Édition du
25 July 2017

Scandales de l’autoroute est-ouest et de Sonatrach : Un nom, deux dossiers et une affaire

El Watan 03 juin 2010

Il s’agit de Tayeb Kouidri, natif de Meknès, ayant des biens en France et en Suisse où il a sa résidence, et qui a mystérieusement quitté le pays pour ne plus revenir, dès l’arrestation de Mejdoub Chani, un homme d’affaires, en septembre 2009. Son nom a été cité par Mohamed Khelladi, l’ex-directeur des nouveaux projets au niveau de l’Agence nationale des autoroutes, et par Addou Sid Ahmed, l’homme d’affaires, tous les deux actuellement en détention provisoire.

Le premier l’avait présenté comme « un élément important dans le lobby qui a la mainmise sur les marchés de réalisation de l’autoroute Est-Ouest » que dirigeait, selon toujours Khelladi, l’homme d’affaires français, Pierre Falcon, condamné dans son pays pour une affaire de trafic d’armes vers l’Angola. Que ce soit devant les officiers de la police judiciaire du Département du renseignement et de sécurité (DRS) ou devant le juge d’instruction de la 9e chambre, près le tribunal de Sidi M’hamed, Khelladi n’a pas modifié ses propos, révélant lors de chacune des auditions que les commissions versées par la société chinoise, Citic, dans le cadre de l’octroi des marchés de l’autoroute Est-Ouest, « étaient partagées entre un groupe d’intervenants dont un certain Kouidri de Chlef ». Il avait déclaré avoir rencontré, lors de son voyage en Chine, un homme d’affaires chinois du nom de Phillipe Shan, qui lui avait fait de nombreuses révélations.

D’abord, que des commissions de 4% du montant des marchés octroyés à la Citic étaient versées à Mejdoub Chani, censé être leur représentant en Algérie (actuellement en détention provisoire), 4 autres à des cadres de la Citic et 1,2% à un certain Kouidri Tayeb, présenté comme « un chargé de mission » du ministère des Travaux publics. Il avait également cité Addou Sid Ahmed, l’homme d’affaires qui sert d’intermédiaire à de nombreuses sociétés étrangères pour leur obtenir des marchés en contrepartie de commissions.

Ce même Addou va plus loin dans ses propos, en affirmant devant les enquêteurs avoir intervenu dans le contrat de suivi et de contrôle du tronçon Est de l’autoroute, au profit de la société italienne Inco, grâce aux « bons offices » du chef de cabinet du ministre des Travaux publics, le nommé Ferrache Belkacem, homme de confiance du ministre, inculpé dans le cadre de cette affaire. Addou aurait révélé lui avoir remis une somme de 500 000 DA, coût de ses vacances en Turquie, en attendant le versement du reste de la commission et qui devait être défalquée du montant de 300 000 dollars qu’il avait perçu. En fait, Kouidri Tayeb (de Sour El Ghozlane et non de Chlef) est un richissime homme d’affaires et parent par alliance à un haut responsable militaire.

Une connaissance de Ghoul, Khelil et de… feu Ali Tounsi

Il est probablement le lien qui relie le scandale du secteur des travaux publics à celui de Sonatrach. L’homme en question avait été poursuivi et condamné, il y a près de 25 ans, pour dilapidation de deniers publics, alors qu’il était à la tête d’une entreprise publique de l’hydraulique. Des années après, il est expert judiciaire et évolue dans le milieu du MSP, puis devient incontournable dans les expertises en matière de transaction et de marché, au point où de nombreux ministères font appel à lui.

Mais il était plus sollicité par l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil et celui des Travaux publics, Amar Ghoul, avec lesquels il entretenait des relations soutenues, tout comme d’ailleurs c’était le cas avec le défunt directeur général de la Sûreté nationale, Ali Tounsi. L’intrigue reste quand même son départ précipité d’Alger, alors qu’il était beaucoup plus en Algérie qu’en France ou en Suisse. Il avait quitté le pays, moins de 48 heures après l’arrestation de Mejdoub Chani, un homme d’affaires qu’il connaissait assez bien.

Depuis, il n’est plus revenu. La commission rogatoire délivrée par le juge d’instruction Ghazali Kamel, de la 9e chambre du pôle judiciaire spécialisé près le tribunal de Sidi M’hamed, aux officiers de la police judiciaire du DRS pour l’entendre sur l’affaire n’a pas abouti. Sa résidence à Hydra, au quartier Paradou, est fermée depuis longtemps. Peut-on croire qu’il a pris les devants avant l’éclatement du scandale ? On n’en sait rien.

Ce qui est certain, c’est que son nom est d’une manière ou d’une autre connu non seulement à Sonatrach et au ministère de l’Energie, mais également au ministère des Travaux publics, où il était reçu régulièrement au bureau de Amar Ghoul. Même si pour l’instant rien n’indique qu’il a des liens avérés avec l’affaire de Sonatrach, néanmoins, des soupçons planent sur le rôle qu’il aurait pu jouer dans l’affaire des commissions dans les marchés de réalisation de l’autoroute Est-Ouest. Un rôle que seul le juge d’instruction de la 9e chambre peut élucider, lui qui vient d’inculper le directeur général de l’Agence nationale de gestion de l’autoroute (Anga), Ghazali Ahmed Rafik, ce qui porte à 9 le nombre de personnes poursuivies pour association de malfaiteurs, blanchiment d’argent, abus d’autorité, corruption et abus de fonction.

Il s’agit du chef de cabinet du ministre des Travaux publics, Belkacem Ferrachi (sous contrôle judiciaire), du secrétaire général, Mohamed Bouchama (en détention provisoire), du directeur des nouveaux projets au niveau de l’Agence nationale des autoroutes, Mohamed Khelladi (en détention), du directeur des nouveaux programmes au ministère des Transports, Hamdane Salim Rachid (en détention), de trois hommes d’affaires, Chani Mejdoub, Addou Sid Ahmed, Addou Tadj Eddine (en détention) et de deux commerçants les frères Bouzenacha Naïm et Madani (en détention).

Par Salima Tlemçani


Nombre de lectures : 4731
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • EL HASSI
    3 juin 2010 at 22 h 43 min - Reply

    LE SCANDALE SONATRACH n’a pas encore livré tous ses secréts du moment que l’IGF et le DRS n’ont pas encore pénétrés la tour d’ivoire de SONATRACH « SES OEUVRES SOCIALES ».

    LES PILLAGES NE DATENT PAS D’HIER MAIS REMONTENT A BIEN DES ANNEES,des detournements prouvés orchestrés par la direction oeuvres sociales et le syndicat national de sonatrach.

    Ces derniers temps la presse a révélé le scandale des oeuvres sociales de SONELGAZ, mais par rapport à ce qui se passe à SONATRACH, ce n’est qu’une aiguille dans une botte de foin.

    POUR L’INSTANT LES MANAGERS DETENUS ET INCRIMINES DANS LE SCANDALE DE SONATRACH LE SONT POUR QUELQUES FRAUDULEUX CONTRATS RECENTS, mais quant est-t-il des 1600 contrats douteux passés en infraction au code des marchés publics dont la presse a fait largement écho…?

    L’AVENIR PROCHE NOUS LE REVELERA, ET NOUS TROUBLERA !




    0
  • mohamed
    4 juin 2010 at 8 h 09 min - Reply

    c’est normale, l’homme honnete et integre est indesirable!!!! Autrefois, une enquete approfondie par les services secrets était mené sur la personne pour tout poste à responsabilité. Aujourdhui,meme les services secrets, les protecteurs du pays, jouent le jeu. la corruption ne se cache plus et se pratique au vue et au su de tous.
    il suffit de rester quelqus heures aux portes des mairies, des wilayas, des impots etc…!!! on n ‘a meme pas besoin d’etre detective




    0
  • Si Tchad
    4 juin 2010 at 8 h 49 min - Reply

    Il y a des « chargés de mission » et il y a des « chargés de commission ». Entre les 2, il y a la loupe opaque de Salima Tlemcani (qui n’est pas de Tlemcen, comme son nom semble l’indiquer, mais de « Derséne » du coté des Ben Aknoun).

    « Natif de Meknes, de Sour El Ghozlane et non de Chlef, parent par alliance à un haut responsable militaire ».

    Ya Salima, tu veux qu’on devienne intelligents, et tu nous prends pour des c…?

    Si Tchad




    0
  • ahmed
    6 juin 2010 at 11 h 19 min - Reply

    vous savez mes chere compatriote que le concoure pour devinir juge et de chipa de 40 MIllion (4000 euro)




    0
  • Dragon
    8 juin 2010 at 8 h 52 min - Reply

    la sergent nous prend pour des trisomiques (avec tout le respect qu’on doit au gens atteints de cette maladie).salima l’article est tres mal structuré . trop d’informations contradictoire, de plus tu ne sais pas d’ou cette personne est originaire ( meknes, chlef sour el ghozlane et peut etre demain NEDROMA. ce personnage inconnu tu nous le presente comme un lobbyste puis comme un expert puis homme d’affaire et demain cordonier.
    tu cites deux ministres de la republique un DGSN assassiné et un haut responsable militaire que tu n’oses pas dire qui c’est .
    comme je suis dans le domaine de la communication, je peux te certifier que c’est pas un journaliste qui a ecrti ca mais un militaire .donc ca sent le coup monté A OUTRANCE
    que dieu protege ce monsieur !!!!!!




    0
  • Algérienne
    24 juin 2010 at 17 h 54 min - Reply

    Un article bien claire et net, je ne vois pas ou se trouve la contradiction, bien au contraire il fallait bien suivre l’enchainement des faits, depuis le début de l’éclatement du scandale de l’autoroute est-ouest, certains n’aiment surtout pas qu’en dévoile leurs vérités, car en veux a tout prix intégrer les personne honnêtes et qui sont pour la vérité et non pas pour les mensonges.
    Bon courage Salima.




    0
  • Dragon
    28 juin 2010 at 11 h 45 min - Reply

    Algerienne : Un article bien clair et net.
    Je ne vois pas ou est la clairté dans cet article, trop de contradiction
    Algerienne : je ne vois pas ou se trouve la contradiction
    Je te prie de relir attentivement ce bidule la seule personne qui le trouverais logique serait eventuellement son redacteur ou sa redactrice 
    Algerienne : bien au contraire il fallait bien suivre l’enchainement des faits, depuis le début de l’éclatement du scandale de l’autoroute est-ouest, certains n’aiment surtout pas qu’en dévoile leurs vérités.
    De quel verité tu parle ??? Ce que je retiens c’est que la seule chose que sergent garcia reproche à cette personne c’est le faite de ne plus etre en Algerie est ce un delit ??????? Etant donné qu’elle le dit elle-même que rien ne prouve son implication. De plus depuis quand nos journalistes se permettent de citer tant de personnalités sans pour autant recevoir la benediction du colonel Faouzi alias Bob woodward ?????, enfin pour conclure sur ca le dossier est supposé etre en instruction .Dans un pays qui se respecte devoilé des secret de l’instruction aurrait été penale.
    Algerienne : car en veux a tout prix intégrer les personne honnêtes et qui sont pour la vérité et non pas pour les mensonges.
    Tu parle de qui la ?? …. voyons Algerienne les plus grands manipulateur de notre pays sont ses gens la que tu qualifie d’integre la verité est toujours ailleurs

    Algerienne : Bon courage Salima
    Je dirais plutôt Bon courage mon s Sergent
    Vive la lutte des Clans ca fait toujours des miettes de pain pour les rats




    0
  • Congrès du Changement Démocratique