Édition du
30 March 2017

Entretien avec Said Khellil. « Il faut dire la vérité au peuple »

Figure emblématique de l’opposition algérienne, Saïd Khellil ex n° 2 du FFS, répond aux questions de notre correspondant en Kabylie. Dans cet entretien, Saïd Khellil déplore le jeu pervers et cynique du pouvoir, mais aussi l’absence de l’opposition.


LQA : Vous venez juste de rentrer de France. Des sources nous ont indiqué que vous vous êtes longuement entretenu avec le président du FFS Hocine Ait Ahmed. Est-ce que cela est vrai ?

Said Khellil : Décidément on ne peut rien vous cacher ; rien ne vous échappe…

LQA : Donc vous l’avez rencontré. De quoi avez-vous parlé et quel sentiment vous a inspiré cette rencontre ?

SK : Oui, je l’ai rencontré et nous avons évoqué la situation catastrophique qui prévaut au pays. J’ai toujours ce sentiment de grand respect pour ce fondateur de la nation algérienne. Au delà des divergences politiques qu’on a pu avoir par le passé, nous nous sommes cordialement salués …Vous savez, c’est toujours un moment de grande fierté  lorsqu’on est en présence  d’une personne de l’envergure de H. Ait Ahmed.

LQA : Est ce le retour de l’enfant prodigue au bercail ?

SK : Chaque chose en son temps…

LQA : Puisque vous avez évoqué la situation du pays avec Ait Ahmed, comment l’évaluez vous ?

SK : La situation est plus que angoissante sur tous les plans. D’autant plus que nous n’avons aucune visibilité politique, et que nous ne faisons donc que spéculer ; ce qui augmente notre désarroi…Nous avons un sentiment d’impuissance d’autant plus vrai qu’on est plombés par l’inaction. Cette histoire de guerre des clans qui déchire le pouvoir, cela fait plus d’un demi siècle qu’on nous la raconte pour nous bercer ; je n’y crois pas personnellement…Vous avez vu la sacro-sainte alliance pour le 3 me mandat de Bouteflika…Elle a réuni et mobilisé du petit indicateur à l’émeutier en chef  en passant par le chef de Daira, le Wali jusqu’aux chefs de service de la nomenklatura ( dedans et dehors) militaire, diplomatique, civile, économique…

LQA : Donc si je comprends bien, selon vous le pouvoir est homogène ?

SK : Même s’il n’est pas homogène, il n’est pas aussi divisé qu’on veut nous le faire croire.

LQA : Donc vous récusez la thèse de la presse algérienne.

SK : Vous savez il nous arrive de devenir nostalgique de la presse du parti unique et de regretter El Moudjahid qu’on lisait à l’envers. Il n’y a pas plus dangereux pour un peuple que les faux acquis démocratiques. En tout point de vue, notre presse ressemble comme une goutte d’eau à cette fausse représentation politique qui meuble nos deux chambres.

LQA : Mais…

SK : SVP, ne me coupez pas. Cette presse dont vous voulez prendre la défense , n’est rien d’autre qu’un instrument d’aliénation et d’abrutissement au service du pouvoir. C’est  une autre berceuse que l’on nous joue sur des airs acceptables, avec des faux scoops, des faux scandales, sans jamais toucher à l’essentiel, c’est-à-dire l’investigation sur les tenants et les aboutissants du crime perpétré contre l’Algérie, son peuple et ses institutions.

LQA :  Selon vous, que doit-on faire pour aller à l’essentiel ?

SK : Vous le savez autant que moi Mr Radjef. L’essentiel c’est d’abord de situer les responsabilités en nommant les acteurs qui nous ont déviés de nos repères, de notre souveraineté, de notre identité, de notre Islam et de notre arabité. Il faut tout dire sur ces acteurs qui ont dépouillé le peuple de sa citoyenneté.  Nous ne pourrons entrevoir la lumière pour ce pays meurtri comme tant d’autres en Afrique, que lorsque nous dirons la vérité, toute la vérité sur les responsables de cet immense traumatisme politique, social et culturel subi par l’Algérie, quitte ensuite a pardonner publiquement comme cela s’est fait en Afrique du Sud. Point de salut tant que l’on continue a entretenir le mensonge, l’illusion et le faux semblant généralisé.

LQA : Comment analyser vous dans ce cas la réconciliation prônée par Bouteflika ?

SK : Est-ce que vous avez des questions sérieuses à me poser ?

LQA : Pardon…Vous parliez il y a quelques secondes de ceux qui nous ont déviés de notre identité et de notre souveraineté. Peut-on considérer le MAK de Ferhat M’henni comme une solution thérapeutique à cette désappropriation ?  Sinon que vous inspire le sujet de l’autonomie de la Kabylie.

SK : C’est une fuite en avant, surtout qu’aucun bilan critique et autocritique n’a été fait depuis que nous avons investi le champ de la contestation démocratique et citoyenne à la fin des années 70. Est-ce qu’en délimitant une région quelque part, ses citoyens deviendraient meilleurs, performants, responsables dans leur démarche de tous les jours et surtout  est ce que les bureaucrates zélés et corrupteurs feront amende honorable à notre ami Ferhat M’henni ? Sait –il que toutes les richesses de la Kabylie sont rentières ? Ceci dit, j’ai adhéré au FFS en 1979 parce qu’il était question dans programme politique d’autonomie régionale, individuelle, linguistique et d’un Etat de droit national et démocratique. C’est vrai, c’est une lointaine utopie, comme celle de Ferhat M’henni…Sincèrement, j’aime le grand espace. Les arguments de Ferhat contre ce pouvoir honni sont justes, mais la solution qu’il propose est fausse pour ne pas dire dangereuse.


Nombre de lectures : 6572
38 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • akli
    29 avril 2010 at 21 h 44 min - Reply

    Bonjour tout le monde,

    D’abord, je salut notre frère Said Khellil ou tout simplement « l’ancien » comme il aime être appelé par ses amis proches. Il était mon professeur de biochimie à la Fac. Je peux témoigner pour dire que c’est un GRAND Monsieur plein de générosité, de professionnalisme et doué d’une grande maturité politique. Encore un grand merci mon prof pour les deux ans qu’on avait passer avec vous, tant sur le plan scientifique que conscience politique.
    Je partage également sa vision des choses par rapport à cette histoire de guerre des clans. On dit que les loups ne se mangent pas entre eux! le système qui ruine le pays est comparable, selon moi, à une famille ou on trouve des enfants qui se chamaillent et se disputent parfois pour avoir la meilleure veste, la meilleure chambre, la plus grande part du gâteau,… mais qui s’unissent comme un seul corps dès qu’un étranger essaie d’agresser leur famille, détruire leur jardin ou s’introduire dans la maison sans demander la permission!
    Sa critique sur le MAK aussi est argumentée et ça nous change un peu de cette paranoïa généralisée qui s’est emparé des esprits ces derniers temps et de cette « main étrangère » qui est et qui a toujours était l’arme fatale du pouvoir en place depuis l’indépendance.
    voila, encore une fois: tanmirth l’ancien

    salutations




    0
  • kamel de montreal
    29 avril 2010 at 22 h 25 min - Reply

    Qu’est ce que Said khellil nous a pas fait rêver l’ors de son élection en 91 à Tizi!!!! que de nostalgie qui nous reste et qui nous guette de ses discours, une image d’un opposant digne, je le voyais tout le temps le successeur de Da L’ho,je me souvient de ce congrés de wilaya a bougie exactement a Melbou en 93,ou said khellil a lui seul a suffit de convaincre la salle et meme hamid lounaouci a reconnu, que ce n’est pas facile de parler après said khellil, croyez moi que j’ai abandonné le militantisme au FFS juste après le départ de ses grosses tètes si j’ose les appeler comme ça…mais rien n’est encore perdu, vous pouvez bien investir encore avec le FFS, car l’image d’Ait ahmed restera toujours, comme cet homme AFEHLI, qui feras un jour meme en son absence trembler ces betes qui nous gouvernent et qui ont fait et qui font encore de ce beau pays un cauchemar pour ses nobles enfants…à la fin ou est la barba a monsieur khellil?!!!




    0
  • Ammisaid
    29 avril 2010 at 23 h 57 min - Reply

    Espérant que tous les ANCIENS mais encore jeunes reviennent sur le terrain pour éveiller, conseiller, former, expliquer…les nouvelles générations. En tous les cas, c’est un immense plaisir que de lire Mr Khelil et avant lui Mr Zenati. Les hommes sont là comme faire pour les réunir et travailler pour une Algérie enfin libérée de tous les aventuriers qui pullulent sur la terre.
    Salutations respectueuses et fraternelles à tous les ANCIENS qui nous ont aidé à voir plus clair et ne plus suivre les orgueilleux qui aiment le pouvoir mais qui décident ses devoirs.




    0
  • Alilouche Mohand Arab
    30 avril 2010 at 10 h 00 min - Reply

    Vous n’avez pas changé, cher camarade Saïd. Toujours avec votre franc-parler et votre sincérité. Je me rappelle, comme jeune étudiant à l’université de Tizi, au début des années 90, quand vous nous enflammez avec vos discours directs et plein d’espoir. Sincérement on y croyait. Puis l’apothéose, le soir du 26 décembre 91, quand la population de Tizi vous avait élu comme député au grand dam de celui qui s’était trompé de société.
    C’est un immense plaisir pour moi de vous relire aujourd’hui sur ce site qui lui aussi nous redonne espoir. C’est vous qui aimez dire que tout ce qui monte converge. Convergez vers ce but commun : changer ce système pourri.
    Saïd Khelil, Salaheddine Sidhoum, Salima Ghezali, Rachid Halet, Djamel Zenati, Larbi Zitout et tant d’autres sont les nouveaux visages de la nouvelle et véritable classe politique non impliquée dans les magouilles du système.
    Camarades, unissez-vous.
    Et merci pour LQA de donner la parole à ces nouveaux visages. A quand une interview de Salima Ghezali?




    0
  • majd
    30 avril 2010 at 12 h 10 min - Reply

    salam,
    monsieur khallil,c’est un plaisir de vous lire,ou etiez vous passé?nous avons besoin de personnes comme vous.




    0
  • salem
    30 avril 2010 at 19 h 27 min - Reply

    le retour de said au ffs et comme le retour
    d’un bébé dans l’uterus dfe sa mére




    0
  • Mahieddien Lachref
    1 mai 2010 at 10 h 31 min - Reply

    Bonjours frères et soeurs.
    Merci Said KHelil. Merci Said Radjef.




    0
  • franchement
    1 mai 2010 at 15 h 46 min - Reply

    djamel zenati le 19, said khelil le 29….est-il une coincidence??? deux interviews de deux grandes figures du militantisme national en meme temps ca donne une lueur d’espoir pour le FFS et pour le pays tout entier…heureux de vous revoir mes chers camarades. nous avons tous besoin de vous…unissons nos efforts nous y arriverons.




    0
  • D B
    1 mai 2010 at 23 h 00 min - Reply

    Merci Monsieur Khellil pour ces paroles pleines de sagesse. Bon sang ne saurait mentir.
    DB




    0
  • karim larchi
    3 mai 2010 at 15 h 44 min - Reply

    bonjour tout le monde moi je comencerais par dire ce ne sont pas deux interviews qui vont changer toute une histoire, deux hommes n’ont pas changé d’idées, mais les idées ont quitté le parti, ça peut être une illusion corrigez moi si je me trompe! le ffs nest plus que l’ombre de celui qu’on connaissait. changer un pays nécessitera toutes les forces réunies, malheureusement les notres sont éparpillées, entre une grande majorité khobziste, une pseudo opposition entriste et une toute petite minorité silencieuse. pour changer notre pays il faudra se battre, le combat sera long et le peuple a peur de mourir, or quun peuple qui a peur du sacrifice ne sera jamais libre.




    0
  • radjef said
    4 mai 2010 at 19 h 59 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. Les insultes et l’anatheme sont le propre des ames faibles et mesquines qui ne peuvent pas justifier le statut dont elles se prevalent aux yeux de la societé. Qu’est ce qui empecherait deux algeriens sinceres, authentiques, competents et patriotes de se rencontrer pour parler du bien, de la verité et de l’avenir du pays? En depit de cette volonté du pouvoir d’institutionaliser l’imposture, le mensonge, la violence et la corruption le peuple est resté debout, brave et fier.En depit de toutes les tentatives visant a la clochardiser et à la spolier de ses valeurs, la Kabylie demeure ce poumon politique qui irrigue le pays de savoir, de solidarité,de fraternité et de sagesse. Que ces ames conspiratrices qui se voilent derriere les principes de la citoyenneté et de la democratie, fassent connaitre a visage decouvert leurs idées, comme ça elles sauront veritablement si le peuple algérien est bete ou brave.




    0
  • mahmouh
    4 mai 2010 at 23 h 28 min - Reply

    c vraiment un plaisir de lire MR Said Khelil;je garde tjr (c mon ancien prof a la fac) l’image d’un homme sincere et honnete.mais bon je vous dirai que je ne partage pas votre conclusion sur le MAK!je suis un autonomiste convaincu…c la seule solution face a ses rapasse du regime et de leur peripherie!!voyez vous Mr Khelil ou nous sommes arriver en kabylie!!!!!!!!!!!!!




    0
  • momouh
    6 mai 2010 at 17 h 29 min - Reply

    bonjour a tous ,tout a été dit .tanmirt ami said on attend le jour ou tu reviendras au FFS.




    0
  • piripou
    9 mai 2010 at 14 h 40 min - Reply

    azul felak ayamghnas ennegh. on a vraiment soiffe de telles analyses politiques ça fait vraiment longtemps votre justesse dans vos analyses ,nous rappelle les années de militantisme sans relache.il y’a comme un os qui nous est resté de travers eu égard a la situation dans laquelle nous patogeons actuellement.j’espère de tout coeur que le terrain nous rassemblera urgeamment c’est certainement utile que nos consciences nous interpellent.vivement demain l’acte.merci khelil




    0
  • achour
    15 mai 2010 at 18 h 05 min - Reply

    Merci pour cet interview! Said khellil que j’ai eu le plaisir de connaître par le biais de notre camarade slimane ALEM ancien militant du FFS et cadre de ce PARTI lui aussi démissionnaire à cause semble t-il de convergence avec le premier secrétaire TABOU.
    Said Khellil s’il revient au FFS, je suis persuadé qu’il va redonner un grand espoir pour ce parti, car il demeure toujours ce grand militant de la démocratie, propulseur d’idées de rassemblement.




    0
  • amar
    15 mai 2010 at 18 h 11 min - Reply

    Salut saïd
    Je me rappelle des beaux moments que nous avons partagés ensembles lors du congrés fedéral de BOUMERDES? qui s’est déroulé à BENI-AMRANE en 1992.
    Ce congrés était présidé par toi et Slimane ALEM.
    Bon retour pour peu que tu sois le rassembleur.




    0
  • arezki
    25 mai 2010 at 17 h 37 min - Reply

    azul.revenir ou ne pas revenir au ffs(organiquement parlant)la n’est pas le probleme.moi je demande a ammi said de rester sur la scene politique et de faire son devoir de militant de la liberte,de la verite,de la justice et de la democratie.le peuple algerien a besoin de toi et de ton courage.thanmirth.




    0
  • djamel
    14 juin 2010 at 10 h 40 min - Reply

    bonjour à tous
    On lisant les differentes interventions j’ai decouvert une chose c’est comme ci au FFS on milite pour les hommes et pas pour un programme, une idéologie politique, un groupe se reconnais en SAID KHELIL, l’autre de DJAMEL ZENATI etc….. écoutez MMrs. du FFS le melitantisme c’est notre quotidien,
    personnelement je n’ai pas besoin de melitant d’occasion ou de conjencture Ok ???




    0
  • radjef said
    14 juin 2010 at 18 h 07 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. djamel, bonsoir. Il n’y a pas des militants de Khelil, des militants de Zenati ou encore des militants de Salima Ghezali et d’Ahmed Djeddai…A quoi peut servir un FFS vidé de sa substance politique et intellectuelle? Peut-on construire une democratie et un Etat de droit sans engagement intellectuel? On demande a Zenati, a S Ghezali, a Ahmed Djedai, a Said Hamdani, a Said Khelil et a d’autres universitaires de ne pas se desengager, de ne pas fuir leurs responsabilités, de ne pas accepter ce statut de temoins desabusés, au moment ou le pays est au bord d’une explosion dont personne ne peut mesurer les consequences. Un universitaire qui n’est pas solidaire de la cause de son peuple, qui ne se preoccupe pas des attentes et des revendications de la societé a laquelle il appartient, un universitaire qui se confine dans l’irresponsabilité, dans les sujets qui ne fachent personne et dans la complicité et le silence n’est pas seulement un traitre, c’est un mercenaire. Comment le FFS peut-il construire cette alternative democratique et citoyenne s’il ferme ses portes devant l’engagement politique et intellectuel? Le FFS vidé de sa substance politique et intellectuelle, le FFS qui refuse la solidarité des militants engagés peut-il combattre la junte au pouvoir? Dans ce cas, quel sens donner aux derniers messages de H Ait Ahmed qui a deploré la faillite intellectuelle de l’opposition?




    0
  • djamel
    15 juin 2010 at 13 h 12 min - Reply

    Bonjour SAID
    Milité pour des hommes c’est une culture propre au FFS je connais pas mal de militant qui ne jure que par Mr. Flen ou Flen, ou est passé tous ce beau monde qui a fait réapparition en un seul clique de doigt ???? franchement je me pose la question . pourquoi maintenant ???? depuis leur retrait ou retraite il s’est passé beaucoup de chose mon frere
    je suis d’accord pour les divergeances d’idées mais pas deserter.




    0
  • djamel
    15 juin 2010 at 14 h 00 min - Reply

    Mon frere le culte de la personnalité c’est queque chose propre au FFS, dans ce partie on ne milite pas pour un projet de societe, mais pour des hommes, à chaque fois que quelqu’un quitte le partis il prend avec lui ces militants, mais des qu’il revient sur scene c’est tout le monde qui reviens c’est pour cela que j’ai vous ai dis qu’au FFS on milite pour des individus. Autre chose ou etait-il Mmrs. ZENATI – SAID KHELIL pendant tous ce temps ????? c’est la question que je me pose ???? salut.




    0
  • radjef said
    15 juin 2010 at 21 h 56 min - Reply

    Bonsoir tout le monde. djamel, bonsoir. Ou etiez vous quand Said Khelil , Djamel Zenati, Ahmed Djedai, Said Hamdani, Salima Ghezali, Halit Rachid(que je salue au passage)…etaient les fers de lance du FFS? Il ne faut pas transformer les malentendus et les incomprehensions en crise politique au seien du FFS.




    0
  • Malek
    16 juin 2010 at 9 h 50 min - Reply

    Bonjour Tout le monde! Mr Khelil, ce n’est un secret pour personne si je vous dis que votre retour au FFS est plus qu’un imperatif, votre charisme et votre honneteté seront d’un grand apport pour ce parti qui depuis l’exil de Dalho baigne dans la lethargie et se contente de simples declarations.Nous avons besoin d’un leader de votre carrure qui fera bouger les choses, qui redonnera espoir au peuple et aux militants en particuliers, de quelq’un qui relanccera le parti sur le devant de la scene et pas d’un fataliste qui se soummet et qui nous a plongé dans une torpeur sans equivoque…mes chers amis, le FFS est un grand parti, il ne doit pas disparaitre avec l’eloignement de Dalho, le FFS est une ecole est nous avons besoin de maitre de la carrure de Mr Khellil, Salima Ghezali…




    0
  • djamel
    17 juin 2010 at 11 h 17 min - Reply

    Bonjour said
    comme je vous l’ai dis au FFS on milite pour les hommes pas pour un projet de societé la preuve lire la contribution de Mr.MALEK Salut




    0
  • radjef said
    18 juin 2010 at 10 h 41 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Avec quoi va t-on construire ce pouvoir intellectuel si necessaire au retablissement de l’Etat de droit? La junte deteste tout ce qui est politique et tout ce qui est intellectuel. Il faut que ceratains camarades renoncent a leurs ambitions mesquines et cessent de s’inscrire dans la perspective de la succession. Je ne parle pas ici de notre ami et camarade Karim Tabou. Ce dernier est un militant sincere qui a de grandes capacitéset de grandes qualités. Je parle de ceux la qui nichent a l’ombre du parti, qui parlent au nom de la democratie et qui tentent de prendre en otage H Ait Ahmed et Karim Tabou. Qui a peur du retour de Khelil, de Hamdani, de Ghezali, de Laskri, de Zenati, de Djedai au FFS? Il ne faut pas prendre les militants de la base pour des canards sauvages, au point de leur faire prendre un malentendu pour une crise qui necessite une purge politique. Au dela de Khelil et de ses anciens compagnons qui souhaitent reprendre de service pour le grand bien de la democratie, beaucoup d’universitaires veulent se regrouper autour de H Ait Ahmed.Il appartient a notre ami et camarade Tabou de concretiser cette solidarité intellectuelle sur le terrain. C’est le voeu de toute la base. Ce serait malheureux de fermer les portes du parti au nom d’un populisme qui n’a rien a envier a celui du regime.




    0
  • Rayan2010,
    20 juin 2010 at 9 h 25 min - Reply

    Djamel!!! je suis surpris de lire dans votre commentaire me reprochant le culte de personnalité! Est-il une tare de faire appel aux vrais militants sincères et honnêtes quand on sait que de nos jours que la majorités de nos parlementaires ne courent que derrière leurs intérêts personnels, que beaucoup de « leaders » sont a la solde du pouvoir..il faudra aussi apprendre a faire son mea-culpa..et a faire des bilans..oui aujourd’hui il ya une dynamique au tour du FFS et beaucoup « d’anciens » souhaitent redorer le blason de ce parti, redonner espoir aux militants et redémarrer le train de la démocratie en Algérie..je le dis et je le redis, le FFS est une école et a besoin de vrais maitres honnêtes, sincères et surtout de vrais résistants!!!! Oui comme avait affirmé Radjef, les militants de base ne sont pas des moutons de panurge, ils savent distinguer et séparer la bonne graine et l’ivraie




    0
  • djamel
    20 juin 2010 at 16 h 48 min - Reply

    bonjour rayane
    tout ce que j’ai dis n’est que pure verité,d’ailleurs vous dites que le retour des tenors fera du bien au FFS a comprendre par là actuellement il n ya pas d’hommes ou quoi ??
    pour vous prouvez qu’il ya culte de personnalité je vous revois à votre écrit vous dites ( ON A BESOIN DE VRAIS MAITRE )))))
    Salut




    0
  • rayan2010
    22 juin 2010 at 10 h 23 min - Reply

    Bonjour Djamel,
    Essayer de bien comprendre quand vous lisez un commentaire d’un intervenant..par « maitres » je voulais dire maitres d’école FFS..d’encadreurs, d’éclaireurs car le présent et l’avenir se sont assombris sous l’effet du black out total savamment orchestré par les clones de Boussouf depuis les années cinquante..
    Egalement, tu dois aussi savoir que le choix de l’élite au sein d’une organisation ou d’un parti est très important. Ce sont eux qui rassemblent, encadrent, sensibilisent et orientent les masses populaires et militants pour créer une dynamique de changement et redonner espoir.

    Rendre hommage et reconnaitre les mérites d’un leader n’est nullement un culte de personnalité, bien au contraire, il faut apprendre a le faire a chaque fois que l’occasion se présente et rendre a Jules ce qui appartient a César..Si beaucoup d’algériens de nos jours louent les mérites de Hocine Ait Ahmed c’est qu’il était l’un des rares hommes politiques à jouir d’une crédibilité irréprochable, le seul à avoir redonné l’espoir, le seul a avoir refusé de s’incliner devant le pouvoir et le seul à croire que l’espoir est toujours permis..




    0
  • amar
    26 juin 2010 at 19 h 01 min - Reply

    Faut-il être ingrat envers tous ceux qui ont contribué contre vents et marées,prison,harcèlements de tout genres et de toutes sortes à cette dynamique politique contributrice de l’ouverture politique qui nous a permis aujourd’hui d’êtres plus au moins libres.Nous avons connus des moments difficiles et le militant said khellil n’est pas à présenter ce n’est pas le culte de la personnalité dont il s’agit car ce qualificatif est la proprieté de de sa majesté BOUTEF.
    Alors de grâce, khellil n’est qu’un homme politique qui représente un idéal commun pour tout les algériens qui se dise démocrate sans plus.




    0
  • djamel
    27 juin 2010 at 14 h 07 min - Reply

    Bonjour Amar
    Le constat que j’ai fais est une vérité, au FFS y’a le culte de personalité et personne ne pourra me prouvé le contraire, pour ton commentaire sur Said KHELIL ou les autres cadres qui ont quité le parti leur réapparition n’est pas innocente, je respecte un militant quelque soit son rang dans le parti de le quité sur un coup de nerf ou par manque de maturité politique mais les cadres NON. Dans la vie d’un parti y a toujours des divergeances et cet derniere c’est grace à elle que le parti ou le militant gagne en maturité. SALUT
    Pour Rayane je vous est repondu mais apparement dans ce site ya de la censure ??? cela fait 5 Jours que j’t’es envoyer un commentaire mais il n’a pas ete publie par les partisans de la democratie ????? au bon entendeur Salut




    0
  • moura
    28 juin 2010 at 21 h 31 min - Reply

    @djamel
    si jai bien compris,dapres ton post said khelil a demissionné du ffs!d’ou tenez vous cette information? a ma connaissance ce n’est pas du tout le cas.et c au concerné de repopndre




    0
  • djamel
    29 juin 2010 at 12 h 07 min - Reply

    Bonjour moura
    Je ne sais pas si vous suivez l’actualité politique du pays ou non??? Vous etiez ou ces dernieres années moura ?????
    Oui Mr KHELIL a quité le FFS et il a creer son propre parti si vous ignoré l’information posé la question à l’intéréssé .
    Autre chose il voulait même se porté candidat à la députation sous les couleurs d’une formation politique
    SALUTATIONS




    0
  • radjef said
    29 juin 2010 at 16 h 13 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.@djamel, votre intervention m’incite a me poser des questions.Peut-on nous unir sans rien ceder de nos convictions? La democratie est-elle possible sans union des elites, sans culture citoyenne, sans tolerance et sans education civique appliquée? L’Etat de droit est-il possible sans la restauration du pouvoir intellectuel dans toute sa dimension? Dans l’etat actuel de notre pays, avons nous droit a la triche, a la complaisance et aux faux semblants? Avons nous le droit d’abuser de l’ignorance et de la credulité du peuple parceque la junte nous fait croire qu’on est des entités politiques incontournables? A quoi sert ce discours depourvu de solidarité et d’intelligence? A quoi servent ces ambitions demesurées et ce ton passionnel qui guident nos pas sur les sentiers de l’exclusion, de la haine et de l’aveuglement? Est ce en rangs dispersés que nous allons restaurer la deuxieme republique, synonyme de la fin du pouvoir militaire?
    Said Khellil n’a rien demandé. C’est la base du parti qui reclame son retour ainsi que celui de ses compagnons de route. Les dirigeants du parti ont-ils transmis de façon honnete cette exigence de la base à H Ait Ahmed? Il n’existe aucun probleme entre le FFS et Said Khellil et Hocine Ait Ahmed est suffisamment sage pour se tromper sur les intentions de son ex dauphin. Alors pourquoi vouloir transformer un simple quiproquo en crise politique devant se terminer de maniere stalinienne par une purge dans le parti?
    Certains dirigeants de l’opposition aujourd’hui ne sont pas sans nous rappeler l’opportuinisme et l’inconsequence politique de certains cadres des AML. Par leur ignorance, leur cupidité et leurs ambitions qui depassent de loin leurs capacités intellectuelles, ces dirigeants ont fait detester la politique et la democratie au peuple. Par leur irresponsabilité, ces dirigeants ont non seulement vidé l’opposition de sa substance grise, mais ils ont offert une occasion inesperée à la junte de se restructurer et de ne pas restituer le pouvoir aux representations legitimes du peuple.




    0
  • amar@hotmail.com
    29 juin 2010 at 23 h 36 min - Reply

    J’apprecie les commentaires de Mr RADJEF, d’abord ce nom me rappelle, une vieille connaissance cadre au ministère du travail vers les années 70.
    Je dis vos commentaires sans appréciables et sages pour peu que les gens prennent la peine de les lires entre les lignes.
    En effet, Said KHELLIL avec ses amis que je salue au passage, said hamdani, rachid hallet, djamel benseba ainsi que ceux qui ont suivi feu NAIT DJOUDI amar zentar,lakabi, Mme ziad et bien d’autres, n’ont jamais déposé officiellement leur demission.Leur position politique contre certaines derives organique ou politique est une des causes à l’image des cadres connus et respectés pour leur sagesse Rachid HANIFI, Mtre RAHIM, Mtre MANSOURI, les freres benissad, slimane ALEM la liste est tellement longue qu’il me serait difficile d’énumérer. Pour rappel l’arrivée de TABOU a vidé le FFS de toute sa substance depuis le quatrième congrès (2007) plus de 170 cadres ont quitté le navire FFS et s’est bien dommage.




    0
  • lamrous
    24 juillet 2010 at 10 h 24 min - Reply

    Il est temps que les anciens reviennent en force et reprennent du service au sein du FFS. Ils ont l’obligeance d’encadrer cette jeunesse montante qui ne manque pas de qualités et surtout d’enthousiasme.
    Les Khellil, Zenati et autres Hamdani doivent réintégrer pour donner au parti une sorte de relance politique!Ils doivent s’adjoindre aux jeunes déjà activant au sein du parti pour redonner une dynamique ascendante au FFS. Des divergences dans les démarches ont de tout temps existées mais cela ne doit aucunement inspirer une quelconque entrave pour avancer politiquement et gagner du terrain !




    0
  • zapata oran
    6 août 2010 at 20 h 39 min - Reply

    salam aleikoum ya ybed allah. @mr. il faut dire la verité au peuple d´accord mais (echkoun ygoul l´chaab el-hakika) le régime comme une maison de bois rongée de l´intérieur par les termites. ce pouvoir maudit. ou certains partis 3nta el boulitique fascistes racistes assoiffés de pouvoir. aya barkana maranach nardou le biberon oula rana nerdou fi soba3na chaab marahch ragued) merci beaucoup




    0
  • Ammar
    9 août 2010 at 1 h 21 min - Reply

    azul,tanmirt A3mi Said je n’es aucun commentaire à ma connaissance l’ancien et ces amis sont toujours à tizi ,said hamdani es toujours dans son cabinet,rachid halit et toujours à dellys dans le secteur public, Said Boukhari ,Arav Akinin ,a Aaka Issawalen et j’en passe,permettez-moi de vous dire tant qu’ils n’habitent pas hydra et tant que on les recontres partout fouler les ruelles et s’attabler dans les cafés de la ville de tizi que l’espoir demeure toujours justement avec ces dignes fils de la véritable Algérie de demain qui n’ont pas trahis leur noble combat. Mon message s’adresse a notre guide Da el Hocine de faire vite de rappeler les anciens par se qu’il y’a feu dans la maison Algérie si ce n’ est pas vous avec nous qui pensait vous aura pitié de ce pauvre peuple désarmé et de cette pauvre Algérie par se que je suis persuade avec l’ancien et ces camarades on aurez pas a trahir l’espoir des générations futures a vivre dans la dignité et a choisir des Algériens authentiques qui vont les gouvernes. Un petit mot pour le quotidien Algérie milles merci a vous mais je croit qu’il es judicieux de vous rapprocher et d’ouvrir votre espace aux autres anciens tel que Said Hamdani et les autres tanmirt d’avance.

    ======================
    LQA est ouvert à tous les enfants dignes de l’Algérie, quelque soient leurs chapelles politiques.
    La Rédaction LQA




    0
  • Adel
    21 août 2010 at 9 h 50 min - Reply

    @admin

    Bonjour,

    Comme l’a déjà signalé M. Seddiki, @iris envoie des messages copiés à partir d’autres forum. Le message qui précède (iris dit : 20 août 2010 à 20 h 03 min) a été posté par radjef saîd sur un autre topic.

    Je ne sais pas à quel jeu joue cet individu, mais je suggère de ne plus publier ses interventions.

    Salutations

    ======================
    Merci mes chers frères Seddiki et Adel pour cette information. C’est vraiment lamentable. Allah Yahdih !
    La Rédaction LQA




    0
  • Congrès du Changement Démocratique