Édition du
23 March 2017

Du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie au Gouvernement Provisoire kabyle.

Dr Ahmed ROUADJIA, professeur d’université

Les nostalgiques de l’ « Algérie française », doivent à coup sûr se féliciter de l’annonce fracassante de la création du « Gouvernement Provisoire kabyle », faite à Paris par son président Ferhat Mehenni, transfuge du RCD, et ennemi invétéré du docteur Said Saadi. On devine depuis Paris que ces nostalgiques dont les effectifs de partisans augmentent au fil des ans, et dont le cœur regorge de haine contre l’Algérie, sont au comble de la joie. La joie de prendre leur revanche contre l’indépendance de l’Algérie et d’approfondir la division de la famille algérienne par la flatterie de l’ego « kabyle » censé être foncièrement supérieur au Moi « arabe ».La mythologie coloniale est le lieu de l’enfantement du mythe kabyle, et l’on comprend pourquoi le Mak en est si fortement imprégné qu’il ne peut raisonner en dehors de ce cadre de l’ethnicité dangereuse à laquelle pourtant la France métropolitaine a déclaré une guerre impitoyable, sans répit. Les Bretons se sont vus, sous le mandat du président Jacques Chirac, interdire l’usage de leur langue vernaculaire, et l’autonomie inoffensive qu’ils réclament dans le cadre des lois de la République française, est rejetée comme un attentant contre le dogme intangible de l’indivisibilité de la République ( article 2 de La Constitution de 1958). Les autres minorités « ethniques » ou régionales de la France sont astreintes à l’obligation de se dissoudre dans le moule de la République et de renoncer à toute velléité d’autonomie ou d’indépendance. La revendication du mouvement autonomiste breton d’obtenir la reconnaissance officielle de l’usage de cette langue est rejetée avec force par le gouvernement français.

Ce qui est bon pour la France ne l’est pas pour l’Algérie, et vice versa

Cette politique d’institution de la nation française, fortement unie et homogène, avait commencé du temps de Guizot, avec la loi de 1833 qui porte son nom, politique que Jules Ferry « fondateur de l’empire français », devait parachever avec l’école qu’il concevait comme un facteur d’acculturation essentiel. Pour lui, tout comme pour ses prédécesseurs, l’école institue la nation, car elle constitue l’agent de socialisation et du patriotisme. Le principal théoricien de l’éducation républicaine du temps de Jules Ferry (1880), Ferdinand Buisson, voyait dans l’école primaire le lieu de la formation du « patriotisme » et de l’unité linguistique d’une France encore dominée par une Tour de Babel où tous les patois avaient droit de cité, hormis ce qui allait devenir le français « savant ». Déjà avant 1880, les textes que les inspecteurs du primaire s’efforçaient d’inculquer aux élèves du primaire portaient sur la « Nécessité d’enseigner exclusivement en français. Règlements à revoir dans les pays où l’on parle les patois basque, breton, flamand, allemand, etc. » La France et les Français, si spirituels et démocrates qu’ils sont, refoulent l’ethnicité et l’usage des patois chez eux, mais les encouragent chez les autres. Un kabyle, un Breton, un flamand, un Arabe ou un Turc est mal vu lorsqu’il parle sa langue maternelle en France, mais il est vivement encouragé à en faire non seulement usage dans son pays d’origine, mais à l’instituer comme langue nationale ou officielle à côté de celle l’Etat dont il est le sujet. En l’occurrence, « le kabyle » est vu depuis la France non seulement sous le rapport d’un être intelligent, et ethniquement supérieur à l’  « Arabe paresseux » et mentalement « sous-développé », mais également sous la figure d’un personnage civilisé et besogneux, qualités qu’il tire de son ascendance « gauloise ». Nous verrons sous peu pourquoi les Bretons et les Kabyles sont mal vus lorsqu’ils parlent leur langue maternelle en France dans les espaces francisés…

Les Bretons, les Kabyles et le Printemps Berbère…

A la différence du rouleau compresseur de la France jacobine qui avait imposé à la hussarde l’unité linguistique et politique à la nation française, l’Etat algérien après moult hésitations et tergiversations, a fini par se rendre à l’évidence qu’il ne saurait ignorer purement et simplement le fait berbère en général, et le fait kabyle en particulier, sans risquer son propre éclatement. Ce que les initiateurs du Printemps Berbère cherchaient, n’était pas la scission de la nation ou le séparatisme à caractère politique, mais la reconnaissance de leur spécificité culturelle, et par delà, l’application des principes d’égalité et de démocratie pour tous les Algériens, sans distinction. Ils inscrivaient et inscrivent encore leur revendications spécifiques non pas en dehors, mais au-dedans du cadre national algérien. En acceptant, presque à son corps défendant, de reconnaître la langue amazigh comme langue nationale, l’Etat algérien a opéré un grand pas que la France n’avait pas pu franchir. Ainsi la Constitution algérienne reconnaît-elle explicitement en son article 3.bis ( Loi n°02-03) que le « Tamazight est (…) langue nationale », et même s’il n’est pas la « langue officielle » comme l’arabe, il n’ en reste pas moins que son inscription dans les textes officiels comme fait « national » marque une étape décisive dans l’évolution des mentalités politiques, puisque l’arabe n’a plus, comme naguère le monopole de l’algérianité, et ne peut plus désormais exercer son magistère sur les âmes et les esprits. Nous devons ce changement notable moins aux largesses de nos hommes politiques aux horizons bornés, qu’au combat mené vaille que vaille par le mouvement berbère depuis le début des années 80 pour arracher ce droit de faire usage de sa langue maternelle,  de le parler,  et de l’enseigner à ceux qui le désireraient. Ce droit, acquit de haute lutte, marque également la fin du diktat de la langue arabe aussi bien à l’école que dans les relations sociales. Désormais, la langue amazigh n’est plus cette langue discriminée, raillée et moquée aussi bien par le lettré arabe pétri de ses prétentions arrogantes à la supériorité et à la profondeur que par le vulgaire homme de la rue imbu de ses préjugés et de son ignorasse crasse, mais bel et bien une langue porteuse de structures linguistiques, de signifiant et de signifié, de logiques structurales et syntactiques, qui n’ont rien à envier aux langues « officielles » des Etats constitués. On se souvient que dans les années soixante, soixante dix et même longtemps après le déclenchement du Printemps Berbère en 1980, il était tabou de qualifier de « national » la langue amazigh, et quiconque prononçait ce qualificatif, pouvait être poursuivi en justice et condamné comme « anti-national », suppôt de la France. La « poésie kabyle » elle-même relevait d’un tabou, voire d’un acte de lèse-majesté, un attentant contre la belle et harmonieuse architecture de la langue  arabo-islamique, sacrée et immuable !

Les tenants de « la carte kabyle ».

L’annonce  de  la création de ce Gouvernement Provisoire  n’est pas fortuite. Elle est faite au lendemain de la rencontre Sarkozy Bouteflika à Nice. Elle intervient au moment où la tension entre les deux pays est à son acmé, où les discussions sur les litiges du passé achoppent sur la question de la mémoire, des crimes de la colonisation et des essais nucléaires français en Algérie. Le moment choisi pour annoncer à son de trompe la création du Gouvernement Provisoire kabyle n’est donc pas innocent, et vise sous l’influence de certains lobbys parisiens hostiles à l’Algérie, à faire jouer à fond « la carte kabyle » pour obtenir en retour des concessions politiques du gouvernement algérien qui patauge sur biens des registres  dans un flou artistique. Mais ce gouvernement que des milieux parisiens ont hâté la création est voué par avance à l’échec total, car il gène moins le pouvoir en place que les diverses formations politiques qui militent en faveur d’un changement démocratique et pour un Etat de droit, et non pour un Etat de passe droit. Avec l’émergence de ce gouvernement fantoche, le pouvoir algérien va essayer certainement de créer une sorte d’ « union sacrée » temporaire en s’écriant à qui voudrait l’entendre que «  la nation est en danger » tout en augmentant de quelque degrés l’état d’urgence, qui se trouve déjà à son point extrême. Ce gouvernement provisoire qui risque de gêner momentanément l’action du mouvement démocratique algérien, pourrait provoquer aussi un effet de boomerang dont il ne sortira pas indemne. De ce point de vue, Le gouvernement provisoire de Kabylie à signé déjà l’arrêt de mort du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, telle que se la conçoivent ses instigateurs.

La part des nostalgiques dans la formation du Gouvernement provisoire

Que dire maintenant du MAK, qui représente la pointe extrême et extrémiste de la mouvance culturelle berbère? Que l’initiative de son leader de fonder un gouvernement séparatiste dit provisoire relève d’un acte irresponsable, qui ne fera  pas d’ailleurs long feu, tant ses instigateurs se révèlent être non pas indépendants d’esprit et de décisions réfléchies, mais liés et hétéronomes. Inventé par Kant, ce terme hétéronome signifie celui qui reçoit de l’extérieur les règles de sa conduite, au lieu de les trouver en soi. Or, il semble que la dangereuse initiative de Ferhat Mehenni ne procède pas de sa volonté propre, mais d’une impulsion extérieure qui ne pourrait être en l’occurrence que cette ambiance parisienne dans laquelle, lui et ses amis, baignent  depuis des années et qui leur procure l’illusion que « le peuple berbère », prétendument opprimé,  se reconnaît en eux. L’ambiance parisienne, c’est quoi ? Ce sont des petits réseaux constitués de tissus associatifs, d’anciens combattants de l’armée française en Algérie, d’anciens membres de l’extrême droite, Delta, Minute, Charles Martel ; d’anciens harkis et de pieds noirs  aigris, d’ « arabes de service », de beurs « pasteurisés », et de tous les nostalgiques de l’Algérie « perdue » pour l’Empire, etc. Tout ce monde qui a pignon sur rue est courtisé par certains cabinets ministériels qui se trouvent à l’affût de l’évolution politique interne de l’Algérie, mais aussi par ces « philosophes » et ces journalistes médiatiques de la rive gauche de la Seine parisienne qui ne manquent pas l’occasion de s’ériger en experts de l’ethnicité non seulement de l’Hexagone, mais de tous les groupes ethniques de la Planète, dont les Kabyles de Paris et d’Algérie captent le plus leur attention en raison de l’histoire passionnée et de la proximité géographique avec la France. Alors que tout ce beau monde combat l’ethnicité, le voile islamique, le régionalisme, les langues vernaculaires au nom de l’indivisibilité de la République, de la démocratie et de la laïcité au sein de la France « une et indivisible », il tente d’encourager et de soutenir l’ethnicité, voire l’autonomie et l’indépendance des groupes ethniques dans les pays où dominent l’ « ethnie » majoritaire.

Le GPK de Ferhat Mehenni est le fruit de cette ambiance parisienne faite de tractations secrètes, de conciliabules, de rencontres euphoriques, d’incitations au combat des « opprimés » contre leur oppresseurs, de l’archaïsme arabo- musulman, ennemi de la liberté et de la démocratie, etc. Mais ce que ces parisiens drogués de nostalgie, et de laïcité  oublient, c’est que ce MAK et le GPK qui en est issu ne représente en fait qu’une poignée d’individus en perte de raison et de projet cohérent susceptible de provoquer l’adhésion du « peuple kabyle. » Car en effet, l’écrasante majorité des militants née dans le sillage du Printemps Berbère, tout comme les deux grandes formations rivales, le FFS et le RCD, ne sauraient en aucune manière approuver ou suivre la pente glissante empruntée par Ferhat Meheni et ses camarades, qui pensent à tort qu’ils pourraient par les seuls effets d’annonce et de provocation bruyante susciter des effets d’entraînement et d’adhésion à leur cause, d’avance perdue, la masse de la Kabylie et des Kabyles. C’est oublier complètement que la quasi totalité des Kabyles, si hostiles et si opposés aux méthodes de gestion autoritaire du pouvoir en place, ne sauraient aucune manière tomber dans ce guet- apens mortel. C’est oublier aussi que le souci majeur de la quasi-totalité des Kabyles, c’est de lutter pour que le droit et la démocratie prévalent au profit du grand nombre d’Algériens.

Projet suicidaire…

Ce prétendu GPK se disqualifie lui-même en annonçant sa création depuis Paris. Cela confirme l’hétéronomie de la volonté dont il est question plus haut. Dans sa déclaration faite le 2 juin à Paris, F. Mehenni se pose d’emblée en défenseur des Kabyles qu’il présente comme des opprimés : « Niés dans notre existence, bafoués dans notre dignité, discriminés sur tous les plans, nous nous sommes vus interdits de notre identité, de notre langue et de notre culture kabyles, spoliés de nos richesses naturelles, nous sommes à ce jour administrés tels des colonisés, voire des étrangers en Algérie. Aujourd’hui, si nous en sommes à mettre sur pied notre gouvernement provisoire, c’est pour ne plus subir ce que nous endurons d’injustice, de mépris, de domination, de frustrations et de discriminations depuis 1962 ».[1]

Ce discours « fondateur » est suicidaire et fera le lit des extrémistes de tous bords. Les islamistes durs et purs qui ont une « dent » contre les kabyles qu’ils jugent « mécréants » trouvent là de nouveaux arguments pour les vilipender au nom du Coran, de l’islam et de l’arabe, « langue du Coran », et d’en appeler, pour les contrer, à la mobilisation des sentiments « patriotiques » et religieux. Les « Arabes » ordinaires empêtrés dans leur conceptions archaïques et dans leurs représentations étriquées de l’identité algérienne, réduite à sa dimension arabo- musulmane, exclusive et intolérante, y trouveront eux aussi de quoi alimenter leurs phantasmes et imaginaires d’une Kabylie « kharijite », et donc imperméable à l’arabité et à l’islam élevés au rang de l’authenticité et de la vertu. La formation de ce GPK peut être aussi  saisie et exploitée par le gouvernement comme une aubaine lui permettant de durcir la répression contre tous ceux qui luttent pour l’ouverture des espaces des libertés publiques, qui se trouvent à présent verrouillés, du fait de l’état d’urgence et de l’argument sécuritaire. Tout en feignant de mépriser l’évènement, qualifié par les uns d’un « non évènement » et par le premier Ministre Ahmed Ouyahia, d’un simple « tintamarre ! », il n’en demeure pas moins que c’est la première fois depuis l’indépendance que  la question de l’unité nationale se trouve franchement mise en cause par une minorité d’extrémistes dont l’exemple pourrait faire tâche d’huile.

Comment conjurer le danger de l’explosion ?

L’unique rempart contre la désunion et l’effritement de la nation, c’est la levée de toutes les contraintes qui pèsent lourdement sur la société, contraintes qui s’appellent injustice ou hogra, limitation des libertés publiques telles qu’elles sont annoncées dans la Constitution, mais non appliquées, la lutte contre les inégalités, le chômage, la marginalisation des compétences, le gaspillage des ressources, la gabegie et l’incurie, et, enfin, l’impunité quasi-totale des gestionnaires. Tant que tous ces problèmes n’ont pas trouvé des réponses politiques intelligentes et appropriées, les ingrédients de l’explosion ne pourraient que s’accumuler et ne manqueraient pas de s’exploser à la face de tous…La sagesse populaire recommande qu’il vaut mieux prévenir que guérir, et l’anticipation politique fait partie de l’art de gérer les affaires du présent sans négliger celles de l’avenir…


[1] Cité par El Watan 3 juin 2010


Nombre de lectures : 22819
186 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • samir
    4 juin 2010 at 20 h 01 min - Reply

    je ne comprends pas pourquoi tant de publicité pour un non evenement?vous donnez trop d’importance à cet individu qui n’a plus rien en commun avec l’ensemble des algeriens.ce type ne se considere pas algerien,alors cessons d’en parler.




    0
  • BRAHIM
    4 juin 2010 at 21 h 12 min - Reply

    Cher Dr Ahmed ROUADJIA, professeur d’université, vous faîtes référence à l’histoire de la guerre de libération nationale où la France a essayé de « diviser pour régner » . Mais , comme vous le savez si bien, elle n’a pas réussi, n’est-ce pas ? Mais vous n’expliquez pas comment, là où le France a échoué, le régime a réussi en fabriquant pas seulement un Ferhat Mehenni mais des milliers. C’est bien beau d’accuser la France coloniale et … même Sarkozy qui ont certes leur part de grain de sel. Je vous signale entre parenthèse que le mouvement de Ferhat Mehenni existait bien avant Sarkozy ou la « nouvelle ambiance parisienne » que vous décrivez. Il ne faut toujours montrer du doigt le colonialisme, le sionisme, ou je ne sais quoi alors que le problème est profondément « intérieur » et viens du coeur de l’Algérie même. Je crois que je ne vous apprends rien dans ce domaine. Mais l’honnêteté intellectuelle exige de faire ce « petit » détour, pour dire que le phénomène Ferhat (ou autre) est le fait du système algérien de l’après indépendance. Ce système qui a engendré la mono culture, la mono vérité historique, la mono « parti politique », la mono TV, , ce régime qui pense que le citoyen algérien est toujours mineur et qu’on doit décider pour lui et qu’il n’a le droit que de fermer sa gueule si peine de disparition, ce système qui pense que l’alternance est une stupidité politique, ce régime qui pense que les minorités n’ont qu’un seul destin … la mort etc… etc… Quand un système accouche d’un monstre, il faut d’abord s’en référer à son géniteur. La France, les ultras ou les sionistes ne font d’exploiter une situation propice dont ils ne sont pas à l’origine. J’espère que vous m’avez bien compris, sinon je peux développer un peu plus. J’aurai aimé que vous dépassiez un peu le cliché de « l’ego kabyle » et du « moi arabe » (qui a existé, c’est vrai et même exploité par certain) pour revenir aux vraies causes de la situation catastrophique de notre pays. Il ne faut pas toujours désigner l’ennemi qui arrange notre conscience. Il ne faut aussi regarder de « l’autre côté » du miroir, n’est-ce pas?




    0
  • zapata
    4 juin 2010 at 21 h 23 min - Reply

    depuis la nuit des temps et partout dans le monde les mèmes causent gènèrent les mèmes effets et ce qui doit attiver arrive.si rèelemment les algèriens veulent que ce pays avance rèelemment il faut appliquer l’èquation de la primautè du politique sur le militaire de la charte de 1956..lorque on aura une assemblè constitutionnelle on aura une autonomie spontanè sans le dire .ferhat m’henni ne reprèsente pas tout la kabylie et puis ce n’est pas l’autonomie qui fait peur car le pouvoir dèja est diviser entre clan de la france et de l’amèrique et de la sècte de tlèmçèn ..si le peuple algèrien veut ça libertè il ne faut un guide pluriel qui conduit ce peuple et tout rentra dans l ‘ordre.les algèriens ne sont pas dupe ils savent qui est sincère…..zèrhouni ces petit fils parle en alglais et en français et vivent en amèrique est ce que c’est logique d’attendre un positif de tèl homme? il ne croit meme pas à cette algèrie il protège ça sècte avec le mème système de la savak anciens mèthode des sèrvises secrèts du shah..la DRS est diviser et pèrsonne ne sait et plus tard après le mondial une surprise comme celle de tounsi sera a la une..286 milliards un calmant pour eux pas pour le peuple…boutèf et ça dynastie paye chère el harouz pour calmmer le peuple pourquoi tout ce silence posez vous la quèstion ? le pouvoir algèriens utilisent les charlatans pour en dormoir le peuple par leur alchimi (source officielle )..rien ne bouge …boumèdienne malgrè ça dictature mais il y a un peu de la vie….les militaires de l èst les bts les brutes sont soumis a l argent pas plus mèrcennaires ils font plus le poid..et au mdn chaque poste de retraite haut gradè et remplacer par un gas de boutèf..mais il ne faut pas crier victoire….to be contunied tom and gerry..viva zapata




    0
  • Jalal
    4 juin 2010 at 21 h 23 min - Reply

    La proclamation par Ferhat Mheni de l’autonomie de la Kabylie est la conséquence directe de la dégénérescence de la cohésion nationale procréée elle-même par la mauvaise gouvernance dont souffre le pays depuis 1962.

    En falsifiant notre histoire ancienne et moderne et en voulant couler le pays dans le moule de l’unicité à travers le fameux l’article 120: une seule religion l’islam, un seul rite: le malikisme et point de place pour l’ibadisme une seule langue : l’arabe, un seul parti le FLN, un seul sexe dominateurs et une seule classe sociale , le Pouvoir politique a ignoré la diversité , source de richesse, qui caractérise l’Algérie dans les différents domaines (écologique, climatique, religieux , linguistique, sociologique,) ..et plongé le pays dans une crise pluri dimensionnelle;( sociale, écologique donc agricole, linguistique sociale , religieuse , identitaire et politique) qui ne fait que s’aggraver avec le temps .

    Mheni sait pertinemment que la Kabylie a un sous sol aussi pauvre que son esprit , une communauté dynamique avec une diaspora active à l’étranger riche en cadre de valeur et bien représentée, bien plus que son importance numérique, au niveau de l’ensemble des institutions étatiques, économiques et régions du pays
    .
    Il es certainement chargé par l’extérieur de réveiller les démons de la division et de donner des idées aux populations marginalisées sur le plan économique politique et social de certaines régions du pays , qui abondent de richesses naturelles.

    C’est à ce niveau que son initiative constitue un réel et grave danger pour l’unité nationale et la stabilité du pays que nos « responsables » doivent prendre très au sérieux .

    Comme toujours la Kabylie est à l’avant-garde de tous les événements importants de la Nation, mais elle n’en tire jamais la première les dividendes bien au contraire. l’Histoire ancienne ‘ période des fatimides, et récente du Pays l’a prouvé.




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    4 juin 2010 at 21 h 35 min - Reply

    La revendication d’indépendance de la KABYLIE a-t-elle un sens ?

    Au-delà du nécessaire questionnement politique sur la nature du pouvoir et de la démocratie en ALGERIE, on peut humblement s’interroger et se demander à « qui profite » cette revendication et surtout quelles sont les conséquences géopolitiques de cette action qui n’a aucun sens, puisque ce projet est tous à fait le contraire de la philosophie politique de cette région qui s’inspire profondément du reflexe démocratique et du consentement populaire, et si
    L’esprit SANGUIN et le reflexe du régime ALGERIEN sont reproduit cette fois ci, cela dit que ce n’est pas un hasard du fait qu’il joue résolument à l’ostracisme politique de cette frange de la population ALGERIENNE qui mérite beaucoup plus de respect , de gratitude que de l’instrumentalisation politique et surtout de l’instauration d’une véritable DEMOCRATIE ALGERIENNE.

    Les racines et les provenances de la constitution du « peuple Algérien ET des peuples MAGHREBIN » sont multiples et l’instrumentalisation politique de la KABYLIE est inacceptable pour la simple raison que Pour l’heure, il ne demande pas unilatéralement l’indépendance, mais revendique simplement que de nouvelles conditions politiques soient mises en place pour qu’un grand débat doit être lancé pour fonder un processus démocratique, sans violence qui va nous permettre de créer un nouveau cadre politique pour qu’un jour la KABYLIE, l’ALGERIE et les peuples MAGHREBIN dans leurs globalité aient droit à décider sur leur avenir.

    Mohand Tahar MOHAMMEDI




    0
  • Arabuz
    4 juin 2010 at 22 h 24 min - Reply

    Azul salam et bonsoir.
    Un sujet très délicat que celui ci, qui au font traite plutôt de la revendication essentiellement identitaire et qui à la fin a débouchée sur l’autonomie de la Kabylie, comme l’indique Dr Ahmed ROUADJIA .
    Je me permets modestement d’apporter certaines remarques que je considère importante.
    Je tiens à signaler, premièrement, que le Jacobinisme est un héritage du colonialisme et que a ce titre cette revendication fait échec d’une part au nostalgiques d’autre part au système algérien.
    Deuxièmement, il est faux de croire que l’État a opté pour une certaine ouverture aux autres composantes linguistiques de l’Algérie mais a été contraint par les divers évènements et pression de la part de la société qui on émaillé les 50 dernières années. Est il utile de parler, pour certains, de nostalgie ou encore de regrets de n’avoir pas fait les choses à la hussarde comme la France dans ce cas ci?
    troisièmement, il n’est pas juste de dire que c’est l’ambiance parisienne qui a fait que Ferhat mehenni opte pour la proclamation d’un gouvernement de Kabylie. pour quoi ne pas avouer que les conditions de l’exercice d’une activité politique aussi minime soit-elle sont inexistantes en Algérie d’autant plus dans ce cas ci.
    Qu’en savons nous de l’ambiance de la Kabylie profonde qui ne livre pas encore tous ses secrets…
    Et quatrièmement, dans la mesure ou cette démarche pour la quelle a opté Ferhat mehenni constitue une rupture avec ce qui est devenu une tradition de lutte dans notre pays pour le mouvement de revendication identitaire, il est plus indiqué d’adapter l'(unité de mesure) et apprécier la chose avec plus d’objectivité.
    En fin, pour les solutions proposées je dois avouer que le constat est le même pour tous à une différence près qui est: qu’est ce qui ou devrait venir en premier; créer les condition énumérées ou alors se débarrasser de ce système pour arriver au dites conditions je ne suis pas sure que, même ici, vous ayez raison.
    Tannemirt.




    0
  • D B
    4 juin 2010 at 23 h 04 min - Reply

    Indiscutablement, cette initative du MAK a trouvé un terreau fertile. C’est une porte ouverte à tous les aventurismes, et à tous les aventuriers, et à toutes les prédations.
    Il n’y a de possibilité de les conjurer que par une révolution populaire. Par une implication directe du peuple algérien, en tant que tel.
    Le peuple algérien a encore une longue route à faire. Et lorsqu’il se sera affirmé, dans sa propre raison d’être, uni et indivisible, de telles excroissances dépériront d’elles mêmes, fautes d’être irriguées. Mais le chemin est long. Les périls sont mortels. Et les ornières sont profondes.
    Bientôt, de toute façon, l’heure de vérité sonnera. Et nous saurons si le peuple algérien existe. Le Mak joue au poker menteur. Il joue son va tout. Il espère que face à lui, il n’y a que le vide. Ceux qui lui soufflent sa stratégie n’ont rien à perdre, et tout à gagner. Ils veulent voir. La vraie partie se jouera en Kabylie. Ce sont les Kabyles qui répondront à Mehenni, et à ses mentors. C’est à eux d’abattre leurs cartes. Et si les cercles qui pilotent cette délicate opération comprennent que Mehenni n’a pas l’audience qu’il dit avoir, en Kabylie, ils le laisseront tomber du jour au lendemain. Parce qu’ils n’ont pas de temps à perdre avec des petites cartes.




    0
  • cherifi
    5 juin 2010 at 0 h 02 min - Reply

    Quand on n’a pas le courage de regarder la réalité en face,on fait tourner le regard à droite et à gauche, non pas par pudeur,mais pour chercher une fausse vérité que nous mettons en relief pour détourner le regard de la populace et ensuite,essayer de l’obliger à s’y concentrer.En Algerie et depuis la fin des années 40,le faux-problème kabylie est devenu un fond de commerce rapporteur que ne cessent d’utiliser,à leurs profits,certains individus pour embrigader les forces vives d’une région dont les grands parents et les parents ont payé un lourd tribu,à l’instar des autres régions d’Algerie,rien que pour voir flotter notre drapeau dans les cieux d’une Algerie libre et indépendante.Malheureusement,des laquais se sont auto- proclamés porte-paroles et représentants légitimes des habitants de cette région d’Algerie,pour proclamer la scission pour l’un et la régionalisation (entendre régionalisme)pour l’autre,alors que le grand Homme politique,intellectuel et historique pleurait,il y à quelques jours, le sort du grand Maghreb.Une petite région dont la quasi-totalité de la population est innocente des agissements des résidus du colonialisme, qui eux croient en son prolongement.L’ex.chanteur qui a raté sa vocation,ne pourra jamais etre leader dans une région historique appelée Kabylie et par conséquent il n’aura jamais l’etoffe ni la stature ni la témérité d’un Abane.La région des Abane,Amirouche, Krim et les autres est très valeureuse pour se laisser diriger par un guitariste quelconque.Cette meme région avec ses hommes et ses femmes ne se laissera pas duper par celui qui siège au parlement non pas pour défendre celles et ceux qui l’ont élus,mais pour le siège,les 33 millions par mois et les autres pivilèges.Ni l’ex. chanteur,ni l’ex.docteur ne sont représentaitifs de la majorité des kabyles qui,eux,savent que nos problèmes sont les memes,que nos souffrances sont identiques et que tous les maux qui rongent notre société ne seront jamais guéris par les scissions,le séparatisme et les luttes fratricides,mais avec la conscience,l’unité et le courage.Le djudjura comme les aurès.Le tell comme le sahara.L’est comme l’ouest et le nord comme le sud s’opposeront toujours à vos projets belliqueux.L’Algerie est la notre et celle des générations futures,elle ne sera jamais la votre tant que vous etes sur les pas de vos prédécesseurs.

    ===============
    Du calme, mon cher compatriote. Et il ne faudrait surtout pas répondre aux provocations par d’autres provocations. Les véritables commanditaires de ces projets fractionnels de part et d’autre de la Méditerranée n’attendent que cela. Et notre peuple auquel nous appartenons et avec fierté, saura encore déjouer ces stratagèmes de basse facture. On nous a, depuis l’indépendance, trompé au nom du nationalisme, de la religion, de la démocratie puis de la culture. Nous sommes aujourd’hui immunisés. Et nous n’allons pas encore une fois nous tromper de cible. Notre seule CIBLE est ce pouvoir illégitime et notre seul BUT est l’instauration d’un ETAT DE DROIT, où tous les Algériens, sans exclusion ni exclusive se retrouveront. Et ce ne sont pas ces ultraminorités extrémistes de tous bords qui nous détourneront du Droit Chemin.
    La Rédaction LQA.




    0
  • Zineb Azouz
    5 juin 2010 at 0 h 02 min - Reply

    @-D.B,
    Ton analyse est plausible, mais je doute fort que ceux qui encouragent Mehenni dans son aventurisme ait une stratégie claire et prédéfinie, j’ai plutôt l’impression, et vue l’inconsistance politique du mouvement et du monsieur, que c’est au jour le jour que ce carnaval autonomiste est géré.

    Par contre lorsque tu dis que c’est les Kabyles qui répondront à Mehenni, je me demande quel moyen d’expression efficace, de grande envergure et surtout crédible les Kabyles pourraient avoir à leur disposition pour répondre à Mehenni ?

    Le pouvoir avec ses organes habituels ? Ce dernier n’a pas intérêt à donner la voix aux consciences libres.

    Les médias français ou occidentaux ? Ils ne sont pas fous pour se déjuger et casser leur joujou aussi vite.

    Alors je me pose la question, faut il continuer à accorder de l’importance à ces délires ou faut il s’intéresser plutôt à ceux qui continuent de piller le pays avec des passeports tantôt cee tantôt américains et des porte feuilles ministériels Algériens sans jamais se mouiller avec la moindre déclaration ni se poser la moindre question sur leur Algérianité ?

    ZA




    0
  • Djamel Eddine U
    5 juin 2010 at 2 h 56 min - Reply

    Des vérités fouré par des fausses a fair passer pour vrai.
    Inquietant de voir une certaine classe du calibre d’un professeur academicien algerien citer des arguments pareil, comme:
    « Les islamistes durs et purs qui ont une « dent » contre les kabyles qu’ils jugent « mécréants » trouvent là de nouveaux arguments pour les vilipender au nom du Coran, de l’islam et de l’arabe, « langue du Coran », et d’en appeler, pour les contrer, à la mobilisation des sentiments « patriotiques » et religieux. Les « Arabes » ordinaires empêtrés dans leur conceptions archaïques et dans leurs représentations étriquées de l’identité algérienne, réduite à sa dimension arabo- musulmane, exclusive et intolérante, y trouveront eux aussi de quoi alimenter leurs phantasmes et imaginaires d’une Kabylie « kharijite », et donc imperméable à l’arabité et à l’islam élevés au rang de l’authenticité et de la vertu. »

    Incroyable a lire une tel intrusion de terminologies par le biai d’intellects comme vecteure de transmission de visions susppicieuse, completement errone sur la realite du peuple algerien, de kabyle ou autres fractions de la societe algerienne sous un couvert du soit disant deffenseur de l’unite algerienne et critiqueur du MAK.

    A mediter la profondeur de la crise algerienne qui a infecte meme la classe reflechissante de la societe algerienne.




    0
  • Aghiles
    5 juin 2010 at 8 h 10 min - Reply

    Merci M.Benchenouf à mon humble avis c’est tout à fait ça:
    ceux qui sont entrain de monter cette chantilly se rendent compte que ça ne prend pas ,alors les mentors qui le soutiennent derrière les rideaux laisseront tomber.Ainsi que le pseudo BlaBla(creux) qui va avec(obédience,arabo-baathisme,etc,etc.).
    Wait and see
    Tanmirt




    0
  • khenchla-fier
    5 juin 2010 at 10 h 59 min - Reply

    nous, nous sommes fiers de nos ancêtres berbères,nous n’avons pas de complexe ni envers le français ni l’arabe,et nous ne crachons pas dans notre propre soupe comme certains qui se disent nous sommes chaoui que par maman.

    http://elkahina-chaouia.skyrock.com/




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 11 h 48 min - Reply

    Réponse à Brahim,
    Merci d’avoir attiré notre attention sur cette phrase qui nous a échappé lors de la modération. Nous devons garder notre calme et réagir sereinement et avec lucidité à ces situations élaborées dans les labos de la fitna.
    La Rédaction LQA




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 12 h 28 min - Reply

    Cher @la Rédaction LQA, je sais et je comprend car je connais le problème pour avoir déjà été modérateur pendant un certain temps dans le domaine du sport. C’était je l’avoue aussi compliqué que pour vous. Cela se faisait en insultes aussi mais … en moins sanguinaire quand même!




    0
  • Salah-Eddine SIDHOUM
    5 juin 2010 at 12 h 49 min - Reply

    Merci mon cher Ahmed pour ta contribution qui va susciter très certainement un riche débat. Je profite de l’occasion pour inviter nos intellectuels et universitaires à sortir de leur tour d’ivoire et à descendre de leur piédestal pour rejoindre le «ghachi » auquel nous appartenons afin de l’éclairer un tant soit peu dans ce long tunnel ténébreux où l’ont parqué les imposteurs et aventuriers depuis 62.
    Je ne partage pas ta conclusion qui me parait une invite au régime illégitime à se réformer.
    اعتبر ان هذا النظام الفاسد و المفسد لا يصلح و لا يصلح
    (La Yaslouh wa la Youslah).
    Le régime lui-même est à l’origine et synonyme de tous les maux que tu as énumérés. La Constitution dont tu parles n’est qu’une façade, destinée à la consommation extérieure. Elle n’a jamais été l’émanation d’un peuple souverain et libre. La seule réponse politique à cette dramatique situation doit venir du peuple et de ses véritables élites et non pas de l’oligarchie gangrénée et corrompue. Et cette réponse doit consister en un changement radical du régime politique imposé par la force des armes au lendemain d’une indépendance confisquée par les néo-colons. Et seule une Constitution issue d’une Constituante pourra baliser le terrain politique et éliminer progressivement ces maux et tares accumulés depuis un demi-siècle et qui risquent d’aboutir à l’implosion du pays.
    Les véritables élites intellectuelles et politiques sincères sont-elles capables de se jeter dans le bain afin de sortir leur peuple de ce marasme suicidaire ? Sur le terrain et pas dans les salons.
    La question reste posée !
    Amicalement.
    Salah-Eddine




    0
  • khaled
    5 juin 2010 at 13 h 15 min - Reply

    Je veux annoncer ici et sur site mon souhait le plus pronfond de prendre comme epouse une native de la region de Kabylie (Petite ou Grande).

    Nous serons alors deux dans ma famille a avoir epouser une native de cette region.

    Nos enfants seront les remparts qui protegerons cette terre (ALGERIE)

    Cher DB: Je vous laisse le soin de ponderer ce commentaire.




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 13 h 44 min - Reply

    Cher internaute @cherifi, je voudrais juste réagir à propos de ta phrase :  » Ni l’ex. chanteur, ni l’ex. Docteur ne sont représentatifs de la majorité des kabyles ». Je suis entièrement d’accord avec toi que nul n’a le DROIT ou la légitimité de se revendiquer de représenter la Kabylie, les hauts plateaux, le Sahara, l’est ou l’ouest. Mais il fallait ajouter aussi que nul n’a AUSSI la légitimité de représenter l’ALGERIE toute entière comme le fait le régime actuel, si le peuple ne lui délègue pas par des urnes libres et transparents. Là tu aurais « bouclé la boucle » fort judicieusement. Par ailleurs, je pense que ce n’est pas très juste de mettre dans le même sac Ferhat Mehenni et Saîd Sadi. On peut à la limite critiquer Saîd Sadi sur le plan politique parce qu’on ne partage pas ses idées mais Sadi ,avec tous les défauts que l’on peut lui trouver, est loin .. loin et même …très loin de Mehenni . D’ailleurs il ne partage pas les mêmes opinions que lui dans le domaine de l’organisation politique du pays et …n’en parlant pas sur le plan intellectuel. Lit son interview publié dans le soir d’Algérie de ce Vendredi–Samedi 5 juin 2010 par exemple et tu constateras le fossé entre le « chanteur » et le « docteur ». Rien à voir. Merci d’avoir fait l’effort de faire la comparaison par cette lecture…au moins. Salutations et à bientôt sur le net. PS: je ne suis pas militant de ce parti, crois moi ,… si tu veux !




    0
  • aldjazairi
    5 juin 2010 at 14 h 01 min - Reply

    Même si beaucoup d’algériens et surtout de la kabylie n’approuvent pas le démarche de FERHAT MEHENNI, il est notoire que ceux qui critiquent cette intiative se transforment en supplitifs pour le régime algérien.
    A quoi sert une unité territoriale quand une minorité s’accapare des richesses du pays et déclare ouvertement que l’Algérie appartient à eux et à leurs enfants seulement ( voire la déclaration ,dans les années 90 de ALI KAFI ancien ancien président du H C E ) voir aussi la déclaration du Géneral LAMARI, Général NEZZAR ……). L’autonomie est aussi la revendication des mouzabites de GHARDAIA, des Touaregs qui ont ne veulent plus voir le pétrole et le gaz acheminé de chez eux pour leur soit vendu 3 fois plus cher
    Le pouvoir qui decide de partager des centaines de milliards de dollars entre les 15 personnes qui détient l’economie et le pouvoir en Algérie ( voir déclarartion de BOUTEFLIKA ) ne peut contester aux pauvre malhereux de se débrouiller pour vivre.
    L’algérie est le seul pays au monde qui punit les personnes qui veulent se suicider en se jetant dans la mer
    Quelqu’un me disait : tellement ils nous haissent qu’ils veulent nous garder ici en Algérie pour nous humilier chaque jour c’est le grand plaisir de nous voir dans la merde car le signe de leur réeussite
    Alors ces gens là ont le pouvoir,les richesses qu’il partent ou qu(ils nous laissent trouver l’ssue à nos malheurs.




    0
  • Zineb Azouz
    5 juin 2010 at 14 h 02 min - Reply

    Avant de commenter la conclusion de notre ami Ahmed Rouadjia, je voudrais juste, si tu permets, cher Salah Eddine te faire remarquer que nos intellectuels et nos universitaires sont loin de séjourner dans des tours d’ivoire, ils sont plutôt (et le plus souvent) sur les quais de ces tours, à faire la queue pour un strapontin dans le système ou à jouer aux scribes mal payés, et rassurez vous, leur gracieux silence n’est pas le reflet de leur dédain, mais de leur incompétence et de leur soumission pathologique au pouvoir.

    Pour revenir à la conclusion dont vous parlez, j’ai le regret moi aussi de constater qu’une fois de plus le professeur Ahmed Rouadjia disculpe le pouvoir et ne s’attaque ni à sa nature et ni à ses racines.

    La corruption et les limitation des libertés publiques ne sont pas les petits corollaires d’une quelconque mauvaise gestion ou des germes inopportuns et inévitables venus perturber la bonne marche des choses, NON MONSIEUR LE PROFESSEUR, ce que vous décrivez sont les PILIERS et les MURS PORTEURS du pouvoir, de sa vision et de sa nature même.

    Se contenter de la notion de réformes face à un système né du crime, des putchs, des coups d’Etat, de la trahison, de la répression et des détournements de bien, me paraît, un tant soit peu naïf, voir presque chaste de la part d’un professeur qui ne connaît que trop bien les mécanismes de la dictature.

    De quelle constitution parlez vous, Si Ahmed, de celle que l’assemblée la moins représentative du monde mutile, tronque, allège et agrège au grès des importateurs et des imposteurs d’El Mouradia ?

    Et même, lorsque vous dites que c’est la première fois que l’unité nationale est mise en danger, pensez vous sérieusement que cela dérange le gouvernement fraichement renouvelé selon des méthodes de recyclages abjectes et nauséabondes ?
    Et croyez vous, au fait que c’est la première fois que cela arrive chez nous ?
    L’unité nationale est une entité négligeable dans l’échiquier des milliards que vient de dégager Fakhamatouhou et les solutions à apporter à notre marasme suicidaire ne peuvent que politiques et jamais TECHNIQUES.

    Cordialement,
    ZA




    0
  • Ammisaid
    5 juin 2010 at 14 h 08 min - Reply

    Pour faire danser un cobra (un serpent), il faut un homme serein qui joue parfaitement le nay (la flute) et qui n’oublie de le mettre dans la boite et de bien visser le couvercle. Le pouvoir joue la flute et nous, nous dansons, nous dansons tellement bien qu’il n’a pas souvent besoin de nous mettre dans la boite. Celui qui refuse de danser doit s’attendre au pire. Le pouvoir n’est pas exigeant, il demande que nous dansions, que nous dansions sans cesse, que nous dansions comme nous savons le faire mais que nous dansions. Que nous dansions en arabe ou en kabyle ou se prosternant ou en écrivant ou en pensant ou en travaillant ou se pendant ou buvant ou fumant ou en dormant. Que nous dansions en tenue civile ou tenue militaire. Que nous dansions en robe ou hidjab. Que nous dansions avec une barbe ou bien rasé. Que nous dansions, que nous dansions et que nous dansions pendant qu’eux nous jouent la flute. La flute qui envoute. La flute qui donne l’espoir. La flute qui rend triste et la flute qui remplit les poches. La flute qui rend ministre et la flute qui rend crminel. Dansons, dansons, dansons ! Il ne faut s’arrêter de danser. Dansons divisés et dansons jusqu’à la mort. Enterrons nos morts en dansant et pleurant nos frères torturés en dansant. Soyons fiers de danser et soyons fier quand les joueurs de flute qui nous font danser sont contents de nos danses. Cela fait un bon moment que la kabylie danse et cela fait un bon moment que nous dansons avec. Il ne manquait que la guitare de Ferhat nous l’avons, il nous faut, maintenant, composer le chant de notre diversité en aggravant nos divisions et s’occupant de tous ces petits riens qui nous paraissent tellement importants.
    Pardon si j’ai mal dansé !
    Fraternellement




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 14 h 17 min - Reply

    cher @khaled, moi qui suis kabyle originaire de la petite Kabylie j’ai épousé une fille de Chef. Toutes nos familles sont très heureuses et on se sent vraiment bien dans toute notre diversité au SENS LARGE. C’est la vérité ! A aucun moment cette question de kabyle/ arabe par exemple n’est venue perturber notre sérénité aussi bien sur le plan culturelle, philosophique ou religieux. Notre « multi-culture » culture (si je peux m’exprimer ainsi), nous a permis, mes enfants, mon épouse et moi,(et également nos parents et grands parents, nos belles familles respectives) de dépasser pas mal de questionnement , par ailleurs légitimes, sur l’existentiel , le culturel et même , ….tiens toi bien, sur le religieux. Et oui ! Mais bon chacun son chemin, chacun son choix, chacun son libre arbitre, c’est là où la liberté prend sa véritable valeur. A bientôt cher ami internaute.




    0
  • Mohamed J.
    5 juin 2010 at 14 h 37 min - Reply

    Etre chaoui par la maman ou par le père ou par les deux ou kabyle ou mozabite ou tarqui ou arabe, être berbérophone ou arabophone, n’est pas l’important, l’important est de savoir ce qu’on est soi meme et ce qu’on peut faire pour ce pays et ce qu’on fait réellement.

    ليس المرأ من قال كان ابي بل المرأ من قال ها انا ذا

    L’année passée nous discutions ici même sur ce site un article de Salima Tlemçani paru dans el Watan, sur « les guerres » de « tribus arabes et targuies » qui seraient « survenues à l’est du pays » et certains disaient « allah youstour » (Que Dieu nous protège) qu’on n’embrase pas encore une fois le pays. Les problèmes fomentés dans la ré&gion de Ghardaia sont encore frais et qui visaient à mettre le feu aux poudrières et on disait aussi qu’heureusement il y a des sages qui ont su circonscrire les incidents et expliqueer leurs origines exogènes à la région.

    Faut il aussi rappeler que dans les années 90 on a agréé un parti en violation de la constitution pour ensuite l’interdire après un vote massif à son profit qui était prévisible ?

    Maintenant Mehenni tente de créér une dichotomie Kabyle maquiste (makiste, maquignion) et Kabyle « traitre » (si, si, si ça ne l’est ça viendra !) pour opposer les Kabyles entre eux et ensuite au reste de l’Algérie.

    Le dénominateur commun à tous ces crimes, à toutes ces machinations, peut être imputé à qui ? Pourquoi veut on maintenir les gens dans une situation de désespérance et d’insécurité en créant des foyers de tensions de manière cyclique et soutenue ? La réponse nous éclairera certainement.

    Si Ferhat Mehenni voulait réellement le bien de la Kabylie comme il l’affirme à qui veut bien l’entendre pourrait il agir afin d’y amplifier l’insécurité, car son action ne peut conduire qu’a amplifier l’insécurité qui y règne déjà, n’est ce pas ? A qui cela profitera t il ?




    0
  • zahra
    5 juin 2010 at 14 h 58 min - Reply

    je n’aime pas la maniére avec laquelle cet article decrit les kabyles. »d’approfondir la division de la famille algérienne par la flatterie de l’ego « kabyle » censé être foncièrement supérieur au Moi « arabe ». »
    le kabyle ne se sent pas superieur a l’arabe loin de là, en premier la barriére de la langue : vous verrez qu’en kabylie la langue arabe est de plus en plus parlée, parfois plus que le kabyle, ce qui montre la d’une part le vouloir des kabyles a effacer le regionalisme qu’il y a en algérie! alors que dans les wilayas arabes rares sont les personnes parlant kabyle…
    aussi il y a la culture, on n’a pas les mêmes traditions!
    et enfin la question la plus « tabou » la religion! en kabylie, enfin le plus souvent, chaqu’un a le droit de refflechire de choisir lui même ce en quoi il veut croire ou pas! prônant la liberté du culte et donc la liberté de reflexion…
    et enfin la situation des femmes.. dans les traditions kabyles la femme a une grande importance, et je ne parle pas des devoirs ménagers..
    tous ces facteurs font que les kabyles, en manque de liberté, liberté de croire ou pas, liberté d’etre pour les femmes car n’oublions pas le statut de sous humain des femmes en algérie, vouées a attendre un mari et faire une maison, liberté de parler sa langue partout en algérie, et liberté de la presse surtout… ces kabyles ont envi de dire leur mot, de dire qu’ils sont là, chose qu’il est impossible de faire, vu déjà a quel point les arabes sont attachés a leur langue, a quel point les arabes sont attachés a vouloir imposer la religion, et leur façon de penser dans toute l’algerie.. l’etat de frustration des kabyles aboutit a l’envi de s’isoler, au point presque de dire qu’ils ne font plus partie de ce pays auquel ils tiennet tant…
    et la seule maniére de depasser celà, serait que chaqu’un laisse un peu son orgueil de coté.. et accépte de considérer l’autre comme son egal.. et donc de changer quelques loies qui sont a mon avis depassées!




    0
  • El hadj
    5 juin 2010 at 15 h 04 min - Reply

    Salam, azul
    Je trouve que votre analyse ne fait aucune réfernce au programme du MAK ni aux différentes déclarations de Ferhat. Vous vous limitez toujours à condamner la France, les juifs, la main étrangère sans vraiment toucher au coeur des raisons qui ont conduit à la création du MAK et du GPK.
    Ferhat n’est pas un simple chnateur comme certains le désignent dans plusieurs sites, notamment arabophones.
    Ferhat est un combattant des droits de l’homme, comme on dit faute de grives, on mange les merles.
    Faute de ne pas pouvoir défendre les intérêts de l’algérie qui est un grand pays avec plusieurs dialectes et différentes ethnies Ferhat se conscare à sa région. Le problème des algeriens est le non respect des droits à la différences. J’ai personnellement assisté à deux conférences de ferhat dernièrement, je n’ai decelé auccun terme ni insinuation qui a trait au racisme, ni à l’islamophobie. Tout ce qui a été dit par ce monsieur que je respecte beaucoup, il est bien claire à savoir l’autonomie de la kabylie dans le cadre de l,algérie. Il a même condamné les propos haineux et racistes de certains internautes qui se prennent pour des makistes. Que vous voulez vous de plus? qu’il dit qu’il défend l,araboislamisme pour satisfaire vos consciences?
    Il a fait appel aux autres algériens de respecter son choix pour le bien de l’avenir de l,algérie.
    Il a dit: le MAK ne va pas puiser dans vos droits, il défend les droits de la kabylie.
    Mais voyons donc! mis à part l’islam qui réunit tous les algeriens, y’a t’il d,autres choses qui nous rassemblenet?
    Autre chose, vous ne pouvez pas parlez au nom du peuple tous, y compris Ferhat.
    Il l’a bien précisé que son gouvernement est illégitime pour le moment, il le sera lorsqu’un referndum sera organisé.
    Il n’y a que le peuple kabyle qui décide de le suivre ou de ne pas le suivre et à ma connaissance le peuple kabyle n’est pas un adolescent, il sait ce qui est bien pour lui ou ne l’est pas. Ferhat a été toujours été une pesonne intégre, il n,a jamais eu d’ambitions politiques. Précison: il n’a pas été ejecté par le RCD , il a bel et bien démissionné, constatant que Said Saaadi est un dictateur sous couvert de la democratie. Aujourd’hui, Ferhat n’est pas l’ennemi de Said Saadi comme vous le dites, se sont justes des adversaires poltiques.D’aprés les rumeurs ils se sont même rencontrés. Si ferhat est un traitre, on le saura et puis KAYANE RABI et je suis sur que le bon dieu sobhanou dévoile les traitres plus rapidement que vous le pensez. Il me semble que les gens qui écrivent sur ce site, la plupart sont des croyants et pratiquants alors n’ayaez pas peur d’un être humain, il ne peut rien faire sans la volonté de dieu. Mais vous même vous serez condamnés sur vos diffamations, sur terre et dans l’au dela. CHEDDOU FI RABI MAATKHAFOUCHE, si ce projet est un declic pour déloger les vraies traitres ça se réalisera inchallah.
    tanmirt

    ===============
    Donnez votre point de vue. Il n’y a aucun problème pour cela. Mais évitez à chaque fois de changer de pseudo. Ce n’est pas comme cela qu’on devient crédible et respectable. Ayez le courage de vos opinions !
    La Rédaction LQA




    0
  • Zehira Houfani
    5 juin 2010 at 16 h 24 min - Reply

    @ dr arouadjia et amis internautes,

    La nébuleuse des nostalgiques de l’ « Algérie française » ne concerne pas uniquement les partisans du MAK, même s’il en est le point émergeant. Ses émules se retrouvent dans plusieurs sphères du pouvoir à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Rien ne peut mieux expliquer le fait que notre pays soit le plus dévasté de la région et notre peuple qui (avance en reculant).

    Sans minimiser la menace réelle de cette nébuleuse extérieure dont j’ai traité dans mon texte sur le MAK, je rejoins M. Sidhoum pour ce qui est de la réponse à toute cette agitation. Elle incombe à la classe politique et aux intellectuels qui doivent prendre leurs responsabilités devant l’histoire en défendant l’intégrité de leur pays et la souveraineté de leur peuple. Les chemins sont connus, il suffi de substituer une seule action d’envergure sur le terrain à tous nos discours et le miracle interviendra dans ce pays meurtri, comme un orphelin dont personne ne se préoccupe vraiment sans en tirer profit. Prouvons que le MAK n’est que l’arbre qui cache cette immense forêt d’Algériens, enfin décidés à redevenir des hommes libres. Sans cette action concertée et salvatrice sur le terrain, nous continuerons d’alimenter à la fois le désespoir de notre peuple et la capacité de nuisance de ses bourreaux.




    0
  • Lyes
    5 juin 2010 at 16 h 50 min - Reply

    Bonjour,

    De prime abord, je voudrais préciser qu’un tabou a été brisé sur la question identitaire en Algérie que l’on voulait cacher depuis l’indépendance. En second lieu, l’idée de la contribution de M. Ahmed Rouadjia, tourne autour de la main étrangère qu’on évoque dans tous les évènements qu’a connus l’Algérie.

    M. Rouadjia ne s’est pas posé la question pourquoi on en est arrivé à cette situation?

    Combien de victimes sont tombées dans le combat identitaire? C’est parce que elles ne valent rien devant un enfant palestinien? Pourquoi veut-on arabiser le berbère, effacer son histoire et sa langue et même son algérienneté? pourquoi diaboliser le kabyle en particulier et le berbère en générale? Ce que je viens de citer ne sont-ils pas des crimes contre l’humanité?

    Un simple fait, pourquoi interdire les noms berbères dans l’État civil alors des noms égyptiens, sériens, voire même chrétiens arabes sont par contre tolérés en Algérie?

    Tous les efforts de cette politique d’épuration sont menés en kabylie à l’instar des autres régions berbères de l’Algérie et de l’Afrique du Nord. La dernière déclaration de Maamar Kadafi qui dit que les amazighs n’existent pas a été publiée par certains journaux algériens malgré son caractère raciste.

    Alors je dis à M. Rouadjia que la main étrangère n’est autre que ces baâthistes et le match Égypte-Algérie a tout dévoilé.

    Enfin, la solution définitive à cette situation est d’officialiser tamazight comme langue officielle à coté de l’arabe et d’arrêter le crime d’arabisation contre les berbères sous tout ses formes.

    Laissez-nous vivre dans le respect mutuel pour que l’Algérie appartienne à tous ses enfants. Les problèmes que vous avez cités dans la conclusion concernent tous les algériens, ce n’est pas au kabyle de lutter seul pour arracher les droits des orannais ou des annabais.

    Soyons raisonnables et objectifs pour mettre fin à cette politique de haine et de racisme.




    0
  • radjef said
    5 juin 2010 at 17 h 57 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.@Sidhoum, bonsoir. On n’a pas été parqués depuis 1962…On est mal partis depuis le 1er novembre 1954. On ne connaitra jamais le bout du tunnel tant que nous continuons à eviter de dire ces verités qui fachent, ces verités qui font mal à beaucoup de monde. Tant que nous refusons de traiter sereinement les origines de notre malheur, il y aura toujours autour de nous des mouches qui vont jouer aux empreurs,qui vont polluer notre entourage et nous empoisonner l’existence.

    ======================
    Non, mon cher Saïd. Les hommes de 54 n’ont fait que leur devoir avec les moyens de bord et devant la couardise des élites et les luttes intestines pour le « ksoursi » et la za’ama des partis nationalistes. Ils n’avaient pas le choix. D’autres hommes comme Ben M’Hidi, Abane…. ont essayé de mettre la révolution sur de solides rails mais hélas ! La suite nous la connaissons tous. La situation actuelle ne rappelle-t-elle pas le climat d’avant 54? Fatalisme, lâcheté des élites et faillite des « partis ».
    Salah-Eddine




    0
  • luzaluza
    5 juin 2010 at 18 h 36 min - Reply

    Il est clair que c’est bien la première fois fois que j’interviens sur ce site que je ne connaissais pas aupravant .
    Je dois dire que nos intellectuels ont sensiblement le même regard sur l’identité algerienne à tel point qu’ils reproduisent les memes reflexes des qu’il s’agit d’une quelconque revendication qui sort du moule du parti unique ,est-ce une auto-sensure ?

    Avant de porter un quelconque jugement sur Mass Ferhat , il faudrait savoir que cet homme de grand valeur ,qui a tout sacrifié pour que l’algerie reste dans le girond des grandes nations ,en militant depuis qu’il était universitaire , pour une nation plurielle avec toutes ses diversités culturelles et linguistiques , et bien au delàs ,une nation democratique où chaque algerien devrait se retrouver sans exclusivité.
    Où étaient alors tous ces « intelectuels  » qui avaient une dent contre tout ce qui venait d’un kabyle ,tout le monde se rengeait derrière le mot d’ordre du pouvoir central pour stigmatiser tout opposant aux idées uniques et les slogans creux d’un certain parti unique …………..!
    Aujourd’hui ,la revendication identitaire amazigh est depassée ,car elle n’a jamais été serieusement prise en charge par les pouvoirs publics et on continue meme à miner ce chemin par des oppositions idéologiques panarabistes ,sur la façon de la transcrire ,de l’enseigner etc…………!
    Voyant l’hypocrisie avec laquelle le pouvoir compte regler ce problème , les kabyles ayant perdu toute credibilité avec ce pouvoir ,ont decidé d’aller au but de la concretisation d’un rêve tellement esperé .
    L’autonomie de la Kabylie est le prelude d’un changement profond de toute l’algerie ,car le federalisme ainsi prôné est certainement la clef de l’ouverture democratique réelle pour tous les algeriens qui veulent et aspirent à la liberté d’opinion et d’action pour resorber le deficit nationaliste que les tenants du pouvoir ont tellement vulgarisé au point où les algeriens ne se reconnaissent plus dans cette patrie ,l’injustice en est certainement la cause et le pouvoir est tellement lointain qu’il ne peut plus rien pour personnne .
    Aulieu de s’attaquer à Mass Ferhat ,on vous autrait tellement mieux admiré si vous vous etiez faits distingués par une analyse sereine ,sans parti pris !
    Tous les algereins du nord au sud ,du sud au nord aspirent à la meme justice et aux memes droits ,mais que faut-il faire pour y remedier si chacun de nous ne propose pas une sortie de crise globale , et pourquoi pas regionale pour commencer .
    L e jour où je verrais sur ce site un algerien se disant « arabe  » prendre la defense de Mass Ferhat , ce jour là ,je dirais que desormais le regionalisme est derriere nous ………faites un effort ,tout le monde n’est pas arabe en algerie et si on continue à mettre de la pression sur cette identité empruntée ,les autonomies regionales feront tâche d’huile dans notre algerie plurielle.
    Quant à la france ,elle n’est pas exempte de tout ce qui se passe en algerie , son penchant pour l’arabisme est notoire ,elle n’a jamais pardonné à la kabylie son acharnement durant la revolution ,la france s’est rangé du côté du panarabisme car elle a ses atouts ladedans .
    Individuellement ,les algeriens se sentent tous amazigh,mais collectivement ils ont peur de mecontenter l’idée developpée par les pouvoirs successifs et ce depuis bien avant l’independance de l’algerie ,il faut faire connaitre l’histoire à son peuple pour qu’il puisse s’epanouir ,mais si les intelectuels se mettent du lot pour brouiller les traces ,alors dites vous bien que vous participez à la destruction de cette patrie qui a tellement payé pour son independance .

    N’ath waghliss




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 19 h 47 min - Reply

    cher internaute @Lyes, moi je ne rentre pas dans le profond du profond du problème que tu soulève mais je veux juste dire aux Algériens que mon fils on lui a refusé un nom que ma femme (arabe, je le rappelle) et moi (kabyle) avons souhaité. Cela c’est passé à l’APC d’El Biar bien avant le FIS. L’agent m’a dit qu’il n’accepterait jamais le prénom sauf si on ajoute « Abdelkader » comme premier prénom à celui que je voulais donner à mon fils. Je te jure que c’est vrai. Je t’apprends que je n’ai rien contre Abdelkader, car mon père (il est décédé avant que mon fils naisse) s’appelait lui-même Abdelkader (… pourtant natif d’un village haut perché de la petite Kabylie !). Je te jure que c’est la vérité. Cela s’est passé dans les années 1980. Est-ce une volonté d’effacer Tamazight ?? Mais ma « douleur » dans cette histoire n’est rien du tout par rapport à ce que nous a révélé un ami de Ferhat Mehenni sur ce blog et qui s’appelle @Arezki Aït Iflis, dit le Kabyle emprisonné et torturé à mort par la Sécurité Militaire à cause de son combat pour Tamazight.C’est compliqué tout çà,non !!




    0
  • aldjazairi
    5 juin 2010 at 20 h 05 min - Reply

    Si Farhat MEHENNI a farnchi le pas vers l’autonomie ou une autre forme d’autogouvernance c’est la réussite du régime qui a écarté tous les hommes politiques porteurs d’un projet de société pour tous les algériens.
    N’est il pas aberrant que l’Algérie est encore gouvernée par les éléments du M.A.L.G
    qui ont liquidé et ont fait exiler toute les intelligences de ce pays ( ABBANE, KRIM, KHIDER,KHEMISTI,BENTOBAL, FARHAT ABBES,boudiaf BENKHEDDA, BOUDIAF, CHAABANI, AIT AHMED…..)il ne restait que les hommes qui savent parler aux avions, ceux qui ne différencient pas le masculin du feminin ou le barrage hydraulique et celui dressé par la gendarmerie plus que ca ils présidaient l’Algérie en état d’ivresse avancée .
    Le régime qui a essayé dernièrement de déclencher une guerre avec le MAROC et que SARKOZY a empêché n’hésitera pas de jouer n’importe quelle carte pour se maintenir afin que chaque clan prenne sa part des Milliards de dollars
    En ce temps là le peuple est occupé par la coupe du monde ou par le soin chez les charlatans du « ROUKIA ».
    Pauvre Algérie, les algériennes qui ont mis au monde des brillances assistent aujourd’hui à l’émergence de la débilité mentale où les bedouins d’arabie et les damnés de l’Egypte qui n’ont pas encore tout à l’égout deviennent pour les algériens un exemple à suivre
    Pauvre algérie quand les trottoirs d’Alger se lavaient au SANIBO ces gens là ne savaient même pas c’est quoi un trottoir ,
    mais c’est l’algérie qui a regressé et les autres qui essayent d’avancer
    C’EST LE SORT RESERVE AU PEUPLE QUI TRAHIT LE SANG VERSE POUR LA LIBERTE




    0
  • radjef said
    5 juin 2010 at 21 h 15 min - Reply

    Bonsoir tout le monde.J’aimerais tellement avoir tort Dda Salah…Cela dit, si on refuse de remettre nous mêmes les choses à leur juste place, d’autres viendront les remettre a leur maniere et a leur seul avantage. Il faut en finir avec ces connivences et ces mythes qui servent de source de légitimité à la junte au pouvoir.C’est au nom du premier novembre que la junte nous gouverne depuis plus d’un demi siecle et c’est par les defaillances de ce même premier novembre que les extrémistes veulent imposer leurs lois.

    ==============
    Encore une fois, mon cher Saïd nous parlons des HOMMES sincères qui ont façonné l’HISTOIRE, avec leurs défauts et leurs erreurs. Nous ne parlons pas des bravaches EXCRÉTÉS par l’HISTOIRE qui instrumentalisent cette dernière, se drapant d’une fausse légitimité historique et/ou révolutionnaire et qui ont ruiné l’Algérie.
    Salah-Eddine




    0
  • Zineb Azouz
    5 juin 2010 at 21 h 41 min - Reply

    @ El Haje,
    Je vous adresse ce commentaire et vous prie de me répondre en votre âme et conscience, si Mehenni peut encore mériter votre respect.
    Lorsqu’on défends des causes justes, on n’a pas besoin de se vendre ainsi aux puissances coloniales et à israél en premier.

    « Connaissez vous le JSS, un site modéré par Jonathan-Simon Sellem, journaliste israélien d’expression française ?
    http://jssnews.com/
    Ce site défends les intérêts d’Israël et traque entre autre grâce au FDII (froce de défense d’israèle sur internet) tous les messages pouvant porter atteinte à ce pays et classés bien sûr dans la rubrique antisémite, ce site met à l’honneur Mehenni et EN haut de sa PREMIÈRE PAGE, avec ce massage :

    Ferhat Mehenni : Alger veut livrer la Kabylie à AL Qaïda pour, pense-t-elle, pourfendre le monde occidental, le monde de la liberté.

    Avez vous comme moi la nausée ?
    Attendez un peu, car il y a pire, et le pire n’est pas version que donne JSS de l’attaque contre la flottille avec ce titre et cette vidéo :
    Vidéo: la BARBARIE DES TERRORISTES DE LA FLOTTILLE :
    http://jssnews.com/2010/06/01/video-la-barbarie-des-terroristes-de-la-flottille/

    Accrochez vous, le pire, le summum, le paroxysme et l’inqualifiable se résume aux deux extraits suivants :
    -le premier tiré du discours de Mehenni (01 juin 2010) et repris bien sûr par JSS
    -Le second, tiré d’un article intitulé toujours sur JSS (Les Kabyles laissent un message clair aux journalistes), voir http://jssnews.com/2010/06/03/les-kabyles-laissent-un-message-clair-aux-journalistes/)

    Mehenni :
    » Par ailleurs, nous ne voulons plus qu’au nom du peuple kabyle et dans son dos des alliances secrètes et dangereuses pour la liberté et l’humanité se nouent. Je veux parler de cette alliance tue avec l’Iran, ce pays de Mollahs lancé dans la course à la prolifération nucléaire, menaçant la sécurité internationale et les équilibres des forces stratégiques assurant jusqu’ici une relative paix dans le monde. »

    -Le second, signé Alexandre abel ath Amrouche :
    » Pourtant nous sommes un peuple très ancien, que vous, Européens et Méditerranéens comme nous, vous fréquentez depuis l’Antiquité, si ce n’est depuis le Néolithique ! Comme vous nous avons connu les Grecs anciens et leurs légendes, les Romains et leur joug,les juifs dans leur exil ,que nous avons acuiellis et leur religion est devenue la nôtre,à nous amazighokabyles (bérbéres)juifs, les prémices et la propagation du christianisme, les invasions vandales, byzantines, sarrasines, turques et finalement les vôtres, le joli temps des colonies de vos grands parents… »

    Le meilleur est pour la fin :
    » Pourtant nos compatriotes KABYLES issus de l’immigration sont si nombreux en Europe, particulièrement en France, si discrets et si francophiles, francophones de la première heure, illustres anciens combattants de la Première et Deuxième guerres mondiales, mineurs de fond, OS de Peugeot et Renault, leur progéniture s’est bien distinguée, à l’instar des Zidane, Adjani,achoui,danny boon,mickeil shumacher,jacques villeret,claude zidi,bashung,daniel prevost… et autres ……Nous ne vous laisserons plus falsifier notre histoire plusieurs fois millénaire au profit decelle de la colonisation arabomusulmane. » « 




    0
  • AS
    5 juin 2010 at 21 h 53 min - Reply

    kouchenr l’a bien dit, pour que la france-israel paravccvheve son controle totale sur le maghreb, la gneration des revolutionnaires doit partir, voila ila tenu parole… il faut dire qu’en ce moment, il est comme netanyahu, surement doper a l’afghane… ce gouvernement provisoire, c’est du pain beni pour les ennemis de la france au maghreb




    0
  • Ghani
    5 juin 2010 at 22 h 39 min - Reply

    Azul, Salam tout le monde,

    Je rejoins ceux qui disent que le pouvoir est le seul responsable de tout ce qui a eu comme dérives en Algérie.

    Ferhat Mhenni était un troubadour, chantant la liberté de l’Algérie plurielle (pour qui connaissent ses chefs d’œuvres des années 70 et 80…comment était-il devenu séparatiste ?

    Personnellement, je ne pense pas que le GPK soit plus farfelu que tous les gouvernements de la RADP, et l’actuel qui compte 14 ministres d’une seule « dechra ». Voila un régionalisme officiel qui semble ne pas déranger grand le monde.

    La prise de conscience de beaucoup de compatriotes algériens quant au déni identitaire et la Hogra que subissaient la Kabylie et la langue berbère est venue sur le tard. Ce que dit le Dr Ahmed ROUADJIA sur l’ostracisme qui frappait une composante de notre identité au nom de l’unicité aurait été très pertinent durant les années 80….mais maintenant ca ne l’est plus.

    Ce débat que lance le MAK, très maladroitement avec ses dérives racistes…etc, a le mérite de mettre le projecteur sur une réalité: Notre nation n’est pas cristallisée et elle est encore au stade des slogans et des émotions : le pays des martyrs, Algérie unie et indivisible…etc

    Finalement, à contre cœur, j’aimerais que notre EN se fasse éliminer au premier tour avec des scores lourds, comme ca, on s’en rendra compte qu’une qualification à une coupe du monde ne fait pas renaitre une nation ! Et que les algériens reviennent au réel !

    Merci !




    0
  • Arabuz
    5 juin 2010 at 22 h 40 min - Reply

    Azul, salam et bonsoir.
    De plus en plus je comprends Monsieur Ferhat Mehenni dans sa logique et ce n’est pas qu’il soit bon pédagogue mais parce que ses détracteurs ne sont plus convaincants même plus grave que cela j’assiste à une fuite en avant.
    Je viens de parcourir les infos du jour en notant les interventions de nos deux leaders démocrates Hocine Ait Ahmed et Said Sadi tous deux montrent un optimisme, inaccoutumé, pour une opposition qui ne trouve plus ces marques et cela va en s’empirant( et c’est triste pour moi je ne sais pas pour vous?). En somme, ils ne sont pas convaincu par ce qu’il affirment alors comment convaincre les autres, me semble-t-il. leurs malaise est pareil a celui du funambule à la seconde où il perd l’équilibre.
    J’aimerais rêver d’une Algérie libéré mais je ne peux plus tous les ressors de la société sont cassé. Quant on assiste à ces analyses,aussi subjectives, de personnes érigée en intellectuels.
    Ferhat mehenni est bien réel il existe l’autonomie est une idée qui a de plus en plus d’adeptes et ce n’est pas en se voilant la face comme cela qu’on risque d’apporter du positif pour notre pays.
    Tannemirt.




    0
  • brahmi16
    5 juin 2010 at 22 h 44 min - Reply

    si on laissait Ferhat de coté ,si on s ‘occupait de notre ennemi commun,on ne devrait pas se tromper de cible.Tout cela n’ est que diversion.ce n’ est pas FERHAT MHENNI qui dirige la RADP? alors à quoi bon disserter dans le vide ,A quoi cela peu nous servir, nous citoyens qui vivons dans la precarité et la misere depuis 1962, de parler d’ un hypothetique gouvernement provisoire kabyle?Si quelqu’ un détiens des preuves evidentes, formelles et irrefutables sur l’ identité ,la nature( soutiens, financements, pays, hommes politiques,etc) de ceux qui ont pris cette initiative , qu ‘il nous les livre .Nous prendrons position en consequence.Dans le cas contraire on pourra dire qu’ il s’ agit d’ une machination de gens qui sont opposés à cette initiative.Dans la serenité.




    0
  • Staifi
    5 juin 2010 at 23 h 34 min - Reply

    Monsieur @radjef Saïd,
    Pourriez vous détailler un peu plus, j’appércie vos commentaires et je souhaiterais juste être sur d’avoir bien compris.

    Monsieur @El Haje,
    Pourriez vous répondre à Madame Zineb Azouz, sa question est claire et ses arguments semblent peser.

    Merci à tous.




    0
  • lemgabri
    6 juin 2010 at 0 h 38 min - Reply

    El hadjadj, une sorte de general toufik des Omeyyades avait dit:

    كن ابن من شئت واكتسب أدباً
    يغنيك محمـوده عن النسـب
    إن الفتى من يقول: ها أنـاذا
    ليس الفتى من يقول: كان أبي

    Comme quoi on peut être tyran et sage 😉

    ======================
    Non, il ne s’agit d’El Hadjadj, mais de l’Imam Ali. pas de confusion ! Ne confondez pas entre un tyran et un sage.
    La Rédaction LQA




    0
  • lemgabri
    6 juin 2010 at 1 h 30 min - Reply

    A une certaine époque un grand homme, FERHAT ABBAS, Kabyle de jijel, a était le premier président du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA) de 1958 à 1961, élu, après l’indépendance du pays, président de l’Assemblée nationale constituante devenant ainsi le premier Chef d’État de la République algérienne démocratique et populaire.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/3/36/Ferhat_Abbas.jpg

    Plus de 40 ans après, une sorte de gnome du nom de ferhat, chanteur de profession « raciste, islamophobe, pro-sionistes …. » se prend pour le nouveau ABBAS….de la Kabylie.

    Ne trouvez vous pas que l’histoire a de l’humour !




    0
  • ali
    6 juin 2010 at 3 h 19 min - Reply

    Monsieur Dr Ahmed ROUADJIA, pourquoi vous nous ne faites une analyse sur les partisans de l’ALGERIE ARABE. Ça aussi c’est un bon sujet. Vous devez en faire un, à moins que si vous êtes tête de liste de cette mouvance, là je comprends. Au lieu de dresser les populations les unes contre les autres, faites quelque chose d’utilité publique, comme ça vous participerez à l’édification d’une société tolérante.
    Cordialement Alili




    0
  • Yiwen
    6 juin 2010 at 3 h 36 min - Reply

    @ Zineb Azouz,
    si tu remarques, les réponses existent d’elles-mêmes dans ce que tu as écrit. Pour ne citer que le denier point qui semble te scandaliser: en vertu de quoi un kabyle doit toujours accépter qu’à chaque fois que l’on site un autre kabyle dans ces pays on le catalogue comme arabe et musulman? A ce que l’on sacha, un kabyle n’est pas un arabe et on ne désigne pas quelqu’un par sa religion. Les perses aussi sont spoliés de leur histoire dès qu’on parle de civilisation arabomusulmane, alors que l’essentiel des cerveaux de cette civilisation étaient perses et non arabes comme on se plait à le dire. Bien des choses sont à réviser dans l’histoire…




    0
  • Je trouve que votre analyse ne fait aucune réfernce au programme du MAK | am akken d-inna netta!
    6 juin 2010 at 4 h 14 min - Reply

    […] Je trouve que votre analyse ne fait aucune réfernce au programme du MAK Publié le juin 6, 2010 par akal aberkan Commentaire par El hadj in Quatidien D’Algerie 5 juin 2010 […]




    0
  • est-ce une auto-sensure ? | am akken d-inna netta!
    6 juin 2010 at 4 h 22 min - Reply

    […] est-ce une auto-sensure ? Publié le juin 6, 2010 par akal aberkan N’ath waghliss in Quotidien D’Algerie […]




    0
  • De prime abord, je voudrais préciser qu’un tabou a été brisé sur la question identitaire en Algérie | am akken d-inna netta!
    6 juin 2010 at 4 h 27 min - Reply

    […] De prime abord, je voudrais préciser qu’un tabou a été brisé sur la question identitaire en Algérie Publié le juin 6, 2010 par akal aberkan Lyes in Quotidien d’Algerie 5 juin 2010 […]




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    6 juin 2010 at 9 h 53 min - Reply

    Salam;
    Tout d’abord, je souhaiterai rendre hommage à Djamel Eddine U qui a écrit :
    5 juin 2010 à 2 h 56 min
    (Des vérités fouré par des fausses a fair passer pour vrai.
    Inquietant de voir une certaine classe du calibre d’un professeur academicien algerien citer des arguments pareil, comme:
    « Les islamistes durs et purs qui ont une « dent » contre les kabyles qu’ils jugent « mécréants » trouvent là de nouveaux arguments pour les vilipender au nom du Coran, de l’islam et de l’arabe, « langue du Coran », et d’en appeler, pour les contrer, à la mobilisation des sentiments « patriotiques » et religieux. Les « Arabes » ordinaires empêtrés dans leur conceptions archaïques et dans leurs représentations étriquées de l’identité algérienne, réduite à sa dimension arabo- musulmane, exclusive et intolérante, y trouveront eux aussi de quoi alimenter leurs phantasmes et imaginaires d’une Kabylie « kharijite », et donc imperméable à l’arabité et à l’islam élevés au rang de l’authenticité et de la vertu. »

    Incroyable a lire une tel intrusion de terminologies par le biai d’intellects comme vecteure de transmission de visions susppicieuse, completement errone sur la realite du peuple algerien, de kabyle ou autres fractions de la societe algerienne sous un couvert du soit disant deffenseur de l’unite algerienne et critiqueur du MAK.

    A mediter la profondeur de la crise algerienne qui a infecte meme la classe reflechissante de la societe algerienne.)

    Fin de citation.

    En effet, il est dangereux de laisser passer pareilles inepties, écrites par un professeur supposé ne pas confondre ses « vérités idéologiques », avec les constats qui découlent d’une lecture réflechie des évènements sociaux et politiques qui ont traversé et modelé notre société.

    Et pour cause, n’est-ce point faire un mauvais procès, tout à la fois :
    1.- aux forces démocratiques de notre pays, en assimilant ce courant aux seuls « agitateurs kabyles » en mal de destriers pour pourfendre un « pouvoir » qui flirte avec eux et les instrumentalise, mais ne leur laisse pourtant pas les mains libres, pour éradiquer les Algériens qui se refusent à les suivre dans leurs négation de la sociologie sociale et religieuse de cette patrie et de cette nation en reconstruction ?
    2.- aux courants nationalistes qui loin d’être chauvins et exclusionnistes, ne reflètent pourtant qu’une démarche sereine et saine, pour rassembler autour d’objectifs visibles et objectifs, une société qui doit ou se développer et s’unifier, ou périr et sombrer de nouveau dans l’indivision, le chaos, et enfin la domination, de la part de ces forces avides et cupides, que seules l’appropriation des ressources minérales, agricoles et humaines de notre pays, intéressent ?
    3.- aux conservateurs, pour ne pas dire aux Algériens dont l’Islam est une des constantes dans laquelle ils se reconnaissent, tout comme dans les langues amazighe et arabe, chacune dans sa fonction naturelle, l’une héréditaire qu’il ne faut plus jamais sacrifier à l’aune d’une pseudo unité « nationale » menacée par des forces hétérogènes (manipulées par la France ou d’autres), l’autre, en tant qu’outil de meilleure compréhension de notre religion, et surtout de retour à notre histoire, voire, de continuité de notre histoire, tout au moins, dans ses 15 siècles, qui ont vu l’Islam, adopté et non point « imposé », quoiqu’en disent les chantres de la « berbérité judaïsée », qu’a bien référencée notre soeur Zineb Azzouz qui cite, les « amis de Ferhat Mhenni » et son courant:
    Mehenni :
    » Par ailleurs, nous ne voulons plus qu’au nom du peuple kabyle et dans son dos des alliances secrètes et dangereuses pour la liberté et l’humanité se nouent. Je veux parler de cette alliance tue avec l’Iran, ce pays de Mollahs lancé dans la course à la prolifération nucléaire, menaçant la sécurité internationale et les équilibres des forces stratégiques assurant jusqu’ici une relative paix dans le monde. »

    -Le second, signé Alexandre abel ath Amrouche :
    » Pourtant nous sommes un peuple très ancien, que vous, Européens et Méditerranéens comme nous, vous fréquentez depuis l’Antiquité, si ce n’est depuis le Néolithique ! Comme vous nous avons connu les Grecs anciens et leurs légendes, les Romains et leur joug,les juifs dans leur exil ,que nous avons acuiellis et leur religion est devenue la nôtre,à nous amazighokabyles (bérbéres)juifs, les prémices et la propagation du christianisme, les invasions vandales, byzantines, sarrasines, turques et finalement les vôtres, le joli temps des colonies de vos grands parents… »

    Fin de citation

    Serait-on donc, ce peuple chez qui l’absurde le dispute à l’irrationnel ou à la cécité politique ?
    Non, évidemment, les Algériens ne se veulent les fantassins ni de l’Occident croisé ou impérialiste au service du sionisme messianique, car ils ne veulent point être ces dindons de la farce du 8 mai 1945, qui signifiat pour les uns « la Victoire » et pour eux « les massacres » et le retour à la case « INDIGENES », ni ils se veulent les « dhimmis » des néo-baathistes, qui au risque de commettre un anachronisme historique, se sont soulevés derrière l’émir amazighe Koceyla, contre Okba Ibn Nafi’a, « héros » pour certains, escalavagiste pour la majorité des Algériens, qui étaient et observaient alors, l’Islam, n’en déplaise aux thuriféraires de l’islam arabe, au dépens de l’Islam tout court, religion d’Allah, pour l’Humanité.

    Ce sont ces thuriféraires d’une vision scandaleuse de l’Islam, qui ont fait le lit des secessionistes Kabyles, travaillés au corps par les Evangélistes, les pères blancs ou ce qu’il en reste de leurs idéologies à la croisée des chemins avec le colonialisme des 3M (marchand, militaire, missionnaire).

    L’Unité nationale, passe par la démocratisation de notre société, par la remise au peuple souverain de son droit citoyen, et par conséquent de son droit de contrôler ceux qu’il désigne et non ceux qu’on « lui désigne » pour les plébisciter…

    La « remise au peuple », là repose le problème; car une société dominée, ne peut attendre qu’on lui remette les clefs volées et le pouvoir usurpé.
    Le peuple, à défaut de mériter d’être GHACHI, se doit d’imposer son vouloir, et les moyens pour le faire, sont mulptiples, et ses élites se doivent, non point de se cantonner comme le fait placidement le cher Rouaidjia, et nous tous au demeurant, mais d’être offensives et porteurs d’un projet et de moyens efficients et concrets pour l’atteindre.

    En effet, les masses, ne suivent que lorsqu’elles voient et constatent qu’on leur offre un projet crédible, porté par des hommes et des femmes dont les valeurs sont induscutables et rassembleures de tous les Algériens et non d’une minorité dont les pieds sont en Algérie, et les têtes en Europe-Amérique ou au Moyen Orient.




    0
  • Zineb Azouz
    6 juin 2010 at 10 h 49 min - Reply

    @Yiwen,
    C’est vrai que la France fait ce genre de confusions entre arabes et kabyles, et ce, depuis la déportation de ces derniers et même bien avant, elle leur a d’ailleurs réservé comme les arabes, des chaînes solides et les mêmes tenues blanches (gandoura, cheche).
    Et dans cages des bateaux même le capitaine utilisait le terme « arabes » pour balancer les corps de ceux, parmi les kabyles qui n’avaient pas survécu, pas à cette injustice ethno-historique, mais à la faim.

    Revenons au texte de Mehenni, ce qui est choquant et qui semble vous échapper, ce n’est pas le fait que Mehenni aille pleurer en France pour leur dire (S’il vous plaît, appelez nous par notre vrai nom, des Kabyles !) C’est le fait de se rabaisser à ce point à décrire l’occident comme le monde qui défends les libertés, et l’ran des mollahs comme celui qui risque de déstabiliser cet Eden qu’est le moyen orient en particulier, au moment où dans le monde entier la thèse d’El Quaida es revue, le nucléaire israélien est dénoncé et les images de la flottille hantent toujours le monde réellement libre.

    Votre obsession à être reconnus comme Kabyles et kabyles seulement dans une France où des milliers d’immigrés (Kabyles en majorité) meurent à petit feu, avec moins d 400 Euros par mois dans des foyers infectes, me donne la nausée, et j’ai presque envie de vos souhaiter bon courage, vous êtes déjà au bord du précipice de la déchéance.
    Aucune conscience libre, de l’Amérique latine, en passant par l’Europe, l’Afrique et jusque dans certains milieux israéliens ne peut vous respecter.

    ZA




    0
  • lemgabri
    6 juin 2010 at 12 h 12 min - Reply

    @La redaction de LQA, je fesais référence a une histoire connu d’El Hadjadj:

    حُكي أن الحجاج أمر صاحب حراسته أن يطوف بالليل، فمن وجده بعد العشاء ضرب عنقه، فطاف ليلة فوجد ثلاثة صبيان يتمايلون وعليهم أثر شراب الخمر، فأحاط بهم وقال لهم: من أنتم حتى خالفتم الأمير؟

    فقال الأول:

    أنا ابن من دانت الرقاب له..
    ما بين مخزومها وهاشمها.،

    تأتي إليه الرقاب صاغـرة..
    يأخذ من مالها ومن دمهـا!!

    فأمسك عن قتله، وقال: لعله من أقارب أمير المؤمنين.

    وقال الثاني:

    أنا ابن الذي لا ينزل الدهر قدره..
    وإن نزلت يوماً فسـوف تعـود.،

    ترى الناس أفواجاً إلى ضوء ناره..
    فمنهـم قيـامٌ حـولهـا وقعـود!!

    فأمسك عن قتله، وقال: لعله من أشراف العرب.

    وقال الثالث:

    أنا ابن الذي خاض الصفوف بعزمه..
    وقومهـا بالسيـف حتى استقامـت.،

    ركابـاه لا تنفـك رجـلاه منهـما..
    إذا الخيل في يوم الكريهـة ولـت!!

    فأمسك عن قتله، وقال: لعله من شجعان العرب.

    فلما أصبح رفع أمرهم إلى الحجاج، فأحضرهم وكشف عن حالهم، فإذا الأول ابن حجام، والثاني ابن فوال، والثالث ابن حائك، فتعجب الحجاج من فصاحتهم وقال لجلسائه: علموا أولادكم الأدب، فو الله لولا الفصاحة لضربت أعناقهم، ثم أطلقهم الحجاج وأنشد يقول:

    كُنْ ابنَ مَنْ شِئْتَ وَاكْتَسِبْ أَدَبَاً..
    يُغْنِيكَ مَحْمُودُهُ عَنِ النَسَبِ

    إنَّ الفَتَى مَنْ يَقولُ: هَا أنَا ذا..
    ليسَ الفَتَى مَنْ يَقُولُ كَانَ أبِي

    El Hadjadj un sage tyran 🙂




    0
  • BRAHIM
    6 juin 2010 at 12 h 18 min - Reply

    Chère @Zineb Azouz, je vais t’avouer une chose. Je rappelle que je suis un kabyle marié à une arabe. Ma femme est fière d’être une arabe (elle aime bien çà et çà lui fait du bien) et moi je suis fière d’être kabyle (et çà me fait du bien). Quand mes beaux parents parlent de moi à d’autres personnes ils disent « kebaîli » et mes parents quand ils parlent de ma femme ils disent : »tsarabth ». Je n’ai aucun complexe à dire que je suis ALGERIEN kabyle et elle je suis ALGERIENNE arabe. Personne ne peut se « fondre » dans l’arabe seulement ou le kabyle seulement. Mais par contre on est « fondu » dans l’’AGERIANITE qui synthétise la notion de terre, de diversité culturelle et de nationalité qui est un concept multiforme qui consacre l’appartenance d’un groupe de personnes à une nation culturelle ou politique historiquement déterminée et qui a la volonté d’exister et de vivre ensemble. Je sais que c’est « choquant » chez un arabe algérien d’entendre d’un autre algérien dire « je ne suis pas arabe mais kabyle » mais c’est ainsi. Par ailleurs, la seule grande question que je me pose c’est de savoir pourquoi la « question kabyle » soulève autant de « passion » et d’intéressement?




    0
  • lemgabri
    6 juin 2010 at 12 h 29 min - Reply

    L’Algérie face à l’irrésistible poussée autonomiste Kabyle
    (4 juin 2010)

    « Ecrit par Samuel Benshimon, qui a travaillé comme analyste au sein de l’armée israélienne pendant plus de vingt ans avant de la quitter en 1999 avec le grade de Lieutenant Colonel. Spécialiste des questions de prolifération et des risques de sécurité en Afrique , il a fondé GIC CONSEIL en 2001 et se consacre à ses missions de consultant depuis  »

    Issu de la matrice du M.A.K (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, créé en 2002 suite au printemps noir de Kabylie), le gouvernement provisoire est une incarnation de la revendication autonomiste Kabyle, régulièrement contrée par l’état algérien. Face à ce que le pouvoir considère comme une potentielle menace sécessionniste, toute la palette du savoir-faire en opérations psychologiques –pratique dans laquelle excellent les services secrets algériens- a été exploitée : création de factions dissidentes au sein du M.A.K, mobilisation de journalistes « amis » à l’international, tentatives d’infiltration des instances dirigeantes du groupe autonomiste ou encore opérations de désinformation à travers la presse liée au D.R.S (Services de Renseignement Algériens). Cette dernière accuse régulièrement les autonomistes kabyles et plus particulièrement le M.A.K d’être soutenus par Israël, les Etats-Unis, la France, ou encore le Maroc.

    Il faut dire que le dossier kabyle constitue une source de préoccupation croissante pour la technostructure algérienne, qui croyait avoir donné suffisamment de gages de sa volonté d’ouverture, Abdelaziz Bouteflika se mettant en première ligne pour négocier avec les leaders kabyles. Le Président est ainsi allé jusqu’à concéder la création d’une chaîne de télévision dédiée inaugurée en grande pompe en 2009. Seul hic, personne ne semble regarder la chaîne 4 « tamazight TV », lui préférant la française « Berbère TV » reçue par satellite dans toute l’Algérie.

    La position des services secrets algériens sur la question amazirte serait quant à elle plus complexe, le chef du D.R.S, le général de corps d’armée Mohammed Médiène « Toufik » étant lui-même d’origine kabyle et serait plutôt enclin à conserver plusieurs fers au feu afin de se ménager une marge de manœuvre –voire de négociation- avec les leaders du G.P.K. Ainsi, bien que la surveillance des activités du M.A.K et du G.P.K aurait été très fortement intensifié depuis l’annonce de la création du gouvernement provisoire le 21 avril dernier, « Toufik » aurait confié à son adjoint en charge des opérations extérieures (DDSE), le Général Major Rachid Lallali, la délicate mission de mettre en place un canal « discret » de discussion avec les autonomistes afin de sonder leurs intentions. Méfiant par nature, le chef du D.R.S a néanmoins doublé sa démarche en confiant à l’un de ses collaborateurs le plus proche la lourde tâche de prendre langue avec Ferhat Mehenni lui-même, et d’obtenir de lui la dissolution du Gouvernement Provisoire Kabyle, « à n’importe quel prix »…




    0
  • brahmi16
    6 juin 2010 at 13 h 10 min - Reply

    Que ceux qui diabolisent le MAK nous fournissent des preuves tangibles de l’ implication d’ etrangers, qu’elles soient materielles , financieres ou autres ,mais du concret,svp. Tout ce qui est nouveau et qui boulverse l’ ordre etabli, fait peur.cela ne sert à rien d’ extrapoler ou de faire des metaphores s ‘il n existe que a priori ,hypotheses ou supputations.




    0
  • Abdelmalek
    6 juin 2010 at 13 h 39 min - Reply

    Bonjour à tous,
    A mon humble avis cette thèse ne tient pas bien la route. L’essentiel de l’argumentaire de notre professeur est basé sur une affirmation qu’il faudra d’abord soigneusement vérifier : à savoir que le mouvement berbèriste (aujourd’hui kabyliste) tient ses racines de la nostalgie de l’Algérie française. Or je crois que l’on connait très bien l’engagement de la Kabylie à mettre fin au système de l’Algérie française. Ferhat Mhenni ou Nordine Ait Hamouda sont des fils de Chahids quand même.




    0
  • MH99
    6 juin 2010 at 17 h 33 min - Reply

    By MH99,

    Bonjour,

    Le contenu de l’article signe Dr ROUADJIA (dont les contributions originees de la ou il se trouve, dans un environnement.. et avec entourage…) meritent d’etre saluees.

    Dans son article [ou certains paragraphes ont ete repris/analyses par des internautes] Dr ROUADJIA [quoique possiblement avec une description & analysis pas a 100% exactes: no one is able to yield a perfect description/analysis of the situation: Viser la perfection est bon sans qu’il soit necessaire de trop chercher des nano-poux sur des tetes de profs (du passe/present/futur?) « quelques uns reconnus par leurs pairs de la communaute internationale/pas uniquement par des/sur des forums ephemeres ou non » ou non-profs/ou homo-sapiens reconnus ou non par/sur des forums dans le passe/present/futur?.
    c.a.d chercher consciemment?/ou inconsciemment? des nanos-poux serait du time-consuming « pouvant deboucher sur le genre?: qui se nourrit trop de grec et de latin meurt de faim « , temps pouvant etre utilise efficacement/ne serait-ce que pour arriver a produire les ingredients de sa propre nourriture sans importation, ou tout simplement fabriquer une aiguille/pas jusqu’a un micro-processeur: ingredient servant a envoyer des mails « amplifies ou non par de la rhetorique sinueuse ou directe.. », etc….], Dr ROUADJIA ne fait que decrire [pas avec 100% d’exactitude: comme ecrit ci-dessus/ no one is perfect] la realite du social et quotidien concret Algerien « et de sa pensee »[vecu/connu par la globalite, universitaire ou non] en Algerie.

    Salutations,
    et a bientot dans quelques semaines [job & conf. obligent] : Sur cette terre devenue village.

    MH99




    0
  • Adel
    6 juin 2010 at 18 h 22 min - Reply

    Ces dernières semaines, il a beaucoup été question sur LQA d’Arabes, de Kabyles et de Palestiniens.

    Je sais que pour beaucoup d’Algériennes et d’Algériens de mon âge – qui ont dépassé le cap de la cinquantaine –, la Palestine est une partie de la Patrie arabe, «el watan el ‘arabi», occupée par les sionistes. Qui ne se souvient de Yasser Arafat, Georges Habach ou Nayef Hawatmeh sans éprouver un serrement de cœur? C’est un fait incontestable que la Palestine est aujourd’hui le symbole de la déchéance des Arabes, la preuve vivante de leur impuissance. Chaque jour qui passe apporte son lot d’humiliations et aucune lueur d’espoir à l’horizon. Mais en y regardant de plus près, j’en suis arrivé à me poser la question suivante : qui mérite le plus qu’on pleure sur son sort, le peuple palestinien ou le reste des Arabes? Ceux qui ont des dirigeants élus démocratiquement et qui luttent avec le peu de moyens dont ils disposent contre l’occupant, ou bien ceux qui courbent l’échine depuis des décennies, acceptant sans broncher le joug de régimes despotiques?

    Kabyles et Arabes. Ainsi étaient désignées les populations autochtones d’Algérie par les auteurs français, du temps de la colonisation. Crise «berbériste» de 1949 au sein du MTLD, Printemps Berbère de 1980, proclamation du GPK par le MAK en 2010: trois dates, trois évènements qui ont vu le douloureux retour du refoulé à la conscience de la nation algérienne. Qui sommes-nous? Des Berbères dont la majorité a été arabisée? Des Arabo-berbères? Des Berbères et des Arabes qui vivent sous le même drapeau? Qui pourra, étant donné le silence tonitruant de nos anthropologues et de nos historiens, nous dire la vérité pour que nous puissions enfin vivre en paix? La liste de nos revendications est longue et, en attendant que nos «gouvernants» fassent amende honorable ou cèdent la place, le MAK se porte volontaire pour mener la Kabylie vers la Terre Promise de la démocratie et de la dignité retrouvée. Un pétard mouillé? Un autre coup fourré du DRS? On le saura bien un jour, mais Ferhat Mehenni devrait quand même compulser les statistiques sur l’emploi en Kabylie, car il me semble que beaucoup de nos compatriotes du Djurdjura et de la Soummam gagnent leur (maigre) croûte aux côtés de leurs frères et sœurs des autres régions d’Algérie, là où il y a encore du travail – au Sud ou dans les quelques complexes encore en vie. La réalité économique est souvent difficile à contourner.

    Quel est le rapport entre les Arabes, la Palestine et le MAK, me direz-vous? C’est encore et toujours la démocratie et l’État de droit. Qu’il s’agisse de la Kabylie, de l’Algérie, du Maghreb ou du Monde Arabe, c’est l’absence de démocratie qui bloque toute la machine. Tous ces émirs, ces roitelets et ces présidents à vie qui nous empoisonnent l’existence et que nous traînons comme des boulets, ces dinosaures dont les cerveaux ne produisent plus que des idées périmées, ainsi que les États policiers qu’ils ont mis en place et qu’ils maintiennent artificiellement en vie envers et contre toute logique, finiront bien un jour ou l’autre par s’effondrer dans un immense fracas. Ce jour-là, le soleil se lèvera enfin et, de l’Atlantique au Golfe, des citoyens libres et égaux en droits et en devoirs se mettront en marche pour édifier, sur les ruines de l’ancienne nation arabe mythique, de nouveaux ensembles régionaux au sein desquels tout homme et toute femme, quelque soit son origine ethnique ou sa langue, aura le droit de dire son mot et de choisir, selon les règles de la démocratie véritable, ce qu’il estime être le mieux pour lui. Les Palestiniens pourront alors réellement compter sur le soutien de leurs frères et sœurs Arabes.




    0
  • Nazim
    6 juin 2010 at 19 h 12 min - Reply

    Je pense (eh oui ça m’arrive!) qu’il y-a 2 façons d’appréhender cette question du MAK: soit tel que cela semble être le cas un peu partout (y compris chez LQA) en nous entredéchirant, en restant bien enfermés dans nos idées et nos croyances acquises au siècle dernier ; soit en privilégiant le dialogue et en nous ouvrant les uns aux autres pour mieux se rapprocher comme cela se fait un peu partout dans le monde, en ce siècle qui va bientôt entamer sa 2ème décade. Dans le premier cas, cette histoire de MAK va au mieux être un os que nous rongerons avidement et qui nous occupera longuement (devinez à qui cela va profiter) et, au pire elle aggravera nos incompréhensions mutuelles, ainsi que nos divisions et nos rancœurs, pour nous pousser à de vrais massacres. Dans le deuxième cas, nous apprendrons à découvrir notre « frère », à mieux nous connaitre nous-mêmes et finalement à mieux nous accepter réciproquement pour mieux faire face à l’adversité (les pires adversaires étant l’ignorance et l’entêtement suicidaire). Alors chers amis de LQA, on pourrait peut-être changer de musique et passer à des sujets autrement plus productifs comme : le dialogue, la tolérance, la liberté et le libre-choix.




    0
  • Zineb Azouz
    6 juin 2010 at 20 h 26 min - Reply

    @Monsieur Brahim,
    Je vous crois volontiers et suis heureuse pour vous, mais je pense que je ne me suis pas fait comprendre.

    Il y a des distinctions qui n’ont pas de sens parce que inutile hors de leur contexte, Pensez vous que la distinction entre Mohaned le Kabyle et Mohamed de chlef ait un sens à l’arrivée d’une embarquation de Harraga ou dans un foyer d’immigrés ou encore dans un quelconque maquis en 1956 ?

    Par contre, et je vous le concède, je n’ai pas à me fondre n’importe où et n’importe comment. A l’étranger je me présente comme Algérienne, et si je suis avec des personnes qui s’intéressent à ma région, évidement je dis que je suis Chaouia, que nous cultivons l’amour de la terre, du blé, de l’orge et que nous ne mangeaons que la viande de mouton, et que bien sûr, nous parlons une langue très ancienne.
    Avec un oriental, je n’en fais pas une priorité, mais de prime abord je suis africaine, cela coule de source.
    Ce qui me révolte, c’est de voir, qu’en France certaines personnes se présentant comme Kabyles pensant surtout et avant tout susciter plus de respect que pour le bougnoule ordinaire.
    En France je suis Africaine, Arabe et je suis fière de représenter tout ce qui dérange la conscience des oppresseurs, et lorsque je veux pousser la provocation, je dis que je suis originaire des Aures, en sachant très bien que ce mot est très connoté.
    Laisse moi vous raconter une anécdote :
    Lors d’un séminaire en France, j’arrive un peu en retard, alors qu’une dame avait déjà commencé son exposé, je demande à un professeur à côté de moi s’il connaît la personne et surtout l’université et le labo. où elle a préparé le travail, et là il me dit : (elle est Kabyle !), ce à quoi je réponds, et vous je suppose que vous êtes Celte, n’est ce pas ? (je me suis hasardé à cause de son teint et de sa barbe) il murmura un peu avant de me dire eh !oui, comment l’avez vous su ? mais je suis professeur à l’uiniversité de Lyon.
    A la fin de l’exposé, il a voulu s’expliquer, et je lui ai répondu que, comme il ne trouvait pas normal que je le présente comme un celte à ce séminaire, il était évident que moi aussi je trouvais déplacé qu’une Algérienne qui prépare une thèse à Lyon ou Paris soit présentée d’abord comme Kabyle et par un Français.

    J’espère cher @Brahim que je me suis mieux expliquée.

    ZA




    0
  • BRAHIM
    6 juin 2010 at 22 h 15 min - Reply

    OK chère @Zineb Azouz, je comprends très bien ce que tu veux dire mais j’ai aussi entendu, dans leur discussion avec des français, certains algériens non kabyles dire je suis oranais (au lieu d’Algérien), je suis Sétifien (au lieu d’Algérien) etc… etc… , pourquoi quand un kabyle dis je suis kabyle (au lieu d’Algérien) cela dérange tant. C’est çà la vraie problématique. Toi-même pour taquiner les français, tu leur dis je suis des Aurès ! Alors, pourquoi quand c’est un kabyle qui s’exprime çà prête toujours à équivoque et quand c’est des algériens non kabyles qui s’expriment c’est parole « révolutionnaire ». Puisse que tu vis en France, regarde bien autour de toi, et tu constateras que ce que tu dis de certains kabyles est aussi vrais de certains non kabyles. Tu peux me croire. Pense-tu vraiment que tous les kabyles (sans exception) sont les mêmes dans leur rapport et leur comportement avec la France ? Attention à la généralisation. Pour moi l’exception ne doit pas être généralisée à l’ensemble, voilà tout ! Je connais beaucoup de nos compatriotes algériens non kabyles qui ne veulent plus entendre parler du mot « algérien ». Ce n’est pas une exclusivité kabyle. La cause est ailleurs et ce n’est pas à une personne comme toi que je vais donner des enseignements sur les algériens qui ont quitté leur pays pour une raison ou pour une autre. A bientôt sur le net. Le combat continue !




    0
  • Rabinho
    6 juin 2010 at 23 h 09 min - Reply

    Vous pouvez parler et débattre comme ça pendant 1000 ans , sachez que vous êtes sans aucun effet et vous n’aboutissez à rien !
    Vous ne faites que rabâcher sans pour autant toucher l’essentiel de l’appel du 19 MARS !
    Certes les intellectuels sont d’une très grade importance pour diriger et guider une révolution , mais pacifiquement cela relève de l’irréel et de la pure utopie !
    Si vous voulez vraiment un changement radical de ce système pourri , il n’y a qu’une solution et pas deux ! C’est la désobéissance populaire et une révolution, il faut le dire en toute honnêteté , ou des œufs doivent êtres cassés ! Sinon en dehors de cette solution vous ne faites que mentir à vous mêmes !
    C’est une lourde tache , j’en suis conscient , de lancer un tel discours , mais au moins réaliste , logique et plein de bon sens !

    En tant que vous êtes , vous manquez de courage et vous n’aimez pas endosser la responsabilité , vous ne faites que jouer sur les alentours du sujet en se racontant des sottises et en aucun cas votre sens raisonnable , réaliste et rationnel ne prenne le dessus sur votre peur et votre incertitude idéologique !

    Les intellectuels et les universitaires sont des personnes très peureux ne se bagarrent jamais dans toute leur vie ! Par essence ils ne cherchent que les solutions pacifiques dans tous les domaines ! Ils n’ont connu que ça et par conséquent ils ne feront jamais peur à quiconque !

    Votre démarche est fausse si vous ne faites pas appel à la volonté populaire et le soutien du peuple pour la cause qui nous réunit et qui est commune !
    Par votre manière d’agir , vous vous isolez dans votre cadre intellectuel et creusez une large faussée entre vous et la masse populaire !
    Vos discours , vos langages , vos sujets ne permettent pas de toucher le large public modeste , et par conséquent fait une discrimination entre universitaire et masse populaire ! Vous demeurez seuls , isolés et sans effet aucun !

    Il faut prendre son courage à deux mains et dépasser ce stade de pacifistes universitaires !

    Il faut être ; AFFREUX , SALES ET MÉCHANTS




    0
  • ouz
    7 juin 2010 at 1 h 25 min - Reply

    Très chers compatriotes
    Avant de parler de la kabylie, je voudrai passer un petit mot @Zineb Azouz qui n’arrête pas d’insulter la France, si ça ne vous plait pas de vivre en France alors rentrez chez vous et passez votre thèse ou votre doctorat dans une université algérienne. Pourquoi vous été toujours dans la rhétorique de haine envers les juifs alors que plus de 90 % des émigres qui travail en Europe surtout en Angleterre c’est des juifs qui leurs donnent du travail. pour vous les problèmes en palestiniens passent avant ceux des algeriens c’est votre choix et je le respect.
    maintenant parlant un peut sérieusement du sujet qui est « la Kabylie », moi étant un berbère kabyle, je suis pour une autonomie de la Kabylie.
    pourquoi?
    Car il y a des divergences de principes entre les deux peuples impossibles à surmonter par exemple :
    De 1954 à 2010 toutes les revendications démocratiques pour l Algérie sont venues de cette région et elles n’ont jamais étaient suivies par le reste du pays à part 88 par les Kabyles d’Alger, donc pourquoi condamné tout un peuple a s auto détruire ,comme les élections qui ont donnés le FIS vainqueurs dans toutes les régions d’algerie à part en Kabylie donc le destin de l Algérie n’est pas lier a celui de la kabylie
    Pour tous les algeriens dits arabe, l algerie est arabe de sa religion est l islam avec plusieurs dialectes parlés par sa population, alors que pour les kabyles l algerie est algerienne ou toutes les religions sont acceptées (et même le bouddhisme) et sa population parle plusieurs LANGUES (non pas dialectes)…
    J espère ne pas être censuré
    à bon entendeur




    0
  • lemgabri
    7 juin 2010 at 1 h 25 min - Reply

    Ah les tests ADN !!

    Y’aurait beaucoup de déception ….14 siècles de cohabitation et certains pensent sérieusement être arabes, kabyles ou chaouis ….

    De nombreux Espagnols sont d’origine arabe ou juive

    Plus de 500 ans après la fin de « la reconquista », les traces de la présence arabe et juive dans l’Espagne d’aujourd’hui sont très nombreuses, surtout dans le sud. Une étude rapportée par The Times montre que de très nombreux Espagnols ont des origines maures ou arabes.

    Un Espagnol ou Portugais sur cinq a des origines juives et un sur dix a des origines maures, selon une enquête portant sur l’ADN des habitants mâles de la péninsule ibérique, rapportée par le journal The Times. « Cette forte proportion indique un niveau élevé de conversions volontaires ou forcées au moment de la reconquête du sud de l’Espagne par les chrétiens », a expliqué Mark Jobling de l’université de Leicester.

    Les descendants de ces Arabes ou Juifs ont finalement été intégrés dans la société espagnole au fil du temps.

    Au XIIIe siècle, le sud de l’Espagne et une partie du Portugal ont été occupés par les Arabes. Vers 1470, les Espagnols chrétiens ont lancé la reconquête de toute la péninsule ibérique et ont chassé les derniers occupants de Grenade en 1492. Les juifs et musulmans restés en Espagne ont ensuite dû se convertir. L’Inquisition a ensuite persécuté les récalcitrants.

    Une étude similaire au Liban a montré que de nombreux Libanais portaient en eux des chromosomes européens, un lointain héritage des Croisés.

    source: rtbf.




    0
  • lemgabri
    7 juin 2010 at 1 h 37 min - Reply
  • Yiwen
    7 juin 2010 at 2 h 28 min - Reply

    A Zineb Azouz,

    Vous avez l’air d’être allergique au fait qu’un kabyle se dise kabyle, et ceci se transforme en crise d’urticaire si c’est un non kabyle qui parle de quelqu’un en mentionnant qu’il est kabyle. A ma connaissance il n’y a pas de lois qui disent qu’ici il faut dire que vous êtes ceci et là vous pouvez dire que vous êtes cela. Il ne faut pas réfléchir longtemps pour comprendre que si un kabyle revendique sa kabylité, c’est qu’avant out il est nié dans celle-ci en Algérie, pays qu’il est sensé considérer comme sien. Inutile d’étaler la liste faisant apparaître les multiples points où il est nié dans sa kabylité en particulier et son amazighité en générale ; je suppose que vous la connaissiez et je suppose aussi que vous faites mine de ne pas l’avoir en tête au vu de tous ce que vous dites.

    Pour revenir à Ferhat, il ne se rabaisse pas, il dit à mon sens ce qui est évident. Question liberté, c’est bien en occident qu’on la trouve et non en Iran et pas non plus dans ces pays qui se disent arabo-musulmans. Là-dessus, c’est vouloir cacher le soleil avec un tamis que de le nier.

    Pour la question du nucléaire iranien, on tombe souvent dans l’idée que c’est un droit pour ce pays d’avoir une bombe atomique, mais ce n’est pas aussi simple que ça. Bon nombre des pays du Golf, dont l’Arabie Saoudite en tête, soutiennent Israël dans sa démarche à vouloir à tous prix empêcher l’Iran d’avoir cette arme. Ils savent bien qu’Israël ne sera pas la seule cible de ce pays, ça leur tombera dessus plus vite qu’ils ne mettront de temps à s’en apercevoir. Ça sera alors à la puissance perse qu’ils vont avoir affaire et en toile de fond l’expansion du shiisme au détriment du sunnisme. Ça les fait flipper au point même d’avoir des déclarations officielles soutenant Israël dans ce sens. L’acquisition de l’arme nucléaire par l’Iran obligera la communauté internationale à réviser toute la géopolitique de la région et des régions périphériques et ce jusqu’en Algérie. Par exemple, on n’aura pas seulement affaire au wahhabisme financé par les pétrodollars saoudiens, mais aussi aux courants radicaux du shiisme financé par l’Iran nouvellement tout puissant. L’Irak, quant à lui, après le départ d’oncle Sam, glissera subrepticement sous le shiisme et les pectoraux iraniens. En résumé, c’est un nouvel ordre qui se créera dans la région dont les conséquences sont facilement prévisibles mais difficilement maîtrisables.

    Pour revenir à notre soif d’être reconnu en tant que kabyle, elle découle ni plus ni moins du sentiment de notre négation en Algérie qui lui est proportionnel. Libre à vous d’estimer qu’on est au bord du gouffre et du précipice, cela n’engage que vous. La Kabylie tente au moins de relever sa tête ; par contre, l’Algérie, avec la politique qu’elle mène depuis 1962, l’a suffisamment enfoncée et la mène aux profondeurs de l’abîme. Et je suis plutôt ravi que la Kabylie refuse de participer à ce crime.

    Ne tentez pas de généraliser en citant un kabyle vivant dans un foyer avec 400 euros par mois et en plus ces 400 e lui suffisent à vivre. Ce qui est par contre général, c’est un citoyen algérien qui même avec 40000 da, n’arrive pas à subvenir à ses besoins jusqu’au 15e jour du mois. On ne cherche pas à ce que l’orient ou l’occident nous respecte, l’important avant tout c’est qu’on se respecte soi-même et cela passe en premier lieu par notre attachement à ce qui fait notre différence à travers les nations, c’est-à-dire notre identité. En suite le respect des autres, si on n’est pas respecté, viendra de lui-même.




    0
  • Djarkah
    7 juin 2010 at 2 h 42 min - Reply

    Salam
    Mlih mais Wallah 3yina, le jour où chaque algérien aura son propre arbre généalogique pourra prétendre à une quelconque appartenance, le régionalisme circule dans les veines de l’algérien,,,malheureusement tout est lié à cette sale tradition discriminatoire, je n’ai pas pu tout lire et je suis certainement hors sujet ….
    une grande majorité d’intellectuels et d’universitaires algériens connaît ce système corrompu, mais il faut attendre pour l’éliminer, faut pas s’acharner sur nous madame, surtout si tu ne vis pas en algérie, on fait de notre mieux et franchement il nous faut un autre Hadjadj pour nous gérer. pour que ça marche -à mon humble avis- il faut cesser d’émigrer, oublier la langue française et laisser de côté le pétrole.
    welina mendeba me nesel’hou la lel zef la lel def.
    sahitou les djeunes




    0
  • Djarkah
    7 juin 2010 at 2 h 49 min - Reply

    nsit
    que dire de l’égoïsme? ça existe même dans la circulation, une simple pénurie déclenche tout un processus de m3aref, et pas de tahlab.
    la dernière fois j’ai dénoncer un voleur dans un bus et c’est la majorité qui m’a pris pour un téméraire.
    El Tasfiyah We Tarbiyah




    0
  • batni
    7 juin 2010 at 4 h 13 min - Reply

    Mes respects Mme Zineb Azouz,
    Pouvez-vous me dire Madame pourquoi les habitants de la Tunisie, du Maroc, du Liban, de la Cote-d’ivoire et du Zimbabwe se présentent respectivement Tunisien, Marocain, Libanais, Ivoirien et Zimbaween, alors que vous, Algérienne et fiere de l’être, vous vous presentez Africaine et Arabe mais jamais Algérienne?.
    Croyez-moi Madame, c’est le seul peuple au monde qui se présente de cette facon. Je me demande pourquoi cette haine de soi?.
    Moi aussi Madame je serais irrité si lors d’un seminaire vous vous presenter comme Africaine et Arabe et non pas comme Algérienne.

    Mes respects Madame,




    0
  • mario
    7 juin 2010 at 7 h 40 min - Reply

    Empêché d’intervenir dans un séminaire : le P/APW de Tizi Ouzou dénonce « un cas de censure »
    Imene Brahimi

    Le président de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi Ouzou a été empêché, dimanche 6 juin, de prendre la parole lors d’un séminaire sur l’environnement organisé par l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Dans une déclaration intitulée « halte à la censure », Mahfoud Belabbas dénonce « vigoureusement (des) pratiques télécommandées et destinées à m’empêcher d’exprimer une nouvelle fois notre détermination à faire face aux manœuvres d’isolement qui frappent notre wilaya ».

    « Invité officiellement, en ma qualité de P/APW, à l’ouverture du séminaire national sur l’environnement organisé par l’université de Tizi Ouzou, je m’étais naturellement préparé à prendre la parole, le sujet étant d’actualité et mobilise la population de la Kabylie, surtout après le scandaleux blocage par le ministère des Affaires étrangères du projet du PNUD destiné à notre région », rappelle l’élu du RCD qui déclare que « les organisateurs, sans doute sur injonction d’Alger, ont choisi de m’empêcher d’intervenir ».

    Pour le responsable de l’assemblée régionale, « ces pratiques d’une époque qu’on croyait dépassée ne nous dévieront jamais de nos responsabilités et engagements. » « Nous ne sommes dupes de rien », estime-t-il encore avant de conclure que « cette censure, 30 ans après Avril 1980, nous rappelle que la vigilance est de mise, notamment en Kabylie qui fait l’objet d’ostracisme et d’anti-kabylisme. »

    A l’ouverture des travaux, les organisateurs du séminaire n’ont donné la parole qu’à la ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique.




    0
  • zapata
    7 juin 2010 at 9 h 59 min - Reply

    lorsque vous voyez un chien entrein d aboyer au milieu de la nuit sur une ombre s’ils y auraient dèrière lui un million de chien ils font ça une rèalitè..en algèrie on vit dans un vide est tout le monde est complice ..vous allez voir la biomètrie un plat que le colonialismme n’a pas fait et les notres ce sont les maitres de la tèchnologie….unifier vous sur la rèalitè de l’algèrie …hommage a abane ramdane ben m(heddi et ferhat abasse et les brâves de l’algèrie.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    7 juin 2010 at 12 h 24 min - Reply

    Assalam;

    Lorsque je lis la réponse de @Yiwen supposé remettre à sa place @ Zineb Azouz, je constate que ce sieur signe délibérément son insolente diatribe contre tout à la fois, le monde islamique, que tout aussi bien les écoles religieuses et partant culturelles qui ont fondé et orienté chacun de nos pays et de notre sphère culturelle, qu’il voue aux gémonies, à l’exception patente du génie « kabyle », non celui de ses élites, qui se sont opposées aux différents colonialismes, non, évidemment, bien sûr, mais celui de ses ratés culturels, qu’il semble reeprésnter, à moins que…. ils ne soit ce kabyle « judas » oh un labsus lingaë, j’allais écrire « judaisant » ou sioniste.
    Eh oui, pour Ywen cet ambassadeur autoproclamé de l’armée criminelle et barbare de Barak, qui s’inscruste dans ce débat algéro-algérien, pour venir réveiller les monstres de l’hydre sioniste, en nous assénant, au moment où son pays du « coeur » qui fait donner du travail à 80% de nos compatriotes,que l’hydre sioniste constitue le bouclier nucléaire de l’Arabie saoudite, et …suivez son regard, du sounisme, et avidemment de l’Algérie, CQFD.
    Diantre, aurait écrit Molière, ne voila-t-il pas que les criminels de guerre qui ont menacé de la bombe A, l’Egypte, qui ont détruit Beyrouth, Ghaza, et tant de villes arabes sounies, comme hier, leur modèle britannique « démocratique », détruisait APRES l’armistice, DRESDES la martyr, ou encore le « modèle » démocratique US, lançait ses bombes A, contre Hiroshima et Nagasaki, alors que a reddition du Japon était imminente…
    Mais pour notre défenseur de l’entité sioniste, reconverti en kabyle ad hoc, le pays des pirates maritimes et des blocus contre des populations civiles, demeurera à jamais, pour Yiewen et ses acolytes, ce « havre de paix », dont l’arsenal nuléaire, n’est là que comme déterrent, et pour empêcher l’Iran, la perse, le pays des Mollahs, des chiites, de menacer la quiétude des princes séoudiens, évidemment, qui remboursent Israël de ses dépenses d’armement pour éradiquer Hamas…

    Oui, Yiwen, ton pladoyer a été reçu 5 sur 5, par les Algériens, qui n’ont d’autr patrie que l’Algérie, par les composantes de cette Algérie, que sont ses populations d’ascendance amazighe ou arabe, minoritaires », mais tous islamisés et fondues dans le creuset de cette nation algérienne, qui tel le Phénix, renaissait de ses cendres, pour clamer encore et toujours, ALGERIE, ALGERIE, ALGERIE, une terre pour tous le enfants nés en son sein et dont les parents ont versé leur sang, pour que vive ce peuple, amazighe, musulman, et arabe de culture… quoiqu’en disent les « tounoumistes » soumis aux sirènes du tribalisme et du régionalisme, ces mêmes divisions que cette même République française, qui les inspire, interdit et combat par les armes, comme ce le fut pour la Corse, et l’est encore pour les BASQUES…
    Au fait lâche moi les … basques…




    0
  • l.leila
    7 juin 2010 at 12 h 36 min - Reply

    Bonjour,

    @ Ouz, cher compatriote, si vous aviez pris la peine de faire quelques lectures des articles et débat au moins d’un ou de deux mois passés, vous auriez su que Mme Zineb est bel et bien professeur dans une de nos Universités.
    Que nos compatriotes qui prennent connaissnace du site, aient l’amabilité de consulter un peu les archives avant de participer au débat. Ce serait plus rentable à mon humble avis.
    Mes salutations




    0
  • Résigné
    7 juin 2010 at 14 h 09 min - Reply

    L’être humain s’identifiera toujours à ce qu’il pense le valorisera et lui procurera des privilèges et ce n’est pas Zineb Azouz des Aurès qui me démentira.




    0
  • Ghani
    7 juin 2010 at 14 h 59 min - Reply

    @ Zineb Azzouz

    C’est la première fois que je vous lis sur la question kabyle en Algérie, et je vous avoue que je suis surpris par la superficialité avec laquelle vous l’abordez, surtout que j’ai eu à apprécier la profondeur de vos analyses sur d’autres sujets.

    Donc, je trouve très superficiel de dire que le kabyle veut plaire à la France ou aux français en se disant kabyle…ca rappelle un peu les assertions qu’on entend dans les salons de coiffure.

    Moi je me poserais, la question suivante : Qu’est ce qui fait qu’un algérien de Kabylie qui (région qui a combattu et trop souffert de la présence française en Algérie) se définisse comme Kabyle. Je pense que c’est pour infirmer l’assertion de l’Algérie arabe et échapper à son assimilation officielle et forcée.

    Je me rappelle que j’étais élève au primaire après les événements du printemps berbère, et on recevait la visite des militants du parti FLN qui nous demandaient de parler AL FOS’HA à nos mères pour qu’elles apprennent notre Lougha Al Wataniya….pourquoi donc.

    Kateb Yacine disait : si l’Algérie est arabe pourquoi l’arabiser (puisqu’elle l’est), si l’Algérie n’est pas arabe, pourquoi l’arabiser…etc

    Permettez moi de vous rappeler que :

    – La composante amazighe de l’identité algérienne n’a été reconnue officiellement qu’en 1994.
    – Tamazight n’a été reconnue langue nationale chez elle qu’en 2002 suite au combat de 3 générations de militants.
    – Durant les années 80, des lycéens ont été exclus de leurs études parce qu’on les a surprit avec l’alphabet berbère.

    A tout ca et aux assertions du très officielles de Benbela en 1962, « nous sommes arabes, nous sommes arabes… » Le kabyle n’avait pas le choix que de dire et « crier » qu’il est kabyle.

    Merci au quotidien d’Algérie pour cet espace d’échange

    Algérien kabyle




    0
  • Mohamed J.
    7 juin 2010 at 15 h 22 min - Reply

    Quand on utilise l’outil de la pensée, on est obligé de faire des catégories, des dichotomies, de faire des distinctions entre les choses, des lots, des ensembles et des sous ensembles, pour pouvoir mieux les cerner avec la pensée, les repérer et les étudier. Ce n’est qu’ainsi que fonctionne le cerveau de l’etre humain, lorsqu’il n’est pas malade. Avant d’étre de telle ou telle ville, de telle ou de telle dechra, nous sommes d’abord humains, habitants de la terre et dans ce sens nous sommes tous égaux n’en déplaise au docteur Lombroso et autres apprentis sociers eugénistes ou antropométristes.

    Il n’y a pas d’hommes plus intelligents que d’autres, plus portés au travail que d’autres, meilleurs que d’autres en raison de la race ou de l’ethnie, toute base déterminée en fonction de ces éléments est fausse. Nous sommes donc terriens sur le plan racial, mais avec des spécifités culturelles pour nous Algériens en fonction de notre africanité, en fonction de notre islamité et de l’arabisme auquel nous nous sommes rattachés durant des siècles en raison de notre amour pour notre prophète, bien que des voix s’èlèvent à l’heure actuelle pour rejeter toute arabité réelle ou supposée ou meme virtuelle que nous pourrions souhaiter pour nous rapprocher de notre prophète que nous considérons ou devrions considérer en tant que musulmans ou qui s’affirment comme tels, comme la meilleure créature de tous les temps et qui mérite respect, vénération et dont l’Amour devrait nous qguider à marcher sur sess pas. Mais passons…

    Nous sommes même en face de nouvelles catégories destinées à nous séparer, à nous diviser , pour mieux nous manipuler islamiste/ musulman, arabe/kabyle, arabophone/areabisant, berbérophone/berbériste etc…., certains crient même à qui veut les entendre que la nation algérienne n’est que la création de la France et qu’il faut y faire le tri. Avent cela nous devrions nous recueillir à la mémoire des martyrs tombés pour que cette Algérie telle qu’elle est existe. Que leur dira t on ? Qu’ils se sont battus pour que l’Algérie éclate ? Je parle des vrais martyrs, pas de ceux auquels on a fabriqués des cartes avec de faux témoignages.

    Cette allergie que je partage avec Zineb Azzouz n’est pas celle que décrit le post ci dessus mais telle qu’elle l’a expimée et qui consiste pour un enfant d’une dechra d’Algérie de se situer par rapport à sa dechra plutot que par rapport au pays, à la société, à l’Etat auquel il appartient comme s’il rejetait cette appartenance et lui en prèfère une autre plus attrayante à ses yeux et qui le rapproche de ses maitres. Je ne dis pas que les Kabyles sont tous comme ça au contraire et heureusement qu’il n’y en qu’une infime minorité aliénée totalement à l’occident qui la rejette pourtant et n’admettra jamais qu’elle fasse partie de lui. Leur guru du MAK les fait s’agiter dans tous les sens comme des marionnettes pour donner l’illusion du nombre mais cela ne trompe plus. Cela fait mal au coeur d’avoir à discuter de ces sornettes. Un Oranais ne va va pas se décliner en tant que tel et pourtant l’oranie est aussi connue que la Kabylie, un type du désert ne va pas se décliner en tant que tel, mail il dira je suis Algérien et pourtant le désert est plus connu que l’Algérie meme dans le monde. Les Kabyles ne sont ni plus intelligents ni plus débiles que le reste de l’Algérie bien que certains veulent nous faire croire le contraire .

    Quant à l’Iran c’est un pays musulman et qui mérite tout notre respect ne serrait ce qu’en tant que ses ressortissants sont frères de religion mais surtout parccequ’il défent une cause juste que la stragie d’hégémonie mondialiste n’autorise pas, il clame haut et fort qu’il ne veut pas fabriquer de bombe et israel juste à côté fait chauffer les esprits dont certains jusque chez nous alors qu’il détient plus de trois cent tetes nucléaires selon les estimations des experts et qu’il refuse l’appel d’adhésion au TNP et le contrôle de ses installations, bien couvert par les USA. L’Iran devra comme tous les pays musulmans demain lorsque le pétrole aura cessé d’exister acheter son energie, chez les nouveaux maitres du monde qui ne veulent pas qu’il entre dans l’arène.

    Voici une vidéo: http://lequotidienenalgerie.blogspot.com/2010/05/hillard-lislam-dernier-rempart-contre.html




    0
  • lemgabri
    7 juin 2010 at 15 h 44 min - Reply

    http://www.youtube.com/watch?v=fepbSYxfshQ

    Albelhamid Ben Badis (arabe :عبد الحميد بن باديس), né le 4 décembre 1889 à Constantine, ville au nord-est de l’Algérie, et décédé le 16 avril 1940 dans la même ville, était une figure emblématique du mouvement réformiste musulman en Algérie. Albelhamid Ben Badis était le fils d’une famille de vieille bourgeoisie citadine, dont il revendiquait les origines berbères remontant aux Zirides, dynastie musulmane fondée au Xe siècle par Bologhine ibn Ziri.




    0
  • Zineb Azouz
    7 juin 2010 at 19 h 15 min - Reply

    Merci chère Leïla,
    A l’évidence certains internautes portent des œillères de trop bonne qualité.
    Ils n’ont pas besoin de consulter les archives du site, à aucun moment je n’ai écris ou suggéré que je vivais en France.
    De plus, j’ai été claire, je me présente comme Algérienne d’abord et avant tout, et partout sauf quand la spécificité a un sens ou intéresse des personnes en particulier.

    ZA




    0
  • Mohamed J.
    7 juin 2010 at 19 h 18 min - Reply

    @ Ghani.

    La citoyenneté Algérienne pleine et entière n’est toujours pas reconnue et nous prenons de grands risques juste en affirmant cela. Alors pourquoi circonscrire le problème alors que toute l’Algérie est concernée ?




    0
  • GODEL LE MYSTIQUE
    7 juin 2010 at 19 h 46 min - Reply

    A mon avis ,l’arabisation au début(du moins pour les naïfs) ,était un projet pour contrer la francophilie(soutenue par la France) qui avait des défenseurs implantés un peu partout dans l’administration (les dafistes et nostalgiques de la France).Mais certains l’ont dévié à des fins politiques et revanchards,d’où les conséquences constatées actuellement.
    J’ai une question a poser:est ce que Kateb Yacine sous entendait l’arabisation pour contrer le français ou les dialectes berbères?
    Car a ce que sache ,Kateb Yacine ,sa contribution a été uniquement francophone.D’un point de vue littéraire ou linguistique il n’a rien donné de substantiel pour la langue amazigh.




    0
  • Rouadjia
    7 juin 2010 at 21 h 00 min - Reply

    A tous mes lecteurs, bonsoir ou bonjour. Je remercie en particulier les compatriotes présents dans ce forum qui m’ont fait des remarques critiques dont certaines je ne partage point, mais que je respecte. C’est d’ailleurs du débat contradictoire que sortent les « bonnes idées », et non de la congratulation mutuelle ou du dénigrement …Je songe à deux amis auxquels je vais bientôt répondre, étant en ce moment absorbé par mille choses: il s’agit de Zinab et Si Salah Sidhoum . A eux je leur demande de patienter un peu et je leur ferai les réponses nécessaires, ce qui ne manqueraient pas de relancer le débat, ce qui est bon signe.
    Avec mes salutations citoyennes




    0
  • Mohamed J.
    7 juin 2010 at 21 h 00 min - Reply

    @ Lemgabri.

    Tes commentaires sur l’ADN sont passé inaperçus. J’ai longtemps attendu que quelqu’un te réponde. Hélas! Les algériens ne s’écoutent plus, ils sont toujours occupés à parler pour attirer l’attention sur eux. Chacun essaie de focaliser l’attention sur lui et ignore superbement les autres. Ta contribution est pourtant très sensée, unificatrice, s’insère dans le cadre de l’appel du 19 mars et le conforte, est scientifiquement mesurable et peut servir de socle de définition de l’Algérien. Mais nous avons appris à ignorer superbement tout ce qui ne vient pas de nous.




    0
  • La confusuion identitaire n’aide pas à construire une nation forte et respectueuse
    7 juin 2010 at 22 h 22 min - Reply

    J’ai bien lu la majorité des commentaires et je trouve à date on a pas réussi à localiser le problème de cette kabylie qui a tant donnée à l’Algérie pendant la guerre de libération. Quels sont les éléments fondamentaux qui ont poussé Ferhat Mehenni à créer la Mak? On diabolise cet homme qui a fait la prison et qui a défendu corps et âme une Algérie démocratique libre et plurielle, sachant que son père est mort pour cette Algérie sensée inclure tous ses enfants sans exception. Si Ferhat à pris la décision de créer le MAK, c’est parce qu’il y a aucun espoir de ce pouvoir qui a fait tout ce qui est de possible pour évacuer, réprimer, nier, humilier, écraser..etc cette identité Algérienne vivante depuis des siècles et des siècles. Son but est de former un Algérien sur mesure à une idéologie bien spécifique, attaché à une seule langue, une seule religion, un seul parti, une seule pensée…etc. Pour ceux qui n’ont pas vécu des frustrations d’ordre linguistiques, ils prennent Ferhat pour un extrémiste, un dangereux…etc. imaginez qu’on vous prive de votre langue et de votre culture, et de votre identité, quelles seront vos réactions? J’en suis sûr que vous allez faire tout ce qui est du possible pour récupérer votre identité, votre dignité d’être humain et votre personnalité. Alors c’est le cas des Kabyles aujourd’hui, ils ont assez souffert et ce depuis longtemps, il y a qu’eux qui peuvent mesurer le degré des coups qui ont reçu, cette douleur est tellement profonde qu’ils ne peuvent plus patienter encore et encore. Ils se définissent comme kabyle pour dire aux autres qu’ils existent, c’est pas par opposition aux arabophone Algériens, mais juste pour créer haut et fort que leur langue et leur culture est toujours vivante, car ce pouvoir à fait de l’Algérie un pays exclusivement arabe, alors ils (les kabyles) veulent dire que cette Algérie est plurielle. Si cette langue berbère est reconnue dans notre pays au même titre que l’arabe, il aura jamais d’autonomie de la kabylie. Un homme digne ne peut jamais céder ni marchander son identité et sa culture. Une Algérie forte et unie est une Algérie qui respecte ses enfants, ses langues, et ses cultures. Je pense que cette question identitaire est une question capitale pour l’avenir de notre pays, il faut révolutionner les mentalités, dire la vérité historique aux Algériens pour s’accepter et leur apprendre la tolérance, le respect de l’autre et surtout le droit à la différence qui peut être la richesse de notre pays. Je trouve que c’est dommage d’associer la revendication identitaire aux problèmes de racisme, c’est pas parce qu’on revendique son identité qu’on est contre les autres. Pour avancer dans le débat, il faut s’attaquer à la racine du problème, qui est la reconnaissance officielle de l’identité berbère. Si cette langue est nationale aujourd’hui, c’est dans le but de la manipuler et embrouiller les cartes, alors que la solution réside dans l’officialisation de cette langue, qui peut mettre fin une fois pour toutes aux manipulations de tout les bords.
    Merci




    0
  • l.leila
    7 juin 2010 at 23 h 44 min - Reply

    Suite de mon message @ Lemgabri
    On dit aussi que le célèbre artiste Picasso est de son vrai nom Belkacem.
    Rappelons aussi les Berbères qui émigrèrent de la Numidie, – à cause du désordre des Vandales, et les défaillances la domination byzantine – pour s’installer en Italie, en Gaule, en Sardaigne, en espagne, en Sicile; aussi bien les intellectuels avec leurs ouvrages que les agriculeurs et leur savoir-faire.Il en est de même pour l’Egypte.




    0
  • l.leila
    8 juin 2010 at 0 h 03 min - Reply

    @ Lemgabri (suite encore, mon pc est malade, je ferai soigner plus tard!!).
    Rvenons à l’Egypte et l’immigration des Anciens de chez nous. Non seulement celle des Fatimides mais aussi la vague d’une époque datant d’avant J-C. Nos Numides s’y installèrent et fondèrent la 22ème Dynastie. C’est ainsi que le monde est fait, qu’on le veuille ou non, l’homme est migrateur! Je crois que si on




    0
  • lemgabri
    8 juin 2010 at 7 h 39 min - Reply

    @l.leila

    Désolé mais j’ai pas bien compris votre intervention!!




    0
  • benmostefa
    8 juin 2010 at 7 h 44 min - Reply

    (oualina el ahed el djahilia) avec ce racisme et tribalisme. (mahestahlouch ce beau pays. manestahlouch l´istiqlal oua el houria.) toujours arabo-baatiste. karmosso-baatiste. berbero-baatiste ect…… kateb yassin disait on a donner du miel aux kochons. (medina el-assel lel-khanazir) ???




    0
  • radjef said
    8 juin 2010 at 9 h 59 min - Reply

    Bonjour tout le monde.@Sidhoum, Dehbi, Houfani, Rouadjia, Adel, Azouz, Med J, bonjour.S’il est vrai que certains n’ont que la ruse et la trahison pour s’affirmer, d’autres en revanche manquent terriblement de courage. Je ne parle pas ici du courage individuel. Je parle du courage intellectuel et politique qui peut orienter la societé sur le chemin de la democratie et de la liberté. Ne pas tricher et faire preuve d’honnetté dans son entourage, mais se taire sur les questions essentielles ou faire volontairement preuve d’irresolution intellectuelle sur les questions qui engagent le destin de toute une nation, n’est pas moins lache et moins servile que l’acte de celles et de ceux qui recourent à la trahison et a la ruse pour assouvir leurs ambitions mesquines.
    Qui aujourd’hui parmi le peuple ne sait pas que le pouvoir en place est criminel, illegitime et qu’il est sans base sociale? Pourquoi ce peuple qui hait tant ce pouvoir ne se mobilise pas derriere l’opposition? Pourquoi le peuple est si dispersé, si demoralisé et si demobilisé au point de ceder aux caprices de la complaisance et de la resignation devant le mensonge et l’imposture?
    Le changement auquel nous aspirons toutes et tous est-il possible sans le retablissement de la verité dans toute sa dimension? En reconduisant les mêmes clichés que ceux du pouvoir, l’opposition peut elle amorcer le changement tant attendu? La crise algerienne ne date pas de 1962. L’ANP qui detient la totalité du pouvoir est le produit du 1er novembre 1954. Dans le 1er novembre, il y avait tous les germes de la crise que nous vivons aujourd’hui. Les trahisons, les crimes, les ruses, les violences, la corruption…que nous vivons aujourd’hui tirent leurs racines du 1er novembre. Arretons de nous voiler la face et regardons les choses en face. Le retablissement de l’ordre citoyen, politique et intellectuel ne peut pas s’instaurer tant que nous refusons obstinement de nous les yeux dans les yeux toutes ces verités que nous fuyons depuis plus d’un demi siecle; nous ne pouvons pas non plus rever à la naissance des representations légitimes et democratiques au service du peuple et de la patrie. Si nous refusons encore de nous dire ces verités, nous ouvrons la porte à tous les extremismes et à d’autres manipulations hautement scientifique dont la junte au pouvoir a le terrible secret.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    8 juin 2010 at 10 h 47 min - Reply

    Assalam;

    Le non pseudo « La confusuion identitaire n’aide pas à construire une nation forte et respectueuse dit :
    7 juin 2010 à 22 h 22 min », écrit des vérités acceptées et acceptables par tout Algérien, mais justement ce sont ces vérités qui font que Ferhat Mhenni dit « Imazighen », s’exclut ainsi que son MAK ou son rejeton le MIK, se trouvent être des voix dissonantes, voire, discordantes de celles qui ont conduit les Algériens, à se soulever depuis des millénaires, contre toute forme de colonisation.
    Mais, à relire la diarrhée verbale qui accompagne les textes fondateurs des mouvements pseudo « autonomistes » et pourquoi pas, se revendiquant d’une aire culturelle aux antipodes de celles que se doivent et que revendiquent tout simplement les Algériens contemporains, j’ai peine à trouver un quelconque début de justification pour comprendre cette haine de l’Algérie, de ses composantes ethniques ou de sa diversité culturelle.

    Non, la division que se veulent promouvoir les « amis du MAK », ne peut trouver sa place et se justifier que dans leur écho au « Shema Israël », alors même que ce pays auprès duquel ils trouvent leur inspiration, est une mosaïque d’ethnies, du Falasha, du Sépharade à l’Ashkenaze sous toutes ses déclinaisons.
    Et pourtant leur « MODELE » de société n’a encore pour l’instant pas modifié la « loi fondamentale » de leur « Etat » qui fait de tout non juif, un « non être », et de tout « juif » un citoyen d’Israël, à l’exclusion de tout autre, les arabes n’en étant que des citoyens de seconde zone, comme ces « indigènes » que nous fûmes sous la France, qui elle aussi leur sert de modèle.

    Mais dans ces deux modèles justement, pour Ferhat, n’oublions pas que c’est ce « champion de la démocratie » qui a osé clamer à l’Assemblée nationale française, certainement pour plaire à ceux qui le manipulent et l’ont toujours manipulé, que les Tizi Ouziens, clamaient  » Jeich cha’ab m’ak aSharon ! » sauf que les Kabyles dont il veut confisquer la parole, et s’autoproclamer le porte voix, sont les premiers des Algériens, à refuser cet « Etat raciste », et à demander que Sharon soit traduit devant le TPI, et se consolant de le savoir dans le coma… en attendant de le voir répondre de ses crimes abominables devant Allah, Elohim….

    Non, le but non avoué de Ferhat Mhenni, n’est ni la démocratie, ni l’autonomie d’une quelconque Kabylie, mais seulement « une part du Pouvoir » exercé par ceux qui s’en sont saisi par un PUTSH juste quelques jours avant la proclamation de l’indépendance, là-bas, à Tunis, puis à Tripoli, pour ne plus le lâcher ni le partager avec les Algériens.

    Les « démocrates-Pouvoir », donc, avides et par cupidité, en veulent eux aussi une part, pour que eux aussi puissent se faire un nom, une fortune,et ils fondent leur légitimité sur le fait que leurs « père » est mort au champ d’honneur….

    Ne confondons donc pas, avec les démocrates qui méritent tout notre soutien, qui eux au contraire posent comme postulat, l’UNITE de l’ALGERIE, dans l’intégralité de ses composantes, fussent-elles celles de ces nombreux compatriotes et habitants actuels venus de toutes parts, pour participer au développement de l’Algérie, et à laquelle ils vouent leurs énergies et offrent leur « SAVOIR », leurs talents et l’avenir de leurs enfants.

    Les Algériens, ou plutôt, imazighen, ont de tous temps, oeuvré pour un EMPIRE qui s’étende de l’Atlantique à la Mer rouge, et les articles ci-dessus qui démontrent la place occupée sur les trônes de l’Egypte pharaonique, puis la création d’ALQAHIRA et d’Al Azhar, ainsi que les moult alliances avec les Phéniciens, dont certains linguistes, démontrent la convergence avec thifinagh (phiniqi), comme le rappelle St Augustin, qui répond que les paysans parlent le Chan’ani (Cananéen), ne veut dire qu’une seule chose:
    Nous sommes imazighene qui avons reçu et donné aux différentes cultures et cultes MÉDITERRANÉENS, et nous avons enfin, tout comme nos frères en Islam, de Malaisie (pour ne pas citer les Perses honnis par quelques m’tournis au service d’intérêts sionistes), ou les Turcs et autres Pakistanais et Africains fiers de leur islamité, appris à conjuguer notre amazighité avec notre Africanité et notre culture arabo-islamique, tout comme ne le dédaigne pas de faire, le libanais, pourtant maronite, l’Egyptien copte, ou l’IRakien ou le Syrien des dizaines de rites et shismes chrétiens, tout en se disant arabes, au sens culturel, sans pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain, car notre dimension amazighe, est une réalité que la perpétuité de la pratique de notre langue et la préservation de nos coutumes ne cessent de clamer si haut et si fortement que les « révisionnistes » du nationalisme arabe, ne peuvent, hélas pour eux qu’assimiler dans la définition de leur Algérianité, à moins d’être frappés de cette même cécité qui a longtemps caractérisé les Mecquois idolâtres.

    Algériens, nous le sommes tous, kabyles, aurésiens, chaouis, chenaouas, touaregs, et j’en passe, nous le sommes tous au gré du hasard de notre passage dans ce monde, puisque l’Histoire nous enseigne que nos aïeux, participaient aux combats contre les envahisseurs, et demeuraient là où les pérégrinations et les hasards des combats, les laissaient, comme ceux de nos ancêtres demeurés au Sud de l’Europe, lorsqu’ils constituaient les troupes des Hannibal, et autres imazighen comme en Andalousie, et jusqu’à occuper une partie aussi bien de cette Europe du Sud, que même pour certains, l’Afrique sub saharienne… ou l’Asie occidentale.

    Cessons donc, d’être des OULED ELHOUMA, soyons Algériens et soyons fiers, enfin de cette indépendance finalement recouvrée, et surtout UNISSONS nous pour combattre tous ensemble, la pauvreté, le sous-développement, l’injustice, que le commun désigne par la HOGRA, et ce faisons soyons ces « justes », qui savent dire PLUS JAMAIS de soumission à aucun JOUG tutélaire, fut-il celui des nôtres…




    0
  • Mohamed J.
    8 juin 2010 at 11 h 04 min - Reply

    @ L.Leila.

    Pour les PC « malades », rien de mieux qu’une distribution « live » linux sur CDROM sur laquelle on « boote » directement, en se passant du disque dur. Très utile pour naviquer quand windows rend l’âme ou nous fait des misères.

    Le bios doit être configuré pour « booter » sur le CD et le modem doit être configuré en DHCP ou sinon il faudra configurer à chaque fois le réseau après accès au bureau.

    Vous vous retrouvez en fin de chargement sur un bureau semblable à celui de windows sur lequel on peut travailler à l’aise ou naviguer sur internet sans problème meme si votre windows est complètement HS.

    Il y a des tas de distributions de ce type. Je cite les plus lègères en raison du téléchargement (il faut les télécharger sur internet, image ISO et les graver:

    -Slitaz. multilangues y compris français mais pas encore arabe. environ 30 Mo
    -DSL (Damn Small Linux) (en anglais) environ 50 Mo
    -Toutou-Linux français environ 100 Mo

    Mais il y a aussi ubuntu (toutes langues y compris arabe) environ 700 Mo
    et beaucoup d’autres.

    Les installer sur disque dur en parallèle à windows est aussi possible et si Windows plante on a toujours une voie de secours.

    A noter que les distributions linux meme installées sur disque dur ne sont pas affectées par les virus informatiques.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    8 juin 2010 at 11 h 04 min - Reply

    Cessons donc, d’être des OULED ELHOUMA, soyons Algériens et soyons fiers, enfin de cette indépendance finalement recouvrée, et surtout UNISSONS nous pour combattre tous ensemble, la pauvreté, le sous-développement, l’injustice et l’ignorance, que le commun désigne par la HOGRA, et ce faisant, soyons ces « justes », qui savent dire :

    – PLUS JAMAIS de soumission à aucun JOUG tutélaire, fut-il celui des nôtres…
    – Que ceux qui veulent instrumentaliser notre amour pour nos origines et diviser ce pays qui a vu des Aurésiens et des Kabyles tomber au champ d’honneur (comme ces pères dont ils se revendiquent à juste titre- Haqun urîdu bihi bâtilun- en Oranie, et des Oranais et autres Algérois, tomber au champ d’honneur à côté de leurs frères du Djurdjura, des Aurés, de Bouzegza, ou du Nord Constantinois, sachent que nul au monde, désormais, fussent-ils les stratèges de la CIA, du Mossad et du SDEC, réunis, ne pourront délier ce qu’Allah a uni, sous la bannière de LA ILLAHA ILLA ALLAH, Mouhamad Rassoulou Allah, qui fut l’Appel qui a UNI les Algériens et les a rassemblé contre ARROUMI colonialiste et INJUSTE.




    0
  • zapata
    8 juin 2010 at 13 h 36 min - Reply

    sincèremment c’est un sujet stèrile est nous sommes entrein de tourner au tour du pôt….si on prend algèrien à ça naissance il partira en grande bretagne et il va vivre chez une famille aglaisse et un anglais chez une famille algèrienne et chacun sera programmè selon son nouveau pays ..puis après trente ans on leur dira que vous vous ètes algèrien et vous vous ètes anglais ça changera quoi ..l ‘ètre hummain est attachè à ça tèrre de naissance son enfance et ça jeunesse pas plus mais si il trouve que la qualitè de la vie est ammère il change automatiquemment et là ou il va s’il trouvera mieux il s’adapte car il trouve que les hummains s’attacheront tous vers ce qui est logique à l’hummanitè en gèneral….l ‘identitè est tout ce qui suit sera rèduite par le temps car les hummains sont sociables..nous en algèrie on croit à des choses et on fait le contraire exp un chauvin de tamazaghite milite avec rage sur son identitè et il vit à paris avec un passeport français et vous lui dite vaut mieux militer chez soi ça sera mieux je pence à mille pour cents qu’il trouvera un million dèxcuses parceque la majoritè ne croit pas à ce qu’il dise car l ‘hypocrètie est devennu le vice des temps modèrne…la vie est un jeu de prèstige ou tout le monde veut ça place sans souffrance et le meilleur moyen de justifier ça c’est de crèer des sènario sur les dos des ignorants….si on pence que la vie est un partage tout le monde trouvera ça place car ce qui touche l’un touche l’autre nul n’est à l’abri est la conscience collèctif c’est notre force sinom ce règime viendra le jour ou il partagera vos intimitè………..viva zapata




    0
  • khaled
    8 juin 2010 at 13 h 45 min - Reply
  • Zineb Azouz
    8 juin 2010 at 18 h 12 min - Reply

    Monsieur @Ghani,
    Vous me faites dire ce que je ‘ai jamais ni dis ni pensé, mais les discours que j’ai mis entre vos mains et qui sont loin d’être représentatifs des kabyles sont clairs quant à leurs objectifs.
    e vous le répète pour la nième fois, dans notre l’identité est l’expression d’une crise et d’une défaillance démocratique, mais le label kabyle exporté, trituré est presque dévoyé de sa légitimité qui ‘a besoin ni de décret ni de constitution (même les lois doivent petre claires)
    Il est question du MAK, de son choix parisien et de son discours écoeurant à propos d’un peuple qui mérite mieux.
    Pour le moment être kabyle reconnu ou pas ne vous évitera le statut de sous citoyen que nous subissons tous.
    Parce que croyez vous que la contantinoise moyenne comprends LOUGHATOUHOUM EL WATANIA ?
    J’ai vu une femme en larmes au tribunal, elle venait de se faire répudier mais n’a rien compris à ce que le juge leur a dit, et c’est à la sortie que les gens le lui ont expliqué.
    Alors monsieur @Ghani, ce n’est pas maintenant que je vais m’adonner à la facilité pour être superficielle, c’est vous, je pense qui continuez à vivre l’dentité comme une crise et non pas une donnée.
    Je vous le répète, c’est du MAK, de sa vision et de ses moyens qu’il est question ici avant tout.
    ZA




    0
  • Zineb Azouz
    8 juin 2010 at 19 h 06 min - Reply

    Monsieur Radjef Saïd,
     » L’homme ne progresse pas de l’erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d’une vérité moindre à une vérité plus grande » Swami Vivekananda.

    Vos propos même s’ils suggèrent plus qu’ils ne disent ne sont pas sans m’interpeller.

    Vous parlez à juste titre de verité et la verité ne dérange malheureusement pas que les tenants du pouvoir.
    Je suis en train de plonger sur l’histoire de Abbes Leghrour, et je confirme que les dégâts remontent à loin.
    Je ne me permets pas de porter un jugement sur les hommes qui ont fait 1954, mais beaucoup de questions me traversent l’esprit et me perturbent au plus haut point.
    Ce que nous vivons, ceux que nous subissons et qui ne sont que des reliquats de despotes incapables d’inventer leur propre dictature, on le sait, ne sont que les dignes héritiers de ceux qui ont détourné la révolution, piraté nos idéaux, inventé des grades dans une révolution populaire, mais au fond quelle alternative avions nous pour éviter que cette révolution ne soit dévoyée ?
    Sauf si dès le départ il était prévisible que des bandits de chemin s’accaparent des dividendes de la souffrance de tout un peuple. Qui l’eût cru ?
    pourtant les luttes de clans, les luttes fratricides, le tribalisme, les trahisons et les détournements ne remontent pas à 1962.
    L’opposition est incapable aujourd’hui de se constituer en tant que telle, de peser et d’inspirer confiance surtout, car peut être elle aussi porte les stigmates de tout ce passé lourd que nous ne voulons pas encore regarder en face, au maximum tous sont d’accord pour dire des inepties du style boutef est un dictateur et les généraux sont des mafieux……
    Sur l’histoire et l’analyse profonde de nous même et de la situation, vous verez que dans leurs derniers retranchements, nos leaders vont vite s’abriter chacun derrière une idélogie ou un héro mort ou encore son ancienne fraterie.
    Pouvions nous au fond, espérer plus que ce que l’on a ?

    Merci à vous monsiur radjef.
    ZA




    0
  • BRAHIM
    8 juin 2010 at 19 h 06 min - Reply

    Madame @Zineb Azouz vous dîtes (et çà vous gène à raison beaucoup ): « Il est question du MAK, de son choix parisien » . Savez vous chère Madame qu’il y des milliers et des milliers d’Algériens qui ne sont pas kabyles et qui ont fait « le choix parisien ». Je connais beaucoup d’Algériens non kabyles qui ont choisi « le choix parisien » pour fuir « le choix des Tagarins » ou le choix « de l’Algérie des chouakeurs », vous êtes au courant non ! ??? Arrêtez de voir le drame algérien à travers une seule lorgnette. J’ai entendu des kabyles et des arabes en chœur dire : « khelina mine hath blad mickey». Madame ! le drame algérien ce n’est pas Mehheni qui vit à Paris, ce sont les Képis qui sont ….. à Alger sans interruption …. depuis …« le complot des colonels » ou le « complot tout court » .. Recentrons le problème car Mehenni , les kabyles eux-mêmes l’ont remis à sa place, et tenez vous bien … sans les chars et la DRS. Avez-vous lu ou entendu les déclarations de Saïd Sadi et de Ait Ahmed sur le GPK? Ne vous inquiétez pas. La Kabylie est algérienne, on y veille ….. jusqu’au jour où … la corde va rompre parce que l’Algérie UNE et INDIVISIBLE continue d’être sourde pour ne rien entendre. Avec tout mon respect Madame




    0
  • Lies
    8 juin 2010 at 19 h 24 min - Reply

    Salutations à toutes et à tous.

    Ça fait longtemps que je n’ai pas écrit, car malgré le nombre important de sujets en débat, j’étais en panne sèche d’inspiration.

    Mais je me suis consolé en lisant avec intérêt les contributions dans leur bénéfique diversité, de nos amis internautes.

    J’ai fait l’effort de revenir avec cette modeste contribution, sans savoir dans quel forum elle ira le mieux.

    Les migrations.

    L’homme est appelé à bouger, se mouvoir et se déplacer sur la surface de la terre. Telle est sa destinée.

    Que ce déplacement prenne la forme d’un exil, d’une émigration, ou d’un simple voyage d’affaires ou d’agrément, cela dépend bien sûr du contexte, qui lui seul et dans la quasi totalité des cas, détermine la nature du déplacement.

    Dans un contexte ou les conditions sont extrêmes, c’est l’instinct de survie qui guidera son homme.

    L’homme n’hésite pas aller vers des contrées traditionnellement hostiles.

    Pour supporter ses pérégrinations, ses épreuves et sont chagrin, il fera appel à la dérision, il fait le clown, joue au fou (inoffensif) et attend stoïquement l’heure de sa réhabilitation, tout en œuvrant au sein de la société d’accueil et par rapport à son pays, de la manière la plus positive qui lui soit possible.

    Lorsqu’on est rejeté, combattu ou persécuté par les siens, lorsqu’on veut attenter à votre vie, on choisit malgré soi d’aller vivre ailleurs, la plupart du temps chez ‘’l’ennemi’’, en territoire hostile.

    Malgré la blessure qu’on trimbale avec soi, tel un sac à dos, on restera attaché à son pays, et mieux que ceux qui y sont restés, on ne fera rien qui puisse lui nuire.

    L’exil (et il est en général forcé), est l’école par excellence du patriotisme.

    La condition de déchéance et les humiliations volontaires et involontaires que vous subissez au quotidien, associées à la réflexion ininterrompue que vous pratiquez et à l’expérience de la vie dans tous ses aspects que vous acquerrez, font de vous l’homme et la femme sage et aguerri capable de diriger le pays, de toute évidence mieux que les sédentaires politiques ou ceux ayant choisi l’exil par caprice et coquetterie egocentrique.

    Scrutons l’histoire, elle nous édifiera suffisamment.

    A titre d’exemple : Le prophète et roi David lui-même, combattu par sa propre famille est allé se refugier chez l’ennemi.

    Il a survécu, jusqu’au moment de la reprise de son trône, et n’a pu vaincre le chagrin et le désespoir, que grâce à la foi en Dieu d’abord, et à l’instinct de survie dont chaque être humain est pourvu.

    Depuis la nuit des temps les hommes émigrent, pour une foule de raison : Économique, religieuse, politique, et autres, et selon qu’on est très forcé, peu forcé ou pas forcé du tout.

    Soyons réaliste et disons que devant des événements à dangerosité extrême, l’homme se retrouve face à son instinct de survie qui lui dicte ce qu’est son intérêt vital et ce qu’il doit faire immédiatement avant tout autre chose.

    Et ce que font tous les humains dans de telles circonstances, c’est accourir vers un hypothétique refuge.

    Tout le monde aura compris que je ne généralise pas, car rien n’est entièrement mécanique, et que la règle porte en son sein l’exception qui la confirme.

    C’est juste pour dire que lorsqu’on parle, des algériens vivant à l’étranger, de l’opposition, du pouvoir, des élites, des appartenances religieuses ou ethniques, de nos ainés, de notre jeunesse, etc. il faudra se garder de généraliser, afin de ne pas commettre d’injustice et de ne pas être confondu pour avoir dit des faussetés.

    Il faut savoir aussi, que tout ceux dont le déplacement s’est fait par la force, contre leur consentement, nourrissent et nourriront toujours, même à travers leur descendants, le syndrome du paradis perdu, et voudront toujours y retourner à la terre qui les a vu naitre et grandir.
    Même s’ils ne peuvent plus y vivre en permanence, ils ont besoin d’une place, d’une maison à eux afin de se sentir chez eux.

    Nul besoin de citer les gens concernés par cette infortune, (ils se reconnaitront car dans mon esprit je n’ai exclu personne), qu’aucune autorité gouvernementale, dans sa fuite en avant, dans sa cécité politique, ou dans son égoïsme pervers n’a osé réparer.

    Je ne sais pas si ça va avoir un rapport avec ce que j’ai dit, mais je crois que la monde dans sa totalité avec les puissances en tête de file, est en train d’amorcer un virage vers un changement plus salutaire, plus juste, plus ouvert.

    A mon avis, nous assistons depuis quelques années aux derniers soubresauts et convulsions d’un monde qui a atteint les limites de l’horreur, de l’extravagance, de l’injustice et de la folie.

    Un monde qui se meure après avoir donné libre court a l’expression de tous ses fantasmes et libéré toute l’énergie de sa puissance.

    Si ce n’est les balises de la sagesse de certains, de ceux nombreux parmi les durs qui se sont assagis, les prières des saints et les supplications des pauvres et des opprimés, associés à la providence qui par essence est bonne et juste, le monde aurait connu une totale perdition.

    L’avènement d’un monde nouveau pour une vie meilleure et confraternelle est en train de se dessiner sous nos yeux.

    L’Algérie ne sera pas en reste. L’appel du 19 Mars qui reste perfectible, en est la preuve.

    Il suffira juste, d’aider et accompagner l’enfantement de cette nouvelle ère, ce nouveau cycle, ce nouvel ordre, ce nouveau monde, cette nouvelle terre, par beaucoup plus d’amour, de travail, d’entraide, de respect de l’autre dans sa différence, de justice, de paix et d’harmonie.

    ‘’C’est à faire et nous le ferons’’, (dixit Ait-Ahmed), pour peu qu’on s’imprègne des attributs bénis et gagnants comme la créativité, la patience, la douceur et l’humilité.

    I have a dream.

    Fraternellement.

    Lies Asfour.




    0
  • Ghani
    8 juin 2010 at 23 h 32 min - Reply

    @ Madame Zineb Azzouz,

    Azul, Salam,

    Libre à vous de considérer le MAK comme le mal…quant à moi, je le considère comme le symptôme de ce malaise identitaire. Il apparaît clairement que ce mouvement prend de plus en plus de place, vous n’avez qu’à voir tous ces débats qu’il suscite sur la toile, notamment sur le quotidien d’Algérie.

    Je ne vis pas mon identité comme une crise. En revanche, je pense qu’il y a réellement une crise identitaire en Algérie. Il y a crise à cause de l’acharnement du pouvoir et ses relais à combattre ce que vous appelez, à juste titre, UNE DONNÉE. S’acharner contre une donnée !!! Franchement !!

    Rien n’empêche de revendiquer son identité en même temps qu’on revendique la citoyenneté et le doit à la dignité, l’une n’exclue pas l’autre…ca va même de pair ! En plus, vous savez ON PEUT MARCHER ET MACHER DU CHEWING GUM AU MÊME TEMPS.




    0
  • El hadj
    9 juin 2010 at 0 h 50 min - Reply

    @rédaction…..Salam
    J’ai 4 pseudos, chacun représente quelque chose pour moi, je ne vois aucun lien entre changer son pseudo et le courage d’assumer ses opinions. je ne pense pas que ça prend de la bravoure pour donner son avis sur un forum peu importe le pseudo.Etpis qu’est ce que je suis moi pour garder le même pseudo? je ne suis ni politicien ni une star , ni rien du tout…walou fi walou:-)
    @Mme Zineb
    J’ai consulté le site…merci! rien de particulier, mis à part Ferhat à la une.En ce qui concerne les commentaires , n’importe qui peut écrire n’importe quoi.

    Mais c’est une probabilité que Ferhat est soutenu par Israél mais nous n’avons aucune preuve. Il a eu aussi le soutien de l’Espagne, de la Belgique et du bloc québecois, on a pas fait d’histoires pour ces derniers. Je vous rappele qu’en 1991, Isaraél a soutenu l’arabie saoudite pendant la guerre du gulf, est ce que ç’a `faite un scandale?
    Ferhat aurait souhaité le soutiens des pays arabes, d’ailleurs il va les solliciter pour la reconnaissance de son gouvernement.wait and see.
    Qui est dérrière qui?
    Qui est dérrière le FLN, qui est dérrière Hamas, RCD,PRA, PT, FIS, FFS…etc?
    Qui etait dérrière le clan de oudjeda? La france?
    C’est qui Boumédienne? qui a préparé Boumedienne pour le pouvoir?
    N’t-il pas etudié à Telaviv?
    Qui etait dérrière les évenements de 1980?
    Qui etait dérrière le printemps noir? octobre 88
    Derrière chaque parti politique, chaque mouvement,chaque président il y’a soit de l’argent soit le pouvoir et c’est partout dans le monde. Derrière le pouvoir algerien, ce ne sont pas des algeriens.
    Pourquoi les autres ont le droit d’avoir une force qui les soutiennent et pas Ferhat?

    Le plan visant à diviser les grands pays ne date pas d’aujourd’hui, il remonte trés loin, malheuresement on ne peut plus renverser la situation, il faut faire en sorte que ça soit pacifique et le transformer en notre faveur. Le malheur de l’algérie ne viendra jamais de l’étranger en faite, il vient des algeriens eux mêmes en 1er lieu ça toujours été comme ça, parce que la plupart TAMAAINE, il n’y a pas un citoyen à un moment de sa vie qui ne profite pas de ce système et se dit dans sa tête: LAH IDAWMHA
    À moins d’aller rencontrer tous les algeriens et leurs dire gentillement: SVP, ne soyez pas raciste, ou régionaliste car se sont les étrangers qui veulent nous diviser…
    PS: En rappel je ne suis pas du tout du MAK ni d’aucune tendance politique ni la bas, ni à l’étranger. j’essaie de donner mon avis.
    Bien respectueusement, tanmirt




    0
  • batni
    9 juin 2010 at 2 h 13 min - Reply

    Mr Abdel Madjid AIT SAADI,
    Vous dites en copié-collé ‘ soyons Algériens et soyons fiers, enfin de cette indépendance finalement recouvrée’.
    De quelle indépendance parlez-vous quand votre propre langue maternelle n’est pas reconnue dans son propre pays?. Moi je n’ai encore vu la couleur de cette indépendance qu’on nous chante a tout bout de champs.
    Mes respects,




    0
  • batni
    9 juin 2010 at 3 h 03 min - Reply

    Je ne comprends pas cette levée de bouclier sur l’autonomie régionale, c’est pourtant ce qu’a proposée Mr Missoum Sbih dans le rapport qui porte son nom.
    Pourquoi toujours suivre le modèle jacobin francais qui a montré ces limites et ne pas s’inspirer des modéles anglo-saxons?.




    0
  • batni
    9 juin 2010 at 3 h 44 min - Reply

    Dr Ahmed ROUADJIA,
    Donc en un mot comme en mille c’est la main de l’étranger. Vous savez plus que moi que ce genre de raisonnement ne tiens pas la route et usé jusqu’à la corde. On nous a tellement subjugués, depuis 62, avec ces expressions passe-partout qui nous ont menés à la ruine actuelle.
    Un problème d’identité ne peut être réglé juste  »dans la lutte contre les inégalités, le chômage, la marginalisation des compétences, le gaspillage des ressources, la gabegie et l’incurie, et, enfin, l’impunité quasi-totale des gestionnaires ». Vous proposé de l’Aspirine pour un cancer généralisé, c’est beaucoup plus profond et vous le savez très bien Docteur.

    Mes respects,




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    9 juin 2010 at 9 h 22 min - Reply

    batni dit :
    batni a écrit, je cite::
     » 9 juin 2010 à 2 h 13 min,
    Mr Abdel Madjid AIT SAADI,
    Vous dites en copié-collé ‘ soyons Algériens et soyons fiers, enfin de cette indépendance finalement recouvrée’.
    De quelle indépendance parlez-vous quand votre propre langue maternelle n’est pas reconnue dans son propre pays?. Moi je n’ai encore vu la couleur de cette indépendance qu’on nous chante a tout bout de champs.
    Mes respects, »
    Fin de citation.

    Salam, et respects;

    Tout d’abord je n’ai pas fait de copié-collé, dans la phrase où vous me citez, mais par contre, j’assume mon propos, à savoir que « l’indépendance a enfin été recouvrée », car en effet, notre Algérie, a pour capitale, enfin, Alger, et ne dépend plus de quelque capitale étrangère, qui lui dicte ses volontés, fussent-elles contraires aux intérêts de nos concitoyens.
    Question langue, cependant, tout comme question de culture, oui, en effet, il y a encore beaucoup à faire, mais peut-être y a-t-il des priorités, et les pouvoirs successifs, que je ne saurais dédouaner du simple fait qu’ils se sont imposés à la volonté populaire, au lieu de s’y soumettre ou au moins l’accompagner, ont décidé seuls de ces priorités au grand dam, effectivement des imazighen que nous sommes, qui plaçons notre langue parmi les constantes nationales.
    Mais est-ce pour autant, raisonnable et vrai de prétendre que l’une quelconque de nos langues parlées ait été à quelque moment que ce soit « interdite » d’expression ?
    Non, évidemment, tout en constatant avec amertume que la propension des Algériens à recouvrer l’usage de la langue arabe, a malgré tout conduit à des excès de la part tout aussi bien des chantres de l’arabisation que des coopérants « missionnaires » étrangers, dont quelques uns, inaptes à l’enseignement se sont découverts pour vocation de nous sortir tout aussi bien de la « Jahiliya » cultuelle, que nous ré-arabiser après avoir été « francisés », solution à la portée de n’importe quel « cordonnier égyptien reconverti enseignant », sans pour autant manquer de respect à ceux nombreux, heureusement qui n’ont pas ménagé leurs efforts pour nous aider à former cette élite intellectuelle, qui aujourd’hui nous a permis d’algérianiser pratiquement toutes les branches de métiers.

    En conséquence, il ne sert à rien de polémiquer sur l’état de délabrement de notre secteur culturel, car au demeurant, la Révolution tout en ayant inscrit en lettres d’or, des performances quant au nombre d’étudiants, d’élèves et de lettrés, elle piétine toujours sur justement le problème de la qualité, en témoignent les grèves qui paralysent tous les secteurs, et pire, la quête ou la perte d’identité, selon le point de vue, qui a conduit à 1988, puis coup sur coup, au révélateur que furent les années terribles entre 1991-1999… et qui malheureusement ne finiront pas de produire des conséquences navrantes.

    Les harragas, les terroristes ethniques ou religieux, les bandes de racketteurs, les bandes de détourneurs de fonds en cols blancs, les jannissaires en képis, les plumitifs de service, les charlatans autonomistes ou indépendantistes, me semblent tous être le fruits immatures de cette Algérie à veau-l’eau, née d’un certain rapt des institutions et de la Révolution du 1 novembre 1954, par des opportunistes, « réfugiés » à l’extérieur, lorsque leurs frères et soeurs, étaient la proie de la « pacification coloniale », par le fer.

    Oui, il est grand temps que le peuple se réapproprie son destin, qu’il ait son mot à dire à travers ses institutions « élues et souveraines », réellement et non formellement, et surtout que nos élites soient enfin pleinement associées à la gouvernance, à travers ses Conseils, ses Unions, professionnelles, ouvertes aux hommes et femmes du métier et non aux seuls « DESIGNES », par ceux qui se croient éternellement nos tuteurs, et n’ont fait que remplacer le GOUVERNEMENT GENERAL…. de FAFA.

    Pour conclure, je dirai que violer la citoyenneté des Algériens, c’est les dépouiller de leur culture, de leur identité, et des moyens de contrôle de l’exécutif les livrant ainsi à un pouvoir judiciaire au service d’un exécutif lui-même à la solde de l’Etat dictatorial mis en place à la faveur d’une rébellion contre le Peuple, comme ce le fut en 1962, en 1965, en 1992…. et comme cela semble toujours être le cas, avec ces « remaniements ministériels » à la poudre perlimpinpin…

    Merci de m’avoir permis de faire cette mise au point.




    0
  • Tebbessi
    9 juin 2010 at 9 h 48 min - Reply

    @Batni says:

     » Vous proposé de l’Aspirine pour un cancer généralisé, c’est beaucoup plus profond et vous le savez très bien Docteur « .
    ——————————————–

    Votre réflexion est aussi profonde qu’une….tombe! Y’a plus, selon votre brillant diagnostic, qu’à faire la prière des morts et appeler les fossoyeurs! Allah yasstarna djamihène:




    0
  • Zineb Azouz
    9 juin 2010 at 10 h 21 min - Reply

    Monsieur @BRAHIM,
    Encore une fois vous déformez ce que je dis, c’est pourtant clair (le choix parisien du MAK) n’a rien à à voir avec le fait que des milliers d’Algériens Kabyles ou pas aient décidé, pour une raison ou une autre de vivre à Paris.
    Le choix parisien du MAK est lié à son discours HONTEUX (pour tous ceux qui se battent en ALgérie et ailleurs dans le monde) et son GPK sis Paris qui est plus que lourd de sens, comme l’a bien expliqué Madame Zehira Houfani.

    Monsieur @Ghani,
    Je ne vois pas le MAK comme l’incarnation du mal, il n’est qu’une conséquence d’un système fermé sur lui même, en panne d’idées et de perspectives, une dérivée du pouvoir illégitime qui s’accapare des richesses du pays et qui séquestre nos voix.
    Le MAK est comme je l’ai déjà dis, une conséquence interagissante avec sa et ses causes, et se contenter de dire que c’est juste un effet de structure ou de conjoncture, c’est méconnaître les monstres de laboratoires.

    Cordialement,
    ZA




    0
  • l.leila
    9 juin 2010 at 12 h 59 min - Reply

    Bonjour,

    Merci frère Mohamed J. L’antivirus n’a pas résisté et les menaces que j’ai reçues ont causé des dégâts!

    @ Frère Lemgabri. oui, certainement puisque je remarque que la 1ère partie de mon intervention s’était volatisée! C’était à propos des tests d’ADN et la présence des Arabes en Espagne. Il y eut aussi des vagues de de peuplement de Yéménites qui s’étaient installées en Espagne musulmane, passant par l’Afrique du nord…
    Mes salutations




    0
  • houda
    9 juin 2010 at 13 h 19 min - Reply

    bonjour tout le monde
    En parcourant toutes les interventions sur l’autonomie de la kabylie aussi bien sur LQA, TSA, le matin entre autres j’ai tiré une seule conclusion : les autonomistes kabyles en veulent à l’islam UNIQUEMENT, il ne faut pas chercher midi à quatorze heure, c’est aussi clair que ça, mais ils n’ont pas l’honnêteté intellectuelle de le dire ouvertement, pourquoi tourner autour du pot ?
    Question aux autonomistes : quel sort sera -t-il réservé à la MAJORITE kabyle musulmane ? Seront-ils sommés de cacher leur islam et de se faire petits ?
    Alors valeureux kabyles ne vous laissez pas faire, ce n’est pas à une bande d’aigris de vous imposer quoi que ce soit.




    0
  • rachid
    9 juin 2010 at 15 h 37 min - Reply

    Messieurs, azul fellawen.
    Je lis vos commentaires et je rigole sur vos opinions qui sont beaucoup plus sérieuses que le sujet de vos divergences. Sincèrement, croyez vous, que cette création de ce gouvernement à une chance? Allons, soyons sérieux, et analysons les personnes la composant. Allons, allons, si celà venanit d’autres personnes, j’aurais peur pour notre pays, mais avec quelqu’un qui n’a même pas réussi dans la chanson??????
    j’ai suivi sur medi1sat (maroc), l’interview d’une représentante de leur gouvernement, ça prettait à rire, du n’importe quoi, tous ce qui m’a plus en elle c’était la tenue Kabyle. Je vous pose une simple question? Pourquoi ce sinistre individu n’a pas été abattu, lors de la prise d’Otage de l’avion par les islamistes. Ne savent-ils pas qu’il est leur ennemi juré???? Je suis Kabyle, d’ait imghour à boghni. ne venait pas me traiter de tous les noms merci. Quand on me demande dans n’importe quel pays, de quel race je suis, je répond Algérien.
    Salut à vous tous.




    0
  • zapata
    9 juin 2010 at 16 h 03 min - Reply

    une fois rockfeller lui on possè une quèstion :mr rockfeller pourquoi votre fils donne du pour boir et vous vous ne donnez pas du pour boir il rèpondut: c’est très simple fils son père c’est rockfeller.




    0
  • zapata
    9 juin 2010 at 16 h 05 min - Reply

    il à rèpondut: mon fils son père c’est mr rockfeller.




    0
  • lemgabri
    9 juin 2010 at 18 h 17 min - Reply

    En plus d’êtres islamophobe et pro-sionistes, les MAKistes sont anti-Kabyles
    et régionalistes au sein même de leur région.

    En effet, alors qu’ils prétendent demander l’autonomie de tout la Kabylie, (http://a6.idata.over-blog.com/1/21/78/16/carte-kabylie-2.gif) et se permettent de parler au nom de tous les kabyles, ils excluent sans aucune vergogne les Kabyles Hadra (Jijel, Setif, el Bordj…) d’une représentativité au sein de leur mouvement et de leur pseudo gouvernement.

    Win rayhin avec ce grand n’importe koi ?

    Les Kabyles Hadra vont s’organiser en un mouvement pour exiger leur autonomie de la région kabyle présidée par da m’henni!!!




    0
  • Jamel
    9 juin 2010 at 22 h 19 min - Reply

    Bonjour tout le monde,

    Pour Mr. Roudjia,

    Je trouve que c’est facile de mettre l’étranger à chaque fois qu’on touche l’essentiel dans notre pays. C’est pas parce que quelqu’un ne partage pas nos opinions qu’il est forcément ennemi de la nation ou envoyé par l’étranger pour déstabiliser, et à mon avis on doit dépasser ce genre d’arguments pour ne pas tomber dans la simplicité et dans un extrémisme primaire. En lisant votre contribution, je trouve que vous avez cité la majorité des problèmes qui minent notre société, mais vous avez oublié l’essentiel à mes yeux, et ce que vous avez oublié c’est ce que fait l’objet de notre débat actuel. Vous essayez dans votre contribution par tout les moyens d’évacuer cette question identitaire comme ils le font bien les politiciens rusés de chez nous et ce depuis 1962. Vous n’avez pas souffler un mot sur l’essentiel (la reconnaissance officielle de cette identité qui fait l’objet de notre débat), vous avez préféré la critique et les accusations gratuites au lieu de jeter les base d’un débat serein, porteur et bénéfique pour notre société. Les accusations gratuites ne peuvent qu’alimenter des réactions sentimentales qui ne contribuent en rien à notre débat, en revanche une approche plus rationnelle peut à mon avis éclairé les lecteurs d’une manière objective et réelle. Le problème identitaire est réelle en Algérie et ce tout le monde le sait très bien, ceux qui l’ignorent font à mon avis le jeux de ce pouvoir et ils feront absolument rien pour le résoudre. La seule chose qu’ils font, c’est de l’accusation non fondée, l’amalgame, noyer le poisson dans un verre d’eau et tout ça pour ne pas toucher l’essentiel (la reconnaissance officielle de cette langue). Dès que on parle de cette identité, on est accusé de tout les noms (extrémiste, berberiste, anti ceci, anti cela…) pour quoi amalgamer les choses, pour quoi ne pas essayer de comprendre au lieu de faire des procès d’intention et de traiter d’extrémiste tous ceux qui ne partagent pas notre avis. Je pense qu’on a besoin absolument de tolérance et de fraternité pour instaurer un débat réel, basé sur la réalité et pas sur des accusations gratuites.

    Je vous remercie pour votre contribution
    .




    0
  • MissTmourt
    10 juin 2010 at 2 h 08 min - Reply

    Salam,

    Le GPK n’est qu’un sigle qui a remplacé celui du MAK. Si ce n’était son acharnement à vouloir à tout prix parler au nom des kabyles et de la kabylie et vouloir à tout prix distinguer ethniquement les kabyles des autres algeriens et par là même semer les graines de la division raciale, ce mouvement donnerait plutôt envie de rire tant son amateurisme est confondant de naiveté.

    Messieurs, sur un sujet plus sérieux que le GPK qui va être balayer par la prochaine coupe du monde (une des raisons de sa création étant la déception de voir la kabylie dehors pour fêter la qualification de son équipe et donc remplacer le MAK par un GPK comme une sorte de fuite en avant)….

    ….le problème de l’algerie est un problème de « Général » pas de « soldats ». Tout le monde en algerie est contre ce pouvoir ? Alors comment expliquer sa durée si ce n’est par le manque d’un ou plusieurs vrais leaders ? Comment expliquer l’anarchie qui règne au sein de l’opposition si ce n’est pas l’absence d’un ou plusieurs leaders pour y restaurer la discipline et guider le combat ?

    En tant que simple citoyen algérien sans grand pouvoir, j’en veux à Ait-Ahmed, Ali Belhadj, Mehri, Benbitour, Hamrouche, le mouvement Rachad, les syndicats autonomes, Ali Yahia Abdenour, etc….bref tous ceux qui, à leur facon combattent le pouvoir de façon isolée mais refuse de s’unir (ou plutôt ne le font toujours pas) pour mettre fin à la dictature.

    Le simple citoyen est impuissant et ceux qui pourraient allumer la flamme de la libération se perdent dans des discussions byzantines….

    À quand un mouvement d’opposition regroupant Belhadj, Ait-Ahmed et Mehri ???




    0
  • kamel
    10 juin 2010 at 7 h 49 min - Reply

    QU’ATTENDENT NOS GOUVERNANTS POUR REMETTRE UNE BONNE FOIS POUR TOUTE LA FRANCE A SA PLACE, QUITTE A REDUIRE A SA SIMPLE EXPRESSION NOS RELATIONS COMMERCIALES QUI SONT A SON PROFIT. SOYONS DES HOMMES POUR UNE FOIS.

    =========================




    0
  • Mohamed J.
    10 juin 2010 at 10 h 23 min - Reply

    @ El Hadj.

    Permettez moi de réagir à votre post.

    C’est votre droit d’avoir 4 pseudos ou plus. Mais avouez qu’il est plus facile de communiquer avec une « personne » qu’on ressent comme telle qu’avec quelqu’un qui se faufile tantot sous la forme d’une apparence et tantot sous une autre. Lui est sécurité et peut nous manipuler comme il pense le pouvoir et nous qui utilisons nos propres identités sommes dans son esprit fragilisés par le fait justement qu’on ne sait plus avec qui on discute.

    Imaginez vous maintenant que j’utilise d’autres pseudos pour appuyer ce point de vue que je viens d’énoncer ? Tout le monde pourra penser que toute une multitude vous désapprouve.

    D’un autre coté vous pourriez utiliser beaucoup de pseudos pour vous soutenir dans votre démarche. OU EST LA SINCÉRITÉ LA DEDANS ?

    Le pacte essentiel et préliminaire à tout le reste que les Algériens doivent contracter c’est d’user de sincérité. C’est ce qui manque le plus à notre Algérie meurtrie, sinon ce site de LQA n’a plus aucun sens. Sous cet éclairage je pense que vous comprendrez mieux la position de l’Admin.

    J’espère que vous réfléchirez à ça, ainsi que beaucoup d’autres, sans vous sentir offensé, ce n’est pas mon but.

    Mais le fait est que les débats sont biaisés par ces jeux de pseudos. On a l’impression sur certains points d’avoir affaire à une multitude alors qu’une seule personne poste sous de nombreux pseudos pour faire accroire à la justesse de son point de vue par le nombre et parfois ça agace et ça démobilise les plus endurcis. A moins que ce ne soit votre but, vous comprendrez qu’il faut reconsidérer la question.




    0
  • mokhtar
    10 juin 2010 at 13 h 16 min - Reply

    salut.je suis natif de la règion de jijel cèrte nous sommes des kabyles al hadra il y a ceux qui parlent encore le kabyle d’autre parle un mèlange d’arabe de kabyles d’italien enfin un dialècte de la règion seulemment nous les joijelas on n’est pas acharnè et politisè par ce mak car on sait très bien qu’il ne reprèsente rien en kabylie et puis ces idèes ne sont pas intèressente..etc mais une la bonne majoritè des jojelas sont partagè entre les islamistes les flnistes et les socialistes ffs et la partie intèlèctuelle qui c’est le rcd…nous les joijelas on a beaucoup de lien de sang avrc nos frères kabyles nos cotumes consèrvatrices s’adapttent avec eux seulemment on est trops arabisè et c’est ça qui fait la diffèrence




    0
  • Dahmani
    10 juin 2010 at 15 h 48 min - Reply

    @ Jamel

    « …Le problème identitaire est réelle en Algérie et ce tout le monde le sait très bien… ».

    le problème identitaire n’existe que chez ceux qui veulent se démarquer à tout prix de la langue Arabe qui unit les Algériens de Rélizane à El’Taref et de Constantine à Illizi.

    Peut être, vous souhaiteriez un référendum pour que les Algériens dans leur majorité vous prouvent qu’ils sont attachés à la nation Arabe.




    0
  • BRAHIM
    11 juin 2010 at 8 h 52 min - Reply

    Cher internaute @Dahmani , tu as entièrement raison pour ce qui concerne l’arabe. En revanche, si on organise un référendum en Kabylie pour Tamazight, la population répondra en majorité oui pour prouver qu’elle est attachée à SA langue. Ce que réclame les militants Imazighènes ce n’est pas d’effacer la langue arabe qui est la langue officielle et de travail reconnue par tous mais d’accéder à ce que j’appellerai l’« autodétermination culturelle » (qui n’a rien à voir avec l’indépendance ou la sécession ou la séparation territoriale …ou le GPK). La reconnaissance politique de cette langue minoritaire est incontournable. Cette reconnaissance doit s’accompagner du libre choix de ses propres actes pour entretenir la langue, la développer, la moderniser et éviter sa mort prochaine. Cette prise en charge devrait se faire sans contrainte politique extérieure d’où qu’elles viennent (…de Boutef, d’Ouyahia, de Belkhadem ou de je ne sais qui …). Les Imazighène sont adultes pour s’occuper de la manière de développer techniquement leur langue et non pas besoin de « parrains » qui ne connaissent pas ou qui n’ont jamais parlé cette langue. Voilà où se situe, à mon avis, le problème. La reconnaissance de Tamazight ne se résout pas simplement par un « alinéa » dans une constitution mais à une volonté politique clairement affichée de ne pas laisser mourir progressivement et sûrement cette langue. L’identité nationale ne se détermine pas simplement par un référendum sur la langue arabe, mais englobe des notions historiques, sociologiques, culturelles plus larges qui sont propres à NOTRE pays. L’identité nationale est un sentiment d’appartenance à un pays. Je pense qu’aussi bien l’algérien qui parle arabe que l’algérien qui parle kabyle ressent ce sentiment d’appartenance. Par ailleurs, il ne faut pas ignorer que l’appartenance à une Nation se traduit par des droits et des devoirs réciproques entre les individus d’une part et la Nation d’autre part. Un problème d’identité nationale peut se poser lorsque les droits et les devoirs ne sont pas respectés. Dans ce cas, le sentiment d’appartenance peut donc se rompre et le pays peut être déstabilisé et connaître le désordre. C’est là où la lucidité politique entre en jeu. Merci d’avoir pris le temps de me lire et à bientôt sur le NET.




    0
  • Résigné
    11 juin 2010 at 15 h 08 min - Reply

    Si les algériens sont attachés à la nation arabe, c’est la preuve que la nation algérienne n’existe pas et dans ce cas c’est apporter de l’eau au moulin de ceux qu’on est censé combattre.
    La nation arabe est un projet pour ne pas dire une utopie. Pour le moment, attelons-nous à consolider les bases de la nation algérienne que les dafistes ont fait vacillé.




    0
  • Dahmani
    11 juin 2010 at 17 h 12 min - Reply

    C’est avec intérêt que j’ai lu votre réponse et je vous en remercie.

    A mon avis la spécificité Algérienne n’a jamais été remise en cause, ni par l’état ni par le peuple.
    La kabylie, les Aurès ou nos frères du Sahara sont partie intégrante de l’Algérie. Cela suffit pour clore le débat sur l’identité nationale.

    La lutte qui devrait être menée est celle de renforcer les liens entre Algériens afin qu’il puisse y avoir l’émergence de générations dépassant tous les clivages qui affaiblissent l’État et permettent une évolution des mentalités permettant le changement dans la manière de gouverner. Comme briser le culte du régionalisme. Un changement désiré parmi tant d’autres…

    Et pour conclure, vous ne pouvez pas ignorer que dans les temps qui courent, la moindre division au sein d’un peuple, représente une occasion en or pour les partisans de « diviser pour mieux régner » et les « nouveaux croisés » qui redoublent de force dans l’espoir de partir à la conquête des terres, par tous les moyens. L’Irak en est l’exemple. On attend de voir le sort du Soudan.




    0
  • BRAHIM
    11 juin 2010 at 18 h 41 min - Reply

    Dr Ahmed ROUADJIA, professeur d’université, je porte à votre connaissance que la justice d’un pays xénophobe, islamophobe et raciste, en l’occurrence la France,(choisi par Mehenni, Boutef, feu Nahnaf, etc pour des motifs différents) vient de condamner un Ministre de la République Brice Hortefeux pour propos raciste envers un citoyen …..français d’origine ….. arabe. Que pensez-vous d’un pouvoir et de ministres de la « république » algérienne qui ne sont redevables de rien et ne sont pas passibles d’aucune condamnation pour quelques délits qu’ils commettent au motif qu’ils sont au service de « la légitimité révolutionnaire » ! Est-ce que c’est le « Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie » est plus dangereux que « le mouvement de l’accaparement de l’Algérie » dans ce cas là ?????!!! Réponse s’il vous plaît. MERCI.




    0
  • Dahmani
    11 juin 2010 at 20 h 37 min - Reply

    @Résigné
    Je ne suis pas ici pour la provocation ni pour la polémique. Ceci dit je réponds a ton Post:
    Quant a la Nation Algérienne, elle a toujours existé, c’est seulement toi, qui ne la vois pas ou tu n’en fais pas partie.
    La nation Arabe dont je parle est tout simplement le ciment qui unit le peuple Algérien dans sa majorité, qu’est la langue et la culture Arabe ainsi que la religion musulmane et non pas l’union des pays Arabes, tu confonds les deux.
    Et pour finir, les dafistes tu les combats tout seul sans moi, mais n’oublie pas qu’ils t’ont permis de vivre dans l’indépendance fut-elle confisquée.




    0
  • Moussa Oubelaïd
    11 juin 2010 at 21 h 53 min - Reply

    @ Dahmani,
    Je ne sais si vous êtes sérieux ou vous jouez au provocateur, concernant certains dafistes, hachakoum. Mon indépendance territoriale je la dois à mon peuple qui s’est mobilisé contre frança et à nos martyrs qui se sont sacrifiés. Et rien d’autre. Quant aux méfaits et crimes des Daf, l’histoire les révélera à nos enfants.




    0
  • Dahmani
    11 juin 2010 at 22 h 56 min - Reply

    Oubelaid, pour ton information, je suis issu d’une famille de révolutionnaires de la premiere heure. Et la tradition familiale continue d’honnorer ces personnes en étant fidele l’Algérie indépendante.

    Donc comme tu le dis tres bien, ton indépendance tu la dois aux membres de ma famille.

    Quant aux formules pieuses tu les réserves a d’autres que tu pourrais peut etre impressionner.




    0
  • al
    11 juin 2010 at 23 h 14 min - Reply

    @dahmani nation arabe est le ciment qui unit le peuple algerien . cest un delires tu vit ou toi sur mars ou bien sur autre palenete . les kabyles les chauoi les mzab les targui tous ceux la pour vous cest la antion arabe . ecoeurant




    0
  • Mohamed J.
    12 juin 2010 at 9 h 22 min - Reply

    Il devient avec le temps maintenant évident que les bases de l’appel du 19 mars sont comprises différemment par ceux qui fréquentent LQA et que chacun à une opinion qui lui est propre. Cet appel fait sien celui du premier novembre 1954 et déclare les fondements de l’algérianité comme éatnt l’Islam, la berbérité et l’arabité. Or tout au long des débats, certains remettent en cause l’une ou l’autre des composantes, certains affirment la berbérité exclusive de l’Algérie et rejettent son arabité pourtant à la base de l’appel du 19 mars, d’autres sous prétexte d’arabisme tentent de gommer la nature essentiellement berbère de la nation algérienne et d’autres enfin, sous des prétextes parfois tirés par les cheveux nous disent que l’Islam doit être relégué dans l’arrière boutique et ne plus servir de référence dans notre vie publique et politique alors qu’il a été depuis des siècles notre rempart ultime.

    Cet appel du 19 mars est il à ce point obscur au point que tant de polémique se focalise sur ses fondements pourtant affirmés et demeure la seule constante sans qu’on puisse avancer sur d’autres aspects de manière perceptible ?

    Le mouvement issu de l’appel du 19 mars est il condamné à palabrer sur des questions tranchées dans la réalité sans apporter de solution pour sortir de ces ornières et aller de l’avant ?

    Les choses doivent bouger ! Nous devons dépasser ces discussions byzantines et trouver une issue qui nous sorte de ce marasme. Certes LQA nous permet de nous défouler, de vider notre stress, parfois en nous attaquant les uns aux autres, de manière toujours fraternelle et quelques fois, moins fraternelle, parfois nous sommes dégoutés et notre impatience prend le dessus et certains n’apparaissent pas pendant des jours, puis quand on s’inquiète de leur absence leurs commentaires réapparaissent soudain.

    Nous avons fini par constituer une communauté, une communauté qui a les mêmes préoccupations : le bien de l’Algérie, le bien de tous. Mais il reste à nous entendre sur un minimum : comment concilier nos différences ? Comment nous donner plus de force ? Quelles actions pouvons nous entreprendre ? Comment ?




    0
  • bouyilès
    12 juin 2010 at 10 h 08 min - Reply

    @Dahmani –
    Nous vous sommes redevables,ta famille et toi,qui nous ont donné l’indépendance.Aussi vous avez un grand mérite mon frère.En plus de l’Algérie dont vous vous êtes accaparée d’office durant ces 50 dernières années,La part restante d’Algérie dans laquelle on végète misérablement moi je vous l’offre en cadeau.Comme ça vous allez faire un carton plein et vous allez admirablement remplacer le colon d’antan.
    Autre chose:cette Algérie qui est désormais la votre ,vous pouvez lui donner la nationalité que vous voulez,de toute les façons c’est votre propriété et vous pouvez en disposer à votre guise.
    Après toutes ces concessions,il ne reste plus qu’à vous faire pousser des ailes,ainsi vous volerez trés haut…..Le rêve s’achève là,mon pote.Bye.




    0
  • radjef said
    12 juin 2010 at 11 h 35 min - Reply

    Bonjour tout le monde.@Med J, bonjour.Le systeme actuel n’est pas tombé tout seul du ciel; il est le resultat de quelque chose. Dans l’action du premier novembre il y a beaucoup de zones d’ombres. Je ne remets pas en cause cette action, mais je refuse de la sacraliser. Il n’y a pas que du bien dans le 1er novembre. Dans cette action, il y a eu egalement des intrigues, des complots, de l’exclusion, des assassinats et de l’ambition pour s’accaparer du pouvoir. Malheureusement c’est cet aspect qui a marqué le plus la suite des evenements. Il faut nos intellectuels, nos chercheurs, nos historiens,nos sociologues, les quelques rares survivant du 1er novembre se decomplexent devant l’histoire et acceptent de retablir la verité dans toute sa dimension. Sans verité on ne peut pas construire notre avenir. Tamazight, l’Islam et l’arabe n’ont jamais été un probleme pour les algeriennes et les algeriens.




    0
  • GODEL LE MYSTIQUE
    12 juin 2010 at 12 h 31 min - Reply

    @ »Dahmani »,Je suppose que vous n’êtes pas de ceux qui disaient que l’Algérie et sa population, est butin de guerre? Les dafistes sans généraliser ,et même quelques vrais moudjahid qui ont cru que le combat se limitait au port d’armes, ont fait beaucoup de mal à l’Algérie post indépendante ,qui avaient cru que l’État se fonde sur la docilité et l’abrutissement!
    @ »al » et « résigné »,cous avancez des critiques ,légitimes ,vu la situation qui vivent les états arabophones(je précise ni arabes ni arabistes).Mais pouvez vous avancer des solutions pour l’Algérie qui nous permettent de changer de ciment a savoir ,l’Islam (Religion majoritaire) et l’arabe(langage administrative et officiel).S’il y avait un langage Amazigh qui peut être accepté et compris par tout (Touaregs,chleuhs,kabyles,…) la solution aurait pu être facile ,on peut l’accepter comme ciment,comme le cas d’autres communautés ,le perse,l’ourdou par exemple.




    0
  • BRAHIM
    12 juin 2010 at 12 h 40 min - Reply

    Cher internaute @Mohamed J., l’appel aux algériens du 19 mars est une proposition de base de grande importance. Moi j’y adhère. Mais cela n’empêche pas les échanges de point de vue et les précisions de chacun d’entre nous pour aboutir à un consensus solide. En tous les cas, moi par exemple qui n’ai jamais eu la possibilité de « m’adresser pour dire ce que je pense » à Boutef, Ali Belhadj, Ait Ahmed,Ouyahia, Benbitour, Ahmed Rouadjia, Anwar Haddam , etc.. etc… pour ne citer que cela eh bien ! Grâce à LQA (et internet) j’ai pu le faire alors qu’on ne peut en aucune manière accéder aux médias entre les mains du pouvoir. Combien même on s’est, mutuellement, invectivé ou injurié et parfois violemment (ce qu’il faut éviter autant se faire que peut) , je trouve que l’initiative de LQA m’a beaucoup enrichi et m’a montré la complexité de l’organisation politique d’un pays. Il faut à tout prix aboutir à un consensus pour gouverner le pays démocratiquement et dans l’alternance. C’est vital ! Je pense qu’une république islamique tout court, OU une république laïque tout court, OU une république arabo-musulmanes tout court, OU une république amazigh tout court, prise une à une individuellement est impossible, parce que source de déséquilibre politique et de risque déstabilisation du pays, il faut donc trouver une plate forme consensuelle qui permettent justement le fonctionnement démocratique et l’alternance. On voit bien que c’est très compliqué, mais je pense qu’on peut y arriver tôt ou tard. Donc, en attendant …. mais pas trop longtemps …, le débat contradictoire doit continuer, c’est vitale pour l’avenir de notre pays même si les dinosaures continuent de refuser tout changement et qu’ils pensent que nous perdons notre temps.




    0
  • lemgabri
    12 juin 2010 at 12 h 51 min - Reply

    @Dahmani
    « les dafistes tu les combats tout seul sans moi, mais n’oublie pas qu’ils t’ont permis de vivre dans l’indépendance »

    J’ai l’impression, qu’ils signent aussi ta fiche de paye ….




    0
  • BRAHIM
    12 juin 2010 at 12 h 56 min - Reply

    Cher @Mohamed J., juste après t’avoir envoyé mon post « sur l’appel du 19 mars » j’ai lu sur un journal on line algérien qu’un attentat suicide a été perpétré jeudi le le 10 juin vers 23h à Ammale, à une trentaine de kilomètres au sud-est de Boumerdès. Un camion de type Hyundai, chargé d’explosifs a été lancé contre un barrage de contrôle routier de la gendarmerie nationale au lieudit Mizar, à l’entrée des Gorges de Lakhdaria. Cher @Mohamed J., il faut aussi que c’est histoire de « djihad islamique » cesse car tout attentat supplémentaire ne fait que justifier l’Etat d’urgence. çà aussi , il faut y penser. Tant qu’il y a l’Etat d’urgence on ne peut pas avancer d’un iota . Ne me dit surout pas que c’est la DRS qui a fait tout çà, car la DRS ne peut pas se tirer tout le temps une balle dans les pieds. La DRS fait des « choses » mais pas dans ce genre !




    0
  • lemgabri
    12 juin 2010 at 13 h 32 min - Reply

    @Dahmani
     » …. je suis issu d’une famille de révolutionnaires de la premiere heure ….ton indépendance tu la dois aux membres de ma famille ….Quant aux formules pieuses tu les réserves a d’autres que tu pourrais peut etre impressionner »

    Je comprends votre agressivité, surtout quand on sait que votre première heure de la lutte c’est le 19 mars 62. Wekt el hamham dja ya BA.

    Comme disait un vrai révolutionnaire, a propos des dafistes et compagnie, avec sa petite touche d’humour: « Les MARSIENS (ref au 19 mars) habtou fi tounes ou el merok ou zedmou 3lina » « Les martiens ont atterri au Maroc et en Tunisie …. ».

    N’ayez crainte tout le monde va payer ici bas, et devant l’Eternel et ce jour la:
    (إذا كان يوم القيامة أمر الله منادياً ينادي: ألا إني جعلت نسباً، وجعلتم نسباً. فجعلت أكرمكم أتقاكم فأبيتم إلاّ أن تقولوا: فلان بن فلان خير من فلان بن فلان، فاليوم أرفع نسبي وأضع نسبكم، أين المتّقون؟)




    0
  • rachid
    12 juin 2010 at 14 h 06 min - Reply

    A Mr Dahmani.
    Je suis Algérien d’abord de la région de Kabylie, je suis d’accord avec vous quand vous cité la nation Algérienne, mon frère je ne suis pas Arabe, ni vous aussi si vous êtes Algérien. La levée des boucliers par les Arabes contre nous les Algériens, lors des derniers événements nous montrent notre place parmi eux. La nation Arabe ne vous aiment pas et vous le savez si vous aviez l’habitude de voyager chez Eux. Une Publicité faisant l’éloge de notre EN fût refusée par les Chaines Arabes qui ont insultés nos Valeureux CHOUHADA. L’Arabe est celui qui habite l’Arabie. Nous, nous sommes des Aâdjami, Le CORAN et notre Rassoul MOHAMED(QSSL) nous le dit. Oui, BENBADIS le dit aussi nous avons NESBA avec les Arabes, Nous sommes des Algériens Musulmans Africains. OUI mais ne nous parlez pas d’Arabie. La culture Arabe intéresse des gens et non imposable à d’autres, la langue Arabe est celle du Coran que nous sommes tenus d’apprendre comme les autres Nations Musulmanes non Arabes et qui ne se disent pas Arabes, et que nos enfants apprennent aussi, comme nous apprenons le Français, l’Anglais etc.. Vos parents allah yarhmhoum, ont combattus à côté de nos Parents contre un ennemi commun. Je veux vous contredire au sujet du ciment qui nous unit nous les Algériens, c’est l’Islam et l’amour de la patrie. Réfléchissez un peu en revenant en arrière et souvenez vous de ce qu’a réussi à faire notre équipe Nationale, elle nous a unit et fait sortir dans la rue, qui aurait parié 1 centime que le Drapeau Algérien flotterait à TIZI OUZOU ou dans les douars de Grande et Petite Kabylie. Un petit Chouia d’agressivité et d’insultes envers nos chouhadas a réveillé la fibre Nationale de tous les Algériens. En ce moment là qui était chaoui, mozabite, kabyle etc..
    Sans rancune mon Frère et un conseil, ne prennez pas en compte les provocations qui viennent d’outre mer. Salut.




    0
  • Mohamed J.
    12 juin 2010 at 15 h 57 min - Reply

    @ Brahim.

    Bonjour cher ami.

    Je suis d’accord avec toi sur beaucoup de choses.

    1-LQA nous permet de nous défouler, mais est ce sufisant.
    2- Nous n’avons pas beaucoup de temps alors quant est ce qu’il faudra agir et comment.
    3- Tuer des gens n’a jamais été dans les directives de l’Islam ni d’aucune autre religion et cependant combien on a tué au nom de celles ci.Le reproche est il a diriger contre la foi ou contre ceux qui l’ont mal interprétée ?
    4- Le DRS ne peut être tenu directement de tous les crimes qui se perpètrent mais avoue qu’il y a contribué grandement en créant les conditions ou en les entretenant ou en ne prenant pas suffisamment de dispositions pour les contrer ou en n’en ayant pas la capacité de le faire. Dans ce dernier cas l’autorité devrait etre restituée au peuple informé de la situation afin qu’il désigne un ou des sauveurs en qui il a confiance.
    5-Toutes les composantes doivent participer à la gestion de la société sans exclusion.

    Fraternellement.

    @Radjef Said.
    Bonjour cher ami.
    Tel que tu le présentes le problème est insoluble. La vérité à l’état brut, pur, n’existe pas. Lorsque l’homme entre en scène il chamboule toutes les règles et il faut lui tracer des garde fou pour qu’il n’élargisse pas son pouvoir, ce qui est naturel et humain.

    L’appel du premier novembre est l’acte fondateur de l’Algérie contemporaine et il contient les postulats de base, même en admettant qu’il contienne des erreurs qui font qu’il ne doit pas être sacralisé. En attendant de mettre quelque chose de mieux à la place il faut continuer à travailler avec. La théorie du Big Bang en physique et même celle de la relativité et d’autres dans d’autres domaines se fissurent de toutes parts et atteignent leurs limites en certains points d’après les physiciens et pourtant elles continuent faute de mieux de servir de base aux travaux des chercheurs dans ces domaines. Il vaut mieux une vérité tronquée qui permette d’avancer que pas de vérité du tout et que l’inaction.

    D’autre part, le fait de dire qu’il ne faut pas sacraliser l’appel du premier novembre et donc celui du 19 mars meme s’ils ne sont pas remis en cause,revient à dire que LQA navigue sans carte ou avec une carte approximative. Ou allons nous exactement, ou nous sommes nous embarqués?

    Il est vrai qu’il faut faire confiance en le ou les capitaines quand on est en haute mer, mais lorsque le doute s’installe faute de clarté, c’est le sauve qui peut. Si nous reprochons au système son manque de transparence, il faut d’abord commencer par nous memes et donner l’exemple d’une transparence à toute épreuve qui permette des choix éclairés et responsables.

    Je vois malheureusement que le texte de l’appel du 19 mars n’est plus d’actualité dans ses aspects fondamentaux et tu n’est pas le premier à l’affirmer, du moins c’est ce qui me semble.

    Fraternellement.




    0
  • Mohamed J.
    12 juin 2010 at 16 h 23 min - Reply

    @ Rachid
    Citation:«  mon frère je ne suis pas Arabe, ni vous aussi si vous êtes Algérien. »

    Tiens donc ! Tu dénies donc aux autres Algériens le droit d’être ce qu’ils veulent être ? Et en vertu de quoi ? Il y a en France des Français, car nés en France, qui lorsqu’ils sont questionnés sur leur appartenance ne disent pas je suis français mais avancent une autre appartenance, pourtant cela ne soulève aucune objection à leur égard.

    Quant à Benbadis et la NESSBA ce n’est pas le sens que tu lui donnes qui est le bon. Un adage juridique dit « younsabou al oualadou li al firachi » « younsabou » dans le sens de se rattacher, appartenir. Le meme adage en Français se dit « l’enfant appartient au lit ». la racine « nsb » renvoie à l’origine des choses et des êtres.

    La levée de boucliers contre l’Algérie dont tu parles est l’oeuvre de « bouliticiens » assoiffés de pouvoir et surtout d’argent et les jeunes ont été piégés. Ne mélangeons pas tout. Et puis les chaines Egyptiennes ne sont pas les chaines arabes que je sache, l’amalgame est facile de toute façon ils se disent eux memes non arabes mais pharaons. Mais n’oublions pas une chose : Sans l’Egypte, l’Algérie aurait vu la guerre de libération s’enliser et l’Egypte à essuyé à cause de l’Algérie l’agression tripartite et a subi des pressions énormes mais à continué son combat avec l’Algérie. Il faut rendre à césar ce qui appartient à césar. Ils nous ont aidé dans une guerre de libération et nous ont agressé à cause du foot et alors ? Tu n’a pas de différence d’opinion avec tes frères, ne t’emportes tu pas ? Ne dis tu jamais de bétises ?

    Pour le reste: « Algérianité » d’abord etc…je suis assez d’accord avec vous dans les grandes lignes.




    0
  • LUZALUZA
    12 juin 2010 at 19 h 32 min - Reply

    azul
    malgres que mon dernier post ne soit pas publié , je vais qund meme apporter ma contribution à ce debat fort interessant ,qui à mon sens tourne de plus en plus au dialigue de sourds .
    d’un côté les tenants de l’arabité exlusive ( et pour l’enjoliver ,on se gargarise de son appartenance à l’islam) de l’autre côté les algerianistes kabyles qui se veulent se faire tout doux aux yeux des autres algeriens non kabyles ,en faisant le meme amalgame de la religion qui aurait dû nous unir tous .
    La question qui se pose aujourd’hui , pourquoi n’a-t-on pas avancé justement sur ce rapprochement fraternel avec tous les partis algerianistes qui ont eu beaucoup de merite dans la première decennie qui a suivi OCTOBRE 88.
    Le pouvoir central a reussi à applanir toutes les divergences qui le differenciait de l’opposition , en les mettant justement en antagonisme sur le terrain de la politique , chacun defendait sa part de gâteau et pour avoir toutes les chances d’y parvenir ,chacun se devait de se delaisser de son cheval de bataille pour mieux etre en adequation avec les tenants du pouvoir .
    Aujourd’hui , je ne vois vraiment pas la raison d’etre d’une quelconque opposition algerianiste ,car tout le monde s’accorde à dire la meme chose differemment .
    Où est la laicité prônée par le rcd
    Où est la ferveur de Louiza hanoun
    Où est la constituante du ffs
    Mis à part la fusion des FISistes au sein meme du pouvoir , tout le monde a perdu sa bataille dans les trancées ………

    Est-ce vraiment ça que le peuple algerien a voulu , je ne crois pas du tout .

    N’ayant pas reussi à faire basculer la citadelle de l’interieur ,il est de notre devoir de tenter de bien reculer pour lancer un nouvel assaut pour ebranler serieusement cette pieuvre à sept têtes qui engloutit tout ceux qui se hasardent à l’approcher .

    Le MAK propose une de ces solutions , car ensemble en qualité de petit peuple disparate ,occupé à nous jeter en pleine figure des contradictions à ne plus s’entendre les uns avec les autres , car ce systeme alimente justement ces faux debats et lui permet d’arbitrer d’en haut la basse-coure!

    l’autonomie de la kabylie ne veut rien dire de plus que la libre gestion de son destin par le peuple qui compense cette partie de la nation , imaginez que le reste de l’algerie suive cette initiative et que chaque région revendique sa propre façon de se gerer , le pouvoir central n’aura plus aucune raison d’echapper à la bonne gouvernance ,car le droit de regard sur les affaires de la nation reviendraient directement aux decisions locales , sauf celles relevant de la politique exterieure et de la defense .
    Croyez moi que vous ne trouverez pas beaucoup de monde qui va se bousculer pour aller occuper ce genre  » korsi » , la rente petrolière se verrait equitablement repartie entre le peuple qui est seul souverain de sa region .
    Alors de grace , que celui qui se sent algerien de souche ne vienne pas rechinier sur cette proposition , car elle va dans le sens du recouvrement de sa dignité , de sa liberté , et son devoir d’apporter sa pierre à la reconstruction de sa patrie ………., les exemples dans le monde ne manquent pas ( la suisse , l’espagne , la belgique , l’allemagne etc……….)
    Dis moi qui tu frequentes , je te dirais qui tu es !
    Divorçons difinitevement d’avec la FRANCE et de son jacobinisme ….!

    N’ath waghlis




    0
  • Rachid
    12 juin 2010 at 19 h 40 min - Reply

    A Mohamed J.
    Je voudrais donner mon opinion sans froisser quiconque et si j’ai choquer quelqu’un je lui demande pardon. Tout d’abord quand je parlais de chaines arabes je n’ai pas cité d’egyptiennes mais j’ai bien dit « ARABE » et c’est vrai Le nom Algérien fut durant toute cette periode honni des Ecrans. Quand à Nesba, je répéte et je persiste que Cheikh Benbadis dans NESBA IL PARLAIT BIEN DE nasseb qui veut dire ALLIANCE, SILA OUA EL QARABA OUA ESSAHARA QUE JE VOUS PRIE DE JETER UN COUP D’OEIL AU DICTIONNAIRE pour l’interprétation du mot YENTASSIB qui vient de NASSABOU. Ni vous ni moi n’étions présent lors de l’écriture de ce poéme. Donc, moi en tant que non Arabe, qui lit l’arabe j’interprete ce moi comme sus-cité et non comme le dites, ennassabou layssa illa el qaraba et n’a aucun lien sanguin pour qu’il devient familiale. quant au sens juridique qui revient au lit, ça, mon frère, comme vous le dites « C’EST JURIDIQUE UNIQUEMENT » ET IL N’YA AUCUN JUGEMENT QUE JE SACHE QUI ME LIE AUX ARABES.
    Par ailleurs, je ne dénie à aucune personne de choisir ses origines. Puisque vous parlez de la France, sachez Monsieur, qu’il y a des gens qui se sont naturalisés Français, il y a 5 ans et ils se disent Français, OK! Alors, nous, depuis Bani Hillel, nous sommes encore ARABE????????? Pour, l’histoire que je vous demande de relire, Vous êtes un peu en retard, car cette agression, c’est La nationalisation du canal de suez qui l’a provoqué et non la guerre d’Algérie en 1956. Car je vous pose cette question. POURQUOI LE BUREAU DU FLN QUI ETAIT AU CAIRE A CHOISI DE VENIR EN TUNISIE???
    OUI, monsieur, la tunisie, le Maroc, la yougouslavie OUI OUI ET OUI, l’Egypte non. Monsieur, je ne sais qui vous êtes, mais quand vous dites « Ils nous ont aidé dans une guerre de libération et nous ont agressé à cause du foot et alors », là, Monsieur j’ai peur!!!!
    Car faire couler le sang Algérien, insulter nos chouhada, bruler notre embleme National par des juriques Cher Monsieur, insulter Nos Mamans, nos soeurs et nos femmes, nous traiter de tous les noms d’Oiseaux, vous dites et Alors. Allahou Akbar, qu’est ce qui vous prend de parler ainsi, Vous êtes Algérien??? Vous savez ce qui se passe la bas? si vous appelez ça des bétises, alors qu’est qu’il faut pour vous remuer?
    Autre chose, savez vous, Monsieur, Que certains Pharaons sont des berberes? Contactez moi je vous envoie des lectures d’histoires concernant tous ce que je viens de dire. Salut, Vous avez un bien BEAU NOM, MOHAMED




    0
  • Mohamed J.
    12 juin 2010 at 20 h 50 min - Reply

    @ LAZALUZA.

    Effectivement c’est un dialogue de sourds. L’autonomie vise à reconnaître et à décréter qu’il y a multitudes de peuples en Algérie. Je parle d’une certaine forme d’autonomie politique. Donner l’autonomie politique aux régions peut déboucher sur deux possibilités : soit ils ont une autonomie élargie et la souveraineté nationale sera partagée ou ils auront une autonomie restreinte et le pouvoir central les manipulera comme il l’entend.

    Dans le premier cas les gouvernants locaux auront tendance à élargir leur pouvoir et après un temps, ils revendiqueront l’exclusivité de leurs ressources si elles sont importantes et cela débouchera sur leur indépendance, les jeux de la stratégie internationale aidant.

    Dans le deuxième cas cela ne changera rien à la situation actuelle parce qu’une autonomie politique retreinte est similaire, presque à une décentralisation administrative avec conseils locaux .

    A moins qu’il y ait une autre forme d’autonomie que je ne connais pas.

    Depuis l’indépendance, l’Algérien est le cobaye de gens qui expérimentent sur lui des trucs sans lui demander son avis. Ferhat Mehenni ne déroge pas à la règle, voilà tout.

    Décréter l’autonomie dans un pays c’est se déclarer titulaire de la souveraineté nationale, car si la Kabylie fait partie de l’Algérie, c’est tous les algériens qui devront donner leur avis sur son autonomie puisqu »elle leur appartient autant qu’aux kabyles comme l’Algérie appartient à tous les Algériens y compris les Kabyles.

    Régler un problème pour en créer un autre n’est jamais une solution. On ne soigne pas une dent en enlevant la machoire.




    0
  • al
    13 juin 2010 at 0 h 20 min - Reply

    @GODEL LE MYSTIQUE dit : le gaélique langue irlandaise celte presque langue morte interdite pendant des siècles et des siècle par les anglais le colonisateur de L’Irlande,
    les irlnaidas on fait une révolution a algérienne et les aglerisn se sont inspiré d’eux , la population D’Irlande parle anglais a 99 prcnts langue de savoir de technologie de commerce langue passe partout dans le monde .
    j’ai eu l’occasion de connaître ce très beau pays des gens sympa fière de leur histoire de leur peuple de leur pays, jamais ca leur viendrait a tete de passer pour des anglais, mais c’est un pays démocratique . vous savez c’est quoi la politique linguistique de L’Irlande ? gaélique lange offeicle no 1 anglais 2 langue , si tu parle pas gaélique tu peut pas être fonctionnaire .
    aujourd’hui tout irlanadias ayant suivi un corsus scolaire parle gaealique sans parler des moyens que l’état mets en place sur la plan pedagogqiu telvisulle ecrit 80 pourcent des irlandais peuvent le parler aujourdhui de la jeune génération , et jeune génération sont obligé. l’état algérien pourras un jour s’en inspirer pas celui là mais un démocratique. pour en faire de berbère un socle de tous les algériens. mais l’etat algerien fait exactment la contraire




    0
  • Jnsplu ex Mohamed Jabara
    13 juin 2010 at 9 h 42 min - Reply

    @ Rachid.

    Tu as raison : je ne sais plus si je suis Algérien.




    0
  • Ammisaid
    13 juin 2010 at 14 h 44 min - Reply

    Chez nous:
    Je ne peux pas rêver
    Je ne peux pas penser
    Je ne peux pas désirer
    Chez nous:
    Je peux tuer
    Je peux voler
    Je peux délirer

    Chez nous:
    Je ne peux pas aimer
    Je ne peux pas voyager
    Je ne peux pas créer
    Chez nous:
    Je peux me soûler
    Je peux me suicider
    Je peux me droguer

    Chez nous:
    Je ne peux pas travailler
    Je ne peux pas me loger
    Je ne peux pas progresser
    Chez nous:
    Je peux régresser
    Je peux errer
    Je peux m’égarer

    Chez nous:
    Je ne peux pas dire la vérité
    Je ne peux pas accéder à la sérénité
    Je ne peux pas circuler en toute liberté
    Chez nous:
    Je peux torturer
    Je peux déshonorer
    Je peux humilier
    En toute impunité

    Chez nous:
    Je ne peux pas espérer la prospérité
    Je ne peux pas souhaiter la tranquillité
    Je ne peux pas demander que mes droits soient respectés
    Chez nous:
    Je suis obligé de trafiquer
    Je suis obligé de mendier
    Je suis obligé de supplier
    Pour échapper à la misère ou à la pauvreté

    Chez nous:
    Je me sens emprisonné
    Dans les murs d’une violence légalisée
    Dans les murs d’une ignorance glorifiée
    Dans les murs d’une prison fortement surveillée
    Chez nous:
    Je dois renoncer à mon identité
    Je dois écouter et suivre des traîtres intronisés
    Sans avoir jamais rien donné
    A cette terre qu’ils n’ont jamais aimé

    Chez nous:
    Je ne veux plus y rester
    Je préfère tout laisser
    A ceux qui se battent pour des futilités
    Chez nous:
    La laideur est pris pour la beauté
    La lumière brille dans les foyers de la lâcheté
    La terreur rode autour de ceux qui n’ont rien gagné

    Chez nous:
    Les hommes sincères et courageux sont ignorés
    Les criminels et voleurs sont très respectés
    Le savoir est de partout chassé
    Pour permettre à l’ignorance de régner

    Chez nous:
    La politique est utilisée
    Pour servir les convictions et les idées
    De ceux qui veulent nous berner et nous exploiter
    Chez nous:
    La justice est infesté
    Par ceux qui ont confisqué
    L’indépendance pour laquelle ils n’ont rien sacrifié

    Chez nous:
    Les faibles et les innocents sont terrorisés
    Pour être obligées de croire et de louer
    Ceux qui ne pensent qu’à leurs intérêts
    Chez nous:
    Les traîtres d’hier et d’aujourd’hui sont élevés
    Au rang du courage, du patriotisme et de la témérité
    Et au rang de la noblesse éternelle et incontestée

    Chez nous:
    Nos richesses servent à alimenter
    Les coffres forts de ceux qui n’ont rien mérité
    Et les économies des puissances qui acceptent des les protéger
    Chez nous:
    Les élites sont achetés et engraissés
    Pour soutenir les ignorants et les illettrés
    Au lieu de nous conduire vers l’unité et la clarté

    Chez nous:
    Nous tous et toutes d’accord pour rester
    Esclaves de ces rois fous ou castrés
    Malgré qu’ils continuent à nous haïr et nous massacrer
    Chez nous:
    Les énergies sont toutes dilapidées
    Dans des débats qui n’ont aucune utilité
    Pour notre avenir et celui des générations qui vont arriver
    Fraternellement




    0
  • GODEL LE MYSTIQUE
    13 juin 2010 at 16 h 09 min - Reply

    Vous parlez de celtes ?de quelles celtes ?ceux qui ont été anéanties ou assimilés par les vagues successives des peuples indoeuropéens venus de l’orient (Angles,Saxes,Normands….) ? Savez vous que le gaélique, cousin de l’anglais (langue germanique) que vous citez comme parlé en Irlande n’est pas autochtone ? Où est passé la langue pan ibère qui recouvrait l’Europe de l’ouest ,dont les seul îlots qui ont résisté au tsunami indoeuropéen(Latin ,romane ,Wisigoth,…) est le basque et l’austrie ? Savez vous que l’étrusque à été effacé(ou absorbé ) par les langues latines (indœuropéennes) à Rome ? Et la même question se pose pour les langues finno-ougriennes, recouvrant une vaste aire géographique qui va de la mer Baltique et du nord de la Scandinavie jusqu’à l’Oural et le Dniepr . Le nombre total de locuteurs de ces langues est estimé à 25 millions de personnes pour ne pas parler des peuples qui ont changé leurs langues ancestrales par des langue nordiques.
    Je ne vois pas pourquoi vous parlez du problème linguistique irlandais en occultant le problème religieux (anglicane catholique) qui est central?
    Le problème de l’expansion des langues et des peuples est très compliqué, qui demande une réflexion profonde et une méthode phénoménologique ,surtout quand on le mêle au politique.




    0
  • luzaluza
    15 juin 2010 at 16 h 39 min - Reply

    @mohamed j
    Le dialogue reste toute fois sourd et ce malgres votre insistance sur l’unité nationale qui vous parait la seule forme de gestion d’un pays ,car de votre point de vue l’autonomie des regions risque de creer une disloquation de la nation .
    Avez vous dèjà entendu parler la region catalane d ‘espagne , depuis qu’elle a accedé à son autonomie ,elle est la region la plus prospère de l’espagne et pourtant elle fait partie du meme pays , avec sa particularité linguistique , son parlement et tout ce qui relève de la gestion locale des affaires publiques .
    Vous avez passé sous silence le sort qui est reservé à la langue kabyle dans cette unité nationale , il faut savoir Monsieur Mohamed qu’en kabylie , les gens ne peuvent meme plus se defendre dans leur propre langue , car la langue arabe est sacralisée dans les rouages de la justice algerienne et aucune autre langue ne peut etre utilisée pour plaider sa cause , les juges refusent de se soumettre à cette particularité de la kabylie .
    Et ce n’est qu’un petit exemple d’handicap que rencontre le citoyen kabyle dans sa vie quotidienne , à votre avis il faut fermer les yeux sur cette negation ?
    Si cette langue derange tant l’unité nationale , il suffit d’accorder cette autonomie pour ne plus entendre parler du kabyle dans les autres regions d’algerie , car meme si officiellement on ne dit pas les choses clairement , dans la vie de tous les jours , le citoyen kabyle est invité à utiliser la llangue officielle du pays pour se faire comprendre aupres des representants de la nation ( gendarmerie , police etc………..)
    Pourquoi cette entetement à vouloir à tout prix arabiser les kabyles ?
    Voilà Mr MOHAMED ,je voudrais bien avoir votre avis sur cette question precise et elle est posée à tout le monde qui veut bien apporter sa contribution ………..
    et surtout ne balancer pas le slogan « nous sommes arabisés par l’islam  » car cette vision a été usitée par le pouvoir depuis la nuit des temps , et c’est ce qui nous amenés aujourd’hui à nous prendre en charge tout seul ,le reste des algeriens n’adhèrent pas à notre revendication et c’est tant mieux pour eux , que celui qui se sente « arabe » le reste mais qu’on ne vienne pas voter sur notre sort si nous sommes kabyles ou pas , il me semble que cette question aussi à été evacué du debat , car on ne peut decider de l’existence d’un peuple , aussi petit soit-il ……….
    Merci de rester serein en repondant à la question !




    0
  • Mohamed J.
    15 juin 2010 at 22 h 18 min - Reply

    @luzaluza

    Tant que le débat est objectif, qu’il vise les situations et non les personnes, je ne vois pas pourquoi je ne serais pas serein. Mais vous n’avez pas tout à fait tort, nous autres Algériens, avons une mentalité très spéciale et pouvons sacrifier la rationalité au sentiment. En d’autres termes, dès que nous ressentons du défi et même si nous n’avons pas raison, « me3za oualaou taret » et ce, toutes régions confondues, c’est une constante nationale, c’est peut être la seule constante nationale véritable et qui nous mène droit dans le mur. C’est pour cette raison que comparer l’Espagne catalane à l’Algérie kabyle ne me semble pas adéquat. La mentalité des espagnols et la notre n’ont rien de commun.

    Je constate à ce niveau de mon raisonnement que vous n’avez répondu à aucune de mes approches sur les formes d’autonomie que vous souhaitez . Qu’entendez vous par autonomie au juste ?

    Vous posez le problème d’une langue Kabyle. Je ne sais que vous répondre la dessus car pour moi, toute l’Algérie est amazighe et le kabyle n’est qu’un dialecte parmi d’autres qu’il faudra unifier et enseigner à l’ensemble des Algériens. Scinder la kabylie du reste du pays va à l’encontre des préoccupations de la cause amazighe et cette approche sectariste ou sectorisante ou sectorielle n’est pas acceptée même en Kabylie et parmi les berbéristes eux mêmes (Ne pas confondre avec les berbères).

    Pour ce qui est de se défendre dans sa propre langue au tribunal en Kabylie, permettez moi de soutenir le contraire, j’ai longtemps fréquenté les tribunaux de la région, il y a un certain temps et ce problème ne m’est jamais apparu. Mais peut être que les choses ont changé, qui sait ?

    Qui te dit que cette langue dérange l’unité nationale ? Cette affirmation vient de toi jusqu’à preuve contraire. Ce qui dérange par contre l’unité nationale c’est le fait de se mettre derrière la langue Kabyle pour parler au nom de tous les Kabyles et de tous les Algériens et décider d’une question de souveraineté nationale alors qu’on ne représente que soi même. Cela s’appelle comment ? De la démocratie ?

    Le citoyen Kabyle ! Il existe ? Je ne vois pas un seul citoyen dans toute l’Algérie, sauf ceux qui ont « pignon sur rue ». Le reste du peuple dans son écrasante majorité est démuni de sa citoyenneté. Aucune région ne fait exception.

    Je ne parlerai pas de l’ arabe, dialectal s’entend, qui est le parler de 99,99 des algériens, sauf ceux qui ne le veulent pas pour des raisons de chauvinisme.

    Quant aux Kabyles que tu veux ériger en peuple, relis un peu les archives du site ou renseigne toi sur la signification de ce mot qui n’est pas aussi clair qu’il y paraît, lorsqu’il s’agit de constituer un Etat, de parler droit constitutionnel et politique. Il y a le peuple Algérien mais point de peuple Kabyle. Arrêtons de dire n’importe quoi en suivant Ferhat comme s’il était le messie qui reçoit la révélation divine.

    L’Algérie appartient à tous les algériens et la Kabylie fait partie de l’Algérie jusqu’à ce que le peuple algérien dans son ensemble en décide autrement et décide de l’avenir ne serait ce que d’un mètre carré de son territoire.

    J’espère que tu restera serein comme tu me l’a demandé.




    0
  • moura
    15 juin 2010 at 23 h 23 min - Reply

    @luzaluza
    j’espere que vous avez des rudiments de mathematiques,les mathematiques permettent de modéliser des pensées(pas solutionner).1+1 font 0 en systeme bineaire,2+1 font 0 ensystemer de numeration de base 3,4+3 font zero en base de numeration de base 7 et 5+5 font 10 en base 10;ce que je veux entendre par là,ceux qui reponde aux operations citées par la reponse zero ont tous raison seulement sur des bases de numerations differentes;j’ai l’impression qu’on a pas les memes systemes de references.pour moi l’autonomie ne veut pas dire separatiste ou autre ,l’autonomie permet de gerer les affaires specifiques à une population specifique,celle-ci peut engendrer un systeme de gestion plus rationnelle et peut etre se deferer de ce systeme innomable qu’on arrive pas à deferre.




    0
  • rachid
    16 juin 2010 at 11 h 07 min - Reply

    A mohamed J.
    Je suis Kabyle, et tout ce que raconte Monsieur LUZALUZA c’est du Khorti pur et simple. je vous reproduis l’écrit de Monsieur SAMIR dit le 4 juin il dit :
    « je ne comprends pas pourquoi tant de publicité pour un non evenement?vous donnez trop d’importance à cet individu qui n’a plus rien en commun avec l’ensemble des algeriens.ce type ne se considere pas algerien,alors cessons d’en parler. »
    ceci résume tous ce que cette poignée d’exités racontent, et ce n’est qu’une poignée soyez en sur. La langue Kabyle n’est pas parlé au tribunal, dans les commissariats etc… Moi je parle en Kabyle, à Ghardaia, Oran Annaba Oued Souf Boussada et j’en passe et des meilleurs. Je suis marié à une Algérienne de TIARET.Ce que disent ces énergumènes c’est tous le contraire de ce que pensent les Kabyles, je dis et redis que c’est une poignée POINT C’EST TOUT. Ne leur donnez pas l’occasion de se défouler. Monsieur, lors des évenements de la Kabylie, ces Energumènes ont demandé que les Gendarmes partent de notre Région, Ils sont partis. Alors Le terrorisme, les Rapt, Les demandes de rançon, les Agressions, les Crimes, les Vols tous les péchés Capitaux sont apparus Chez nous. Et nous fumes obligés nous Kabyles sincères de demander le retour de ces Gendarmes. Alors comprend qui veut comprendre sans mathématiques ni BOULITIQUE. SALUT. Je sais que la foudre en juin va me tomber sur la tête, mais il fallait que je dise ça. Salut et à vos claviers.




    0
  • batni
    16 juin 2010 at 17 h 18 min - Reply

    A @rachid,
    Je voudrais bien savoir dans quelle école a TIARET vos enfants étudient en Berbere?. J’ai hate de la savoir.
    Mes respects,




    0
  • Ammisaid
    16 juin 2010 at 21 h 43 min - Reply

    A frère Mohammed j,
    Tsaghat ghass thouvegh (l’orgueil) est donc le gêne qui prouvent qui nous sommes d’une même identité. S’il y a des Algériens qui ont muté: Allah Ghaleb, ils ont muté, peut-être, pour des raisons d’un environnement, en permanence hostile et défavorable. Si nous ne essayons pas de faire attention et de redevenir un peu plus humble (être humble ne signifie être faible et accepter tout), nous risquons de continuer à muter au point de se transformer en monstres. Et, si nous devenons des monstres, alors là, il n’y aura plus de possibilités de se sauver et de sauver l’Algérie. Allah yestar. Parlons un peu plus de nos qualités, de nos atouts et de nos hommes et femmes simples, humbles, sincères et courageux (actuels et du passé), ça peut nous aider à retrouver notre fierté et notre fraternité d’antan (un temps qui n’est pas si lointain que ça!).
    Fraternellement




    0
  • Mohamed J.
    17 juin 2010 at 0 h 18 min - Reply

    @ Frère Ammisaid.

    Vos messages ramassés et pleins de paraboles m’interpelleront toujours par leur richesse et leur profondeur. Merci ! Pour tenter de répondre à votre message, je dirais qu’il y a deux sortes d’orgueil :

    L’orgueil sain et qui nous fait endosser des responsabilités en famille, en communauté, dans la rue, au marché et partout ou nous sommes et nous amène à défendre la veuve,l’orphelin, les vieux et les femmes , à rejeter l’injustice et à nous y opposer au risque d’y laisser des plumes et c’est cet orgueil là, véritable crédo de l’Algérien « argaz » d’antan qui est en train de se perdre s’il n’est déjà perdu et qui à permis la libération de l’Algérie des griffes du colonialisme.

    Il a tendance à être remplacé par une nouvelle forme d’orgueil stérile qui fait que beaucoup d’Algériens ont mûté comme vous dites, et qui possèdent un orgueil à la forme tout à fait égoiste, égocentriste, centrée sur leur seule personne et sur ses propres intêrêts qui fait d »eux non pas des êtres sociaux mais des gens au service du matériel qui les déprave et les laisse sans valeurs morales et qui ne voient qu’eux et ce qu’il possèdent et rien en dehors de cela n’existe. Il ne faut critiquer ni leur ignorance, ni la manière avec laquelle ils ont acquis leur savoir ou leur patrimoine, ni la manière dont s’exprime ce savoir et ce patrimoine .

    Le premier orgueil est paradoxalement un orgueil humble, le second ne l’est en aucun cas.Le premier est respectable, le second est honni. Le premier est une valeur sociale, le second est une déchirure sociale.

    Fraternellement.




    0
  • Belaid Ait Mohand
    17 juin 2010 at 16 h 04 min - Reply

    Comment laisser passer un commentaire qui traite d » ENERGUMENES  » les 126 jeunes Kabyles assassinés par ces criminels de gendarmes en 2001 ?
    Je ne réponds pas à ce personnage qui se cache derrière un pseudo ( rachid ), mais , je me vois disparaitre à jamais de ces débats haineux .

    ======================
    Non, mon cher Belaïd, le pseudo-Rachid a traité d’énergumènes la « poignée d’excités » qui se sont autoproclamés tuteurs et représentants des kabyles. Nous n’aurons jamais accepté que, sur ce site, soit souillée la mémoire de nos 126 enfants tués par des criminels et qui font partie des 250 000 victimes du drame national provoqué par ce pouvoir illègitime.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine.




    0
  • rachid
    19 juin 2010 at 13 h 50 min - Reply

    A BATNI.
    SVP dites moi ou j’ai parlé d’Ecole à Tiaret dans mon message. J’ai hâte de le savoir comme vous le dites si bien. Relisez calmement mes dires et parlez de ce que vous avez lu ou Vu. Donc vous venez de confirmer ce que j’avais écris, VOUS ETES LA PREUVE CONCRETE ET VIVANTE des Gens dont j’ai parlé dans mon Message. Ceci dit, vous appartenez au groupe qui accuse les gens d’avoir fait ou dit des choses dont ils sont innocents.




    0
  • batni
    19 juin 2010 at 15 h 29 min - Reply

    A Rachid,
    J’ai cité Tiaret ou Tihert la ville d’origine de votre noble épouse, j’aurais pu cité Ghardaia, Oran Annaba Oued Souf Boussada. C’est une parabole mon ami, je penses qu’on parle pas de la même chose.
    Mes respects,




    0
  • Mohamed Jabara
    19 juin 2010 at 15 h 55 min - Reply

    @ Batni.

    Quel « berbère » veux tu qu’on enseigne à nos enfants ?




    0
  • batni
    19 juin 2010 at 18 h 04 min - Reply

    Une langue unifiée comme tu l’as toujours défendu sur ce site Mr Jabara.
    Il faut que nos frêres et amis arabophones sachent une bonne fois pour toute que nous, les défenseurs de notre langue maternelle, n’avons qu’amour et fraternité pour eux. On n’oppose jamais notre langue a la langue arabe ni a aucune autre langue d’ailleurs.
    Nous nous opposons aux défenseurs du baathisme et de l’arabisme ethniciste et raciste.




    0
  • BRAHIM
    19 juin 2010 at 19 h 27 min - Reply

    @Mohamed Jabara , la réponse à la question que tu te pose est simple : c’est le berbère parlé par leurs parents , pardis ! berbère qui doit être promu, développé et enrichi si on s’y interresse. C’est le berbère qui doit exister dans toute sa diversité mais sans la prétention de remplacer la langue arabe.Tout simplement.




    0
  • Mohamed Jabara
    19 juin 2010 at 21 h 38 min - Reply

    d’autres avis sur quel berbère enseigner à nos enfants ?




    0
  • BRAHIM
    20 juin 2010 at 13 h 30 min - Reply

    Le Dr Ahmed ROUADJIA a promis de répondre à certain d’entre nous internautes, j’espère qu’il ne va pas nous faire le coup de Benbitour qui ne réponds pas toujours au réactions des internautes. LQA est une plate forme démocratique, elle se compte parmi les rares place de débat démocratique de la scène politique nationale, alors exprimons nous quelque soit notre idéologie et nos penchants politique, communiquons, parlons entre nous, jusqu’au bout ! Profitons-en !




    0
  • Mohamed Jabara
    20 juin 2010 at 16 h 20 min - Reply

    @Brahim nous dit que chacun doit apprendre la langue de ses parents et @Batni nous dit qu’il faut enseigner une langue unifiée.

    Deux internautes, deux avis.

    Si on suit la thèse de Brahim, on aura dans un seul pays, autant de langues qu’il y a de dialectes amazighs et le temps faisant, ils vont évoluer séparément et devenir de plus en plus différenciés, car nous savons tous que les langues et les dialectes évoluent. Par contre si on suit la thèse de @Batni, la langue unifiée aura tendance à évoluer de façon à homgéiniser le parler des Algériens et à contribuer à l’unité de la nation. Mais j’ai l’impression que certains Kabyles, tiennent à leur kabylité plus qu’a leur amazighité ou peut être que je me trompe ? Je pense que cette question est importante à débattre mais paradoxalement, ceux qui ont l’habitude de nous innonder de posts sur le futur berbère de l’Algérie duquel l’arabe sera totalement exclu demeurent muets sur ce sujet pourtant essentiel de mon point de vue pour la construction de l’avenir. Alors, y a t il d’autres avis ?




    0
  • BRAHIM
    20 juin 2010 at 19 h 19 min - Reply

    oui @Mohamed Jabara , et pourquoi pas d’autres avis et encore et encore. Moi je ne suis qu’un bèrbère parmi des millions d’autres et je ne suis pas spécialiste de Tamazight et de la berbérité. Je sais seulement que ma langue ne doit pas mourir et c’est aux seuls amazights de décider de la manière de développer leur langue, vois-tu ? La langue amazight leur appartient et s’ils décident eux-même qu’il est inutile ou stupide de la développer, c’est leur problème. Toi tu as la chance d’avoir ta langue, l’arabe bien charpentée et plus « évoluée » que Tamazight , nous les berbères notre lutte prioritaire c’est d’abord de ne pas LAISSER mourir la notre.




    0
  • bouyilès
    20 juin 2010 at 19 h 44 min - Reply
  • BRAHIM
    20 juin 2010 at 19 h 50 min - Reply

    ……. et pour conclure cher @Mohamed Jabara « ceux qui ont l’habitude de nous inonder de posts sur le futur berbère de l’Algérie duquel l’arabe sera totalement exclu » n’existent que chez les extrémistes. Je pense que raisonnablement ce n’est pas la majorité des berbères qui veulent l’exclusion de l’arabe, ils sont insignifiants. C’est thèse là me rappelle les réactions des israéliens qui laissent croire à l’humanité que le Hamas veut la destruction d’Israël alors qu’ils n’ont que des hab hab à leur disposition tandis qu’en face il y a l’arme nucléaire. Il faut arrêter l’alarmisme, cà ne mène à rien de faire peur aux « algériens d’expression arabes », çà ne passe pas. Les berbères n’ont aucune capacités ni militaire ni politique d’anéantir la langue arabe qui est la langue de la majorité des algériens.




    0
  • Mohamed Jabara
    20 juin 2010 at 21 h 49 min - Reply

    @ Brahim.
    Mon cher ami. Ne te froisse pas ! Il n’ y a rien de personnel. Et tout ce qui concerne l’Algérie nous concerne tous, autant que nous sommes, yant que nous sommes de bonne foi. Et je sais que tu l’est et tu sais que je le suis.

    Tes deux posts m’amènent à te rpondre sur cinq points:

    1- Ta langue ne doit pas mourrir. Je suis de tout coeur avec toi. Toute langue contient d’immenses richesses culturelles et qui ne peuvent demeurer vivantes qu’autant que cette langue reste vivante. Le berbère étant spécifiquement maghrébin contient des richesses de mon pays même si je ne le parle pas convenablement et c’est pourquoi je le défends. Mais défendre le berbère c’est le restituer dans son contexte et ne pas le cantonner à une région spécifique car alors il perd ses principaux caractères et notamment celui d’élément fédérateur du maghreb.

    2-« La langue tamazight leur appartient ».A qui ? Là je t’avoue que je me sens perdu car j’ai toujours considéré que les différents parlers ont une parenté commune qui est le Tamazight et qu’il fallait les unifier pour ne pas les perdre.

    Mais veux tu dire que tu fais partie de ceux qui tiennent à leur Kabylité et qui la placent avant l’amazighité ? Si c’est ton choix il t’appartient. Bien que je ne sois pas d’accord

    3-Quant à ton deuxième post (40 minutes après le premier), je sais très bien qu’ils sont minoritaires et que ce sont des extrémistes, mais d’habitude sous plusieurs pseudos à la fois, chacun d’eux déverse un flot de commentaires. Je me suis simplement étonné qu’ils n’interviennent pas ce coup ci.

    4- Sur l’alarmisme que tu m’attribues du fait de ma phrase à l’égard des extrémistes, sache mon ami, que je ne suis pas contre le tamazight, ni spécialement pour l’arabe seul en lice car pour moi une langue est un vecteur de civilisation et nous appartenons que nous le voulions ou non à deux civilisations étroitement liées la civilisation berbère et la civilisation arabo-musulmane sur lesquelles à déteint plus ou moins la francophonie. On n’échappe ni à l’Histoire ni à son destin.

    5- Je n’essaie pas de faire peur aux arabophones, j’essaie de tenir un langage rassembleur au bénéfice de mon pays.

    Très amicalement.




    0
  • Mohamed Jabara..
    20 juin 2010 at 22 h 02 min - Reply

    @ Bouiyles.

    Sauf ton respect, cet article tiré par les cheveux dans plusieurs de ses aspects, qui ne cite aucune source et qui se contente d’affirmations comme si son auteur était prophète ne me convainc pas. Mais alors pas du tout ! Il s’agit la d’un article militant qui n’a rien de scientifique et dont l’auteur ne s’embarasse pas tellement de donner les preuves de ses assertions mais les considère comme acquises et à propos de tout et non pas seulement de la langue amazighe.
    Amicalement.




    0
  • BRAHIM
    20 juin 2010 at 23 h 01 min - Reply

    Je te remercie pour ta réponse. Concernant la phrase « La langue tamazight leur appartient », je veux dire par là que la langue tamazight appartient aux amazighs comme l’arabe aux arabes. Imagine que des personnes non concernés par l’arabe décident à la place des arabes de la manière d’écrire et de développer la langue arabe. C’est tout ce que je voulais dire.




    0
  • Mohamed Jabara
    20 juin 2010 at 23 h 19 min - Reply

    @ Brahim.

    Si je peux te poser une petite question : Peux tu me dire qui est arabe et qui est amzigh en Algérie et qui n’est pas arabe et qui n’est pas amazigh ? Quels sont les critères de distinction ? La langue est elle suffisante ?

    Amicalement.




    0
  • BRAHIM
    21 juin 2010 at 11 h 04 min - Reply

    Les algériens que j’appelle « berbères » (ou amazigh) sont ceux qui tiennent encore à cette langue (ou à ce « dialecte » …si tu préfères) et qui l’utilisent encore chez eux, pour communiquer entre eux et plus particulièrement avec leur chère grand mère et leur chère petite mère …. Il existe des berbères qui ne parlent plus cette langue dans leur famille, tu le sais, je pense. Par ailleurs, il y a de plus en plus d’enfants de familles berbères, qui font leurs études en arabe et qui ne parlent plus le berbère. Ce qui n’est pas normal, avouons-le ! Maintenant pour répondre à ta question, il se peut qu’il y ait des algériens qui se croient descendants d’une lignée arabe alors qu’ils sont amazighs ; comme il se peut qu’il y ait des algériens qui se croient descendants d’une lignée amazigh alors qu’ils sont arabes. Le problème n’est pas là. Il est dans le fait que dans le cas où des algériens qui se « sentent » berbères souhaitent protéger leur langue et voir leurs progénitures perpétuaient leur langue, eh bien l’Etat algérien doit faire en sorte que cela soit possible. La question berbère est très simple à régler s’il y une volonté politique claire. Il ne faut pas en faire une fixation et considérer la revendication identitaire comme une trahison envers l’Algérie, ou un acte raciste ou, comme beaucoup le pensent, un acte de guerre contre l’arabe. C’est tout ! A bientôt sur le NET cher frère algérien.




    0
  • Mohamed jabara
    21 juin 2010 at 18 h 20 min - Reply
  • rachid
    22 juin 2010 at 12 h 02 min - Reply

    A Messieurs Jabara et Brahim.
    C’est trés amusant vos joutes autour de la langue Amazigh, chacun de vous trouve des explications philosophiques et politiques à tous ces faux problèmes. Comme si, en Algérie tous va trés bien et le seul différent existant entre nous est, bien sûr, la langue AMAZIGH. je lis qu’on veut tuer la langue Amazigh? qu’on nous empèche de la parler? Qu’on nous impose la Langue Arabe? Excusez moi de vous importuner un petit peu, mais, moi je parle le Kabyle au Bled, à Alger ou je vis, dans mon lieu de travail quand je rencontre des Algériens parlant Kabyle, au Canada, au pôle nord, en France partout, et jusqu’à présent personne ne m’a interdit de la parler???? Et c’est tout à fait logique de ne pas la parler devant quelqu’un qui ne l’a comprend pas, c’est une question d’éducation, que vous parliez le Kabyle ou le chinois, en principe vous vous abstenez de parler quand il y a une tierce parsonne avec vous qui ne l’a comprend pas? Salut, je suis fatigué de lire ces tribulations, et ça me fait mal au coeur et ça me rappelle les débuts des années 1980, quand on a commencé à parler de YADJOUZ et LA YADJOUZ et voyez ou ça nous a mené. SALUT




    0
  • Mohamed Jabara
    22 juin 2010 at 19 h 03 min - Reply

    @ Rachid.

    Sur le fond je suis d’accord avec toi, mais la forme de ton message me hérisse un peu car elle manque de souplesse, je meets ça sur le dos de la jeunesse car sinon je ne comprendrais pas que quelqu’un parle de bonne éducation et qu’il ne faut pas parler ce que les autres ne comprennent pas, mais ne se gène pas de dire qu’ils sont « amusants » et qu’ils ressemblent à des guinols (YADJOUZ ET LAYADJOUZ C’EST PÂREIL).




    0
  • BRAHIM
    22 juin 2010 at 20 h 17 min - Reply

    Cher @rachid, du fait de ta fatigue et de la nôtre, on va tous abandonner notre lutte contre le système actuel et la vie continue. Il faut savoir ce qu’on veut, changer le système dans sa globalité ou tout abandonné. C’est simple. Si on t’écoute , moi je vais continuer à boire très tranquillement ma petite bière tous les jours et compter sur un geste de Bacchus ( dieu du vin, de l’ivresse) , les autres citoyens (différents de moi ) vont à continuer à faire leur 5 prières par jour et compter sur un geste de Dieu, le miséricordieux ….. et pendant ce temps Boutef , Ouyahia, Belkhadem , Boudjerra et Sidi Saîd font ce qu’ils veulent. Et la vie continue …. et suit son cours. Messieurs Jabara et BRAHIM proposent des choses chacun à sa façon, … ils se trompent peut être tous les deux mais ils essayent chacun à son niveau et selon ses capacités à faire avancer les choses dans ce sacré foutu pays …. Ils ne font avancer les choses que d’un petit millimètre seulement mais prendre un millimètre sur un char militaire … c’est un grand pas pour « l’humanité » (je m’excuse d’exagérer avec les mots, mais j’espère que tu nous comprends).




    0
  • Afif
    23 juin 2010 at 1 h 13 min - Reply

    A Mohamed Jabara, réponse à ta question du 20 juin ci-après où je m’adresse à quelqu’un qui a un compte à régler avec la langue arabe. La réponse à ta question se trouve dans le commentaire 2 :

    « Commentaire 1 :
    Remarque 1 : vous donnez l’impression ainsi que certains intervenants que l’Algérie vient du néant, qu’elle n’a pas d’histoire, pas de traditions, pas de valeurs laissées par nos ancêtres. Comment se fait-il que depuis plusieurs générations, nos ancêtres de la région de Kabylie donnaient des prénoms arabes à leurs enfants et qu’aujourd’hui, vous et d’autres, vous donnez des noms berbères à vos enfants. Vous semblez dire à vos ancêtres de plusieurs générations qu’ils étaient dans l’erreur et qu’ils interprétaient mal les préceptes de l’Islam en donnant des prénoms arabes à leurs enfants. Vous convenez avec moi que, pour un berbère qui se respecte, c’est une ignominie, une chose impensable que de remettre en cause le choix de ses ancêtres, et ce, quel que soit ce choix : il ne nous appartient pas à nous de dire aujourd’hui ce que nos ancêtres auraient dû faire ou ne pas faire. Personne ne les a obligés d’embrasser l’Islam et personne ne les a obligés à donner des prénoms arabes à leurs enfants, même pas la religion. Dans ce registre, il y a lieu de souligner que les berbères, à cause de leur taghanent, n’auraient jamais accepté l’Islam s’il leur avait été imposé par la force. La preuve en est que les romains qui ont réussi à imposer le christianisme dans tous les territoires qu’ils ont occupés, se sont cassés les dents en Algérie malgré leur longue occupation.
    Remarque 2 : toujours en matière d’héritage historique, je voudrais attirer votre attention sur la Proclamation du 1er Novembre 1954 qui est très explicite quant à l’appartenance de l’Algérie au monde arabe, je cite : « Réalisation de l’unité nord-africaine dans son cadre naturel arabo-islamique. » Aussi, je vous demande si vous n’êtes pas en contradiction avec les fondamentaux du Peuple Algérien. Dans l’affirmative, le choix des algériens est évident : les valeurs de Novembre sont non négociables et scellées par le sang de nos martyrs.
    Remarque 3 : je vous invite ainsi que les intervenants qui sont d’accord avec vous à méditer le communiqué qui a conclu la réunion des 4 colonels de l’ALN tenue en décembre 1958 (réf : livre consacré au Colonel Amirouche par le Docteur Saïd Saadi, page 436), communiqué qui se termine par le mot d’ordre « Vive le Maghreb Uni ». Le mot «Maghreb » dans leur communiqué n’est pas le fait du hasard, mais découle de leur culture militante et de leurs valeurs. Et, aujourd’hui, certains se permettent sans pudeur aucune de décréter sentencieusement que le mot « Maghreb » est à bannir de notre vocabulaire, parce qu’il fait référence au monde arabe.
    Remarque 4 : certains intervenants usent et abusent de l’amalgame qui consiste à assimiler le Pouvoir à l’idéologie arabo-islamique et à considérer que tout algérien qui se réclame de cette idéologie est un suppôt du Pouvoir en feignant d’ignorer le fond du problème, à savoir que cette idéologie est une valeur du Peuple Algérien consacrée par l’Histoire et les Textes Fondamentaux du Mouvement National et non celle du Pouvoir qui ne peut que s’inscrire dans le cadre de cette idéologie pour ne pas mettre en cause son existence. Quand on parle d’idéologie du Pouvoir, il est plus objectif de parler de remplisso-pochisme que d’arabo-islamisme. Celle-ci est un bien du peuple et elle est admirablement illustrée par le drapeau et l’hymne nationaux. Il est vrai aussi que certains ont dépassé toutes les bornes et n’hésitent pas à dénigrer le drapeau national, l’hymne national et même la religion, après avoir rejeté les prénoms arabes, en piétinant sans vergogne toutes les valeurs que nos ancêtres nous ont laissées en héritage.
    En conclusion, je lance tout d’abord un appel aux jeunes kabyles qui ont un prénom berbère de lui ajouter un prénom arabe dans leur état-civil pour rester fidèles à la mémoire de leurs grand-pères et arrières-grand-pères. Ensuite, je termine par le souhait de notre héros national le Colonel Amirouche (voir communiqué supra) de voir tous les maghrébins qui sont plus homogènes aux plans ethnique, linguistique et religieux que les peuples de certaines grandes puissances, s’unir autour des valeurs laissées par nos ancêtres et dépasser les conflits mineurs comme celui du Sahara Occidental, s’unir pour devenir une grande nation émergente et prospère. »

    « Commentaire 2 :effectivement, je suis arabiste par respect des choix de mes ancêtres car, je n’ai pas l’âme d’un renégat. Je suis aussi berbériste car je ne renie pas mes origines. Extrait ci-après d’une de mes réponses sur un débat sur l’identité, site « http://www.lequotidienalgerie.org/2010/01/08/arabite-et-identite-reponse-a-djamel-labidi/ »
    « Mr Kamel Daoud est originaire de Mostaganem comme moi mais apparemment il semble n’avoir jamais visité la campagne et les montagnes environnantes, alors que moi je suis d’origine paysanne, car il aurait su que les noms de lieux comme les oueds, les collines, les parcelles de terrain sont en majorité des noms berbères. Les berbères ne se trouvent pas seulement en Kabylie mais sur tout le territoire algérien où ils sont chez eux depuis des siècles (Yanayer qui est fêté partout dans les moindres douars est là pour le confirmer). » J’ajoute que la grande majorité des nord-africains sont berbères (plus de 95%), car il est inimaginable qu’un désert comme celui de la presqu’île d’Arabie puisse peupler un ensemble déjà peuplé comme celui de l’Afrique du Nord. La France, malgré ses 132 ans d’occupation de l’Algérie et sa colonisation de peuplement tous azimuts avec le renfort d’autres européens, est arrivée à peine à 10% de peuplement européen. Si toute la population de la presqu’île d’Arabie avait émigré en Afrique du Nord à l’époque de Okba, on arriverait à peine à 5% de peuplement arabe en Afrique du Nord. Ce qui n’a jamais été le cas. Par conséquent, en ce qui concerne la berbérité de l’Algérie, vous n’avez rien à m’apprendre et je vous ai bien précisé au début de ma contribution : « un berbère parle à un berbère ».




    0
  • Mohamed Jabara
    23 juin 2010 at 11 h 30 min - Reply

    @ Afif.

    Je suis d’accord avec toi sur certains points.

    Mais, je dois te dire sur un seul: « ni trop ni trop peu, le juste milieu  » !

    L’idéologie arabo-islamiste que tu défends n’est pas dans certaines de ses versions celle du peuple Algérien comme tu l’affirmes. Si l’arabisation de l’Algérie est un fait, elle n’a jamais été un fait militant comme elle l’est dans certains milieux car comme tu le dis si bien, avec notre « tagnennant nationale » on n’aurait jamais admis d’être arabisés par la force.

    Le fait est que l’arabisation entamée dès l’avènement de l’Islam et non pas en 1966 comme certains veulent le faire accroire, est actuellement une réalité et il faut faire avec.

    Toute logique poussée à son point extrême aboutit à son contraire nous dit Karl marx, or la logique des ‘arabistes’ notamment ceux infiltrés dans le pouvoir, qui déniaient l’identité berbère à des berbères, ont abouti à créer le sentiment chez eux d’une persécution qui à généré un choc en retour et renforcé le noyau berbériste encouragé par la France coloniale pendant et après l’occupation, n’oublions pas que l’académie berbère à vu le jour à l’université de paris VII en 1967 ou 68 à la suite de la décision d’arabiser l’enseignement en Algérie, décision qui faisait suite au refus de la France de fournir dans le cadre des accords d’Evian, un nombre d’enseignants suffisant à l’Algérie. Ferhat Mehenni fait partie de la première fournée de cette académie.

    Normal donc qu’il proclame le MAK à Paris, c’est un fruit local, même si Paris dénie maintenant y être associé.

    Aucune idéologie arabo-musulmane n’existait chez le peuple Algérien, du moins pas sur le plan actif et au sens ou on entend habituellement ce terme. Les Algériens se sentaient musulmans surtout et appartenant à l’aire arabe par conviction, car le monde se divisait en musulmans et en koffars (comme dit @Brahim) la division arabes/berbères n’existait pas, elle est d’ailleurs interdite en Islam.

    Voir la vidéo de Mouloud Maameri ( http://www.youtube.com/watch?v=rMavsKeE9O0 )

    @ Brahim.

    Citation: « c’est aux seuls amazights de décider de la manière de développer leur langue, vois-tu ? La langue amazight leur appartient et s’ils décident eux-même qu’il est inutile ou stupide de la développer, c’est leur problème. »

    Citation : »Imagine que des personnes non concernés par l’arabe décident à la place des arabes de la manière d’écrire et de développer la langue arabe. »

    Tu me dénies donc le droit en tant qu’arabisant de m’ingérer dans le discours sur le tamazight ?

    Veux tu dire que des Algériens, n’ont pas le droit de se prononcer sur des questions qui concernent leur pays, ou bien que les questions locales sont du seul ressort local même si elles ont pris une ampleur nationale ? Que quand bien même on considèrait Tamazight comme langue nationale, ce ne sont pas tous les algériens qui peuvent en parler ?

    Et après ça tu dis: »Il ne faut pas en faire une fixation et considérer la revendication identitaire comme une trahison envers l’Algérie, ou un acte raciste ou, comme beaucoup le pensent, un acte de guerre contre l’arabe. C’est tout ! ».

    Ne trouves tu pas quelque contradiction dans tes propos ?

    Amicalement.




    0
  • rachid
    23 juin 2010 at 13 h 58 min - Reply

    A messieurs Djebara et Brahim.
    Monsieur Djebara, je n’ai traité personne de guignol, mais j’ai bien dit que vos joutes étaient amusantes, et Yadjouz et la Yadjouz c’était l’épopée ou chacun allait du sien pour expliquer l’islam dans les années 80 et ça nous a permis de perdre plus de 200 000 Algériens. Loin de moi de vous traiter de quoi que ce soit, je me suis adressé à des personnes cultivées et au dessus de moi. Dans le cas ou je vous ai froissé recevez mes plates excuses. Quant à Monsieur Brahim, je vous demande de relire mon message, car j’ai bien dit qu’il y avait quelque chose de plus important que ce que vous disiez, j’ai écris, et ceci répond à ce que vous m’aviez écrit « Comme si, en Algérie tous va trés bien et le seul différent existant entre nous est, bien sûr, la langue AMAZIGH ».
    Salut à vous et bonne continuation.




    0
  • BRAHIM
    23 juin 2010 at 14 h 23 min - Reply

    Cher internaute @Afif, c’est une très bonne chose de remonter à ses ancêtres. Mais , car il y a un mais, l’arbre généalogique (si je puis parler ainsi), de notre pays ne commence pas seulement à partir du prophète Mahomet (QLSSSL), fondateur de l’islam, chef religieux, politique et militaire arabe, né à La Mecque en 570 et mort à Médine en 632. Les ancêtres qu’on appelelle aujourd’hui « les algériens » remontent encore plus loin dans le temps. Toi tu remontes juste à l’époque où les Arabes débordent la péninsule arabique et se lancent, sabre à la main, à la conquête de « l’île du Maghreb » pour répandre le Coran et soumettre tous les peuples à la foi islamique. C’est vrai qu’à l’époque de l’occupation arabe, les habitant de « l’île du magreb » commencaient effectivement à donner des noms arabes à leurs enfants et petits enfants. Mais l’histoire de l’Algérie ne commence pas à partir seulement à partir de la conquête arabe je le répète et son histoire est bien plus lointaine. Mais je ne vais pas trop m’étendre sur cette question car cela nous menera trop loin.
    Cher internaute @Afif, je pense que nous Algériens pouvons très bien régler cette question d’identité nationale en se référant tout simplement aux deux texte fondamentaux de notre histoire toute proche. Toi tu ne fait référence qu’à la : « Réalisation de l’unité nord-africaine dans son cadre naturel arabo-islamique. » du 1er novembre 1954, mais je pense qu’il faut citer non seulement cet extrait mais d’autres qui sont aussi important:

    1/- Premièrement, l’appel au peuple algérien du 1er novembre 1954 (extrait) qui stipule notamment que le BUT de l’Indépendance nationale c’est :
    a) La restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social dans le cadre des principes islamiques.
    b) Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions.

    2/- Deuxièemment, le Congrès de la Soummam du 20 août 1956 (extrait) qui stipule (notamment) que la révolution algérienne :
    a) C’est une lutte nationale pour détruire le régime anarchique de la colonisation et non une guerre religieuse.
    b) C’est une marche en avant dans le sens historique de l’humanité et non un retour vers le socialisme.
    c) C’est enfin la lutte pour la renaissance d’un Etat Algérien sous la forme d’une république démocratique et sociale et non la restauration d’une monarchie ou d’une théocratie révolues.
    JE PENSE QUE RIEN QU’EN APPLIQUANT CES EXTRAITS ON AURA REGLER UNE BONNE PARTIE DE NOS INCOMPREHENSIONS NOTAMMENT SUR LA QUESTION DE L’IDENTITE ET SON LOT DE DERIVES. Tu ne crois pas ????




    0
  • Afif
    23 juin 2010 at 20 h 59 min - Reply

    Si Brahim, Si Jabara :

    Merci pour vos éclaircissements sauf pour Si Brahim qui me dit que d’après moi « mes ancêtres s’arrêtent à l’époque de l’islamisation de notre pays », je ne peux pas dire çà puisque j’ai dit que je ne renie pas mon origine berbère, or l’origine est antérieure à l’islamisation.

    Mon post était une réaction à la question de Si Jabara, qui sommes-nous ? Si on est d’accord sur ma réponse à savoir que nous sommes des berbères ethniquement et des arabes par culture et héritage historiques, il faut avancer vers d’autres questionnements.

    En fait, on se rend compte qu’il y a un déficit de culture historique de plusieurs décennies, déficit que nous essayons de combler laborieusement. Ce déficit est la cause de tous les errements que l’on constate aujourd’hui, exemple récent le GPK.

    Dans cet ordre d’idées, je salue les livres de Hamou Amirouche et celui de Said Saadi sur le Colonel Amirouche dont la lecture nous fait revivre l’époque pas si lointaine où la fraternité entre algériens était une réalité bien vivante. C’est cette fraternité qu’il faut faire revivre en posant les bonnes questions et en donnant les bonnes réponses.




    0
  • BRAHIM
    23 juin 2010 at 22 h 05 min - Reply

    Pour l’instant cher frère @Mohamed Jabara, je n’ai pas encore entendu un algérien « non berbère » défendre la cause « Tamazight » à de rare exception prêt. Je n’ai pas encore entendu un algérien « non berbère » condamner les évènements et les crimes commis en Kabylie lors des évènements avec les morts qui s’en sont suivis ou reconnaître l’importance politique de cette question. Aussi, toi, si tu te sens concerné par la cause Amazigh bouge de leur côté de temps en temps pour défendre leur cause. Moi, je t’avoue une chose : c’est à partir du constat selon lequel cette question berbère n’a jamais attirer l’attention des algériens « non berbères » que j’avance mes arguments. Tu dis que tous les algériens en le droit d’en parler et doivent s’ingérer dans le discours sur le tamazight, d’accord ! Mais pour l’instant on n’entend pas grand monde parler ou défendre cette cause en dehors des Imazighènes eux-mêmes. Quand les autres en parle c’est pour dire : pour qui ils se prennent ses berbères qui ne sont que des algériens arabisés par l’islam comme tout le monde? Voilà la vraie question. Je continue à croire que cette question ne peut être régler que par le combat des berbères eux-mêmes. Par ailleurs, je reste sceptique sur un règlement politique rapide de cette question qui empoisonne et perturbe les rangs de l’opposition au régime. A bientôt sur le NET.




    0
  • Mohaemd Jabara
    23 juin 2010 at 23 h 45 min - Reply

    Mon cher frère @Brahim, ta franchise est désarmante. Ta franchise seulement, car ton argumentation ne l’est pas ! (Sourire ). Si tu n’a pas encore entendu un algérien « non berbère (et tu as raison de mettre ça entre guillemets, sinon je ne t’aurais pas raté et tu le sais) c’est que tu n’a pas eu le temps de connaître tous les Algériens, ça demande un peu de temps pour le faire. Mon oncle paternel et je pense que tu sais mon origine, m’a dit aux environs des années 66/67, j’étais adolescent et j’étais en visite chez lui, qu’il n’y a pas d’arabes en Algérie et que nous autres, arabes d’Algérie nous sommes des (arabes berbères) , « arab el barbar » pour rapporter fidèlement ses mots, que Dieu l’accueille en son vaste paradis. Il n’a jamais été à l’école et à passé toute sa vie au milieu de ses troupeaux de moutons. Cela m’avait frappé et j’ai retenu cette affirmation qui a jalonné ma vie.

    Défendre la cause berbère c’est défendre la liberté d’expression ni plus ni moins. Combien as tu vu d’Algériens défendre la liberté d’expression ? C’est ça le véritable problème. Car si on était libres de penser et de dire librement, le problème de l’amazighité ne se poserait pas, et n’aurait pas lieu d’être. C’ est un problème de fabrication artisanale destiné à diviser.

    Tu n’a pas entendu un Algérien condamner les « évênements » et les crimes commis en Kabylie. Mais combien d’Algériens, excepté les victimes directes ou indirectes as tu entendu dénoncer les crimes commis contre les populations civiles ailleurs ?

    Personnellement je pensais que le printemps berbère n’étais qu’une escarmouche sans gravité et que la Kabylie revendiquait sa séparation de l’Algérie. C’est l’information qui a circulé en son temps. Le soulèvement d’Oran à donné lieu à d’autres cas de désinformation et celui de Chlef aussi. On ne condamne pas un peuple maintenu sciemment dans l’ignorance. On condamne les volontés qui l’ont maintenu dans cette ignorance.

    Si je sois bouger mon frère, je bouge pour recouvrer ma liberté d’information et ma liberté de pensée et de parole. Le reste viendra tout seul. Par le dialogue libre et sincère, par la discussion de bonne foi, par l’information crédible, par le savoir des réalités telles qu’elles sont et non pas telles qu’on nous les décrit.

    Ce qui m’interesse personnellement ce n’est pas la région de mes origines, ou quelque région d’Algérie que ce soit, c’est toute l’Algérie avec ses trois composantes, ses trois piliers sans l’un desquels elle bascule dans le néant : l’islam, l’amazighité et l’arabité sans ordre de préférence pour te faire plaisir car pour moi tu le devines l’Islam l’emporte sur le reste même si ma foi oscille entre des maximums de dévotion et des minimums qui frisent l’athéisme. Car comme le dit cheikh Ibn Taymia dans le ‘livre de la foi’ la foi est un rapport oscillant entre l’homme et son créateur. Il faut seulement garder le cap et se garder de changer de route dans les moments de doute. Et pourtant on dit que ce type (Ibn Taymia) est extrémiste.




    0
  • Mohamed Jabara
    24 juin 2010 at 0 h 02 min - Reply

    @ Afif.

    Juste une petite remarque. Je tutoie tout le monde par convention. Les règles de la toile le commandent d’après ce que je sais du net, il y a certes aussi mon age mais bah sur le net on est tous plus ou moins jeunes 🙂 . Aussi la particule « Si » me gène beaucoup et je te prie de considérer que nous sommes tous frères sur ce site et qu’aucun protocole ne soit être adopté. En tout cas en ce qui me concerne.




    0
  • Afif
    24 juin 2010 at 14 h 39 min - Reply

    Brahim : les reproches que vous faites aux algériens non kabyles (y compris les berbérophones) sont à la base de la création du MAK. Ils reviennent à chaque fois comme un leitmotiv. Voilà ce que j’ai dit à ce propos dans un précédent post non publié à ce jour en réponse à un responsable du MAK-France, extrait qui j’espère sera publié :

    « 2) Passons à la 2ième déception qui concerne l’assassinat des militants du FFS dans lequel, là aussi, les algériens seraient complices, pas moins. C’est un fait que tout algérien nationaliste ne peut que déplorer la mort de 400 valeureux moudjahiddines sortis indemnes de la terrible guerre de libération nationale et qui se sont trouvés abattus par leurs propres frères d’armes. Il est certain qu’ils ont été victimes de l’aventurisme politique : on se serait cru au 19ième siècle où chaque région, chacune à son tour, prenait l’initiative de guerroyer seule sans se préoccuper d’embraser tout le pays. Comment avait-on pu ne pas tenir compte des leçons du passé ? Sans compter que cette aventure militaire risquait d’être exploitée par les forces rétrogrades pour renforcer leur mainmise sur le pays et ses richesses. Il est symptomatique aussi de constater que cette aventure du FFS ressemble par certains côtés à celle du FIS qui a pris la responsabilité d’organiser seul la grève générale de juin 1991 et dont certains responsables ont pris les armes sans se préoccuper des nécessaires alliances avec les autres forces politiques. Qui est complice des pertes humaines dans un cas comme dans l’autre ? Il est facile d’accuser les algériens sans prendre la peine de les consulter.

    3) Les algériens seraient aussi complices de l’emprisonnement et de la torture des militants du MCB au début des années 80 : à supposer que les militants du MCB aient consulté les algériens avant d’engager les affrontements avec le Pouvoir (ce qui n’a pas été le cas), comment auraient-ils pu exprimer leur solidarité, vu la chape de plomb qui sévissait à l’époque ? Sans compter l’incompréhension du projet inédit dans l’histoire nationale qui était défendu par le MCB.

    4) En ce qui concerne « notre complicité » au sujet du boycott de l’école algérienne par les élèves kabyles et la mort de 127 jeunes manifestants, c’est toujours l’incompréhension et non la complicité. Nous aurions bien voulu exprimer notre solidarité, mais avec qui et au sujet de quoi. Le 5 octobre 1988 et les jours suivants, dans les villes d’Alger et d’Oran, de jeunes manifestants sont morts par centaines : les algérois et les oranais ont-ils accusé leurs frères kabyles de complicité ? » FIN DE L’EXTRAIT.

    En ce qui concerne la solidarité entre les régions, Jabara a amplement répondu à cette question : liberté d’expression et des moyens audio-visuels, et toutes les questions seraient aplanies même les plus délicates sur la base des principes de notre religion, de nos traditions et de principes universellement reconnus. En ce qui me concerne, je soutiens la cause amazigh tant qu’elle est librement consentie et non imposée.




    0
  • BRAHIM
    24 juin 2010 at 15 h 17 min - Reply

    Cher ami @Mohamed Jabara, avec ce paragraphe qui se trouve dans réponse et que je récite en copier- coller, tu as tout dis et çà résume tout ce que les hommes épris de liberté et de démocratie doivent revendiquer tous les jours comme un leitmotiv:

    « Défendre la cause berbère c’est défendre la liberté d’expression ni plus ni moins. Combien as tu vu d’Algériens défendre la liberté d’expression ? C’est ça le véritable problème. Car si on était libres de penser et de dire librement, le problème de l’amazighité ne se poserait pas, et n’aurait pas lieu d’être. C’est un problème de fabrication artisanale destiné à diviser »

    J’ajouterai simplement pour être complet, qu’avec la liberté, la démocratie, la liberté d’expression, le respect des minorités, l’Etat de droit, oui mon frère tout est ALORS possible. Dans ce cas là, je suis absolument d’accord avec toi pour dire que la question berbère ne sera plus qu’une «fabrication artisanale » destinée à diviser.

    C’est seulement d’avec cette perspective que nous pouvons recentré le problème. On voit bien que la revendication berbère est en fait beaucoup plus une revendication politique qu’une revendication proprement ethnique et culturelle. Le peuple Algérien condamnera alors à l’unanimité les gouvernements du type GPK ou d’un autre type, car ils ne seront plus légitimés. Dans cette perspective on aura enfin apaisé les rancunes, les rancoeurs, la haine et on aura éviter les « guerres» inutiles qui ne font qu’aggraver les différents entre nous et qui font retarder la construction de l’Algérie de demain à laquelle aspire la majorité du peuple. Si « les politques » ne voit pas à travers cette facette la reventication amazigh, on risque de différer pour lontemps encore le changement auquel nous aspirons tant. A bientôt mon cher ami @Mohamed Jabara et merci pour ta réponse.




    0
  • BRAHIM
    24 juin 2010 at 16 h 30 min - Reply

    Cher @Afif, j’ai lu ta contribution après avoir posté ma réponse à @Mohamed Jabara. Finalement, l’un dans l’autre, je crois que nous avons bien recadré le problème. C’est à mon avis une juste façon d’appréhender les problèmes politiques et identitaires dans notre pays. C’est la seule vraie manière de régler ces questions. A bientôt sur LQA.




    0
  • Mohamed Jabara
    24 juin 2010 at 16 h 39 min - Reply

    @ Brahim.

    Tu viens de prouver que le dialogue aplanit les difficultés.
    Merci de cette « promenade ».




    0
  • BRAHIM
    24 juin 2010 at 19 h 57 min - Reply

    Cher @Mohamed Jabara, pas « JE » mais « NOUS » avons prouvé …..par le dialogue que etc… etc…….. Ce n’est pas le cas malheureusement de la part des DINOSAURES qui nous gouvernent depuis 1962. Et cela signifie, hélas, que le PROBLEME demeure toujours.Donc, une seule urgence : le changement de régime.




    0
  • Benseghir md ameziane
    9 juillet 2010 at 1 h 08 min - Reply

    salut tout le monde;
    Le monsieur qui a écrit cet article est carrément prche du pouvoir.Pourquoi avez-vous peur du fédéralisme ? C »est ce que propose le RCD(régionalisation), le FFS (régime fédéral) et…Missoum Sbih dans son premier rapport remis au président.Tant de pays vivent l’unité dans la diversité.Pourquoi pas nous ? En tant que Kabyle, je ne supporte plus l’incompétence des gens qu’on place par affinité, je ne supporte pas la corruption, la hogra, le racisme culturel et linguistique. L’autonomie permettra aux régions de vivre leurs spécificités et surtout, l’argent du petrole sera bien distribué.
    Merci à tous.




    0
  • ROUADJIA
    3 août 2010 at 2 h 40 min - Reply

    Une mise au point :
    Bonsoir

    Mon papier sur le MAK a suscité, comme l’indiquent les nombreuses réactions produites sur ce site,un vif débat. Mais il est, ce me semble, empreint chez certains plus de passion que de raison.Certains me prêtent le dessein de ménager le pouvoir actuel (Dr Sidhoum , Zineb Azzouz…); d’autres me soupçonnent de reprendre à mon compte les vieilles rengaines consitsant à endosser à la France coloniale tous les maux que nous vivons depuis l’indépendance; d’autres encore me suspectent de disculper le régime politique actuel, de le décharger de toute responsabilté quant à son imbécile gestion des identités culturelles en Algérie dansle le cadre de l’Etat nation. D’autres, interprètent l’usage de la notion jacobine dont je fais parfois appel de manière fausse, détachée de son contexte historique et politique.Outre ces reproches que j’accueille de manière positive, il y a tous ces gros malentendusque que charrient certains membres de phrases et de paragraphes de mes lecteurs, et c’est justement pour lever toutes ces équivoques que mon texte aurait pu induire, que je vais m’attarder sur une question de fond en employant des mots qui soient le mois équivoque possible : Que faire pour accoucher d’un régime politique qui puisse faire le consensus de tous, et satisfaire donc aux attentes de tous les segments de la société algérienne? Renverser ce régime? Le mettre à bas? Par la violence? Par un coup d’Etat militaire? Dans l’hypothèse où il serait « démoli » par ces modes d’action, par quel type de régime le remplacer? Démocratique, « républicain » de type libéral, arabo-berbère, ou totalement « République islamique »? Qui va prendre la tête de ce mouvement « réformateur »?
    Pour ma part, je récuse ces modes violents de prise de pouvoir, à moins de faire du pustch un culte « révolutionnaire », ce qui n’est pas une chose à conseiller.
    Reste l’autre option : celle de la transformation pacifique de la société et de l’Etat. Comment y parvenir? Là encore, qui va conduire ce processus jusqu’à son terme? Quelles sont les forces politiques et sociales qui vont prendre part à ce processus de transformation ou de « transition » vers une société juste, démocrtique, apaisée, et refoulant la violence gratuite, barbare et vengersse dans les oubliettes de l’Histoire?
    Je sais que beaucoup de mes lecteurs et de mes amis me prendront pour un naîf, pour un rêveur, voire même pour un « complice » du régime actuel dans la mesure où je prône de le combattre par les idées tout en ménageant la partie encore saine de son organe gangrenée. On me reproche quelquefois de vouloir composer avec lui, de lui accorder des « circonstances atténuantes », et de vouloir « l’amender » alors qu’il est, me dit-on, inamendable. Mais aucun de mes contradicteurs ne me montre la voie la meilleure pour en venir à bout sans trop de dégâts ou de gâchis.
    Je n’ai pas, pour l’heure,la cle de la solution,et je ne vois pas comment « réformer » ce régime si le peuple et ses « intellectuels » s’enferment plus dans le dénigrement, la passivité ou la résignation, plutôt que dans l’action concertée,mais pacifique ( pression, manifesations, pétitions…) pour l’amener à opérer son propre aggirnemento (cf. La Révolution des oeilltes au Portugal, la transition démocratique en Espagne, souvent conduites avec la participation des militaires, des avocats, des intellectuels…)
    Il ne suffit pas de brailler et de dire que le régime est « pourri ». Encore faut-il savoir proposer une alternative crédible qui puisse le déigitimer. Ce n’est pas avec les partis d’opposition actuelle que l’on pourra espérer lui trouver un succédané…
    En conclusion : Des deux options indiquées, que choisir? Le « coup d’Etat », la violence, ou le travail pacifique avec tout qu’il comporte comme débats contradictoires, pression de la rue,manifestations, désobéissance civile, grogne, grèves?
    J’attends la réponse de ceux qui me font griefs d’être trop « gentil » ou trop conciliant avec le « régime ».
    Merci de m’indiquer la voie à suivre afin que je n’écrive de bêtises et des insanités!

    ====================================
    Réponse : Merci d’avoir trouvé un moment pour répondre à nos compatriotes qui voulaient engager un débat avec toi.
    Je crois, mon cher Si Ahmed, que l’une des voies du changement parmi tant d’autres a été modestement tracée par l’Appel du 19 mars 2009.
    Salah-Eddine




    0
  • D B
    3 août 2010 at 11 h 59 min - Reply

    @Dr Rouaidjia
    A mon avis, une alternative est possible: Union sacrée de toutes les forces qui combattent le régime, avec un objectif clair: Préparer une large dynamique de désobéissance civile. Pacifique, mais intégrale, de la grève générale au boycott de toutes les élections. L’espace public doit être reconquis par les Algériens. A nous tous de penser les stratégies qui seront mises en place.




    0
  • khaled
    3 août 2010 at 13 h 19 min - Reply

    Je me permets d’ajouter que l’ensemble des réflexions que nous faisons sur l’état de notre pays restent uniquement des exercices intellectuels.

    Il faut d’abord s’approprier la parole confisquée a débattre de notre future a l’intérieur du pays et aussi et surtout en deuxième temps forcer le pouvoir a voir en nous une opposition crédible qu’il doit composer avec. Le reste viendra




    0
  • l.leila
    3 août 2010 at 13 h 43 min - Reply

    Bonjour,
    Avec les menaces des agents engagés dans la désinformation et les menaces, il ne sera pas facile. Il n’ y a qu’à penser au fameux passeport biométrique et le nombre d’extraits de naissance du 12s, demandés! Dans des situations pareilles, les citoyens ont peur sans être sûrs d’être protégés, et d’échapper à la machine meurtrière.
    Il serait utile de revenir à l’idée de création d’une chaîne de télévision, afin de pouvoir d’abord sensibiliser le public, avant de passer à l’étape de grève ou autre moyen de mobilisation du peuple.
    Mes salutations




    0
  • ROUADJIA
    5 août 2010 at 11 h 00 min - Reply

    Démocratie, justice et identité : réponse à Brahim

    Dans tes remarques du 20 juin, tu attires mon attention sur le fait qu’un ministre de la République française, Brice Hortefeux, vient d’être condamné au motif d’ xénophobie, d’islamophobie et de racisme par la justice de son pays, pays que tu qualifie en même temps de raciste et xénophobe, alors nos ministres les plus corrompus et les plus impopulaires jouissent d’une immunité absolue. Que signifie donc cette différence? Un pays (la France) que tu supposes d’un côté « raciste », et que tu présentes , de l’autre côté, sous la figure d’un pays appliquant le droit dans toute sa rigueur.Un ministre français condamné par la justice pour avoir exprimé des propos racistes envers son compatriote de confession musulmane, voilà qui traduit le primat du droit sur toutes les considérations raciales ou ethniques. Cela prouve qu’en dépit de l’existence du racisme en France porté par certains secteurs de l’opinion ( de l’extrême droite, en passant par les libéraux, les centristes, voire même certaines franges de la gauche « caviarde » du la rive gauche de la Seine), il existe dans ce pays des lois et une tradition démocratique fortement enracinées dans les imaginaires sociaux et qui constituent des vrais antidotes aux dérives dangereuses.
    Quant au MAK, il est naturellement le produit direct du système politique algérien,qui n’a pas enfanté seulement ce Mak,mais il a accouché d’autres monstres : GIA, FIS, Messieurs Corrompus, Messieurs Incompétents, Messieurs Commissions de Marchés à taux exorbitants, Messieurs Débrouillardise, Messieurs Trafics d’influences et de Transferts de capitaux nationaux, des biens publics, vers les paradis fiscaux d’Europe, etc.
    Tous ces Messieurs « hauts placés » ainsi que leurs épouses surchargées de bijoux d’ores et d’argent, avec le raffinement en moins, sont tous ou presque dépourvus d’âme, du sens de la responsabilité, d’amour pour le pays, et n’ont en somme que l’étiquette du « national » dont ils se servent comme alibi aux fins de dérober aux regards le pillage de la nation dont ils sont les auteurs.
    Leur « identité » ( arabo-musulmane ou algéro-algérienne?) est un fond de commerce qui n’a rien à envier à celle du Mak. Plusieurs identités s’affrontent en Algérie et dont l’enjeu essentiel, selon moi,est moins culturel et philosophique au sens de conviction, que d’intérêt économique et symbolique.
    Ce régime,même s’il veille à l’unité nationale-chose qu’on ne saurait lui dénier-,s’emploie en même temps,consciemment ou non,à favoriser le maintien et l’exacerbation des expressions identitaires ( amazighité, arabité, islamité, »francité », etc ) tout en essayant de les canaliser à sa manière.
    Pour conclure, je dirai que le problème de l’Algérie n’est pas un problème identitaire,de quelque côté que celui-ci soit posé, mais un problème de démocratie et du droit. Un Etat démocratique fondé sur le droit, la justice sociale, la liberté d’expression, et d’association,permet à tous de s’accomplir et de concourir, malgré la pluralité des identités et des attentes, vers les mêmes objectifs : sécurité et prospérité pour tous.
    Un dernier mot :pas plus que le FIS dissous, le FLN, Hamas, RND, etc, ne représentent les Algériens, le MAK ne représente les Kabyles et la Kabylie dont l’algérianité circule dans leurs vaines des siècles avant la naissance du Prophète, de l’Islam et des Empires qui ont suivi…




    0
  • lalileche djamal
    13 février 2012 at 11 h 56 min - Reply

    Ce discours « fondateur » est suicidaire et fera le lit des extrémistes de tous bords. Les islamistes durs et purs qui ont une « dent » contre les kabyles qu’ils jugent « mécréants » trouvent là de nouveaux arguments pour les vilipender au nom du Coran, de l’islam et de l’arabe, « langue du Coran »,
    DR je vous cite plus haut et je ne vous suit pas quand vous dites les islamistes durs et purs , et je ne comprends pas non plus que vous puissiez avoir une classification sélective de la composante algérienne qui prône le retour a nos valeurs,la Kabylie a l’instar de toutes les régions d’algerie, est une région ou toutes les tendances de la société algerienne cohabitent en toute harmonie et on y parle de plus en plus l’algerien dans toutes les grandes villes de Kabiylie ,a part quelques petits villages reculés ou certaines mains occultes essaient de créer un climat favorable a la christianisation ,tous les kabyles sont musulmans de naissance et par conviction par conséquent , il n’y a pas lieu de dire qu’ils nous considèrent mécréants je m’excuse de le préciser , c’est faux.Le nombre de mosquées qui s’y construisent avec les moyens des populations sont une preuve qu’aucune région d’algerie ne peut prétendre détenir le monopole de l’islam ,de l’amour de dieu et mohamed saws.
    juste pour la précision; et; pour revenir au mouvement séparatiste dont vous parlez, il est a l’instar du rcd qui prône la laïcité dans un pays musulman disjoncté de la réalité c’est une vue utopique d’un esprit rétrograde d’éternel colonisé, par conséquent , le peuple berbère est algérien et revendique son algerianité et il prend ses distances par rapport a ce mouvement qui ne représente que ses membres.Il est tout a fait légitime de dire que tous les algeriens sont des berbères, il y en a qui le savent et il y en a qui s’ignorent.

    Fraternellement votre




    0
  • Congrès du Changement Démocratique