Édition du
21 July 2017

Saïd Barkat à Constantine “Je combattrai les médecins grévistes”

Par : Souheila B., Liberté, 27 mars 2010

“Leur mouvement est injuste et illégal, ils débrayent au niveau des CHU, mais ils continuent d’exercer dans les cliniques et cabinets privés. En tant que responsable de la santé des citoyens, je vais les combattre, je n’accepterai jamais que la santé du citoyen soit otage de ces pratiques.” C’est par ce ton menaçant que le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière a répondu, jeudi dernier à Constantine, aux journalistes à propos du mouvement de protestation qui entache son secteur depuis plus de trois mois.
Saïd Barkat, en visite de travail à Constantine après avoir au départ ramené le sujet à une simple procédure d’application d’une décision des tribunaux “depuis que la justice a tranché l’illégalité de la grève”, est revenu quelques heures après  à la charge en usant d’un vocabulaire qui, bien qu’il puisse s’inscrire dans la même stratégie de gestion du conflit enseignants-éducation nationale, annonce la radicalisation de la position des pouvoirs publics. Le “je vais les combattre”, lancé depuis Constantine, s’il risque de jeter de l’huile sur un feu qui ne cesse de prendre depuis le début de l’année en cours, peut aussi créer des fissures dans les rangs des grévistes. Certains indices laissent croire que la sortie du ministre, en usant de mots inadaptés au contexte, est un conflit social de travail qui ne peut en aucun cas être assimilé à une guerre, et qui est dictée par les impératifs d’une démarche de gestion de la crise. “Le ministre qui disait être compréhensif à nos doléances, il y a à peine une dizaine de jours, ne peut pas user d’un tel langage inconnu dans la terminologie de  toute classe politique qui se respecte, s’il n’obéissait pas à une démarche d’intimidation qui le dépasse”, expliquait un syndicaliste gréviste.
Toutefois, Barkat à travers ses propos laissait entendre que le gouvernement a toujours eu la marge de manœuvre nécessaire en préférant la concertation aux actions musclées. “C’est à la suite des actions menées par certains syndicalistes que nous avons retardé la mise à exécution des procédures disciplinaires d’usage, mais aujourd’hui, on va prendre les dispositions nécessaires”, expliquait-il. S’agissant de la question relative au vaccin contre la grippe porcine, le ministre expliquera que seules 5 000 doses des 5 millions acquises par l’Algérie ont été utilisées. Le reste du stock “sera utilisé en cas d’un retour de l’épidémie”, a-t-il ajouté. Le ministre de la Santé, à travers ces chiffres, rouvre malgré lui le débat sur les gestions catastrophiques par son département de la prévention contre la grippe A. Si seules 5 000 doses ont été utilisées, cela veut dire que 99% des deniers publics affectés à la prévention contre cette épidémie finiront, un jour, dans les incinérateurs. Quel gâchis pour des millions d’euros, disent les uns. C’est le prix à payer pour veiller sur la santé des citoyens, répliqueront les autres dans un débat qui s’ouvrira, certainement, un jour.
Signalons enfin que le ministre de la Santé a inauguré à Constantine, un nouveau centre de transfusion sanguine situé à la nouvelle ville Ali-Mendjeli. En fin de journée, il a donné à l’université Mentouri le coup d’envoi aux travaux d’un congrès international sur le cancer dans une ville où il faut attendre au minimum 3 mois pour décrocher un rendez-vous pour une séance de chimiothérapie. À ce propos, selon Barkat, qui reste optimiste, d’ici 2014, chaque wilaya du pays aura son centre de radiothérapie.


Nombre de lectures : 3660
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    27 mars 2010 at 15 h 41 min - Reply

    Grève de la santé: Barkat persiste et signe

    par A. Mallem, Le Quotidien d’Oran, 27 mars 2010

    Dans un point de presse animé à l’issue de la visite d’inspection et de travail effectuée jeudi à Constantine, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M Said Barkat s’est étalé sur la grève des blouses blanches qui dure depuis plus de trois mois. «Je pense que nous avons été, jusqu’à présent, suffisamment patients», dira le ministre. «Chacun doit savoir que je suis également responsable de la santé de la population et par conséquent, je n’admettrais jamais que nos enfants, nos femmes, nos sœurs et frères soient pris en otage par n’importe quelle organisation syndicale» a-t-il dit avant d’ajouter «heureusement, beaucoup de médecins ont eu la sagesse de ne pas suivre la grève». Après avoir rappelé «que la justice a statué sur l’illégalité de la grève, ordonnant aux grévistes de rejoindre immédiatement leurs postes, le ministre a mis en garde, ces derniers, en assurant qu’il appliquera immédiatement la loi. Et celui qui ne rejoint pas son poste n’a qu’à aller chercher du travail ailleurs !».

    Aux questions demandant des précisions sur les éventuelles sanctions qui seront prononcées contre les grévistes, M. Barkat a répondu par cette sentence : «Nous appliquerons la loi dans toute sa rigueur et gare aux jusqu’au-boutistes !» Concernant la justesse des revendications des grévistes, il assurera que ces derniers, «ont obtenu plus que ce qu’il fallait. Et si l’on rajoute encore, ils en redemanderont !». Il a déclaré refuser le droit de grève «à celui qui abandonne ses patients et profite justement de ce droit pour aller travailler dans une clinique privée.» «Parce que le secteur privé paie mieux peut-être», dira un journaliste. Ce à quoi le ministre à répondu «la santé de nos enfants n’a pas de prix et le médecin ne doit pas tricher parce qu’il a fait le serment d’Hippocrate».

    Puis, s’adressant aux gens de la presse, il lancera :» Allez dire au peuple ce que lui font ces gens-là !». Pour dire ensuite qu’il maintiendra les portes du dialogue largement ouvertes. «Malgré la décision de la justice, dira-t-il, je reste conciliant avec mes collègues avec qui je mènerais la concertation, qui ne s’arrêtera jamais». Par la suite, le ministre a répondu à des questions portant sur les quantités de vaccins contre la grippe porcine importées ainsi que sur la production des médicaments génériques. Sur le premier sujet, il dira que sur les 20 millions de vaccins que nos experts ont proposé au début, seulement 6 millions ont été importés, dont uniquement 5 à 6000 doses ont été consommées. Le reste sera conservé en prévision de la grippe saisonnière qui, comme chacun le sait, est autrement plus aiguë, d’autant plus que la date de péremption n’arrive que dans deux ans.

    En ce qui concerne la production du médicament générique, le ministre a déclaré qu’en optant pour la production du médicament générique, de concert avec les producteurs privés qui ont joué le jeu, la couverture des besoins du pays est passée de 27 à 38 %. Il révélera aussi que beaucoup d’unités de conditionnement ont commencé à se reconvertir dans la production.

    Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière est arrivé à Constantine jeudi matin pour une tournée d’inspection et de travail qui l’a amené au niveau de plusieurs structures sanitaires implantées dans les communes de Constantine et du Khroub. M. Barkat, s’est rendu à la ville d’Ali Mendjeli pour visiter le nouveau centre de collecte de sang dont l’entrée en fonction est prévue pour bientôt et a entendu un exposé détaillé du directeur de la santé de la wilaya qui a dressé un état des lieux en parlant des programmes en cours. Le ministre se montrera satisfait des projets d’envergure qui ont été réalisés et du rythme d’avancement de ceux qui sont en cours, comme le second CHU de Constantine qui sera implanté à Ali Mendjeli, à proximité d’un complexe mère-enfant. Le lancement des chantiers de constructions de ces deux structures est prévu pour le début de l’été. Il donnera ses orientations pour combler les insuffisances constatées au niveau des deux maternités de Constantine, au CHU et à Sidi-Mabrouk, qui font face à une saturation résultant de la prise en charge des patientes venant de plusieurs wilayate de l’Est, et invitera les responsables à s’inspirer de l’échec de certaines expériences faites ailleurs pour éviter de reproduire les mêmes erreurs commises, notamment en matière de conception et de réalisation du nouveau CHU. M. Barkat terminera sa tournée à Constantine en effectuant de brèves visites à l’hôpital du Khroub et aux deux polycliniques de Ain-Smara et de Boumerzoug. Avant de reprendre le chemin du retour à Alger, le ministre s’est rendu, en fin d’après-midi, à l’université Mentouri pour présider à l’ouverture officielle du Congrès international de cancérologie qui s’est ouvert jeudi et durera jusqu’à aujourd’hui samedi.




    0
  • D B
    29 mars 2010 at 23 h 29 min - Reply

    Monsieur Barkat a-t-il l’autorité MORALE pour dire de telles énormités ?
    DB




    0
  • Zineb Azouz
    30 mars 2010 at 12 h 51 min - Reply

    @DB
    Che Dajmal Eddine,
    Monsieur Barkat risque de ne pas comprendre votre question, soyez plus clair, c’est un homme très pris et surtout très limité, il connaît le mot « autorité » conjugué à la première personne de tous les temps, mais des épithètes comme « morales » lui sont inconnues, ils s’est même vacciné contre de tels dangers.

    Nos médecins se laissent quotidiennement humilier par leur ministre, leur directeur d’hôpital et par les trabendistes de plus en plus nombreux à investir dans les cliniques privées (des cliniques sans ascenseurs, sans femmes de ménage, où le gardien fait office parfois d’instrumentiste et où les blocs opératoires ressemblent à des salles de fêtes), ils acceptent de travailler au noir, d’être commandés par des patrons qui ne viennent au service que pour téléphoner ou recruter des « clients » pour les mêmes cliniques privés (il faut savoir que le terme patient a été remplacé par celui de client), nos médecins auraient pu profiter de cet élan revendicatif pour dénoncer ne serait ce que les dépenses faramineuses engendrées par l’achat du vaccin H1N1, un canular pour lequel des collègues honnêtes de l’institut pasteur ont été révoqués tels des malfrats sans que personne ne lève le petit doigt.

    Dommage !
    Cordialement,
    ZA




    0
  • Si Tchad
    30 mars 2010 at 15 h 57 min - Reply

    M. Barakat, comme son nom ne l’indique pas, ne sait pas quand s’arreter, à moins de cogner contre un mur comme un taureau aveugle. C’est un fou furieux qu’on devrait enfermer, mais ou? Dans sa chkara…

    Si Tchad




    0
  • still
    30 mars 2010 at 23 h 16 min - Reply

    Barkat : Don Kichotte de la salud.




    0
  • salaza1972
    2 novembre 2010 at 21 h 57 min - Reply

    monsieur le président et madame Louisa hanoune je suis d’accord tous ce que vous faite pour protégé le pays et sont peuple algérienne ( en’ est contre elfassade / wa rachwa ) car je suis toujours la je veux aidé monsieur le ministre de la santé m.barkat..
    1-je suis un employer a l’hôpital de kolea un homme anonyme et de confiance il ya (un nouveaux chef de service d’hémodialyse)celui qui est 1_remplacant et même pas par décision il s’appelles abti.mokhtar (il a été jugé cause de la drogue et a passé une prison terrible)et maintenant il est devenu un chef de service sont grade est TS mémé pas TTS parce que andou lamaref mademoiselle chef du personnelle de kolea elle fait parti de sa familles .
    2_monsieur j’aimerai bien que tu me fait confiance et d’envoyer l’inspection de santé pour que tu voit toi même la réalité ,,il ya des passion qui souffres beaucoup car le médicament sort de l’hôpital comme si il est rien passé .
    3_monsieur pour te confie cette lettre a toi il ya des preuves qui preuves t’aider par ex: les syndicats le coordinateur et mêmes des chef médecins qui sont au courants bonne courage




    0
  • Congrès du Changement Démocratique