Édition du
30 March 2017

Agroalimentaire: L'Algérie importe presque tout

par M. Aziza, Le Quotidien d’Oran, 22 mars 2010
« La stratégie nationale de développement des industries agroalimentaires a été élaborée par des experts algériens qualifiés et sera opérationnelle avant la fin de l’année 2010, pour s’étendre jusqu’à 2014», a déclaré hier, le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements, Abdelhamid Temmar, à l’ouverture des premières assises nationales des industries agroalimentaires, à Djenane El Mithak. Un plan d’action a été déjà arrêté et des projets mobilisateurs ont été identifiés pour atteindre les objectifs arrêtés d’ici 2014, a précisé le ministre. Les experts ayant élaboré la stratégie ont fixé des objectifs bien précis: la création de 500 entreprises d’industrie agroalimentaire d’ici 2014, avec une capacité de créer 100.000 emplois (200 emplois pour chaque entreprise).

Les experts veulent atteindre un accroissement de la contribution de l’industrie agro-alimentaire (IAA) au PIB industriel. L’objectif arrêté est de passer de 50 % en 2009 à 60 % en 2014. Cette nouvelle stratégie ambitionne également la mise à niveau aux normes internationales de 500 entreprises du secteur industriel de l’agro-alimentaire pour, justement, renforcer les capacités d’exportation. Temmar a estimé que la révision de la stratégie de l’industrie agro-alimentaire s’avère une nécessité car l’Algérie souffre d’un déficit en la matière. «Il faut améliorer sensiblement l’offre nationale en produits agricoles transformés», a-t-il souligné en précisant que les problèmes pour les pays très dépendants sur le plan alimentaire ne font que commencer. Les experts ont relevé tous les problèmes et les points noirs dont souffrent les filières. Ils ont souligné que ces dernières activent sans véritable connectivité avec l’amont agricole et certaines ont atteint un niveau de dépendance extérieure supérieur à 80 %. Le sucre est une dépendance à 100 % , l’Huile à 95 % , les viandes blanches à 90 %, les légumes secs 85 % , les céréales 70 % , le lait 57 %, les viandes rouges 18 %, et le poisson à 11 %.

Pour la filière de la pêche, il est indiqué que: «l’Algérien a une ration alimentaire qui ne dépasse pas 5 kg de poisson annuellement alors que la norme OMS est de 6 kg par an». Il est souligné que le problème de régulation et le dysfonctionnement des marchés agricoles et agro-industriels constituent, malgré l’évolution du cadre juridique, l’entrave majeure à la pérennité des entreprises. Il est également soulevé le problème de la faible production de la majorité des PME. Il est indiqué que le plan de développement national de l’industrie agroalimentaire a été conçu pour faire face à la dépendance alimentaire en diminuant l’importation et en encourageant la production locale, pour garantir la souveraineté nationale. Le plan repose sur trois enjeux majeurs: «l’enjeu nutritionnel, l’enjeu de la productivité et la compétitivité et l’enjeu du développement durable». Hamid Temmar est revenu sur la mise à niveau des entreprises algériennes et a ouvert une parenthèse sur la stratégie industrielle en général, affirmant «qu’elle est de plus en plus lue et de plus en plus assimilée par les experts et par les opérateurs économiques».


Nombre de lectures : 2100
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • nomade
    22 mars 2010 at 16 h 46 min - Reply

    la raison pour laquelle ils ont casse l’industrie industrialisante.
    comme disait le colon a nos parents et grand-parents : vous etes incapable de produire une aiguille.
    les imposteurs ont reussi a faire reculer ce pays vers sa case depart, annee 62.
    apres le petrole ce pays se retrouvera sans industrie, sans expertise, les cerveaux figes ,les bras casses et un tres tres tres gros tube digestif.




    0
  • nomade
    22 mars 2010 at 16 h 51 min - Reply

    il n y a pas que l’agroalimentaire qui est importe.tout les equipements sont importes meme les fleurs en plastique.
    en algerie ,en 2010 ,est-ce qu’on est capable de fabriquer un moteur electrique de A a Z.??




    0
  • Ami_Mouloud
    22 mars 2010 at 16 h 55 min - Reply

    On n’arrête pas de contrôler, diriger et penser a la place des algériens…toujours c’est la même façon de faire des années 70…ou on a industrialisée l’Algérie de force, et a la socialiste, resume par la celebre phrase  » koul man haba oua daba assbaha ouazir aou moudir « , et en meme temps les vrais industriels prives et competant algeriens, il y avait toute une administrations (impôt, casnos, syndicat) bureaucratique contre eux , tous le temps harceller, et on les a achever avec la corruptions et le marche parallele , noir .
    le résultat est catastrophe (Octobre 88, janvier 92))..aujourd’hui on refais la même chose avec ((a précisé le ministre. Les experts ayant élaboré la stratégie ont fixé des objectifs bien précis: la création de 500 entreprises d’industrie agroalimentaire d’ici 2014..)).
    dessoler , mais c’est un remake des erreurs des années 70 …l’état , le ministre , l’armée, la police …ne crée pas des usines, des entreprises , des emplois…( l’état gère, contrôle , surveille, protège, aide(((surtout les Handicapes, touss alouna alayhim, aouala toulakouna allah, inchallah)))
    l’industrialisation c’est le peuple , les hommes d’affaires , intelligentsia algérienne , l’université et lycées algeriens , les centre de développement et mise en applications des sciences et technologies en étroite collaboration avec les universités, les bureaux d’expert en technologie , d’aide aux entreprises, assistances et modernisations des entreprises existantes et d’autres regroupement des intellectuelles pour la mise en applications , la transmissions des nouvelles technologies , sciences et savoir faire de ce qui se passe dans le monde ….et aussi et surtout encadrer par les centres de santer et sécurité au travail , et autres centres et sécurités et contrôle qualité et salubrité alimentaires ,…

    la liste est très longue, très techniques , relier a la science , la gestion , le savoir faire …et pour conclure …sa doit se faire comme sa se passe partout ailleurs dans les pays développée..

    Mais mais mais ..rien n’est possible , si y a corruptions , injustices, beni amiste, passe droit , deux poids deux mesures, incompétences, de la politique dedans , du régionalismes , du favoritismes , des limites et restrictions des liberté, des règlements de compte politiques, beni amisste , regionalistes…

    quand a l’idée, elle viens trop en retard, pour des gestionnaires , en poste depuis voila 10 ans ou même plus pour certains , donc il n aura jamais de bonne volonté avec ses mêmes messieurs, jusqu’à preuve du contraire…
    On n’est finalement que mortel, le temps passe si vite , qu’on ne profite plus comme avant , et les tremblements de terres mortels sont de retour, ils serai mieux de ne prendre que de bonne actions et bien faire , surtout envers les Handicapes, juste a voire comme ils sont traitées ailleurs en Europe, comme des rois.




    0
  • jnsplu
    22 mars 2010 at 17 h 03 min - Reply

    En attendant que l’Algérie importe plus que tout, l’Algérie importe presque tout.

    Lorrsqu’elle importera plus que tout, elle importera presque rien.




    0
  • Ammisaid
    22 mars 2010 at 22 h 05 min - Reply

    Notre erreur était d’avoir importé dés l’indépendance: un président et tout ce qui va avec, une armée, des services de sécurités, des assassins, des voleurs, des violeurs de constitution, des fraudeurs, l’art de faire des coups d’états…et depuis nous importons tout ce qui va nous maintenir en vie ou ce qui va nous tuer et nous exportons tout ce qui, normalement, doit nous permettre d’importer de moins en moins de tout et d’exporter de plus en plus de tout (clin d’oeil au frère JNSPLU rien)




    0
  • el-amel
    22 mars 2010 at 22 h 09 min - Reply

    La démonstration de Temmar annonce la dilapidation des 140 Milliards de Dollards entre 2010 et 2014 par les mêmes têtes qui nous chantent le même refrain, « L’Algérie importe « presque » tout » mais elle va enfin exporter le « hallal » ; pour comprendre ce concept « Hal’Shop » qui fait son apparition en France, rendez-vous le 30 et 31 mars à la porte de versailles pour soutenir les 12 entreprises algériennes de l’agroalimentaire qui prendront part au « Salon de l’Alimentation et des Services Hallal de Paris», vous avez certainement goûté au cachir hallal du sieur rebrab qui se vend dans les grandes surfaces. Combien coûte ce concept ? « En valeur, le marché des produits Halal est estimé à 500 milliards d’euros dans le monde et à près de 4 milliards d’euros en France où il connaît une maturité et une croissance annuelle constante de l’ordre de 10% appelée à se maintenir jusqu’en 2012. » et ça fera 50 ans pile: 1962-2012, l’Algérie sera annexée à la France




    0
  • zapata
    23 mars 2010 at 16 h 59 min - Reply

    qui dirige rèellemment l’algèrie? je ne pence pas un algèrien hor qui connait bien la valeur de son pays et de son histoire ne pourra pas deviner le dèsordre pèrmanat de ce pays..on ne pourra jamais dèmmarer un pays avec une agriculture sinistrè regarder la rèvolution industrielle du 19 ème siècle elle à ètè basè sur une agriculture forte car c’est l’arrière plan qui donne la rèel puissance a l etat..on ètait un pays agricole pourquoi l intilligence de nos dirigeatns a changer de cape? FERHAT ABASSE avait raison il ètait tèllemment visionnaire car il connaissaient bien la soiciologie èthnique des algèriens il sait très bien que l’algèrien est un homme de tèrre..le bricollage politique est une forme basè sur les faux calcules car tout est diriger par des lobbys militaire et par L alliance DU le lobbys juive algèrien et français c’est eux qui dirige ce pays..un pays comme l’algèrie CEST dommage je ne pence pas que les algèriens ne veulent pas du bien a leur PAYS.




    0
  • bouyilès
    23 mars 2010 at 19 h 23 min - Reply

    Savez-vous que notre ENTV chérie organise des débats après 20heures sur les questions économiques et notamment sur l’agriculture?C’est vrai,je le jure et avant-hier on a parlé même des oranges et pourquoi elles sont tellement chères.Et nos vénérables spécialistes ont donnés la réponse à cela :Avant l’orange était bon marché,tous pouvaient l’acheter, mais sa durée était éphémère sur le marché.Maintenant elle est plus chère et sans que la production ne soit augmentée sa durée sur le marché s’étale déjà sur trois mois et se prolongera encore plus.Donc nos spécialistes ès orange et citron nous expliquent que le génie des grossistes est là pour étaler la disponibilité de l’orange indéfiniment.Et il y aura des acheteurs ,messieurs,ceux qui y mettent le prix.Maintenant je comprends pourquoi je préfère mieux les bananes.Les oranges ne sont pas faites pour les bougnoules de mon genre ,l’exotisme et le génie de nos grossistes ça se paye.Allez petit arabe,hors de mes yeux,l’orange c’est pas pour toi.Rassurez-vous on n’est pas en 1958,ce n’est pas un voyage vers le passé,en est toujours en 2010.




    0
  • Sécurité Industrielle du 22/03/2010 | Archives de Sécurité Tube
    23 mars 2010 at 22 h 28 min - Reply

    […] Le Quotidien d’Algérie » Agroalimentaire: L’Algérie importe … […]




    0
  • arris
    24 mars 2010 at 11 h 38 min - Reply

    @el-amel,

    C’est dure de trouver un commentaire de ta pert sans qu’on lise dedans des critiques envers Mr Rebrab !!
    LEs seules personnes qui essayent d’investir en Algérie vous les critiquer.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique