Édition du
22 July 2017

BHL : L'Ami intime des généraux putschistes et des éradicateurs "démocrates" algériens !!

Au sujet de Bernard-Henry Lévy : La misère de la philosophie au service
de Netanyahu
El Watan, 9 juin 2010

Loin de moi l’idée de figurer le philosophe par sa caricature : un homme
enfermé dans sa tour d’ivoire, indifférent aux prosaïques tumultes
terrestres. Mais comme cette image est belle et émouvante comparée à
celle de Bernard-Henry Lévy, assujettissant la pensée aux intérêts
politiques de l’Etat d’Israël. En juin 1967, sa nationalité française
n’a pas empêché Lévy de demander à l’ambassade israélienne à Paris de
l’inscrire comme volontaire dans les rangs d’une des plus agressives «
armées de défense » de l’Histoire. Malheureusement pour lui, la « guerre
des Six jours » n’a duré que six jours, et il n’a pas pu contribuer à la
libération des « territoires occupés » du Grand-Israël, le Sinaï, le
Golan et autre Judée-Samarie.

Depuis ce volontariat avorté, il est si habité par l’amour de l’armée
israélienne que lors de l’opération « Plomb durci », il s’est «
incorporé » dans une de ses unités pour « témoigner » de son œuvre
humaniste depuis Gaza. Et, dans ce territoire assiégé, pilonné, rien ne
l’a choqué, sinon les mines antichars du Hamas (les soldats israéliens
avaient, eux, « un dégoût profond de la guerre »). Quant à la « rumeur
du blocus humanitaire », tout « embedded » qu’il fût, il a pu en «
vérifier le caractère infondé ». Pendant ce pèlerinage en Israël, pour
deux personnalités palestiniennes de Ramallah (« la capitale des
Palestiniens modérés », sic !), Lévy a pu rencontrer le directeur du
Shin Bet, le ministre israélien de la Défense et nombre d’officiers de
haut rang. Il en a tiré un récit indécent, au titre faussement
journalistique, Carnets de guerre(1).

Fin mai dernier, c’est un poème d’amour pour l’Etat hébreu qui a fait
écho à cet hymne à la gloire des agresseurs israéliens. Intervenant dans
un forum sur « la démocratie et ses nouveaux défis » à Tel Aviv, le «
nouveau philosophe » n’a pas hésité à affirmer, que lui qui a « couvert
beaucoup de conflits », il n’a « jamais vu d’armée se posant autant de
problèmes éthiques que l’armée israélienne ». En Israël, on a toujours
témoigné à Lévy une infinie gratitude pour son soutien
quasi-inconditionnel à l’Etat hébreu, mais pas plus qu’en France, on ne
l’y considère comme un immense penseur. Il suffit, pour le constater, de
lire l’entretien qu’il a accordé à Haaretz, le 27 mai 2010 ; toutes les
questions qui lui ont été posées portaient sur la politique israélienne,
la solution du « conflit arabo-israélien » et d’autres sujets peu abstraits.

Aucune ne se rapportait à l’époustouflante révolution qu’avec la coterie
des philosophes médiatiques, il aurait opéré dans le domaine de la
pensée universelle. Et bien que dans le Haaretz, il se soit, encore une
fois, comparé à Jean-Paul Sartre, un juste parmi les justes, Lévy ne
semblait pas triste d’être perçu moins comme un esprit libre que comme
l’intellectuel organique de la gauche française pro-sioniste. Ce qui
l’intéressait, c’était d’enchaîner les interviews et, bien entendu, de
démontrer à ses interlocuteurs sa connaissance des affaires
israéliennes, qu’il aborde toujours avec une familiarité digne d’un
membre de Kadima, du Likoud ou du Parti travailliste.

Ainsi, lorsque le journaliste du Haaretz lui a rappelé qu’il avait
qualifié Benyamin Netanyahu de « catastrophe », il a répondu que l’homme
« avait mûri », avant de le comparer à Menahem Begin, « qui a évacué le
Sinaï », et Ariel Sharon, « qui s’est retiré de Ghaza », espérant de lui
une aussi « belle surprise ». Et comme pour prouver à son nouvel ami
qu’il est le digne héritier de ces deux pères spirituels, quatre jours
plus tard, le 31 mai, Netanyahou a ordonné aux forces spéciales
israéliennes de prendre d’assaut des navires constituant une petite
flotte acheminant des aides humanitaires à Ghaza. « Philosophie » étant
synonyme, depuis qu’il en a fait son métier, de défense du prestige
d’Israël, le « plus célèbre penseur français » (Haaretz) n’a pas
condamné l’agression, se contentant de la qualifier de « stupide », car
« (ses) images sont plus dévastatrices pour ce pays qu’une défaite
militaire ».

Connaissant les capacités de l’armée israélienne bien qu’il n’eût jamais
l’honneur de participer à ses exploits, il a estimé qu’« elle avait
certainement d’autres moyens d’arraisonner les bateaux et d’empêcher une
provocation ». Ce n’est pas le bilan sanglant de cette ignominieuse
piraterie qui a meurtri le cœur de Lévy, mais son caractère « stupide »,
car même dans les eaux internationales, Israël a le droit d’obliger les
navires du monde entier à jeter l’ancre à Ashdod. Ce qui l’a révolté, ce
n’est pas la mort d’une dizaine d’innocents, ce sont les dommages que ce
raid occasionnerait à l’image du soldat israélien au sens moral, comme
chacun sait, « irréprochable ».

Cette incroyable insensibilité à la détresse de la population
palestinienne est caractéristique de la pensée politique de Lévy, devenu
à lui seul une « think tank » dédiée à la réflexion sur les intérêts de
Etat hébreu. Lorsqu’avec les signataires de l’Appel à la raison(2), il
reconnaît aux Palestiniens quelques menus droits, ce n’est pas que son
instinct de justice se soit réveillé. C’est plutôt qu’Israël risque
d’être « bientôt confronté à une alternative désastreuse : soit devenir
un Etat où les juifs seraient minoritaires dans leur propre pays », soit
« mettre en place un régime qui (le) transformerait en une arène de
guerre civile ». De même, comme il l’a déclaré le 31 mai à Tel Aviv, il
ne fonde par le droit des Palestiniens à une patrie sur le principe
d’autodétermination, mais sur la nécessité pour les Israéliens de « se
libérer » de l’encombrante Cisjordanie !

En 1847, Karl Marx a publié La Misère de la philosophie, une invitation
aux penseurs de son temps à observer le monde sous un nouvel angle,
celui de sa nécessaire transformation. Il ne répondait pas, dans cet
ouvrage, à un défenseur des intérêts des classes dominantes ; il
répondait à Pierre-Joseph Proudhon, un théoricien anarchiste aussi
engagé que lui. Qu’aurait-il préconisé aux philosophies s’il avait pu
entendre Lévy célébrer la maturité de Netanyahu ? Il aurait probablement
préféré qu’ils restent dans leur tour d’ivoire, indifférents à la
politique, et que la philosophie demeure cette antique « science de la
sagesse », plutôt que de devenir un nouvel art de l’absurde. Y. T.

Notes de renvoi :

– 1- Carnets de guerre, le 18 janvier 2009.
– 2- Le texte intitulé Appel à la raison (http://www.jcall.eu) a été
signé en mai 2010 par de nombreux juifs européens. Il invite Israël à
accepter, pour sa propre survie en tant qu’entité juive, la « solution
des deux Etats ». Comme le relève l’Union juive française pour la paix
(UJPF), une organisation antisioniste, « il apparaît essentiellement
comme un appel à sauver Israël d’une politique israélienne qui le
conduit, selon les auteurs de l’appel, au naufrage ».

Par Yassin Temlali


Nombre de lectures : 2039
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • nourredine BELMOUHOUB
    9 juin 2010 at 18 h 51 min - Reply

    ALLAH YAHCHARHOUM ENSEMBLE. AMIN




    0
  • brahmi16
    9 juin 2010 at 20 h 08 min - Reply

    BHL? Comment ce personnage peut se pretendre philosophe?De la contradiction , de la mauvaise foi,de l’ hypocrisie, des mensonges,etc.je crois sincèrement que plus pourri que BHL, ça n’ existe pas.je crois meme que c’ est un schizophrene, car en l’ ecoutant parler, on constate, tout de suite une incoherence dans ces propos et ses opinions (à l’ emporte piece).je crois qu’ il vaut mieux l’ ignorer.




    0
  • khaled
    10 juin 2010 at 12 h 12 min - Reply

    La mauvaise foi et le mensonge ont des adaptes de tout temps et dans touts les lieux.

    BHL doit se targuer d’être une référence de ce groupe dans notre présent.

    Amicalement
    Khaled




    0
  • Selim Ier
    10 juin 2010 at 18 h 27 min - Reply

    « Tout ce que j’ai vu en Israël, ce sont des lâches avec des fusils »

    Ce sont les mots de Ken Okeefe un ancien US marine qui vient juste d’être déporté d’Israël après avoir survécu au massacre sur le Mavi Marmara. Bel exemple de courage et de sacrifice d’un homme que la politique de son pays a poussé à brûler son passeport américain et à opter pour la nationalité du peuple palestinien martyr en lutte contre l’impunité immonde d’un Israël couvé par la « communauté internationale » !

    Source : http://www.planetenonviolence.org/Tout-Ce-Que-J-ai-Vu-En-Israel-Ce-Sont-Des-Laches-Avec-Des-Fusils_a2208.html

    Jusqu’où va-t-on descendre ?

    A l’époque « glorieuse » de l’Algérie tiers-mondiste des années 70, la capitale algérienne était un carrefour foisonnant de tous les leaders révolutionnaires anti-impérialistes du monde. Entre-autres, la résistance Palestinienne martyre avait pignon sur rue et voix au chapitre. Notre beau pays faisait l’admiration des peuples encore sous le joug des puissances colonialistes.

    Que reste t-il de cet héritage glorieux qui faisait de l’Algérie , le phare de pays non-alignés ? Poser la question c’est y répondre.

    Les Enrico Macias, les Bernard Henry Lévy et autre Roger Hanin, soutiens abjects et inconditionnels d’un Israël sûr de lui et dominateur qui vient de « s’illustrer » dans un sanglant acte de piraterie et de semer la terreur en haute mer, ont remplacé ignominieusement tous les anciens « camarades » en lutte contre l’impérialisme occidentale.

    Les Judas algériens en képis et bottes de cuir ou en col blanc, dans leur descente aux enfer seraient bien capable de livrer pieds et poings liés, des braves et des justes tels que Nasrallah, Haniyeh et tous ceux qui sont sur la « black list » de la C.I.A ou du Mossad !




    0
  • Sharif Hussein
    12 juin 2010 at 21 h 13 min - Reply

    Le nazisme arien avait Goebbels.Le sionisme,nazisme à la sauce sémite,peut vanter plusieurs Goebbels dont ce sinistre BHL,Glucksman….ect.Ils squattent la place française et francophone pour imposer;usant d’un térrorisme intéléctuel des plus abject;leurs pensée unique sioniste à tout le monde,élite et population.
    Et les Goebbels sionistes ont largement suclassé le Gobbels nazi qui fait désormais figure d’enfant de choeur.
    Ils ont eu tellement de succés en Europe que,la large majorité des politiciens,des journalistes et meme des entrepreneurs,par conviction ou par convenance, ne s’hasarde plus à formuler la moindre critique à l’encontre d’Israel,meme la plus edulcorée.Tous ont une peur bleue de cette’épée de damocles que sont les médias tous inféodés à ce nouveau nazisme.Médias capables de briser les carrières de celles et ceux qui ne se conforment pas à cette pensée unique.
    Cette chape de plomb a favorisé la naissance et l’émergence d’une nouvelle religion,le « Holocaustisme » en l’occurence.Avec tous les attribus d’une religion.
    1-Un evénement fondateur:la Shoah
    2-des dogmes indisscutables:
    -le nombre de 6 millions de victimes.Dire qu’elles etaient 5,99 millions par exemple ça revient à commettre un sacrilège.
    -l’unicité de la Shoah.Donc on commet un autre sacrilège qui offense les croyants si on veut la comparer à l’extermination des Ziganes,des indiens d’amérique ou la traite des noirs.
    3-Elle a des lieux saints:Auchwitz,Dachau…ect.
    4-Des « prohètes » telques:Wisenthal.
    5-Des pères et futur « saints » de la nouvelle église qui ne sont que ces Goebbels dont j’ai parlé auparavent.Ils produisent toutes sortes d’écrits et des essais théologiques dans le but de donner de la consistance et de la profondeur à la nouvelle religion.
    6-la prèsence des intégristes et des modérés.

    Une religion trés jeunes mais etrémement agressive à tel point qu’on Europe on peut critiquer et insulter,le christianisme,l’Islam,le Boudhisme,l’induisme..ect,mais jamais le « Holocaustisme » dont les dogmes ont été imposés à tout le monde comme la nouvelle vérité révélée et absolue.

    Wallaho a3lamo wassalaam




    0
  • babelouedcity
    22 juin 2010 at 15 h 57 min - Reply

    le regime illegitime dictateur sanguinaire d’algerie s’il a la mindre authenticité algerienne doit juger ces criminels tortionnaires de l’algerie et de toute l’humanité
    http://www.denistouret.fr/constit/putsch_Alger.html
    l’on sait deja que BHL & cie (ses amis d’algerie) seront contre.




    0
  • adil
    23 juin 2010 at 14 h 15 min - Reply

    Et pourtant l’algérie a accueilli ce personnage avec les honneurs d’un chef d’état.
    Quelle honte de la part de ces vendus…




    0
  • Omar
    9 août 2016 at 16 h 16 min - Reply

    Bizarrement les chiyettines algériens et d’ailleurs ne voit BHL qu’en Libye alors qu’il a dressé en 96 déja un portrait nickel des bouchers d’Alger, il n’a rien vu, rien entendu, il s’est balladé partout en « faussant » compagnie à ses gardes du corps, et donc s’est balladé seul sans être inquiété, inventeur du QUI TUE QUI ? , il a su redorer le blason aux généraux du hizb el whisky et hizb frança réunis.
    Aujourd’hui grand ami du MAK (Mort Aux Kons) il va jusqu’à déclarer une énormité «L’Algérie n’est pas un pays arabe ni islamique, mais un pays juif et français, sur un plan culturel», en omettant le plan historique et géographique….et pour un philo…..une telle phrase c’est grave




    0
  • Omar
    9 août 2016 at 16 h 25 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique