Édition du
22 March 2017

Forum des syndicats : Le Snapap dénonce une tentative d’interdiction

El Watan, 13 mai 2010
Après les lieux publics, les autorités veulent, semble-t-il, élargir l’interdiction de rassemblement et d réunion même dans les salles.

Pas, bien sûr, dans les salles publiques qui n’ouvrent jamais leurs portes aux partis de l’opposition et aux syndicats autonomes. L’interdit pourrait concerner même les salles privées. En effet, le propriétaire de la Maison des syndicats (une salle louée par le Snapap) aurait été convoqué, hier, par la wilaya d’Alger et il serait sommé d’empêcher la tenue d’une activité syndicale ou autre dans ce local. Cette convocation, qui intervient à la veille de la tenue du 1er Forum syndical social maghrébin, est interprétée comme « une volonté déguisée d’interdire cette rencontre prévue pour les 14 et 15 mai ».

« Le propriétaire de la salle a été convoqué par les services de la wilaya d’Alger. Il affirme que le wali, le chef de daïra et le commissaire de police l’ont menacé de procéder au scellé de la salle si jamais des réunions y sont organisées », a déclaré Rachid Malaoui, secrétaire général du Snapap. Affirmant que le forum est toujours maintenu, M. Malaoui précise que « la salle en question est une propriété du Snapap qui l’a louée pour une période de cinq ans ». La convocation du propriétaire est une tentative d’intimidation, soutient-il. Ayant appris l’information, le FFS réagit et dénonce cette pratique. « C’est un acte inadmissible de persécution et d’intimidation qui vise à entraver la tenue de ce forum. Encore une fois, les autorités de l’état d’urgence utilisent l’administration comme moyen de pression et de répression contre les organisations associatives et syndicales autonomes », lance le FFS dans un communiqué rendu public dans l’après-midi.

Par M. M.


Nombre de lectures : 3477
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Rédaction
    13 mai 2010 at 15 h 05 min - Reply

    Algérie: La Maison des syndicats fermée par la wilaya d’Alger !
    13 mai, 2010, In Algérie Politique

    La machine de la répression des libertés démocratiques mise en place par le pourvoir algérien ne recule devant rien. A deux jours de la tenue du Forum des syndicats maghrébins initié par le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), le wali d’Alger Mohamed “Kebir” Addou a décidé mercredi de fermer la Maison des syndicats qui devrait abriter l’événement. Le représentant du département de Nouredine Yazid Zerhouni au niveau de la capitale a motivé sa décision par un rapport émanant des services de sécurité qui fait état “d’une plainte pour tapage” déposée par les citoyens contre le propriétaire de la salle. El Mouhtarem




    0
  • Rédaction
    13 mai 2010 at 15 h 07 min - Reply

    FRONT DES FORCES SOCIALISTES
    SECRETARIAT NATIONAL

    COMMUNIQUE

    mercredi 12 mai 2010

    Des informations nous sont parvenues au siège national du FFS faisant état de la convocation par le wali d’Alger du propriétaire de la salle qui abritera les travaux du forum syndical maghrébin, organisé par le Syndicat National Autonome des Personnels de l’Administration Publique (SNAPAP), prévu pour les 14 et 15 mai 2010.

    C’est un acte inadmissible de persécution et d’intimidation qui vise à entraver la tenue de ce forum.

    Encore une fois, les autorités de l’Etat d’urgence utilisent l’administration comme moyen de pression et de répression contre les organisations associatives et syndicales autonomes.

    Engagé aux cotés des acteurs politiques et sociaux autonomes, le Front des Forces Socialistes exprime sa solidarité entière avec les organisateurs de ce forum et dénonce énergiquement cette grave atteinte aux libertés d’expression, d’association et d’organisation.

    Le premier secrétaire

    Karim TABBOU




    0
  • Anonyme
    13 mai 2010 at 15 h 38 min - Reply

    […] […]




    0
  • Rabinho
    13 mai 2010 at 20 h 49 min - Reply

    Jusqu’où peut aller notre respectable état et gouvernement ?
    D’un coté les MALG-aches de l’autre les DRS-istes , ce qui les unis est un objectif commun ! Non seulement mettre l’Algérie à genoux économiquement , mais plus encore réduire les Algériens eux-mêmes à moins que rien ! voir anéantir ou éradiquer l’Algérien ! C’est pire qu’un génocide au point ou nous en sommes ! Est-il possible ?
    – Ou sont les partis politiques à part le FFS ?
    – Est-il possible qu’une poignée de nains malhonnêtes puisse dominer tout un peuple légendaire ?
    – Est ce vrai que l’Emir Abdelkader , Bouamama , Benbadis , Amirouche , …etc sont issus de ce peuple ?
    – Quelles sont les causes qui ont métamorphoser ce peuple légendaire à un peuple sans âme ?
    – Pourquoi ce peuple jadis analphabète réagissaient avec conscience et beaucoup de détermination ?
    – Est ce le fait que l’ennemi a changé de visage ( du colonialisme français au colonialisme local ) ?
    – Quelle est la part de responsabilité de la religion dans ces cas ?
    – Quel effet ou quel rôle a joué la religion dans ces cas ?
    – Quels sont les ingrédients nécessaires pour amener ce peuple à devenir mature pour participer et réagir en ce qui concerne son devenir ?
    – Jusqu’où peuvent aller les interdictions pour que ce peuple prenne conscience normalement de sa léthargie ?
    – Depuis la décennie rouge , l’état d’urgence perdure , en dépit de son illégalité constitutionnel , et prend tous les Algériens en otage perpétuel sans que personne ne branche , Pourquoi ? Comment expliquer ce phénomène incompréhensible ?

    Si ce dernier phénomène n’est pas résolu , on peut s’attendre à tout et confirmer la léthargie adoptée sciemment par l’ensemble des Algériens !

    – L’Algérie n’a-t-elle pas enfanter des illustres , des illuminés , des clairvoyants , des patriotes ou des gens simplement conscients qui peuvent contribuer à sortir leurs frères et sœurs du pénombre et de cette DJAHILIYA régnante ?

    Merci à tout ce qui peut apporter un petit plus !

    Notre tache d’aujourd’hui , me semble , plus difficile que celle de Amirouche et autres !




    0
  • Zineb Azouz
    15 mai 2010 at 10 h 16 min - Reply

    Voici le lettre du wali, appréciez les motifs et surtout le troisième !
    Quand on sait que Meriem Mehdi a observé sa grève de la faim dans ce local, que durant toutes les grèves des enseignants de l’éducation, les coordinations du cnapest se sont tenues dans ce même local et que pas plus tard que le mois dernier c’était au tour de la ligue algérienne de défense des Droits de l’homme (laddh)de s’y réunir, on se demande de quelles jeunes filles et de quels jeunes hommes il est question, mais on retrouve les bonnes vielles méthodes de notre voyoucratie.
    Pour avoir personnellement visité ce siège lors d’une rencontre du cnes-authentique (le cnes-maison se réunit à Zeralda !), je m’attendais un peu, comme beaucoup de collègues, à des représailles mais de là à vouloir faire passer la maison des syndicats pour une maison de rendez-vous, c’est fort de café !

    ZA

    Décision Du Préfet de la wilaya d’Alger
    Sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur

    Article 01/ Fermeture du bâtiment jusqu’à régularisation de la situation administrative et la levée de toutes les restrictions sur le bâtiment situé au 02 Rue El Oued Belair Cne Bach Djarah appartenant a Mr Djellouli Mohamed Ridha (propriétaire du local ayant loué la salle au SNAPAP pour y héberger la maison des syndicats) ; cette fermeture est justifiée par:

    – Organisation de rassemblement et réunions publiques sans autorisations au préalable.
    – Invitation des personnes étrangères pour participer a des rassemblements sans autorisations ni déclarations auprès des services concernés.
    – Transformation du local en un lieu de rencontre des jeunes filles et jeunes hommes venus de différentes régions du pays.
    – Trouble de l’ordre public par les occupants du local.

    Article 02/ la présente décision rentre en vigueur a la date de la notification du propriétaire du local de la part du service de sûreté relevant du département. Une copie de la décision sera placardée sur la devanture du local pour clarifier les raisons de la fermeture du local en question ce qui nécessite le scellé du local.

    Article 03/. Mr le Secrétaire Général de la sûreté d’El Harrach, sous la tutelle de la Wilaya , responsable, chef de sûreté de la wilaya, le directeur technique des affaires générales et litigieuses, le directeur de la concurrence et des prix et de l’urbanisation commerciale, le président de l’APC de Bach Djarrah chargés d’appliquer la présente décision publiée dans le journal des décisions immobilières de la Wilaya.

    Par Mr le Wali (Prefet de la Wilaya d’Alger).
    Mohamed Kebir Adoui




    0
  • el-amel
    16 mai 2010 at 9 h 28 min - Reply

    Le régime soigne son image à l’étranger avec l’argent spolié au Peuple, un rictus affiché à l’intérieur se mue en sourire pour les affaires à l’étranger. La lutte pacifique marque des points en dénonçant l’injustice.

    Article joint paru dans le quotidien : Le soir d’Algérie, 16/05/10.
    APRÈS LA MESURE DE FERMETURE DE LA MAISON DES SYNDICATS PAR LE WALI D’ALGER
    Trois ONG internationales appellent à l’annulation de cette décision
    Prévu à la Maison des syndicats, sise à Bachdjarrah, les 14 et 15 mai, le Forum syndical maghrébin a finalement eu lieu au siège national du FFS. Un changement intervenu au lendemain de la décision du wali d’Alger de fermer le bâtiment abritant cette structure.
    Abder Bettache – Alger (Le Soir) – L’organisateur de cette rencontre internationale, «le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap), a qualifié l’intervention de l’administration «d’intimidation dans le seul but d’entraver toute activité des syndicats autonomes». Dans la lettre signée par le wali d’Alger, Mohamed Kebir Adoui, il est indiqué que la «fermeture du bâtiment est effective jusqu’à la régularisation de la situation administrative et la levée de toutes les restrictions ». Il justifie sa décision par «l’organisation de rassemblements et de réunions publiques sans autorisation préalable, l’invitation de personnes étrangères pour participer à des rassemblements sans autorisation ni déclaration auprès des services concernés, la transformation du local en un lieu de rencontres de jeunes filles et de jeunes hommes venus de différentes régions du pays, ainsi que par les troubles à l’ordre public par les occupants du local». «La lettre d’interdiction est adressée au propriétaire et non au bailleur activant au sein de la Maison des syndicats, ce qui nous empêche de porter plainte contre le wali d’Alger. Et le propriétaire ne veut pas le faire, craignant des représailles d’autant plus que la police de la Sûreté d’El- Harrach a convoqué les propriétaires du siège central, des jeunes femmes, pour les intimider. » Le Snapap a lancé un appel aux organisations nationales et internationales pour dénoncer ces agissements et la répression exercée par le pouvoir algérien. Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme (REMDH), l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) ont réagi en condamnant, dans un communiqué rendu public hier, «la décision administrative de fermeture des locaux de la Maison des syndicats en Algérie, la privation des syndicats autonomes et des organisations indépendantes de la société civile de ce local privé qui était utilisé comme un lieu de rencontres et de débats, dans un contexte où les demandes d’autorisation pour organiser des réunions dans des lieux publics sont systématiquement refusées». Les trois ONG demandent aux autorités algériennes d’«annuler immédiatement la décision administrative de fermeture de la Maison des syndicats, de mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre de tous les défenseurs des droits de l’homme» et également de «mettre fin à la loi sur l’état d’urgence, illégalement en vigueur depuis 17 ans et instrumentalisée afin d’entraver l’exercice des libertés publiques en Algérie».
    A. B.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique