Édition du
21 July 2017

La Kabylie: Au cœur de l'Algérie, pour le meilleur et pour le pire…

Radjef Said

Il y a quelques secondes je lisais le journal Liberté lorsque je suis tombé sur ce titre à la une: »l’ANP lance l’opération Annasr ». Contre qui l’ANP va t-elle lancer cette opération?…Pardi! contre les groupes terroristes, diront les voix credules.
Le changement. Tout le monde en parle. Ici au Djurdjura également. Avec conviction. Non pas pôur changer Ouyahia par Chekib Khelil, ou Bouteflika par A Belkhadem…D’ailleurs, on s’occupe peu du cas de Bouteflika et on ne « scie » plus Ouyahia, Belkhadem ou Chakib Khelil. Des marionnettes (corrompues jusqu’à la moelle) qui servent de vitrine et de façade démocratique et civile au régime algérien.Mais pour changer le système. Et le système pour les jeunes d’aujourd’hui, c’est l’ANP et personne d’autre. Depuis le 1er novembre 1954 à ce jour le pays n’a connu qu’un seul et même pouvoir, celui de l’armée.
Au cours de ces dernières semaines, alors que le désir d’un changement pacifique s’est amplifié, la Kabylie est devenue le théâtre d’attentats et enlèvements spectaculaires. Voila de quoi justifier une autre intervention musclée de l’armée pour faire taire les voix qui appellent au changement pacifique…Pourquoi je dis cela? La Kabylie de 2010 n’est plus celle des années 90. Beaucoup de choses ont changé au Djurdjura. Dans tous les cas, en dépit de toutes les pressions et manipulations scientifiques auxquelles elle a été soumise au cours de 20 dernières années, la Kabylie n’a plus peur de se réconcilier avec elle même, avec ses valeurs et ses traditions. Elle n’a plus peur de se regarder dans le miroir. Elle veut briser le mur de la suspicion qui l’a si longtemps dispersée et profondément affaiblie. A présent elle n’a plus peur d’être le sein qui a nourri la résistance algérienne; elle veut apprendre a connaitre ses enfants qu’elle a proscrits et forcés à l’exil et a l’oubli. Peu a peu, elle découvre ses islamistes qui n’ont rien d’assassins et de terroristes, de ses berberistes qui n’ont jamais honni l’Islam…A l’image de toute l’Algérie, la Kabylie se réveille de sa torpeur. Si longtemps imbibée de haine et de colère, la Kabylie s’est soudainement ressaisie…Les attentats terroristes et les enlèvements ne l’affaiblissent pas, ne la divisent pas et n’amoindrissent pas sa volonté de scander haut et fort: l’ANP dans les casernes au service des représentations légitimes du peuple. Pour ce qui est des terroristes, que Liberté et l’entv ouvrent un débat public en présence des victimes et des spécialistes.


Nombre de lectures : 7401
30 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • bouyilès
    13 avril 2010 at 17 h 53 min - Reply

    Quelle belle photo et en rapport direct avec la sincérité de l’artcle.Quel courage de cette bonne vieille dame.Elle va le terrasser dans un instant,j’en suis sûr.
    Quelqu’un ne disait-il pas que la peur doit changer de camps?Un jour ou l’autre,eb’rebi n’ch’allah




    0
  • js
    13 avril 2010 at 17 h 58 min - Reply

    j’espère que c’est le premier commentaire ici.
    Je crois que j’ai « découvert » une faute d’orthographe

    Citation: »Des marionnettes (corrompues jusqu’à la moelle) qui servent de vitrine et de façade démocratique et civile au régime algérien ».

    Si vile pas civile.




    0
  • js
    13 avril 2010 at 18 h 09 min - Reply

    Merci Said Radjef pour cet article poignant et qui à presque réussi à me faire pleurer. En tout cas il m’a ému à un point extreme. Encore merci. C’est comme cela que les Algériens doivent se voir, sans fard, sans haine, sans complexes, entre frères et soeurs et si tous nous nous trompons, le frère doit etre patient et agir avec amour et discernement pour ramener son frère sur le chemin et lui éviter les ornières, La rancune doit disparaitre des coeurs, si le passé appartient aux usurpateurs, construisons le futur ensemble et restaurons la liberté et la justice, les deux piliers d’une société civilisée, le reste viendra tout seul quelle que soit les méthodes qu’on choisira, quelles que soient les voies qu’on retiendra, si la liberté de l’individu n’est limitée que par la liberté des autres, si la justice rend à toute personne spoliée ses droits et la libère de la contrainte et de l’agression, alors la société Algérrienne pourra progresser sur les sentiers de la prospérité, du savoir et de la modernité et dépassera toutes ses contraintes et convulsions actuelles.

    Merci encore pour cet article poignant.




    0
  • fuitenavant
    13 avril 2010 at 18 h 13 min - Reply

    deviné quoi ?Le pouvoire assassin a programer la demi finale de coupe d’algerie JSK BATNA un MARDI 20 AVRIL,croyant qu’ils vont ralentir LA GRANDE MARCHE.




    0
  • Tajmahel
    13 avril 2010 at 21 h 03 min - Reply

    Cher frère Said,
    Je ne sais quoi penser à la lecture de votre article.
    Est-ce que c’est une manière de garder espoir ou ce que vous dite est ce qui se passe vraiment?
    Si c’est vrai, pourquoi n’y a t-il pas cet expression du désir de changement pacifique ou non violent ailleurs dans le pays (le désir lui même lui est présent j’en suis persuadé)?
    Se désir en Kabylie est entretenu par qui? Les arouchs? des groupes de citoyens spontanés ?
    Comment peut-on raviver cette flamme presque éteinte de la révolte non violente partout en Algérie? Car je pense que c’est la condition sine qua non pour sauver notre chère patrie.
    Un citoyen tourmenté




    0
  • citoyen
    13 avril 2010 at 21 h 17 min - Reply

    enleve la « couverture politique » de c terroriste en kabylie et vous tomberé sur une couleur que vous connaisez oulach smah oulach.




    0
  • Arezki Nait Amar
    13 avril 2010 at 22 h 04 min - Reply

    La kabylie d’aujourd’hui n’est plus celle d’antan.Par la lâcheté du pouvoir militaire et des hordes terroristes liés par un accord tacite,veulent mettre la kabylie,éternelle terre de résistance face aux oppresseurs,à genoux .Des actes criminels sont commis quotidiennement dans cette région sous les yeux bienveillants de l’armée et des services de sécurité.Ce qui suppose que le pouvoir central a donné des ordres aux autorités civils et militaires de la région pour qu’ils n’interviennent pas pour tout ce qui touchent à la sécurité des kabyles .Son but inavoué : détruire la résistance des kabyles face au pouvoir central.
    Quand on connait l’histoire de son pays,les kabyles et les chaouis ont été à l’avant-garde de la lutte contre les oppresseurs : ,Jughurta,Massinissa,Kahina,Lalla Fatma N ‘Soumer,Cheikh El-Haddad,Krim Belkacem,Ouamrane,Slimane Dhiles,Ali Mellah,Hocine Ait Ahmed,Mohand El-Hadj,Mohammedi Said,Ali Zamoum,Amirouche,Haoues,Zighout Youcef,Abane Ramdane,Aissat Idir,etc.D’où l’erreur stratégique de ce pouvoir inique et amnésique .Ces deux régions connues pour leur farouche résistance contre les colonisateurs successifs donneront denouveau du fil à retordre à ce régime qui opprime son peuple à l’image du colonisateur d’hier .
    Le pouvoir néo-colonial qui nous gouverne ne s’attaque qu’aux bastions de la résistance aux oppresseurs!Ce qui confirme que ce pouvoir est l’ennemi de tous les Algériens,sans exclusion aucune,et qu’il faut qu’on se mobilise tous pour l’abattre dans les meillleurs délais possibles!
    Point de liberté sans combat et sans sacrifices !




    0
  • Bladi
    13 avril 2010 at 23 h 05 min - Reply

    @Radjef Said

    J’ai lu le même article de « liberté » que je qualifie simplement de lavage de cerveaux dépasses par l’actualité. Mon humble avis de ce qui ce mijote et une préparation (ils parlent de 22 wilaya non seulement la Kabylie) à l’exécution d’un nouveau coup d’état. Mais plutôt que débattre ici entre nous, il faut qu’on avertisse tout le peuple Algérien de ce qui se prépare. Ce régime utilise à fond tout les moyens médiatiques y compris ce torchon « liberté » pour faire endormir toute une population de 35 millions.




    0
  • karima
    14 avril 2010 at 5 h 27 min - Reply

    C’est toujours la Kabylie, que font les autres regions.




    0
  • radjef said
    14 avril 2010 at 10 h 14 min - Reply

    Bonjour tout le monde.
    @Arezki Nait Amar, bonjour. Je pense pour venir à bout de ce regime qui est le même depuis le 1er novembre 1954 à ce jour, il faut d’adord desacraliser ce premier novembre au nom duquel une poignée de mercenaires retient en otage le destin de toute une nation…Aujourd’hui, et vous savez cela mieux que moi,personne ne croit à la these du GSPC dans la version livrée par le pouvoir. Le GSPC existe effectivement, mais en tant qu’antenne du DRS. L’une des conditions necessaires au changement pacifique tel que souhaité par le peuple algérien, tient du role de l’intellectuel et de l’universitaire. Il faut que les universitaires et les intellectuels algeriens assument pleinement leur role…Leur complaisance et leur convenance avec le regime en place contre des privileges d’ordre social, n’est pas la solution…Ces universitaires et ces intellectuels doivent mediter l’histoire du 1er novembre 1954 lorsque des intellectuels comme eux ont été asservis par des brigands sans scrupules…Si le 1er novembre avait été pensé et reflechi par les elites du mouvement nationaliste, est ce que le peuple aurait connu Benbela, Bouteflika, Kafi, Zeroual, Boumediene…comme presidents de la republique et est ce que Ferhat Abbas, Lamine Debaghine, Abbane, Ben M’hidi… auraient été humiliés?




    0
  • Alilou
    14 avril 2010 at 11 h 29 min - Reply

    Bonjour a toutes et tous,

    Pourquoi c’est toujours le kabyle qui se revolte? Amazighe = homme-libre, voici la reponse.

    Pourquoi pas les autres regions, la maiconnaissance des origines de l’histoire vraie de notre nation, notre histoire ne date pas de 1832 ou 1954 ou 1962, mais elle est 3 fois millenaire.

    Diviser pour reigner, corruption, mensenges, deformaton de la verité, montages truqués, etc…

    Ne pas se connaitre nous expose au multiple manipulations.

    Merci et bonne journee

    Ali le bourreau du travvail.




    0
  • IDIR
    14 avril 2010 at 12 h 39 min - Reply

    La France et le phénomène exogène: l’être et le néant

    Faire suer le burnous

    Un rappel de l’Histoire Par notre Ami René Naba

    Extrait : L’indépendance de l’Algérie en 1962 sonne le glas de l’idée impériale en France. Les accords franco-algériens d’Evian le 18 mars 1962 en même temps qu’ils aménagent l’indépendance de l’Algérie mettent fin à cinq siècles d’aventures coloniales. «De Dunkerque à Tamanrasset», la France est réduite désormais «de Dunkerque à Menton». Elle se tourne vers l’Europe et tourne en même temps le dos à son empire colonial, limitant aux relations institutionnelles et aux relations d’affaires ses rapports à l’outremer.

    Source : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=18616




    0
  • malikou
    14 avril 2010 at 14 h 19 min - Reply

    Le DRS mine les initiatives de réconciliation de Bouteflika avec les kabyles.
    Pour des raisons de consciences et sachant qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps a vire, Bouteflika veux tendre la main aux kabyles par la même occasion et d’une manier indirecte s’excuser. Ceci au moment ou en remarque une forte présentation des émissions kabyle a travers la télévision algérienne, pour préparer un éventuel rapprochement entre Bouteflika et la Kabylie , comme pas hasards et au même moment ou presque, les attentats terroristes montent en puissance du coté de la Kabylie, les révélations de Saïd Saadi et Ait Hamouda (agents de DRS) sortent un livre sur le colonel Amirouche en mettant a jour une vérité cachée depuis longtemps, mais connue par presque tout le monde, que mieux d’utiliser des personnages politiques kabyles pour torpier l’initiative présidentielle.
    La solution à la crise Algérienne c’est l’exemple Kirghizstan, a bon entendeur salut




    0
  • Guerrière de la lumière
    14 avril 2010 at 15 h 24 min - Reply

    @Tadjmahel, @ Karima,

    Je ne crois pas que c’est uniquement la kabylie! Il y a un ras le bol général, c’est une réalité.
    Seulement, je crois qu’il nous manque à tous un peu de courage….ou un fédérateur!

    Sinon, Garder le cap on est sur la bonne voie!




    0
  • Résigné
    14 avril 2010 at 18 h 56 min - Reply

    @malikou,
    Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse.
    Tout ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Bouteflika ne dénonce pas alors publiquement ce DRS à l’heure de grande écoute sur TF1, pas l’Entv, la majorité des algériens regarde cette chaîne.
    Bouteflika a-t-il peur de mourir comme Boudiaf ?
    En tout cas, c’est la seule chance qui lui reste pour soigner l’image qu’il laissera dans l’Histoire de l’Algérie. Se faire assassiner par la pègre.




    0
  • radjef said
    14 avril 2010 at 20 h 30 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.
    @Idir, bonsoir. Vous etes la force tranquille de LQA à coté de Z Azouz, Adel et injsplu…J’ai lu tous vos commentaires. Merci pour votre sagesse.




    0
  • malikou
    14 avril 2010 at 20 h 40 min - Reply

    @Résigné pour répondre a ta question, les deux camps en chois un puissant allié (les américains pour le DRS et les français pour Boutef )hada fihmayet hada.exemple l’affaire de Mecili pour punir le DRS et la contestation (officieuse)élections présidentielle pour denigrer Boutef Dans t ca le malheur de l’Algérie c’est le mauvais soutien des occidentaux aux mauvaises personnes biensur pour des intérêts communs au détriment des peuples, encore une fois La solution à la crise Algérienne c’est l’exemple Kirghizstan




    0
  • Amawajou
    14 avril 2010 at 21 h 03 min - Reply

    Azul!
    La kabylie ne peut exister sans l’algérie et vis versa!
    La revendication kabyle n’a jamais été comprise par les autres algeriens…le message n’arrive pas à passer. Le pouvoir a usé de toutes ses forces pour que les mouvements populaires venant de la kabyle ne s’etendent à d’autres régions. Depuis que Boumedienne a traité les kabyles, de groupes racistes en 1963, cette fausse allégation est ancrée dans la mentalité des arabophones. Malheuresement aucun homme politique n’a eu le courage de dénoncer ces faussetés. Malheuresment par ignorance, ou mépris, la plupart des autres algeriens non kabyles se rejouissent quand le pouvoir oppriment une région importante dans toute l’histoire de l’algérie. Aujourd’hui, le régionalisme semé par le pouvoir dans la mentalité des populations a grandi, il est même devenu le cancer de l’algérie. C’est pour cela, qu’il faut non seulement débattre de ce fléau avec transparence mais il faut le condamner et le combattre par tous les moyens à bord. les soulévements populaires de la kabylie , ne sont pas seulement d’ordre culturelles et identitaires , malgré que cette question reste necessaire et importante pour la région.Mais il est question de la justice social, de la démocratie et du respect des libertés individuelles.
    ce n’est pas le pouvoir qui a inventé le régionalisme, c’est héritage du colon,le pouvoir n’a fait que poursuivre la politique de Degaule.
    Les problèmes qui sevissent présentement en kabylie, existent aussi dans d’autres régions d’algérie à un degré moindre.
    L’etat est absent partout,il faut s’organiser pour protéger les populations comme l’ont déjà fait nos ancêtres et être vigilant.
    Salam aalikoum




    0
  • radjef said
    15 avril 2010 at 12 h 25 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Un grand penseur americain reagissant a ce qui se passe en Algerie depuis 1990 à ce jour, a declaré que le régime alérien est l’un des plus pervers et des plus pernicieux au monde. Alors que les masques sont tombés, la presse continue a vehiculer l’image selon laquelle – et d’ailleurs à laquelle personne ne croit desormais-que les bourreaux sont les islamistes et non l’armée.Faire la victime des islamistes n’impressionne et n’emeut personne. Qui est l’ANP? A ce jour on ne sait pas qui est cette institution et son role. Mais nous sommes surs que cette ANP n’est pas une institution normalement constituée; c’est une institution qui souffre de psychose…Elle agit comme si tout le monde lui en voulait, elle voit partout des ennemis qu’elle doit combattre, des secrets qu’elle doit proteger…Elle doit faire la guerre, car si vous n’etes pas son ennemi alors vous etes un indicateur à la solde de l’ennemi…Pour l’ANP, le citoyen ordinaire n’existe pas; pour elle le temps s’est arreté en 1956 lorsque des universitaires ont tenté de l’infiltrer…Pour elle gerer les affaires du pays, c’est tuer, ratisser la Kabylie, exiler les elites et les encadrer par des agents 007 deguisés en opposants à Bruxelles, Paris, Londre, Madrid ou Washington…Yakhi l’ANP et son premier novembre!




    0
  • sofiane
    15 avril 2010 at 13 h 33 min - Reply

    Bonjour,
    Monsieur Radjef, affirmer ‘Je pense pour venir à bout de ce régime qui est le même depuis le 1er novembre 1954 à ce jour,’ relève d’un raccourcie dangereux. Le changement pacifique nécessite une élite qui fait pas du clip ou de slogan une politique. Votre analyse et linéaire, simpliste et pas rigoureuse. Les jeunes qui sont les acteurs du changement méritent des éclairages politiques et sincères




    0
  • bouyilès
    15 avril 2010 at 14 h 42 min - Reply

    Yakhi l’ANP et son premier novembre!
    Cette phrase risque d’initier un trés long débat sur l’ANP.
    1/Il faut, je crois, dissocier le 1°novembre de l’ANP car cette dernière n’existait même pas au déclenchement du 1 novembre 1954.
    2/Le 1° novembre est un symbole fort qu’on doit préserver à tout prix.
    3/L’ANP est une sorte d’embryon qui s’est constitué en 1962 et qui n’a rien de patriotique ou de révolutionnaire.Des gens ,pour pouvoir manger à leur faim et avoir une occupation ,ont rejoint cette institution.D’ailleurs la majorité de sa composante à l’époque,j’entends par là son encadrement,est constituée de ceux qui ont à différents niveaux de scolarité échoué dans leurs études.
    Elle n’est donc l’héritière de qoui que ce soit,contrairement aux idées reçues.
    4/Chemin faisant,ces gens qui ont pris du grade n’ont jamais changé leur comportement:la rapine,la hogra ,l’abus d’autorité etc..sont devenus leur seul crédo.
    5/L’ANP n’a jamais combattu ou subi les affres du terrorisme.Une reserve de chair à canon est mise à sa disposition par le biais du Service National.
    6/..j’arrête là pour permettre aux autres de compléter.




    0
  • Mahieddine Lachref
    15 avril 2010 at 15 h 39 min - Reply

    Bonjour à tous.
    Merci Said mon ami pour ton écrit. En fait je trouve que tu a parfaitemùent raison en souligant, dans ton commentaire, que effectivement le GSPC existe mais en tant que antenne du DRS. Ceci est d’autant plus vrai que si l’on essayait ede comprendre de trés prés ce qui se passe en Kabylie, l’on ne saurait ne pas voir cette région en train de se faire encercler psychologiquement par les services secrets algériens et américains afin de lui faire avaler la thèse selon laquelle c’est le GSPC qui tue et qui est le véritable danger auquel l’Algérie devrait faire face. Inventer donc un ennemi et le faire accepter en tant que tel à tous les Algériens qui nourissent le rêve de voir l’ANP dans les casernes, le DRS oeuvrer pour la sécrité du peuple algérien et une algérie souveraine et démocratique, est l’objectif principal des architectes du complot qui est en train de se tramer autour de la Kabylie particulièrement mais aussi dans les autres régions du pays. Mais jamais ça ne réussira. Signer des accords dans le carde de la lutte antiterroriste avec le plus grand terroriste du monde qu’est l’Amérique contre des terroristes qui n’existent que dans les fantasmes propagandesques des dieux de la mythologie impérialiste ne faut qu’eveiller de leur lethargie les plus crédules. Merci.
    Fraternellement.




    0
  • rani
    15 avril 2010 at 15 h 48 min - Reply

    en tous les cas avec le rajeunissement de presidents et chefs d’etats des autres pays c’est une honte et dramatique pour l’algerie des abane didouche ben boulaid ait ahmed veritables hommes d’avoir cet insignifiant individu en l’occurance boutef comme president sachant que personne ne lui obeit il ne dirige rien helas cela s’appelle une imposture




    0
  • SAID
    15 avril 2010 at 16 h 02 min - Reply

    Mes amis, je pense que chacun doit donner un peu de mesure à ses propos : dedouaner les islamistes et mettre tout sur le dos de notre armée, c’est un peu gros comme ficelle. Ceux qui connaissent la kabylie savent ce que le sinistre mouffok et ses sbires ont perpetrés à TAKHOUKHT et sa région.




    0
  • Arezki Nait Amar
    15 avril 2010 at 20 h 49 min - Reply

    L’ossature de l’ANP créée par le colonel Houari Boumediène,ancien chef d’Etat-Major de l’ALN, au lendemain de l’indépendance est constituée dans sa majorité par des officiers,sous-officiers et djounoud issus de l’armée des frontières Est et Ouest.Une infime partie de l’armée dite de l’intérieur a également rejoint les rangs de l’ANP.Durant le conflit armée algéro-marocain de 1963,des recruteurs de l’ANP ont sillonnés toutes les communes du pays à bord de camions pour ramener des recrues.
    Vu le niveau d’instruction,d’éducation et de formation des éléments de l’ANP des années 1960 et 1970 ,bas pour les uns et moyen pour d’autres ,en plus du niveau de vie bas de l’époque,l’ANP était une issue de secours pour les démunis ( les pauvres et les chômeurs) et les ratés de l’école ou de la vie tout simplement.Cependant,on compte parmi les rangs de l’ANP,une frange de patriotes qui ont travaillé honnêtement et qui ont fait des sacrifices pour le pays et non pour le régime car ils le haissent.




    0
  • radjef said
    16 avril 2010 at 10 h 21 min - Reply

    Bonjour tout le monde. En dehors de l’ANP, personne n’a exercé le pouvoir, ni les islamistes, ni les berberistes, ni les baathistes…Depuis le 1 er novembre 1954, l’ALN qui a accouché quelques années plus tard de l’ANP, a exercé seule le pouvoir…Tout son de cloche contraire à l’oreille de l’ALN etait severement reprimé. Outre cet aspect qui semble deranger beaucoup de monde, personne à ce jour ne sait comment est né le CRUA, comment Ben M’hidi a t-il pris contact avec Krim alors qu’il etait un illustre inconnu dans les bataillons des militants que comptait la Kabylie à cette epoque. Il faut arreter avec ces mensonges qui ont conduit le pays à cette schizophrènie collective, avec ces sacralismes degradants, avec cette fausse noblesse…Autre chose, aucune d’Algérie n’a besoin de la presence de l’ANP pour se defendre. Les militaires n’ont qu’a rentrer dans leurs casernes pour voir la paix restaurer a nouveau.




    0
  • Slimane
    16 avril 2010 at 10 h 58 min - Reply

    à M. RADJEF.
    A l’image de toute l’Algérie, la Kabylie se réveille de sa torpeur ?
    signifiez vous que la kabylie était prise de torpeur lorsqu’elle a voté massivement FFS ou RCD durant les années rouges, ce qui lui a évité les carnages terroristes,

    voulez vous dire que les autres régions étaient plus conscientes lorsqu’elles ne savaient pas qui applaudire
    le FIS Chadli zeroual bouteflika ou l’armée ou tous confondus sauf en tout cas hocine Ait ahmed.
    la kabylie c’est la locomotive de l’Algérie sur tous les plans sauf qu’elle n’a pas le pétrole, heureusement car on aurait été exterminés.




    0
  • SAID
    16 avril 2010 at 14 h 54 min - Reply

    c’est à Oran que j’ai entendu pour la première fois l’expression suivante :
    « celui qui épouse notre mere sera notre pere ».
    j’ai été scandalisé de l’entendre.
    Mon étonnement fut encore plus fort lorsque je découvrit cette expression chez AMIN MALOUF dans Leon l’africain.
    Ceci donne à reflechir sur la capitulation et allégeance des peuples arabes… des peuples arabes devant leurs dictateurs




    0
  • radjef said
    16 avril 2010 at 20 h 40 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. Slimane, bonsoir. Il n’y pas que la Kabylie qui a voté massivement FFS…Toute l’Algerie a voté FFS. Les algeriennes et les algeriens se reconnaissent pleinement dans les ideaux du FFS. La Kabylie se reveille de sa torpeur parceque elle refuse de cautionner le complot qui vise a la separer du reste du pays et dont les concepteurs sont à la tete de l’ANP.
    Du reste a quel moment le pouvoir en place a t-il organisé des elections libres et transparentes…En 1995, le RCD était la 2eme force politique lors de l’election qui a consacré la victoire de L Zeroual…
    @AZOUBA, bonsoir. Ah ces verités qui font mal au pays, que la junte ne veut pas entendre…Le 1er novembre n’a pas été plus qu’une jacquerie à la Pougatchev…Comment agirait le pouvoir si nos universitaires venaient a psychanalyser l’action du 1er novembre et a determiner les motivations des hommes du CRUA…Je refuse de tourner en rond. Et là je m’adresse à la cordination du 19 mars pour lui que le changement pacifique en faveur duquel nous militons et qui nous rassemble en depit de nos divergences doctrinales ne peut pas avoir lieu sans le retablissement de la verité…Il nous faut cette verité pour exorciser le pays de ses angoisses, de sa resignation, de cette adoration qu’il a pour le mythe, le mensonge et l’imposture. Si nous voulons le changement, nous devons faire accompagner nos idées d’actes concrets. Va t-on rester coincé comme ça parceque notre histoire n’arrange pas nos affaires? Dans le premier novembre il y a beaucoup d’erreurs…Ce sont ces erreurs qui permettent aux généraux de garder le pouvoir et de l’exercer avec mepris et arrogance. Nous devons nous decomplexé devant notre histoire …Je dis ça avec respect à tout le monde.




    0
  • Adel
    16 avril 2010 at 23 h 44 min - Reply

    @radjef said

    Bonjour,

    Depuis la création de l’ENA au sein de l’émigration algérienne en France jusqu’au 19 mars 1962, le combat pour la dignité et pour la souveraineté du peuple algérien a été mené par deux générations de patriotes, celle de Messali Hadj et Ferhat Abbas puis celle de Boudiaf et ses compagnons. Tous les militants de l’époque coloniale, à commencer par celui qui a le plus œuvré pour la cause nationale, Messali Hadj, ont commis des erreurs. Même Abbane Ramdane, celui qui tenta de redonner plus de poids au discours politique au sein du FLN, pécha par excès de rigidité face aux trois B et il le paya de sa vie. Il n’en demeure pas moins que le 1er novembre devait avoir lieu, car la minorité européenne refusa jusqu’au bout de céder, se cramponnant à ses privilèges et soutenant l’OAS, fermant par là définitivement la porte devant toute possibilité de cohabitation entre elle et la majorité musulmane dans une Algérie indépendante.

    Après la mort de Ben Boulaid, Didouche et Ben M’hidi, l’emprisonnement des cinq historiques en France, et l’assassinat d’Abbane, ceux qui restèrent aux commandes de la Révolution à l’extérieur ne furent pas à la hauteur. Les plus sages, Ferhat Abbas et Ben Khedda, ne firent pas le poids devant les «grands fauves». L’approche des négociations avec l’État français aiguisa les appétits de pouvoir et fit resurgir les vieux démons de l’autoritarisme féodal. La suite ne fut qu’une lutte féroce pour le koursi.

    La période de transition entre une Algérie colonisée et une Algérie réellement indépendante et démocratique a malheureusement duré trop longtemps.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique