Édition du
20 July 2017

Kidnapping de Ali Hassani : Boghni ville morte

El Watan 16 avril 2010

La grève générale à laquelle a appelé le comité du village d’Ath Koufi pour protester contre l’enlèvement, le 22 mars dernier, de Ali Hassani, un vieil homme de 80 ans, a été largement suivie, hier, au chef-lieu de la daïra de Boghni.

A l’exception de quelques rares commerces restés ouverts pour assurer un service minimum durant les premières heures de la matinée, le mot d’ordre appelant à la fermeture de tous les établissements a été observé, y compris par l’APC, Sonelgaz ou encore les agences bancaires de la ville. Les rues de Boghni se vidaient au fur et à mesure que les heures s’écoulaient. Cette grève se veut un message aux ravisseurs indiquant que la mobilisation des citoyens de la région pour exiger la libération sans condition de l’otage n’a pas diminué. Et ce, malgré les rumeurs qui courent dans la région, notamment depuis la revendication du rapt par le groupe terroriste armé katibat El Farouk, qui a mis en garde les citoyens qui s’aventureraient à sortir une nouvelle fois à leur recherche dans les maquis.

Il y a lieu de rappeler qu’après plusieurs actions (rassemblement, marche, grève générale, caravanes de sensibilisation) sans obtenir la libération de l’otage, plus d’un millier de citoyens s’étaient rassemblés, vendredi 2 avril, à Ath Koufi, sur les lieux du rapt, pour décider de monter dans les maquis de Tala Guilef à la recherche de ammi Ali. Ces citoyens avaient découvert plusieurs casemates contenant, entre autres, du matériel pour la fabrication de bombes, qu’ils ont remis aux forces de sécurité locales. C’est à la suite de cette action d’envergure que le groupe armé a décidé de revendiquer le rapt, avec une mise en garde à ces citoyens de ne plus partir à leur recherche sous peine de représailles.

« Nous sommes de simples citoyens. Nous ne pouvons objectivement nous lancer à la poursuite des groupes armés. Nos seuls moyens sont des actions de mobilisation, comme celles que nous organisons depuis l’enlèvement de ammi Ali », disent des citoyens. « La sécurité des personnes et des biens est du ressort exclusif des pouvoirs publics et des forces de sécurité. C’est pourquoi le deuxième objectif de cette grève générale est l’interpellation de ces derniers afin qu’ils s’impliquent de manière à garantir la sécurité dans la région », soulignent-ils encore.

Par Ahmed Meziani


Nombre de lectures : 3427
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • KARIMA
    16 avril 2010 at 20 h 57 min - Reply

    On devrait faire pareil dans toutes les villes de l’Algerie.




    0
  • citoyen
    16 avril 2010 at 22 h 02 min - Reply

    la population est soumise au rapt, chantage, insecurisation et messieurs vont allee faire la fete du petrole et gaz a coups de milliards d euros qu est dEvenu ma region?mon pays alors c la riséé DU MONDE bon de dieu.




    0
  • Arezki Nait Amar
    17 avril 2010 at 10 h 03 min - Reply

    EXCLUSIF : Ammi Ali a été libéré par ses ravisseurs sans aucune contrepartie financière dans la nuit de vendredi à samedi.Il a rejoint son domicile à Reghaia.Il a maigri mais il se porte bien.
    C’est grâce à la mobilisation permanente de la population de la daira de Boghni qu’il a été libéré.
    La solidarité chez les kabyles n’est pas un vain mot.J’espère que d’autres régions du pays tireront la leçon de cet événement.

    ================
    El Hamdou Lillah. Très bonne nouvelle, mon cher Arezki.
    La Rédaction LQA




    0
  • Arezki Nait Amar
    17 avril 2010 at 12 h 44 min - Reply

    Voici l’article de TSA daté d’aujourd’hui,samedi 17 avril et qui fait état de la libération de Ammi Ali :
    Son kidnapping a été à l’origine d’une forte mobilisation de la population : l’otage de Boghni libéré

    Imène Brahimi

    Kidnappé le 22 mars dernier par un groupe armé islamiste, le citoyen natif de Aït Kouffi a été libéré dans la nuit de vendredi à samedi, a-t-on appris de sources sûres. Il a été remis en liberté vers minuit, à Amechras, dans la daïra de Boghni, au sud de la wilaya de Tizi Ouzou. Les enfants de la victime ont récupéré leur père avant de l’emmener à Reghaïa, à l’est d’Alger, sans doute pour lui éviter la pression des visites au domicile familial.
    On ignore si une rançon a été payée en échange de cette libération. La famille de la victime était en négociations durant la journée de vendredi avec les ravisseurs.

    L’enlèvement du vieil homme âgé de 80 ans avait amené les habitants de Boghni à s’organiser en coordination des comités de villages. Cette structure a organisé des actions sur le terrain dans le but d’obtenir la libération sans condition du citoyen enlevé. C’est ainsi qu’une marche a été organisée dans la ville de Boghni, en plus de deux journées de grève les 30 mars et 15 avril. Un débrayage qui a fait de Boghni une ville morte avec l’adhésion spontanée de la population. Début avril, la même coordination avait organisé une battue dans les maquis de Tala Guilef.
    La libération de l’octogénaire de Boghni intervient au lendemain de la libération d’un autre citoyen. La victime B. Nordine, commerçant, a été relâchée à l’aube au village Aït Bouali à Beni Douala. Devant la dégradation de son état de santé, l’otage libéré a été mis en observation dans une clinique médicale. Aucune rançon n’a été versée, précise-t-on.

    17/04/2010 | 10:28 |




    0
  • le kabyle
    17 avril 2010 at 13 h 33 min - Reply

    Voici l’exemple type et parfait du moyen de lutte pacifique dont le peuple Algérien doit s’imprégner et s’inspirer pour libérer l’ALGERIE toute entière !

    Désormais, ici !
    A BOGHNI.
    A commencé aujourd’hui
    La LIBERATION de notre chère patrie
    L’ALGERIE !!!

    Le pouvoir (système + D.R.S.) a finalement cédé et reculé devant la ferme détermination du peuple ALGERIEN !!!

    Hasta la victoria siempré !

    Tanmirth.




    0
  • el-amel
    18 avril 2010 at 8 h 36 min - Reply

    Le fondateur de la Confrérie Rahmanya est originaire de Boghni, et ce rassemblement de la population autour de la personne de ammi Ali âgé de plus de 80 ans, marque les valeurs islamiques auxquelles est très attachée la kabylie, la solidarité et le respect pour la vieillesse.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique