Édition du
24 March 2017

Dossier : Déportés des camps de concentration du Sud


Nombre de lectures : 2923
13 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • moufdi
    18 juin 2010 at 23 h 36 min - Reply

    Le premier responsable qui a envoye plus de 20000 algeriens dans des camps de concentration EST BIEN boudiaf ! il avait bien dit dans l’un de ses discours -en direct TV- je suis pret a envoyer 10000 autres…personnellement je ne lui pardonnerai jamais le jour du jugement dernier .




    0
  • Ammisaid
    20 juin 2010 at 10 h 59 min - Reply

    Tous ceux et toutes celles que le système a broyé, tué, torturé…ont un nom et un prénom qu’ils soient connus ou inconnus. Mais, les coupables n’ont pas d’identité, ils font parti du système, ils agissent au nom du système, ils tuent au nom du système, ils torturent au nom du système…tout en sachant qu’ils seront protégés par le système, qu’ils seront nourris par le système…Et, le système n’existe que grâce à l’argent du peuple (pétrole), les enfants du peuple (les soldats, les policiers, les gendarmes…)et le soutien des puissances du monde(qui participent à la dilapidation de nos richesses…). Enfin, sauf quelques hommes profitent amplement du système (les généraux, les grands patrons…). La majorité des Algériens et des Algériennes ne reçoivent que peu et à la quantité reçu dépend de la place que l’on tient dans le système. Plus on est loin (du coeur du système), plus en reçoit moins et plus on est proche (DCDS), plus en reçoit plus.
    Wa ALLAHOU A3lem
    Bon courage à toutes et tous ceux qui luttent pour leurs droits. Que notre Dieu soit avec vous. Amine
    Fraternellement




    0
  • tamousa
    20 juin 2010 at 16 h 18 min - Reply

    cette histoire de deportés dans des camps de concentration est une idée purement colonialiste
    et je pense avoir lu un poeme de victor Hugo concernant des français deportés au temps de Napoleon III au sud algerien
    comme quoi c’est une idée qui a été dictée par un certain pays trop cher à certains des instigateurs de ce crime de deportation et de sequestration et de meurtre physique et moral
    j’ai peut etre eu de la chance comme tout autre algerien de ne pas etre victime de ce grand complot aveugle car plein de gens innocents ont été tués moralement et physiquement par des decisions venus d’une bande de bandits …….
    et l’avenir??????????




    0
  • khaled
    24 juin 2010 at 12 h 46 min - Reply

    Mr. BELMOUHOUB

    Je ne peux que m’incliner devant votre abnégation. La rage au cœur, je me vois impuissant devant tant d’injustices.

    Amicalement
    Khaled




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    28 juin 2010 at 13 h 50 min - Reply

    Mr KHALED, merci à Vous,Votre soutien comme nombreux autres sont pour nous un précieux lubrifiant, grâce à quoi, notre volonté ne peut qu’être renforcée. Merci .
    Le Porte parole du C.D.I.C.S et le Combat continu In Chaallah.




    0
  • Laïd DOUANE
    3 juillet 2010 at 9 h 23 min - Reply

    Nourredine,
    Continue comme ça et tu seras bon pour une déportation définitif! Enfin, que Dieu soit loué..
    Excuse-moi d’introduire ce petit mot, cette fois en arabe, puisque en Français, il semblerait qu’on se moque de moi!
    بوضياف، بأي ذنب سجنتني؟؟

    مات بوضياف يوم 28 جوان وكنت يومئذ قابعا في معتقل رقان أين كانت الحرارة تتعدى الخمسين درجة. عندما قتل، كنت أنصت إليه وهو يتقيأ خطابا فيه ما فيه من معاني النفاق وكنت، غفر الله لي، من الفرحين لقتله. بعد ثماني سنوات من الآلام، نسيه الذين استعملوه وما زلت أتذكره غير آسف. كتب لي أن أعيش وأشارك في منتديات حول مماته ولامني الكثير أن رفضت الترحم عليه بمناسبة ذكرى موته. سألني بعضهم عن الأسباب ووجدتني عاجزا عن الجواب وعجز البعض عن فهم هذا الموقف « الغريب ». قلت في نفسي: « لماذا لا أجيب صراحة وأحكي عن أمر محير فأريح وأستريح »؟
    ماذا أقول وأنا الجريح قلبا وقالبا والمريض جسدا وروحا؟ وماذا أقول عن رجل « طمع ولم يعلم أنه وقع »، كما جاء في الأثر القصصي؟ أما عن الرجل فليس لي ما اقوله؛ يكفي ما ألّم به وبعائلته وأنصاره الطامعين. والذي سأتحدث عنه بإسهاب هو ما يتعلق بأولى جرائمه التي يبدو أنها ذات آثار لن تكون خفيفة. جريمة لن تنسى وسيكون لها وقع أليم في المستقبل إن لم يسارع أصحاب القرار إلى معالجتها. يتعلق الأمر بالقرار المتعلق باعتقال ثلاثين ألفا من الجزائريين في اعقاب إنقلاب جانفي 1992 ثم زج بهم في معتقلات العار برقان، عين مقل، عين صالح، وادي الناموس، يرج الحمر، تيبرغامين، تسابيت الخ. ساتكلم، إذا كتب لي ان أعيش، عن الاعتقالات والمعاناة وما ذقناه من مظاهر التذليل والتعذيب والتضييق والحرمان والاغتيال والنفي..
    قبل ذلك أود أن أبدأ حديثي برزمة من الأسئلة لأنصار « المصالحة الوطنية » تحت عنوان: ما موقفك يا..؟ في انتظار بناء كتاب كامل عن المأساة الجزائرية وعن صناعة الألم في بلادنا.
    فأنا جزائري من مواليد 1960 منتخب سابق تحت لواء الجبهة الإسلمية للإنقاذ « المصنوعة » الممنوعة؛ يا ليت شعبي عرف قدر نفسه! فمن غبن إلى غبن ومن ويلة إلى ويلات، ما زال أبناء الجزائر يبحثون عن أنفسهم وهم يركضون وراء السراب.
    في ليلة 09 فبراير 1992، بينما كنت ممتدا في الفراش جنب زوجتي الحامل، سمعت دقات عنيفة بالباب تبعتها صرخات من السقف فضجة مفزعة فإنزال لرجال الدرك من كل مكان. ساقوني عنوة نحو عربة هناك.
    قال قائل منهم: « أخرجوه، نفعل فيه ثم سنعود إلى زوجته.. »
    كلمات شيطانية ظلت تسكنني ولا تفارقني إلا نادرا أثناء الصلاة. بقيت إلى اليوم تحفر في روحي وفي جسدي مع أنهم لم يتجرؤوا على فعل ما قالوه..
    كيف لي أن أنسى وأعفو عمن كان وراء جرح لم ولن يندمل؟
    سقت تحت التهديد إلى حيث لم أكن أدري إلى أن وجدتني وسط مئات من البشر لا ذنب لهم سوى أنهم كانوا ينتمون أو يتعاطفون أو ينشطون ضمن حزب يجتهد في العلن. ذنبنا جميعا أننا كنا نثق في أولياء الأمور الغادرين. ولقد قيل لنا حينئذ، ونحن لا نعرف عنهم سوى الكذب، إننا هناك تحت الحماية في انتظار عودة النظام، فصدقنا.
    هناك تحت رحمة الرصاص في ظل حالة الطوارئ، بلغني أن زوجتي الحامل قد نقلت إلى المستشفى. كانت المسكينة، أم بنتين، تنتظر ولدا تبشر به زوجها عندما يعود. لقد أجهضت ورجع حلمها إلى أهله، إنا لله وإنا إليه راجعون!
    هل يحق لي الآن أن أعفو وأصالح من حرمني ظلما وعدوانا وأخرجني من داري بغير حق؟ وقد قالوا إن العفو عند المقدرة.
    تم عزلنا عن الحياة داخل أسوار ثكنة ثلاثة أيام بلياليها إلى أن قرر المجرمون تحويلنا إلى حيث لم نكن ندري. كان ذلك يوم 13 فبراير ولم نكن ندري أن هذا الرقم يحمل دلالات إجرامية. حملونا مصفدين فوق الشاحنات والجلادون يهددوننا بأسلحتهم الرشاشة. بعد ثلاث ساعات من العذاب، تم اقتيادنا نحو مطار حربي أين وجدنا طائرة على أهبة الإقلاع نحو المجهول.
    ويطلب منا، هذا اليوم 28 جوان، أن نترحم على من كان وراء شقاء أولادنا!
    لا رحمك الله يا صاحب الفكرة العار!
    سكارى وما نحن بسكارى، ركبنا الطائرة مهددين. وما أن استوينا عليها، غلّقت أبوابها ووضعت الأغلال في أيدينا مثل المجرمين تحت حراسة مرعبة. الغريب في الأمر أن جلادينا هم الذين بدا على وجوههم الذعر. وما كان منا إلا أن رددنا: « حسبي الله ونعم الوكيل » متسائلين إلى أين! وكان الله معنا.
    والآن، هل طمع ويطمع الذين أرهبونا وطعنونا من أظهرنا أنهم سيهنؤون في الدنيا ويذوقون الراحة في الآخرة؟ إذن، ما كنا مؤمنين ولا كنا من أهل التقوى! لقد وهم أنصار قانون المصالحة الوطنية إذا ظنوا أن المشروع سيتم بدوننا. إنهم واهمون إذا خطر ببالهم أنهم سينعمون بالأموال التي نهبوها والمناصب التي سطوا عليها والمغانم التي اصطنعوها.
    مهما يكن، فقد ركبنا الوحش وأمرنا لله طمعا في رحمته. وتعذبنا ساعات طوال بين السماء والأرض إلى أن بلغنا أرضا قاحلة جرداء. كانت السماء حمراء من أثر العواصف الرملية وكنا مرهقين من السفر. بالركلات والسب والشتم غادرنا الطائرة وأمامنا رجال ملثمين قالوا لنا إننا في أفغانستان.
    – « أنتم في كندهار. ألم تسعوا إليها؟ »
    كانوا يسخرون منا وكنا نتألم جراء ذلك!
    فما معنى المصالحة بعد هذا وأين القلب الذي يرضى بها؟
    في موكب مهيب تركنا الوغد الطائر خلفنا وسط ظلام من الرمال في اتجاه الخلاء. كنا نسير مطأطئي الرؤوس. فجأة سمعنا التكبيرات ولاحت لنا عن بعد جموع من أشباح بشرية وراء كمم من الرمال. خلفهم عشرات الخيام تنذر من غد عسير.

    يتبع…
    العيد دوان
    http://www.echoroukonline.com/montada/showthread.php?p=1117109#post1117109




    0
  • Nourredine BEMOUHOUB
    18 juillet 2010 at 20 h 43 min - Reply

    A BEAU MENTIR QUI VIENT DE LOIN
    Un grand nombre d’entre les personnes internées s’est précipité vers son téléphone pour me demander ce que je pense du contenu de l’article publié en page 3 par le quotidien national arabophone EL KHABAR du Vendredi 16 Juillet 2010, rapportant que 72 Avocats algériens se sont ligués pour déposer une plainte contre l’État français, au sujet des effets de la radioactivité découlant des essais nucléaires français dans le Sahara, jusque là d’aucuns diront que ce réveil, même si tardif, ne pourrait qu’être encouragé, mais la ou les choses ne sont pas claires, c’est que le lecteur averti découvre une certaine subtilité dans le texte, et c’est là justement que je pose le doigt pour dire que les internés des camps du sud ;
    – n’ont rien à demander à la France.
    – qu’ils ont été internés par des algériens (ou presque) et non par des français,
    – Que les Internés des camps du Désert sont ceux de tous les camps, et non seulement ceux de Reggane, (Alors cessez ce divisionnisme Svp)
    – Que les internés se questionnent pour connaitre les raisons qui ont empêché ces Avocats de se manifester lors des arrestations, c’est a dire lors de l’arrêt du processus électoral,
    – Que les Internés, n’ont pas attendu ce réveil tardif, pour demander leurs droits par la seule voix du Comité de Défense des Internés des Camps du Sud, seul habilité à demander des comptes au sujet et dans l’intérêt de tous les internés des camps du Sud
    -Comme le CDCS s’étonne qu’un collectif d’avocats s’autorise à mettre les internés dans le méme sac avec les militaires. Nous nous sommes les victimes, Eux ils avaient pour missions de surveiller les victimes, alors de grâce pas d’amalgame encore une fois Svp.
    Jusqu’a preuve du Contraire le CDICS n’a rien demandé à ces avocats, et si le besoin l’exige, il compte en son sein un bon nombre de juristes dont des avocats victimes de la déportation de milliers de citoyens qui soudain deviennent un sujet de convoitise, ou de diversion, Alors qu’on se tait et qu’on sache écouter.En péroraison, les internés des camps du Sud sont assez adultes pour se defendre, ils se passent de béquilles à bons entendeur
    En Attendant ces avocats, s’ils n’ont pas d’autres choses à faire, ils peuvent toujours chercher pour savoir comment se fait-il que les essais nucléaires ont continué jusqu’en 1966.
    le CDICS rappelle qu’il n’est ni à vendre, ni à louer, ni à sponsoriser et appelle tous les anciens détenus, et leur demande d’être vigilants, car diviser pour mieux régner semble avoir de longs jours chez nous.




    0
  • mabrouk bilal
    31 octobre 2010 at 16 h 00 min - Reply

    السلام عليكم
    انا مبروك بلال من دائرة مهدية ولاية تيارت ابي رحمه الله كان من معتقلي رقان لمدة عامين ونصف وبعد الافراج عنه ضل بدون عمل لمدة عامين ونصف كذلك وفي سنة 2002 اكتشف اصابته بالداء الخبيث وهو مرض السرطان الى ان وافته المنية يوم 25/12/2010




    0
  • Kamel alaâssimi
    8 novembre 2010 at 23 h 35 min - Reply

    j’ai lu les quelques passages de laid douane, c’est un peu mon histoire car il m’a fait voyager dans le temps et l’espace, puisque un certain 13 Février 1992 je faisais partie de ce convoi de trois avions qui a atterri à 16h30 à REGGANE, j’allais dire ce maudit désert, puisque ce jour là trente deux années sont passées depuis la fameuse « gerboise bleue ». Donc l’histoire n’a pas commencée ce jour, mais elle se poursuit tout naturellement, on n’a qu’à lire(essira ennabaouia).D’après moi l’histoire ne s’arrête pas au mal qu’on m’a infligé mais les leçons tirées et qui serviraient à aider cette nation à aller de l’avant… à continuer




    0
  • Laïd DOUANE
    9 novembre 2010 at 10 h 26 min - Reply

    @ Kamel Elaâssimi, et ses semblables,
    Salam,
    Comment ça « c’est un peu ton histoire » ? Tu es atteint d’amnésie ou quoi ? D’autant plus que celui qui est passé, même pour un jour, par le camp de concentration de Reggane est frappé d’interdiction d’oublier. Ce que j’ai raconté sous forme de commentaire n’est qu’une toute petite goûte d’un océan de malheurs fabriqués par les Ouled Lahram de ce pays. C’est toute ton histoire mon frère ; Je suis heureux de retrouver de temps à autre une boule de colère comme moi.. Te rends-tu compte, nous étions 30000 détenus dont 3025 rien qu’à Reggane en fin mars une semaine après la dissolution du FIS. Ce qui me chagrine aujourd’hui c’est le souvenir que nos frères détenus particulièrement à Reggane étaient des gens instruits, et qu’aujourd’hui nous ne savons d’eux que le silence. Il est vrai que des raisons valables existent mais les raisons qui poussent à parler sont plus que jamais présentes ; ne serait-ce que pour se soulager. A ne pas ignorer qu’à force de nous taire nous devenons les causeurs de la tragédie nationale alors que nous en sommes les premières victimes ; Il faut que les bonnes gens de ce peuple sachent à qui auront affaire s’ils continuent à se taire ; ce n’est pas le moment me diras-tu.. Eh bien ! Continuons à faire dodo, c’est peut-être beaucoup mieux que ces cauchemars de Reggane ! Toutefois, je profite de cette occasion pour passer un message à qui croit que nous sommes effacés :
    Celui ou celle – l’Algérie actuelle est à grande majorité de CELLES- qui croit qu’il terminera ses jours dans la tranquillité et la paix avec des acquis sur nos dos, sans avant de trouver une solution équitable à notre problème, NOUS LES EX-DETENUS des camps du Sahara, Celui qui croit à une réconciliation sans nous est tout simplement atteint de cécité mentale, car imbécile il l’était en investissant sur nos malheurs tout en croyant à la possibilité de vivre en paix ensembles ! Et parmi les solutions, je suggère qu’on passe TOUS en justice !
    Cet avis est d’abord à ceux qui nous gouvernent ensuite à qui de devoir d’ouvrir les yeux !
    Laïd DOUANE




    0
  • Laïd DOUANE
    10 novembre 2010 at 15 h 25 min - Reply

    Une précision en or ;
    Je viens d’avoir une réelle discussion avec un homme que je peux qualifier de notable vu la place qu’il occupe en haut de la sphère, au sujet de ma contribution que voilà qu’il trouve virulente. Il s’est donné la peine de me conseiller de la supprimer tout bonnement faute de quoi j’aurais des problèmes !
    Ma réponse est que NON, surtout après pris la peine de relire ce que j’ai écrit.
    Je persiste et signe ; Nous sommes trente milles Algériens (30000), bons ou mauvais mais algériens tout de même, à subir une injustice qui s’est transformée par le temps en un traumatisme perpétuel ; Nous exigeons réparation et nous tenons à ce qu’elle soit faite d’une manière solennelle comme a était fait le geste de février 1992. Il n’y a aucune menace dans mes propos ; Nous n’envisageons guerre une quelconque action violente si non nous l’aurions fait quand nous avions entre 20 et 30 ans ; Je rappelle que mes propos ont l’âge de 50 ans et plus et deux de mes enfants sont âgés de plus de 20 ans. Je ne menace pas, d’autant plus que je dépasse la cinquantaine et que vulnérable je suis !
    Pour ceux qui ne savent pas lire, je répète que nous sommes trente milles Algériens qui ont été enlevés par les force de l’ordre du 09 au 13 février 1992, sans compter ceux d’avant et d’après ; nous avons mal et l’état d’aujourd’hui doit assumer s’il veut vraiment réconcilier ses citoyens. Sinon, qu’ils ne se demandent pas pourquoi ça ne marche pas ! On ne fait pas marcher un train en panne en le poussant chers ténors de notre avenir !
    Aussi je tiens à préciser que réparer ne veut en aucun cas dire : nous dédommager matériellement ; ça ne servira à rien. Nous voulons juste qu’on dise à la jeune génération que nous avons été assignés abusivement puis pris en otage pour assouvir une obsession humainement incorrecte. Ils ont eu tous ce qu’ils voulaient, et maintenant Basta !
    Laïd DOUANE




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    20 février 2011 at 13 h 46 min - Reply

    @ Kamel alaâssimi « c’est un peu ton histoire »

    Non, c’est bien plus l’histoire de ces Veuves et de ces orphelins de nos compagnons de souffrances, nos co-internés qu’une pathologie radio induite et venue arracher à ses proches, après avoir lâchement, injustement, arbitrairement et odieusement internés dans les camps de la honte, les Guatanamo’s crées parles des anciens partisans de l’Algérie française et autres francs maçons sans honneurs.
    Ce que le Comité de défense des Internés des camps du Sud vise, c’est d’abord et avant tout, la reconnaissance de cet ignominieux abus du droit des gens, ensuite une réparation, particulièrement pour les ayants droits de nos co détenus cités plus haut.

    Quant au :  » Donc l’histoire n’a pas commencée ce jour, mais elle se poursuit tout naturellement, on n’a qu’à lire(essira ennabaouia).D’après moi l’histoire ne s’arrête pas  »
    Faut-il Vous rappeler que c’est parceque nous nous avons lu et relu « Essira Ennabaouia » que nous avions dérangé d’aucuns.
    cdics1justice@yahoo.fr

    http://www.petitionpublique.fr/




    0
  • CHERIET Med CHERIF
    11 novembre 2014 at 18 h 31 min - Reply

    voilà j’ai ete parmis les detenus aux camps de detention administratif le 13/02/1992 a AIN SALAH apres l’arret des elections jusqu’a maintenant je ne sais rien faire surtout concernant ma retraite j’ai passé sept mois au camp de ain salah de fevrier a septembre 1992. informez moi svp




    0
  • Congrès du Changement Démocratique