Édition du
25 March 2017

Crimes de sang à répétition à La Casbah

Les agressions prennent de l’ampleur dans ce vieux quartier

Crimes de sang à répétition à La Casbah

Les habitants de La Casbah, qui ont beaucoup souffert du terrorisme, patissent tout autant de la petite délinquance.

Un crime a eu lieu dans la soirée de vendredi dernier à la Basse-Casbah : un jeune a été tué d’un coup de couteau au cœur. « L’altercation s’est produite vendredi à 21h, lorsque la victime est sortie demander aux jeunes qui s’injuriaient sous sa fenêtre de se calmer. L’un d’eux, surexcité, l’aborde au pas de sa porte et lui plante un couteau dans le cœur. Pourtant, les deux personnes se connaissaient et habitaient à Droudj El Kebda, non loin de la mosquée Safir, communément appelée Djamaâ Lihoud. La victime, la trentaine bien entamée, père de trois enfants en bas âge, a été enterrée samedi », raconte un habitant de la rue Porte-Neuve qui soutient que le jeune était « sans histoires, comme d’ailleurs sa victime plus âgée que lui de presque dix ans ».

Les crimes ne se comptent plus à La Casbah. L’élément déclencheur de ces situations fâcheuses est essentiellement le tapage nocturne. « Que quelqu’un intervienne pour raisonner les jeunes, réunis au bas de son habitation, et il est aussitôt pris à partie par les bandes », explique notre interlocuteur. Aucun quartier de La Casbah n’est épargné. « Pareilles situations sont signalées à la rue Porte-Neuve, Debbih Chérif ou Ali Amar, ou encore au square Port Saïd. Des jeunes veulent instaurer leur loi sans qu’ils soient aucunement gênés. Ils manient le couteau et s’en prennent aux habitants, mais surtout aux étrangers de passage, souvent sans défense », assure un résidant de la Haute-Casbah qui fait remarquer que de jeunes mineurs forment le « gros » des bandes de délinquants. « Il n’y a pas si longtemps, des bandes s’étaient bagarrées à coups de barres de fer dans les rues adjacentes à la mosquée Ketchaoua.

Ces jeunes appellent souvent en renfort leurs copains, assure-t-il. Les habitants qui ont beaucoup souffert du terrorisme pâtissent tout autant de la petite délinquance. » La présence policière ? « Rare », se désolent les habitants qui commencent à s’habituer à cette situation depuis presque 10 ans. « Il existe 5 commissariats qui ceinturent de toutes parts La Casbah, mais on ne remarque que rarement des policiers dans les rues, surtout la nuit. Il y a 6 ans, leur présence était plus forte », s’indigne un habitant de l’ex-rue du Lézard. « Un nouveau poste de police a été implanté à la Rampe Valée (actuelle Louni Arezki), mais rien ne va changer, les policiers préfèrent rester cloîtrés dans leur commissariat sans vraiment mener des incursions à l’intérieur de La Casbah et mater ainsi ces bandes assurées d’impunité. »

En plus des agressions à main armée signalées entre bandes rivales, on remarque la présence importante de dealers. « Des jeunes de tous les âges vendent de la drogue. Un crime s’est passé sur une placette où activaient la nuit ces petits dealers. Un jeune, complètement saoul, est venu, machette à la main, sur la place où se réunissaient les vendeurs et égorgea un consommateur habitué des lieux », racontent des riverains de ce site « connu de tous, et même de la police. » Nos tentatives de prendre attache hier avec les services de la Sûreté de la wilaya d’Alger se sont avérées vaines. L’intérimaire du chargé de la communication n’était pas joignable.

Par Nadir Iddir


Nombre de lectures : 8602
26 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • jeff
    19 avril 2010 at 15 h 02 min - Reply

    Rectification

    Il ne s’agit pas de la mosqué SAFIR mais la mosquée FARES, anciennement synagogue d’Alger. Elle est connue par son nom « djamaâ LEYHOUD », la mosquée des juifs. Quant à la mosquée SAFIR, elle existe bel et bien à la Casbah à coté de la mosqué SIDI M’HAMED ECHERIF. Se sont des lieux d’une très haute symbolique dans l’histoire de la casbah, juste pour porter à la connaissance des lectures néophytes.

    Fraternellement aux lecteurs de LQA




    0
  • brahmi16
    19 avril 2010 at 17 h 13 min - Reply

    Tous les algeriens sont traumatisés par la violence de ce regime.En chacun de nous sommeille un voleur, un criminel, voila le resultat de 50 années d’ oppression et de gouvernance par la terreur.il ne faut pas se cacher la face et reconnaitre que nous vivons un veritable desastre à tous les niveaux.c’ est la decheanche totale.le pouvoir porte la dramatique responsabilité d’ avoir detruit les valeurs de toute la société algerienne.




    0
  • le kabyle
    19 avril 2010 at 18 h 56 min - Reply

    Trés bien vu et dit JEFF. En effet, Djamaâ Safir est tout proche ou pas trés loin de Djamaâ Sidi M’Hamed Cherif qui n’est pas trés loin également de Qahwet Laârich, donc, dans la partie Haute de la Casbah, tandis que Djamaâ Lihoud se trouve juste en face du marché. Pour l’Histoire, rappelons que durant la Révolution, la Synagogue dite Djamaâ Lihoud fût l’objet de plusieurs attaques à la grenade par les fidaiyines de notre Djebha. Elle fût par la suite tranformée en poste avancé occupé par les Zouaves qui étaient également au cinéma EL DJAMEL de la rue Rovigo de l’époque, DEBIH Ali actuellement, et qui avait fait l’objet des mêmes attaques de la part des jeunes fidaiyines de Yacef SAÄDI et de son adjoint pour la zone Soustara et Cité Biche le glorieux Chahid Arezki LOUCHENE rahimatou lahou aâlih ! Qui se souvient du Chahid LOUCHENE ya hasrah…!!! Ya dine ALLLAH !!! Enfin… laissons le puit avec son couvercle, il vaut mieux ! C’était des quartiers entièrement habités et uniquement par des Kabyles et des Biskris originaires de Tolga plus exactement, wa tarikh yech had !!!

    Tanmirth.




    0
  • ali
    19 avril 2010 at 22 h 35 min - Reply

    @Le kabyle
    lA RUE ROVIGO NE SERAIT PAS PLUTOT LA RUE DEBBIH CHERIF et non ALI?
    il y’a un college Debbih Cherif du nom d’un chahid originaire de GUENZET (KABYLIE DES BABORDS)dans la partie superieure de la rue (en allant vers bab djedid




    0
  • Bladi
    20 avril 2010 at 3 h 45 min - Reply

    C’est exactement ce que veut ce sale pouvoir de vampires. Piller les richesses de notre pays n’est pas suffisant pour ces meurtriers. Ils veulent nous faire tourner contres nous mêmes voisin contre voisin frère contre frère pour qu’on les laisse sucer notre sang en toute tranquillité. Ils veulent nous réduire en cannibales tandis que leurs familles son a l’abri a Paris ou Monte Carlo.
    De quelle police de traitres, de quels services de sécurité de la honte parlez-vous? Ils sont les premiers à encourager la propagation de la drogue, vols, prostitution, etc…
    C’est une catastrophe de proportions astronomiques et à moins qu’on assume nos responsabilités ils continueront à exécuter leur plan bien précis d’anéantir ce peuple qu’ils méprisent. Dire que ces vampires sont issus de ce peuple me donne la nausée. A quand la délivrance de notre pays cher frères et sœurs?! A quand devrions nous attendre?




    0
  • mourad
    20 avril 2010 at 8 h 53 min - Reply

    bonjour à tous,

    la casbah est un quartier que je connais bien parce que j’y allais souvent dans mon enfance.. que ce soit pour des balades ou acheter des pétards avant el mouloud, ou juste pour dénicher des trucs dans les brocantes… c’est un quartier tellement riche en histoires… après mon mariage, je voulais partager ça avec ma femme qui connait pas du tout ce quartier, mais je ne l’ai jamais fait… les nouveaux habitants de la casbah ne sont plus les memes, la sérénité et le respect qui y regnaient n’existent plus malheureusement… pour moi c’est quartier à vider de ses skatteurs et a fermer pour restauration, et ouvrir un musée plus tard, surveillé et géré par des gens qui aiment ce quartier… malheureusement nos dirigeants n’en ont rien a faire de tt ça, normal parce qu’ils viennent d’oujda et d’ailleurs.. triste algérie…




    0
  • jeff
    20 avril 2010 at 8 h 54 min - Reply

    @ Kabyle

    En effet, AREZKI LOUCHENE « alias le renard », de son vrai non BOUZRINA AREZKI a mené la vie dure aux troupes de MASSU et BIGEARE. Arrêté en compagnie de DEBBIH CHERIF. Ils sont morts ensemble sous la toture d’un certain Lieutenant SCHMITT chef des opérations pour la zone autonome d’Alger. Comble de l’ironie, le fameux lieutenant SCHMITT est devenu chef des forces armmées française 1994. Une année après, donc 1995, il effectue un voyage officiel en Algérie. Il était reçu par le chef des forces armées algérienne, le général du corps LAMARI Mohammad. Pour rappel ce dernier était ancien sergent de l’armée française et a servi sous l’autorité du fameux SCMITT lors de la bataille d’Alger. Ce n’est pas une blague Sergent Garcia a bel et bien rencontré son ancien chef mais avec un diffferent uniforme.




    0
    • salam alikom
      24 août 2012 at 22 h 57 min - Reply

      alors que je cherchais sur le net des infos sur mon grand père H’didouch BOUZRINA je tombe sur votre commentaire et je ne néglige aucune source information je vous demanderai d’avoir l’amabilité de me contacté pour plus d’information si c’est possible merci d’avance amine.tuning@facebook.com




      0
  • nomade
    20 avril 2010 at 10 h 07 min - Reply

    que tous ceux qui constituent la pyramide du mal ne viennent pas un jour nous(le peuple) dire qu’ils etaientt des subordonnes, qu’ils devaient prendre des ordres , qu’ils n’avaient pas le choix.
    si , vous avez le choix de demissionner!!!
    tous ceux qui constituent la colonne vertebrale de ce systeme crapuleux, la police , la gendarmerie, l’armee et justice sont compables devant ce peuple.
    un jour vous serez tous justiciables devant tribunal populaire.
    question:ou est passe el-mehdi el moutadhar, celui qui a ete reelu un 9 avril 2009.




    0
  • nomade
    20 avril 2010 at 10 h 38 min - Reply

    @ ali:

    le chahid ,DEBBIH CHERIF rahimahou allah, etait l’artificier dans la zone autonome d’alger. son nom de guerre etait si mourad.
    il n’est pas originaire de guenzet.toufik l’est.
    DEBBIH CHERIF appartient a la tribu des ouled derradj composee entre autre par les debbih,demmene -debbih, messaoud debbih, gallab-debbih. cette tribu s’est etablit dans le hodna, barika, msila, biskra, batna,ain- mlila, en gros dans le centre-est du pays.
    leur grand pere derradj etait un soldat dans l’armee de sidna okba ibnou nafaa.
    le stade de ain-mlila ,d’ailleur porte le nom des 3 freres chouhadas:les freres messaoud debbih.
    la mere de si mourad a ete chassee de sa villa a el-biar apres 1978 par le dafiste belkheir .LE HARKI DE TOUS LES TEMPS.
    les hommes , LES GUERRIERS,qui n’ont pas peur de la mort,font la revolution et les laches, les poltrons, tapis dans l’ombre, dans leur trous, dans leur caves, l’heritent et en font un festin.




    0
  • Guerrière de la lumière
    20 avril 2010 at 12 h 44 min - Reply

    @ Kabyle!

    Waalach T’Kheli l’bir beghtah? Y’en a marre des secrets!!!!
    Ôtez les couvercles et laissez la lumière atteindre les fonds des puits! Peut être découvrirons nous du pétrol pour ce peuple enfin.




    0
  • le kabyle
    20 avril 2010 at 16 h 23 min - Reply

    @Ali.
    Effectivement Ali, vous avez parfaitement raison ! Mais je connais, beaucoup plus, les anciennes dénominations de mon quartier plutôt que les nouvelles… C’est malheureux, je le reconnais, mais c’est comme çà ! Et je le regrette vivement, croyez-moi.

    Toutefois, et ça, c’est plus que sûr et certain ! Le Chahid DEBBIH Chérif est bien natif de GUELMA et non de GUENZET ! Je regrette vivement… Demandez à son épouse et à sa propre fille qui sont toujours en vie, elles vous le confirmeront et sans problème. Car à chaque commémoration de la mort du Chahid, la presse nationale écrite et télévisuelle précisent bien que DEBBIH Chérif, Allah Yerham CHOUHADAS, est bien né à GUELMA et non à GUENZET !

    Mais vous savez… de la rue ROVIGO, du CADIX, de la rue DUPUCHE et de ses écoles : DORDOR ou bien celui des jeunes filles ainsi que de sa Maternelle, de la rue MOGADOR ou de la rue Saint Augustin voire la rue du Père LEVACHER etc… on peut en parler des heures durant voire des jours… Comme par exemple, l’annecdote du mitraillage du CADIX et du bar des Pieds-NOIRS du quartier de Monsieur MANOUSSE par le FLN.

    Je ne sais pas, mais c’est vraiment malheureux pour moi. Je n’arrive pas encore, au jour d’aujoud’hui, à retenir les nouveaux noms donnés aux ruelles, aprés 62 ! Et qui portent, pourtant, les noms de nos Glorieux CHOUHADAS qui sont ETERNELS, pourtant !

    C’est à mon avis, une véritable aliénation de ma part et une faute impardonnable ! Je le reconnais. So, I beg your pardon, mate ! Cheers…..

    Tanmirth.




    0
    • kattia
      20 mars 2013 at 11 h 55 min - Reply

      je regrette infiniment mais debih cherif est originaire de guenzet et non pas a guelma je suis de sa famille et autre chose ce noble martyr ne s’est jamais marié il est né a el biar alger. il a combattu au cotés de yacef saadi et didouche mourad. je peux même vous montrer ou il habitait si vous voulez voila c’est la pure vérité. rabi yerham echouhada inchallah. on est d’origine kabyle alors svp arrêtez de mettre n’importe quoi svp




      0
  • le kabyle
    20 avril 2010 at 19 h 48 min - Reply

    @la guerrière de lumière. With all my respects to you, dearest !

    Aâlach yakhti dè leklam a g’bih ?
    May djib ghir el ham wal aâr bla tebrih !
    Anti gadrak aândna aâziz ou ghali
    Khali el bir beghtah i khabi
    Wech dè z’mène ma hab i wari
    Wala i oôud yatlaâ lik ki rouhani
    Wi hatmak kil kass as soudani
    Li yaklou al qourtas fel yalli !

    Gente Dame ! Ai-je quelque grâce à vos yeux ? Allez-vous me forcer à dévoiler certaines vérités, des gens de mon quartier, qui pourraient les mettre en pleine disgrâce aux yeux des vivants d’aujourd’hui ? Non, madame ! Je n’ai pas le droit de détruire la vie de gens et de certaines familles… Je ne suis pas un historien pour écrire l’Histoire avec un grand « H » ! Je peux me troper, comme par exemple je viens de constater que le Chahid LOUCHENE, en fait, ne s’appellait pas Arezki mais SAID !!! Et Jeff de lui faire porter, par ma faute le nom de BOUZRINA, ce qui est faux ! Parce qu’il ne s’agit pas de la même personne… tout simplement. Alors, vous voyez comment on peut se tromper assez facilement !

    La Révolution Algérienne est comme la boîte de Pandorre, si on l’ouvre… il va y avoir de terribles dégâts ! Et beaucoup de casse, croyez-m’en ! Alors, ne tentons pas les démons, car nous avons suffisamment à faire avec ceux que nous avons maintenant !!! Vous savez, c’est pas simple ! La Révolution Algérienne est un Hydre qui a dévorré SES MEILLEURS ENFANTS, les CHOUHADAS !!! Quand je pense à un autre Héros de mon quartier, le Chahid Mohammed BOUDIA qui a été le cerveau et l’exécuteur de l’attentat de Mouripiane à Marseille, quelle reconnaissance a-t-il eu lui et ses enfants qui souffrent et qu’ils n’ont même pas la reconnaissance d’être des fils de CHAHID, le pouvoir algérien le leur a interdit parce que leur père qui fût un ardent Benbelliste a été contre le putch de Juin 65 de feu Boumédienne ! Il fût poursuivi et recherché par la SM de l’époque de Kasdi Merbah à tel point qu’il a été contraint de s’exiler en France à Paris plus exactement pour échapper par les autorités de son propre pays qu’il avait contribué à libérer, quel cruel destin ! Il resta dans l’opposition à tel point que le pouvoir algérien de l’époque s’allia aux services du Mossad pour l’éliminer… Alors, c’est vous dire, et c’est bien pour celà qu’il faille laisser el bir beghtah ! Les deux partie, algérienne et israelienne avaient intérêt à le faire puisque le Mossad s’est vengé de lui pour avoir été le cerveau de l’attentat des Jeux Olympiques de munich contre la délégation Israelienne… Mohamed BOUDIA, fils de la Casbah et originaire de la KABYLIE, plus exactement de BOUIRA, et grand chef opérationnel en Algérie et en Europe n’a jamais eu toute la reconnaissance du VRAI HERO qu’il était par nos harkis de la DAF que personnellement j’appelle non pas les DESERTEURS(toz! et hachakoum) de l’Armée Française mais les DEFENSEURS de l’Armée Française !!! Dites à Monsieur Yacef SAADI de nous parler de Arezki OU VAVASS de Bab Edjdid propriétaire du café Maure prés de Hamam de Bab Edjdid ? Pouriez-vous poser des questions aux membres de sa famille, à ses propres enfants, par exemple sur le pourquoi que leur papa a été abattu dans son propre café par un jeune fidai des commandos de Yacef SAADI, et je vous jure que j’étais présent lorsque cette personne a été abattue !!! Et pourtant ses enfants, aujourd’hui, essayent de demander à Yacef de dire que leur père a été un chahid. Chose, bien sûr que Monsieur Yacef SAADI a refusé catégoriquement et on le comprend, puisque c’est lui-même qui l’a condamné et ordonné son exécution !!!

    Alors, Madame ? Devons-nous LAISSER EL BIRGH BEGHTAH ! Ou bien ouvrir le couvercle et alors toutes odeurs nauséabondes vont s’en dégager !? Tell me, please ! And Help me…..

    Avec toutes mes amitiés et mes respects.

    Thanmirth.




    0
  • l.leila
    21 avril 2010 at 0 h 37 min - Reply

    Bonjour,
    @ compatriotes,
    Dans son ouvrage, le général AUSSARESSES, désigne par la lettre D, le lieutenant qui avait assassiné le chahid maître BOUMENDJEL. Ne serait-il pas une autre figure bien cachée au sein du pouvoir?




    0
  • Guerrière de la lumière
    21 avril 2010 at 12 h 40 min - Reply

    @Kabyle,
    Aghma Amokrane i aarizen…

    Je suis désolée de vous avoir blessé ou vous avoir fait revivre des moments douleureux de la révolution algérienne! Vous êtes notre Trésor … notre Histoire!

    Si on n’écrit pas l’histoire, avec le temps les souvenirs s’estompent et s’effacent..et la mémoire nous fera défaut.

    Je respecte votre position, je sais que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Mais quand le secret détruit aussi des milliers d’autres familles, que dire …..

    Vous savez, un jour quelqu’un m’a raconté l’histoire des juifs tués par des nazzis.
    Il m’a dit qu’avant d’être tués à leur tour, ils écrivaient sur les murs avec le sang de leurs frères « N’OUBLIEZ JAMAIS »!

    L’écrit reste, c’est le testament éternel pour les générations futurs.

    J’espère qu’un jour,toutes les vérités seront dites et écrites.

    Pour que l’Algérie se libère de tous les fantômes qui l’a hantent!

    Respectueusement et affectueusement à vous!




    0
  • le kabyle
    21 avril 2010 at 19 h 41 min - Reply

    @La guerrière n’tafat ! Vous êtes toute pardonnée a tassad tamaâzouzt…

    Li qoul el haq ou yestaâref bel ghalta
    Aând rabi laâziz aâdou hema ou chèda.
    Guimtou aâliya ou m’ssadra
    Bè tadj lehrir ou kelemtou fi laâlali bè d’heb èmqadra !!!

    Amine ya rab el aâlamine !

    Ak yaharzem rabi al maâboud ench’Allah a tassada en’tamourth Igawawène !!!

    Je pense sincèrement qu’écrire l’Histoire Algérienne ce sera réouvrir, dangereusement, toutes les plaies encore vivaces dans nos mémoires violées et toutes les stigmates portées encore sur nos de toutes nos tragédies passées. Voilà !

    Mais il nous faudra, pourtant, bien écrire cette Histoire là, Si nous voulons conjurer à tout jamais ces êtres démoniaques de l’Histoire qui nous habitent encore… afin de mieux nous éloigner et DEFINITIVEMENT des rives improbables de nos incertitudes sans lendemain auxquelles nous sommes bien malheureusement confrontés, aujourd’hui !

    Et en celà, Guerrière n’tafat, vous avez parfaitement raison !!!

    Thanmirt.




    0
  • ali
    21 avril 2010 at 23 h 54 min - Reply

    @NOMADE
    jE SUIS AU REGRET DE VOUS DECEVOIR .
    Debbih cherif est un martyr auquel je me suis interssé depuis longtemps .J’avais enseigné alors qu j’etais etudiant au college qui porte son nom , ce qui m’a poussé à chercher à connaitre son histoire.
    voici ce que j’ai trouvé paru dans le soir d’algerie suite à un compte rendu d’une commemoration officielle.

    Au second jour de cette commémoration, la délégation a fait un pèlerinage jusqu’à Guenzet Nath Yala, à 86 kilomètres de Sétif, pour se recueillir sur la tombe de Arezki Kehal. En cours de route, la délégation a fait un arrêt à Titest, à l’entrée de la région des Ath Yala, pour contempler, dans un climat de recueillement, la maison parentale du colonel M’hamed Bouguerra, chef de la Wilaya 4. La famille du chef historique est originaire de cette petite commune. Plus loin, à Tigets, pas loin de Guenzet, la délégation a observé une autre halte pour rendre hommage à une autre grande figure de la Révolution algérienne, Debbih Cherif en l’occurrence, qui a vu le jour dans cette bourgade. Un petit musée y est érigé. A quelques kilomètres de Guenzet, plus exactement à Timenkache, lieu de naissance d’une icône de la guerre de libération, Malka Gaïd,

    @je n’ai pas trouvé de trace de naissance de DEBBIH CHERIF A guelma.Peut etre qu’il y a travaillé ou sejourné.

    vous comprendrez bien qu’on erige pas un musée a guenzet pour un natif de Guelma
    allah yerham echouhadda




    0
  • ali
    22 avril 2010 at 0 h 05 min - Reply

    @nomade
     » setif rend hommage a un precurseur de novembre »in le soir d’algerie du 27/04/2009

    guenzet n’a pas donné que toufik
    SÉTIF REND HOMMAGE À UN PRÉCURSEUR DE LA RÉVOLUTION DE NOVEMBRE

    A travers cette cérémonie, c’est tout un pan de l’Histoire de l’Algérie qui est exhumé», a déclaré Abderezak Bouhara, vice-président du Sénat et ancien militant du Parti du peuple algérien (PPA), à l’occasion de la célébration du 105e anniversaire de la naissance de Arezki Kehal, membre fondateur du parti cité plus haut.
    Derrière cette initiative, on y trouve Ghafir Mohamed, dit Moh Clichy, dit Da Mohand, ancien responsable de la Fédération de France et natif du même village que le martyr. Da Mohand milite depuis des années pour que soient reconnus le rang et la valeur de ce grand militant et dirigeant politique que fut Kehal. Cette commémoration s’est concrétisée avec la contribution de l’association Mechaâl Echahid et l’appui du wali de Sétif, Noredine Bedoui. Elle a été célébrée le 24 avril qui coïncide avec la date de naissance (avril 1904) de l’un des premiers martyrs victime avant le 1er Novembre. Ali Mahsas, ancien militant du PPA et dirigeant de la révolution armée actuellement sénateur, Abderezak Bouhara, membre du PPA et vice-président du Sénat, Abdelhafid Amokrane, ancien ministre, Athmane Belouazdad, membre des 22, Aïssani Amar, ancien adjoint de la Wilaya 3, Mohamed Guenifed, commandant de la Wilaya 3, et d’autres importantes personnalités ont effectué le déplacement dans la capitale de la Petite- Kabylie, Sétif, pour prendre part à cette commémoration et contribuer ainsi à ce devoir de mémoire de notre pays. «C’est grâce à la vision, à la clairvoyance et au sacrifice de Kehal Arezki et de ses compagnons que le 1er Novembre est rendu possible», dira Athmane Belouazdad. Les personnalités présentes se sont succédé pour faire l’éloge de ce précurseur du combat libérateur. Au second jour de cette commémoration, la délégation a fait un pèlerinage jusqu’à Guenzet Nath Yala, à 86 kilomètres de Sétif, pour se recueillir sur la tombe de Arezki Kehal. En cours de route, la délégation a fait un arrêt à Titest, à l’entrée de la région des Ath Yala, pour contempler, dans un climat de recueillement, la maison parentale du colonel M’hamed Bouguerra, chef de la Wilaya 4. La famille du chef historique est originaire de cette petite commune. Plus loin, à Tigets, pas loin de Guenzet, la délégation a observé une autre halte pour rendre hommage à une autre grande figure de la Révolution algérienne, Debbih Cherif en l’occurrence, qui a vu le jour dans cette bourgade. Un petit musée y est érigé. A quelques kilomètres de Guenzet, plus exactement à Timenkache, lieu de naissance d’une icône de la guerre de libération, Malka Gaïd, ces pèlerins d’un jour ont effectué une troisième halte pour un moment de méditation. Les Yalaouis étaient nombreux ce vendredi à accompagner la délégation venue se recueillir sur la tombe de leur fils. Arezki Kehal avait semé la graine sur une terre farouchement libre qui a permis à d’autres combattants de surgir pour reprendre le flambeau de la lutte. La liste de Guenzet Nath Yala est longue à énumérer.
    Abachi L.

    vous avez dit ouled derradj?




    0
  • nomade
    23 avril 2010 at 16 h 06 min - Reply

    oui , le general schmitt est venu en algerie lors de la decennie noire pour conseiller le dafiste lamari mohamed .scmhitt fut un officier sous massu.
    sources: algerie crimes et mensonges d’etat.
    ser




    0
  • kamal. d
    8 mai 2010 at 22 h 52 min - Reply

    le chahid debbih cherif est ne a el biar alger d’origne de la petite kabylie (harbil – tiget )une toute petite precision que je voulais apporter merci.
    mais l’histoire c’est le role des historiens et ce n’est pas a n’importe qui.




    0
  • ali
    12 mai 2010 at 22 h 39 min - Reply

    @ KAMAL
    merci pour la precision

    C’est ce que j’ai ecrit , et qui a offusqué @NOMAD qui semble confondre DEBBIH et DMENE DEBBIH
    HARBIL EST UN VILLAGE DE LA DAIRA DE GUENEZT w de setif
    ( GUENZET DES ATH YALA ) qui SE TROUVE EN PETITE KABYLIE.

    allah yerham echouhadas




    0
  • kamal
    15 mai 2010 at 23 h 27 min - Reply

    a Ali
    tout a fait daira de guenzet w de setif et nomade confond les Debbih et les demene debbih et gloire a tous nos chouhadas




    0
  • said
    16 mars 2012 at 19 h 19 min - Reply

    DEBBIH cherif est né à la scala EL BIAR Alger.
    originaire de village TIJET, douar HARBIL SETIF
    Il était chef politico militaire de la ZAA responsable réseau bombe a alger. Il est tombé au chanps d’honneur à la basse casbah. lire la bataille d’alger de y. courriere.




    0
  • moutamaride
    13 janvier 2013 at 0 h 59 min - Reply

    Le peuple algerien est trahi dans son ame donc il est indisponsable que nous prenons notre responsabilite vis avis de ces crimnels qui ont confisque le droit
    d’existance a ce peuple le syteme « boussf boys » MALG + DAfistes doit disparaitre
    de la sphere algerienne ces deux facteurs ont incarne le mal pour l’algerie




    0
  • DEBBIH
    19 janvier 2016 at 21 h 05 min - Reply

    DEBBIH CHERIF DIT SI MOURAD

    Né a la scala EL BIAR ALGER en 1926 originaire du village tiget commune de HARBIL
    SETIF .
    A séjourné dans le cadre des missions « PPA MTLD » et en tant que membre de l’OS dans
    plusieurs villes d’Algérie (est et ouest).

    allah yarhame echouhada




    0
  • Congrès du Changement Démocratique