Édition du
26 July 2017

Nouveau scandale foncier à Bouzaréah Le maire, son beau-frère et 89 cadres de l’État impliqués

Par : Farid Belgacem, Liberté, 23 mai 2010

Les mis en cause ont été placés sous contrôle judiciaire en attendant leur comparution devant la 4e chambre d’accusation près le tribunal de Hussein-Dey.

Les scandales fonciers se suivent mais ne se ressemblent pas au vu des données et des mis en cause de plus en plus impliqués dans les affaires de trafic d’influence, d’usage de faux et d’atteinte aux biens de l’État.
En effet, la Brigade de recherches et d’investigations (BRI) de Chéraga, relevant de la section de recherches de la gendarmerie d’Alger, vient d’élucider une grosse affaire, qui s’apparentait, il y a quelque temps, à un véritable puzzle à l’exploitation agricole Abane-Ramdane de Bouzaréah, appelée également les Orangers.
Celle-ci, à l’origine un bien de l’État, était occupée par un ancien moudjahid qui voulait en faire, au début des années 2000, une coopérative immobilière au profit de ses pairs, à savoir les anciens combattants.  Décédé en 2001 dans des circonstances jusque-là inconnues, selon les éléments de la BRI, son terrain fera vite l’objet de convoitise et l’initiative de créer une nouvelle cité tombe à l’eau. En 2006, le beau-frère de président de l’Assemblée populaire communale de Bouzaréah lance un projet similaire avec de faux documents. La complicité du maire étant établie par les enquêteurs, celui-ci lui octroie, en 2008, un agrément aux dépens de la tutelle, à savoir le wali délégué de Bouzaréah qui n’était pas informé. Plus grave, les investigations de la BRI ont démontré que ce document totalement falsifié n’a pas été numéroté, alors que des pages entières ont été enlevées du registre des agréments.
Ledit agrément sera cinq mois plus tard annulé, mais les travaux ont été lancés et le terrain, d’une superficie de plus de 3,5 hectares est transformé en un véritable gruyère pour ainsi voir des constructions pousser comme des champignons.
Et ce sont 91 personnes qui sont directement ou indirectement impliquées dans ce nouveau scandale foncier qui éclate au grand jour, dont le maire, son beau-frère, le directeur technique et un géomètre en qualité d’expert en foncier.
Mais celui qui s’est distingué dans cette histoire, c’est le beau-frère du maire de Bouzaréah qui, malgré l’annulation de l’agrément, poursuivait son œuvre de “bâtisseur” puisque, selon les éléments de l’enquête de la BRI de Chéraga, des extensions, des ventes et des plans de modification ont été établis, à commencer par son imposante habitation.
Et l’insolite viendra puisqu’il ira jusqu’à collecter 150 millions de centimes auprès des acquéreurs pour constituer sa défense dans cette affaire ! Le reste des mis en cause, à savoir les 88 acquéreurs, sont pour la plupart des cadres de l’État et des cadres en retraite, eux aussi poursuivis pour atteinte aux biens de l’État, complicité et construction sans autorisation.
Quant aux principaux accusés, ils seront entendus à la 4e chambre d’accusation près le tribunal d’Hussein-Dey pour, notamment association de malfaiteurs, faux et usage de faux, imitation des sceaux de l’État, trafic d’influence et construction sans autorisation.
À l’heure actuelle, ce sont 91 personnes qui sont impliquées et placées sous contrôle judiciaire.
L’enquête déclenchée en décembre 2008 close, la BRI de Chéraga a transmis un dossier en béton à la justice qui devra statuer dans les tout prochains jours.


Nombre de lectures : 5216
14 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • haouchine
    23 mai 2010 at 16 h 05 min - Reply

    que la justice fasse enfin son travail! que les biens détournés reviennent a l’état Algerien et que les malfaiteurs croupissent enfin en prison




    0
  • salay
    23 mai 2010 at 17 h 13 min - Reply

    Faut pas s’étonner de tels scandales puisqu’ils sont l’oeuvre d’élus issus de la forfaiture… En attendant la deuxième République Allah yestar:




    0
  • Alilou
    24 mai 2010 at 0 h 57 min - Reply

    Salut,

    La responsabilité de l »etat, je veux bien, mais ces gens la sont des citoyens Algeriens, de toutes classes, des elus, et j’en passe….

    La complicité des algeriens de tout bords est incontestable, ils sont aussi coupables…

    Je viens de lire un article sur liberté sur les incidents de Maghnia ou 1000 citoyens ont assiegé l’unité des douanes et ont brulé des vehicules et tout cela pour protester contre la mort d’un gens contrebandier, ma parole c’est le monde a l’envers, c’est du n’importe quoi, ces delinquants de tout bors n’hesitent pas a saigner la nation et ils attaquent les structures des dounes pour importer la drogues et les armes,…

    Alors les algeriens sont aussi complices de la descente aux enfers de notre patrie, il n’y a pas seulement l’etat qui soit complices mais memes les citoyens, je ne sais meme pas pourquoi j’utilise le mot citoyens pour des gens qui ne merites meme pas d’etre appelés etre humains, ils n’ont rien d’humain..

    La rage au coeur




    0
  • alger*16*
    27 mai 2010 at 14 h 13 min - Reply

    Pauvre Algérie, après X et Y c’est maintenant au tour
    de ces Elus et Agents de l’état de se mettre à la Une.
    Où allons nous, doit on fermer les yeux et espérer qu’une
    fin de ces actes criminels où… Notre Justice au nom
    du Peuple Algérien , ce peuple qui a tant et tant sacrifié ses meilleurs enfants en ont en mare et demande aux Responsables intègres de sévir sévèrement sans pitié, en attendant la justice divine…




    0
  • BRAHIM
    27 mai 2010 at 18 h 30 min - Reply

    Même à Bouzaréah , çà chauffe, oh mon Dieu !!!




    0
  • babel
    1 juin 2010 at 16 h 38 min - Reply

    Détromper les amis, dans un mois ils vont retrouver la liberté
    Et ils vont même avoir des promotions chez nous ces comme ça que ça se passe .




    0
  • Kahouadji
    1 juin 2010 at 21 h 32 min - Reply

    Il faut dire ne s’agit pas du maire actuel mais de son prédécesseur.

    Cette affaire que la presse remet de temps en temps sur le tapis date un peu et l’instruction est toujours …en cours..

    Le personnel de l’APC de Bouzareah, spécialement celui chargé du « technique » devrait faire d’une enquete de moralité et sur le patrimoine. On y découvrira certainement des vertes et des pas mures et si on étendait ce genre d’enquetes à tous nos fonctionnaires ce ne serait pas mauvais. Les services des impots dans certains pays et dans le notre normalement aussi ont la prérogative d’enqueter sur les fortunes afin de les taxer. Mais chez nous il n’y a que l’argent honnetement gagné, c’est a dire le salaire qui est l’objet de taxes, d’impots et de diverses ponctions…




    0
  • robin
    5 juin 2010 at 15 h 50 min - Reply

    quant des honnêtes gens viennent travaillé avec acharnement pour le bien de la communauté, cela dérange la mafia et les faux riches de bouzareah, ils s’organisent non pas pour le bien mais pour faire tomber un maire honnête qui vient chasser la vermine, ou l’état quand en détourne 1700 M2 de terre des forets en sus et en vue de tout le monde, qui magouille sur les listes non livres depuis les années 95 des logements CNEP COSIDER APC de beau séjour. tout s’achète dans notre cher pays même la moralité soit disant de notre justice , si vous êtes honnêtes alors resté chez vous et fermé votre porte car vous n’êtes pas à l’abri d’une condamnation.




    0
  • kachef
    5 juin 2010 at 16 h 54 min - Reply

    j’habite bouzereah, ce que vous raconte est totalement faux, cette coopérative existaient depuis les années quatre vingt dix, c’est le défunt derradji qui vendait des parcelles de terre au sus et vu de tout le monde car celui, qui était le président de la coopérative, il faisait tout pour que l’opération de vente soit attesté par une attestation. aucune autre parcelle n’était vendu depuis sa mort, jusqu’à présent on connaisse pas le nombre exacte d’acte et combien d’attestation vendu, on estime cela a 200 ou plus, le rapport de la police judiciaire et non de la gendarmerie atteste sur les circonstances de sa mort (c’était un homme trop endette qui escroqué tout le monde) le plan de morcellement atteste seulement de 94 lots, les victimes réels sont les coopérateurs qui ont été arnaques et subissent maintenant des inculpations monter de toute pièce par la mafia foncière qui veulent leur terres, eux qui ont tout fait par leur propres moyens financiers(installation de l’eau courante, assainissement, électricité, gaz , téléphone et éclairage public) et cela depuis qu’ils ont fait la main dans la main ont s’organisant par le renouvellement de l’assemble générale et le bureau exécutif de la coopérative en 2006 . ou était les autorités en date du 2001-2006 ou les coopérateurs souffraient le martyr dans leur vie quotidienne; absence de toute commandité qu’ils leur permettent de vivre dans un environnement sain et paisible. il y’a lieu de se poser des questions; qui est derrière cette machination monte de tout pièce!!!!, pour quoi l’affaire est elle déclenché maintenant au profit de qui??!! le dispositif règlementaire existe pour régler cette affaire, pour quoi l’administration compétente en la matière tarde et bloque le dossier malgré la sollicitation des coopérateurs a mainte reprises et ceci par des correspondances par le biais des avocats et l’huissier de justice. qui se cache derrière !!!!!




    0
  • brahim
    6 juin 2010 at 12 h 00 min - Reply

    Je suis aussi un habitant de bouzaréah et lorsque j’ai lu l’article j’ai était choqué, mais bien sur j’était pas le seul a l’être, tout le monde connais ce maire très bien et sais se qu’il vaut vraiment et que c’est le seul maire élu par les habitant de bouzaréah et non pas par un système mafieux qui régner a bouzaréah depuis des année et qui na jamais était poursuivie par qui conque (ni la presse , ni la justice ), eh oui c’est l’ironie du sort le seul maire a être honnête on le mis en prison pour le délit très grave qui est l’opposition a un système mafieux et corrompu, de toute façon nous les habitant de bouzaréah avez un prée sentiment ,on savais que sa va finir ainsi vu que de nos jours les valeur son perdu ou le juste est devenu le tord et vice versa, j’ai dis ce que j’ai au cœur et maintenant je vous pose une question qui incite a réfléchir :
    COMMENT SA CE FAIT QUE L’AFFAIRE QUI A COMMENCE EN 1994 ET A ABOUTIE PAR LA VENTE DES LOTS DE TERRAIN EN 1999 A UNE QUELCONQUE RELATION AVEC UN MAIRE QUI A ETAIT ELU EN 2007 ?




    0
  • rachid
    9 juillet 2010 at 22 h 14 min - Reply

    Eclaircissement présenté par Repense pour certaine journaux Monsieur IOUTICHENE Rabah, écrite du scandale de bouzareah le premier vice -président de le maire et son gendre la coopérative immobilière voici la vérité ABANE RAMDANE, du 03/05/2010 au 30/06/2010 sise quartier oued des orangers- Bouzaréah
    Monsieur Ioutichene Rabah en son nom et aux noms de tous les membres de la coopérative immobilière Abane Remdane expose succinctement la création et les développements qu’a connue la coopérative ainsi que les entraves difficiles qu’elle a rencontré :
    La coopérative sus citée a été créée en date du 15/08/1994 sous l’initiative de l’association des moudjahidines de la wilaya d’Alger, parce que ces dernier en bénéficient dans cadre (des ayants droit), conformément à la délibération n° 35 du 24/10/1994 de l’APC de Bouzareah,qui a agrée la dite coopérative et lui consacre une parcelle de terre divisible (morcelle)d’une superficie d’environ de 3 hectares entrant dans la zone urbaine sise quartier de oued des orangers bouzareah. Cette délibération a fait l’objet d’un envoi à la wilaya d’Alger pour approbation, qui a été accordé en date du 30/10/1994 sous le N°128
    Parmi les membres fondateurs en trouve Mr Khochene Deradji, qui a été le vice président de la coopérative jusqu’au 24/03/1997 ou il devint le président de cette dernière jusqu’à la date de son décès (en date du 23/10/2001) de son vivant Mr Khochene géra la coopérative d’une manière individualiste sans se référé au bureau exécutif ni à l’assemble générale, ses décisions d’octroi et d’attribution dépassent de loin ce qui est prévu dans le certificat de morcellement qui prévoit la répartition de la parcelle de terre en 94 lots sans plus.
    Et a travers ces terribles agissements qui se passaient dans un total secret pour que les bénéficiers légitimes ne se rendent pas compte que leur droit est menaces, cette situation a engendré des victime suite aux agissement du défunt qui a reçu de l’argent en contre partie des attestation d’attributions délivrée et signée par lui-même
    Apres le décès de celui-ci la situation est reste gelée cinq ans jusqu’en date du 14/04/2006, ou les bénéficiers ont décidé de renouvèlement le bureau de la coopérative qui a aboute a l’élection monsieur M. Yazid et approbation les membres de bureaux par l’assembler général le président et le bureau a Fu dans le cadre régimentaire
    Sous la présidence de Mr M. Yazid ; le bureau exécutif a pu réaliser de nombreux projets et ceci dans le respect total des lois, on cite comme suit :
    – Réalisation des conduites d’évacuation et d’assainissement,
    – Réalisation des conduites d’eau potable,
    – Electricité, gaz et le téléphone, voierie et bordure,
    – Eclairage publique.
    Tout ceci a été réalise par les moyens financiers propres aux coopérateurs et avant l’année 2007, et les bénéficiers des lots soit les coopérateurs actuels ont tous acquis leurs décisions d’affectation par le défunt et aucun titre ou décision d’attribution n’ont été délivré depuis, les noms des dits bénéficiaires sont bien connues par les autorités compétentes et ne figure aucun nom de personnalité ni cadre d’état, les dits bénéficiaires sont des gens modestes et simples qu’ils veulent vivre en toute quiétude, sérénité et dans le respect des lois de la république.
    L’agrément qu’il remis au nouveau bureau était fonde sur la base de l’accord du wali délégué et la lui relative a la commune lois 90/08 du 07/04/90 ainsi l’ordonnance 76/92 du 23/01/76 relative a l’agrément de la coopérative foncier .ce qui prouve le président de l’assembler populaire n’a procédé que dans le cadre de ses prorogative légale.
    Conformément a une correspondance datée 14/07/2001 adresse par le secrétaire général de la wilaya d’Alger au wali délégué de la daïra administrative de bouzareah ,comme réponse au dossier présenté par maitre Boudiaf l’avocat de la coopérative immobilier ,pour le soumettre a la commission locale de l’urbanisme conformément aux disposition de la circulaire n°505 du 26/12/2000 et en date du 11/08/ 2001 maitre Boudiaf a envoyé une lettre au wali délégué de la daïra administrative de bouzareah dont l’objet concerné les éclaircissement relatifs a la coopérative immobilier abane remdane suite a la correspondance précédente du wali ,malheureusement aucun intérêt n’a été accorde a cette affaire la pouvoir de la tutelle et qui et reste sans suite
    Jusqu’au litige qui est né récemment concernent la culpabilité des membres du bureau de la coopérative les bénéficiers et le maire pour chefs d’inculpation qui ne représente sur aucun fondement
    L’affaire est actuellement au stade de l’instruction au niveau du tribunal de Hussin dey qui va mettre à jour les vérités et tant le monde saura que ceux qui ont contribué à la création d’inculpation sans fondement, venant la déchéance de leur délit provoqué et l’afflication du (proverbe arabe connu le temps mettre a jours tout ce qui est caché).
    Sinon comment expliquer leur démarche dans la transparence en vue de régulariser leur situation et qui dure depuis plus quinze année, a qui profite le blocage de se dossier malgré les maintes correspondances adressées aux administrations concerné
    Qu’elle soit la relation entre le maire actuel élu en 27 novembre 2007, avec la coopérative ABANE RAMDANE créé en 1994 comme l’atteste la délibération D’APC.
    Pourquoi déclencher l’affaire en 2010, et qui se cache derrière tous cela, et comment une affaire avant d’être instruite est médiatisée dans les journaux
    Ioutichene rabah vice président et tous les membres de la coopérative Abane Remdane les Oronges bouzareah




    0
  • Mohamed Jabara
    10 juillet 2010 at 0 h 46 min - Reply

    Quand il s’est présenté aux élections, un voisin m’a dit à propos de ce maire que c’est quelqu’un de très honnete. Je me rappelle lui avoir répondu: » Alors pourquoi il se présente aux elections, il n’a que deux alternatives soit il fait un virage à 180 degrés, soit ils l’enverront en taule ». Le voisin m’a dit qu’ils ne pourront rien lui faire et qu’il avait une grande comptétence. Dommage pour lui, la seule compétence qui compte c’est celle de la magouille. Il y a des « élus » inamovibles à Bouzaréah qui tirent les ficelles de la commune depuis des décennies. Un grand coup de balai s’impose dans cette administration.




    0
  • rachid
    7 août 2010 at 9 h 55 min - Reply

    سكانه ظلوا يشيدون بيوتهم لأكثر من عشرية وينفون وجود إطارات بينهم
    عائلات عبان رمضان: “نرفض وصفنا بالمعتدين والقطع الأرضية اشتريناها بأموالنا”
    2010.08.06
    رفضت العائلات المقيمة بالتعاونية العقارية “عبان رمضان” الواقعة بحي البرتقال ببلدية بوزريعة أن يوصف حيهم بالفوضوي، أو يتهمون بالتعدي على القطع الأرضية التي شيدوا عليها سكناتهم، مؤكدين دفعهم مبالغ مالية تراوحت مابين 25 و30 مليون سنتيم، مقابل حصولهم على قرارات الاستفادة منحت بعضها من طرف رئيس التعاونية السابق الذي وافته المنية سنة 2001، والبعض الآخر من منظمة المجاهدين لولاية الجزائر.

    أجمعت العائلات على ضوء زيارة “الفجر” للحي، أن رئيس التعاونية الحالي الذي انتخب بالإجماع سنة 2006، بصفته ممثلا عن العائلات، كان يبحث عن تسوية ملف التعاونية مع السلطات المحلية استنادا إلى قانون 08/15، الخاص بتسوية البناءات المنجزة بدون رخصة “لتفاجأ بفتح تحقيق قضائي، بناء على رسالة مجهولة، وبالتالي رفض السلطات المحلية البت في الموضوع إلى حين الفصل في قضيتنا المطروحة على محكمة حسين داي”.
    وأكدت العائلات أن إعادة تشكيل مكتب التعاونية بعد وفاة رئيسها الأول، وانتخاب الرئيس الحالي، كان بسبب بقاء أوضاع التعاونية عالقة وعدم تكملة الأشغال المتوقفة. مضيفين أنهم “تفاجأوا بزج رئيس التعاونية في الحبس على أساس أخذه منا أموالا”، غير أن الصحيح أن هذه الأموال التي جمعتها العائلات كانت لأجل مصلحة الحي، بمعنى أن رئيس التعاونية كان منظما فقط لعملية تهيئة الحي، وأن الأموال التي تم جمعها دفعت كمستحقات لإيصال السكنات بالغاز والمياه والكهرباء، بالإضافة إلى قنوات صرف المياه القذرة وتهيئة طرقات الحي والأرصفة. وهي التهيئة التي أضافت بخصوصها العائلات أنها كانت السبب في تخلص العائلات من مشاكل كثيرة كانت تواجه معيشتهم، حيث أشاروا في هذا الصدد إلى مثالين لايزال الجميع يتذكرهما تمثلا في وفاة شخص قاطن بالحي شتاء 2004 وقتها كانت طرقات الحي تغرق في الأوحال والأتربة، وهو ما لم يمكن الوافدين للحي من الولوج إليه قصد القيام بواجب التعزية، الأمر الذي اضطرهم للانتظار أمام مدخله إلى غاية إخراج النعش منه، والأكثر من ذلك، تضيف العائلات، أنهم لم يكونوا يغادرون منازلهم عند تساقط الأمطار، كما يتذكرون حادثة أخرى حدثت سنة 2006 تتعلق بحالة ولادة، حيث تمكنت عائلة من إسعاف ابنتها التي كانت على وشك الولادة بصعوبة كبيرة بسبب عدم قدرة السيارة في عز الشتاء على الوصول إلى مسكنها أين اضطر الزوج رفقة معاونيه لحملها عن طريق كرسي وإيصالها للسيارة التي كانت تنتظر بمدخل الحي، لتضع الأم مولودها الذي يبلغ اليوم خمس سنوات.
    “الفجر” دخلت سكنات العائلات، ووقفت على حقيقة الوضع الإجتماعي لساكنيه، عكس ما تم ترويجه أن القاطنين هم إطارات في الدولة استعملوا نفوذهم للتعدي على الملكية العقارية، غير أن الواقع بين حقيقة مرة يعيشها هؤلاء السكان، فأغلبيتهم الساحقة، إما أنهكهم إيجار السكنات، أو ضيق المنزل العائلي. ولاتزال حاليا هذه العائلات منذ العشرية الماضية تشيد سكناتها ولم تكمل إنجازها لحد الساعة بسبب وضعهم المزري. تقول السيدة يمينة، 60 سنة، ابنة شهيد، تقطن بالحي منذ 11 سنة، إنها لازالت لحد الساعة تبني منزلها، بعد أن تطوعت والدتها ودفعت ثمن القطعة الأرضية لرئيس التعاونية السابق “وطيلة تلك السنوات ولازلت لحد الساعة، أشيد منزلي الذي أقطن فيه رفقة سبعة أولاد أصغرهم يبلغ من العمر 24 سنة، وكلهم وصلوا سن الزواج ولا يمكنهم تكملة نصف الدين بسبب عدم قدرتنا على تكملة إنجاز المنزل”. وأكدت ذات السيدة أنها بالرغم من امتلاكها لقرار الاستفادة إلا أن الكوابيس تزعج يومياتها بخصوص إخراجها من منزلها بعد نزع ملكيتها، لكنها سرعان ما تؤكد أن ذلك لن يكون إلا على جثتها.
    ويضيف السيد ساعد، 46 سنة، أب لخمسة أطفال، أنه اشترى القطعة الأرضية سنة 1997 بمبلغ 25 مليون سنتيم، ومن وقتها وهو يبني منزل أسرته تدريجيا ولم يتمكن من الانتقال إليه إلى غاية سنة 2006 “وقتها ظننت أنني استقللت وأسرتي بمنزلنا، لأجد نفسي بعد مرور خمس سنوات متابعا قضائيا، وهو الأمر الذي لم أهضمه كوني اشتريت القطعة بمالي”. ويضيف ساكن آخر أنه كان يقطن في المنزل العائلي رفقة ستة من إخوته “وعندما حان الفرج، ضاقت بي الدنيا بعدما وجدت نفسي متهما رغم امتلاكي لقرار استفادة”.
    أما السيدة فتيحة، 52 سنة، أرملة وضحية إرهاب، أم لسبعة أطفال، فتؤكد أنها لم تملك في حياتها مسكنا خاصا “وإنما اضطررنا في كل مرة لكراء منزل إلى غاية شراء عقار المنزل سنة 1999 حيث لانزال لحد الساعة نشيد منزلنا الذي هو في طور الإنجاز، لكننا مضطرين للعيش فيه رغم عدم اكتماله”. وأكد السيد محمد، 68 سنة، شراءه القطعة الأرضية من عند رئيس التعاونية سنة 1994، بمبلغ 25 مليون سنتيم، حيث تمكن بشق الأنفس من تشييد منزله، بعدما عاش رفقة أسرته أزمة سكن خانقة بباب الوادي، حيث استطرد قائلا “لكم أن تتصوروا، كنا نقطن 11 فردا في شقة من غرفتين”.
    وبالنسبة للسيد مبارك، على أبواب العقد الثامن، فكشف أنه يقطن بالحي منذ 20 سنة، وهو مادفعه للتساؤل قائلا “أين كان هؤلاء الذين يريدون محاسبتنا اليوم طيلة السنوات التي مرت ولم يحركوا ساكنا، والآن يتهموننا بالفوضى؟”. مضيفا أنه كان يقطن في شقة من ثلاث غرف بباب الوادي، وأن العقار الذي اقتناه بـ 25 مليون سنتيم مكنه من تشييد منزل لأفراد عائلته ولايزال في طور البناء، وهو ما يوافقه عليه السيد أحمد، 70 سنة، حيث قال إنه كان يقطن في الزغارة في شقة من ثلاث غرف رفقة عائلات أخويه، وأنه اشترى العقار بمبلغ 25 مليون سنتيم هربا من الضيق. وغداة مغادرتنا الحي الذي هو عبارة عن ورشة بناء كبيرة، استوقفنا منظر أطفال الحي يلعبون ويتقاذفون الكرة فيما بينهم، والابتسامة تطبع ملامحهم البريئة، غافلين عما ينتظر عائلاتهم المتابعين بالتعدي على الملكية العقارية والبناء بدون رخصة.




    0
  • babel
    10 août 2010 at 18 h 58 min - Reply

    Si réellement M x habite a bouzareah il devrait savoir l’écrire ?(BOUZAREAH)
    Pour ce qui concerne des couleuvres qu’ils essaient de nous faire avaler ça ne marche pas
    Réellement a quelles que chose près les faits sont réelles il c’est passer pas la mal
    De choses même des trucs inimaginables il y même un certain (dah) qui est en fuite
    Et qu’il dépendait du service technique !
    Je souhaite personnellement que toutes les têtes de tous les coupables tombes
    Et je me pose la question sur le wali ! Que justice soit faite sans exception…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique