Édition du
24 March 2017

Hocine Aït Ahmed : Une partie importante de nos élites a déjà déserté la bataille collective pour un Maghreb fort, démocratique et uni

Discours de Mr Aït Ahmed au Congrés du PPS (Ouznika. Maroc. 29 mai 2010)


Chers camarades,

C’est pour moi un grand plaisir et un honneur de partager avec vous ces quelques moments de réflexion et de débat politique.  Je serai bref. L’inflation de discours dans un contexte maghrébin aux promesses fabuleuses mais aux réalisations bien maigres a grandement contribué à dénaturer, dans l’écart qui se creuse entre le verbe et le geste, la vraie portée du politique.

Le militant politique n’est pas un faiseur de miracles. Ni un gladiateur des temps modernes. Il est, au mieux et quand les conditions de sa société le permettent, un citoyen conscient des enjeux du moment. Je dis, quand les conditions de sa société le permettent, car pour un militant politique l’essentiel consiste à être ancré dans sa société sans pour autant se laisser enfermer dans les limites de cette dernière.

Or, en matière de conscience et de luttes politiques, des vies entières de militantisme se sont réduites à expliquer ce que militer veut dire. Entre des archaïsmes, que l’adoption des nouvelles technologies croit pouvoir masquer judicieusement, et la loi d’airain d’un monde sans pitié pour les faibles, militer pour un monde meilleur, ici et maintenant, passe par une douloureuse et constante explication.

Explication, sans cesse repoussée, par des pouvoirs politiques que leurs choix enchainent à des postures autoritaires puis répressives puis carrément hostiles à l’égard de sociétés qu’ils ne cherchent même plus à comprendre.

Explication biaisée, au sein même de nos sociétés, où elle finit par se confondre avec la longue litanie de tout ce qu’il faudrait changer autour de nous et qui oublie de commencer par ce qui doit changer en nous.

Chers camarades et amis,

Nous connaissons nos maux : sous-développement politique, économique et culturel. Nous connaissons, ou croyons connaitre, la solution : Le développement, la démocratie, la transformation de nos mœurs politiques…

Mais une vie entière de militantisme se résume souvent à chercher, chaque jour, le meilleur moyen de tisser des liens entre les mots et les gestes.

Chers camarades, chers amis,

C’est en militant optimiste, quant aux possibilités que recèle notre beau Maghreb pour se frayer une place dans le monde de demain, que je vous exprime mon inquiétude de voir s’accumuler les signes de la régression régionale au moment où se redessinent les rapports internationaux. Alors que des nations s’imposent sur la scène internationale sous le mot magique de pays émergents. Alors que ces nations, comme l’Inde, le Brésil, la Turquie ou l’Iran viennent disputer aux anciennes puissances coloniales et à l’hyper-puissance américaine le droit de régenter le monde, nous donnons encore l’image de tribus qui se cherchent sans cesse querelle et en appellent à l’arbitrage, voire à la protection, de ceux là mêmes auxquels les nations qui ont relevé les défis de la modernité contestent la conduite du monde.

Chers camarades, chers amis,

Nous avons, certes, connu des moments plus durs par le passé, mais les temps qui viennent, s’ils ne sont pas abordés avec la lucidité et le sérieux qu’ils nécessitent, risquent de nous laisser en marge de l’histoire du monde.

Un monde où la lutte pour les ressources, pour la puissance, pour la vie tout simplement se ferra au profit des nations qui participent à l’écriture de l’Histoire du monde et au détriment des nations en marge de cette histoire.

Une partie importante de nos élites a déjà déserté la bataille collective pour un Maghreb fort, démocratique et uni dans la conquête de ses intérêts. Ceci n’est pas nouveau dans notre histoire. Ce qui serait nouveau serait de réussir à repousser nos atavismes meurtriers, nos égoïsmes plus tribaux que nationaux et cette sorte de fatalisme qui nous pousse à accepter le pire quand le mieux nous semble trop lourd à porter.

Je vous ai dit que j’allais être bref, je vais donc m’arrêter là, pour l’instant en vous souhaitant le meilleur pour la conduite de vos travaux. Après, si vous le souhaitez, nous pourrons parler d’avenir. Hocine Aït-Ahmed


Nombre de lectures : 1884
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • brahmi16
    3 juin 2010 at 10 h 41 min - Reply

    Constat amer et pertinent, constat d’ impuissance,constat oh combien fataliste et neammoins juste.L’ égoisme, l’ individualisme ,le materialisme et l’ hypocrisie ont fini par avoir pris le dessus sur la morale, les sentiments, la solidarité et les valeurs humanistes.En un mot le mal a triomphé du bien,car le combat est trop inégal.




    0
  • Da Rabah
    18 juin 2010 at 8 h 58 min - Reply

    J’adhère entièrement au discours de M. Aït-Ahmed et tout est vérité mais que peut faire un discours tenu loin, même très loin, des espaces de combat où tout se joue. De mon point de vue, il serait plus efficace de cristalliser cette vision des choses en réorganisant le parti qu’il dirige pour que ses alertes soient reprises par des milliers de voix jeunes réparties dans l’étendue du pays. La marche vers le changement sera alors possible et chaque pas de franchi sera une avancée vers la démocratie. Sinon, comme cela se fait actuellement, c’est comme un bon imam qui prêche dans un immense désert.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique