Édition du
26 March 2017

Un héros oublié: Ali El Hammami


Enfant de Tiaret, issu d’une famille de lettrés originaire de Aïn lahmam en Kabylie, né en 1902, Ali El Hammami, journaliste et écrivain, d’expressions arabe et française, nationaliste farouche, et l’un des premiers intellectuels à appeler à l’émergence d’un grand Maghreb uni, il combattit, lors de l’insurrection du Rif marocain, aux côtés de Abdelkrim el Khatabi.
Bien avant le déclenchement de la révolution algérienne, il porta les aspirations du peuple algérien, à la dignité et à la liberté, dans le monde entier. Il entra en contact avec les personnalités les plus illustres de cette époque, et se fit l’avocat de son peuple auprès d’eux.
il a représenté l’Algérie , en 1949, au premier congrès mondial islamique à Karachi (Pakistan). De retour vers le Caire, l’avion qu’il avait pris s’écrasa au Pakistan. Il avait 47 ans. Il a été enterré au cimetière de Sidi M’Hamed (Alger). Plus de 12 000 personnes, venues de toute l’Algérie, et du Maroc, ont assisté à son enterrement.
Aujourd’hui, il est tombé dans l’oubli.
Son roman « Idriss » est considéré comme le premier, et le plus fascinant, roman Maghrébin.
Serait-il possible à nos amis de LQA de nous faire parvenir une biographie de cet immense personnage, et si possible sa photo.
DB


Nombre de lectures : 8254
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ali
    15 mai 2010 at 19 h 24 min - Reply
  • Anonyme
    15 mai 2010 at 19 h 28 min - Reply

    […] […]




    0
  • ali
    15 mai 2010 at 23 h 10 min - Reply

    @ali
    Nous sommes 2 ali à intervenir avec le même pseudo.
    le lien que tu viens de donner n’a rien à voir avec le personnage décrit dans l’article. Si ça ne vous dérange pas j’aimerais garder le pseudo ALI qui est mon vrai prénom.
    Si tu persistes alors je dois changer de pseudo.
    Bien à toi




    0
  • ankarba
    16 mai 2010 at 9 h 16 min - Reply

    Ya si Ali, je ne crois pas que c’est du même Hammami dont parle DB…




    0
  • thirga
    16 mai 2010 at 21 h 42 min - Reply

    Au premier intervenant @ALI. Feu Ali El Hammami décédé au Pakistan n’a rien avoir avec Mohamed Menasria dit El Hammami de Aïn Ghrour ou Hammam N’bail (Guelma). Ce grand militant nationaliste des années 20 ne semble même pas reconnu comme Algérien comme d’ailleurs EL-Wartilani, mort en apatride. Aucune école, ni rue, ni lieu ne portent leur nom. Compagnon d’Abdelkrim El Khatabi, il a passé sa vie à défendre l’Algérie dans les forums européens jusqu’à être traqué par les polices française. Il se réfugia de 1936 à 1945 en Irak pour enseigner l’Histoire … Meme sa tombe a disparu comme ses deux derniers projets de livres au Caire!




    0
  • Mohamed naceur nefzaoui
    18 mai 2010 at 13 h 24 min - Reply

    Cher monsieur , Le site tunisien http://www.zainab-an-nefzaouia a publié un master et quelques articles sur Ali Hammami ( du Hammam et non de Hamam puisqu’il s’agit de  » Michelet » au coeur de Jurjura).D’autre part , j’ai le plaisir de vous annoncer que j’ai traduit Idris en arabe et que cette traduction a été exposée à la foire du livre à Tunis fin avril 2010. Avec mes salutations M/n/n/
    ADM: Merci pour ce lien et pour cette très bonne nouvelle. Idriss traduit en arabe est une information de taille. A signaler que l’affaire dite du « dahir berbere » et de l’affaire de Mekla, qui relèvent toutes deux d’un complot berbériste tramé par des autorités coloniales, y sont traitées dans le détail. A lire et à relire, pour comprendre d’où vient le mal. Est-ce que que vous pourriez nous envoyer des extraits de ces passages ? Merci




    0
  • Mohamed naceur nefzaoui
    19 mai 2010 at 12 h 23 min - Reply

    Cher Monsieur , L’affaire de Maqla et la question du Dahir ne sont que des exp. découlant du fait colonial.D’ailleurs tout extrait peut nuire à l’idée qu’on peut faire d’Idris.Ali Hammami , quand il a écrit son roman phiosophico-historique , avait toute une vision du monde.Il visait à ré-écrire l’histoire de l’Afrique du Nord en se basant sur ce qu’il croyait etre sa spécificité , d’ou ce procès intenté non seulement contre le fait colonial mais aussi contre toutes les idéologies arabe, musulmane (d’Orient) ou autre visant à entamer cette spécificité(disons , pour simplifier, contre l’arabisme , le wahabisme et… le communisme qu’il a « cotoyé » surtout durant son séjour en Union soviétique au temps de Staline…)Ce roman est , pour beaucoup, provocateur.C’est une « mine d’idées » et je comprends parfaitement purquoi il vous fascine. Portez-vous bien. Votre Mnn.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique