Édition du
27 July 2017

Pour une Algérie démocratique réconciliée avec elle-même

Adel

Il me semble que, quelque soient leurs divergences, les habitants de l’Algérie moderne – les Algériens – constituent une nation au sein de laquelle se sont définitivement fondus les éléments amazighes et arabes, par le fait qu’ils ont réalisé, tous ensemble, une œuvre commune qui a mobilisé toutes les ressources matérielles et immatérielles des populations qui y ont pris part. Cette œuvre grandiose, c’est la libération de la patrie commune, l’Algérie dans ses frontières d’aujourd’hui, au prix de tant de sacrifices. C’est la mémoire de tous les martyrs de la résistance à l’occupant et de la lutte pour l’indépendance, de 1830 à 1962, qui soude les Algériens du 21ème siècle.

La parenthèse qui dure depuis 48 ans finira par se refermer. La sortie du tunnel est proche, car tout système tyrannique finit par générer les éléments qui le détruiront. Nous devons nous préparer à la naissance de l’Algérien authentique enfin libéré de la tyrannie et qui revendiquera haut et fort la moindre parcelle de son identité. Les convulsions que nous observons ces derniers temps sont les signes avant-coureurs de cette naissance tant attendue. Nous devons oublier définitivement tous les mensonges déversés dans nos cœurs par des dirigeants ignorants ou corrompus.

J’ai toujours vécu, depuis mon plus jeune âge, dans un milieu où berbérophones et arabophones se côtoient dans une parfaite harmonie. Plusieurs couples dans ma famille sont composés d’hommes et de femmes dont l’un des deux parle kabyle et l’autre arabe. Cela ne pose aucun problème.

A partir du moment où chacun de nous accepte sincèrement les autres et leur reconnaît le droit inaliénable de chérir leurs langues maternelles respectives, de parler, chanter et écrire dans ces langues, de recevoir toute l’aide nécessaire de la communauté et de l’État pour préserver et développer leurs langues et cultures régionales, alors rien ne pourra plus nous diviser.

Une Algérie démocratique enfin réconciliée avec elle-même dotée d’un État de droit qui abandonnera définitivement le langage de l’exclusion et de la haine et se consacrera à œuvrer au bonheur de tous les Algériens: voilà ce que nous voulons. Rien de plus, rien de moins.


Nombre de lectures : 821
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique