Édition du
21 July 2017

ANISSA BOUMEDIÈNE AU SOIR D’ALGÉRIE : «Les paroles de Ali Kafi sont justes»

Âmes sensibles et ulcéreux, s’abstenir de lire !!!

Le Soir d’Algérie, 5 juin 2010
Quel regard porte la veuve du défunt président Houari Boumediène sur le débat et la polémique qui ont fait suite à la publication du livre Amirouche : une vie, deux morts, un testament de Saïd Sadi ? Comment réagit-elle aux déclarations des uns et des autres sur l’écriture de l’Histoire ? Ce sont les questions que nous avons posées à Anissa Boumediène, présente dans les salons de l’Unesco, lors de la réception donnée par la délégation algérienne fêtant la consécration de Rabah Madjer, en tant qu’ambassadeur de bonne volonté de cette institution.
L’exercice n’a pas été très facile, tant il nous a paru que l’ancienne première dame était loin du tumulte actuel inhérent à l’écriture de notre histoire et que, manifestement, elle n’a pas lu l’ouvrage ayant enclenché le débat. Elle avouera d’ailleurs elle-même, d’entrée de jeu, qu’elle vit ici, en France, et qu’elle n’a pas suivi ce débat. Toutefois, avec beaucoup d’amabilité mais aussi beaucoup de colère, elle a répondu à quelques questions de notre journal.

De notre bureau de Paris, Le Soir d’Algérie, 5 juin 2010
Khadidja Baba-Ahmed.

Le Soir d’Algérie : Que pensez-vous du débat actuel sur l’écriture de l’Histoire et particulièrement sur le rôle controversé de votre défunt mari durant la guerre et lors de l’exercice de ses fonctions en tant que président ?
Anissa Boumediène : Je trouve que ce qui a été dit à propos de Boumediène est scandaleux parce que tout ceci montre que ces personnes n’ont jamais pris connaissance par elles-mêmes des archives de la République algérienne, ce que moi, j’ai fait.
Sauf qu’il n’est pas donné à tout le monde d’accéder à ces archives…
Alors qu’on se taise et que l’on ne dise pas des idioties et des choses très graves sur des gens qui ne sont plus là et qui ne peuvent même pas rétablir la vérité et se défendre. Le président Boumediène disait toujours que l’histoire de l’Algérie doit être écrite à la lumière des documents d’archives et il savait très bien ce que cela voulait dire. J’émets d’ailleurs le vœu que ces archives soient accessibles aux chercheurs algériens. Lorsque j’ai eu à écrire, il y a quelques années dans le Soir d’Algériesur le bilan de Boumediène, que je considère comme tout à fait satisfaisant, je m’étais appuyée sur les rapports de la Banque mondiale, du FMI et d’un certain nombre d’organismes internationaux. Je trouve qu’écrire sur l’Histoire est d’une grande responsabilité et qu’il ne faut pas, comme malheureusement on le voit trop souvent dans notre pays, écrire sans prendre connaissance des documents d’archives.
Mais en l’occurrence, et pour ce qui a provoqué le débat, l’auteur du livre, Saïd Sadi, s’est appuyé sur des documents et mieux encore sur des acteurs encore vivants de la révolution. Le fils de Amirouche a d’ailleurs corroboré le contenu de l’ouvrage.
Le fils de Amirouche, je le regrette, n’était pas du tout vivant au moment des événements qui se sont passés. Il ne fait que véhiculer et répéter ce qu’ont dit certains et c’est bien regrettable parce que ce sont là des jeunes qui sont induits en erreur. Moi j’ai eu les archives de la Révolution algérienne. La réunion des Dix qui a regroupé les principaux chefs militaires de la guerre (référence à la tenue à Tunis en août et septembre 1959 des principaux chefs militaires de la révolution, dont Boumediène) qui a duré trois mois et qui a été la réunion la plus importante de la Révolution algérienne, parce qu’elle a mis cette révolution sur les rails et que beaucoup de vérités y ont été dites, eh bien, à son propos même des écrivains comme Mohamed Harbi ont malheureusement consacré qu’une ligne ! Pour illustrer mon propos sur les mémoires, un jour, quelqu’un qui a participé aux accords d’Evian a écrit ses mémoires et y dit, entre autres, «moi au cours de la réunion du CNRA, j’ai dit, j’ai dit et j’ai encore dit …» Lorsque j’ai eu à comparer ses propos avec les archives de la réunion du CNRA qui a précédé la signature des accords d’Evian, j’ai vu qu’en réalité tout ce qu’il a prétendu avoir dit n’en était rien et j’avais alors souligné ce fait dans un article paru alors dans Algérie Actualité.
A la suite de la publication du livre de Saïd Sadi, Ali Kafi, par exemple, dénie à Sadi d’écrire sur l’Histoire déclarant, entre autres, que l’auteur, parce qu’il est psychiatre et pas historien, «n’a pas le droit d’écrire sur l’Histoire». Que pensez-vous de cette déclaration ?
C’est une parole juste. Au moins que ceux qui veulent écrire sur l’Histoire, le fassent à la lumière des documents d’archives. J’ajouterai qu’il faut connaître à fond le français pour lire tous les documents.
K. B.-A.


Nombre de lectures : 18059
24 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • PhD
    5 juin 2010 at 12 h 16 min - Reply

    Que peut dire d’autre la femme de feu Boumedienne ? Au fait, son accès aux archives est il légal ?
    « Il faut connaitre à fond le français » est une phrase trop verbale. A mon avis, c’est même du mauvais français.
    Dernier commentaire : elle vit en France, ce qui dénote d’un patriotisme « à fond ». Circulez, y a rien à voir.




    0
  • bouyilès
    5 juin 2010 at 12 h 21 min - Reply

    Mme Anissa Boumedienne aurait dû en sa qualité de première dame influencer son mari pour qu’il mette à la disposition des historiens et autres universitaires ,qui maitrisaient parfaitement le français, les archives de la révolution pour une écriture objective de l’histoire.Il fallait agir madame au moment opportun,sinon il faut se taire et passer paisiblement le restant de vos jours dans le confort parisien.




    0
  • smail
    5 juin 2010 at 13 h 20 min - Reply

    madame je vous fait remarquer que sadi ne maitrise pas bien la langue française c’est un simple docteur en psychiatrie il ne faut pas lui en vouloir. mais j’ai deux question a vous poser:
    la première, pourquoi a t’on séquéstré les ossement des colonels amirouche et si el houés pendant vingt ans dans une cellule a bab-djedid
    la deuxiéme, a paris est ce que c’est vrais que vous habiter rive gauche……???????????




    0
  • regreda
    5 juin 2010 at 13 h 28 min - Reply

    on a besoin de vous ici en algerie puisque vous avez pu voir les archives pour écrire l. histoire de notre pays.




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 14 h 45 min - Reply

    Je comprends sincèrement qu’une épouse essaye de défendre son mari, ex-Président et de surcroit décédé. Mais je ne comprends pas qu’une femme qui n’a pas été présente au sein de direction révolutionnaire puissent servir de « pièces à conviction » pour expliquer «des évènement historiques ». C’est aller un peu loin en besogne. Mais ce qui m’intrigue le plus c’est la première phrase de Annisa Boumediène dans l’interview. Elle dit d’emblée ceci : « Je trouve que ce qui a été dit à propos de Boumediène est scandaleux parce que tout ceci montre que ces personnes n’ont jamais pris connaissance par elles mêmes des ARCHIVES de la République algérienne, ce que moi, j’ai fait. » Mais Madame qu’attendez-vous pour mettre sur la voie publique ces archives ? Pourquoi vous, vous pouvez accéder aux archives de la révolution et pas d’autres ? Qu’attendez-vous, en tant d’épouse d’un révolutionnaire, pour exiger de la France coloniale et du MALG l’ouverture justement des archives aux historiens ? … à moins que vous êtes une « historienne » privilégiée de l’Algérie. Je ne mets nullement en doute tout ce que vous pouvez raconter ,car je n’ai aucun contre arguments, mais ce serait bien que le PEUPLE algérien puisse jeter un PETIT coup d’œil sur ce que vous avez vu et interpréter à votre façon. Si vous ne faîtes pas ce petit geste, je suis en droit de considérer que tout ce que vous dîtes est du bla bla bla que ce soit d’ailleurs de votre part ou des autres……Si vous ne faîtes aucun effort pour militer pour l’ouverture des archives, je suis enclin à vous considérer vous aussi comme une complice ou une suspecte. La transparence Madame !! Voilà qui peut faire taire toutes les supputations et les tentatives de détournements de l’histoire au profit de clans, de gangs et de traîtres. C’EST MON AVIS A MOI EVIDEMMENT !!! Avec tous les respects que l’on vous doit, Madame, en tant qu’ex-épouse d’un Président algérien.




    0
  • Zehira Houfani
    5 juin 2010 at 15 h 33 min - Reply

    Déception personnelle. Fait-elle partie de ces desesperados (harragas) qui n’avaient d’autres choix que les galères européennes, FRANÇAISES? Pourquoi pas Katar, Abou dabi, on y vit comme des princes et des princesses? Ou même la Suisse, l’Espagne, via Tlemcen. Histoire de faire moins mal à l’Algérie (ne serait-ce que celle des martyrs) et sauver un peu de ce nif… Et ça parle d’archives et de révolution! D’aucuns me diront que l’air de l’ancienne « mère-patrie » convient mieux aux Algériens. Tous nos « grands » s’y rendent pour se repimper. Désespérant.




    0
  • ALI
    5 juin 2010 at 16 h 16 min - Reply

    Je voudrais juste rappeler à l’ex première Dame que Ali Kafi a répondu TOUT AUSSI JUSTEMENT dans la même interview ceci:

    : « Celui qui a rendu l’Algérie malade c’est Boumediène, il nous a laissé un héritage désastreux qui nous gouverne actuellement. »




    0
  • rachida
    5 juin 2010 at 16 h 18 min - Reply

    Bonjour
    C est lamentable qu une femme de president qui a toute sa vie a ete un acharne de l’arabisation et un adversaire de taille de la france ( le maqisard de la 25 eme heure ) ne maitrise que la francais et n habite pas en algerie mais a Paris.
    C est la schizophrenie de nos dirigeants ,ce qui est bon pour eux n est pas bon pour le peuple .
    D’ailleurs Boutef critique la france mais se fat soigner a Val de grace de mme pour l illustre ecrivain Tahar outtar
    A bon entendeur…




    0
  • louli98
    5 juin 2010 at 18 h 18 min - Reply

    MME l’ epouse d’ un tyran illuminé(il se prenait pour hitler), sanguinaire, psychopathe stalinien et assoiffé de pouvoir , qui a mis l’ algerie à genoux ,a rater une occasion de se taire.Quelle indecence!!!!@RACHIDA : ils sont tres nombreux,(sinon tous),pratiquement tous ceux qui ont collaborés avec ce pouvoir pilleur et illégitme ,à s’ installer avec famille,pognon volé ,armes et bagages chez l’ ennemi d’ hier.Alors quand on est acteur passif, on peut etre accusé de complicité passive ou de non denonciation de malfaiteur.Dans ce cas precis, ils sont des millions à devoir etre jugés.




    0
  • BRAHIM
    5 juin 2010 at 19 h 55 min - Reply

    @rachida, vous avez tout dit Madame et en peu de mot. Inutile de développer. Kouleuche Ouathahe !




    0
  • Alilou
    5 juin 2010 at 21 h 15 min - Reply

    Salut,

    Le silence est d’or et la parole est d’argent, je me la ferme.
    Avec un peu de décence on ne doit pas parler des morts, ils sont déjà entre les mains du Juste.
    Pour les vivants, ils se la coulent toute douce chez l’ennemi d’hier.

    Oh Mon beau pays que tu saigne,
    Tu pleurs les larmes de sang,
    Celles des âmes sacrifiées pour que,
    Vive l’Algérie libre du tyran d’hier,
    Et aujourd’hui il leur sert de refuge,

    Pleur mon beau pays, l’aube ne fut pas pour,
    Hier, mais aujourd’hui prisonnier des ténèbres,
    Un jour le soleil se lèvera et surgira enfin,
    La vérité des braves et ceux qui tapis dans l’ombre,
    Te rendront enfin ta liberté.

    Salut




    0
  • Staifi
    5 juin 2010 at 23 h 39 min - Reply

    Bravo pour tous ces comentaires !
    quelle honte, et dire que certains continuent encore de glorifier Boumédienne !

    @Rachida et @Louli98, vos propos qui sortent du coeur sont le reflet de votre courage et de votre sincérité.




    0
  • Rabah Mansour
    6 juin 2010 at 7 h 06 min - Reply

    Madame,vous auriez dû rester en dehors de tout ça car vous défendez l’indéfendable.




    0
  • Mohamed J.
    7 juin 2010 at 17 h 03 min - Reply
  • hamid
    12 juin 2010 at 10 h 43 min - Reply

    mes respects pour tout le monde et pour tous les avis et opinions mais aprés mures reflexions on peut affirmer que le défunt Boumediène a été incontestablement le père de la nation , le batisseur de l’Etat , le dirigeant trés respecté par les grands de ce monde .sous son règne il n’y avait ni terrorisme ni corruption ni malvie ni bradage des banques ni nouveaux milliardaires arrogants et dangereux.IL y avait des usines qui montaient , des universités qui se construisaient et une dignité qui forçait le respect.Quelques insuffisances qu’on pouvait facilement corriger , question de management.Aprés sa mort ( sa liquidation ) le virage à droite ( en mettant le clignotant à gauche) a donné le résultat connu de tous c’est la situation vécue aujourd’hui.




    0
  • El Houari
    12 juin 2010 at 19 h 09 min - Reply

    il y a un adage qui dit a beau mentir qui vient de loin.

    j’ajouterais pour nos politicards véreux l’ignorance ne tue pas. mais la vérité blesse.

    il y a ceux qui font avec et ceux qui l’utilisent pour leur intérêts éphémères.

    depuis toujours l’Algérie a été le théâtre d’opportunistes étrangers puis Algériens. reconnaissant qu’il y a un Algérien qui a su donner a ce pays la valeur qu’il mérite. et au peuple la dignité qui lui a été confisquée et qui malheureusement il a perdu avec la mort de ce digne patriote.




    0
  • PhD
    14 juin 2010 at 18 h 28 min - Reply

    Pour ceux qui disent que Boumedienne a construit le pays, qu’ils fassent le bilan des « revolutions initiées ».
    Revolution agraire : nous sommes devenus importateurs …d’oranges du maroc. Parlons meme pas du blé !
    Revolution culturelle : c’est la fawda mentale !
    Revolution industrielle : les usines montées produisaient des objets démodés (cf. telephones de Sidi Bel Abbes).
    Pour ceux qui admirent Boumedienne et Boudiaf, savourez cette phrase de Boudiaf a la veille du « vote » pour la Charte nationale de 1976 : « Boumedienne est tel un morpion qui suce le sang de ses victimes ». C’est veridique, il l’a dit a la Radio marocaine.
    Arretez de nous bassiner avec Boumedienne. Son seul mérite, c’est qu’il etait honnete et non corrompu. Et encore ! rappelons nous des essais de bombes atomiques francaises à son époque dont aucun algérien n’a entendu parler.
    Il avait du nif, mais pas de nez, ni de vision. Mais avec un QI moyen en Algérie en dessous de 90, c’est pas étonnant. Au pays des aveugles, le borgne est roi. Boumedienne est resté planqué derriere les lignes et j’aimerais bien que quelqu’un sur ce forum nous cite une bataille a laquelle il a participé.




    0
  • El Houari
    17 juin 2010 at 21 h 40 min - Reply

    A propos de Bilan a mon avis le seul Bilan propre, positif reste celui du Président Houari Boumediene, n’en déplaise a ses détracteurs.

    par contre pour ceux que ca intéressent un Bilan n’est pas une suite de phraséologie trébuchantes, mais le résultat des actions menées dans le cadre d’un programme, d’une stratégie, et d’une vision a long terme.

    que ceux qui disposent réellement de bilans chiffres officiels qu’ils nous éclairent de leur savoir et que les autres s’abstiennent de leur a…

    Malheureusement depuis nous vivons en Algérie au jour le jour sous la domination d’opportuniste dont le seul objectif est la destruction du pays.




    0
  • waaly
    18 juillet 2010 at 20 h 54 min - Reply

    slt mes cher compatriote.moi je voule juste vous confirmer pour mme boumedienne.habite non seulement a paris la ville la plus chere du monde;mais dans le 7eme arrondissement,qui est le plus chere de paris.au frais de la nation algerienne;je pleure mon pays




    0
  • azzedine
    2 août 2010 at 18 h 16 min - Reply

    bravo BRAHIM ,C’est bel et bien Boumediene qui a été la plaie de ce pays ,c’est bien lui et son compere BEN bella qui nous ont mis sur cette voie du socialisme stalinien ,leur rejetons nous gouvernent encore ,L’Algerie est toujours malade ;et cette mme Boumediene qui se la ramene ;dite nous combien d’Algerien ont été deportés dans leur propre pays pendant cette periode




    0
  • Sélim Oudayène
    21 août 2010 at 10 h 25 min - Reply

    Chère Madame,
    Vos réponse montrent que même les filles de la prétendue grande bourgeoisie « Dounyazad-oise » ne possèdent pas toujours la maîtrise de la langue française, ni « à fond » ni pas « à fond »!




    0
  • kaddour
    21 août 2010 at 12 h 34 min - Reply

    Taisez-vous Mme Anissa Boumediène et foutez-nous la paix une bonne fois pour toute.




    0
  • jamal
    17 mai 2015 at 4 h 39 min - Reply

    boumediene nous a fait taire et madame bpoumediene veut nous faire taire aujourd hui , c est fini ca madame . boum doit faire face a l histoire, il sera condamne par l histoire pour avoir sequestré le plus grand homme de la revolution algerienne.




    0
  • ca21dz
    18 mai 2015 at 5 h 41 min - Reply

    Boumedienne ou la farce du siècle

    Meskine




    0
  • Congrès du Changement Démocratique