Édition du
24 July 2017

BOUMERDÈS : Le DRS enquête à l’INPED

Le Soir d’Algérie, 29 avril 2010
L’Institut national de la productivité et du développement industriel (Inped) de Boumerdès fait l’objet d’une enquête menée par les services du Département du renseignement et de la sécurité (DRS). Des doutes pèsent sur un marché, libellé en euros, passé par cet institut qui dépend du ministère de l’Industrie et de la Promotion des investissements que dirige Abdelhamid Temmar, un des proches du président de la République.
En effet, et selon nos informations, des officiers du DRS se sont présentés à l’Inped, sis à Boumerdès, pour demander certains documents. Ils ont aussi sollicité des informations sur un marché de prestations de service, d’un montant 47 894,75 euros, signé le 11 avril 2009, le jour même de l’exécution de l’objet de cet accord. Par ce contrat, passé de gré à gré, la Sarl Fidusam basée en Suisse s’engageait à dispenser 28 journées de formation au profit des formateurs de l’Inped. La journée est facturée, selon les termes du marché, à 1 300 euros, hors taxes. Il est spécifié dans le contrat que les taxes – 24 % du montant — sont à la charge du client. Les enquêteurs veulent savoir, selon nos informations, si la prestation a été réalisée en totalité, comme convenu contractuellement. En outre, ces enquêteurs voulaient savoir pourquoi ce marché n’a pas été agréé par une commission des marchés, comme l’exige la loi, et pourquoi l’Inped n’a pas consulté les écoles algériennes qui dispensent cette même formation, portant sur le nouveau système comptable et financier (CSF) référencé IAS/IFRS. En effet, des écoles algériennes font apparaître régulièrement des annonces publicitaires à ce sujet. Nous avons sollicité, par écrit, le directeur général de l’Inped, M. Abderrahmane Mouffek, sur ces points ainsi que d’autres volets de ce dossier. Mais aucune réponse ne nous a été donnée. L’agent du Bureau d’ordre général de l’Institut aurait même été réprimandé pour le fait d’avoir réceptionné notre lettre. Certaines questions sur cette affaire restent pour l’heure sans réponse. L’une d’elles se rapporte aux destinataires de cette formation. Dans la liste des quinze stagiaires qui l’ont suivie, figurent sept experts comptables et un commissaire aux comptes. Il s’agit donc de professions libérales. Ces personnes sont-elles liées par un contrat de formation avec l’Inped ? Ont-elles remboursé leurs parts de frais de formation ? Quel l’intérêt a l’institut à dépenser de l’argent, en devise, pour former un agent à la retraite, un second en situation de préretraite et un troisième lié par un contrat à durée déterminée (CDD). Par ailleurs, le fournisseur n’aurait pas accompli toutes les prestations prévues par le marché. Dans une lettre signée par le directeur des études et conseil (DEC) de l’Inped, au gérant de la Sarl Fidusam, qui est en même temps le formateur, il a été signifié à ce dernier qu’il ne lui sera payé que 26 000 euros (hors taxes), alors que le marché conclu prévoit un montant de 36 400 euros, en hors taxes également. Le signataire de cette lettre motive le refus de l’Institut de payer la totalité de la somme par la non-remise des supports et du rapport d’évaluation, ainsi que par le constat d’insuffisances pédagogiques de ladite formation. «En quasi-totalité, les participants sont des consultants (experts-comptables) et des opérationnels de la comptabilité (personnel comptable de l’Inped), c’est-à-dire des praticiens et non des enseignants», peut-on lire dans cette lettre. La sélection des participants a été faite par le client, c’est-à-dire l’Inped. C’est, en outre, pendant le déroulement de cette formation qui, au vu du marché, a normalement duré 28 jours, que l’on a décelé des insuffisances. Cette lettre souligne certaines suspicions sur ce marché, dont la valeur en service n’aurait pas été réalisée. C’est l’une des questions adressées au patron de cet établissement de formation, restée sans réponse. Par ailleurs, nos sources affirment que les enquêteurs du DRS ont pris connaissance d’un message électronique adressé par le gérant de la Sarl Fidusam, M. Salem Sam, à la Direction générale de l’Inped et au Département ministériel de M. Abdelhamid Temmar. Dans ce message, M. Salem Sam accuse un responsable de l’Inped de faire pression sur lui en vue d’obtenir une compensation financière. Sur cette question précise, nous n’avons pas, non plus, eu droit à des éclairages de la part du numéro un de l’institut. Sur le plan des relations commerciales contractuelles, comment l’Inped ne pourrait pas craindre des retombées judiciaires préjudiciables, au regard de cette volte-face et du reniement d’un engagement, si, bien entendu, tout a été fait dans les normes légales et dans la transparence ? Y aurait-il eu connivence entre les deux parties ? L’enquête le déterminera probablement. Il y a lieu de noter que les représentants des travailleurs ont, en temps utile, dénoncé ce contrat, le jugeant inopportun et coûteux. Mais il ont été vertement éconduits par leur DG.
Ramifications ministérielles
Suite à ce dossier, les enquêteurs pourraient étudier d’autres pistes, comme celle de la sélection et du recrutement de cadres dirigeants. Nous disposons une copie du placard publicitaire de recrutement d’un DG à l’Inped. Il est exigé des candidats un doctorat et une qualification complémentaire en management. Ce que l’actuel DG ne possède pas. L’on susurre que le cabinet d’études qui a réalisé cette opération de recrutement appartiendrait au fils d’un haut et puissant dirigeant du ministère de l’Industrie et de la Promotion des investissements (Mipi). Les enquêteurs seront probablement intéressés par la question des types de relations qu’entretient ce bureau d’études, des commandes du Mipi ou d’autres structures ministérielles qu’il a reçues, ainsi que des montants réglés. Pour revenir au volet recrutement, ce bureau d’études s’est contenté, selon ce que l’on a comme information, d’embaucher deux personnes, dont l’actuel DG de l’Inped, qui étaient employées par un autre bureau d’études qui a également travaillé pour ce ministère.
Abachi L.


Nombre de lectures : 13657
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • hammou
    29 avril 2010 at 15 h 57 min - Reply

    ils enquetent sur un marché de 48000 euros,alors que des milliards d’euros sont partis en fumée.3ajeb




    0
  • Alilou
    29 avril 2010 at 17 h 56 min - Reply

    Une tempete dans un verre d’eau.




    0
  • Berry El hadi
    1 mai 2010 at 3 h 52 min - Reply

    Le DG actuel est connu pour incompetence averee lorsqu’il etait a L’Inelec. Il a coule cet etablissement mais avec ses connivences mafieuses il se retrouve a l’Inped lorsque les responsables de l’Universites l’ont mis dehors.




    0
    • youcef
      21 janvier 2014 at 22 h 56 min - Reply

      Je viens juste d’apprendre cette affaire de l’INPED et malgré que c’est un peut-être tard je tiens quand-même à apporter quelques éclaircissements et vérités.
      Je ne te connais pas bien Mr.Berry, mais je suis sûr que tu es de mauvaise foi, mais alors de vraie mauvaise foi.
      J’ai eu cette chance de travailler avec Mr. Moufek, et à deux reprises, et laissez-moi vous dire que Mr. moufek est de cette espèce que l’on rencontre très très peu de nos jours.
      Et j’ai eu l’occasion de vous rencontrer à deux reprises, et vous savez la question que je me suis posée, eh bien c’est la suivante: »Mais qu’est-ce qu’il a à faire ce bonhomme avec Mr. Moufek? »
      Passons à autre, avez-vous connu l’INELEC à ses débuts? Non ou de très loin. C’est surtout grâce à Mr. Moufek que cet Institut a été développé pour atteindre un niveau digne des grandes écoles occidentales et ce jusqu’à l’avènement de l’université. Et alors là j’insiste Mr. moufek est la seule personne qui a résisté et s’est opposé à la destruction de l’INELEC en tant que future Grande Ecole. Allez voir combien d’anciens étudiants de l’INELEC occupent des de hautes responsabilités dans de grandes sociétés multinationales!
      Mr. Berry, vous avez relu votre commentaire? Sûr que non sinon vous auriez rectifié par un autre commentaire afin de relever un tant soit peu le niveau. Mais… Vous savez l’impression que vous m’aviez faite la première fois? La pitié et la deuxième fois …… aussi. Vous êtes quelqu’un de frustré et ça se voit dans votre langage. Et vous n’avez rien argumenté. Vous dites: « Incompétence avérée – il a coulé cet établissement – connivences mafieuses – l’ont mis dehors », sans apporter aucun argument! Et pourtant vous cherchiez toujours à être à ses côtés avant l avènement de l’université. Enfin Mr. Moufek je crois qu’il a porté ses principes et ses convictions jusqu’au bout. Mais ce n’est votre cas.
      Je ne m’abaisserai comme vous l’avez fait. Laissez-moi seulement vous dire que je ne défends pas Mr. Moufek, il est assez grand et surtout compétent bien plus que moi pour se défendre. Je voulais seulement rapporter quelques vérités que vous avez occultées.

      Allez sans rancune Mr Berry.

      De cet homme qui vous côtoyé juste quelque temps.




      0
      • Lounis
        30 octobre 2014 at 16 h 33 min - Reply

        Personnellement, je n’ai rien à ajouter au commentaire « constat » que vient de faire Mr. YOUCEF, simplement, qu’il reste son point de vue et rien d’autre, et puis il apparaît qu’il connaissait les deux hommes. Cependant, à mon tour, j’appuie ce que vient de livrer ce cher Mr. YOUCEF, parce que, nous, supposés « société », on a tendance à se réjouir du désarroi de l’autre dans la détresse. Un adage bien de chez nous dit ceci : Quand le boeuf commence à vieillir, les couteaux s’aiguisent pour l’achever ». Eh bien, c’est l’amère et triste réalité. Il est fort à parier que ce bonhomme qui le dénigre, gratuitement, aurait bénéficié, une fois, un jour, peut être de ses services et il en a, certainement, profité de sa générosité, sinon de sa gentillesse; Personnellement, je l’ai connu quand il était DG de l’INELEC, et puis à l’INPED et je connais un petit bout de ses désagréments avec l’Université, et même le dénouement de l’affaire qui a été traitée par le Conseil d’Etat, me semble t-il et il a obtenu gain de cause; Alors quand est-ce que et c’est la question que je me pose, nous serions-nous « société », en mesure de se comporter dignement, et appelons les choses par leur nom …… Ce qui s’appelle jalousie, etc…. Enfin, mon témoignage et assez poignant, mais je préfère m’en tenir à ça, et j’espère suffisant, parce que, cet homme Mr; MOUFEK est un type bien,modeste ….. Et que pour cette affaire, il a du précipiter cette action pour n’avoir pas bien pris les précautions de sa réussite, de sa fiabilité et de ses retombées bénéfiques pour l’INPED, L’on saurait pas trop, peut être des directives, peut être, un problème de calendrier, parce que lui, et c’est dont il rêvait le plus est de faire de l’INPED «  »une grande et prestigieuse école de management » de l’Algérie et il se soucie des problèmes qui existaient quand il est venu;;;;; Et sur ce volet, il y en avait et beaucoup même, à commencer par le plus épineux des problèmes; « LA MENTALITE », rétrograde des gens. Avant d’achever mon commentaire, j’aimerais apporter un rappel quant à la survenance de ces faits regrettables,, à plus d’un titre,, parce que, finalement, il a été maintenu à son poste et nommé …… et que ces années 2009-2010, le temps où il était à la tête de l’INPED,auraient été un tournant décisif dans le changement, en bien de beaucoup de choses…. Si ce n’est ces mentalités qui n’acceptent pas le changement, car comme disait un de ces prédécesseurs à Mr; MOUFEK, le seul remède pour s’en débarrasser c’est de les éliminer « car ils deviennent immunisés à l’éducation des bonnes manières …… Dommage pour cet épisode macabre je n’aurais pas dû prendre ma retraite en ce temps de branle-de-combat, mais hélas et mille fois hélas, je n’en pouvais plus, j’étais saturé, et je me sentais fragilisé dans ma santé, pardonnez-moi, Mr; MOUFEK, et sans rancune pour tous ceux qui ne partagent pas mon avis……….
        SANS RANCUNE…




        1
  • Torki Hakimi
    3 mai 2010 at 21 h 28 min - Reply

    Que connaissez-vous de l’INELEC Monsieur Berry? Vous dites que Monsieur Abderrahmane Mouffek «a coulé cet établissement». Vous êtes en train de pédaler a côté de la bicyclette. Bien au contraire il a rendu à cet institut, que son prédécesseur sans le nommer, il se reconnaitra, a clochardisé, son aura. Tous les anciens des instituts de Boumerdes diront et reconnaitront que le mal de ces instituts réside dans leur intégration à l’enseignement supérieur, donc leur dilution dans l’anonymat d’un bateau qui coule, celui de l’université algérienne et de sa médiocrité.
    Quelle indécence, quelle méchanceté et quelle ingratitude de votre part! N’est-ce pas grâce à Monsieur Mouffek que vous êtes sorti de l’anonymat en vous confiant des responsabilités à l’UNIASA? N’est-ce pas grâce à lui que votre épouse a trouvé un travail au sein de la bibliothèque de l’INELEC ? Vous dites qu’il «est connu pour incompétence avérée lorsqu’il était à l’INELEC». Ah bon? Est-ce-que vous disiez cela lorsque vous faisiez de l’INELEC votre deuxième domicile?
    Monsieur Berry, je ne défends pas Monsieur Mouffek, mais je trouve que les mots que vous utilisez (incompétence avérée et connivences mafieuses) sont forts et très graves, et porte atteinte à la dignité, à l’honneur et à l’intégrité d’une personne qui ne vous a fait que du bien. Si vous dites «connivences mafieuses», vous êtes donc au courant de ces connivences et par conséquent vous les connaissez?
    L’occasion vous est donnée de distiller votre venin et votre méchanceté. A tort d’ailleurs. Il n’est pas loin le temps où vous citiez Monsieur Mouffek en exemple et vous l’aduliez presque. C’est vraiment bas de votre part. Au fait est-ce que les insanités que vous avez débitées sont de vous ? Je suis persuadé que l’auteur est celle qui porte le pantalon (pour ne pas dire la culotte) dans votre foyer.

    Torki Hakimi
    Un ancien étudiant de l’INELEC, fier d’avoir Monsieur Mouffek comme Professeur




    0
  • MOUFEK Nawel
    17 mai 2010 at 12 h 13 min - Reply

    Suite au courrier à Mr BERRY EL HADI
    Monsieur BERRY EL HADI.
    Je m’apelle MOUFEK Nawel, je suis la fille à Mr MOUFEK, J’ai actuellement 29 et j’ai:
    – Diplome d’études universitaires appliquées en Informatique (DEUA)remis par l’Université de Boumerdés (Respnsable du département informatique à l’époque:Mr HERZELLAH).
    – Diplome d’Ingénieur d’Etat des Travaux Publics à l’ENTP de KOUBA-Alger(Respnsable du département à l’époque:Mr REMKI).
    – Master en Génie portuaire et côtier à l’Université du Havre(Respnsable du département:Mr BROSSARD), avec une moyenne generale de 13/20 (+ des poussières).
    Je ne vous donne pas les moyennes que j’ai eu en algérie parceque vous allez dire que c’est grace à mon pere que je les ai obtenues (pour info : 12/20 en Informatique et 12/20 idem en travaux publics).
    *Je travaille depuis 3 ans dans un bureau d’études Français en tant que chargée d’affaires en structures.
    *Je vous adresse les noms des responsables pour que vous puissiez les contacter et vous assurer des résultats.
    *Le jour où vous aurez 50% des compétences de la fille MOUFEK (inchallah, je prie pour vous), vous pourrez vous permettre de parler des compétences à Mr MOUFEK qui sont bien évidemment incomparables à vos compétences et a votre niveau.
    * Si vous me donnez votre adresse mail ou votre adresse postale, je pourrai vous envoyer la photocopie de mes diplomes et de mon bulletin de salaire actuel.
    *Ce qui est amusant c’est que vous comparez toujours l’incomarable, vous comparez le niveau de l’INELEC du temps de Mr MOUFEK (10 à 20 ans) au niveau actuel?.
    *Connaissiez vous l’état de l’INPED avant que Mr MOUFEK ne s’en occupe?, vous savez pourquoi il a été embauché?, l’insitut était presque en « faillite » et mon pere était chargé de le redresser, de faire tout son possible pour cet institut.
    *Je pense que ce qui est difficile pour mon pere, ce n’est pas de faire correctement son travail,sinon ça serait trops facile, mais plutot de travailler quotiennement, pendant des années avec des gens comme vous Mr BERRY. Heureusement et « el hamdoullilah », il ya des gens trés correctes et trés droits (Je remercie d’ailleurs Mr TORKI HAKIMI pour son témoignage) avec qui , le travail devient un véritable plaisir au quotidien.
    * Nous avons un point commun Mr BERRY, c’est déja ça, vous n’avez pas envie qu’il soit directeur(vous pouvez postuler à sa place quand il partira, j’appuierai personnelement votre demande) et nous en tant que famille, on a plus envie de le voir se sacrifier pour des gens comme vous, on a trés envie qu’il profite pleinement de sa retraite méritée.
    *Vous savez Mr pour relancer un institut en pleine faillite, il faut vraiment etre fou ou suicidaire, je ne sais pas par ce qui le motive actuellment mais j’espère que je le saurai un jour inchallah, car moi contrairement à mon pere, je ne ferai pas ce qu’il fait actuellment même si je suis payée 48000 euros pas an.
    Je suis trés confiante et je suis sure qu’il réussira inchallah, il ya encore des gens bien et droits qui l’épaulerons dans son travail.
    MOUFEK Nawel-Fille ainée à Mr MOUFEK ABbderrahmane.




    0
    • Abdelghani
      11 mars 2014 at 11 h 32 min - Reply

      Je veux savoir plus de vous, j’ai deux master de l’INPED,
      veuillez me contacter svp

      Cordiallement
      A/Ghani




      0
  • saliml
    9 juillet 2010 at 23 h 04 min - Reply

    bs, vaut mieux fair un débat constructif, que de faire la chekchouka.




    0
  • Torki Hakimi
    14 juillet 2010 at 7 h 27 min - Reply

    Monsieur Saliml, ce que vous appelez la chekchouka, c’est ce M. Berry qui est en train de la preparer.Si j’etais M. Moufek, je le trainerai devant les tribunaux pour diffamation. Vous ne trouvez pas que ce que M. Berry avance(connivences mafieuses)est grave.




    0
  • amine
    23 juillet 2010 at 22 h 39 min - Reply

    Madame Moufek,
    Savez-vous ce que s’est l’humilité? parler de vos diplômes de votre salaire et des notes que vous avez obtenues relève d’une attitude de médiocre en mal de reconnaissance..Cela étant, je vous exprime mes plus grands respects car au fond, vous avez peut-être fait par de toutes ces indications dans le but d’apaiser une certaine douleur que vous vivez au quotidien à cause des témoignages qui, au demeurant, sont fallacieux. Mes plus grands respects vont aussi à votre père car je suis convaincu qu’il est compétent. Cela étant dit, je vous pose la question, il y a un conflit au niveau de l’INPED, pourquoi il n’arrive pas à résoudre le problème et répondre aux questions qui lui sont posées. C’est tout de même lui le BOSS, non?

    Avec mes meilleures salutations

    Avec mes salutations




    0
  • MOUFEK Nawel
    26 juillet 2010 at 13 h 59 min - Reply

    Et vous vous savez ce qu’est l’humilité, vous vous etes comporté exactement comme moi, votre attitude est encore plus médiocre que la mienne, vous avez réagi de la même façon, traiter une personne de médiocre, comme vous dite, atteste que c’est vous cher monsieur, qui ressentait cette douleur au quotidien. Vous croyez que les problêmes se réglent en une année? Cela demande beaucoup de temps, moins que Mr Humilité arrive a les résoudre en 2 ou 3 mois?. Pourquoi, ceux qui étaient lâ avant lui ne l’ont pas réglé?, personne ne s’en soucier a cette époque lâ?. Et aujourd’hui monsieur moufek…Mr moufek, c’est vrai que tout ça c’est pour parler d’une misérable somme d’argent de quelques euros, les gens détournet des milliards cher monsieur. Et j’inciste encore une fois cher monsieur, envoyez moi votre mail ou votre adresse, pour que je puisse vous montrer combien d’euros me rapporte ma médiocrité par mois.
    Et pour l’amour de dieu (le tout puissant), arretez d’en faire une affaire d’état, et si vous voulez sa place, vous n’avez qu’a la prendre, et on en parle plus, ça réglera tout les problèmes.
    Sincères salutations.
    MOUFEK Nawel.




    0
  • Djelloul
    2 octobre 2010 at 2 h 19 min - Reply

    Qu’en est il de cette affaire de detournement qui semble etre etoufee?




    0
  • nacer cherif moussa
    19 février 2012 at 9 h 26 min - Reply

    eleve de la premiere promotion INELEC Mars1976/Janvier1980.Nous avions Moufek Abderahmane comme directeur des etudes, je reconnais qu’il etait a la hauteur de son poste.
    Moussa Nacer-Cherif




    0
  • salimgloomy
    7 février 2015 at 3 h 11 min - Reply

    Moi j’ai un diplôme en génie génétique spéciale, et je me suis pas vanté
    Je travaille actuellement à la NSA, et je confirme la transparence de Mr. Moufek
    il était notre directeur en 1994




    0
  • soltani
    15 août 2015 at 17 h 21 min - Reply

    Je suis rentré par hasard sur ces pages. Mon ami et collègue Abderrahmane m’a laissé une impression d’un responsable ďévoué jusqu’à travailler tard au bureau. A l’ADPST, je lui avais dit que ce serait la cata dès leur intégrstion au mesrs. Bref, je profite de l’occasion pour lui rendre un hommage pour ses sacrifices et son dévouement à la qualité.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique