Édition du
26 March 2017

KIDNAPPINGS, RAPTS, VOLS ET AGRESSIONS La Kabylie sombre dans l’insécurité

L’Expression, 10 Avril 2010

Que pourrait faire une population face à un banditisme armé?

Les actes de banditisme rythment le quotidien des populations et leurs nuits aussi. A qui profite cette situation?

La wilaya de Tizi Ouzou souffre d’une affreuse insécurité. La peur est au seuil de toutes les portes. Rien que pendant le premier trimestre de l’année en cours, des dizaines de vols et d’agressions ont été perpétrées. Le fléau ne concerne pas une seule région mais, il est général et touche toutes les communes. La semaine dernière, à Oued Aïssi, un homme, à la soixantaine, a été délesté de son véhicule alors qu’il rentrait chez-lui le soir vers 18h. Un groupe d’individus armés et encagoulés, l’a intercepté et après l’avoir agressé à l’arme blanche, les criminels ont pris la fuite. Depuis, les auteurs se sont évaporés dans la nature.
Les vols de véhicules ne sont pas rares mais, les commerces sont les victimes privilégiées des bandes criminelles écumant la région. Les bijoutiers sont, à cet effet, le butin le plus convoité. Les quantités d’argent générées par ce négoce sont les plus importantes. A Tizi Rached, une bijouterie a été cambriolée en plein centre-ville et en plein milieu de la journée dans la ville de Tizi Ouzou. Plusieurs autres commerces du genre ont été cambriolés en plein milieu de la journée. Cette vague de vols est bien sûr, tout le temps accompagnée d’agressions dans les rues les plus fréquentées. Des femmes et des vieillards ont été détroussés par des bandes de voleurs. En plus de cette crainte, les citoyens sont souvent contraints d’assister, médusés, à des batailles rangées entre délinquants pour des règlements de compte. Dans les zones rurales, autrefois réputées comme lieux de quiétude et de sécurité, la situation n’est hélas, guère meilleure. Les routes sont devenues des pièges pour les usagers. Les faux barrages, après un calme qui a duré quelques années, reprennent dans différentes régions. La nuit, ce sont les maraudeurs et les délinquants qui sévissent à travers les villages. Les nouvelles cités, récemment construites, ne cessent de défrayer la chronique. La prolifération de la drogue parmi la frange juvénile a engendré une violence sans précédent au sein de ces zones urbanistiques modernes. Dans plusieurs communes, les habitants ont été victimes d’agressions et de tabassages pour avoir osé dénoncer le tapage nocturne imposé par ces groupes de délinquants.
Ce même climat permet à des groupes d’opérer dans le grand banditisme. Des vols de véhicules sur les routes jusqu’au vol de bétail. Phénomène à la mode, ces dernières années: les maisons vacantes des émigrés. Ces demeures sont une cible facile pour ces délinquants qui cambriolent en toute impunité en l’absence des propriétaires. Toutefois, si ce banditisme, qui dure depuis une décennie, est relativement maîtrisé par les structures traditionnelles telles les comités de village, il n’en demeure pas moins que le plus grand danger qui risque de déstabiliser la région est sans conteste le phénomène des kidnappings. Ces actes, qui relèvent de la grande criminalité, empoisonnent la vie des populations. Désemparées et abandonnées, celles-ci réagissent spontanément mais se heurtent à beaucoup de difficultés.
Si la mobilisation citoyenne à Iflicen, l’été dernier, a eu le résultat escompté, il reste que les kidnappeurs n’ignorent pas les limites des structures villageoises. Le plus grand exemple de ce désarroi apparaît dans la mobilisation des citoyens de Aït Koufi, à Boghni. Quinze jours sont passés après le kidnapping du vieil entrepreneur mais, sa famille demeure sans nouvelles. Malgré la solidarité des comités de village des cinq communes, la population de Aït Koufi a prolongé quatre fois le délai accordé aux ravisseurs. Que pourrait faire une population face à un banditisme armé? Le seul point à mettre à l’actif de cette mobilisation est sans conteste la victoire sur l’omerta qui entoure ce phénomène. A présent, il apparaît évident que l’étendue de ce mal dépasse de loin ce que rapporte la presse, quotidiennement. Si la situation chaotique est évidente, vécue amèrement et quotidiennement, les raisons sont toutefois perçues de différentes manières. Désemparées, les populations s’interrogent sur l’avenir économique de la région.
En fait, les causes de cette dégradation de la situation sécuritaire sont diverses. En effet, la déliquescence de celle-ci s’est accélérée dans la région avec le départ massif des brigades de la gendarmerie, lequel a succédé aux événements de 2001. L’absence des forces de sécurité a indéniablement permis aux différentes formes de banditisme de prospérer sans aucune inquiétude.
De plus, de fil en aiguille, cette absence a laissé place à la prolifération de toutes sortes de lieux de débauche à travers la wilaya. Cette multiplication de ce genre de commerces illicites a indéniablement été à l’origine de multiples actions de délinquance. Ainsi, cette dernière a eu comme corollaire, le grand banditisme.
Enfin, notons que la situation est éminemment inquiétante. Les enlèvements qui se multiplient laissent les portes grandes ouvertes aux prévisions les plus pessimistes.

Kamel BOUDJADI


Nombre de lectures : 3236
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • citoyen
    10 avril 2010 at 12 h 17 min - Reply

    « la situation est eminement preoccupante »ne la t elle jamais ete dans ce pays mr le journaliste, la kabylie c l objectif du regime une fois cette region pacifié le reste.qd au « ravisseurs »et « kidnappeurs » en tout genre,grande sera la surprise oulach smah oulach.




    0
  • le kabyle
    10 avril 2010 at 13 h 17 min - Reply

    Tout celà est voulu, les gars ! Et c’est loin d’être une simple fatalité… Arrêtons de nous voiler indéfiniment la face ! Sortons TOUS dans la rue pour demander, et de façon PACIFIQUE, un changement radical du système en place depuis 62 en Algérie et même bien avant par les MALGaches… Y en a marre, les mecs !!! La coulpe est pleine…




    0
  • El hadj
    10 avril 2010 at 14 h 29 min - Reply

    Il est sur et certain que la DRS est dérrière tout ça.
    Il n’y a que la kabylie qui fait peur au pouvoir , les autres régions s,en foutent pas mal de l’avenir de l’algérie tant qu’ils ont des mosquées pour prier.
    Ferhat a dit: nous libérerons la kabylie, moi je vais dire, il faut libérer l’algérie entière.
    salam aalikoum




    0
  • Résigné
    10 avril 2010 at 15 h 59 min - Reply

    L’insécurité que vit la population de cette région d’Algérie n’a rien à voir avec l’islamisme. C’est du pur banditisme exécuté par les enfants de la région.
    Tout le monde connaît les bandes qui sévissent au grand jour.
    Le problème c’est que les autorités sensées veiller à la sécurité des biens et des personnes sont plus clémentes envers les criminels qu’avec les victimes et souvent aussi ces criminels sont les alliés objectifs du pouvoir dans la région.
    Quand les gens se faisaient justice eux-même, il n’y avait pas autant d’insécurité.
    Il y avait un cas très connu dans la région de Tizi-Rached où la bande sévissait au vu et au su de la police qui n’est jamais intervenue. Le caid de la bande a été éliminé par un honorable citoyen en recourant au code d’honneur d’antan.
    D’une pierre deux coups, le pouvoir laisse faire tout ça en incriminant ses adversaires, les islamistes, et au passage, il crée un certain désordre propice aux affaires.




    0
  • solo
    10 avril 2010 at 17 h 02 min - Reply

    Probleme,Reaction,Solution,ils te creent un probleme,tu leur demande de l’aide,la cavalerie arrive,et c’est le salut.vous voyez sans nous au pouvoir vous etes fichus.une facon astusueuse de reclamer l’allegence




    0
  • IKER 20
    10 avril 2010 at 20 h 25 min - Reply

    ELOGE DES SOULEVEMETS POPULAIRES,ET APOLOGIE DE TOUTES LES INSURECTIONS ALGERIENNES.




    0
  • radjef said
    10 avril 2010 at 20 h 28 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. Que fait enfin de compte l’ANP en Kabylie? Le Djurdjura est transformé en vaste cantonnement militaire ou ont fleuri au cours de ces 15 dernieres années toutes les formes de la debauche, de l’insecurité, de la regression, de la clochardisation des elites…Voila ou nous ont mené les laches convenances et complaisances…Il serait ridicule de dire que le GSPC est responsable de cette situation en Kabylie…Car, nier la responsabilité du pouvoir en place, un pouvoir psychotique et nevrosé, qui n’a en tête que l’idée de se venger de la region, ce n’est pas seulement une faute politique, c’est un crime. Il ne suffit pas d’ecrire sur Amirouche et de brandir un discours regionaliste degradant, il suffit de dire la verité sur la nature du pouvoir auquel certains ont ouvert les pôrtes du Djurdjura et soutenu sous pretexte de sauver la democratie et la republique…




    0
  • etseth
    10 avril 2010 at 21 h 24 min - Reply

    je pense que vous savez tous que Boutef est rancunier, apres ce qu’il a subi a Tizi en 1999 lors de la campagne electorale, il le fait payer a cette région par le biais de ses sbires ( policiers, gendarmes et drs)et des brebis galeuses de la région bien sûr. le seul but est d’exterminer tout ce qui reflechit et respire en kabyle. Des brebis galeuses, il y en a a chaque coin de rue dans toute la wilaya. les creve la fain qui peuvent meme vendre leur mere et leurs femmes pour un malheureux dinar. a mon avis, commencer deja par denoncer ces hyenes en premier et les montrer du doigt. ils sont connus de tout le monde.




    0
  • Ammisaid
    10 avril 2010 at 22 h 47 min - Reply

    Assalam, azul, bonsoir
    Tout ce que le drs, l’armée et son pouvoir civil ont fait depuis 1980 avait pour but de coloniser la kabylie et achever ce qui restait d’elle et que tous les envahisseurs n’avaient pas pu altérer:
    – Détruire les vrais opposants ou les diviser autant que possible
    – Détruire l’opposition politique ou la rendre inopérante
    – Détruire les mouvements associatifs ou les utiliser pour les diriger là où ils désirent le faire
    – Détruire thadjmeth pour détruire le village
    – Installer l’insécurité permanente pour terroriser les gens: banditisme, terrorisme, kidnapping…
    – Détruire le tissu industriel, l’université, l’école en général
    – Introduire massivement la drogue, favoriser l’ouverture de bars et de tous les trafiques possibles et inimaginables et pousser les jeunes à l’exil, le suicide, la prostitution, la folie, le célibat…
    – Promouvoir tous les hommes qui acceptent de mentir, de voler, d’humilier, de ruser…
    – Détruire toutes nos valeurs ancestrales de fraternité, de solidarité, d’honneur…
    – Enfin introduire l’armée et l’installer dans chaque coin et recoin de la kabylie au point que maintenant les kabyles ont l’impression d’être colonisés et surveillés 24h/24h.
    Ce qui est sur la kabylie sera utilisé pour les intérêts d’un clan ou un autre en cas de besoin et si une lutte virulente s’installe entre les vampires qui nous gouvernent. Que dieu nous préserve. Amine arebi al3alamin.
    Fraternellement




    0
  • kadirou
    11 avril 2010 at 4 h 40 min - Reply

    c’est au kabyles d’assurer leurs securité ,ils ont viré les gendarmes de la region c’est bien car ces derniers ces des grands HAGRINES ,maintenant a eux d’assurer la securité des citoyens de cette region,ils pensés pouvoir vivre sans agent de l’ordre et nous montrer qu’ils sont bien organiser et civilisé ,aujourd’hui on vois dans cette region une grande catastrophe l’anarchie et l’incivilité bas son plein,dommage car souvent cette region viens nous donner des leçon de civisme et de reproches pour ce qui est de notre someille,aujourd’hui la kabylie nous dit a travers de ce qu’ils vivent que nous sommes tous kifkif ,nous sommes tous des moutons et ils nous faut un berger.




    0
  • radjef said
    11 avril 2010 at 9 h 23 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Ce qui me degoute le plus est la maniere avec laquelle la presse traite ce qui se passe en Kabylie.Certains journaux au lieu de tirer la sonnette d’alarme, ils ont l’outrecuidance de rechauffer des plats auxquels personne ne veut gouter…Il n’y a pas manque de securité en Kabylie, il y a un complot contre la Kabylie dont l’instigateur principal est l’ANP…Même si la région a perdu quelque peu de sa pugnacité intellectuelle et politique, il n’en reste pas moins que celle ci demeure le bastion de la revendication democratique et citoyenne…La Kabylie ne demande pas à l’ANP de renfocer ses unités au Djurdjura, ni à rehabiliter la pegre milicienne, la Kabylie ne croit pas à la these du GSPC galvaudée par la presse et les apologistes de la junte…Au fait le GSPC fait marrer les populations locales. Les excés sont mauvais, mais le pouvoiren place, en plus du fait qu’il soit veritablement idiot, semble ne pas connaitre ses limites. A force de jouer avec le feu , on fini toujours par se bruler les doigts.




    0
  • el-amel
    11 avril 2010 at 22 h 50 min - Reply

    Le jour d’Algérie du 11 avril 2010.
    Lutte contre le terrorisme en Kabylie
    Un terroriste abattu tous les deux jours
    Pas moins de 40 terroristes ont été mis hors d’état de nuire ou capturés en Kabylie (Tizi-Ouzou, Béjaïa, Boumerdès et Bouira) depuis le début de l’année en cours, avons-nous appris hier d’une source proche des services de sécurité. Selon notre source, les forces de lutte antiterroriste ont pu, grâce à des actions très efficaces et minutieuses, réduire la nuisance et nettoyer en grande partie la Kabylie des sanguinaires de l’ex-GSPC. Cependant, les frontières des wilayas de Tizi-ouzou et Boumerdès, notamment les forêts fortement boisées de Sidi-Ali Bounab, sont toujours infestées de terroristes qui trouvent refuge dans cette région difficilement accessible. Enfin, c’est grâce au démantèlement des réseaux dormants et des réseaux de soutien et d’appui que les forces combinées de lutte anti-terroriste ont réussi cet exploit, analyse-t-on. L’armée réussit la mise hors d’état de nuire et la capture d’un terroriste par jour en Kabylie, ajoute notre source, qui fait part de l’arrestation ces derniers jours d’un individu impliqué avec les groupes armés dans les environs d’Akfadou. Hakim Z. est accusé d’appartenance, soutien et appui aux groupes armés. L’individu a été arrêté après une enquête des services de sécurité qui surveillaient ses déplacements.
    T.B.S.
    Quelle est la source d’un quotidien du DRS?
    Il y a un complot contre le peuple, voilà l’image que donne la presse sur Alger: « Le quotidien Liberté (Dimanche 11 Avril 2010)
    Session criminelle du tribunal d’Alger
    Les homicides volontaires en hausse
    Par : M. B.
    Les affaires relatives à l’attentat à la pudeur et l’incitation de mineurs à la débauche avec violence sont très nombreuses et dépassent même les affaires de vol qualifié.
    Outre les audiences liées au terrorisme, le tribunal criminel aura à statuer, à partir du 21 avril prochain, sur d’autres types d’affaires liées à l’homicide, le vol, la drogue, le faux et usage de faux. Il est à relever à la lecture du programme de la seconde partie de la session criminelle du tribunal d’Alger que les affaires se rapportant à l’homicide volontaire, avec préméditation ou involontaire, ayant entraîné la mort se taillent la part du lion. Le plus souvent, le crime est commis par un groupe de personnes ou a lieu lors de vols qui tournent au drame. Une fois surpris par les propriétaires de la maison ciblée, les cambrioleurs optent pour la solution extrême, à savoir l’assassinat.
    Autre fait marquant, les affaires liées à l’attentat à la pudeur avec violence, tentative de viol et atteinte aux mœurs viennent en deuxième position. Quelques-unes ont lieu suite au kidnapping de jeunes mineures. Le 21 avril, les juges auront à se prononcer d’ailleurs sur deux affaires de ce type. Trois inculpés comparaîtront pour attentat à la pudeur, vol et ouverture de lieu de débauche pour la première affaire et un autre pour attentat à la pudeur avec violence sur une mineure. Ce sont assez souvent des groupes de deux à trois jeunes qui ciblent des collégiennes et les entraînent de force dans des endroits isolés pour attenter à leur pudeur et parfois les violer. Mis à part une seule affaire de viol programmée le 30 mai prochain, le gros des audiences traitera d’attentat à la pudeur sur mineures. À en juger le nombre de ces affaires enrôlées durant la session criminelle du premier trimestre de l’année en cours, ce phénomène prend des proportions importantes. À signaler que les peines prévues par le code pénal vont de 5 à 10 ans de réclusion. Par ailleurs, l’évasion et la fraude fiscales sont, selon toute vraisemblance, de plus en plus courantes puisque les dossiers prévus sont très nombreux. Ce type d’affaires dépasse de loin les affaires de vol qualifié avec arme blanche qui ont empoisonné la société après l’accalmie terroriste. Les affaires de drogue ne sont pas en reste avec une principale prévue vers la fin du mois de mai ; le tribunal se prononcera sur une affaire de tentative d’exportation de drogue, de sa commercialisation par un réseau de quatre dealers dont deux sont détenus et deux autres sont en fuite. La même instance criminelle aura à statuer enfin sur des affaires de détournement d’argent, de falsification de documents officiels et de billets de banque. »
    Qui dit mieux pour Alger? « Le JOUR d’Algérie: 3 300 enfants criminels arrêtés

    Dealers et tueurs à 10 ans

    La plupart des mineurs ont été arrêtés pour des affaires de vol, coups et blessures volontaires, atteinte à la pudeur et aux bonnes mœurs et, le plus étonnant, pour assassinat.

    Les unités de la Gendarmerie nationale ont traité, durant l’année 2009, 5 012 procédures «exceptionnelles» ayant conduit à l’interpellation de plus de 3 300 mineurs, dont certains sont à peine âgés 10 ans. Parmi les mineurs arrêtés, 50% ont entre 17 et 18 ans, 27% ont 15 ans, et 23% entre 10 et 14 ans. »
    Si seulement ces enfants avaient pour parents les patrons de ces journaux, ils auraient eu des résidences secondaires en France, en Espagne et en Belgique pour se ressourcer avant de reprendre la scolarité dans les écoles privées qui appliquent le programme français et qui échappent à la tutelle du ministère de la déperdition scolaire.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique