens du domaine transport et ses itineraires.Il y a de quoi pleurer du sangs a des evenements qui se passent dans cette entreprise-ETUSA? j’ai exerce plus de 17 ans d’experience et j’ai vu des scenes et manipulations incroyables a y croire ou a imaginer? On dirait qu’on fait expres pour dissoudre et la mettre a la faillite cette ETUSA? peut-etre pour la remplacer par……? Ce que je pense est d’un point sur et certain,mais le hasard fait ses choses pour ne pas arriver a ce que l’on programme a faire? Le defunt Mr Mohamed Moghlaoui ex:Ministre avait fais l’interview a la A3 de l’ENTV un samedi sur l’emission « EL-MOUNTADA » avec Mme SORAYA BOUAAMAMA sur les questions relatives dans le domaine des transports,ou il avait menti pour dire que les 302 travailleurs licencies en compression d’effectif de l’ETUSA(pour raison economique) ont tous etes regler tout en ayant leurs droits,et que le contraire le prouve aujourd’hui juste l’annee passee avanr de mourir,qu’aucune personne des 302 travailleurs n’avaient etes regler ni par l’entreprise-ETUSA,ni par la C.N.A.C(caisse nationale d’assurance chomage)?La reintegration de quelques uns de nos compresses(13 personnes seulement) ont etes reintegrer le mois de mars 2009 avec chantage et avec des conditions de facon de perdre leurs droits non aquis.Quant a l’affaire de mon defunt pere ancien moudjahid mourrut sans avoir toucher sa pension de merite comme combattant et ancien moudjahid? il faut la laisser au bon-dieu(ALLAH) le recompensera inchallah dans son vaste paradis inchallah.




    0
  • thirga
    23 mars 2010 at 18 h 41 min - Reply

    L’ETUSA l’a échappé belle. Que sont devenues les entreprises de transports de voyageurs publics étatiques? Disparues et remplacées par les prête-noms TAHKOUNT et consorts. Il faut voir l’avenir autrement. Votre père a fait son devoir,il ne s’est pas sali ALLAH YRAHMOU. Les salles pour plaintes, les commissions toutes confondues, les pseudo-institutions etc sont connues pour être des leurres. L’affaire de Mr Benyoucef Mellouk est la meilleure preuve: condamné pour avoir dénoncé des faussaires. Et quels faussaires…de la Justice.




    0
  • makhlouf
    6 avril 2010 at 14 h 59 min - Reply

    bonjour: bravo monsieur mellouk heusement nous avant un homme comme vous; pourquoi les moujdahidine il sont pas soutene mr mellouk parce que houma qui sont deriere les faux moujdahidine comme vetu aide mr mellouk il sont trace leur plant en 1962 pour gouverne le peye la preuve regarde les journaux il sont tous reganger leurope avec des poche plaine la preuve 70 milliar en espanne + sonatrach en ce pas au setrouve sont conte banquire ona pas de gouvernement nous avant des vrai vouteur et des monstre mosiuer mellouk comba contenu one toujour avec vous fance et abiento




    0
  • zapata
    28 octobre 2010 at 16 h 09 min - Reply

    Bravo Mr Mellouk pour votre courage et votre franchise, vous etes l’un des rares algériens, qui ont eu la conscience de dénoncer ces traitres, ne vous inquietez pas un jour ils payeront cher ces imposteurs comme le dictateur Saddam d’Irak, ils prétendent qu’ils sont intouchables, mais il viendra le jour ou ils payeront, je vous demande de penser a ecrire un livre danslequel vous citez les noms des imposteurs.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique