Édition du
26 July 2017

Le sexe est une politique

El Watan 19 mai 2010

Les pannes sexuelles masculines sont-elles liées à l’inertie politique ? Ce n’est pas le thème d’un débat, mais une hypothèse qui permettrait de voir plus clairement l’incroyable asthénie politique et économique du régime. Jeudi dernier s’est tenue une rencontre sur « la santé et le bien-être sexuel » à l’hôtel Hilton, où bien sûr, il n’a pas été question de politique mais de l’impact de la satisfaction sexuelle sur la vie quotidienne. Cette dernière étant catastrophique, en d’autres termes, les pays développés sont-ils ceux où les dirigeants et les dirigés sont épanouis sexuellement ?

La question vaut son pesant de Viagra et on peut le voir comme ça, l’Algérie est gouvernée par des grincheux et aigris, qui du fait de ne pas avoir de sexualité accomplie, peuvent rendre leur vie, et donc la nôtre, désagréable. Un psychanalyste affilié au FFS aurait fait remarquer que c’est la société toute entière qui est une victime sexuelle fantasmatique d’un acte manqué plus haut, qui se transforme en viol virtuel quotidien. Tout cela est compliqué bien sûr, d’autant que la sexualité des hommes et des femmes répond souvent à des impératifs liés au subconscient et à l’enfance. Mais la question mérite d’être posée, la démocratie est-elle une sorte d’orgasme pour tous, à l’inverse de la dictature, harem où le mâle dominant concentre tous les pouvoirs ? Bien sûr, c’est le laboratoire Pfizer qui a organisé ce colloque, celui-là même qui a inventé le Viagra et du coup, rendu la vie heureuse à des millions d’hommes.

Installé en Algérie, le laboratoire s’attelle à étudier le comportement sexuel local. Composé à 35 millions d’êtres humains, dont la moitié sont des femmes qui attendent que l’autre moitié les aime, le pays est en panne. Comment ? C’est l’objet d’une prochaine rencontre qui vient, nous venons de l’apprendre à l’instant, d’être interdite par le wali d’Alger.

Par Chawki Amari


Nombre de lectures : 2235
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • adel133
    19 mai 2010 at 15 h 41 min - Reply

    pour liberer l’homme il faut libérer le sexe disait un grand penseur.la sacralisation du sexe et de la sexualité en Algérie et ailleurs dans les pays arabo-musulmans a pour résultat la perversion,le déséquilibre et la folie des sociétés ou la femme n’est pas un être humain,mais simplement un bout d’hymen sur lequel repose la fierté de tout un peuple.un père et son fils ont tué(en algérie)cette dernière semaine une enfant de 17 ans pour l’avoir vu avec son petit copain.de quelle société parle-t-on?




    0
  • Anonyme
    19 mai 2010 at 17 h 04 min - Reply

    […] […]




    0
  • Salim Ier
    19 mai 2010 at 22 h 06 min - Reply

    Et moi, de rajouter que la « liberté sexuelle » qui encourage des rapports contre-natures, ce renversement des valeurs religieuses ou tout simplement naturelles, a vu mourir de chagrin un brave père de famille algérien, en apprenant de visu, que son fils ainé avait de très fortes « amitiés particulières. p. Le seul fils restant, grand malade diabétique,fou de douleur d’avoir perdu son père et de compter un frère indigne dans la demeure familiale, mourut d’une défaillance cardiaque.

    Pour des raisons évidentes de respect de l’intimité de la vie privée, je ne peux ni ne veux en dire plus.

    L’homme pieux est handicapé en se retrouvant face à face avec une révolution des mœurs si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe.

    N’en déplaise à ceux qui œuvrent pour normaliser et codifier ce «nouvel ordre mondial de la sexualité», ce viol psychologique des croyants en Dieu.




    0
  • hadjdey
    25 mai 2010 at 18 h 34 min - Reply

    Une opération de marketing des grandes multinationale.
    Et merci monsieur le wali




    0
  • Zineb Azouz
    26 mai 2010 at 15 h 33 min - Reply

    Encore un sujet que les multinationales comptent traiter à coups de pilules et pourquoi pas de vaccin.

    Et encore un wali « pudique » qui ne brille que par les interdictions.

    quelle vulgarité scientifique que de prétendre expliquer les pannes sexuelles et en plus les lier aux « pannes » politiques.

    Y aurait il des pilules pour faire pousser des logements, créer des emplois, rendre le sourire aux Algériens et surtout nous débarrasser de ces « apothicaires sans sucre » et de ce pouvoir sans légitimité ??

    ZA




    0
  • Abdelkrim BADJADJA
    27 mai 2010 at 8 h 14 min - Reply

    Salim a tout à fait raison d’évoquer le problème des déviations sexuelles qui ont engendré l’homosexualité. De mon point de vue, légiférer pour autoriser les mariages homosexuels, et pour dépénaliser certaines formes de drogues, constitue le début de la fin du monde occidental. Prenons garde à ne pas les suivre sur cette voie : je pense surtout aux enfants de la Nomenklatura algérienne tentés d’imiter l’Occident sous prétexte de progrès civilisationnel.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique