Édition du
26 July 2017

De l'infantilisation du peuple.

Par Khoukoum Samy

Jamais, du moins depuis la « République » de Platon en passant par les écrits d’Ibn Khaldoun puis Hegel, une corporation à la tête d’un Etat n’a pu défier toutes les conceptions et théories sur ce que pourrait représenter « l’Etat » aux yeux d’un simple citoyen voir même d’un être vivant saint d’esprit. Jamais une poignée d’hommes aussi influente soit-elle, n’a réussi à faire du pouvoir de l’Etat un horrible instrument au service d’intérêts tantôt particuliers tantôt au service d’intérêts obscures. De l’infantilisation du peuple en le privant structurellement de ses libertés fondamentales, au viol permanant des consciences par des discours mêlés de propagandes et de mensonges depuis près d’un demi siècle, les « octo-dignitaires » du régime (octogénaires mais ‘‘dignement’’ infâmes !), dont Mr Zerhouni en le super « archétype », rares sont les moments où une société n’a éprouvé autant de sidération et d’indignation face aux pratiques administratives qui relèvent sans cesse d’un autre âge ! Pire, la conception de l’Etat chez ces dirigeants est telle que nos historiens doivent remonter à l’âge de pierre pour trouver des équivalents. Encore que ! Je n’en suis même pas sûre ! L’algérien n’est « citoyen » (droit d’obtenir sa carte d’identité ou fuir l’immonde avec un passeport…) ne l’est qu’à partir du moment où il doit témoigner d’une connaissance ou re-connaissance d’un de ses compatriotes sur un ban de collège, son nom, prénom, ce qu’il est devenu, pourquoi pas ses fantasmes d’antan… Ses envies, ses maladies chroniques ou passagères, ses antécédents métaboliques… Bref, Wallah, je vous le jure Monsieur Zerhouni que vous ne pouvez nous faire pire ! Et que si votre algèbre biométrique arrive à se concrétiser, jurez-nous que vous serez prêts – en retour – à ce moment-là, de nous dire et à tout le peuple toute la vérité et rien que la vérité sur le pourquoi de cette malédiction à l’encontre de notre chère Patrie ?


Nombre de lectures : 1537
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • samir
    16 avril 2010 at 17 h 55 min - Reply

    zerhouni fait partie de cette clique de voyous qui s’est accaparée l’independance de l’algerie et a confisquer le pouvoir du peuple.A ces yeux comme à ceux de la clique de voyous,le peuple algerien est leur propriété.ils se prennent vraiment au temps du feodalisme,au temps du servage.non messieurs les voyous!vous êtes des etrangers chez nous.vous n’êtes pas algeriens.notre societe vous vomis.notre societe en a marre de vous et de voir vos figures de voyous.notre societe a été trop tolerante envers vous et il est temps d’en finir.le compte à rebour a commencé et vos jours sont comptés.sachez que vous aurez des comptes à rendre au peuple et son chatiment sera impitoyable.l’histoire n’efface pas la trahison.




    0
  • cojite
    16 avril 2010 at 20 h 17 min - Reply

    ils doivent tous payer. tout algerien doit saisir, ou par le biais d’associations, le TPI pour déposer plaintes contre ces cannibals.

    qu’ils rendent toutes les richesses détournées à leur profits et celui de leurs ascendants. oulach smah oulach.




    0
  • Larbi Anti-DRS
    17 avril 2010 at 10 h 31 min - Reply

    Un connaisseur du qui est qui Algérien a dit, un certain temps déjà, que : la révolution de novembre 54 a été initié par des hommes, la révolution a elle-même forger des hommes est a comme tout processus vivant elle a « excrémente’ » des hommes. Cette dernière catégorie des « hommes de la révolution» a diriger l’ Algérie a sa fin.




    0
  • samir
    17 avril 2010 at 15 h 43 min - Reply

    petite précision historique.il n’y a jamais eu de revolution en algerie mais bien une lutte de liberation.une révolution fait evoluer les consciences.or cela n’a pas été le cas malheureusement pour la simple et bonne raison que les quelques rares ideologues de la lutte armée ont été soit evincé de la vie politique,soit réduit au silence definitivement.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique