Édition du
22 July 2017

Un jeune tué, 317 véhicules incendiés dans un parc de saisie des douanes Une course-poursuite tourne au drame à Boukanoun (Tlemcen)

El Watan, 24 mai 2010
Avant-hier vers 20h30, Amine Boulouiz, un étudiant âgé de 19 ans, résidant dans la commune de Bab El Assa, à 100 km du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen, a trouvé la mort après une course-poursuite engagée contre lui par les éléments de la douane de Boukanoun, sur la RN7A. Selon le groupement de la Gendarmerie nationale de Tlemcen, la victime, qui était à bord d’une Renault Express en provenance du territoire marocain, n’avait pas obtempéré à l’ordre de s’arrêter lancé à son endroit par les éléments de la brigade de lutte contre la contrebande. Ceux-ci se sont alors lancés à sa poursuite.

Alertés, leurs collègues ont dressé un barrage près du village de Bab El Assa. Et c’est là, selon la même source, que le jeune, qui roulait à vive allure, est entré en collision avec un véhicule douanier qui barrait la route. Le jeune Boulouiz décède sur le coup, tandis qu’un douanier a été blessé et évacué en urgence à l’hôpital de Maghnia. Selon des témoignages, les tuniques grises auraient embouti le véhicule du fuyard, causant sa mort.

Aussitôt la nouvelle répandue, un millier de jeunes en colère de Bab El Assa, selon des recoupements, se sont déplacés à Boukanoun, 3 km plus loin, pour s’en prendre aux deux parcs automobiles de la douane. Bilan : 309 véhicules stationnés dans le parc des saisies et quatre des services de la douane et quatre voitures particulières ont été complètement incendiés. Dans la foulée, l’incendie s’est propagé au siège de la police des frontières, situé à proximité de celui de la douane, qui prendra feu à son tour. Les jeunes en furie criaient à la vengeance et ont obstrué la route nationale, créant une panique générale dans le périmètre. Appelés en renfort, les éléments de la Gendarmerie nationale ont réussi à disperser les émeutiers et à maîtriser la situation vers les coups de minuit, mais la région est restée en alerte pendant de longues heures.

Une vingtaine de personnes on été arrêtées jusqu’à hier par la gendarmerie qui poursuit ses recherches pour appréhender les auteurs des troubles. Cet incident tragique survient quelques semaines seulement après la mort par balle du jeune Benchour, tué par des gardes-frontières marocains alors qu’il roulait sur le tracé frontalier. Il y a deux ans, un autre jeune de Souani a été tué dans les mêmes conditions par des gardes-frontières algériens. Enfin, il y a quelques mois, du côté de Zouïa, dans la localité de Beni Boussaïd, un jeune a été également tué par balle par un soldat algérien, au niveau d’un poste avancé.

Par C. Berriah

Tlemcen
Emeutes sanglantes sur la bande frontalière ouest après la mort d’un étudiant

Samedi aux environs de 20 h30, Amine Boulouiz, un étudiant âgé de 19 ans, résidant à Bab El Assa (1 00 km du chef lieu de wilaya) a été tué après une course poursuite des éléments de la douane de Boukanoun.

Selon le groupement de la gendarmerie nationale de Tlemcen, la victime, qui était à bord d’une Renault Express, fuyait les éléments de la brigade de lutte contre la contrebande qui le pourchassaient. Alertés, leurs collègues ont dressé un barrage, près du village de Bab El Assa. Et c’est là, selon les mêmes sources toujours, que le jeune roulant à vive allure, a percuté violemment le véhicule de la douane.

Le jeune Boulouiz est décédé sur le coup. Des témoins oculaires ont affirmé que les tuniques grises ont renversé le fuyard par derrière. Aussitôt, un millier de jeunes de Bab El Assa en colère se sont déplacés à Boukanoun, 3 km plus loin, pour s’en prendre au parc automobile de la douane. Bilan : 309 véhicules stationnés dans le parc des saisis, quatre véhicules de service de la douane et quatre autres voitures particulières ont été complètement incendiés.

Par ailleurs, le siège de la police des frontières a été également brûlé par les manifestants. Appelés en renfort, les éléments de la gendarmerie ont maîtrisé la situation vers minuit. Une vingtaine de personnes on été arrêtées.

Par C. Berriah


Nombre de lectures : 2880
13 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • citoyen
    24 mai 2010 at 12 h 37 min - Reply

    guermah bis version ouest allah irhem encore un jeune algerien .




    0
  • samir
    24 mai 2010 at 15 h 30 min - Reply

    la contrebande reste le seul moyen de s’en sortir dans notre pays.on ne mettra un terme à tout ce qui est illegal quand ce régime sera mis aux oubliettes.




    0
  • bouyilès
    24 mai 2010 at 17 h 11 min - Reply

    Je trouve tout cela bizarre.Mobiliser un millier de jeunes après 20h30 (dans un village peuplé de combien d’âmes au fait?)se diriger vers le siège de la douane 3 km plus loin sans éveiller aucun soupçon après s’être procuré de l’essence pour asperger les véhicules,arriver au siège de la douane,prendre le temps d’asperger et de brûler 317 véhicules (vous arrivez à vous imaginer ce nombre!)sans que personne n’intervienne…Bizarre,bizarre tout ça.Est-ce vraiment les véhicules qu’on a voulu brûler et est-ce vraiment le jeune qu’on a voulu venger?
    La question reste posée.




    0
  • liatim
    24 mai 2010 at 23 h 22 min - Reply

    ç’est une première en algérie du jamais vu : 317 véhicules brulés tous pour un jeune malheureux déboussolé bizarrrrrrrre !!!




    0
  • maata
    25 mai 2010 at 12 h 26 min - Reply

    selon le pere de la victime, le jeune BOULOUIZ AMINE agé de 19 ans, n ‘est pas un contrebandier ,il s ‘agit en fait d’ un etudiant en lettre arabe de l’ université de Tlemcen. Le vehicule de la douane qui roulait à vive allure l’a percuté violemment son vehicule,(il n’y a eu, ni course poursuite ni wallou)il est mort sur le coup.voila qui contredit la version officielle de la gendarmerie.Algerie: pays du mensonge ,du crime et de l’ hypocrisie,apres le meurtre de Massinissa Guermah accusé d’ ere un voyou, apres l’ assassinat de HAMZA BELARBI A Boumerdes ,apres les 126 assassinats, apres les 200 000(?)morts ,apres, apres,apres ,la liste macabre ne s’ arretera -t- elle donc jamais.A Qui le tour maintenant?personne n’ est à l’ abri de ces fous.




    0
  • Rédaction
    25 mai 2010 at 19 h 55 min - Reply

    Après les incidents qui ont secoué Boukanoune
    25 émeutiers arrêtés et 9 véhicules saisis
    Par : NEÏLA B., Liberté, 25 mai 2010

    Suite aux violentes émeutes qui ont secoué la région de Boukanoune dans la wilaya de Tlemcen dans la nuit du samedi à dimanche derniers, les éléments de la section de recherches du groupement de la Gendarmerie nationale de la wilaya de Tlemcen ont procédé à l’arrestation de 25 émeutiers identifiés comme auteurs de “troubles à l’ordre public, incendie volontaire, destruction de biens publics”. Les enquêteurs ont également saisi 9 véhicules de marques différentes qui ont servi comme moyen de transport aux émeutiers, sur le lieu des incidents qui ont secoué la région de Boukanoune, la nuit de ces événements, suite à la mort d’un jeune contrebandier, étudiant universitaire âgé de 19 ans ; il s’est avéré plus tard que c’ était un “hallab”, surnom donné au trafiquant de carburant, qui était à bord d’un véhicule trafiqué, selon les premières investigations. L’enquête se poursuit toujours et le nombre des arrestations augmente au fur et à mesure, selon notre source ; les mis en cause seront incessamment traduits devant la justice. La situation est actuellement maîtrisée.
    Le dispositif antiémeute est toujours maintenu. Les éléments de la gendarmerie (GIR) sont toujours mobilisés devant les institutions publiques afin d’éviter tout dérapage.
    Des barrages fixes supplémentaires ont été installés dans différents points de la ville. Malgré la gravité des incidents qui ont secoué ce corps, notre source nous a affirmé que jusqu’à hier matin, aucun responsable régional ou de la centrale des douanes ne s’est déplacé pour s’enquérir de l’état des lieux. D’ailleurs, ces incidents doivent interpeller les responsables de ce corps pour renforcer le dispositif d’intervention quand on sait qu’une patrouille ne se compose que d’un seul véhicule et les douaniers font face à des contrebandiers et narcotrafiquants violents et la plupart du temps armés. Pour rappel, plus de 300 véhicules ont été brûlés dans un parking de la douane de Boukanoune par ces émeutiers.
    Il a fallu un renfort impressionnant de gendarmes pour calmer la situation et protéger les édifices publics et les douaniers aussi.




    0
  • Rédaction
    25 mai 2010 at 19 h 59 min - Reply

    Le jeune Amine inhumé dans le calme
    El Watan, 25 mai 2010
    Amine Boulouiz, étudiant en lettres arabes à l’université de Tlemcen, âgé de 19 ans, tué samedi en début de soirée sur la RN 7A par un véhicule de la douane, a été enterré hier après la prière d’El Asr dans son village de Bab El Assa.

    Le défunt a été accompagné à sa dernière demeure dans le calme par une foule très nombreuse et des autorités locales. Son père, fonctionnaire à la Banque de développement local (BDL) de Maghnia, éploré, a tenu à démentir les informations faisant de son défunt fils un contrebandier « Amine était un étudiant studieux estimé de tous. Il revenait de la bourgade d’Onk Jmel et avait marqué un stop avant de s’engager sur la RN 7A. A ce moment le véhicule de la douane qui roulait à vive allure a percuté violemment mon fils, causant son décès immédiat ». Le véhicule de type Renault express avait fait plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser en contrebas de la route. M. Boulouiz, bouleversé, a déclaré qu’il allait « se constituer partie civile dans cette affaire ». Amine Boulouiz, selon un rapport médical, est décédé suite à une hémorragie interne.

    Par C. Berriah




    0
  • liatim
    25 mai 2010 at 20 h 45 min - Reply

    bonsoir à tous maintenant je comprend ç’ette afaire ç’est ta dire la gendarmerie et la sécurité sont compliçe dans çette afaire il ont tous manigançé pouquoit sont père comme il est banquier pourquoit ne les ataque pa en justiçe surtous qu’il est jeune je plain sa famille mes condonléançe moi je di ç’est qui ç’est passée ç’est tré grave bon courage




    0
  • Rédaction
    26 mai 2010 at 10 h 05 min - Reply

    MALGRÉ LE RETOUR AU CALME À BAB EL ASSA À TLEMCEN
    «On veut la vérité sur la mort de Amine»

    L’Expression, 26 Mai 2010

    Plus de 300 véhicules ont été incendiés lors des émeutes

    Les stigmates d’une furie inédite sont toujours intacts et le dispositif antiémeute maintenu.

    «L’enquête est prise en main par les éléments de la Gendarmerie nationale», a affirmé le chargé de communication près la Sûreté de la wilaya de Tlemcen, ajoutant que «toutes les informations liées à l’affaire de Bab El Assa sont au niveau de la gendarmerie tandis qu’un minimum de détails est détenu par la Douane.» Une bonne information qui semble mettre très à l’aise les membres de la famille du jeune Boulouiz Amine, quoique cette dernière attend toujours les résultats préliminaires de l’enquête «C’est une affaire impardonnable, je ne tairais pas la mort de mon fils», dit révolté Habib Boulouiz, père de la victime. Pour leur part, les habitants des localités de Bab El Assa et de Boukanoun ainsi que la famille de la victime sont décidés à crever l’abcès une fois pour toutes en révélant d’autres affaires étouffées dans l’oeuf. «Nous exigeons toute la vérité sur la mort du jeune Amine Boulouiz, tué dans des circonstances inexpliquées», exigent les habitants du petit hameau frontalier de Bab El Assa. Toujours en colère, les populations locales exigent que la lumière soit faite sur ce qu’ils qualifient d’«assassinats délibérés de plusieurs jeunes dans de sombres circonstances».
    Le cas de Mazar Mohamed est très édifiant. Son fils est mort le 27 juillet 2007, à plusieurs kilomètres de la bande frontalière. S’agit-il là d’une quelconque bavure? D’aucuns des responsables concernés n’ont pu apporter une réponse idoine, hormis leurs recommandations de laisser les enquêteurs mener à terme leur mission. Sur un autre plan, malgré le net retour au calme, les forces de l’ordre continuent à traquer, de plus belle, les manifestants. Aux derniers bilans, au moins une cinquantaine de personnes, poursuivies pour troubles à l’ordre public et destruction de biens publics, ont été interpellées. Cette vague d’arrestations n’est pas sans susciter la tension des populations locales. Quoique les deux hameaux aient, certes, vécu des moments d’émeutes, le calme précaire sévissant n’augure rien de bon. Au troisième jour de la grande protesta, hormis les quelques commerces ouverts, toutes les rues et cafés des deux patelins sont restés déserts, laissant place aux forces antiémeute. Les quelques badauds qui flânent, pressent le pas.
    Le déploiement du dispositif sécuritaire est dénoncé et les critiques sont à la fois acerbes et véhémentes. «Leur présence en force, un peu partout, est une provocation de plus, quoique le calme a gagné les deux localités ébranlées par les dernières manifestations», s’est indigné le Dr Berrichi, oncle de la victime ajoutant qu’«il y a une volonté de rallumer le brasier». La mobilisation des éléments des forces antiémeute autour des édifices publics dont le siège de la recette des impôts, le commissariat, le tribunal, les sièges de l’APC et de la daïra de Bab El Assa, donne aux localités un air sinistre. En effet, le dispositif antiémeute est toujours maintenu pour prévenir tout dérapage. Les villages de Bab El Assa et de Boukanoun gardent intacts les stigmates d’une furie populaire. En effet, plus de 300 véhicules stationnés à l’intérieur de deux parcs appartenant aux Douanes, ont été entièrement calcinés.

    De notre envoyé spécial à Tlemcen Ait Ouakli WAHIB




    0
  • mohamed
    26 mai 2010 at 14 h 44 min - Reply

    les gens de bab el assa sans aucune usine pour trvailler. alors la douane tue. la douane n’a pas droit faire des poursuite et les poursuite en algerie sont interdite » silence eon tue » un juene et chaque fois un jeune.il faut bien bruler ces doaunier qui deviennent arch milliardaire dans 2 ans de service .le douanier est mieu corrompu .




    0
  • Sources introduites
    26 mai 2010 at 20 h 21 min - Reply

    Que la seigneur accepte auprès de lui l’âme de ce jeune étudiant Amine. Présenté comme contrebandier, par les pouvoirs publiques. Massinissa Guermah assassiné dans l’enceinte d’une gendarmerie a été présenté, lui aussi, comme un voyou de 30 ans alors que c’était un étudiant de 18 ans. Les similitudes dans le traitement des crimes de l’Etat son frappantes mais n’étonnent plus personne.

    La Kabylie, comme toujours, soutient la famille de Amine et les braves gens de Tlemcen et environs. Ce n’est pas parceque nous étions isolé dans notre malheur, en 2001 que nous fermerons les yeux sur ce qui c’est passé à Bab El Assa. Nos amis Algériens feront toujours partie de notre grande famille. Nous serons à leur écoute et nous espérons une réciprocité pour faire barrage aux monstres. Nous allons, nous Kabyles, vars notre autonomie.

    Nous ne laisserons plus ces monstres venir nous assassiner impunément. Notre police et notre justice travailleront à notre sécurité. Les parents de Amine comme ceux de Massinissa n’ont pas où porter plainte. On ne peut pas se plaindre à celui qui nous porte atteinte. La justice du pouvoir central n’est là que pour nous enfoncer. Elle est là aussi, pour protéger les criminels qui nous frappent dessus.

    Braves gens des autres régions Algériennes, qu’attendez-vous pour vous lever contre le monstre d’Alger ? Ayez vos propres institutions à tailles humaines. Ce n’est que comme cela que nous pourrions jeter les ponts de l’amitié et de l’entraide, économique, culturelle et sociale entre nous. L’unité nationale connaitra, à ce moment-là, son heure de gloire.

    Vive les citoyens de bonne volonté. Vive la Kabylie autonome, Vive l’Algérie, débarrassée de ses monstres et vive les régions autonomes, peut être, d’Algérie.

    Condoléances à la maman de Amine au papa de Amine aux frères et sœurs, s’il en est de Amine et à nous tous. Ce crime nous touche dans notre chaire.

    Amène




    0
  • Bab el assa Hamid
    30 mai 2010 at 19 h 12 min - Reply

    l’insurrection et répression ne se luttent point à armes égales. soit que tu accepte cette réalité et tu ferme les yeux sinon les autorités ils te traquent , ou bien prendre sa petite valise et quitter les lieux , là on assiste à une vraie mascarade du régime acharné sur la population , ce régime pousse les jeunes à faire la contrebande pour vivre , ce régime pousse également les jeunes à quitter l’Algérie la je trouve que c’est une colonisation mais d’une autre forme bref ou son les droits de citoyenneté????????? allez au diable dirigeant Algériens ,arrogants bref la douane c’est la haute autorité de la corruption en Algérie , DIEU seul sera votre juge…….




    0
  • bea msirda
    9 juin 2010 at 18 h 43 min - Reply

    j ai quitté bab el assa il ya 20ans pour s instalier a bruxelles et pour ne pas etre (un contrebandier ) je reviens de temps a autre pour voir ma famille mais helas rien n a chager sauf ces immeubles qui partent dans tout les sens la preuve que cette region est oublié il n’ ya meme pas un service des pompiers arrettez de nous traitter des contre bandier car ma bien aimée M’SIRDA nous a donné des grand ecrivains tel ouassini laaredj zaoui mohammed amin des ministres tel belaiz tayeb ammar tou tayeb louh une region qui rentre dans l oubli fiere d etre MSIRDI je vous invite de lire le livre d un ecrivain francais PHILLIPE VIARDOT ( bab el assa port de l enfer) des MSIRDIS qui ont deffendu ce pay qui est L ALGERIE et allez y cerfez une fois sur le cite de (DBFM BAB EL ASSA) pour voir se que l armee conoliale penssais de M SIRDA et le malaise de la population s explique par cette sitution economique et sosiale tres dificile qui frappe toute cette region et pour etre solidere avec la famiile boulouiz et mazar et autant d autre familles travaillons enssemble pour le bie de tous le monde (allah yarham amine )




    0
  • Congrès du Changement Démocratique