Édition du
30 March 2017

La sureté d’Alger interdit à la fille d’Oultache et à son beau fils de quitter le territoire national

La défense du présumé assassin d’Ali Tounsi sort de son silence
La sureté d’Alger interdit à la fille d’Oultache et à son beau fils de quitter le territoire national
El Khabar, 12 mai 2010
La fille de Chaib Oultache, accusé de l’assassinat du colonel Ali Tounsi ainsi que la femme de ce dernier ont été victimes de décisions de justice portant leur interdiction de quitter le territoire national. La défense de l’accusé a dénoncé cette mesure qu’elle a qualifiée d’ « illégale » tout en affirmant qu’Oueltache est en bon état de santé et qu’il peut témoigné avec exactitude du scenario de l’assassinat de Tounsi Ali, contrairement à ce qui a été révélé dans les déclarations du procureur général Balkacem Zeghmati.

Rencontrée par El Khabar, la défense d’Oultache a expliqué que sa fille ainsi que son beau fils ne font l’objet d’aucune poursuite judiciaire et qu’il est donc illégal de leur interdire de quitter le territoire national. Maitre Balaarif, l’avocat qui a plaidé dans la fameuse affaire de Beloucif, a expliqué : « la famille de notre client a rencontré de graves pressions qui nous rappellent des pressions exercées par le roi Hassan II sur la famille Oufkir. La sureté de la wilaya d’Alger a interdit à la fille de Oultache et à son beau fils de quitter le territoire national suite à l’ordre du procureur de la République, près le tribunal de Bir Mourad Rais. Cette décision est illégale étant donné que les deux personnes en question ne font l’objet d’aucune poursuite judiciaire.

La défense de la famille d’Oultache a notamment critiqué les déclarations du ministre de l’Intérieur sur les circonstances de l’assassinat d’Ali Tounsi, le 25 février dernier. Elle lui a notamment reproché d’avoir commis de graves erreurs dans d’importantes questions. La défense a notamment émis leurs réserves sur les enquêtes préliminaires et sur les rapports de sécurité sur le terrain. Elle pense également qu’aucune enquête judiciaire n’a été menée sur l’assassinat d’Ali Tounsi.

12-05-2010
Par H. Yes / synthèse de S.A


Nombre de lectures : 5043
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Morjana
    14 mai 2010 at 10 h 54 min - Reply

    Bonjour. Indépendamment du caractère illégal des mesures prises à l’encontre de ces personnes, on ne comprend pas très bien de qui il s’agit au juste, à part de la fille de Chaïb Oultache. Du mari de cette fille, donc du gendre d’Oultache? Du fils que l’épouse d’Oultache aurait eu d’un premier mariage, donc de son beau-fils? De l’épouse d’Oultache, comme le laisse supposer la première phrase de l’article d’El Khabar (« La fille de Chaib Oultache, accusé de l’assassinat du colonel Ali Tounsi ainsi que la femme de ce dernier…. »)? Pour ma part, je présume qu’il s’agit de la fille d’Oultache et de son mari, ce dernier étant donc le « gendre » de Chaïb Oultache.




    0
  • el-amel
    14 mai 2010 at 17 h 50 min - Reply

    Pourquoi leur interdire la sortie du territoire, la famille aurait des choses à dire qui dérangerait l’enquêteur Zerhouni qui avait déclaré que « l’assassinat a été commis dans une situation où il y avait deux personnes, sans qu’il y ait de témoins présents dans le bureau » suite à une « crise de démence », et l’enquête est bouclée avec une «transparence totale » du tortionnaire qui avait avancé que « L’assassinat du colonel Ali Tounsi, directeur de la sûreté nationale, par le colonel Chaib Oultache a été dû à des désaccords personnels ». zerhouni est le gardien d’une prison à ciel ouvert, il faut libérer le Peuple !




    0
  • el-amel
    14 mai 2010 at 22 h 03 min - Reply

    14-05-2010
    LA JUSTICE LUI A INTERDIT DE QUITTER LE TERRITOIRE ALGERIEN
    Le gendre d’Oultache a bénéficié illégalement d’un marché de la DGSN

    Le gendre de Chouaib Outlache, interdit de quitter le territoire national dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat d’Ali Tounsi, a bénéficié d’un marché de fourniture de matériel informatique de la DGSN sans le respect des procédures légales.
    Cité en tant que témoin dans le cadre de cette affaire d’assassinat, le gendre d’Oultache, connu sous les initiales S. T., est actuellement directeur adjoint dans la société Algérie Business Management. C’est ce que nous a révélé hier une source judiciaire proche du dossier.
    Le responsable de la société Algérie Business Management a été entendu, il y a quelques jours, au tribunal de Sidi M’hamed au même titre que d’autres directeurs de la société. Selon nos sources, la compagnie en question avait obtenu un marché de fournitures de matériel informatique de «manière illégale grâce à l’intervention directe du colonel Oultache», qui avait occupé auparavant le poste de directeur chargé du programme de modernisation des équipements de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
    Cependant, Algérie Business Management a eu à démentir cette information. S’agissant de l’interdiction de quitter le territoire algérien, mesure imposée au gendre, à la fille, ainsi qu’à la femme d’Oultache, l’avocat Mohand Tayeb Belarif, qui a pris la défense du colonel, a estimé, dans une déclaration au Temps d’Algérie, qu’elle n’a pas lieu d’être étant donné que ces personnes ne sont pas placées actuellement sous contrôle judiciaire et ne font l’objet d’aucune poursuite judiciaire.
    Les personnes citées jouissent, selon lui, de leurs pleins droits pour pouvoir sortir du pays. Quant à l’instruction de l’affaire de feu Ali Tounsi, la défense de Chouaib Oultache a souligné que l’auteur du meurtre se trouve «en bonne santé» et qu’«elle lui a rendu visite à la prison de Serkadji de Bab El Oued, mercredi».
    Les avocats affirment en outre qu’«Oultache a reconnu devant les enquêteurs avoir tué son supérieur Ali Tounsi dans son bureau à la direction générale de la sûreté nationale». Notre source nous confie également que l’enquête se poursuit actuellement sur les motifs de cet assassinat qui a défrayé la chronique le 25 février2010.
    Un article paru dans « Le temps d’Algérie », et le patron de ce journal n’a-t-il pas un oncle général? des ingénieurs en génie civil qui font fortune ne sont pas nombreux.




    0
  • Tazbent
    15 mai 2010 at 15 h 36 min - Reply

    Il ne maque plus que ça.
    Quitter le pays pour aller à l’étranger alors qu’ils ont une affaire de meurtre sur le dos, c’est osé ma parole.

    Alors que Lol qui n’a rien tué,pas une mouche,il n’a même pas un passeport et ne compte jamais l’avoir lui,,qui,durant toute sa vie a crapahuter comme un esclave pour n’arriver qu’à des fins de mois difficiles.

    Non ! Celui qui a quelque chose, qu’il l’assume, faisons comme les kouffars,une fois dans le filet, il ne frétille pas comme une sardine.Il faut savoir « gouter » ce que veut dire la responsabilité dans ce pays et à tous les niveaux.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique