Édition du
25 July 2017

COMITE DE DEFENSE DES INTERNES DES CAMPS DU SUDلجنة الدفاع عن معتقلي الصحراء

لجنة الدفاع عن معتقلي الصحراء
نظرا لإقصائنا من ميثاق المصالحة الوطنية من طرف السلطات و صمت الأحزاب السياسية ودون اهتمام هيئات الدفاع عن حقوق الإنسان الغير حكومية في ما يخص الألم الذي يعشه الأشخاص الذين اعتقلوا تعسفيا في شهر فيفري 1992…  في مراكز غير إنسانية في الصحراء بعد توقيف المسار الانتخابي .
لجنة الدفاع لمعتقلي المراكز الصحراء و عن طريق ناطقها الرسمي بالمهوب نور الدين .قد توجهت رسميا يوم 01 جوان 2010 إلي لجنة حقوق الإنسان للأمم المتحدة بسويسرا.

نور الدين بالمهوب
مدافع حر عن حقوق الإنسان

COMMUNIQUE
COMITE DE DEFENSE DES INTERNES DES CAMPS DU SUD

Vu le silence affiché par les Autorités aux personnes arbitrairement internées dans les camps de concentration dans le désert algérien, en Février 1992 après l’arrêt du processus électoral, et leur exclusion de la Charte pour la Réconciliation nationale, face à la passivité des Partis politiques, à l’indifférence des Associations de défense des droits de l’homme et de l’insouciance de la société civile, par la voix de son Porte parole Nourredine BELMOUHOUB, le Comité de Défense des Internés des Camps du Sud a ce jour, le 1er Juin 2010 saisi le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies (Suisse), afin d’obtenir tous les droits des victimes de la déportation.
Alger le 1er Juin 2010-06-01
Le Porte parole
Nourredine BELMOUHOUB
Défenseur Libre des Droits de l’Homme

« Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir »


Nombre de lectures : 1612
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • aboudouma
    3 juin 2010 at 22 h 29 min - Reply

    Dans le temps, le regime algerien ironisait hassan 2 en faisant allusion aux prisons de agdz et de tazmamart !
    Hassan 2 fut…les prisons d’Agdz et de Tazmamart aussi…..
    Aujourd’hui des algeriens victimes d’une republique « democratique » et « populaire » veulent porter à la connaissance du monde la torture et la persecution qui les a amenés aux camps de concentration du sahara!

    Est ce une fatalité pour nos gouvernants de multiplier l’ouverture les lieux de detention et de torture au lieu de lieux de savoir et de soins?

    Victimes du poujadisme en kepi ….parlez et criez haut et fort …..tellement fort pour que les shouhadas morts pour l’algerie puissent vous entendre !




    0
  • Dahmani
    3 juin 2010 at 23 h 10 min - Reply

    Au Chilie l’État a reconnu sa responsabilité dans l’emprisonnement de milliers de citoyens sous Pinochet. Cette reconnaissance a permis l’indemnisation des victimes.
    Qu’en sera t-il de l’Algérie qui compte un nombre de victimes plus élevé, et qui a connu des dégats encore plus complexes.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique