Édition du
23 March 2017

Transition démocratique : le Maroc devance l’Algérie et l’Égypte

Transition démocratique : le Maroc devance l’Algérie et l’Égypte

L’ARI a évalué dix pays arabes

In Afrik.com

mardi 30 mars 2010 / par René Dassié

L’Initiative de Réforme Arabe (ARI) a présenté lundi, à Paris, son rapport sur l’évolution de la transition démocratique dans dix pays arabes, pour l’année 2008. Basé sur des critères internationaux, ce dernier est le fruit du travail effectué dans chaque pays par des institutions locales. Il mesure les moyens institutionnels mis en place en faveur de la démocratie, et les compare aux pratiques réelles, en affectant une note à chaque cas. Dix États arabes ont été évalués dans ce rapport, dont trois pays africains. Le Maroc devance l’Algérie et l’Égypte et arrive deuxième au classement général, juste derrière la Jordanie, et le Yémen est le dernier. La démocratie progresse dans peu de pays arabes.
Le Maroc est le premier pays arabe sur le continent africain, en termes de passage vers des institutions démocratiques. C’est la conclusion à laquelle est parvenu l’Initiative de Réforme Arabe (ARI), une institution qui mesure les efforts d’évolution démocratique dans le monde arabe. L’’objectif de ce travail : « Influencer le processus de transition démocratique en fournissant à ses défenseurs issus du monde arabe un système qui leur permette d’en surveiller de près l’évolution, dans une perspective comparative et dans la durée », d’après la note de présentation de son dernier rapport, qui a été dévoilé lundi à Paris, lors d’une rencontre avec la presse.

Sur dix pays objets d’une étude couvrant la période de janvier à décembre 2008 dans dix pays arabes [1] dont trois en terre africaine (Maroc, Égypte et Algérie), le Maroc termine deuxième au classement général juste derrière la Jordanie, tandis que l’Égypte occupe la troisième place, et l’Algérie, la cinquième.

Encore des efforts à faire

Le score obtenu par les trois pays africains signifie qu’ils ont non seulement adopté des textes positifs, mais aussi que la confrontation de ceux-ci avec les pratiques réelles de gouvernance permettent d’induire une progression ou une régression. L’Égypte par exemple, s’inscrit dans une démarche progressive : elle a gagné une marche par rapport à la précédente étude, celle de 2007, qui se limitait à huit pays, où elle occupait la quatrième place. « C’est la meilleure progression en terme de score juste après le Liban », lit-on dans le rapport. Idem pour l’Algérie qui est passée de septième sur huit à cinquième sur dix en l’espace d’un an.

Toutefois, bien que deuxième dans le classement actuel, le Maroc connaît une « légère baisse dans son total des points », les indicateurs comme le traitement des prisonniers, la liberté de réunion et de manifestation, et la sécurité des personnes ayant plombé sa progression. Pour autant, le royaume chérifien est en bonne voie. « Il y a quelques semaines, l’Union européenne et le Maroc ont célébré leur premier sommet. Le Maroc est en progression constante. Nous lui avons accordé un statut avancé qui se traduit par des droits privilégiés avec l’Union européenne », a commenté, lors de la présentation du rapport, Christian Jouret, Chef d’unité Task Force Moyen-Orient-Golfe Arabo-persique-Méditerranée, au Conseil de l’Union Européenne.

Cependant, beaucoup d’efforts restent à faire par les trois pays africains, s’ils souhaitent un jour être considérés comme de vraies démocraties. L’ARI observe en effet que de fortes disparités existent entre la volonté de réformer affichée par ces pays, et la situation réelle des droits de l’homme, gage de véritables avancées démocratiques. C’est pour cela qu’elle a formulé à leur égard plusieurs recommandations. Elle suggère ainsi au Maroc, entre autres, de consacrer davantage d’argent à son système éducatif, pour enrayer l’abandon de leurs études par les jeunes ; de permettre une plus libre expression de la presse d’opposition. Le roi gagnerait de son côté à déléguer davantage de pouvoirs au parlement et au gouvernement.

Six grandes recommandations sont faites à l’Égypte. Les principales sont le respect des droits et des libertés individuelles, la cessation des tracasseries et des tortures policières en croissance ces dernières années selon le rapport, et la liberté syndicale. Toutes ces recommandations s’appliquent aussi au cas algérien, où les autorités doivent en outre s’investir encore plus dans le financement de l’éducation, de la sécurité sociale, et s’atteler à diversifier l’économie de leur pays, qui actuellement repose presque exclusivement sur les rentes pétrolières.

Une initiative faite par les arabes pour les arabes

Lancée en 2005, l’Initiative Arabe de Réforme ou Arab Reform Initiative (ARI) est le fruit de la jonction en un même réseau de quatorze instituts de recherche indépendants. Elle comprend neuf centres de recherche implantés à travers le monde arabe (allant du Maroc au golfe Persique), quatre en Europe et un aux États-Unis. A travers un grand éventail d’activités et publications conduites en commun, l’ARI œuvre à stimuler les capacités arabes de recherche, articuler les visions du changement qui viennent de l’intérieur de la région pour mieux les faire entendre à l’extérieur, et encourager les débats publics dans le monde arabe et dans les pays concernés à divers titres, par les affaires de la région. Elle utilise comme personnes ressources des universitaires, des membres de la société civile, des statisticiens et des experts en sondages des pays enquêtés.

Dans sa méthode de travail, l’ARI utilise l’Index de démocratie arabe (IDA), qui n’est autre qu’une extension de l’expérience menée en Palestine, par deux instituts locaux, le Centre palestinien des études et recherches et le Centre palestinien des recherches politiques et générales. Pour évaluer l’évolution démocratique dans un pays, cet index prend en compte quarante critères. Un large éventail d’appareils de mesures reconnus sur le plan international, dans lequel on retrouve entre autre : l’observation de la séparation des pouvoirs, la liberté de la presse, l’indépendance de la justice et son accessibilité aux citoyens, la corruption, la liberté de manifester, la condition des prisonniers, les droits des femmes, l’éducation, la sécurité sociale et les garanties contre les tortures.

Les informations utilisées par l’ARI sont collectées aussi bien à travers les textes officiels des réformes entreprises par chaque pays, que de la collecte des données permettant d’évaluer la mise en application de ceux-ci, et des sondages d’opinion.

[1] Yémen, Arabie Saoudite, Liban, Jordanie, Koweït, Palestine, Syrie, Maroc, Algérie, Égypte


Nombre de lectures : 8976
46 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    31 mars 2010 at 9 h 46 min - Reply

    In Afrik.com

    Interview de Salam Kawakibi, senior researcher à l’ARI, basé à Paris

    Il a participé à la coordination et la mise en forme finale du rapport sur les réformes dans les pays arabes.

    Afrik.com : Comment les rapports de l’ARI sont-ils accueillis dans les pays arabes ?
    Salam Kawakibi : Au début, nous avons pensé que nos rapports pouvaient aider les décideurs, leur donner des outils de travail et de réflexion. Mais finalement, on s’est rendu compte que ces décideurs, la plupart du temps, ne lisent pas nos rapports. C’est plutôt les citoyens, les scientifiques, les activistes des droits de l’homme, les industriels, les gens qui travaillent dans la vie de tous les jours qui veulent avoir une idée de la perception du pays qui s’y intéressent véritablement. Peut-être développent-ils de leur côté des réflexions qui peuvent s’adresser à leurs décideurs. Mais peut-être aussi y-a-t-il des exceptions, des décideurs qui lisent nos travaux. Mais lorsqu’on observe les retombées de nos rapports, il y a plus d’impact sur la société civile, sur le corps scientifique que sur les décideurs.

    Afrik.com : Qu’est-ce qui selon vous garantit la crédibilité de ces rapports ?
    Salam Kawakibi : Tout d’abord, c’est le premier travail fait sur l’état de la démocratie dans les pays arabes par des équipes de recherche locales. Nous avons bien sûr des critères pour sélectionner ces équipes. Ce sont des chercheurs, des activistes des droits de l’homme qui prennent en considération la situation internationale, et bien sûr, se basent sur les documents, les lois – c’est le plus important, et l’application de ces lois. Ces gens-là sont crédibles au sein des organismes pour lesquels ils travaillent. Il y a des professeurs de sciences politiques, des avocats, etc. Ce n’est pas évident pour eux, mais ils arrivent à travailler sur des bases scientifiques. Ils ne prennent pas position. Mais cela va de soi, quand on lit les résultats de leurs travaux, les conclusions sont évidentes.

    Afrik.com : pourquoi seulement trois pays arabes africains – l’Algérie, l’Égypte et le Maroc – sont-ils pris en compte ?
    Salam Kawakibi : Nous aimerions bien avoir tous les autres pays dans ce rapport. Chaque année, nous étendons un peu plus notre rayon d’action. L’année dernière c’était huit pays. Cette année on en a dix. Comme vous le savez, la particularité de notre rapport c’est de ne pas se baser sur des informations venant de l’extérieur, mais de l’intérieur même des pays. Il faut pour cela que des conditions de travail permettent aux équipes de travailler de l’intérieur même des pays en toute indépendance, pour fournir des informations exactes, qu’elles soient positives ou négatives. Il y a donc des difficultés à collecter les informations ; des difficultés à repérer les chercheurs qui s’engageraient à faire ce travail indépendamment des institutions officielles.

    Afrik.com : Est-ce à cause de ces difficultés que la Tunisie ne figure pas dans votre rapport ?
    Salam Kawakibi : A vrai dire, nous n’avons pas essayé de travailler avec la Tunisie, parce que nous avons commencé avec les pays où il y a une possibilité de s’afficher en tant qu’initiative pour une réforme. Et il y a encore des pays où le seul mot « réforme » pose problème. Ils considèrent la réforme comme une ingérence extérieure alors que nous sommes une initiative arabo-arabe. Donc le mot fait peur. Mais nous espérons, et c’est vraiment un appel à nos collègues tunisiens, qu’ils adhèrent à notre initiative, que ce soit des institutions scientifiques ou des organisations non-gouvernementales, pour aider à développer ce rapport en Tunisie même, avec l’approbation des autorités. Nous ne cherchons pas à travailler contre la volonté des autorités. Mais nous ne voulons pas non plus être influencés par elles.

    Afrik.com : Globalement peut-on dire que la démocratie avance dans le monde arabe ?
    Salam Kawakibi : Malheureusement non. Il y a très peu de pays où il y a eu une progression. Il y a par contre beaucoup de pays dans lesquels il y a régression. C’est le cas de la Palestine et du Yemen.

    Afrik.com : Comment vos travaux sont-ils financés ?
    Salam Kawakibi : Le Centre arabe pour une réforme c’est plusieurs projets. Par exemple il y a des projets sur la situation de la femme, sur les jeunes. Chaque projet cherche ses financements. Mais je peux dire que nous sommes toujours indépendants de nos bailleurs. Nous ne faisons pas d’études suite à une demande. Nous faisons des projets qui sont ensuite soumis aux sponsors que sont les organismes de développement et les fondations.




    0
  • L’observateur
    31 mars 2010 at 11 h 18 min - Reply

    Afrik.com : Comment vos travaux sont-ils financés ?

    La question est restée dans le flou artistique: qui sont ces « organismes de développement »? Quid des fondations?
    C’est important, pour rester dans la transparence et la crédibilité, d’être clair et précis. Botter en touche,éluder la question laisse le lecteur attentif dans l’expectative. C’est mon cas.




    0
  • karima
    31 mars 2010 at 11 h 34 min - Reply

    Cela m’etonne sachant que les Sahraouis subissent enormement a cause du Maroc.Il y a la une petite touche francaise peut-etre juste pour narguer l’Algerie.Un jeu que les Francais aiment bien.Sinon bravo le MarocNous combattons le terrorisme seuls et c’est les autres qui profitent de notre combats sans remerciements.Tant pis pour nous.Nos politiques et intellectuels font la sieste.




    0
  • js
    31 mars 2010 at 11 h 50 min - Reply

    Le Maroc est juste derrière la …Jordanie. Eh bien nous n’avons qu’a introniser Boutef et nous serons les troisièmes…!!!???




    0
  • js
    31 mars 2010 at 13 h 58 min - Reply

    @ l’Observateur.
    Vous avez entièrement raison. Ce doit etre les royaumes qui les financent.




    0
  • Salah Bouzid
    31 mars 2010 at 16 h 38 min - Reply

    La façon dont Bouteflika s’est offert un troisième mandat a fait reculer l’Algérie dans le domaine de la transition démocratique.




    0
  • nomade
    31 mars 2010 at 17 h 57 min - Reply

    s’il y a demodratie au pays du makhzen pourquoi les marocains continuent a fuir leur pays?
    les marocains ont peur de critiquer leur system mkhzeniste meme s’ils se trouvent a 10 000 km du maroc tellement ils sont reprimes.ils ont peur d’etre denonces et
    reprimes a leur retour.
    s’ils sont regroupes autour d’une table d’un cafe ils ne disent que du bien de leur roi et leur systeme de peur d’etre vendu par un des presents .ils sont habites par une peur bleue. ils sont charognards envers leur voisin a l’est,leur seule critique c’est l’algerie.

    les tunisiens , oui, j’ai rencontre beaucoup qui critiquent ben-ali et sa dictature. ils admirent les algeriens dans leur combat liberateur.

    Adm: Je déplore ce genre de généralisation, particulièrement lorsqu’il agresse la dignité de tout un peuple. Nos frères, j’allais dire nos compatriotes, Marocains, ne sont pas comme vous les décrivez. Ne vous fiez pas à certains commentaires de caniveau que vous trouvez à profusion dans certains forums. Les Marocains ne sont pas différents des Algériens. Il y a de tout chez eux. Tout comme nous. Une multitude moutonnière, et d’innombrables individualités qui montent au créneau. J’en connais qui sont particulièrement opiniâtres dans leur combat pour plus de démocratie chez eux. Et puis, pour parler vrai, à nous comparer avec le Maroc, nous en Algérie, nous ne faisons que reculer, jusqu’à atteindre les abysses, alors que le Maroc, malgré ses nombreux travers, ne fait qu’avancer vers plus de démocratie, vers plus de justice sociale, malgré la rareté des ressources naturelles. Le Maroc, par le génie de ses gouvernants, le dynamisme de ses industriels, la formidable ardeur de ses masses laborieuses, réussit à faire vivre tout le pays, en exportant dans le monde entier des produits de grande qualité, et en assurant une quasi indépendance alimentaire. On pourrait critiquer le mode touristique qui s’y pratique, souvent au détriment de certaines valeurs du peuple marocain, mais il est facile de critiquer, lorsqu’on vit exclusivement sur ses seules ressources naturelles. L’Algérie dépend à 98 % de ses ressources hydrocarbures, au moment où le Maroc crée sa richesse avec son génie et son labeur. Et en plus, il est contraint, à cause de la course aux armements que lui impose le régime d’Alger, de consacrer une part énorme de ce qu’il produit pour l’acquisition d’armements, pour se maintenir au niveau de l’Algérie, parce qu’il craint, à juste raison, que les fous qui nous dirigent, ne finissent par provoquer un irrémédiable conflit. Sans cette frénésie d’armement du régime d’Alger, qui croit que l’arsenal qu’il amasse l’imposera en puissance régionale, pour faire trembler ses voisins, après avoir massacré ses propres ressortissants, le Maroc aurait pu consacrer des centaines de millions de dollars à éradiquer la misère de ses ressortissants les plus démunis. Mais tant va la cruche à l’eau…
    Vous me pardonnerez de vous avoir dit les choses comme je les pense, mais la fraternité sincère que j’éprouve pour nos compatriotes Marocains, et le rêve que j’entretiens au fond de mon cœur de vivre dans un Grand Maghreb unifié, fraternel, sans frontières, débarrassé à jamais de ces haines irraisonnées, m’a commandé de réagir à votre commentaire. N’y voyez aucune animosité à votre égard. C’est juste que pour moi, un Marocain ou un Tunisien sont tout aussi chers qu’un Algérien.
    Cordialement
    DB




    0
  • js
    31 mars 2010 at 18 h 36 min - Reply

    @Salah Bouzid.

    Ou avancer dans la démocratie si l’on suit le cheminement de cet article. 🙁




    0
  • Résigné
    31 mars 2010 at 20 h 33 min - Reply

    Mais pourquoi voulons-nous que les Marocains critiquent leur roi ou la royauté ?
    Pour les marocains, le roi et la royauté est le socle de leur nation est identité.
    Demander aux marocains de critiquer le roi ou la royauté reviens à leur demander de se renier.
    Nous, les Algériens, nous pouvons pester contre notre président et le traiter de tous les noms car ce président est appelé a être changé, pas le roi.
    Donc, de grâce, demandons pas au marocains d’insulter le roi, par contre la majorité d’entre-eux, comme les Algériens, critiquent l’état lamentable dans lequel se trouve leur royaume.
    Comme les Algériens sont fédérés par la mémoire des
    1 500 000 de martyrs, les marocains le sont par la mémoire de leurs rois successifs.

    Vive l’Algérie
    Vive le Maroc




    0
  • Salah Bouzid
    31 mars 2010 at 21 h 43 min - Reply

    Voici les recommandations specifiques a l’Algerie dans le rapport annuel de cette initiative, ce qui rejoint tout ce qui se dit par tous:

    « Algeria ranks fifth in means and in practices. It is, hence, close to Morocco. The weakness in the process
    of democratic change in Algeria is especially clear in the practices of respect for rights and freedoms,
    Therefore, our recommendations for Algeria are:
    1- Enlarge monitoring of security agencies to stop abuse of detainees, and increase efforts to
    solve the issue of missing persons, which has affected Algeria in the past decade.
    2- End the administration’s arbitrary and persistent rejection of a constitutional right for
    citizens to organize themselves in political parties, syndicates, and associations, and to license
    newspapers.
    3- Ensure that audio-video media is not monopolized, as it is now, by the state, and that
    independent media and journalists are not pressured by publicity, prison, threats of prison,excessive financial fines, or other means.
    4- Grant political parties, syndicates, and NGOs permission to express their demands and
    concerns peacefully, through the right to demonstrations and peaceful sit-ins.
    5- Enhance public institutions by ensuring that they obey the constitution; by ensuring greater
    transparency in elections; by improving means to fight corruption; and by combating
    favoritism in public sector employment.
    6- Make the most of the current financial surplus by paying more attention to issues of
    education, health care, and labor, and by diversifying the Algerian economy rather than relying
    on the single resource of oil. »

    ===========




    0
  • Ammisaid
    31 mars 2010 at 23 h 31 min - Reply

    L’Algérie,le Maroc, La Tunisie, La Mauritanie et La Lybie sont différents comme sont différents les cinq doigts d’une main ou les cinq orteils d’un pied. Droite ou gauche, peu importe ! Droit ou gauche peu importe ! Selon que ce soit la main ou le pied !




    0
  • karima
    1 avril 2010 at 12 h 56 min - Reply

    Nous devons nous unir pour les memes interets,le Gran-Maghreb est tres important pour les generations futures.Transcendons les futilites et les enfantillages




    0
  • nomade
    1 avril 2010 at 17 h 33 min - Reply

    @DB , RESIGNE ET KARIMA

    je n’ai jamais essaye de rabaisser le peuple marocain qui a enfante le lion de l’atlas abdelkrim el-khattabi ,mehdi benbarka , fqih el-basri et jil el jelala.
    mon idee a ete mal formulee pour dire ce que je constate autour de moi, chaque fois quand j’aborde avec mes freres marocains des sujets relatifs a la situation au maroc la plupart d’entre eux evitent d’en parler .
    j’en suis jaloux de ces 25 pays europeens, malgre leur differences sont parvenu a abolir le passeport entre les frontieres.
    je ne voulais en aucun cas rabaisser le maroc devant l’algerie, mon pays lanterne rouge dans tous les domaines .
    l’algerie et la somalie competitionnent ferocement pour la derniere place .

    mon age m’interdit de frequenter les forums xenophobes entre maghrebins bien que je suis tombe sur des commentaires abjects sur youtube.
    quant au makhzen il est connu pour sa lachete legendaire envers ses citoyens et ses voisins: algerie 63, essahra el-gharbia 76.on ne frappe pas quelqu’un qui est deja a terre.

    quand je defends mon pays ca ne veut pas dire que je defends le regime crapuleux d’alger et que j’approuve sa course a l’armement . cette course a l’armement n’est qu’un by-pass pour l’industrie militaro-americano-sioniste pour ecouler leur produits et pousser les peuples a s’entretuer tout en protegeant le makhzen et le regime des dafistes.’tu m’achetes ces armes et je te protege contre tout soulevement populaire »
    developpement du maroc: l’economie du maroc basee sur des capitaux etrangers est aussi faible que la notre le jour ou ces capitaux trouveront meilleurs marches et « cheaper labor » ils partiront.

    vive la mauritanie, le maroc,l’algerie,
    la tunisie,la libye et l’egypte des peuples.

    Adm: c’est une position qui nous honore tous. DB




    0
  • cherif.ab
    2 avril 2010 at 7 h 29 min - Reply

    à Nomade : comme dit le dictons arabe, ton discourt  » Ainou el hikma » en francais approximative le noyau de la sagesse.
    defender son pays ce n’est jamais insulté les autres, personnellement je ne voix pas que le Marco est un pays democratique, En algerie on se bat pour la democratie donc on peut etre democratique c’est une question de temps Ce type de rapport veut qu’on reste la ou on ait voir reculer vers une monarchie? Le but de ces rapport c’est d’intimider la volenté des peuples et les desorionter de leurs objectifs.
    Je ne croix pas trop au rapport venant de nul part oua el feham yfhem.




    0
  • IDEM.31
    4 avril 2010 at 8 h 41 min - Reply

    Nous savons ce que vaut l’Algérie par rapport à tous les pays arabes,donc nul besoin de cette « ARI » pour venir nous donner des leçons sur la démocratie.Je dirai même à cette « ARI » d’avoir plus de courage et d’aller enquêter en Palestine,en Irak,en Afghanistan,au Sahara Occidental,d’aller voir aussi du coté Basque(France et Espagne)….etc,et nous ramener un rapport détaillé sur ces grandes DEMOCRATIES et sur leurs agissements barbares,sauvages et criminels.Je ne m’attarderai pas sur le sujet car il ne demande pas reflexion.Nous avons nos problèmes,certe,à nous de les résoudre et entre Algériens.Salutations.




    0
  • BRAHIM
    4 avril 2010 at 14 h 43 min - Reply

    Les « spécialistes » qui peuvent faire un classement en matière de démocratie entre le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Lybie ou l’Egypte (par exemple)sont vraiment très, très fort. Pour moi, ils sont simplement tous de « bons derniers ».




    0
  • Fahem D.
    5 avril 2010 at 20 h 52 min - Reply

    Sa7itu toutes et tous,
    Pour que les résultats d’une pareille étude soient recevables et éligibles à une discussion sereine, il y a 2 conditions sine qua non à satisfaire: l’objectivitivité et le crédit de l’observateur et l’accréditation scientifique de ses outils et de sa méthodologie. Si l’un ou l’autre de ses « ingédients » fait défaut, la soupe servie n’aura aucun autre rôle que de mystifier et de se refaire une virginité, pour quelques jours de plus, pour une poignée de dollars bien placés par ses commanditaires.
    En dehors, d’éléments vérifiables pouvant dissiper valablement le doute, on peut s’interroger prudemment sur les conclusions en gardant en mémoire la lucide et militante interview de notre frère et compatriote d’Afrique du nord de l’est, le docteur tunisien Marzouki Moncef, reprise ici même sur LQA et toujours à l’affiche sous le titre « Dictatures du monde arabe ».
    Pour revenir au premier présupposé, il ne faut pas oublier que souvent, si ce n’est toujours, les ministères de l’intérieur et les services de police politique des dictatures d’ici, d’à côté ou d’ailleurs, ne tolèrent généralement et n’accordent d’agréments à une organisation, une association ou à un journal, que s’il y a « bien en dedans » au moins un « rapporteur fidèle, influent et actif » qui peut jouer au plus démocrate jusqu’à l’ultime inévitable séquence qui lui fera tomber le masque et tout faire voler en éclats.
    Depuis quelques semaines, on peut lire à plusieurs endroits, des écrits vendant en la louant, en termes relatifs car en termes absolus ce serait trop merga, la royauté alaouite. Cela pourrait relever de la commandite « régulière » si ce n’était la grande offensive à l’échelle de tout le nord de l’Afrique, où des velléités de dynasties familiales commencent vouloir prendre racines et ramifications. Curiosités. Curoysités.
    Le Maroc d’m chich (m6) n’a encore rien à envier à celui de son tyran de géniteur, 7asan(g) d’os (h2). C’est toujours la même molécule putride d’alchimie antidémocratique qui est servie en guise d’ordinaire quotidien à nos soeurs et frères de l’ouest. Les agents des muxabarate du mexzen ne sont en rien plus humains que ceux qui sévissent partout ailleurs dans les pays « classés » ou pas encore dans ce drôle de hit-parade des forfaitures contre leurs propres peuples.
    Les services marocains dont certains éléments ont infiltré, ceux de leurs collègues et pairs algériens, déjà à l’époque du malg, n’ont rien d’enfants de choeur: le sort qu’ils ont réservé à Mehdi Ben Barka, Lah yere7mu, qu’ils ont dissout dans de l’acide, leur aide dans l’assassinat de 3Abane Ramdane Lah yer7mu, la guerre, en traître, des sables de 1963, l’occupation militaire du Sahara occidental et le refus de l’autodétermination au peuple de ce territoire, les conditions humiliantes réservées aux autres opposants ( se référer au témoignage entre autres, de Ahmed Marzouki sur  Tazmamart, fermée depuis mais certainement remplacée par tant d’autres déjà existantes) sont quelques unes de leurs basses besognes. La corruption, l’humiliation et l’intimidation généralisées sur chaque pouce carré de sa terre que subit, ce peuple fier, les agissements des services du royaume contre les expatriés même dans leurs pays d’accueil, en France et en Hollande entre autres sont autant d’éléments que rappellent celles et ceux qui luttent bravement pour un état de droit, à l’instar de leurs autres soeurs et frères, ami(e)s et allié(e)s de tous les pays faisant partie ou non de cette bien curieuse échelle.
    Toujours à propos de notre voisin de l’ouest « monté » en exemple, voici ce qu’on peut lire, tout de suite à la page sur les droits de l’homme au Maroc sur Wikipédia:

    « … Le 2 mai 2007, l’Organisation non gouvernementale Comité pour la protection des journalistes, basée à New York, dans son rapport annuel sur « les 10 pays où la liberté de la presse s’est la plus détériorée », écrivait que le Maroc avait régressé en termes de liberté de la presse en 2007 après avoir été considéré parmi les plus avancés de la région[2]. Dans ce rapport, le Maroc était désigné, avec la Tunisie, comme le pays arabe qui emprisonne le plus de journalistes… »

    Quant au régime égyptien, dont l’état d’urgence qu’il a institué, au vrai sens du terme, prive depuis 1981 (29 ans, 1/3 de siècle d’obscurité), les partis et les citoyens de toute forme de liberté de participation à la gestion des affaires de leur peuple et de leur pays, « armé » d’un code « électoral » inique et unique dans le monde et avec tant d’autres sinistres pratiques et particularités antidémocratiques qu’il soutient et exporte partout ailleurs dans les pays, qui hélas comme le nôtre, font encore partie de « sa » zone d’influence soit 5ème et devance l’Algérie ne doit pas faire plus plaisir aux démocrates et aux dignes enfants de l’Égypte qui ne cessent de chercher la moindre brèche pour vivre libres et en démocratie. Pour tous les peuples oprimés, les régimes qui les dépossèdent de leurs droits humains sont tous pareils. Ils sont tous 1ers. Kif kif boureaux, kif kif aghyul, kif kif bourricots.
    Qui croire ?
    On aimerait bien savoir de celles et ceux qui nous ont jeté aux yeux, pour nous aveugler davantage (?) ces lumineuses conclusions sur le classement entre la peste, le choléra et la tuberculose doublée chacune de son pesant antidémocratique, s’ils ont recueilli l’avis des jeunes 7eraga algériens, marocains, égyptiens etc. et s’ils ont été faire un tour du côté d’ El 3Ayoun, au Sahara occidental (l’ont-ils inclus dans l’étude?) ou dans le Sinaï, non loin des frontières de Gaza.
    Selon la théorie des dominos, qui n’est pas tout à fait invraisemble, il suffit qu’une partie de notre peuple unique et indivisible, se libère pour que tout le reste suive, même avec un certain temps de latence. Alors franchement, combien de gens auraient souhaité que Ya Reb, vraiment nos frères de l’ouest, l’ont fait, le3quba lina. Mais, hélas, c’est encore une vue de l’esprit, un mirage de mar(o)keting suivi un peu plus bas d’une vacherie muxabarakienne.
    Le jour où on verra un seul de nos, rien qu’un seul, jeunes mettre une chaloupe à la mer pour revenir, dans l’autre sens, dans sa terre d’origine, là on commencera à accréditer l’idée d’une démocratisation et d’une libération réelles sous ces cieux. En attendant, le nombre de citoyens qui quittent pour aller ailleurs, en pays non musulmans, non africains et non moyen-orientaux, est effarant. L’hémorragie continue, d’est en ouest, du sud vers le nord. Mais toujours en attendant, la pub ça paie et ça se paie à grande ou à courte échelle.

    Salutations concitoyennes.

    Dziri normal




    0
  • Fahem D.
    7 avril 2010 at 21 h 49 min - Reply

    Sa7itu toutes et tous,
    Voici un reportage que l’on peut lire sur le journal « Le Monde » paru dans l’édition du 08/04/2010.
    Il se rapporte à la liberté d’expression au Maroc, fameux numéro 1 du fumeux hit-parade.
    Bonne lecture.
    Dziri normal

    « REPORTAGE : Les blogueurs marocains se retrouvent dans le collimateur des autorités
    Rabat, Casablanca Envoyée spéciale

    Après deux mois et neuf jours passés en prison, Boubaker Al-Yadib a été remis en liberté, lundi 5 avril. Le blogueur marocain avait été arrêté, puis condamné à six mois d’emprisonnement par le tribunal de Guelmim, dans le sud du pays, pour avoir notamment diffusé sur Internet les photos d’une manifestation réprimée, en décembre, dans un village. Un mois plus tôt, un autre blogueur, arrêté pour les mêmes raisons, El-Bachir Hazzam, avait lui aussi recouvré la liberté. Mais pas le patron du cybercafé qui a écopé d’un an de prison ferme, ramené à huit mois en appel.

    A 8 heures par e-mail, recevez la Check-list, votre quotidien du matin
    Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 1 mois offert
    Presse écrite modeste, Internet en expansion

    300 000 exemplaires de quotidiens ont été vendus au Maroc en 2008, selon les chiffres de l’OJD Maroc (Organisme de justification de la diffusion).

    191 000 exemplaires pour les hebdomadaires s’ajoutent à ce chiffre. Avec 13 lecteurs pour 1 000 habitants en moyenne, d’après Jamal Eddine Naji, universitaire spécialiste des médias, la presse est un marché modeste.

    80 000 blogueurs existent, mais tous ne sont pas actifs, selon Saïd Benjebli, le président de l’Association des blogueurs. Cette dernière, créée en 2009, revendique 300 blogueurs membres.

    6 millions d’internautes, selon plusieurs estimations, sur la trentaine de millions d’habitants.

    Sur le même sujet
    Point de vue
    Maroc : liberté pour Kaddour Terhzaz, par Patrick Baudouin et Henri Leclerc
    Compte-rendu Droit de l’homme : Human Rights Watch critique le pouvoir marocain
    Edition abonnés Archive : Maroc : remaniement ministériel Créée voilà moins d’un an, l’Association des blogueurs marche sur les traces de la presse et, comme elle, subit les foudres des autorités. En juin 2009, cette association s’était mise en tête de contrôler, avec force reportages, les élections municipales, et avait créé pour cela un site. En août 2009, elle a diffusé le sondage sur le bilan du roi Mohammed VI, du magazine Tel Quel – qui sera saisi -, auquel s’était associé Le Monde.

    Quelque 2 000 internautes avaient adhéré au groupe lancé pour l’occasion sur Facebook. En janvier, elle a lancé « la semaine de deuil de la presse », en signe de protestation contre les procès qui pleuvent sur les rédactions.

    Non reconnue par l’administration – et donc illégale -, l’Association des blogueurs rassemble des adultes de toutes tendances qu’elle forme à l’écriture et aux reportages, bien décidée à faire bouger les lignes. « Nous avons peu de moyens mais beaucoup de projets », affirme son président, Saïd Benjebli, 30 ans, un ancien islamiste, selon lequel jusqu’à sept blogueurs sont passés par la prison. « Un blogueur, c’est un journaliste-citoyen, et notre rôle est de ne pas le laisser sans encadrement », appuie Najib Chaouki, bloggeur et représentant du bureau de l’association qui se définit comme « laïc et athée » et qui est également membre du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI).

    L’émergence de cet espace militant, cette « zone de non-droit », selon l’expression du ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Khalil Naciri, inquiète. « Nous ne voulons pas sévir, mais notre marge de manoeuvre est étroite, déclare le ministre. Je dois protéger une démocratie naissante. »

    « Ces blogueurs sont des intégristes ! » s’indigne Jamal Eddine Naji, un universitaire spécialisé en communication et coordinateur de la commission du dialogue national Médias et société. Créée à l’automne 2009 dans le but de réformer le Code de la presse, cette instance a inclus dans ses travaux parlementaires la « blogosphère ». « Nous y sommes allés le premier jour, mais 40 % des membres de la commission appartiennent au PAM [parti de l’authenticité et de la modernité], le parti du roi, souligne Najib Chaouki. Le problème, ce n’est pas la société et la presse, mais le palais royal et la presse. »

    De fait, depuis des mois, les désaccords n’ont cessé de grandir entre le pouvoir et les journalistes. Procès, amendes records, journaux saisis ou poussés à la fermeture, ont nourri la chronique de la crise. Le quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum reparaît sous un autre titre depuis trois mois, mais n’a jamais pu récupérer ses locaux toujours placés sous scellés ; le Journal hebdomadaire francophone, étranglé par ses dettes et confronté à la réduction drastique de ses recettes publicitaires, a dû mettre la clé sous la porte en février. Et le directeur d’Al-Michââl, Driss Chahtane, purge toujours, depuis cinq mois, une peine de prison pour avoir fait paraître des articles désobligeants sur le chef d’Etat algérien Abdelazziz Bouteflika, et la santé de Mohammed VI, malgré les appels répétés de son épouse, enceinte, au pardon royal.

    « Est-ce que la presse insulte, diffame ? Oui, mais c’est à la justice de régler ça, or aucun procès ne respecte les conditions d’un procès équitable », souligne Khalid Jamaï, ancien journaliste, père d’Aboubakr Jamaï, l’un des fondateurs du Journal hebdomadaire. « Ces procès sont bidons », lâche Abderrahim Jamaï, avocat homonyme qui a souvent défendu la presse – sans jamais gagner un procès. « C’est difficile à croire, mais ça marche sans règles, soupire Ahmed Benchemsi, directeur de la publication de Tel Quel. Il faut savoir humer l’atmosphère. » Le magazine francophone, et sa version arabe Nichane, qui a déjà connu cinq procès, deux saisies, une interdiction, doit souvent composer avec les « lignes rouges ».

    « Il n’y a pas de sujets tabous, mais il faut savoir choisir ses termes, affirme Younes Moujahid, secrétaire général du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM). Le roi ne veut pas de caricature, pas de Guignols chez nous. Pas d’informations non plus sur la vie privée et il ne faut pas blesser ni être vulgaire. » Un code que les blogs au Maroc, qualifiés de « poubelles de la presse » par M. Moujahid, transgressent. Or, faute de travail, de plus en plus de journalistes s’y retrouvent.

    L’association des blogueurs est « une sorte d’activisme journalistique », décrypte Driss Ksikes, ancien rédacteur en chef de Tel Quel qui, après une condamnation à trois ans de prison avec sursis, a préféré se tourner vers le théâtre pour garder sa liberté. « Nous sommes dans une sorte de néo-patriotisme où l’on cherche à vendre de l’image, ajoute-t-il, et où toute critique ou velléité de critique est perçue comme une brèche. » Khalid Jamaï a cette formule sur la presse qui sonne juste : « Nous sommes devenus l’opposition et le pouvoir nous traite comme tel. »
    Isabelle Mandraud « 




    0
  • nomade
    9 avril 2010 at 20 h 11 min - Reply

    tzipi livni, la sioniste , a massacre la population ghazaoui avec des bombes au phosphore et pour recompense elle a recu une invitation de la part du makhzen pour passer quelques jours de repos merites au maroc.a son arrive ont lui a deroule le tapis rouge.une forfaiture sans nom.




    0
  • ahmed
    14 avril 2010 at 11 h 37 min - Reply

    entant que marocain je vous dis que la monarchie c’est pas une obligations mais un choix et le roi mohamed 6 c’est comme un père de famille et il a toujours cherché a protèger sa famille et en a jamais hésiter a critiqué notre gouvernement mais en le critique n’on pas pour l’écarté du pouvoir mais juste pour l’aidé a faire les bons décision dans l’avenir nous les marocain on respect touts les peuples mais en n’aime personne




    0
  • rachid 2
    14 avril 2010 at 17 h 06 min - Reply

    Bravo notre regime , il faut le reconnaitre bien malicieux , a bien su entretenir la haine contre les marocains à travers meme ses opposants … dee qu’on parle du maroc certains se dechainent … on dirait que ce pays est notre pire ennemi alors chers amis cessez d’Etre influencé per l’ ENTV ? alors allez visiter le maroc et apprenez la tolerance chez eux …




    0
  • Rbaoui
    14 avril 2010 at 22 h 38 min - Reply
  • rachid 2
    15 avril 2010 at 15 h 40 min - Reply

    Desolé mais c est la pure verité quand je vois notre intello Maaroufi que je connais tres bien et que je respecte beaucoup d’ailleurs , reprendre les memes termes que ces bandits au pouvoir sur france 24 il y a de quoi s’inquieter sur l’avenir du bled …la meme langue de bois que ce regime mafieux qui a foutu l’Algerie parterre …




    0
  • Sharif Hussein
    15 avril 2010 at 22 h 52 min - Reply

    Boukharrouba et ses acolytes d’héritiers qui colonisent l’Algérie jusqu’à maintenant ont fait tout le possible pour créer une haine et une rupture artificielle entres marocains et algeriens qui ne sont en définitif que deux composantes du meme peuple.
    Je pense qu’ils ont échoué malgré trois décennie de matraquage médiatique et les tentatives du lavage des cerveuax orchestrés par leurs média,ENTV,Elmoujahid et autres.Et c’est prévisible pour des gens qui ont échoué tout ce qu’ils avaient entrepris sur tous les plans economiques,politiques et socials.
    Cependant et malheureusement,les monsenges à force de répitition,trouvent preneurs.C’est donc compréhensible pour nous marocains qu’ils aient beucoupp d’algeriens-une minorité tout de meme-induis en erreur,qui considérent le Maroc,et non pas Israel,le pire ennemi de l’Algérie.

    Je vois quand-meme que dérriere certaines critiques virulentes non justifiés et des attaques exagérer(Hassan-2 et Mohammed-6 des tyrans par exemple)se cache un anti-marocanisme inavoué de certains qui ne veulent pas admettre les graves impostures et forfaitures et donc la resposabilité de Boukharrarrouba et ses acolytes des dégats énormes qu’a subit notre peuple(algero-marocain) à cause de leurs penchant pour les aventures et leurs nullité comme hommes d’Etat.

    Je comprend en revanche,mais je ne partage pas l’opposition et l’aversion radicales aux monarchies,des extrémistes de gauche et autres anti-mondialistes.
    Moi meme j’ai parmis mes amis de long date,une majorité de sympathisants de cette mouvance.Leurs opposition totale à la monarchie est réstée la meme qu’il ya 25 ans.Je les ai toujours entedu exprimer leurs critiques les plus virulentes envers le Makhzen jusqu’à l’insulte en plein public à l’univérsité dans les caffés et partout,et au plus fort des annés de plomb.
    Le problème c’est qu’au Maroc toutes les oppositions à la monarchie sont restées élitaire et minoritaire dans la socièté malgré le vacarme qu’ils reussissaient à occasionner de temps en temps.

    La vrai question à poser,si on veut pas faire diversion est celle-ci:
    Pourquoi la monarchie marocaine,malgré toutes ses tares et ses limites,malgré ses detracteurs à l’intérieur et à l’etranger,reste toujours aussi populaire auprès de la majorité ecrasante des marocains?.

    Wallaho a3lamo wassalam.




    0
  • Rbaoui
    17 avril 2010 at 6 h 19 min - Reply

    @Sharif Hussein
    La vrai question à poser,si on veut pas faire diversion:
    Pourquoi la monarchie marocaine,Jordanienne,Saoudienne,Le Roi Kaddafi,Benali,Moubarak le Pharaon sont toujours aussi populaires ?
    Au Maroc comme dans les autres pays cites ci-dessus les oppositions sont restees elitaires.
    Des qu’il sagit de denoncer ces regimes on nous parle de haine c’est la technique des sionistes et de l’antisemitisme.
    Le peuple algerien n’a jamais eu de haine pour le peuple marocain.




    0
  • Yacine
    18 avril 2010 at 16 h 07 min - Reply

    Une monarchie reste populaire parce que si un minable ramène sa fraise et demande son remplacement par un régime républicain, il est gentiment conduit devant les tribunaux de Sa Majesté pour formaliser sa séquestration, il sera jeté dans les geôles royales le temps qu’il retrouve le saint-amour de la monarchie.

    Remarque les mêmes lois de l’amour et de la popularité, s’appliquent entre les souverains – présidents et leur sujet citoyen. Les médias sont faits pour formater les cerveaux et conditionner les coeurs pour le roi et le président arabe (surtout) quel qu’il soit.

    Règle number one: Ne jamais jurer d’une situation dans un pays non démocratique où les médias lourds et l’appareil judiciaire sont étroitement contrôlés par le régime.

    Une blague que m’a racontée un marocain au temps de H2 nassarahou Allah:
    Un jour un marocain voulut acheter un beau cadre pour le suspendre dans son salon. Il s’aventura chez un marchand de tableaux d’art. Parmi les tableaux il remarqua plusieurs portraits de Sa Majesté, il comprit que le magasin n’arrive pas à écouler ses tableaux. Ensuite, indécis sur le choix, il consulta le propriétaire qui vient de finir avec un autre client. Le marocain demanda quel tableau ira le mieux pour son salon. Le propriétaire, roublard, proposa le tableau du roi. Le client ne l’entendait pas de cette oreille et ne voulut pas mélanger la politique avec l’art. Le propriétaire insista et dit: « regarde, l’autre client est un chrétien et a payé le prix fort pour prendre un tableau de Jésus-Christ « . Le client s’approcha de lui et dit à voix basse :  » si tu as un tableau avec H2 crucifié, je t’en donne le double du prix… »

    Je vous dis ça très amicalement sans vouloir provoquer. Il y a des tas de blagues sur tous les souverains…

    Connaissez-vous l’histoire de l’élève, mordu du football, qui, un jour au temps de M6, avait écrit sur le tableau de sa classe : « Allah, Alwatan, Barça ».
    Cette histoire n’est pas une blague…

    Amicalement




    0
  • Sharif Hussein
    18 avril 2010 at 20 h 23 min - Reply

    Bonsoir@yacine.
    Toute les blagues sont les bienvenues.L’ironie et le sarcasme sont des traits caractéristiques des Imazighen comme ils le sont en Europe pour les peuples slaves.

    « Allah,Alwatan,LBarça » en effet n’etait pas une blague et elle a couté à son auteur des démelés avec les autorités.A l’origine c’etait un « Allah,Alwatan,Arraja » scandait par les supporters du Raja de casablanca,à la fin de chaque hymne et surtout à l’occasion des Derbys contre le Widad,histoire de narguer H2 qui en etait un supporter notoire.

    A mon avis la façon avec la quelle les medias marocains surtout la TV Aloula,qui s’est specilisée dans le suivi des activités royales,nuit gravement à l’image de la monarchie.Sans le vouloir,les médiocres qui la dérigent,reussissent à donner du Maroc l’image d’une monarchie bananière,ce qui n’est pas le cas à mon avis.Moi qui ai de la sympathie pour l’institution monarchique j’en suis dégouté.
    Avoir de la sympathie pour l’institution ne veut pas dire chanter les louanges du Roi du moment.Je ne me sent pas dans l’obligation,par exemple, de cautionner toutes les forfaitures et qui sont nombreuses de H2.On meme temps je pense qu’il etait,malgré ses limites un vrai HOMME D’ETAT,l’anti-Boukharrouba,l’opposé de Boukharrouba l’aventurier qui n’a jamais reussis sa conversion de magouilleur professionel en homme d’Etat.Et je le considére,et c’est un avis personel,comme le résponsale morale et direct de l’impasse où se trouve l’Algérie aujourd’hui et de l’etat de pourissement avancé du Maghreb Amazigh.

    @Rabaoui
    Ma cousine Amiatou Haidar a déclaré il ya quelque jours que le Maroc est en entrain de pérpétrer un génocide au Sahara,c’est donc inutile d’aller jusqu’au fin fond de la Californie pour débusquer un extrémiste de gauche qui profère des bétises à l’encontre d’un pays qui lui meme admis de n’avoir jamais visité.
    Il veut nous libérer de la monarchie,sans avoir demandé notre avis,et il n’a trouvé de mieux que s’attaquer au gagne pain des centaines de milliers de familles.
    C’est en développant ses types de logiques stupides que les extrémistes de gauche ont pérdu toute crédiblité et ont finit par faire le vide autour d’eux.

    NB:J’appelle désormais A.Haidar ma cousine parce que j’ai decouvert recemment qu’elle appartient à la branche CHTOUKA de la tribu des Izerguiens qui copmte aussi la branche des Ait-Said.
    Moi aussi je suis Chtouki,appartenant à la branche des Chtouka installée dans le Souss(region d’Agadir).
    A signaler une autre branche des Chtouka qui peuple une zone à 100 Km au sud de Casablanca.
    J’en suis fier,nous sommes une véritable nation.

    Wallaho a3lamo wassalaam.




    0
  • Mohamed Jabara
    18 avril 2010 at 21 h 06 min - Reply

    @ Sharif Hussein.

    Je me demandais, puisque je suis descendant d’un cousin germain de Driss 1er roi du Maroc, si j’avais des chances d’etre roi un jour la bas.

    Je voudrais bien l’etre vous savez. J’aurais tout ce que peut désirer un homme, je n’entre pas dans les détails.

    Le problème c’est que Driss 1er et mon ancètre , son cousin sont tous deux originaires du Sahara occidental, c’est l’Histoire qui le dit et que des gens de Tizi Ouzou en sont originaires donc des Amazighs et de partout en Algérie et je pense que meme au Maroc des gens viennent du Sahara Occidental et peut etre meme en Tunisie et en Lybie.

    Est ce ce une raison pour dire que le Sahara Occidental est Algérien, ou Tunisien ou Lybien ? Certainempent que non sinon j’aurais le droit de dire que je suis Roi du Maroc.

    D’autre part si des Imazighen proviennent du Sahara occidental, comment se fait il que Driss premier et son cousin, mon ancetre, qui en viennent ne sont pas Imazighen.

    La réponse pour moi réside dans la falsification de l’Histoire. Le pouvoir en Afrique du nord était réservé à la caste des chorfas, comme c’est encore le cas chez vous à l’heure actuelle au motif que leur arbre généalogique remonte à Sidna Mohammed (saaws), à travers Ali pour notre cas.

    C’est le respect que les musulmans autochtones vouaient à la famille du prophète qui permettait le pouvoir. Et aubaine pour les aventuriers, qui ne craignent pas de falsifier leur généalogie, ça a permis beaucoup de gabegies.

    Salutations fraternelles. Et surtout ne te fache pas.




    0
  • l.leila
    18 avril 2010 at 22 h 34 min - Reply

    Bonsoir,
    @ Mohamed JABARA, Ce que disait une vieille Algérienne, descendante d’une tribu des Chorfas de l’Est  » Houkam oumahakmouch … » Il me semble que les Chorfas algériens passaient seulement par le Sahara occidental, en revenant d’El-Andalous.
    Mes salutations




    0
  • rachid 2
    19 avril 2010 at 18 h 15 min - Reply

    j etais au maroc et je suis convaicu que l’affaire du sahara concerne tous les marocains et pas seulement leur roi et c est tout a fait legitime compte tenu des raisons historiques et ce n est pas qu’une bande de pillards d’Elmouradia en manque de legitimité et meprisant le peuple algerien qui vont defendre les pauvres et naifs sahraouis …




    0
  • Sharif Hussein
    23 avril 2010 at 18 h 18 min - Reply

    @M.Jabara.

    Il n’ya aucunement de quoi se facher.
    Vous exprimez vos opinions,sur lequelles j’ai des réserves ou je suis carrément en désaccord,mais vous le faites toujours avec beaucoup de corréction et de politesse.Et j’ai trouvé l’attaque dont vous avez fait l’objet dérnièrement inutilement violente et injuste.dont solidarité.

    -Driss 1er ne venait pas du sahara.A l’époque elle etait peuplé uniquement de Tourègues Snahajas(Iznaguen de leurs vrai nom) non encore islamisés. C’etait(Driss 1er) un arabe qui a échappé aux massacres pérpétrer par les Abbasides contre leurs ennemis aprés leurs prise du pouvoir au Machrek.
    Il s’est refugié à Telmecen dans un premier temps puis à Zerhoun(à coté de Fes)en suite.
    Deux tribus amazighs de la zone,les Ourbas et les Ourghas,probablement fraichement convertis,l’ont proclamé Imam,aprés avoir constaté son érudition en théologie islamique.Ils l’ont ensuite proclamé roi pour mener leurs projets « expansionistes » au dépens d’autres régions,et c’etait Telmcen leurs première conquete.

    -Vous dites que le Sahara occidental n’est pas algérien.Je pense que vous etes en erreur.En plus du Sahara,le Maroc et la Mauritanie aussi sont algériens et vice versa.Ces trois pays forment un espace homogène par sa composition ethnique tribale culturelle et religieuse.
    Donc Boukharrouba,au lieu de créer de toute pièce une entité qui a pour role principal celui de faire office de « caillou dans le botte marocaine »,s’il(Boukharrouba) avait tenté d’annexer le Maroc et la Mauritanie,il aurait été plus crédible et cohérent à mon avis.

    -Je suis d’accord avec vous pour dire que les autochtones ont beucoup de dévotion pour le prophète et beucoup de respect pour ses descendants les « Chorfas ».
    C’est là une des raisons pour laquelle la monarchie marocaine est largement popoulaire.

    Wallaho a3lamo Wassalaam.




    0
  • houlm
    25 avril 2010 at 10 h 23 min - Reply

    Ceux parmi les algériens qui, dans cet espace, ont exprimé des critiques contre le Maroc, contre son peuple, contre son Roi et contre ses institutions ne connaissent pas réellement de quoi ils parlent. Ils sont simplement sous l’influence de la propagande officielle du pouvoir algérien qui entretient un lourd contentieux avec le Maroc à propos du Sahara marocain et des frontières Est.
    Pour être juste et crédible, il faut venir visiter le Maroc et constater de visu ce qui s’y passe…Ceux qui ont tendance de critiquer sous influence ou sur commande finiront par constater que la 2ème place attribuée au Maroc est plus que méritée. On ne prétend pas avoir la démocratie de l’Angleterre, mais on est bien sur la bonne voie grâce à la volonté du Roi et du peuple.
    Pour ce qui des « polisariens », ils n’ont qu’à reconnaître leur tord de s’être laissés manipuler pour des raisons géostratégiques obscurs, plier bagages et rentrer chez eux, au Maroc, où ils peuvent jouir de leurs droits, construire leur avenir et celui de leurs enfants et contribuer au développement et à la démocratisation de leur pays.
    Si le Maroc et l’Algérie sont encore loin de fonder une démocratie parfaite, c’est à cause du pouvoir algérien qui privilégie l’esprit de domination à la concorde entre les peuples.
    Je suis sûr et certain que les deux peuples, marocain et algérien, seront un jour en mesure de fonder ensemble la démocratie commune la plus flamboyante du monde sous peu que les genres « Bouguettaya » et « Bouteflika » les laissent faire…




    0
  • aboudouma
    19 mai 2010 at 20 h 36 min - Reply

    Adm: Je déplore ce genre de généralisation, particulièrement lorsqu’il agresse la dignité de tout un peuple. Nos frères, j’allais dire nos compatriotes, Marocains, ne sont pas comme vous les décrivez. Ne vous fiez pas à certains commentaires de caniveau que vous trouvez à profusion dans certains forums. Les Marocains ne sont pas différents des Algériens. Il y a de tout chez eux. Tout comme nous. Une multitude moutonnière, et d’innombrables individualités qui montent au créneau. J’en connais qui sont particulièrement opiniâtres dans leur combat pour plus de démocratie chez eux. Et puis, pour parler vrai, à nous comparer avec le Maroc, nous en Algérie, nous ne faisons que reculer, jusqu’à atteindre les abysses, alors que le Maroc, malgré ses nombreux travers, ne fait qu’avancer vers plus de démocratie, vers plus de justice sociale, malgré la rareté des ressources naturelles. Le Maroc, par le génie de ses gouvernants, le dynamisme de ses industriels, la formidable ardeur de ses masses laborieuses, réussit à faire vivre tout le pays, en exportant dans le monde entier des produits de grande qualité, et en assurant une quasi indépendance alimentaire. On pourrait critiquer le mode touristique qui s’y pratique, souvent au détriment de certaines valeurs du peuple marocain, mais il est facile de critiquer, lorsqu’on vit exclusivement sur ses seules ressources naturelles. L’Algérie dépend à 98 % de ses ressources hydrocarbures, au moment où le Maroc crée sa richesse avec son génie et son labeur. Et en plus, il est contraint, à cause de la course aux armements que lui impose le régime d’Alger, de consacrer une part énorme de ce qu’il produit pour l’acquisition d’armements, pour se maintenir au niveau de l’Algérie, parce qu’il craint, à juste raison, que les fous qui nous dirigent, ne finissent par provoquer un irrémédiable conflit. Sans cette frénésie d’armement du régime d’Alger, qui croit que l’arsenal qu’il amasse l’imposera en puissance régionale, pour faire trembler ses voisins, après avoir massacré ses propres ressortissants, le Maroc aurait pu consacrer des centaines de millions de dollars à éradiquer la misère de ses ressortissants les plus démunis. Mais tant va la cruche à l’eau…
    Vous me pardonnerez de vous avoir dit les choses comme je les pense, mais la fraternité sincère que j’éprouve pour nos compatriotes Marocains, et le rêve que j’entretiens au fond de mon cœur de vivre dans un Grand Maghreb unifié, fraternel, sans frontières, débarrassé à jamais de ces haines irraisonnées, m’a commandé de réagir à votre commentaire. N’y voyez aucune animosité à votre égard. C’est juste que pour moi, un Marocain ou un Tunisien sont tout aussi chers qu’un Algérien.
    Cordialement
    DB

    reponse:
    je vous remercie pour le sens de la responsabilité et de ala ponderation par lequel vous dirigez ce forum .
    Je vous remercie aussi pour les sentiments que vous portez au maroc et aux marocains et je vous assure de la meme amitié et du meme respect de la part de tous les marocains ….mêmes ceux, ici ou ailleurs s’adonnent au denigrement de l’algerie soeur .
    Unis par le sang, par la foi et par la culture , il n y aura de place dans nos coeur que pour la fraternité le respect et l’entraide !
    encore merci pour votre geste d’apaisement qui m’a beaucoup touché.
    Fasse dieu panser nos blessures et nous debarrasser des parasites qui nous empechent de progresser et de prosperer.




    0
  • Mohamed J.
    20 mai 2010 at 3 h 13 min - Reply

    Ascendance de SIDI NAIL
    @ Sharif Hussein.

    C’est un plaisir de discuter avec vous.

    Je m’étais trompé.

    Sidi Nail, souche des Ouled Nail dont je suis originaire, descendait de Moulai Idris el Kebir. Ses quartiers de noblesse sont établis, avec une scrupuleuse exactitude, par la généalogie suivante, qui comprend celle du Prophète :

    Généalogie établie par Achmawi 1678

    Ahmed Nail fils d’Abd Allah, fils d’Omar, fils d’Irsoul , fils d’abd Essslam , fils de Mechih, fils de bou bakr , fils d’Ali, fils de horma , fils d’aissa , fils de Imlah , fils de merouan , fils de haydara, fils d’Ali, fils de Mohammed, fils d’Ahmed, fils d’Abdellah, fils de moulai idris II , fils de moulai idris 1er , fils d’abd allah , fils de Hassan, fils de Hassan, fils de Seyd Ali , fils de fatma fille du prophète Mohamed. fils d’abd allah , fils de hachem , fils d’abdmounaf , fils de kecei , fils de kab , fils de merra , fils de kab , fils de sonei , fils de medleb , fils de fihr , fils de malek , fils de nadir , fils de kenane , fils de khezima , fils de medraka , fils d’el-ias , fils de mader , fils d’azer fils de meàd , fils d’adnane .

    Généalogie établie par Arnaud 1872

    Mohamed Nail fils d’Abd Allah , fils de Abou leith , fils d’abd Elkrim, fils de ben amer , fils de mohammed, fils d’ali , fils d’abd Essslam , fils de bou bakr , fils de haroua , fils d’aissa , fils de salem , fils de merouan , fils de haydara , fils de moulai idris II , fils de moulai idris 1er , fils d’abd allah , fils de mohammed , fils d’el hoceine , fils de Seyd Ali , fils de fatma fille du prophète Mohamed.

    Généalogie établie par l’Imam Messaoudi Si Atya 1980

    Mohamed Nail fils d’Abd Allah , fils d’Allal, fils de Moussa , fils d’abd Essalam, fils de Ahmed, fils d’allal , fils d’abd Essslam , fils de Mechih, fils de bou bakr , fils d’Ali, fils de horma , fils d’aissa , fils de sellam , fils de mezouar , fils de haydara ,fils de Mohammed, fils de moulai idris II , fils de moulai idris 1er , fils d’abd allah , fils de Hassan, fils de Hassan, fils de Seyd Ali , fils de fatma fille du prophète Mohamed.

    Si on se réfère à ces Historiens, l’affaire est simple. Le problème en afrique du nord c’est que l’Histoire à été toujours faite au gré des gouvernants. Et donc attacher du crédit à cette Histoire ne va pas sans risques.

    Voici une autre version ou ils viendraient du Sahara Occidental.

    Bachounda c’est un nom rare. Pour se faire une idée il y a deux familles en Europe
    Une autre au Maroc une grande famille au nord algérien et une autre grande au sud algérien a Djelfa précisément.
    Les origines des Bachounda c’est la tribu des Ouled nail – de la ville Djelfa précisément.

    Les Ouled Nail sont une grande tribu qui se dit venir de la Saquiya el Hamra c’est une région qui se trouve actuellement au Sahara Occidental

    Les Ouled Nail :

    Ashmawi 1678, dit que Sidi Abdellah El-kherchoufi est l’ancêtre des Erahama des Ouled Nail qui sont dans le Sahara, et que Ahmed ben Abdellah El-kherchoufi laissa trois enfants: Abou Lith, Es-Seknaoui et Abderahmane.
    Arnaud 1872, indique comme fils de Sidi Nail : Ahmed, Zekri,Yahia et Malik. Ce dernier ancêtre de Si Mhammed, Saad, Yahia et Aamer.

    Messaoudi Si Atya 1980, indique comme fils de Nail : Aissa, Zekri, Abou lith, Yahia et Malik, mais ce Malik serait pere d’Ahmed.
    Le père de Salem, ancêtre des Ouled Si Mhammed, Saad ben Salam, Yahia ben Salam et Amer, étant un Malik ben Yahia ben Yahia ben Nail.

    Les Tribus des Ouled Nail :
    Quand les fils de Sidi Nail eurent à leur tour des enfants, il fallut bien, pour vivre, chercher d’autres ressources que les pâturages environnant Ain Rich.
    * Abou Lith, Es-Seknaoui et Abderahmane, partirent vers le Nord. Cet éloignement les coupa pratiquement de leurs frères :
    Abou Lith vers les Beranes, Es-Seknaoui en Kabylie, et Abderahmane dans les Babors.
    * Les enfants de Zekri allèrent vers le Sud-Est et s’établirent autour d’Ouled Djellal (Biskra) et Boussaâda.
    Les fractions d’ Ouled Zekri sont : Ouled Harkate, Ouled Rabeh, Ouled Rahmane, Ouled Ahmed, Ouled Khaled.
    * Les enfants de Yahia restèrent autour de Ain Rich, mais bientôt, ils se subdivisèrent encore :
    Les Ouled Fredj « Fredj ben Abdellah ben Yahia ben Nail » s’établirent au nord de cette région (entre Djebel Sahari et Boussaâda), il y étaient en contact avec les Ouled madhi, Les Bou Aich et les Sahari.
    Les Ouled Aissa, se divisent en Ouled Aissa Cheraga (Boussaâda) et Ouled Aissa Gheraba (Djebel Boukahil).
    Les ouled Aissa Gheraba se composent des Ouled Oum El-Akhoua, Ouled Aifa, Ouled el-Aouar.
    * Les enfants de Malik s’infiltrèrent dans le Zahréz (nord de Djelfa, autour de Hassi Bahbah, Zaafrane et Ain Maabed.). Malik n’eut qu’un enfant Salem, dont les fils fondèrent les tribus des Ouled Yahia ben Salem, des Ouled Saad ben Salem et les Ouled Aamer ben Salem (à Bousaada).
    Les Ouled Saad ben Salem se composent de trois grandes tribus : les Ouled Reggad, Ouled Khenatha, et les Ouled Toaba.
    Le quatrième fils de Salem ben malik est Abderahmane, fut un célèbre marabout, et ne laissa qu’un enfant Mhammed (d’ou le nom des Ouled Si Mhammed), il épousa trois femmes : Oum-Hani, Dia, Cheliha.
    De Oum Hani on a une seule tribu, Ouled Oum Hani,
    De Dia on a deux tribus, Les Ouled Bouabdellah (Ouled Bouchareb, Ouled Dneydina, Ouled Laggoun ..), et les Ouled Abdelkader (Ouled Cheybout, Ouled Chamekh, Ouled Djeddi..).
    De Cheliha on a deux tribus, Les Ouled Si Ahmed (Ouled Kaki, Ouled Cherif, Ouled Slim.), et les Ouled El-Ghouini (Ouled El-gherbi, Ouled Bouragba, Ouled Abdenabi, Ouled el Arya, Ouled El Arbia..).

    Alors ou va ta préférence mon cher cousin ?




    0
  • benmostefa allemagne
    22 mai 2010 at 21 h 32 min - Reply

    wach men demokratia. les pauvres marocains ont peur de critiquer sa majeste el-rei prince des croyants (amir el-mouminine) (talek er-rahba fi echaab el maghribi. merci




    0
  • benmostefa
    23 mai 2010 at 10 h 50 min - Reply

    (ay djamaa matensouch) la democratie est un luxe dans le monde arabes? merci




    0
  • Sharif Hussein
    2 juin 2010 at 20 h 47 min - Reply

    @Mohamed jabara.
    Dans l’Histoire du sahara dite occidental(la Mauritanie comprise) on peut distinguer deux périodes.
    L’une qui va de l’antiquité jusqu’au 16ième siècle depuis lequel commence une autre qui dure à nos jours.
    Pendant la première période ce térritoire qui englobe l’actuel SO et la Mauritanie etait peuplé de Touaregs(Imachighen)divisés en plusieurs tribus dont la plus illustre etait celle des Iznaguen(Sanhaja en arabe) qui etait la tribu de Youssef Ag Tachfine.
    Ces tribus ont été islamisés par des missionaires venus essentiellement de Fèz pendant et aprés le régne des Idrissides.L’Isam à cette époque(9 et 10ième siècle) restait confiné dans des villes telque Fez et Tanger.Il faut rappeler ici que l’oeuvre majeur des idrissides etait celle d’avoir entamé l’islamisation des vastes compagnes par la formation et l’envoie de dizaines voire centaines de missionaires vers les les endroits les plus reculés du pays.

    La 2ième période c’est celle de l’arrivée sur ce térritoire au 16ième siécle des Beni Hassan et Ben Ma39il deux branches des beni Hilal.
    Les arabes(minoritaire) et les Tuoaregs(majoritaire) ont vecu pendant plusieurs décennies(voire siècles) cote à cote avant de fusionner dans un métissage qui a donné lieu à la socièté appelée « Albidhan ».C’est ainsi que les sharaouis et les mauritaniens apellent leurs culture et leurs socièté(Moujtamma3 lbidhan).
    Ils parlent un créole à mi chemin entre l’arabe et la tamachekt avez un fort accent Touareg.Et dans leurs culture on constate des traits tantot arabe( la passion pour la poésie par exemple), tantot touareg,comme le statut présigieux de la femme dans la sociètè,heritage de la culture et la socièté matriarcale des Touarègs.Leurs tribus portent en majorité des noms Touaregs comme les Tekenna,les Ait Oussa,Tajakant,Izerguiènne,Ouled Tidrarine…ect.

    Il est de tradition chez ses tribus (come d’autres tribus au Maroc de fair référence à un ancètre(Jadd)dont on vènére le tombeau et autour duquel on organise un Moussem,dit AMOUGGAR(le sinonyme amazigh de Moussem) par les sahrouis.
    Mais dans ces cas il s’agit de « JADD » spirituel,généralemnt le missionaire(parfois descendant des Chorfas) qui les a islamisé.C’est comme ça qu’on trouve des tribus Toauregs(ou Amazighs en général),qui font référence à des « Jadd » idrissides.
    Les chorfas parmis ces missionaires donnaient généralement une lignée de descendants parfaitement intégrés dans leurs tribus adoptives.c’est ainsi qu’on trouve au Maroc beaucoup de chorfas qui parlent la Tamazight comme langue maternelle.

    En fin pour les Ouled Nail il ya deux hypotèses:
    -Si leur émigration est survenu avant le 16ième siècle alors ils etaient des Ait Nail de sang Sanhaja à hauteur de 99%.
    -Si en revanche cette émigration est survenu plut tard il est fort probable qu’ils soient issus de « Ilbidhan »(le métissage Arabo-Tuoarèg) avec un sang Sanhaja à hauteur de 85% arabe à hauteur de 14% et le restant 1% comme souvenir de leurs ancètre idrisside.

    Wallaho a3lamo wassalam.




    0
  • Mohamed J.
    3 juin 2010 at 20 h 23 min - Reply

    @ Sharif Hussein.

    Je retiens deux choses de ton post:

    1- Que l’Histoire du Grand Maghreb est objet de controverses et est appréciée différement selons les différentes tendances impérégnées par l’école publique dans les différents Etats, pour ne pas dire pays.

    2- Que tu semble dire si tu admets les versions Historiques, que j’ai citées, que Idriss premier n’est pas arabe puisque tu affirmes qu’il ne vient pas du Sahara alors que tu affirmes le contraire pour Sidi Nail dont les témoignages histiques concordfants le rattachent à lui à travers la généalogie.

    J’en reviens donc à redire que l’Histoire du Maghreb n’est pas une mince affaire et qu’elle a été tellement triturée par les pouvoirs successifs depuis des siècles mais également par les populations dont certaines bien qu’amazighes voulaient se faire passer pour « chorfas » apparentés au prophète, dans un souci de noblesse ou de façon à se positionner favorablement dans la société.

    Salam.




    0
  • mo
    4 juin 2010 at 14 h 56 min - Reply

    Que de haine;de venin dévérsés sur le Maroc et les marocains; mais « allah ghalab » ça fait + de 3 décennies que le pouvoir Algérien fait du lavage de cerveaux et conditionne tout un peuple comme le faisaient les Russes dans leur glorieuse époque rouge;sur la haine du voisin de l’ouest; est ce que c’est la faute aux marocains si l’Algérie a subi + d’un siécle de colonisation? Est ce que c’est la faute aux marocains si les gouvernants Algériens ont échoué dans la conduite des affaires du pays malgré les ressources colossales dont ils disposent?
    Pour revenir au classement des ONG et leurs rapports; il faut les prendre pour ce qu’ils sont;du papier justificatif pour ceux qui les rédigent afin de se faire un peu d’argent et justifier leur travail, tantôt ils sont favorables aux uns tantôt aux autres; ça change quoi si c’est le Maroc qui est 1ier ou dernier? Il n’y a pas de quoi fouetter un chat; tous les régimes arabes de l’Atlantique au golfe Arabique sont pourris corrompus & soumis; que se soient les monarchis ou les république hèriditaires.Ce qui est choquant c’est de trouver des serviteurs de ces dictateurs qui nous gouvernent; qui se croient plus démocrates que les démocrates; qui donnent des leçons aux autres et qui encouragent par leurs écrits dans différentes tribunes et forums; même s’ils ne sont qu’une minorité; ils sont très nuisibles, ils encouragent ces dictateurs à continuer leurs oeuvres déstructrices & aprés eux leurs progénitures ou dans certains cas leur frère!!!!.
    Et si on arrête un instant de nous injurier et nous insulter;par presse intérposée,et qu’on se posent les bonnes questions?
    1°- Pourquoi les européens;qui ont subi des siècles de guerre qui ont engendré des millions de morts, ont réussi à s’entendre à faire un marché commun une monnaie unique et ils ont réussi à faire tomber les frontières entre eux?
    2°- Pourquoi nous les arabes que tout nous réunis; la religion; la langue et les coutûmes; on arrive pas à nous entendre sur le minimum: à ne pas nous hair!!!?
    3°- Pourquoi les peuples arabes n’arrivent même pas à s’entendre sur ce qu’ils ont en commun: l’héritage laissé par notre religion les hadiths de notre prophete sallah allahou alih ouassalam?




    0
  • Sharif Hussein
    6 juin 2010 at 21 h 54 min - Reply

    Assalam à tous le monde.
    @Mohamed.J.
    Idriss-1 etait un arrière petit fils de Alhassan ibno Ali et Fatima fille du prophète de l’Islam.Ses origines ne sont pas objet de controverses entre historiens.Si vous taper sur google Idriss premier ou Idrissides vous aurez une apperçu sur sa saga.
    Je ne met pas en doute l’origine idrisside et donc chérifienne des Ouled Nail.Je peux en revanche avancer des hypothèses sur les circonstances qui ont amenés leurs ancétre idrisside à s’etablir dans une région qui est resté exclusivement Touarègue jusqu’à au 16ième siècle.

    A ce que je sais aucune tribu amazighophone ne se réclame des chorfas.Mais il se trouve qu’il y en a celle qui font référence à un « Jadd » spirituel(je souligne spirituel) qui est lui d’origine chérifiènne.
    Parfois au sein de ces tribus on trouve certaines familles ou tout un clan qui sont des chorfas et traités comme tel par les autres clan de la tribu.Génèralement ses chorfas parlent les dialèctes de leurs régions comme langue maternelle mais ils maitrisent aussi l’arabe classique parceque c’est à eux qu’échoit la fonction de l’Imamat dans leurs tribus adoptives.

    Comment ces chorfas se sont-ils installés au sein de ces tribus qui parfois peuplent des régions lointaines comme le sahara?.
    Moi je prend l’exemple des chorfas Alaouites(la dynastie atuelle du Maroc) et les chorfas Saadiens ou semlalites qui sont originaires de ma région dans le Souss marocain.
    Dans le cas des Alaouites la version la plus vraisemblable veut que des notables d’une puissante tribu amazigh installé dans le Tafilalet profitant d’un pélrinage à la Mecque ont sollicité et obtenu d’une famille des Chorfas qu’en leurs confit un de leurs membre érudit en théologie pour en faire l’imam de leurs tribus.Naissait ainsi la lignée des chorfas Alaouites.On raconte aussi que certains descendants de ce cherif alaouite venu de la Mecque ont participé aux compagnes militaires menées par les Almoahades en Indalousie au 12ième siècle.ça nous conduit à supposer que son arrivée au Maroc remonte au minimum au 11ième siècle ou peut-etre avant.C’est une période ou on ne peut trouver un seul arabe dans un rayon de mille KM.Donc je pense que les descendants de ce chérif-qui a épousé certainement une femme amazigh du lieu comme Idriss.1-ont parlés la Tamazight de leurs tribu adoptive(au sein duquelle formaient le clan des chorfas) comme langue maternelle pendant plusieurs générations.

    Les chorfas saadiens et semlalites eux sont originaires du Souss (la vallé du Draa et l’anti-Atlas),une région amazighophone et qui l’est resté jusqu’aujourdhui.
    Je n’ai pas idée de la période et le comment de l’installation de ces chorfas saadiens dans cette région.En tout cas ils ont réussis entre le 15 et le 16ième siècle à féderer les tribus du Souss pour l’enmener à la conquète du Maroc et une partie de L’Algérie actuelle.
    Les chorfas semlalites eux à la tete d’une Emirtat ont disputé aux Alaouites l’hégémonie sur le Maroc pour une certaines moment avant d’etre vincu par ces dérniers.Leurs ancètre s’est installé dans l’anti-Atlas il ya 800 ans,c’est à dire à l’époque Almoahade.
    Je suppose que l’instalation des ces chorfas dans ces régions a été sollicité par les tribus du lieu en quette de préstige et de Baraka.
    Il est aussi possible que certains chorfas se sont installés dans ces contrées lointaines par leur propre intiative dans le but d’islamiser ses habitants.Il ne faut pas oublier que des régions sont restées à l’ecart de cette dynamique d’islamisation jusqu’au 12ième siècle.
    L’Islam devenant source de légitimité,je pense que pour une certaine période il y avait une sorte de course vers le cherif entre differentes tribus amazighs.Et qui peut représenter l’Islam mieux qu’un chérif.Je pense aussi que ces tribus ont mis à leurs tete et en avant leurs chorfas pour justifier leurs politiques ou leurs velleités hégémonique à l’encontre d’autres tribus ou d’autres régions.Aujourd’hui on dirait qu’ils les ont instumentalisé.
    Cependant la majorité des chorfas ont mené et mènent encore une vie de cityoen ordinaire.Ils ne sont pas devenu tous de Emirs ou des notables.

    Pour revenir enfin à les Ouled Nail je pense que l’installation de leurs ancètres ibrisside dans le sahara dit occidental peut etre similaire au cas d’autres chorfas que j’ai cité auparavant.
    Les descendants de ce chérif ont certainement formé un clan de chorfas au sein d’une tribu adoptive du lieu pendant plusieurs siècles avant d’émiger vers le nord pour une raison ou une autre,généralement la sechresse ou l’instabilité.
    Ces clans de chorfas ont fait et font toujours partie intégrante de leurs tribus par les us et les cotumes et le parlé,le ba3thisme connaissent pas.C’est une invention des annèes 50.

    Wallho a3lamo wassalm.




    0
  • fatiha
    9 juin 2010 at 17 h 44 min - Reply

    à mo :

    Je suis tombée par hasard sur ton post. Il me semble que le lavage de cerveau se trouve de votre côté. Le peuple algérien n’a aucune animosité envers les marocains « frères » et entre nous se fiche complètement du front « polisario »




    0
  • aboudouma
    9 juin 2010 at 18 h 42 min - Reply

    « Je suis tombée par hasard sur ton post. Il me semble que le lavage de cerveau se trouve de votre côté. Le peuple algérien n’a aucune animosité envers les marocains « frères » et entre nous se fiche complètement du front « polisario » »

    reponse:
    heureux de l’entendre ! mais vos concitoyens ici presents me donnent l’impression du contraire !
    ils font la collection de tout ce qui ne marche pas ( la plupart du temps en mensonge!) à propos du maroc !

    Je ne savais pas que le complexe d’infériorité cause de si horribles degats !




    0
  • Driss
    5 juillet 2010 at 12 h 30 min - Reply

    Après lire certains commentaire je pense que la plus part des gens son jaloux de mon beau maroc vous parlé de notre sahara j’habite a dakhla la sécurité a dakhla c’est mieux que a casa ou a rabat population chaleureux en a un rois jeune qui veut le développement de notre royaume et les ONG sont des organisation NO gouvernementale sa veux dire leur financement est pas par des gouvernement alors arrêté de dire n’importe quoi et essaye d’avance a la place de rien faire et juste parlé
    ps je veux un monde arabe plus démocratique que celui la




    0
  • Mohamed Jabara
    5 juillet 2010 at 19 h 08 min - Reply

    @ Sharif Hussein.

    André Julien est un Historien connu pour l’objectivité de ses écrits. Voila ce qu’il dit sur les Idrissides.

    « Dynastie Idrisside.

    Installation d’Idris au Maghreb extreme. En 788 arrivait à Tanger un fugitif d’orient, Idriss Ibn Abdallah descendant de Ali et de Fatima. Compromis dans une Rébellion des Allides contre les Abbassides, il avait échappé par chance au massacre qui avait suivi le succèdes des Abbassides sur les rebelles de Fakhkh près de la Mecque (786) et accompagné d’un seul affranchi, le fidèle Rachid, avait poursuivi son chemin jusqu’à Tanger, ne pouvant se fixer ni dans l’Ifriquia qui restait fidèle au califat, ni dans le Maghreb central tenu par les Khardjites. Tanger était excentrique ; Il n’y resta pas et devint l’hote puis le chef ou plutôt l’imam (mot du vocabulaire chiite) de la tribu des Awraba fixée autour de l’ancienne cité romaine de volubilis devenue Walila….[…].

    Idriss II et la fondation de Fès. Il ne laissait pas de fils pour lui succéder, mais l’une de ses concubines berbères, Kenza, était enceinte ; Deux mois après la mort d’Idriss elle onnait le jour à un garçon qui reçut à son tout le nom d’Idriss et grandit sous la sauvegarde de sa mère et de Rachid, entouré de la vénération des berbères Awraba qui voyaient en lui l’héritier de la baraka, ce pouvoir bénéfique que se transmettent de père en fils les descendants du prophète.
    L’enfant répondit sans doute aux naifs espoirs qui avaient été placés en lui car dès l’age de 11 ans il était solennellement reconnu comme l’héritier du pouvoir politique de son père. »

    Pages 42-43 Histoire de l’Afrique du Nord Charles André julien.PAYOT, Paris, 1952

    Quant aux Ouled Nail, je crois avoir déja suffisamment parlé d’eux.

    L’Histoire de l’Afrique du Nord est la même partout, mon frère, les pouvoirs la déforment à chaque génération.

    Il faut que tous nous enlevions les oeillères que nous confectionnent les écoles publiques.




    0
  • Mohamed Jabara
    5 juillet 2010 at 19 h 23 min - Reply

    @ Driss

    La démocratie commence par le respect du droit, tout le droit, tant interne qu’externe. Le droit est hiérarchisé de façon à ce que le droit international prime toujours sur le droit interne. Il y a actuellement trois Etats qui ne tiennent pas compte du droit inetrnational: Les états unis, l’Etat d’Israel et le Maroc.

    Dans le cas du Sahara Occidental, le droit international est en faveur d’un référendum des autochtones car il s’agit d’une ancienne colonie Espagnole qu’a annexée le Maroc sans attendre le référendum local prévu par les textes de l’ONU, la Maurétanie qui avait partagé ce territoire avec lui s’est retirée. Si ce territoire était réellement Marocain, expliquez moi pourquoi le Maroc l’aurait partagé avec la Maurétanie ?

    Quant aux droits de l’Homme, je me permet sous un régime comme le notre de critiquer ouvertement le pouvoir alors que chez vous il n’y a pas longtemps des blogueurs ont été emprisonnés. Je ne dis pas que cela ne risque pas d’arriver chez nous, je dis seulement que votre « jeune roi » vous remplit d’effroi, je l’ai vu une foi devant la caméra de télévision Française bousculer « un de SES sujets » qui a été alpagué tout de suite par ses sbires et emmené Dieu sait ou (zzagate 3alih comme on dit chez nous), c’était je crois à la cérémonie de couronnement. « Sa » télévision le montre bien sur sous un jour meilleur.
    Alors etre jaloux, je ne vois vraiment pas de quoi.




    0
  • aboudouma
    6 juillet 2010 at 0 h 52 min - Reply

    Mohamed Jabara dit :
    5 juillet 2010 à 19 h 23 min
    @ Driss

    La démocratie commence par le respect du droit, tout le droit, tant interne qu’externe. Le droit est hiérarchisé de façon à ce que le droit international prime toujours sur le droit interne.
    commentaire:
    tu es en train de faire le premier croc en jambe au droit mon ami !
    C’est l’inverse: c’est le droit international qui se fait casser les dents par le droit interne!
    Autrement comment tu expliques la non application de 75/100 des resolutions de l’Onu et comment tu expliques la gymnastique que s’offrent les pays, pourtant membres de l’ONU , en droit international au nom de la sacro sainte « souveraineté nationale » !

    Il y a actuellement trois Etats qui ne tiennent pas compte du droit inetrnational: Les états unis, l’Etat d’Israel et le Maroc.
    commentaire:
    rien que celà: ta notion du droit est vraiment tres « orientée » ….heureusement le droit et toi etes comme le jur et la nuit: à lui l’objectivité …même relative et à geometrie variable …à toi la subjectivité et l’anti marocanisme exasperé..tellement exasperé qu’il te fait oublier les principes dont tu parles au debut de ton intervention!
    On ne peut impunement parler de droit et condamné comme ça un pays qui est le maroc ! tu sombres dans la boue de l’ideologie FLN !

    Dans le cas du Sahara Occidental, le droit international est en faveur d’un référendum des autochtones car il s’agit d’une ancienne colonie Espagnole qu’a annexée le Maroc sans attendre le référendum local prévu par les textes de l’ONU, la Maurétanie qui avait partagé ce territoire avec lui s’est retirée. Si ce territoire était réellement Marocain, expliquez moi pourquoi le Maroc l’aurait partagé avec la Maurétanie ?
    Je crois que tu fais une lecture du dossier comme le dicte ben lkhade et compagnie ! tu enjambes des realités historisques, culturelles et juridiques qui ont pourtant ete retenues et mentionnées par la cour iternetaionale de justice….tu racontes la version FLN du dossier….cette version ser toujours inooposable en droit parce qu’elle est …..INEPTE.

    A suivre ton raison , quelle atittude tu as dun pays , l’algerie, qui avant l’occupation française , n’etait qu’un bout de territoire sous forme d’une bande , large de 140 km , qui longeait la mlediterranee et qui est devenue par la magie de la France regissuese de territoires qui appartenaient , les preuves existent !, au maroc, à la tunisie, a la mauritanie, au mali au niger et a la lybie?
    Je voudrai bien que tu utilises ton juridissisme pour nous expliquer le statut des territoires « herités » par l’actuelle algerie de mama frança?

    Quant aux droits de l’Homme, je me permet sous un régime comme le notre de critiquer ouvertement le pouvoir alors que chez vous il n’y a pas longtemps des blogueurs ont été emprisonnés. Je ne dis pas que cela ne risque pas d’arriver chez nous, je dis seulement que votre « jeune roi » vous remplit d’effroi, je l’ai vu une foi devant la caméra de télévision Française bousculer « un de SES sujets » qui a été alpagué tout de suite par ses sbires et emmené Dieu sait ou (zzagate 3alih comme on dit chez nous), c’était je crois à la cérémonie de couronnement. « Sa » télévision le montre bien sur sous un jour meilleur.
    Alors etre jaloux, je ne vois vraiment pas de quoi.
    commentaire:
    je crois que toute comparaison entre le maroc et l’algerie dans ce domaine s’arrete :
    tu n’as qu’a compulser les rapports des organisations mondiales specialisees pour te faire une idee….si tu as encore d ela place pour en caser quelques unes! tu donnes l’air que ton crane est bourré,par l’ideologie du FLN.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique